PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Séduire et laisser mourir [Viper & Dimitri]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Bloody Viper

avatar

Messages : 156
Date d'inscription : 09/02/2013
Age : 27
Localisation : Sur North Blue

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
10/1000  (10/1000)
Expérience:
360/400  (360/400)

MessageSujet: Re: Séduire et laisser mourir [Viper & Dimitri]   Jeu 29 Aoû - 17:31

Elle alluma sa lampe torche afin de repérer les lieux. Le bureau de Di Livio n'était pas si grand que ça et il semblerait qu'il ait apporté un soin tout particulier à la décoration. Des rideaux finement brodés ornaient les fenêtres, des tableaux datant du VIème siècle inspiré de l'impressionnisme et quelques colonnes de marbres supportant le deuxième étage rendaient les lieux presque mythique. Tous compte fait, la salle était grande. Au second étage y était exposé une grande bibliothèque, pouvait t-elle cacher des indices intéressent ? Viper y songea mais préféra enquêter sur le bureau en premier lieu. Elle crocheta la serrure du tiroir que l'homme-poisson fermât avant de partir et fouilla son contenu. Elle finit par découvrir un document très intéressent.

*Chess*, pensa t-elle stupéfaite. *ça fait juste cinq putain d'années que je recherche des informations sur Chess*.

Viper s'assied sur la chaise de bureau et dirigea de nouveau les faisceaux de lumière vers la feuille qu'elle tenait entre ses mains afin de la lire plus en détail. Il s'agissait d'un rapport mentionnant des armes explosives et chimiques. Convaincue que ceci ait un rapport direct avec sa cible Geller, elle le garda dans la poche avant de sa tenue. Inutile d'en faire une photocopie, la serrure du tiroir avait été crocheté et il était impossible de le refermer, l'homme-poisson aura vite faite de découvrir qu'un voleur était passé par-là. Après avoir fouillé de fond en comble le mobilier, elle se dirigea à l'étage supérieur. Voilà un endroit pouvant renfermer des documents intéressants ! Alors qu'elle commençait son investigation, elle entendit des gens revenir dans la pièce. Impossible de fuir, il n'y avait pas de fenêtre à l'étage de la bibliothèque. Et elle n'avait guère le temps de descendre des escaliers. Viper se contenta de sa cacher derrière la dernière rangée de livres. Elle en profita pour écouter la conversation:

-... je ne m'occupe pas de ces choses là ! Je sert simplement de point de chute et...

L'Homme-poisson arrêta subitement de parler. Il vit la fenêtre ouverte, or elle était fermé lorsqu'il avait quitté son bureau. Il se tourna vers son acolyte et lui chuchota:

- Chuuuuut, je crois qu'on a de la visite.

Di Livio lui fit comprendre qu'il allait amener du renfort au cas où, il ne restait donc plus qu'un bonhomme en train de monter à l'escalier. Viper compris rapidement la situation lorsque le richissime patron de l'hôtel s'arrêta de parler et s'était mise en position. Elle avait un avantage certain sur son ennemi. Elle savait qu'il y avait quelqu'un, et elle savait qu'il était dans l'escalier. A contrario, l'homme se doutait peut-être qu'un ennemi était là, mais ne savait pas où il était caché. Viper tenta de se rapprocher le plus discrètement possible de l'escalier en se cachant derrière les livres et se prépara. Arrivé dans sa ligne de mire, elle exécuta son attaque.

*Silent Reaper*

Seul un soufflement de son adversaire se fit entendre, sans compter sa lourde chute. Viper sortit rapidement de sa cachette et tenta de passer à la fenêtre. Elle réussit à sortir, non sans être vue. Un larbin donna l'alerte, se qui contraignit Viper à fuir rapidement. Une fois sur les toits, elle fut repérer par des gardes postés dans la rue principale. La rouquine commença à courir en direction du port en sautant de toit en toit. Elle entendit des coups de feu, certaines balles manquants de peu notre assassin. Elle n'avait pas d'autres choix que de sortir de la ville. Elle se dirigea alors vers l’intérieur des terres, munit de ses lunettes à vision nocturne. Elle fuie pendant une dizaine de minutes avant de rencontrer des arbres. Il semblerait que l'intérieur des terres soient resté sauvage. Elle attendit quelques minutes sur un arbre que les poursuites ne cessent puis s'adossa sur le tronc de celui-ci. Elle avait prit le soin de prendre l'escargophone de Di Livio. Les choses avaient prit une toute autre tournure depuis sa découverte du rapport de Chess. Il n'y avait qu'une seule personne à prévenir dans ces cas là... Après avoir fait le numéro, une voix grave répondit:

- Allô ? Qui est à l'appareil ?
- Toby... c'est Viper.

Un léger silence retentit, jusqu'à ce que Toby réponde de nouveau.

- Hmm, je vois. Tu as du nouveau à propos de Geller j'imagine ?
- En effet. Je n'ai rien pour te le prouver, mais j'ai découvert que Geller faisait du trafique d'armes avec les armes de l'AR.
- Et alors ? Ne t'ai-je pas mentionné dans mon rapport que tu devais le capturer ?
- Sjneider, j'ai découvert un document sanglant dans le bureau du gérant de Shark Paradise. Un rapport d'un certain "Chess", mentionnant des armes explosives et chimiques, dont la Sentinelle R340 et le dernier prototype de missile autoguidé, nom de code "Scorpion". Ces armes devront être livrés sur une certaine île de GrandLine"A 3.5", en provenance de "W 83".
- Et tu penses que ceci a un rapport avec Geller ?
- Effectivement, je ne suis pas experte dans ce domaine là, mais il me semble que Solarius fabrique ce genre d'armement dans ses usines. Or, Geller est rattaché à la base de Solarius. Et Chess a l'air d'être une organisation secrète de grosse envergure, l'exportation clandestine de pareils armes vers GrandLine n'est pas anodine.
- Je vois. A 3.5 et W 83 tu dis ?
- Oui. Je vais trouver un escargofax et je t'enverrai une copie dudit rapport. Tu auras tous le loisir pour l'étudier.
- Bien. Il semblerait qu'un nouvel ennemi ait émergé. Je vais lancer des recherches sur ce fameux "Chess". Il est plus que probable qu'ils utilisent leurs propres codes, mais je suis prêt à parier que ce W83 n'est autre que Solarius. Je te tiendrai au courant de l'avancé des recherches.
- D'accord. Et, quels sont tes ordres maintenant ?
- Retrouves Geller, et supprimes-le. Je te fais confiance Viper, je n'ai pas besoin de preuve. Méfie-toi de lui, il a refusé plusieurs fois de monter en grade. Il a largement le niveau d'un commando GL. Je commence d'ailleurs à comprendre tous ses refus incessants.
- J'en profiterai pour mettre à profit mon entraînement avec l'Agent 005, dit-elle en souriant.
- Evites de faire la maligne, il est aussi maudit par les flots.

L'expression faciale de Viper changea de tout au tout. Les choses allaient sévèrement se corser.

- Il a mangé le fruit Zoan de type Scorpion. Il était l'un de nos meilleurs éléments, fais attention à toi.
- Bien.
- ça sera tous. Bonne chance Commando Viper.

Viper coupa la communication. Elle allait devoir retrouver sa cible avant de l'affronter. Mais vu son adversaire, il semblerait que se soit elle la proie...

Revenir en haut Aller en bas
Dimitri Van Lester(Sanji)

avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 09/02/2013

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
4/1000  (4/1000)
Expérience:
304/400  (304/400)

MessageSujet: Re: Séduire et laisser mourir [Viper & Dimitri]   Ven 1 Nov - 20:18

Enfermé dans sa cellule, Dimitri réfléchissait. Un ou deux jours déjà étaient passés mais il ne s'en souciait pas plus que ça. Son plan avait manifestement échoué et ça le contrariait au plus au point. Il ne travaillerait donc pas dans l'hôtel où demeurait Geller et Viper et lui n'auraient pas le loisir de se rendre dans sa chambre pour une session d'investigation spéciale. En plus de ça, il ne pourrait pas avoir d'excuse pour rester auprès de Viper pendant une durée indéterminée. Mais allait-il se laisser abattre ? Sûrement pas ! Il n'était jamais resté enfermé très longtemps et ce n'était pas aujourd'hui que ça allait commencer. Il avait un vague souvenir d'une petite fille, une amie très certainement lui disant qu'il était comme l'eau. Il pouvait décider de se faire attraper ou non mais au final, il finissait toujours par vous glisser entre les doigts. À cette pensée, il sourit. Il ne se souvenait plus de la fille, ni même de son nom et encore moins de sa voix. Seule cette phrase lui était restée en tête.

*Il est temps que je mette cette phrase en pratique je crois.*

Et d'un coup ce fut simple comme bonjour. Il avait déjà analysé, inconsciemment, les tours de gardes de ses détenteurs. Il savait quand ils étaient seuls, quand ils venaient lui donné le repas et quand il pourrait sortir de là. Il attendit alors patiemment que le moment propice se présente à lui. Et il arriva même plus vite que prévu. L'un des gardiens commença sa ronde seul, dans le couloir où se trouvait la cellule de Dimitri. Il sifflait sa joie de vivre et son mépris pour les prisonniers. Dimitri ne put résister à l'envie irrésistible de lui faire ravaler ce trait de caractère si insupportable.

-Eh toi ! L'interpella-t-il, c'est quoi ton petit nom ?

L'intervention eut l'effet escompté, le gardien se retourna avec nonchalance, regarda Dimitri et s'approcha lentement, comme si sa démarche de loubard devait impressionner le jeune homme.

-Tais-toi, déchet !

Il s'était bien sûr posté juste devant le visage de Dimitri afin de postillonner sur lui, disons, toute la salive qu'il avait dans sa bouche. Mais notre tête blonde, pas décontenancée pour un sou, ne broncha pas. Il s'essuya le visage docilement et puis planta son regard dans les yeux noisettes du gardiens.

-Pourquoi tu te crois supérieur dis-moi ? Parce que tu es du bon côté des barreaux ? Parce que tu es gardien de prison ? Parce que tu as une famille ? Parce que tu respectes la loi à la lettre ? Mais dis-moi, qu'est-ce que tout ça a bien pu t'apporter ? Je le lis sur ton visage, tu es seul, triste et affligé par ta misérable vie. Ta femme t'es infidèle. Et avec qui passe-t-elle ses soirées ? Avec ton supérieur. Ça te rappelle bien sûr à quel point tu es minable. Tu n'arrives pas à subvenir au besoin de ta femme, elle voulait de l'argent, tu ne lui as pas donné et quoi d'autre encore hein... Je pense que nous le savons tous les deux. Mais je me demande, est-ce que tu serais impotent ? Oh ne fais pas cette tête ! Aurais-je dépassé les limites ? C'est bien dommage parce que je n'en suis qu'au début. Je sais exactement quel genre de personne que tu es. Ta femme te trompe mais tu es incapable de changer quoique ce soit à ta situation, à tel point que tu tentes de te rattraper avec tes enfants qui te le rendent aussi bien que leur mère à vrai dire. Ils ne t'écoutes pas, sont de vrais délinquants alors que tu es censé représenter l'ordre chez toi comme à l'extérieur. Tu rentres chez toi et personne ne t'attends, personne ne te dis bonjour ou au revoir, personne ne s'intéresse à toi pas même ta famille. Au travail, tu es considéré comme un raté.  Ta vie n'est qu'une succession d'échec et de déception. Tu as arrêté de te battre pour être heureux, tu ne mérites même pas de vivre et c'est moi que tu traites de déchet ? Moi qui, grâce à toi, vais sortir d'ici. Moi qui vais simplement prendre les clés que tu portes fièrement à ta ceinture et qui vais t'assommer histoire d'être sûr que tu ne préviendras personne de mon évasion. Oh n'essaie pas de t'éloigner pas, je t'ai déjà attraper.

Le pauvre gardien était passé par plusieurs états durant la tirade de Dimitri. Il avait d'abord été d'une nonchalance sans précédent faisant comme si tout ce que dirait le jeune homme ne serait qu'une perte de temps. Puis il avait été surpris et choqué et enfin, il avait été terrifié. Mais une fois que Dimitri eut terminé sa tirade il ne lui laissa aucun répit. Il l'avait effectivement attrapé pendant qu'il le captivait, il le plaqua donc contre les barreaux de la cellule et attrapa les clés avec dextérité. Puis il remonta sa main lentement vers le cou du représentant de l'ordre, toujours dans une volonté de terreur.

-Attends ! Cria ce dernier, j'ai quelque chose à te demander.
-Fais vite, je n'ai pas tout mon temps.
-Comment l'as-tu su ? Comment as-tu fait pour connaître les moindres détails de ma vie en un seul regard.
-Les yeux. Tu dis absolument tout avec tes yeux et mon père adoptif avait le même regard.

Il ne laissa pas le temps à son interlocuteur de réagir après sa réponse. Il ne voulait pas qu'il ait le temps de méditer dessus. Sans s'en rendre compte, Dimitri venait non seulement d'arriver à ses fins mais également d'exprimer tout ce qu'il avait ressenti en voyant son père dans cet état et que ce dernier avait décidé d'enfermer son propre fils. Il passa alors son bras autour de son coup et le priva d'oxygène jusqu'à ce qu'il soit inconscient. Il ne le tua pas, dans un sens cet employé lui faisait un peu pitié. Alors il lui laissa la vie sauve. Il ouvrit sa cellule. Il sortit et mis le gardien à sa place. Il lui retira méticuleusement son uniforme pour pouvoir s'en vêtir et sortir tranquillement. Puis avant de partir il se pencha sur le corps inanimé et déclara :

-Si tu veux un conseil, il marqua une pause, achète toi un chien, ça te fera du bien.

Il lui tapota la joue et s'en alla sans demander son reste. Une fois sorti de la prison, plus qu'une seule chose importait, retrouver Viper.

Revenir en haut Aller en bas
Bloody Viper

avatar

Messages : 156
Date d'inscription : 09/02/2013
Age : 27
Localisation : Sur North Blue

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
10/1000  (10/1000)
Expérience:
360/400  (360/400)

MessageSujet: Re: Séduire et laisser mourir [Viper & Dimitri]   Jeu 7 Nov - 19:22

Dans une salle, à l'intérieur d'un immeuble surplombant la rue principale de Tierra Del Sol, trois hommes se faisaient face autour d'une table. Sur celle-ci, il y avait de la paperasse, trois verres emplis de vin et bien sûr la fameuse bouteille contenant l'alcool tant désiré. Les trois protagonistes semblaient régler quelques petites affaires dans une atmosphère plutôt austère. Le premier personnage était un grand brun moustachu, d'une cinquantaine d'années environ, il était accompagné par son acolyte bien portant. Ce dernier ne semblait pas très intelligent. En face d'eux, un homme plutôt carré, chauve et habillé avec une très grande classe. Les affaires avait l'air de tourner en sa faveur:

- Marché conclut ?

Le moustachu semblait hésiter, mais céda finalement face à son interlocuteur:

- Bien, marché conclut, fit-il en serrant la main au chauve.

Il sortit un chéquier afin de régler l'affaire, mais ce ne fut pas du goût du chauve:

- Non, non. En petite coupure. Vous n'avez pas intérêt à nous berner, avec cette vive card, je pourrais vous retrouver n'importe quand. On se donne rendez-vous dans trois jours sur cette même île, ici même. Je veillerai à ce que le compte soit bon, et c'est seulement après que vous aurez votre marchandise.

Le chauve se leva, puis invita les deux autres hommes à faire de même. Ils se dirigèrent vers la sortie et ouvrirent la porte de la pièce. Une vive lumière éclaira les protagonistes qui se sont entretenus dans la pénombre, la lumière d'un grand casino.

- Prenez le temps de vous faire plaisir, et dites que vous venez de ma part, c'est moi qui offre ce soir !

Le moustachu et le "gros" se regardèrent, puis remercièrent le chauve qui parut finalement plus sympathique qu'il en avait l'air. C'est alors qu'une jolie créature approcha, dans une élégante robe noire laissant entrevoir ses longues jambes et son décolletée pouvant faire tourner les têtes les plus récalcitrantes:

- Alors ? Comment ça s'est passé ?
- A merveille ! On a touché le gros lot. Les dirigeants d'Illusia sont prêt à tous pour mettre fin aux rebellions.
- Combien ?
- 100 millions
, chuchota t-il à l'oreille de sa conjointe.

La jolie femme brune sourit alors et proposa donc de fêter cette victoire dans la chambre de son compagnon, chose qu ce dernier accepta, bien évidemment ! Ils arrivèrent devant la porte de chambre puis l'homme l'ouvra. Il alluma la lumière, se retourna, prit sa compagne dans les bras puis ferma la porte tout en reculant. Tout était parfait, et rien ne laissait présager une mauvaise soirée. Sauf peut-être une seule chose:

- Hoooooooo, vous vous faites plaisir dites-moi, commando Geller ?

Les deux tourtereaux cessèrent de s'embrasser, surpris qu'une personne se soit introduite dans la chambre à leur insu. Geller se retourna puis vit une jeune femme rousse assise dans un fauteuil, les jambes croisées et une cigarette à la main.

- Qui êtes-vous ? Et que faites-vous ici ?
- Je ne sais pas, devinez, c'est plus amusant ainsi.

Le commando regarda attentivement la jeune femme, puis la reconnu.

- Bloody Viper ?
- Bingo.
- Chérie, vas dans la salle de bain, je te rejoindrai après.

La jeune brune s'exécuta, mais Viper n'était pas de cet avis:

- Sortez.
- Vous vous croyez où pour donner des ordres à ma copine ainsi, commando Bloody Viper ?
- Je ne suis pas là pour vous regarder faire des galipettes, mais si elle tient à rester dans cette chambre pour la vie, alors on peut toujours s'arranger, fit Viper en regardant la fille d'un air plus que sérieux.

Geller semblait connaître le tempérament de l'assassin, et ne souhaitait pas mettre sa compagne en danger.

- Je suis désolé, fit-il en la regardant.

Elle ne broncha pas et sortit, laissant les deux commandos en tête à tête:

- J'espère que vous avez une bonne raison de venir me déranger, d'autant que, étrangement, je n'ai reçu aucune missive de la part de l'armée révolutionnaire me prévenant de votre venue.
- Je suis sûr qu'avec un minimum de réflexion vous pourrez trouver la raison de ma venue ici.
- Je ne vois pas de quoi vous parlez. C'est la première fois que nous nous voyons.

Viper, sa tête appuyée sur son poing droit commença à perdre patience. Elle sortit le rapport qu'elle trouva dans le bureau de Di Livio et le jeta au pied de Geller.

- Pourriez-vous m'expliquer ce qu'est ceci, commando Roy Geller ?

Roy ramassa la feuille, regarda rapidement son contenue puis releva calmement la tête.

- Et ? Le rapport avec moi ?
- Nous savons déjà tous. Pas la peine de faire semblant.

Viper se leva puis écrasa sa cigarette dans le cendrier. Elle s'avança vers Geller puis plaça rapidement sa lame sous la gorge de son vis-à-vis.

- Dites-moi tous ce que vous savez sur Chess. Je ne me répéterai qu'une seule fois.

Geller ricana un petit instant, puis répondit à l'assassin:

- Alors vous êtes enfin au courant pour Chess. C'est assez étrange pour une organisation réputée pour ses obtentions d'informations d'être passé à côté depuis si longtemps.
- Vous n'êtes pas en position de force, j'éviterais de faire le malin à votre place.
- Ah ? Vous croyez ?

Un projectile se dirigea subitement sur la rouquine qu'elle para avec Nirvana de justesse, mais cela ne l'empêcha pas de s'encastra dans le mur derrière elle. C'est après que l'assassin se rendit compte qu'il s'agissait de la queue de Geller.

- Voici enfin le scorpion, fit-elle en se relevant.
- J'ai effectivement mangé le fruit du scorpion. Défense impénétrable, queue empoisonnée et pinces d'une force colossale. Voilà à quoi vous allez être mangé saleté de vipère.

Bloody sourit face à l'assurance de son adversaire.

- Je vois que ma proie du jour sera plus dur à avaler, fit-elle en se mettant en position de combat.


_________________
"Le but à la guerre n'est pas de mourir pour son organisation, mais de faire en sorte que le connard d'en face crève pour la sienne."
Bloody Viper
Revenir en haut Aller en bas
Dimitri Van Lester(Sanji)

avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 09/02/2013

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
4/1000  (4/1000)
Expérience:
304/400  (304/400)

MessageSujet: Re: Séduire et laisser mourir [Viper & Dimitri]   Mar 25 Fév - 0:01

En tenue de gardien de la loi, Dimitri n'avait plus aucune difficulté à se mouvoir dans la foule. Étrangement, tout le monde le laissait passer en lui faisait une véritable haie d'honneur. Dimitri était satisfait. Il alluma une cigarette et sourit l'air béa. Mais il n'en n'oubliait pas son objectif : retrouver sa dulcinée. Certes dit comme cela, cela prêtait à rire et Dimitri lui-même souriait en y pensant mais il ne trouvait pas de meilleur mot pour désigner Viper.
Il déambulait dans les rues à la recherche de la belle mais sans en faire une question de vie ou de mort. Viper avait prouvé qu'elle était capable de se défendre seule et Dimitri savait où la trouver au cas où son inspection de l'île se révélait infructueuse. Il marchait donc paisiblement, scrutant chaque immeuble chaque bar, chaque coin de rue. Mais rien, aucune chevelure rousse à l'horizon. Notre tête blonde commençait à désespérer. Il prit la route de l'hôtel où résidait Viper, résigné à attendre son retour sur le toit ou devant sa chambre, il n'avait pas encore décidé.
Arrivé à Shark Paradise, sa décision était prise, il irait sur le toit, après tout, il avait moins de chance de s'en faire déloger que devant la porte de Viper. Il entra dans le hall et tous les regards se posèrent sur lui. Il allait être plus difficile que prévu d'accéder à son perchoir. Il avait oublié que cette tenue d'homme de paix n'avait pas que des avantages. Il fit donc demi-tour, cette fois-ci, totalement désespéré. Il ne savait pas où chercher ni par où commencer. Qu'avait donc bien pu faire la jeune révolutionnaire pendant son absence ? La question resta en suspens car il n'avait pas la réponse.
Il se remit donc à vagabonder quand, au détour d'une rue qui menait à une place où se dressait un immeuble immense, la crinière rousse passa devant lui à la vitesse grand V pour aller s'encastrer dans un mur. En face d'elle, un homme ou plutôt une chose mi-homme mi-scorpion à en croire la queue qui se dressait au-dessus de sa tête. Dimitri écarquilla les yeux. Il s'élança vers Viper et lui releva la tête. Du sang coulait de son nez et de sa bouche, son visage, ses bras et ses jambes étaient emplis de contusions. Elle devait très certainement se battre depuis bien longtemps déjà. Le blond ressentit quelque chose de bizarre, une sorte de gêne comme de la frustration. Il n'avait jamais ressenti quelque chose de tel. Il se disait qu'il aurait dû être plus rapide, qu'il aurait dû chercher Viper plus frénétiquement, que s'il était arrivé ne serait-ce qu'une minute plus tôt, il aurait pu aider Viper, qu'il ne l'aurait pas laisser s'encastrer dans le mur comme il l'avait laisser faire. Pendant qu'il exprimait ses remords, car c'est bien ce qu'il ressentait, la chose lui lança :


-Hé qu'est-ce que tu veux toi, va faire ton travail de policier et laisse moi régler mes affaires !

Dimitri ne l'écoutait pas. Ses sens étaient entièrement consacrés à Viper. Il la regardait, la touchait, était à l'affût du moindre de ses mouvements, il écoutait sa respiration lente et faible. Puis elle se mit à bouger. Ce n'était que sa main mais c'était déjà un début. Son bras suivit puis elle ouvrit doucement ses yeux et posa son regard bleu profond sur Dimitri. Ce dernier sourit, il savait ce qui lui restait à faire. Il positionna délicatement Viper de façon à ce qu'elle soit assise et se releva. Il se tourna vers l'homme-scorpion et l'observa. Il était déjà grand et bien bâti, le seul élément sortant de l'ordinaire chez lui était cette queue étrange qui lui servait apparemment d'arme. Viper ne lui avait pas fait de cadeau non plus. Ses épées avaient fait des dégâts sur sa peau. Un filet rouge coulait sur sa joue et une large entaille allant de son épaule gauche à son flanc droit teintait sa chemise de rouge. Dimitri enregistra ces information puis lança à son tour en s'approchant doucement de son adversaire :

-Je crois qu'on ne s'est pas présenté ! Dimitri Van Lester ami de cette jeune femme et bien décidé à vous tuez et vous ?

L'homme-scorpion ne prit même pas la peine de lui répondre et fonça à une vitesse fulgurante sur lui mais il s'était préparé. Il avait compris que son adversaire était des plus coriaces au vu des blessures qu'il avait infligé à Viper. Il avait donc déjà pris ses appuis et avait bondi en arrière pour s'éloigner de ce féroce vis-à-vis. Mais ce ne fut pas suffisant. Dimitri n'avait pas prévu la portée de la queue de scorpion qu'il arborait fièrement. C'est ainsi que le premier coup fusa. Le jeune homme blond fut touché à l'épaule droite. Il hurla de douleur tout en se tenant la partie en question. Ça n'allait pas être un combat facile mais il devait réussir, ne serait-ce que pour Viper. L'homme-scorpion continuait d'avancer tout en jonchant le sol de cratères dus aux puissantes attaques de sa queue. C'était spectaculaire mais Dimitri ne se laissait pas impressionner. Il sautait en arrière prenant ces fois-ci en compte la portée de la queue. Le monstre commençait à s'impatienter. Et Dimitri le voyait. Il mettait plus de puissance dans ses coups ce qui nécessitait, a fortiori, un temps de latence plus grand entre deux attaques. Dimitri utilisa ce temps à son avantage. Alors que l'homme-scorpion chargeait son attaque, le blond se rapprochait d'un bond de lui et lui assénait un uppercut avec toute la puissance qu'il possédait dans le ventre, à l'endroit même où se trouvait l'entaille que Viper lui avait faite un peu plus tôt. La créature avait alors le souffle coupé et se penchait vers l'avant. Profitant de ce moment de faiblesse, Dimitri l'attrapait par la nuque et lui lançait un violent coup de genou également dans le ventre. L'homme-scorpion avait de nouveau le souffle coupé mais rien de plus. Dimitri s'attendait au moins à ce qu'il pose un genou à terre mais rien n'y fit. La créature lui asséna de nouveau un coup de queue. Dimitri l'évita de justesse et voulu réitérer son action mais son adversaire n'avait eu besoin de voir l'enchaînement qu'une seule fois pour le comprendre et le déjouer.  Lorsque Dimitri entra dans son champ d'action, il l'attrapa par la gorge et exerça une légère pression dessus.

-Je pourrais te tuer tu sais, écraser ta trachée ou même te retirer ta langue. Mais tu a réussis à me toucher et c'est quelque chose de rare alors je vais jouer avec toi autant que j'ai joué avec le Commando Bloody Viper.

À peine ces mots prononcés, le corps de l'homme-scorpion changea pour devenir un scorpion géant si simplement effrayant. Dimitri ne savait plus que faire. Son adversaire était déjà assez puissant comme ça, en devenant un véritable monstre, il lui semblait évident qu'il allait devoir ruser deux fois plus pour en venir à bout. Mais que pouvait-il faire ? Il avait mal à l'épaule, d'une douleur insoutenable. Il arrivait à peine à tenir debout. Ce coup à l'épaule lui avait manifestement été presque fatal. L'homme, ou plutôt le scorpion, face à lui se mit à rire :

-Ça fait mal hein ? C'est l'effet de la pointe de ma queue. Tous les coups qu'elle donne sont accompagnés d'un puissant poison. Tes acrobaties de tout à l'heure l'ont aidé à se propager. M'est avis qu'il ne te reste que quelques heures à vivre.

Le jeune blond était au bord du gouffre. Il jeta un œil à Viper, elle reprenait ses forces mais elle n'était pas encore en état de se battre. Lui, il le savait, ne tiendrait pas longtemps face à ce mastodonte. Ce dernier d'ailleurs passa aussitôt à l'attaque. Ses mouvements paraissaient bien plus rapide aux yeux Dimitri mais en réalité c'était ses actions à lui qui avaient perdu en vitesse. Le scorpion lui asséna nombres de coup avec ses pinces. Sa violence était inouïe. Dimitri n'était plus qu'une loque humaine, il restait sur place, incapable de bouger, encaissant encore et encore les coups du monstre. Puis la créature le souleva comme on soulève un oreiller et le fit s'écraser dans le sol tout en poursuivant cet écrasement par un coup de pince. La silhouette de Dimitri se dessinait dans le sol. Il était mal en point. Des côtes cassées certainement et des dégâts internes importants à n'en pas douter.
Et contre toute attente, il se releva, ce fut pénible, il dût s'appuyer d'abord au sol puis au mur prêt de lui. Un fois sur ses deux pieds, il attendit que le scorpion s'approche suffisamment prêt pour lui lancer ce qu'il avait récupéré du sol dans les yeux. Le mutant fut aveuglé pendant quelques minutes, minutes pendant lesquelles le blond en profita pour grimper sur la carapace du colosse. Un rodéo s'en suivit pendant que la créature essayait par tous les moyens de se débarrasser de l'importun. Malgré la douleur qui montait au crâne de Dimitri, l'empêchant de plus en plus de voir correctement, il s'accrocha de toutes ses forces à la carapace et attendit que ce qu'il avait prévu se réalise. Et c'est ce qui arriva, dans un accès de colère le scorpion fit s'abattre sa queue sur sa propre carapace. Sentant le coup arrivé, Dimitri se laissa glisser au sol, trop faible pour accomplir ne serait-ce qu'un mouvement.
Le scorpion hurla. Il n'avait pas mal, seule la carapace avait été touchée, mais il était devenu furieux. Il avait baissé sa vigilance et avait détruit sa défense lui-même. Apparemment, il n'en revenait pas d'avoir fait une erreur de débutant. La fatigue, son aveuglement et ses blessures avaient certainement altéré son jugement. Il empoigna Dimitri une dernière fois et l'envoya s'encastrer dans le mur juste à côté de Viper. Il tourna la tête vers elle et lui dit dans un dernier effort :


-Sa carapace... elle est... trouée... Tu sais... ce qu'il te... reste... à faire.

Puis la fièvre et la douleur le firent sombrer dans un sommeil profond. Le véritable combat était sur le point de commencer.


Revenir en haut Aller en bas
Bloody Viper

avatar

Messages : 156
Date d'inscription : 09/02/2013
Age : 27
Localisation : Sur North Blue

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
10/1000  (10/1000)
Expérience:
360/400  (360/400)

MessageSujet: Re: Séduire et laisser mourir [Viper & Dimitri]   Mer 26 Fév - 13:23

Après avoir encaissée le premier coup et s'être relevée, Viper essuya une nouvelle offensive du scorpion. En effet, avec sa queue Geller était non seulement puissant, mais également très précis. Mais pour parer cette deuxième attaque, la jeune femme coinça la queue du monstre entre ses deux épées. La pointe du scorpion s'arrêta à peine à 2cm du visage de la rouquine et quelques gouttes de poison suintaient du dard venimeux. Cependant, avec la pression exercée par Geller, Bloody due rapidement se baisser pour éviter le coup meurtrier de son ennemi. Un énorme trou dans le mur se créa à l'impact du coup, laissant entrevoir la rue principale de la ville où les gens, surpris, constatèrent ce qu'il se passait dans l'hôtel. Une assemblée de curieux commençait d'ailleurs à se manifester:

- Hum, il semblerait que ton exécution attire les foules, commando Bloody Viper, fit de façon moqueur Roy.

- Ah oui ? fit la jeune femme en se relevant. Alors ils vont être surpris de constater qu'ils ne sont pas venus voire la bonne.

- Tu ne risque guère de me tuer si tu ne te contente que de parer ma queue, répondit Geller en lançant une nouvelle fois son dard telle une flèche sur sa cible.

Viper utilisa Killer-Baby pour frapper à revers l'arme de l'ex commando Geller puis commença à courir vers lui. En effet, le contre rapide de Viper eut pour effet de surprendre Geller qui se fit avoir par la rapidité fulgurante de la jeune assassin qui lui infligea une entaille sévère allant de l'épaule gauche à l'aine droite. L'homme-scorpion recula de quelques mètres, sans pour autant tomber.

- Tss, sale peste !

- Je ne suis pas là pour faire mumuse, ex-commando Geller. Si tu ne prends pas ce combat au sérieux, alors je finirais par te tuer beaucoup plus tôt que prévu.

Sur ces mots, Viper fonça de nouveau sur son vis-à-vis et lui asséna un redoutable coup de pied dans la mâchoire, cassant deux dents au scorpion. Alors qu'elle voulait profiter de ce moment de faiblesse de son ennemi pour l'achever définitivement, Roy attrapa les deux bras de Viper avec ses deux énormes pinces, laissant une ouverture saisissante dans la garde de son adversaire. Il asséna un violent coup de genou à la révolutionnaire puis un coup de pince monumentale l'envoyant valdinguer dans le trou qu'il causa plus tôt dans le combat. Viper se retrouva éjecter en bas de l'immeuble, dans une petite ruelle où quelques passants profitaient encore du spectacle qu'offrait ce combat. Mais un nouveau challenger allait apparaître. Bloody était relativement sonnée, mais elle sentit une présence autour d'elle, une présence devenue très familière. Il s'agissait de Dimitri, et elle le savait, sans réellement qu'elle sache pourquoi et comment, mais elle s'efforça d'ouvrir ses yeux afin de vérifier ses pensées. Et effectivement, il était là, le sourire au lèvre, visiblement heureux d'avoir retrouvé sa chère "Tarja". Mais lorsque Geller lui demanda de déguerpir, son expression changea du tout au tout. Il releva délicatement Viper afin qu'elle soit assise puis se tourna vers Roy. La révolutionnaire, qui était encore sonnée, ne réalisa pas vraiment la situation et respira afin de reprendre rapidement ses esprits. Tout ce qu'elle entendait, c'étaient les cris apeurés des civils à la vue du scorpion. Une fois revenue à elle même, elle regarda autour d'elle. Où était passé le scorpion ? Elle ne vit que des gens qui regardaient tous dans la même direction. Elle fit alors de même et constata avec stupéfaction que Mister Scorpion se battait avec un autre adversaire. D'abord furieuse d'avoir été laissé pour compte, l'attitude de la jeune femme changea radicalement lorsqu'elle s'aperçut qu'il combattait avec Dimitri.

*Bordel t'es fou ?*

Cette frustration redescendue aussitôt pour laisser place à l’inquiétude lorsque Geller s'empara comme d'un vulgaire jouet de la tête blonde.

- Dimi !

Roy balança violemment le jeune séducteur dans le mur juste à côté d'elle. Dans un dernier élan d'effort, Dimitri regarda sa comparse avant de lui dire:

-Sa carapace... elle est... trouée... Tu sais... ce qu'il te... reste... à faire.

Il s'évanouit lentement. Viper accourra vers son sauveur afin de le réveiller, mais en vain.

- Oï ! Dimi ! Dimi réveilles-toi !

Elle posa sa main sur le front du jeune homme et constata qu'il était bouillant. Elle repéra rapidement la blessure qu'il avait à l'épaule droite, et manifesta sa peur lorsqu'elle comprit qu'il avait été empoisonné par Geller. Mais sa tristesse, fini par de nouveau laisser place à la colère. Elle serra les poings, allongea délicatement le beau blond au sol puis se releva. Elle empoigna Killer-Baby et Nirvana puis s'avança vers son ennemi. Ce dernier était contrarié que Viper revienne au combat:

- Vous êtes coriaces hein, Commando Bloody Viper.

- Ta gueule.

Il n'y avait plus rien à faire. Bloody Viper était rentrée dans une colère sombre, et malheureusement pour Geller, il en était la principale cause.

- Les traîtres n'ont pas le droit de m'appeler ainsi. Et outre ce fait, j'ai maintenant une deuxième raison d'ôter ton âme de ton futur cadavre: t'as buté mon charmant compagnon.

La tête légèrement penchée, le regard de la jeune assassin exprimait la folie pur et furieuse. Difficile de dire si elle était vraiment consciente dans cet état, mais la seule chose dont elle désirait était le sang de sa victime. Suite à une telle déclaration, Geller aurait pouffé de rire. Mais, pas dans cette situation. Déjà blessé et fatigué, l'ex commando n'avait plus vraiment envie de s'amuser. A cela s'ajoutait le comportement de Bloody Viper. Non, elle n'était plus la même. Soudainement, la jeune assassin virevolta avec fracas sur Geller qui para avec ses énormes pinces l'assaut vif de Viper. Un échange incroyable se suivit entre les énormes pinces de Geller et les filles de Viper. Mais c'était sans compter une nouvelle fois sur la redoutable queue du scorpion qui fit reculer l'assassin quelques mètres en arrière.

- Cette putain de queue commence sérieusement à me faire chier !

Pour prendre l'avantage sur son ennemi, Viper devait se débarrasser de cette arme efficace. Elle laissa Geller projeter une nouvelle fois son dard venimeux puis dans un mouvement véloce elle esquiva rapidement sur le côté et lança une attaque sur la queue du scorpion. Ses deux épées ne firent que rebondir sur sa carapace solide. Viper était à une très mauvaise distance de son ennemi désormais, puisqu'elle devait subir les attaques incessantes du dard venimeux de l'arthropode. Mais c'est exactement ce qu'elle voulait. Dès qu'elle le pouvait elle asséna un coup d'épée sur la queue empoisonnée, mais les tentatives échouèrent à chaque fois. Une frustration monta en elle, à quoi avait servi tout son entraînement avec Draighovic ? Elle se sentait faible, inutile. Elle s'acharna sur cette foutue queue mais rien y faisait.

*Pourquoi je n'y arrive pas ? Pourquoi je n'arrive pas à devenir plus forte ? Ne suis-je bonne qu'à laisser mourir les gens ? MAIS PUTAIN POURQUOI JE NE PEUX PAS SAUVER LA VIE D'UNE PERSONNE QUE J’APPRÉCIE ?!*

Soudainement Viper sentit un étrange pouvoir émanant de sa main droite. Un pouvoir qui lui faisait affreusement mal. Sa main se mit à briller d'une vive lumière bleue et Viper serra fort son poignet avec sa main gauche à cause de la douleur, tout cela lui fit lâcher Nirvana qui tomba au sol. Roy cessa ses attaques à répétitions, intrigué également par la scène qui était en train de se produire.

- C'est quoi ça ? AAAAAAAAAARGh.

Un étrange symbole scintillait sur cette fameuse mimine. Viper compris aussitôt ce qu'il en retournait.

*C'est pas vraie ? Ne me dites pas que... ?*

De loin, Geller observait toujours la scène et ne comprenait toujours pas ce qui arrivait à la jeune femme.

- Qui es-tu vraiment Bloody Viper ?, fit-il intrigué.

La jeune femme se baissa tant bien que mal afin de récupérer Nirvana. Son épée se à mit briller de cette même lueur bluette et la jeune femme sentit une telle puissance émaner de sa fille !

- Je n'en reviens pas, après toutes ces années, mes ancêtres sont toujours là avec moi !

- Je ne sais pas ce que tu fous, mais finissons-en rapidement Bloody Viper !

Une énième fois Geller lança sa queue sur la rouquine. Cette dernière rangea Killer-Baby dans son fourreau et s'apprêta à combattre pour la première fois avec une seule épée. Elle esquiva l'offensive du scorpion puis s'apprêta à contre-attaquer:

- Si je suis incapable de te battre, alors que je crève tout de suite et maintenant !

La queue du scorpion s'envola à quelques mètres dans une lumière bleue aveuglante. Viper avait enfin réussit à la couper et prit l'avantage sur son adversaire qui hurla de toutes ses forces de douleur. Après un bond prodigieux, elle planta Nirvana dans le trou que causa vraisemblablement Dimitri:

- Nirvana Bite !

Une immense énergie se dégagea de l'épée et se dirigea dans la plaie, blessant de l'intérieur l'homme-scorpion. Il s'agissait finalement du coup de grâce, Geller s'était évanouit et revenu à sa forme humaine. Mais la jeune assassin hurlait à son tour de douleur à cause de ce flux d'énergie bien trop puissant pour elle:

- YAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA !!!!!! HUMMMMMMMMMMMMMM !!! *respire* *respire* *souffle*

Finalement la douleur se fit moins vive mais elle était incapable de bouger son bras. L'étrange symbole ne scintillait plus mais était resté gravé sur la main de la jeune femme. Elle ne savait pas quoi penser. Tout était confus dans sa tête. L'assassin était déstabilisée puis repensa aussitôt à Dimitri.

- Dimi !

Elle courra vers lui pour voir son état. Elle s’agenouillât tant bien que mal et écouta sa respiration. Elle était très faible. Son preux chevalier était en danger de mort et plus personne n'était présent dans les rues à cause du combat. Malgré sa vive douleur au bras, elle fit le nécessaire pour le transporter sur son dos. Elle arriva dans l'avenue principale, devenue déserte. Un comble pour cette ville. Mais ce n'est pas vraiment ce qui préoccupait la jeune rouquine. Elle devait absolument trouver un hôpital pour prendre en charge son compagnon. Malheureusement, depuis son arrivé dans la ville, elle n'avait trouvé aucune clinique entre le port et son hôtel. Elle devait donc s'aventurer dans la partie ouest de la ville, où elle n'avait encore jamais été. Tant bien que mal, elle marcha dans le quartier de Belle-vue.

- T'en fais pas Dimi, je ne te laisserai pas mourir.

Elle lui parlait à voix haute, persuadée que le chevalier pouvait l'entendre. Elle continua donc à marcher pendant 1h. Finalement elle arriva devant l'hôpital, des touristes l'a regardèrent d'un air curieux. Elle arriva finalement dans le hall principal du bâtiment médicale et une armée d'infirmières vint à sa rescousse.

- Que lui est-il arrivé ?, demanda une des infirmière.

- Empoisonné... par un scorpion. Il est danger de mort, alors magnez-vous le cul, fit Viper exténuée.

- Tout de suite ! Amenons-le vite au bloc !

Alors que Dimitri disparu dans les couloirs de l'hôpital, Viper s'effondra sur place, trop fatiguée par ses efforts et enfin soulagée d'avoir emmené Dimitri à bon port...

~~

Elle se réveilla dans une chambre, sans savoir l'heure qu'il était. Elle se leva tout doucement, émergent de son sommeil réparateur. Mais elle fit sans le vouloir un faux mouvement avec son bras droit qui était encore très endolori.

- Fuck ! C'est cool comme pouvoir mais ça fait affreusement mal !

Elle regarda lentement sa main droite et ce fameux symbole gravé à jamais sur celle-ci. Son peuple n'était toujours pas mort. Mais ce symbole allait lui attirer de sérieux ennuis s'il venait à être découvert par les autorités. Elle décida de le cacher sous un bandage pour le moment. Plus tard, elle achèterait une mitaine avant de quitter définitivement cette île. Mais un autre problème émergea aussi: comment faire pour maîtriser un tel flux énergétique ? Comment faire appel à lui en cas de besoin ? Devait-elle constamment être acculée pour pouvoir l'utiliser ? Elle-même ne savait pas comment ses ancêtres lui avaient prodigué un tel pouvoir. Mais ses pensées fut rapidement interrompues par une infirmière venue apporter des nouvelles à la jeune femme:

- Ah vous êtes réveillée ! Comment vous-sentez vous ?

- Bien, fit Viper en souriant.

- Votre ami est en phase de réveille, il est tiré d'affaire !

- Ah, je suis contente ! fit Viper en souriant et en fermant les yeux.

La jeune femme se leva puis s'étira de nouveau en regardant à la fenêtre. C'était encore une merveilleuse journée sur Tierra Del Sol. L'infirmière sortit en lui disant qu'elle allait apporter son déjeuner dans un instant. Viper acquiesça puis en profita pour rapidement se laver et se rhabiller. Elle porta un débardeur vert kaki et un jean noir. Un fois fini, son déjeuner l'attendait sur son lit. Elle mangea rapidement sa cuisse de poulet, ses haricots verts et son yaourt nature puis décida de s'en aller. Elle n'avait plus rien à faire sur Tierra Del Sol, sa mission était accompli avec brio ! Mais des brancardiers revinrent avec Dimitri allongé dans un lit. Il était encore très faible, mais conscient . Il tourna légèrement la tête et croisa le regard de Viper avant de lui dire:

- Au revoir ? Merci de m'avoir fait rencontrer un homme aussi génial ? Je ne t'oublierai jamais Dimi ? Tu vas bien me dire quelque chose quand même ?

Viper le regardait depuis l'autre bout du lit, d'un air heureux et presque désolé.

- Sérieux, t'es un véritable inconscient.

Elle s'approcha de lui et lui donna un petit coup de poing dans son épaule (là où il avait sa blessure bien évidemment !) et s’asseye sur son lit. Alors qu'il serra les dents à cause de sa douleur, Viper lui dit ceci:

- Tu veux vraiment que je te dise quelque chose ?

Un petit silence retentit avant que la belle ne reprenne:

- Merci, Dimi, fit-elle en souriant.

Elle savait pertinemment qu'il allait réagir, elle le connaissait trop bien maintenant. Alors, elle posa délicatement son index et son majeure sur ses lèvres, comme pour lui faire signe de rester silencieux. Elle ferma les yeux, se leva, puis se rendit à  la sortie avant de se retourner une dernière fois vers son "chevalier" en lui disant de façon très sincère:

- On se reverra, c'est une promesse, fit-elle en lui faisant un petit clin d’œil. Prends-soin de toi Dimi !

Avant même qu'il ne réponde, Viper s'était déjà volatilisée. Toujours accompagnée par ses fidèles filles, et après avoir acheté une fameuse paire de mitaines pour cacher son symbole, Viper embarqua sur un bateau qui faisait voile sur une petite île proche de Solarius. Car oui, c'est là qu'elle devait aller dorénavant, son enquête n'était toujours pas fini !

- Solarius, j'espère sincèrement que vous êtes clean...

Elle fixa l'horizon ensoleillé de West Blue et se mit en route pour sa prochaine destination, en laissant derrière elle son preux chevalier.


_________________
"Le but à la guerre n'est pas de mourir pour son organisation, mais de faire en sorte que le connard d'en face crève pour la sienne."
Bloody Viper
Revenir en haut Aller en bas
Dimitri Van Lester(Sanji)

avatar

Messages : 45
Date d'inscription : 09/02/2013

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
4/1000  (4/1000)
Expérience:
304/400  (304/400)

MessageSujet: Re: Séduire et laisser mourir [Viper & Dimitri]   Lun 10 Mar - 19:17

-On se reverra, c'est une promesse.

Dimitri repensait aux paroles de Viper. Ils se reverraient certes mais quand ? Il n’était pas triste, loin de là mais simplement contrarié. Il aurait préféré continuer son périple avec Viper quelques temps. Au lieu de ça, il avait été infecté par le poison d’un scorpion, s’était évanoui, avait laissé la belle rousse terminer son combat toute seule et s’était fait transporter à l’hôpital. Dimitri se sentait quelque peu diminué que ce soit physiquement ou virilement. Il aurait préféré avoir le rôle du chevalier servant plutôt que celui du martyr sacrifié. Il abhorrait d’ailleurs ce genre de mise en scène. Le sacrifice était une notion qui lui était totalement étrangère et qu’il trouvait plus hypocrite qu’autre chose. Il le savait. Personne, jamais personne ne pouvait choisir de donner sa vie pour une cause ou pour quelqu’un d’autre. Si quelqu’un le faisait c’était principalement pour se donner bonne conscience et pas par gaieté de cœur. Il ne comprenait d’ailleurs pas comment il avait pu risquer sa vie dans ce combat. La même chose s’était produite sur Bröz. Il avait risqué la mort pour protéger Leynina et sa sœur. Pourquoi réagissait-il comme cela ? C’est une question qui le fit réfléchir durant toute la journée. Il en vint à la conclusion que s’il avait agi comme cela, c’est qu’il éprouvait un profond respect pour ces filles. C’était une chose nouvelle pour Dimitri qui avait pour habitude de traiter les femmes comme des objets. Il se rendait compte que finalement, certaine femme ou même fille méritait la reconnaissance et le respect. Viper, Leynina, Tildra, étaient loin d’être des personne niaise et sans cervelle. Il avait enfin compris que tout le monde n’était pas fait du même bois. Il commençait à prendre un peu d’intérêt pour le genre humain.
Il fut sorti de sa réflexion par une infirmière qui lui apportait son dîner. Cela faisait maintenant une semaine que l’hôpital avait gardé Dimitri en observation pour s’assurer que le venin s’était effectivement évaporé sans laisser de séquelles. Il avait déjà sympathisé à sa manière avec toutes les infirmières qui lui rendaient visite entraînant ainsi la jalousie de la plupart du personnel masculin. Il s’en amusait d’ailleurs beaucoup. Dimitri n’avait jamais eu d’affinité avec ses congénères masculins. Peut-être était-il trop séducteur et sûr de lui. Il avait toujours plus de conquêtes à son actif que la plupart des hommes et cela le rendait très certainement antipathique. On le disait souvent vaniteux et irrespectueux. Il ne pouvait pas leur en vouloir, c’était tout lui et il ne comptait pas changer. Tandis que l’infirmière minaudait à côté de lui sans qu’il n’y prête la moindre attention, il réfléchit à la suite de ses aventures, il se demanda où il allait aller cette fois, où il allait se retrouver, sur quelle île il allait accoster ? Allait-il encore rencontrer des femmes digne d’intérêt comme celle qu’il avait rencontrées jusque là ? Il interrogea don l’infirmière à ce sujet :


-Dis-moi ma belle, t’y connais-tu en géographie ?
-Bien sûr ! À l’école j’étais totalement imbattable !
-Parfait ! Pourrais-tu m’en apprendre plus sur les îles de West Blue ? Je n’ai jamais été très inspiré lorsqu’il s’agit d’apprendre des choses qui me sont inutiles sur le moment.


Il esquissa un sourire ravageur. Elle rougit de plaisir avant de reprendre. Elle lui fit une topologie complète des îles les plus connues de West Blue. Elle lui parla tout d’abord le royaume d’Illusia, fournaise sans nom dont la population se cachait sous terre pour pouvoir vivre dans ce désert ardent. Puis elle enchaîna avec l’île de Yoshi et celle qui se trouvait juste à côté de celle-ci, l’île de Fiore. Notre tête blonde découvrit alors l’origine de petit dinosaure appelé Rolfe qu’il avait rencontré sur Bröz. Ces deux îles étaient essentiellement recouvertes de verdure. Peut de traces de civilisation humaine y avait été décelée. Dimitri était curieux d’explorer l’île où avait grandi Rolfe. Elle lui décrit ensuite l’île de Las Camp qui avait été décimé par des attaques pirates. Cette île, par contre, ne lui donnait absolument pas envie d’y mettre les pieds. Vint ensuite Golden Mine, une île de non-loi. C’est la seule chose que Dimitri retint de sa description. Non-loi ce mot résonnait dans sa tête comme un appel. Peut-être s’y rendrait-il un de ces jours. Elle lui parla ensuite de Dustone Road, une base de la Marine qui avait récemment été mise à mal par deux révolutionnaires. À cette description, il ne put s’empêcher de penser à Viper, et si cette chère demoiselle avait participé à cette mise à sac ? La petite infirmière continua sa tirade en s’attardant sur l’île d’Autunm Forever qui était selon elle sa préférée. Elle comptait prendre sa retraite là-bas. Durant la peinture de cette île Dimitri l’avait à peine écouté. Il avait tenté de reprendre le fil mais elle était déjà passée à Solarius. À ce nom, Dimitri tilta, il avait déjà entendu ce nom quelque part. Dans la bouche de Viper s’il se souvenait bien. C’était certainement sa nouvelle destination après qu’elle ait lâchement abandonné Dimitri en pleine convalescence. Eh oui, il ne s’était toujours pas remis de son départ précipité mais il n’était pas désespéré et il ne comptait pas la suivre. Et de toute façon, au vu de son activité, il ne ferait que la gêner. Elle avait déjà prouvé son envie de se débarrasser de lui lorsqu’elle avait fui sur les toits. L’infirmière allait terminer son tour des îles les plus connus de West par Bröz mais le jeune blond l’interrompit :

-J’en connais déjà bien assez sur Bröz merci. Alors… Quand est-ce que je pourrais sortir d’ici ?
-Si ça ne tenait qu’à moi tu resterais ici toute la vie.


Dimitri faillit lever les yeux au ciel tellement cette réplique était niaise et déjà toute faite. Au lieu de ça, il plaqua son sourire ravageur sur le visage et reprit.

-Moi aussi chérie, mais je ne suis pas du genre à rester fixer au même endroit. Alors, je sors quand ?
-Demain matin, tu seras libre
, répondit l’infirmière dans un triste soupir.
-Bien ! Il était temps que je reprenne la mer !

La nuit passa paisiblement et le lendemain Dimitri partit la tête pleine d’information sur la géographie de cette mer. Il ne savait pas naviguer mais au moins, il pourrait mettre un nom sur la prochaine île où il atterrirait. Il repassa une dernière fois à Shark Paradise pour récupérer ses affaires. Etant encore habillé en policier, il fit comme s’il menait une enquête concernant un jeune voleur qui se déplaçait par les toits. Pour se faire il devait donc visiter le toit, il récupéra alors sa valise en tant que preuve à conviction. Une fois son usurpation faite, il retrouva la seule plage déserte de l’île sur laquelle il avait pu accoster et où il avait laissé sa barque. Il se changea et remit ses propres vêtements. Un fois paré, il poussa sa barque à la mer et quitta Tierra del Sol.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Séduire et laisser mourir [Viper & Dimitri]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Séduire et laisser mourir [Viper & Dimitri]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Séduire et laisser mourir [Viper & Dimitri]
» (09) AIDEN - bad blood
» Aristide va-t-il laisser mourir Fanmi Lavalas ?
» Haiti: Mesures pour réduire l’inflation
» HELP IL DOIT MOURIR DEMAIN YORK 14 ANS 1/2 FOURRIERE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: All Blues :: West Blue :: La Tierra Del Sol-
Sauter vers: