PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Square Fall, farces et attrapes en tout genre [Mission, Xanya et Bonney]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Jewelry Bonney

avatar

Messages : 207
Date d'inscription : 18/02/2014
Age : 24
Localisation : South Blue : Square Fall/ Bliss/ Kiguéritou

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
8/1000  (8/1000)
Expérience:
26/400  (26/400)

MessageSujet: Square Fall, farces et attrapes en tout genre [Mission, Xanya et Bonney]   Jeu 20 Mar - 22:43

Bonney arriva sur Square Fall par un temps plus clément ce dont elle fut soulagée. Même si les deux zigotos lui avaient fait un radeau haut niveau, cela n'en restait pas moins qu'un radeau, il n'aurait pas survécu à une péripétie maritime telle qu'elle l'avait connu précédemment. La jeune pirate accosta au port où elle attacha solidement son radeau par un complexe nœud marin que ses parents lui avaient enseignés. Il s'agirait pas qu'elle perde une fois de plus son embarcation.

Elle bondit d'un pas léger sur le ponton et s'étira, les deux bras levés vers le ciel, tout son corps s'arc-boutant en arrière, en émettant un geignement libérateur. Elle exécuta quelques génuflexions et secoua ses membres pour se dégourdir. C'est après cette petite scène pleine de grâce et d'élégance, qu'elle décida d'avancer un peu et de se présenter au maire.

Le port était calme et raisonnablement rempli de bateaux, tous de petites tailles, destinés à la pêche et aux petits commerces avec les îles voisines. Les marins et autres dockers travaillaient dans une ambiance joyeuse et bon enfant faisant du port non pas un capharnaüm de cris mais de rires. Dans un premier temps déroutée, la jeune femme aux cheveux roses se souvint de la description de Square Fall comme étant une ville de joyeux lurons et blagueurs ; nul doute que des blagues devaient fuser entre chaque rire.

D'un pas ferme et décidé, les mains dans les poches de son micro short, Bonney entreprit de gravir l'énorme colline qui lui faisait face afin de trouver la ville en elle-même. Il faisait un temps agréable et même très chaud qui lui permettait d'être parfaitement à l'aise simplement vêtue de son débardeur blanc. Au terme d'une petite dizaine de minute de parcours, la jeune femme releva la tête et sous ses yeux ébahis se dressa Square Fall.

La ville était incroyablement verdoyante et en harmonie avec la nature. Nulle doute que l'imposante cascade qui semblait traverser le centre de la ville jouait un rôle dans cette impression mais Bonney fut tout de même saisie par la magnificence et le calme de la ville. Les murs des habitations étaient d'un blanc nacré où la végétation se reflétait donnant l'impression que la ville était une émeraude géante, pure, sauvage et naturelle. Les bâtiments étaient des beautés architecturales et de finesse desquels émanaient une majesté mystique. Enfin, une série de ponts aux arcs immenses complétaient le paysage et prolongeaient la grandeur des lieux. Au-delà de sa beauté, Square Fall semblait être aussi une ville immense. En effet, les habitations s'étendaient à perte de vue devant la jeune femme et elles semblaient toutes identiques.

Trouver la mairie ne serait pas une tâche aisée si celle-ci ne se démarquait pas par un quelconque signe distinctif. C'est tout de même le cœur léger et le sourire aux lèvres que Bonney franchit les quelques mètres qui la séparaient de l'entrée de la ville.

Sa bonne humeur s'envola très vite quand un petit homme rondouillard l'aborda.

–  Bien le bonjour, Mademoiselle. C'est la première fois que vous venez à Square Fall ? demanda-t-il tout sourire.

Il ne lui avait adressé qu'une poignée de mots mais Bonney avait déjà envie de lui arracher son sourire de son visage. Au sens propre du terme.

– Oui, c'est la première fois, j'espère m'y plaire, votre ville semble si jolie, répondit-elle néanmoins avec un sourire aimable et des yeux remplis de joie.

– Il vous faudra seulement passer un petit test alors pour savoir si vous êtes dignes de notre bonne ville. Ici, nous sommes les rois de la blague, de l'énigme et de la farce. Alors vous devez répondre à une devinette pour rentrer. Cela vous convient-il ?
– Absolument ! s'extasia-t-elle en joignant ses deux mains devant son visage. Elle espérait que le petit homme ne voyait pas ses phalanges blanchies par l'effort qu'elle faisait pour ne pas le frapper.

– Nous n'avons que deux coiffeurs dans le village, l'un ressemble à ceci et l'autre à cela, chez lequel iriez-vous pour être bien coiffée ? questionna-t-il en lui montrant les portraits desdits coiffeurs.

Bonney les prit et les regarda attentivement. L'un était grand, élégant, avec une petite moustache et une coupe impeccable, la raie sur le côté et une frange savamment disposée. Il avait un petit air suffisant et guindé qui horripilait déjà la jeune femme. Le second était petit, doté d'un sourire édenté, et sa coiffure était un désastre. L'homme était à moitié chauve sauf par endroit où des touffes mal coupées serpentaient dans tous les sens. Il était clair que l'un vendait son métier tandis que l'autre faisait pitié. Bonney soupira. Elle en avait rien à faire de sa devinette à la con. Pourquoi elle devrait se voir refuser l'entrée si elle se trompait ? Son regard s'attarda de nouveau sur le premier coiffeur …

– J'irais chez le mal coiffé sourit-elle en enroulant une mèche de cheveux autour de son doigt, adoptant avec soin la jeune femme niaise et débile.

– Parfait ! Bienvenue dans notre joyeuse ville, mademoiselle ! L'astuce résidait dans le fait qu'un coiffeur ne peut pas se couper lui-même, c'est donc l'homme à la coiffure désastreuse qui a coiffé le second, et vice versa.

Bonney continua de sourire comme une parfaite cruche. Elle s'en moquait de ses explications. De toute façon, jamais elle ne serait allée chez un homme qui semblait la prendre de haut comme cet homme à l'air suffisant. Elle était tout de même bien contente d'avoir eu bon. Elle n'avait pas à assommer ou tuer cet homme s'il l'avait empêché d'avancer à cause d'une mauvaise réponse. Ce qui lui aurait fatalement attiré des ennuis alors qu'elle n'avait même pas franchies les limites de la ville.

Après cette première confrontation qui donnait le ton des habitants, Bonney était bien décidée à trouver la mairie par ses propres moyens et sans leur demander quoique ce soit. Plus de devinette à la con pour aujourd'hui.

Les mains dans les poches, elle avançait le regard se promenant sur les maisons, l'oeil aux aguets du moindre petit signe distinctif apparent. Elle déambulait au petit bonheur la chance tournant parfois à droite, parfois à gauche. Au bout d'un petit moment, elle repéra une porte étrange qui se démarquait des autres par en encadrement en dorure. Son intérêt piqué au vif, la jeune pirate tourna la poignet et tira avec énergie. Elle eut tout juste le temps de faire un bond en arrière avant que la porte ne s'écroule à l'endroit au elle se tenait auparavant. La fausse porte révélait une entrée tout aussi fausse, en fait, ce n'était qu'un mur de brique avec écrit dessus « Essaye encore ». Avec toute la dignité et le sang froid possible, Bonney se détourna, non sans flanquer un coup de pied rageur dans ladite porte.

Après une petite demi-heure à chercher, elle aperçut un panneau indiquant « Mairie, 500 mètres à droite ». Méfiante, elle hésita puis tourna finalement à gauche. Le coup de la porte l'avait confortée dans l'idée que les gens étaient totalement abrutis de blagues pourries ici. Elle poursuivit donc sa route à gauche à un rythme soutenu afin d'éviter de perdre davantage de temps. Elle voulait presque abandonner avant même de l'avoir commencée sa mission de sauvetage du fils à papa local.

Après un quart d'heure de marche, elle devait bien se l'avouer, son raisonnement n'avait pas marché. Elle faisait face à une falaise escarpée et c'était quelque peu éloignée de la ville. Rageusement, elle frappa la roche taillée et se coupa la main. Le sang, qui s'échappait de la blessure, lui donna une idée. Elle jeta un petit coup d'oeil aux alentours. Personne. Alors elle se roula dans la poussière et s'ébouriffa sa chevelure rose, essayant d'avoir l'air le plus minable possible. Enfin, elle se remit en route vers le centre ville en trainant la patte. Quand elle croisa une femme d'un certain âge, elle se laissa tomber à terre, éclatant en sanglot.

– Que vous arrive-t-il ma petite, vous êtes dans un bien piètre état constata la femme avec un air désolé.

Bonney tourna son adorable visage couvert de larmes vers son pigeon et lui expliqua son problème :

– Je cherche la mairie de Square Fall mais votre ville est un tel dédale de pièges et de farces, que je me suis blessée et ai abandonné tout espoir.

Gentiment, la vieille dame lui tapota l'épaule.

– Allons, allons, ne vous en faites pas, mademoiselle. Vous êtes à deux pas, je vais vous y conduire.

Et sur ces bonnes paroles, la trop crédule femme l'amena à son lieu de convoitise et lui proposa même un mouchoir pour sécher ses larmes ou panser sa coupure. Arrivée au lieu dit, Bonney constata amèrement que la mairie se situait seulement à trois pâtés de maison de la fausse porte.

Tandis que son guide s'éloignait, la comédienne s'épousseta et s'apprêtait enfin à se présenter pour se faire embaucher par le maire lorsqu'elle se prit les pieds dans une masse énorme, tellement énorme qu'elle ne put se réceptionner et se vautra de tout son long sur les pavés.

Elle se retourna, s'apprêtant à faire passer un sale quart d'heure à ce qui avait causé sa chute, mais se figea en voyant un immense tigre blanc devant son nez, accompagné d'une jeune fille aux cheveux aussi rose que Bonney. Un tigre blanc. Sur tous les animaux dans lesquels elle aurait pu se prendre les pieds, il avait fallu que ce soit un putain de tigre blanc qui bouffait des gringalettes comme elle au petit dej.

Son périple sur Square Fall s'annonçait décidément comme étrange.



_________________
Ma renommée traversera les océans !





Dernière édition par Jewelry Bonney le Dim 27 Avr - 16:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.la-gazette-fantastique.blogspot.fr/
Xanya Longtonry

avatar

Messages : 787
Date d'inscription : 09/02/2013
Localisation : Duty Island

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
4/1000  (4/1000)
Expérience:
232/400  (232/400)

MessageSujet: Re: Square Fall, farces et attrapes en tout genre [Mission, Xanya et Bonney]   Jeu 24 Avr - 0:00

Xanya accosta sur le port de Square Fall aux côtés du marchand qui avait été si gentil avec elle. En partant de Dawn, elle avait embarqué clandestinement à bord du navire de ce dernier. Il l'avait bien sûr remarquée. Son tigre blanc ne passait plus vraiment inaperçu et Xanya pensait sérieusement à investir dans un véritable navire. Toujours était-il que le marchand avait été très indulgent et il s'était occupé d'elle et de son tigre sans jamais leur poser de question. Il lui avait expliquer que grâce à ses échanges commerciaux avec certaines bases de la Marine, il avait réussi à obtenir le tant convoité granit marin qui lui permettait de voguer librement entre les Blues. C'est ainsi qu'ils se retrouvèrent sur South alors qu'ils étaient sur East, la prochaine destination du dit marchand étant Square Fall. Le capitaine du navire lui avait décrit l'île comme l'une des plus belle de South Blue de part son architecture hors du commun et il ne faisait pas si bien dire. Xanya avait vu l'île depuis le bateau et même sans distinguer les détails de l'architecture, elle avait trouvé l'île absolument magnifique. Elle baignait dans la douce lumière du soleil qui lui donnait un éclat particulier. Elle avait hâte de poser les pieds sur cette île enchanteresse.
C'était chose faite, et déjà, elle regrettait. Elle avait à peine eu le temps de faire quelque pas avec un air émerveillé qu'elle avait été abordée par un homme à l'air gentillet qui lui proposa son aide à condition qu'elle réponde à une énigme farfelue. Elle le regarda presque avec dédain et passa son chemin. Cependant, cette attitude n'était pas du goût de l'homme puisqu'il l'affubla de jolis noms avant de revenir à la charge avec des farces bien moins sympathiques. Sortant de nul part, il piqua Xanya à l'une de ses côtes puis disparut comme il était venu. La jeune femme tourna sur elle-même en quête de cet importun. L'homme réitéra l'action plusieurs fois tandis que la jeune femme tournait à la même fréquence devenant totalement ridicule à ses dépens. C'est alors que le tigre intervint. Il connaissait sa compagne et il savait pertinemment que cette situation risquait de la rendre furieuse. Alors furtivement, il s'approcha du bonhomme qui se croyait bien caché et l'attrapa par le flanc comme s'il se saisissait d'un de ses petits et le ramena face à Xanya l'air de dire "Qu'est-ce que j'en fais ?" La jeune femme sourit, le quadrupède savait comment la faire rire. Elle secoua sa main pour signifier qu'elle n'en avait plus rien à faire. Après tout l'homme avait une telle expression de terreur sur le visage qu'il avait très certainement compris la leçon. Il ne dérangerait plus la jeune femme.
Elle continua donc à s'aventurer dans la ville. Et quelle ville ! Tout se ressemblait selon elle. La jeune femme devait refaire une nouvelle fois le plein de vivres mais pas l'ombre d'un marché à l'horizon ! Elle décida donc de se rendre à la mairie. Les employés pourraient certainement la renseigner sans qu'elle ait à passer par cet espèce de condition stupide. Malheureusement, trouver la mairie s'avéra être aussi compliqué que trouver la marché. Xanya passa plusieurs heures à suivre des panneaux, certainement faux, qui lui indiquait des directions contradictoire sur l'endroit précis où se trouvait la fameuse bâtisse. Elle était sur le point de baisser les bras quand un homme s'approcha de la jeune femme. Gants blancs, haut de forme, canne à pommeau d'argent auxquels s'ajoutaient une prestance et une démarche fluide. Cet homme était réellement l'élégance incarnée.


-Que vous arrive-t-il jeune femme ? Vous semblez totalement désemparée.
-Rien
, répondit-elle avec froideur tandis que le tigre lui donnait un petit coup de tête désaprobateur. Elle reprit donc de mauvaise grâce : Enfin, je cherche la mairie.
-Oh ! La mairie !! C'est très simple je vais vous indiquer le chemin... dès que vous aurez résolu mon énigme !


Le visage de Xanya récemment illuminé repris une couleur terne. Elle lança un regard noir à son interlocuteur. Pourquoi fallait-il que tous les habitants de cette ville soient aussi chiants ? Malgré son regard, son vis-à-vis, pas décontenancé pour un sou, continua sur sa lancée.

-Qu'est-ce qui vous appartient mais que les autres utilisent plus que vous ?

Xanya n'essaya même pas de réfléchir, toujours avec son regard noir elle lâcha un "j'en sais rien" lourd de sens.

-Mais comment voulez-vous que je vous aide si vous n'essayez même pas de chercher ! s'offusqua le dandy.
-J'ai pas qu'ça à faire.
-Vous êtes d'une impolitesse ! Vous avez de la chance que je sois une bonne âme ! Je vais vous donner la solution pour que cette énigme ne vous tourmente pas toute la nuit. La réponse était... Votre prénom ! C'est le votre et pourtant les autres l'utilisent plus souvent que vous !
-Ça m'étonnerait... Vous allez m'aider ?


L'homme était pourtant fier de son effet mais la jeune femme l'avait remis en place sans ménagement. Cependant, il l'avait dit lui-même, il avait une bonne âme. Il n'allait pas laisser la jeune femme dans le désarroi dans lequel elle se trouvait.

-Vous ne le méritez pas, mais je vous aiderais car je suis un gentleman. Suivez-moi.

Xanya lui emboîta le pas. Elle allait enfin pouvoir se renseigner correctement. Quoi que l'attitude de ce dandy la faisait tout de même douter ne serait-ce qu'un peu. À peine fut-elle arrivée à la dite mairie, l'homme s'empressa de partir afin de se débarrasser de ce qu'il devait considérer comme un fardeau. Mais la jeune femme ne s'en souciais guère, elle s'extasiait déjà face à l'immensité du bâtiment quand soudain, elle entendit un énorme bruit, comme si quelqu'un venait de tomber à terre. Elle tourna vivement la tête vers sa provenance et découvrit une jeune femme à la chevelure aussi rose que la sienne. Elle écarquilla les yeux, jamais elle n'aurait pensé ça possible. Elle resta pétrifier face à cette jeune femme à terre tandis que le tigre, sur lequel elle avait trébuché grognait de mécontentement.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Jewelry Bonney

avatar

Messages : 207
Date d'inscription : 18/02/2014
Age : 24
Localisation : South Blue : Square Fall/ Bliss/ Kiguéritou

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
8/1000  (8/1000)
Expérience:
26/400  (26/400)

MessageSujet: Re: Square Fall, farces et attrapes en tout genre [Mission, Xanya et Bonney]   Sam 26 Avr - 3:58

Le tigre blanc gronda la pirate maladroite qui recula prudemment de quelques pas. Sa propriétaire posa une main calme et apaisante dessus mais ne cessait de fixer celle qui avait osé bousculer son compagnon. Bonney mourrait d'envie de faire de la provoc pour montrer que sa peluche blanche ne l'impressionnait pas. Mais vu que cette satanée peluche pouvait lui bouffer la moitié de son corps peu garnie, la pirate eut la présence de ne rien dire hormis des excuses tout juste marmonnées. Tout en se relevant, elle s'épousseta et tourna les talons sans plus de cérémonie, ce qui était toutefois assez malpoli. Bah, elle s'en moquait.

Bonney entra donc dans la mairie. Le bâtiment était spacieux et lumineux à l'image de la ville. Le hall, grand, du marbre au sol, des meubles en un bois précieux et laqué, regorgeait de personnes qui faisait la queue devant un bureau où une blonde faisait l'accueil. Autant Bonney n'aimait pas les préjugés qui circulaient sur les couleurs de cheveux mais celle-ci avait vraiment l'air particulièrement conne. Elle l'entendait expliquer une démarche administrative quand elle s'interrompit et hurla quelque chose d'une voix de crécelle.

– Mademoiselle, vous ne pouvez pas faire entrer cette bête ici.

D'un bloc, tout le monde s'était retourné dans la direction de Bonney. Elle ne prit pas la peine de se retourner, sachant déjà qui était derrière elle. La jeune fille aux cheveux roses comme elle. Elle profita de cette diversion pour dépasser la longue file et se pencher sur le bureau.

– Pour aller voir le maire, c'est par où? s'enquit-elle tout naturellement.

La standardiste la regarda avec un drôle d'air, pinça les lèvres et fit un petit « humpf » dédaigneux.

Le peu de patience qui restait à l'impétueuse pirate s'envola.

– Bon, tu as le choix, soit tu me dis tout de suite où je peux trouver le maire, soit je fais des grumeaux dans la semoule qui te sert de face.

La jeune femme la fixa d'un air bêta, la bouche grande ouverte, les yeux tout écarquillés d'incompréhension. En soupirant, Bonney tira son couteau de cuisine et le planta sèchement à quelques centimètres des doigts de la pauvre femme.

– Ça veut dire que je vais te refaire le portrait sourit-elle largement avec toute la malfaisance qu'elle pouvait, cette ville de dingue lui avait vraiment mis les nerfs à vif.

Blanche comme un linge, la cruche lui indiqua en balbutiant le second bureau sur sa gauche au troisième étage. Satisfaite, Bonney rengaina son arme provisoire à l'arrière de sa ceinture et se dirigea joyeusement vers les escaliers sous les regards scandalisés des personnes présentes dans le hall. La jeune femme dont elle avait percuté le tigre la regardait elle aussi. Elle fronçait les sourcils. Bonney n'aurait su dire si c'était de mécontentement ou pour autre chose.

Les marches de l'escalier étaient en marbre blanc et d'une propreté impeccable en parfait accord avec la rampe en verre glacé qui glissait sur la peau. Pas pratique pour deux berrys quand on manque de se casser la gueule quoi. Sans se soucier du regard des autres, elle entreprit de monter les trois étages qui la séparaient de son objectif. Du moins c'est ce qu'elle aurait voulu mais elle sentait le poids du regard de cette jeune femme. Pourquoi la fixait-elle ? Elle lui en voulait encore pour son tigre ? Ce n'est seulement qu'en gravissant le premier palier que Bonney put se défaire son homonyme rose de la tête.

Trois étages plus tard et des poumons morts, Bonney se tenait devant la porte derrière laquelle se trouvait en théorie le maire. La jeune femme frappa puis ouvrit dans la foulée sans attendre une réponse de son interlocuteur.  Un homme d'un certain âge se tenait derrière un bureau large dans un bois tout aussi onéreux que celui du rez-de-chaussée. Il était debout, les deux mains à plat sur le bureau, une expression choquée sur le visage. Le maire était assez élégant dans un costume trois pièces dévalorisé par sa large bedaine qui dépassait de la ceinture. Un bon riche qui mangeait un peu trop bien à la cantine songea la jeune femme.

– Comment osez-vous faire interruption ainsi ? J'aurais pu être en rendez-vous! s'offusqua-t-il en faisant frétiller sa moustache d'indignation.

– La question ne se pose pas puisque ce n'est pas le cas répondit-elle avec une insolence bien marquée. Et il serait malvenu de me mettre à dos alors que je viens pour sauver votre fils.

C'était mesquin et assez salaud de la part de la jeune femme. Mais elle n'aimait pas le temps qu'il employait avec elle et encore moins cette habitude qu'il avait de la considérer comme inférieur du fait de son poste politique.

– Vous avez donc bien pris au sérieux notre annonce ! Enfin ! Il s'expliqua en voyant la mine interrogatrice de la jeune femme. Etant donné que notre ile est connue pour ses farces, personne n'est venu proposer ses services depuis la disparition de mon fils il y a de ça deux semaines. Les gens pensent qu'il s'agit d'une annonce factice pour jouer un tour à celui qu'on emploierait.

Bonney n'avait absolument pas pensé à cette alternative, bien trop appâtée par la récompense promise à la clef.

– Je vois. Bon, commençons maintenant, je pourrais comme ça rechercher votre fils le plus vite possible. Questions classiques : qui sont ses amis les plus proches, avait-il des ennemis ainsi que vous même, pourrait-il avoir fugué, y-a-t-il quoique ce soit qui aurait pu être un indice précurseur ? demanda-t-elle en jouant à fond son rôle de détective professionnelle.

Son faux professionnalisme sembla impressionner le maire qui se hâta de répondre à ses questions.

– Benjamin et Hunter sont ses deux amis les plus proches. Ils se connaissent depuis l'enfance. Quant aux ennemis, ceux de Paul ne sont guère plus que des brouilles de jeunes adultes, rien de sérieux, mais pour ma part, j'en ai forcément comme tout politicien. Rien n'indiquait qu'il pourrait partir ou disparaître, ce qui fait que je ne peux penser à une fugue. répondit le politicien de manière tendue. Il était vraiment inquiet pour son fils.

Bonney demanda où trouver les deux amis. Elle apprit que l'un, Benjamin, travaillait comme saisonnier au marché et l'autre était apprenti joaillier dans le quartier de luxe. Enfin, la pirate prit rapidement congé. Elle devait avant tout trouver un endroit où passer ses nuits et ensuite faire quelques repérages géographiques pour trouver, plus rapidement qu'elle ne l'avait fait avec la mairie, le marché et le quartier de luxe.

Elle descendit les escaliers, un peu moins énervée que lors de la montée, et se permit même un sourire à la réceptionniste qui pâlit en la voyant de nouveau. Enfin, elle sortit de la mairie non sans remarquer que la jeune femme qui l'avait tant observée n'était plus là. Du moins c'est ce qu'elle crut jusqu'à ce qu'elle la voit, adossée au bâtiment directement face à la sortie de la mairie. Son visage se releva, son regard s’éclaircit. Pas de doute, c'était bien la pirate qu'elle attendait.




_________________
Ma renommée traversera les océans !





Dernière édition par Jewelry Bonney le Sam 10 Mai - 13:08, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://www.la-gazette-fantastique.blogspot.fr/
Xanya Longtonry

avatar

Messages : 787
Date d'inscription : 09/02/2013
Localisation : Duty Island

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
4/1000  (4/1000)
Expérience:
232/400  (232/400)

MessageSujet: Re: Square Fall, farces et attrapes en tout genre [Mission, Xanya et Bonney]   Jeu 8 Mai - 2:01

La jeune femme caressa le tigre pour le calmer. Celle qui se trouvait en face d'elle l'intriguait. Elle n'était pas mystérieuse, non, mais elle remettait en question toute l'enfance de Xanya. Elle se posait d'ailleurs plusieurs questions. Avait-elle été victime de brimade elle aussi ? Était-elle aussi renfermée sur elle-même ? Réussirait-elle à lui parler ?
Elle n'eut pas le temps de répondre à ces questions car son homologue s'éloignait déjà en bougonnant tandis que Xanya restait debout encore figée de stupeur. Elle secoua la tête en repensant à ce qu'il venait de se passer. Elle devait avoir l'air d'une parfaite cruche à rester debout sans rien dire. C'était décidé, la prochaine fois qu'elle la verrait, elle lui parlerait. Pour l'heure, elle devait encore se renseigner sur l'emplacement du marché. Elle tenta donc d'entrer dans la mairie, mais elle fut interrompue par un cri strident :


– Mademoiselle, vous ne pouvez pas faire entrer cette bête ici.

*C'est pas juste une bête !* pensa-t-elle partagée entre l'outrage et l'exaspération.

Des gardes s'approchaient déjà d'elle, ou plutôt de son tigre, pour le maîtriser, ou tout du moins essayer de le maîtriser. Xanya, elle, ancra ses pieds au sol, elle savait ce qui allait suivre et son équilibre en avait déjà fait les frais. L'animal était de plus en plus agacé et contenir ses émotions ne faisait pas partie de ses habitudes, aussi il rugit. Il rugit si fort qu'on aurait dit qu'une tempête s'était engouffrée dans la mairie. La jeune femme tenue bon mais la plupart des personne présentent vacillèrent et les gardes firent quelques pas en arrière. Elle leur décocha un sourire moqueur et reprit sa route jusqu'au guichet, le tigre à ses côtés.
Elle chercha l'autre jeune femme des yeux mais elle l'avait perdue de vue. Peut-être était-elle déjà sortie ou alors, elle était dans une autre aile de ce bâtiment immense. Elle se concentra alors de nouveau sur son projet initial quand la femme au guichet l'appela :


-Mademoiselle ! Enfin ! C'est la troisième fois que je vous appelle ! Que puis-je pour vous !

Ce n'était même plus une question, c'était devenu une formule dit à la va vite histoire de se débarrasser au plus vite des visiteurs. Xanya aurait voulu lui envoyer une réplique cinglante pour lui rabattre son caquet mais elle ne s'en sentait pas capable. Elle se contente donc d'un simple :

-Pardon. Le marché.
-Vous pourriez être plus précise...
-Je cherche le marché.
-Il n'a pas lieu aujourd'hui
, répondit-elle avec l'air le plus blasé et impoli qu'on pouvait prendre.
-Dites quand même.
-Pour trouver le marché
Près de l'eau tu iras,
Mais surtout garde bien à l'idée
Que l'amour te guidera.


Xanya leva les yeux au ciel ! Il ne pouvait pas y avoir un renseignement gratuit sur cette île ? Voyant son exaspération, l'hôtesse lui répondit sans scrupule :

-Je ne peux rien faire de plus pour vous. Au revoir.

La jeune femme sortie donc en tentant de résoudre l'énigme. Elle s'adossa à un mur se trouvant quelques mètres plus loin et se tritura les méninges. Elle ne comprenait absolument pas où voulait en venir cette énigme. Elle n'avait même jamais réellement connu l'amour alors comment devait-elle le laisser la guider ! Peut-être devrait-elle faire confiance à son tigre. Mais comment cette réceptionniste aurait pu connaître les liens qui les unissaient. Elle était complètement désemparée. Elle releva alors la tête comme si regarder autour d'elle lui procurerait une quelconque aide. Mais quelle ne fut pas sa surprise lorsqu'elle vit approcher l'autre jeune femme aux cheveux roses. Elle était tout de même contente de la revoir. Elle voulait réellement en apprendre plus sur elle. Et cette fois-ci, elle oserait parler ! Elle engagerait même la conversation. Elle était déterminé. Elle était prête ! Cette fois elle triompherait face à sa timidité presque maladive. Et cette fois....

-Quoi ? Pourquoi tu me regardes comme ça ? Si c'est pour ton tigre je me suis déjà excusée mais je peux le refaire si ça te fait arrêter de me fixer comme ça.
-Non.


Elle n'avait pas réussi ! Elle n'avait même pas eu le temps de tenter quoique ce soit ! En son for intérieur, elle dépérissait presque !

-Pardon, tu n'y es pour rien si je suis en colère ... Je m'appelle Jewelry Bonney, pirate de mon état, et d'humeur massacrante.
-Xanya.
-Et. .. lui ?
demanda-t-elle en pointant l'animal du doigt.

Le regard de la jeune femme fit quelques allers-retours entre le doigt de son homologue et ce qu'elle désignait. Elle répondit alors presque complètement désemparée face à la lacune qu'elle venait de mettre en évidence :


-Il a pas de nom...
-Ah ... et tu es venue faire quoi dans cette ville de fou ?
-Acheter des vivres.
-Malheureusement pour toi, je sens que ça va pas être une mince affaire
, sourit elle, alors, pourquoi tu me fixais ?
-On a les mêmes cheveux.
-Oh c'est tout ! J'ai cru que je t'avais posé des problèmes dans le passé mais que je m'en souvenais plus. Je dois parler à quelqu'un au marché tu sais où c'est ?
-J'ai une énigme à résoudre.
-Quoi, encore ? Mais ils font chier sur cette île de merde ! Bon, vas-y dis toujours, on y arrivera peut-être à deux. Sinon, tu me dis qui c'était ... et on verra s'il tient à sa langue plus qu'à son énigme.


La jeune femme écarquilla les yeux face à tant de violence ! Bonney se reprit donc :

-T'inquiètes pas va, ça ne m'est pas arrivé souvent d'aller jusque là. Et puis, vu que tu as pas l'air d'apprécier l'idée, je pourrais juste demander à quelqu'un d'autre. Bon, alors cette énigme ? T'as beau ne pas être du genre causante, il me faut un minimum pour que j'enchaîne pour deux, dit-elle en lui assénant une tape amicale dans le dos.

Xanya resta pétrifiée quelques secondes. Le geste amicale de l'autre jeune femme l'avait quelque peu embarrassée. Elle n'était pas habituée à ce genre de considération.


-Pour trouver le marché
Près de l'eau tu iras,
Mais surtout garde bien à l'idée
Que l'amour te guidera.

-... ... Trèèèèèèèès bien, plan B
, dit-elle en faisant craquer ses phalanges.

Le tigre gronda. C'était fou comme il pouvait être sage parfois. Xanya le caressa et il tourna sa tête vers elle pour lui faire comprendre ce qu'il voulait. Xanya reprit donc en servant d’interprète :


-Pas de violence.
-Pffff, d'accord boule de poil. M'enfin, ils sont marrants, de l'eau y a que ça sur leur île !
-Marchons, il y a peut-être des indices.
-Mouais, t'es bien optimiste tout de même, t'as pas vu le nombre de pont qu'il y a ici ! J'aurais dû demander au maire pendant que j'étais avec lui. Ou même mieux, une carte de la ville ! Mais je crois qu'il va m'expatrier si je continue à surgir comme ça dans son bureau. Et puis comment on pourrait trouver un indice sur l'amour qui nous guidera. Quel phrase niaise ! Ça me rappelle mes parents, brrrr
-Le Maire ?
–Ouais son petit fiston a disparu depuis quelques temps et y a une récompense pour quiconque le trouvera, vu que je suis à sec à cause d'une tempête, je me suis dit que ce serait de l'argent facile mais bon, vu comment est la ville, j'en ai pas fini avec cette histoire. Je vais leur montrer qui se jouera le mieux de l'autre
, ricana-t-elle à ses mots.
-T'es mal partie, railla Xanya se surprenant elle-même de sa réaction.
–Pourquoi tu dis ça ? s'étonna-t-elle de ce soudain mouvement d'humeur.
-Une énigme, pas de réponse et on a toujours pas bougé.
–Oh mais je te parlais pas sur ce plan là. Je vais pas me laisser faire comme ça, allez viens on bouge un peu, et tu me comprendras bien assez vite.


Sur ce, Bonney prit les devant et Xanya la suivit sans se poser plus de question.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Jewelry Bonney

avatar

Messages : 207
Date d'inscription : 18/02/2014
Age : 24
Localisation : South Blue : Square Fall/ Bliss/ Kiguéritou

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
8/1000  (8/1000)
Expérience:
26/400  (26/400)

MessageSujet: Re: Square Fall, farces et attrapes en tout genre [Mission, Xanya et Bonney]   Dim 11 Mai - 1:07

La silencieuse Xanya avait au moins pour elle de ne pas être une compagne de voyage chiante. Elle disait le stricte minimum et n'assommait pas Bonney de détails insignifiants, c'était absolument parfait pour son humeur et rôle fixé pour cette île. Une île de casse couille. Qu'à cela ne tienne, elle sera pire. Toutefois, cette option semblait ne pas satisfaire Xanya. Bah de toute façon, elles n'allaient qu'au marché ensemble, la pirate pourrait toujours couper deux ou trois parties anatomiques non essentielles après leur séparation. Tout en marchant, les mains comme toujours enfoncées dans son fidèle short à rayures, Bonney marmonna les paroles de l'énigme, en fixant ses bottes.

En quoi l'amour la guiderait pour aller au marché ? Cette phrase lui rappelait définitivement ses givrés de parents. Une phrase typiquement hippie qu'ils pourraient dire entre deux coups de faux en plein pillage. La pirate n'était pas pressée de les rencontrer sur les mers, ça non. Elle était partie pour une bonne raison, c'était pas pour les croiser de sitôt !

Elle constata à quel point ses pensées s'étaient dissipés et maudit une fois de plus ses géniteurs, même s'ils n'y étaient pour pas grand chose dans l'histoire. Près de l'eau, il faut aller près de l'eau. Bonney avait déjà été près des côtes lorsqu'elle s'était perdue et était absolument sure et certaine de ne pas y avoir vu de marché. Il fallait donc aller au cœur de la ville. Mais celle-ci était un réseau de rivière, de ponts et de cascades, comme elle l'avait vu au loin en arrivant ce matin.

Les deux jeunes femmes avaient donc le choix entre les côtes opposées à celle qu'avait vues Bonney, les milliers d'intersections d'eau de la ville ou les cascades. Bonney commençait à avoir mal à la tête et releva la tête pour voir ce que faisait de son côté sa camarade. Celle-ci la regardait et détourna la tête quand elle se fit surprendre. Songeuse, la pirate entortilla une mèche de cheveux sur son index. Qu'avait donc d'exceptionnel leurs cheveux pour que Xanya bloque dessus ? Malgré qu'elle songeait à cela, Bonney passa du coq à l'âne :

– Alors, tu as une idée qui est venu entre temps ? questionna-t-elle.

Xanya fit signe que non et Bonney soupira. Il n'était pas dans ses plans de passer une putain de journée à chercher le marché. Elle avait suffisamment perdu de temps avec ne serait-ce que la mairie. Observant les alentours, la pirate se rendit compte qu'elle avait marché absolument au hasard et n'était même pas capable de retrouver la mairie d'où elle était. Sur sa droite, elle repéra deux personnes en train de discuter et se décida à les aborder. Xanya la fixa surprise et la regarda s'éloigner dans un mot.

– Bien le bonjour, messieurs dame, nous cherchons le marché, auriez-vous l'amabilité de nous renseigner s'il vous plait ? demanda-t-elle avec un sourire crispé et forcé.

Le jeune couple, car il ne faisait aucun doute que c'était un couple au vue de leur exploration buccale, ouvrit la bouche en même temps pour lui indiquer :

–Pour trouver le marché, près de l'eau tu iras, mais surtout garde bien à l'idée que l'amour te guidera.

Et le couple s'approcha de nouveau amoureusement les yeux coulants de guimauve. Bonney, l'agacement de nouveau ravivé et proche de la colère, empoigna par le col le jeune homme sous les yeux ahuris de sa douce, le soulevant à dix bons centimètres du sol.

– Mais vous pouvez pas parler normalement dans cette saloperie de ville !

Alors que la pirate le secouait comme un prunier et s'apprêtait à le plaquer contre le mur le plus proche, elle entendit un raclement de voix et un grognement sourd.

– Pas de violence, répéta Xanya.

Agacée, Bonney lâcha le malheureux et frappa de mauvaiseté le tonneau à côté l'aspergeant au passage, ce qui était un moindre mal à côté de ce qu'il allait subir. De nouveau, les yeux de Xanya s'élargirent de surprise. Mais Bonney en avait marre, elle piétinait alors qu'elle voulait passer à autre chose, elle avait besoin de se défouler. Elle songea qu'elle aimerait que le fils à papa se soit fait enlever. Elle pourrait à loisir maltraiter ses kidnappeurs. Oh ouais, elle voulait définitivement que le fils du maire ait été victime d'un kidnapping. Revigorée par cette idée, elle repartit en observant les maisons, cherchant d'éventuels panneaux qui n'auraient de toute façon servi à rien.

De nouveau, elle réfléchit à l'énigme. Seule, elle aurait de nouveau piégé ou escamoter quelqu'un pour avoir la réponse mais accompagnée de l'étrange jeune femme et de son félin, Bonney préférait se cantonner à un seul rôle, une seule personnalité, pour ne pas dévoiler son jeu et ses capacités trop rapidement. Sait-on jamais. L'amour te guidera. Elle savait que la clé reposait là-dessus en association avec l'eau. De l'eau remplie d'amour ? Une connerie pareille existait-elle, pensa-t-elle effarée. Non sinon ça serait réputé et elle y aurait forcément été dans sa jeunesse avec l'équipage de ses parents.

L'amour te guidera …

– De quoi je me sers pour me guider habituellement … Une carte, un compas, des panneaux, le soleil, les étoiles, une boussole, un sextant, marmonna-t-elle pour elle-même.

A sa grande surprise, Xanya lui répondit :

– Les points cardinaux.

– Les points cardinaux ? Explique toi un peu plus, mon cerveau est en train de fondre.

Comme mal à l'aise, Xanya expliqua, allant au plus direct, comme depuis que Bonney l'avait rencontrée :

– Tous ces moyens utilisent la même référence pour indiquer la direction : les points cardinaux.

– Les points cardinaux … répéta de nouveau la pirate. Mais l'amour n'est pas un point cardinal, se lamenta-t-elle.

Xanya haussa les épaules signifiant sans doute qu'elle n'avait pas plus d'idée.

– L'amour te guidera … Donc comme un point cardinal, dirons nous. Mais il n'en est pas un. Cependant on doit le considérer tout comme. Ah ! Derrière l'amour se cache le nord, l'est, l'ouest ou le sud ! Il représente l'un des quatre ! Qu'en penses-tu Xanya ?

– Possible, répondit sobrement celle-ci modérant l'enthousiasme de la pirate.

Celle-ci sentit son moral redescendre en flèche. De l'eau, il pouvait y en avoir autant au nord, à l'est, à l'ouest qu'au sud étant donné que c'était une île. Elle ne pouvait même pas s'aider de ça.

– T'es vraiment sûre que je peux pas aller questionner quelqu'un ? demanda la jeune femme, les yeux brillant d'une envie de se défouler.



Pour Xanya (et personne d'autre bande de curieux):
 


_________________
Ma renommée traversera les océans !



Revenir en haut Aller en bas
http://www.la-gazette-fantastique.blogspot.fr/
Xanya Longtonry

avatar

Messages : 787
Date d'inscription : 09/02/2013
Localisation : Duty Island

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
4/1000  (4/1000)
Expérience:
232/400  (232/400)

MessageSujet: Re: Square Fall, farces et attrapes en tout genre [Mission, Xanya et Bonney]   Ven 30 Mai - 1:22

Pour ne pas avancer, elles n'avançaient pas d'un pouce. Pire ! elles tournaient en rond ! Bonney tentaient d'interroger, à sa si douce manière, les passants mais tous lui rabâchaient toujours cette seule et même énigme. Les deux jeunes femmes se trouvaient dans une impasse quand soudain Xanya eut une illumination.

-Les points cardinaux.

La réflexion avançait mais elle n'était encore qu'une ébauche. Il n'y avait aucune référence à un point cardinal dans l'énigme qu'elles tournaient et retournaient dans leur tête. Bien sûr, l'amour pouvait représenter un point cardinal mais rien était moins sûr. L'expressive jeune femme se torturait l'esprit autant que Xanya mais elles n'arrivaient à rien. Alors Bonney se tourna vers l'autre et lui demanda d'un air suppliant :

-T'es vraiment sûre que je peux pas aller questionner quelqu'un ?

Xanya esquissa alors un sourire imperceptible et tendis son bras. Elle indiquait une direction. La jeune femme au short la suivit du regard puis revint de nouveau sur son visage, perplexe.

-Quoi ? Qu'est-ce qu'elle a cette pierre ?
-Des gens ce sont arrêtés devant
, fit Xanya en haussant les épaules.

Après tout c'était peut-être une piste. Elle avait effectivement remarqué certaines personnes rester quelques minutes devant cette pierre aux motifs étranges. Un œil couplé à nombre de circonvolutions et d'arabesques se trouvait en son centre. En somme cette pierre allait bien avec le décor mais leur serait-elle réellement d'une quelconque utilité ? Elles allaient le savoir. Elles restèrent plusieurs minutes à fixer l'étrange rocher, attendant que quelque chose se passe. Mais rien ne se produisit. Bonney fit un grand geste des bras défaitiste tout en râlant de tout son soûl. Cette mission allait sûrement s'avérer plus longue que prévu. La jeune femme vulgaire s'assit alors sur la pierre tandis que Xanya la regardait faire amusée. Curieux. C'était vraiment curieux comme Xanya s'ouvrait facilement au contact de Bonney. Elle était plus espiègle et plus encline à l'amusement. Bien sûr rien ne transparaissait sur son visage mais elle le ressentait. Soudain, la pierre dit quelque chose, oui "dit", la pierre avait parler. Comment ? Le mystère restait entier. Toujours était-il que les deux jeunes femmes ne purent distinguer ses propos car le cri étouffé qu'avait poussé Bonney avait couvert la "voix" de la pierre. De plus la jeune femme avait enchaîné par un nombre incalculable d'insanités, affublant la pierre des plus doux noms d'oiseaux possibles. Xanya fit un sourire en coin tout à fait visible. L'autre jeune femme au cheveux roses la faisait décidément bien rire.
La stupeur passée, les deux jeunes femmes s'approchèrent lentement, mais sûrement, de la pierre. Cherchant comment le système s'était enclenché. C'est finalement Bonney qui se décida à toucher la pierre du bout du doigt. la réaction fut immédiate. Sortie de nulle part, la voix déclara :


-Dans ce bas monde le chiffre quatre est la clé.
Quatre points cardinaux,
Quatre cascades d'eau,
Quatre émotions qui animent l'humanité.

La raison, la candeur, le courage et l'amour
Vous indiqueront le bon chemin pour toujours.
L'ouest vous mène au premier état de la vie,
Et le nord montre la voie pour le paradis;

L'est vous accompagne à vos années de folie,
Alors que le sud vous suis toute votre vie.
Une direction, une cascade, un sentiment
Et l'île de Square Fall vous livre serment.

-Mais bordel ! C'est quoi se putain de charabia !
s'écria Bonney apparemment au bord de la crise de nerf.

Xanya ne pouvait pas être plus d'accord. Non seulement elles étaient perdues mais en plus les seules aides extérieures qu'elle recevaient étaient des énigmes sans queue ni tête ! Pourtant, elles ne devaient pas être si défaitistes. Elles semblaient avoir raison sur un point, l'amour correspondait à un point cardinal, mais lequel ? La raison, la candeur, le courage et l'amour étaient les émotions qui apparemment animaient l'humanité.

*J'aurais choisi d'autres mots...* commenta Xanya pour elle-même.

Si chacun des points cardinaux exprimaient un sentiment, le tout était de trouver lequel. L'ouest était donc le sentiment, l'attribut que chaque être possède au début de sa vie. Qu'est-ce que partageait chaque enfant, chaque nourrisson ? La faim ? Le besoin obsessionnel qu'on s'occupe de soi ? Xanya était perplexe. Aucun de ses qualificatif ne correspondait aux émotions évoquées dans l'énigme.

-L'est, un bébé, une émotion.... dit-elle pour s'aider elle-même dans sa réflexion.
-La candeur !

Xanya regarda sa interlocutrice avec un air étonné. Qu'entend-elle par candeur ? Avait-elle trouvé quelque chose ?

-La candeur, Xanya ! C'est ça ! L'est, le premier état de la vie ! Qu'est-ce qu'il y a de plus innocent qu'un bébé !

Xanya releva un sourcil. Ce n'était absolument pas la définition qu'elle aurait donné d'un bébé.

-C'est la seule solution valable. Si tu as une meilleure idée, vas-y je t'écoutes mais je pense avoir trouvé la solution pour l'ouest.

La jeune femme taciturne ne répondit rien, considérant la solution de sa compagne de fortune.

-Si on suit cette logique... Le nord doit certainement représenter l'âge le plus avancé de la vie. L'âge de raison comme on dit ! C'est pourtant si simple quand on y réfléchit un peu ! Il ne reste plus que l'est et le sud...

Encore une impasse. Les jeunes femmes avaient compris l'astuce mais bien sûr, elle n'avait pas encore trouvé quelle direction correspondait à l'amour. L'un conduisait aux années de folies, l'autre à la vie entière.

-L'amour c'est le sud, assura Bonney alors que Xanya commençait à peine sa réflexion. On est capable d'aimer à tous les états de la vie ! Quand on est enfant on aime ses parents, quand on grandit on se trouve un, ou plusieurs, compagnons et quand on est vieux on aime ses enfants. C'est triste à dire mais ce sont mes parents qui m'ont appris ça.
-On peut être courageux chaque état aussi.


Il y eut un blanc. La jeune femme taciturne venait de briser la théorie de l'autre en l'espace de deux secondes.

-Raaaaaaaah elle est mal foutu cette énigme aussi !

Le silence retomba entre les deux jeunes femmes. Bonney s'était assise à terre en tailleur, les coudes sur les genoux et les mains sur les tempes. Peut-être cette position l'aidait-elle à se concentrer. Xanya, quant à elle, caressait machinalement le pelage du tigre. Aucune contre-idée ne lui vint en tête.

-Ah ! S'exclama alors son interlocutrice ! On peut être courageux à tous les états de la vie mais jamais aussi téméraires que lorsqu'on a... À peu prêt notre âge. Pourquoi toi et moi serions partis à l'aventure autrement.

*Parce que j'ai aucun endroit où allez...* répondit Xanya pour elle-même de nouveau.

-Donc... L'amour c'est le sud ?
-Oui
-Comment ?
-Comment quoi ? Il va vraiment falloir que tu étoffes tes phrases tu sais.
-Comment on y va ?
-Ah ça ? T'en fais pas, je sais me repérer ! Suis moi.


Encore une fois, Xanya obtempéra sans aucune suspicion, elle suivit sa nouvelle acolyte sans se poser la moindre question. Elle marchèrent quelques minutes avant de se retrouver au port d'où elles étaient toutes les deux venues.

-...
-C'est pas possible !
-Joli repérage
, railla Xanya.
-Je sais me repérer ! Il doit nous manquer un élément...
-L'eau.
-Oui c'est pas ça qui manque, on est au bord de la m... Mais oui ! l'eau, une cascade ! C'est ce que disait l'énigme ! Le marché se trouve prêt de d'une cascade au sud !! Ah bah mon vieux ! On aura bien lutté hein !


L'énigme enfin résolue, les deux jeunes femmes reprirent leur route.


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Jewelry Bonney

avatar

Messages : 207
Date d'inscription : 18/02/2014
Age : 24
Localisation : South Blue : Square Fall/ Bliss/ Kiguéritou

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
8/1000  (8/1000)
Expérience:
26/400  (26/400)

MessageSujet: Re: Square Fall, farces et attrapes en tout genre [Mission, Xanya et Bonney]   Mer 11 Juin - 2:51

Toutes les clés en main pour enfin trouver le marché, Bonney était d'une humeur plus légère pour repartir du port dans lequel elles avaient malencontreusement atterri, lui valant les moqueries gentillettes de Xanya. Elles avaient beau avoir le même âge environ, Bonney voyait bien qu'elles étaient radicalement différentes, et pourtant, la jeune femme aux petites oreilles de chat semblait se détendre au fur et à mesure du temps passé en sa compagnie. Malgré que la jeune femme la restreigne dans ses mouvements, Bonney l'appréciait comme compagnon de route mais elle poserait problème si elle la suivait plus loin et que l'enquête se complexifiait.

Au bout de quelques minutes de marche, ponctuées de ses sifflements joyeux, la pirate trouva enfin là où se tenait le marché … quand il avait lieu. Ce qui n'était pas le cas aujourd'hui. Trop, c'était trop, Bonney cracha un florilège d'insulte colorée en faisant des grands gestes des bras, tapant du pied à plusieurs reprises sur le pavé qui lui avait pourtant rien fait.

– Putain de saloperie d'habitants à la con ramollis du cerveau mou comme des limaces baveuses bigleuses ! Y en a pas un parmi tous ces abrutis que j'ai interrogé qui pouvait me prévenir qu'il y avait pas le marché aujourd'hui. Raaaaaah, si je les tenais … Quelle bande de ramassis de cloportes misérables, bon à être écraser du talon !

La pirate pestait pendant qu'à côté Xanya semblait amusée par sa réaction mais aussi embêtée. La jeune femme, bien trop occupée à maudire et insulter les coutumes de merde de cette île, ne s'en soucia pas.

La grande place était vide de toute activité, seuls quelques habitants passaient par-ci par-là, non sans regarder avec étonnement les deux jeunes femmes aux cheveux roses, l'une à cause de son comportement, l'autre à cause de son animal de compagnie pour le moins surprenant. Bonney était exaspérée d'avoir perdu une journée pour rien. Pire ! Une journée à déambuler dans une ville magnifique mais sans queue ni tête, la perdant elle qui avait un sens de l'orientation à toute épreuve. La pirate se pinça l'arête du nez entre deux doigts, se forçant à reprendre son calme. Elle devait analyser les lieux et trouver un plan de secours pour ne pas avoir perdu son temps. Tout d'abord, bien repérer la place bien pouvoir s'y rendre demain.

Les bâtiments se ressemblaient tous, ce qui désespérait la jeune femme au caractère bien trempé. Elle les observait méticuleusement et pouvait noter d'infimes détails qui les différenciaient mais pas assez pour que cela lui fasse des repères définitifs. Elle repéra du mouvement du coin de l'oeil et s'y intéressa : des personnes. Mieux encore, ils semblaient être des touristes sortant en groupe d'un immeuble. Soit c'était un lieu touristique, soit c'était un hôtel. Aussitôt, les yeux violets de la jeune femme brillèrent d'intérêt.

– Xanya, on se sera pas cassé le cul pour rien ! Je pense qu'il y a un hôtel là, c'est l'idéal pour nous deux qui avons besoin du marché ! Viens on va se renseigner.

Sans se soucier de la réponse de sa compère, Bonney y courut à grand pas. De toute façon, elle n'était pas certaine que la très discrète Xanya aurait répondu. Elle entra sans cérémonie et constata avec joie que c'était bel et bien un hôtel. Pas la grande classe, très banal, mais un hôtel tout de même. Elle n'en demandait pas moins. Mieux ! Un hôtel tenu par un homme à l'accueil ! La pirate s'en frottait les mains d'avance, celui-ci, elle allait se le mettre dans la poche. Elle s'accouda au comptoir, un sourire éblouissant, quelques mèches de cheveux ramenées habilement d'une main sur le devant de son épaule et qui terminaient leur course dans son décolleté léger mais qui laissait deviner ses courbes.

– Bonjour, charmant jeune homme, mon amie et moi-même cherchons un endroit où passer la nuit, pourrions nous avoir deux chambres une personne, s'il vous plait ?

L'homme déglutit et faisait des efforts admirables pour garder son professionnalisme, regardant la pirate droit dans les yeux.

– Bien sûr, mesdemoiselles, j'ai ce qu'il vous faut. Nous avons deux chambres à 3 000 berrys avec salle de bain intégrée.

La jeune femme retint un fou rire devant l'argument pas très convaincant du réceptionniste mais continua son petit numéro :

– 3000 berrys, j'ai bien peur de ne pas avoir assez. Mais peut-être que l'on peut s'a-rran-ger ? demanda-t-elle en se penchant davantage sur le comptoir pour ensuite effleurer du bout des doigts la joue du malheureux jeune homme qui piqua un fard.

– Ah … euh … oui, bien sûr, … on peut s'arranger avec des clientes si … aimables. Nous dirons 1 500 berrys ?

La pirate sourit en passant lentement sa langue sur ses lèvres :

– Parfait. Et bien sûr, l'animal de mon amie est autorisé dans la chambre.

Jaugeant la taille de l'animal en question, le visage du réceptionniste se décomposa mais un regard à la pirate manipulatrice lui fit accepter, non sans crainte des dégâts que pourrait causer un tel animal. Il leur donna leurs clés tandis que Bonney saisissait une brochure touristique au vol.

– Regarde Xanya, j'ai peut-être trouvé la solution à nos problèmes d'orientation !

Toute contente, la pirate se mit à ses côtés et déplia la revue qui marquait effectivement les lieux emblématiques de la ville sur une carte. Malheureusement, un coup d'oeil à la légende fit perdre aussitôt le sourire à la pirate qui sortit de la pièce, furieuse, et se laissa tomber à genou une fois dehors, frappant du poing au sol comme une actrice dramatique en lâchant un « Pourquooooooooiiiiiiiii » tout aussi théâtral. Xanya regardait avec intérêt les changements d'attitude de sa compagne tantôt charmeuse, tantôt contente, tantôt ultra violente. En lisant avec plus d'attention la carte, elle comprit le désarroi de Bonney. Sur leur position était représentée une croix, ce qui d'après la légende était « Pour trouver le marché, près de l'eau tu iras, mais surtout garde bien à l'idée que l'amour te guidera. ». A ses côtés, Bonney râlait une fois de plus, jurant de nouveau contre la ville de timbré dans laquelle elle était tombé. Même sur une putain de carte touristique, les lieux étaient marqués selon leurs énigmes.

Déterminée à ne pas devenir folle, à ne pas perdre contre cette ville, la pirate se releva et saisit les deux épaules de Xanya :

Je vais y arriver, Xanya, je ne vais pas perdre contre cette île de taré, foi de Jewelry ! D'ailleurs, j'ai commencé la contre attaque à l'hôtel. Au fait, la ristourne, c'est pour toi, moi je m'en contrefous, je vais me tirer sans payer. Hé hé hé, ce sera un de mes premiers méfaits de pirate solo, se vanta-t-elle, ou presque, ajouta-t-elle en se rappelant les médecins attaqués après la tempête qu'elle avait essuyée. Bon, je vais me rabattre sur le dénommé Hunter. Techniquement, il devrait pas être bien loin. Et puis, une joaillerie, ça devrait se voir tout de même, c'est clinquant, ça brille, ça en met plein la vue. Ouais, je devrais facilement trouver. Au pire … héhéhéhéhé … Réalisant qu'elle parlait pour elle même à voix haute, la jeune femme demanda à sa compère : Tu viens avec moi ou tu vas voguer à tes petites affaires.

La timide jeune femme sembla lui sourire et répondit du tac au tac :

– Je viens. Je ne voudrais pas qu'il y ait des morts dans ton sillage.

Bonney rit aux éclats d'une telle réplique et lui passa le bras autour des épaules cette fois-ci, le poing vers le ciel :

–Allons-y ! Alors, d'après la carte on est là. Voyons, le quartier de luxe ou shopping ne devrait pas être loin. Humm, l'endroit est indiqué par un rond, le rond correspond à … Oh et puis merde, j'y vais, je verrais bien de mes propres yeux si je suis dans le quartier de commerçant de luxe ou pas.

Et sur ce, les deux chevelures roses partirent.



_________________
Ma renommée traversera les océans !



Revenir en haut Aller en bas
http://www.la-gazette-fantastique.blogspot.fr/
Xanya Longtonry

avatar

Messages : 787
Date d'inscription : 09/02/2013
Localisation : Duty Island

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
4/1000  (4/1000)
Expérience:
232/400  (232/400)

MessageSujet: Re: Square Fall, farces et attrapes en tout genre [Mission, Xanya et Bonney]   Jeu 25 Sep - 15:11

Décidément cette Bonney était réellement un phénomène. Elle s’était mise à crier tout en pestant contre les habitants de cette île car le marché n’avait pas lieu le jour même. Xanya l’avait pourtant prévenue au préalable, elle l’avait sans doute oublié, trop obnubilée par la résolution de cette énigme. Toujours était-il que ce n’était pas arrangeant pour autant, il allait falloir qu’elles trouvent un moyen de passer la nuit sur l’île, dans un endroit protégé, histoire de ne pas finir gelées comme un glaçon. Bonney trouva un hôtel presque immédiatement et après avoir fait du charme au pauvre concierge, les deux jeunes femmes eurent droit à une ristourne et à l’autorisation d’amener le tigre dans une chambre. Elles ne pouvaient pas rêver mieux. Et pourtant ! Bonney, venait de trouver une brochure touristique qui devrait sans doute les aider pour la suite se repérer sur l’île. Elle la déplia et après s’être ruée dehors comme une furie, elle tapa du poing au sol dans un geste des plus théâtrales. Mais apparemment, elle ne comptait pas se laisser abattre. Elle se tourna vers la jeune femme au tigre et lui dit :

-Je vais y arriver, Xanya, je ne vais pas perdre contre cette île de taré, foi de Jewelry ! D'ailleurs, j'ai commencé la contre-attaque à l'hôtel. Au fait, la ristourne, c'est pour toi, moi je m'en contrefous, je vais me tirer sans payer. Hé hé hé, ce sera un de mes premiers méfaits de pirate solo…

Le reste de la phrase resta en suspens. Xanya ne l’entendis pas. C’était comme si Bonney s’était arrêtée de parler juste après la mention de ce mot interdit. Elle avait dit qu’elle était une pirate. Or c’est bien des pirates qui avait décimé son village et tué ses parents… La jeune femme se sentait démunie, trahie et terriblement stupide. Elle avait suivi une pirate sans même s’en rendre compte et tout ceci parce qu’elles avaient la même couleur de cheveux. Elle tremblait, des sueurs froides lui parcouraient l’échine. La colère montait la mettant dans un état second. Doucement, elle prit ses appuis au sol, fléchissant ses jambes pour prendre de la puissance. Au moment où elle allait se jeter sur Bonney, son tigre l’effleura. Elle se calma. Il était inutile de tenter quoique ce soit contre une pirate isolée. Plutôt que verser du sang inutilement, elle allait tenter de raisonner la jeune femme. Elle la surveillerait et l’obligerait à payer sa part à l’hôtel.

-Tu viens avec moi ou tu vas voguer à tes petites affaires.
-Je viens. Je ne voudrais pas qu'il y ait des morts dans ton sillage.


Elle avait répondu du tac au tac avec un sourire. Elle ne voulait pas que l’autre jeune femme comprenne qu’elle avait maintenant des réticences à son égard. Seulement le naturel n’était pas vraiment présent. Elle avait dit une phrase beaucoup trop longue pour son débit de parole habituel. Quand Bonney passa son bras autour de son coup, Xanya se crispa. Elle tenta de rester naturelle le plus possible mais la tâche n’était pas aisée.
Elles se dirigèrent alors vers la rue marchande, le quartier de luxe où l’on trouvait les produits les plus rares de l’île et même du monde. Dans l’une des vitrines du magasin, elle repéra une chose qu’elle n’aurait jamais cru voir en vrai un jour : une chrysalide de Somniae Heterocerae. Cette race de papillon en général de terne couleur était réputée pour être à l’origine d’un puissant somnifère. Seulement, les chrysalides de ces animaux étaient tellement rares que les hommes, scientifiques ou non, préféraient arracher les ailes de ces pauvres bêtes. La pratique est vite devenue illégale et le somnifère a commencé à être vendu au marché noir. Trouver des chrysalides ici était une chance inestimable. Elle voulut entrer en magasin et se procurer cet ingrédient rare sur le champ mais ses yeux se posèrent sur le prix demandé. Elle n’avait pas cette somme sur elle et elle ne l’aurait probablement jamais. La tête baissée montrant le poids de sa déception, elle rejoignit Bonney qui dévalisait un magasin de vêtements. Elle avait récupéré tout un tas d’habit plus loufoques les uns que les autres. Xanya ne comprenait pas pourquoi elle avait choisi autant d’habits diverses et variés mais elle ne tint plus. Il fallait qu’elle fasse remarquer à Bonney la bonne manière de procéder. Alors après avoir pris une grande inspiration et avoir caressé son tigre pour se donner du courage, elle se mit en marche vers une Bonney qui avait l’allure d’une acheteuse comulsive.


-Ecoute, dit Xanya d’un ton ferme. Tu payes.
-Xanya…
chuchota l’autre jeune femme, je te l’ai dit, je suis une pirate. Pas la plus discrète c’est vrai mais une pirate quand même. Je choisis et je m’en vais sans payer.
-Tu payes et la chambre d’hôtel aussi.
-Je crois que tu n’as pas tout saisi du concept de la piraterie…
-J’ai compris… Mais tant que je suis avec toi, tu payes.
-Bon, eh bah je pars de mon côté dans ce cas.
-Je reste avec toi.
-Raaaaah Xanya, tu ne vas commencer
, reprit Bonney en haussant le ton, jusque-là tu étais timide et tranquille et maintenant tu veux me faire la leçon !

Le tigre commença à gronder, il n’aimait pas le ton que prenait la jeune femme.

-Ok ok, je m’en vais de toute façon.

Elle lâcha les vêtements et sortit du magasin. Les deux jeunes femmes continuèrent leur route en silence. La tension entre elles mettait à distance tous les passants qui faisaient de grands tours pour les éviter. Une fois arrivées à joaillerie, tout le monde les fixa du regard. Encore fallait-t-il savoir si c’était à cause du tigre, de leur couleur de cheveux atypique ou de la tension qu’elles dégageaient toutes les deux.

Spoiler:
 


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Jewelry Bonney

avatar

Messages : 207
Date d'inscription : 18/02/2014
Age : 24
Localisation : South Blue : Square Fall/ Bliss/ Kiguéritou

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
8/1000  (8/1000)
Expérience:
26/400  (26/400)

MessageSujet: Re: Square Fall, farces et attrapes en tout genre [Mission, Xanya et Bonney]   Ven 10 Oct - 1:49

Bonney savait qu'on pouvait avoir des problèmes avec la piraterie mais du moment que Xanya ne sortait pas un manteau avec écrit en gros « justice » derrière, elle ne cèderait pas. Quand elle avait vu cette boutique de vêtements, elle avait craqué. C'était tout simplement parfait pour se faire un stock de costume ! En tant que comédienne, elle devait avoir plein de tenues de rechange pour interpréter ses rôles sans donner lieu au doute. Avec sa tenue actuelle, elle ne pouvait pas se faire passer pour une riche ou encore une médecin et bien d'autres encore.

Le refus de Xanya l'agaça sur le coup mais au terme de la dispute, elle fut obligée de céder ne serait-ce que pour des raisons pratiques : où allait-elle mettre tout ça sur son radeau ? Non, elle allait dévaliser une boutique quand elle aurait son propre bateau, un début d'équipage, comme ça elle pourrait acheter toutes les tailles pour ses partenaires. La pirate l'avait vu lorgné sur un truc dans une vitrine et avait manqué de s'étouffer en voyant le nombre de zéro derrière. Voilà un objet qu'elle aimerait voler pour sa fortune personnelle. Un coup d'oeil à Xanya suffit à faire soupirer la pirate qui reprit sa route à ses côtés dans un silence pesant.

Bonney ne fut pas mécontente d'entrer dans la joaillerie. Elle faisait enfin un premier pas dans cette enquête. Elle voulait la finir au plus vite pour se casser de cette île qui allait la rendre complètement chèvre. La pirate, d'humeur exécrable comme depuis qu'elle avait mis les pieds ici, brailla en voyant les clients.

– Je réquisitionne cette boutique. Cassez vous bande de riches coincés du cul avant que je vous tire vos bourses et ne vous refasse le portait, j'ai besoin de l'apprenti de la boutique.

Etaient-ce cette fameuse aura noire qui entourait les deux têtes roses depuis leur dispute ou l'expression inquiétante qu'arborait la jeune femme ou encore le tigre immense qui les accompagnait qui convainquirent les clients, nul ne le sut, toujours était-il qu'ils partirent sans demander leurs restes, sous les regards estomaqués du patron.

– Ma clientèle ! Nous sommes dans une boutique respectable ici mademoiselle !
protesta le marchand.
– Vous êtes Hunter ? S'enquit-elle en ignorant ses jérémiades, sentant le regard lourd de Xanya qui semblait la surveiller.

Sa camarade semblait avoir changer d'attitude, passant de d'un regard curieux à scrutateur, comme si elle la surveillait. Ce qui exaspérait Bonney. Elle n'avait pas quitté ses parents pour qu'une jeune femme se sente obligée de veiller sur elle sur un critère aussi débile qu'une couleur de cheveux semblables.

– Non, je suis Christian Delacour, premier joaillier de l'île, homme d'élégance, de luxe raffiné et de …
– Ta gueule ! J'en ai rien à secouer le cocotier de toi ! Il est où Hunter ? réclama Bonney qui avait saisi au col le commerçant, à deux doigts lui flanquer un pain.

Bien que dans un rôle de pirate rustre, la comédienne sentait son naturel revenir au grand galop, tendre à basculer dans le rôle d'une pirate sanguinaire sans foi ni loi. Le tigre grognait et Bonney était sur le point d'aller l'envoyer balader quand elle fut coupée dans son élan.

– C'est moi Hunter, lâchez mon patron avant de m'attirer des ennuis, dit une voix grave d'homme derrière elle.

La pirate obtempéra, laissant tomber le joailler effrayé qui la traita distinctement de brute. Le Hunter en question était loin d'être désagréable à regarder. Grand, il avait une belle chevelure rousse qu'il arborait longue, une mèche lui barrant le milieu du visage pour encadrer son œil gauche, son physique charmeur était complété par une tenue de travail qui le mettait en valeur, un costume deux pièce sobre mais élégant. Totalement le style de personne avec qui Bonney aurait aimé jouer pour le détrousser.

– Nous sommes là pour Paul, expliqua Bonney en désignant Xanya, comme si elles étaient un duo de détective. L'idée plus d'ailleurs beaucoup à la pirate qui regrettait de ne pas avoir une panoplie sur elle ou au moins sortir une pipe et un carnet.

– Mr le Maire a enfin trouvé quelqu'un pour le rechercher ! Vous êtes des professionnelles ? Vous travaillez depuis combien de temps dans ce milieu ? En quoi puis-je vous aider ? déblatéra soudainement le beau jeune homme, visiblement inquiet pour son ami.

– Le Maire nous a dit que vous étiez l'un de ses meilleurs amis et que vous sauriez répondre à nos questions. Ne vous inquiétez pas, je suis une professionnelle
, le rassura Bonney en mentant généreusement et avec aplomb sous l'oeil à la fois médusé et courroucé de Xanya. Quoi même mentir aux gens elle avait pas le droit ? Pensez vous qu'il ait pu fuguer ?

– Je pense qu'il a été enlevé, répondit-il directement sans hésiter. Ce n'est pas son genre de fuguer, même pour une farce et encore moins sans nous prévenir. Deux semaines, c'est trop long. Paul est comme tout le monde ici, il aime faire des farces, des devinettes ou des pièges mais jamais aussi longtemps. Il sait que ça inquièterait son père.

Bonney enregistrait tout méticuleusement dans sa tête, touchant ses doigts parfois comme si elle comptait, un geste mnémotechnique pour se souvenir des points importants.

– Quelles pourraient être les raisons de son enlèvement ? D'après le maire, il n'avait pas d'ennemi réel autre que ceux politiques du maire,
déclara Bonney avec son ton le plus professionnel.

L'apprenti joailler sembla hésiter un instant puis tira Bonney dans l'arrière boutique devant le regard suspect de son patron mécontent.

–Paul voulait que l'on garde ça secret pour ne pas inquiéter son père ou les habitants mais il soupçonnait quelque chose d'horrible et d'énorme.

Intriguée, Bonney jeta un coup d'oeil à Xanya qui hocha la tête et semblait vouloir connaître la suite aussi.

– Parlez. Aucune piste ne doit être négligée, surtout quand il s'agit de la vie de votre ami.

– Il a remarqué que des enfants, des orphelins des rues, disparaissaient. Paul a la main sur le cœur, il fait toujours une ronde dans les quartiers pauvres pour s'assurer que ces enfants sans parents puissent manger et survivre, il s'est lié d'amitié avec eux. Il y a trois semaines, il est rentré paniqué, me disant que cinq d'entre eux avaient disparus. Il s'était mis en tête d'enquêter alors que je lui disais qu'ils avaient dû changer de quartier tout simplement. Mais la veille de sa disparition, il est revenu, horrifié et déterminé à se battre.

– Se battre ? Mais contre quoi ?
Souffla Bonney, captivée.

– Un trafic d'enfants.


Un silence glaçant tomba dans l'arrière boutique. L'enquête s'annonçait plus difficile et terrible que Bonney se l'attendait. Etait-ce possible qu'une ville bonne enfant et si humoristique abrite quelque chose d'aussi noir qu'un trafic d'enfant ? La pirate serra les poings. Elle allait le découvrir. Plus que l'appât du gain, elle en faisait une affaire personnelle maintenant.
Hunter:
 


_________________
Ma renommée traversera les océans !



Revenir en haut Aller en bas
http://www.la-gazette-fantastique.blogspot.fr/
Xanya Longtonry

avatar

Messages : 787
Date d'inscription : 09/02/2013
Localisation : Duty Island

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
4/1000  (4/1000)
Expérience:
232/400  (232/400)

MessageSujet: Re: Square Fall, farces et attrapes en tout genre [Mission, Xanya et Bonney]   Dim 9 Nov - 15:55

La nouvelle était tombée glaçant le sang des personnes alentours. Xanya, elle, regardait Bonney prendre une mine horrifiée et se demanda si elle jouait encore la comédie ou non. Après tout, après ses quelques démonstrations théâtrales, elle était en droit de se poser des questions. Les deux interlocuteurs étaient restés figés quelques instants, l’un sans doute pour ajouter un effet dramatique à sa révélation et l’autre devait être plus ou moins choquée par celle-ci. La jeune femme au tigre commençait à perdre patience face à ce silence qui se voulait oppressant. Rompant donc celui-ci abruptement, elle lâcha :

-Et ?
-Et si c'est vrai, je vais le démonter avec ou sans toi.
Dit-elle en essayant de contenir sa colère.

Xanya la regarda avec de grands yeux innocents, elle ne comprenait sa réaction. Pourquoi tenait-elle tant à sauver de simples enfants, ces êtres si malveillants...


-Ce ne sont que des enfants, dit-elle doucement.
-Justement. C'est bien pour ça que je vais y aller. Ils doivent avoir peur et attendre qu'une chose : notre aide.
-Les enfants savent se débrouiller seuls,
murmura-t-elle.
-Pas quand ils sont face à une menace qui les dépasse.

Visiblement, quelque chose la tourmentait et ce quelque chose alimentait sa colère. Xanya se tut quelques instants, elle n’était toujours pas convaincue par les propos de Bonney. Mais elle n’avait pas spécialement envie de tergiverser plus longtemps sur ce sujet. Les souvenirs qui se ravivaient à sa mémoire étaient encore trop douloureux. Alors, en haussant les épaules elle abandonna :

-Si tu le dis.

Son interlocutrice ne répondit rien et se tourna vers Hunter. Ses yeux brillant d’une nouvelle détermination, elle déclara :

-On va le retrouver, et on va faire manger la poussière aux pourritures qui ont mené ce trafic…

Son regard sombre fit frémir Xanya. Décidément cette Bonney était pleine de surprises, et cette fois-ci, Xanya se trouvait devant une facette de sa personnalité qu’elle ne voulait absolument pas explorer. Elle commençait sérieusement à se demander si elle allait pouvoir raisonner Bonney et lui faire renoncer à cette violence et à sa vocation de pirate.
Après un échange bref avec Hunter durant lequel celui-ci remerciait Bonney pour son implication, les deux jeunes femmes reprirent leur route en direction de l’hôtel. Elles allaient devoir attendre le lendemain pour avoir le loisir de discuter avec Benjamin, le second ami de Paul qu’elles allaient devoir interroger. Aucune des deux ne prit la parole sur le chemin du retour et ce fut pareil une fois à l’hôtel. Elles allèrent dans leur chambre respective et y passèrent la nuit sans se dire un mot.
Le lendemain, aux aurores, les deux jeunes femmes se réveillèrent. Pour Xanya, c’était le bruit ambiant du marché qui venait de prendre place. Pour Bonney, c’était certainement sa détermination à sauver ses enfants. Toujours était-il qu’elles se retrouvèrent toutes deux dans le hall en même temps. Elles se dévisagèrent mais continuèrent à ne dire mot, visiblement, la pilule n’était toujours pas passée du côté de Bonney. Xanya n’essaya pas non plus de recoller les morceaux, d’une parce qu’elle n’en n’avait pas spécialement envie, et de deux, parce qu’elle avait tout de même un peu peur de la réaction possible de Bonney. Sans se concerter, elles sortirent de l’hôtel et se rendirent sur la place du marché.
Malgré l’heure peu avancée de la matinée, le ciel était clair et l’ambiance était chaleureuse. Beaucoup de monde se bousculait déjà dans les allées. Les marchands criaient leurs nouveautés et leurs bonnes affaires en rimes ! On entendait souvent des éclats de rire et très peu voire aucune dispute ne se profilait. En somme, l’ambiance du marché reflétait l’ambiance générale de Square Fall.
Les deux jeunes femmes trouvèrent facilement Benjamin, il était le seul homme assez jeune pour correspondre à leurs critères de recherche. Une fois à son niveau, Bonney prit la parole.


-Bonjour, nous sommes venus pour vous poser quelques questions sur la disparition de Paul.
-Oh alors ça y est, le maire a enfin trouvé quelqu’un qui a pris son annonce au sérieux ! Je vous en remercie. Mais pour le moment je suis bien embêté pourriez-vous m’aider s’il-vous-plaît ? J’ai ici huit litres de jus que je voudrais séparer en deux parts égales. Seulement je n’ai pas de verre doseur seulement ces récipients de 3 et 5 litres.
-Ton ami est en danger de mort et tout ce qui t’intéresse se sont tes récipients et ton jus !
S’exclama la pirate, oubliant toutes les règles de bienséances et de politesse.

Et c’était reparti. Xanya trouvait que Bonney prenait réellement cette histoire beaucoup trop à cœur. Après tout ce n’était que des enfants et il y avait de fortes chances pour qu’elle ne reçoive aucune reconnaissance pour son geste. Alors que la pirate s’apprêtait à saisir son interlocuteur par le col, Xanya lui attrapa le bras et avec un regard ferme lui dit :


-Aide-le... Il nous aidera.

Spoiler:
 


_________________

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Square Fall, farces et attrapes en tout genre [Mission, Xanya et Bonney]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Square Fall, farces et attrapes en tout genre [Mission, Xanya et Bonney]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» echange en tout genre !
» Images en Tout genre
» Boutiques en tout genre
» Achat d'objets et armes en tout genre
» JDAETG : Jeu Des Abréviations En Tout Genre [version #1]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: All Blues :: South Blue :: Square Fall-
Sauter vers: