PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Première Valse: l'Ombre du Jour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Youmu konpaku

avatar

Messages : 79
Date d'inscription : 26/03/2013
Humeur : je peux te trancher?

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
4/1000  (4/1000)
Expérience:
165/400  (165/400)

MessageSujet: Première Valse: l'Ombre du Jour   Ven 6 Juin - 20:00

Le bateau avait fait escale sur cette île nommée Baterilla. Je ne comptais pas rester à bord pendant que ces messieurs faisaient leurs quelques courses. Hors de question de rester sur le navire à crever d’ennui.
La raison principale de l'escale était le ravitaillement du navire et  Kokusho voulait que cette étape du voyage soit courte. Il s'attendait à ce que d'une minute à l'autre nous soyons contactés pour une mission...Eh bien moi je m'en fichais comme de mon premier "Bouh!" de fantôme. Je trainais sur le pont mine de rien, et à la première ouverture, je sautais du bateau pour visiter l'île.

*Kokusho tu apprendras qu'on ne retiens pas un spectre avec des murs!*

Un soleil radieux, des boutiques et quelques restaurants, tout cela sentait bon la détente. Je me promenais en ville, quand des adolescents du coin eurent l’idée de jouer à balle sur la plage. L’équipe perdante offrirait des glaces aux gagnants.

*L'occasion de se divertir un peu!*


Je me proposais d'intégrer une équipe arguant être la meilleure à ce jeu sur mon île natale. Petit mensonge, grosse surprise... Petit mensonge car j’ignorais jusqu’au nom du jeu de balle, et puis franchement ça ne devait pas être si ne compliquer que ça.

Nous circulions en petits groupes bavardant de choses inutiles comme le nombre de points que nous allions marquer... De notre hauteur de saut, de barrage de mains...Le jeu paraissait passion et très divertissant. Seulement il me fallait plus de détails. J'étais perdu dans mes pensées quand le "chef" du groupe indiqua que nous étions arrivés à un endroit parfait pour jouer. Ils commencèrent alors à installer le matériel.

Grosse surprise, le terrain était rectangulaire marqué par de la corde. Je m'étais imaginé une course d'obstacles sur terrain ouvert sur lequel il y avait un filet géant par dessus lequel il faudrait sauter sans se faire attraper par l'équipe adverse. Mais ce n'était pas comme ça que ça allait se passer...Quel genre de jeu était-ce donc au final? Une partie des joueurs installa une sorte de filet séparant le terrain en deux. Je demandais des explications complètes à un des joueurs, en déformant bien sûr les raisons de celle-ci.

-Bien, j’espère que vous n’avez pas fait comme chez nous et modifier les règles comme bon vous chante en fonction des jours de la semaine? Il serait bon que vous me rappeliez les règles de base…


Je fis un rapide résumer des règles que je gardais en mémoire pour la suite de l’opération “glace en masse”. J’avais comme d’habitude une chance inouïe. Un voyageur au manteau noir venait de débarquer, il semblait chercher son chemin. Et en y regardant de plus près…

-Nyx! Nyx c’est toi? criais-je.

On ne s’était pas vu depuis un moment, Nyx arrivait pile au bon moment. Je lui passais le bras autour du cou, puis je m’éloignais du groupe avec elle.

-Eh! Tu tombes vraiment bien! Je t’explique rapidement la situation et tu comprendras l’importance de ton soutien!

Je comptais bien convaincre mon amie de jouer au volley avec moi…

Revenir en haut Aller en bas
Nyx Amaya

avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 21/05/2014
Age : 19

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
0/1000  (0/1000)
Expérience:
70/400  (70/400)

MessageSujet: Re: Première Valse: l'Ombre du Jour   Ven 6 Juin - 21:28

Nyx attentait patiemment, assise sur sa petite barque de bois quand elle vit l’île. De loin, rien de bien extraordinaire, une plage, une fille, une forêt… Une bande de sable tout à fait normal, en somme. Elle était partie depuis plusieurs jours déjà de la base pour une mission comme une autre. Trouver des info sur la rumeur de la possibilité de la probable apparition d’un fruit du démon dans le coin était, en soit, une mission simple et rapide. Sauf que, voilà. Il fallait qu’il y ai quelqu’un sur sa route, sinon ça n’aurait pas était marrant! Son nom? Le Destin. Et son humour foireux.  

Mais bon. Nyx ne croyait pas au destin. Donc elle continua tranquillement sa route sur sa barque en direction de cette île. Allongée à même le sol, tentant de trouver la moindre parcelle d’ombre, une fatigue qui engourdissait tous ses membres et un mal de crâne à en faire pleurer un alcoolique le lendemain d’une soirée.

Donc elle continuait, tant bien que mal vers l’endroit qui lui promettait un minimum d’obscurité, jetant des coups d’oeil vifs vers sa destination prochaine. La barque tanguant doucement sur les flots calmes quand elle se déposa sur le sable. Rapidement, Nyx sauta sur la terre ferme et souffla rapidement, son manteau noir alourdissant encore plus le moindre de ses mouvements et enflammant tous ses muscles. Alors elle tenta, tant bien que mal à longer la plage sous un soleil d’été brûlant. Ses bottines noires s’enfonçaient dans le sable chauds alors qu’un vent léger vint faire voleter ses courtes mèches ébènes. Sans vraiment qu’elle ne s’en aperçoive, trop épuisée par son voyage, des rires d’enfants se firent plus proche.

-Nyx! Nyx c’est toi? cria une voix qui ne lui était pas inconnue.

Elle n’eut même pas le temps de réfléchir qu’un bras passa autour de sa nuque, la serrant amicalement contre une amie de longue date.

-Eh! Tu tombes vraiment bien! Je t’explique rapidement la situation et tu comprendras l’importance de ton soutiens! babilla joyeusement la nouvelle venue.

Et dans une explication rapide et grossière, Youmu lui présenta le volley et l’invita d’un coup d’épaule sur le terrain. Et Nyx, trop timide pour refuser, se mis en place aux côtés de son amie face à un filet et, plus loin, une petite équipe d’enfant.

Le match commença et, rapidement, les gamins eurent de dessus. Youmu et Nyx firent des pieds et des mains pour grignoter le plus de points possible mais rien à faire, elles perdaient. L’ambiance était plutôt bonne, alternant entre les rires et les hurlement de rages faussement crié.  Nyx ne le dit pas mais elle était heureuse d’avoir retrouvée son amie. Il y avait tellement longtemps qu’elle ne l’avait pas vue!

Mais sa joie s’estompa bien vite quand la fatigue terrassa ses muscles et vint se fracasser contre son corps comme une vague brûlante. La jeune Révolutionnaire s'assit à même le sable chaud et déboutonna un peu son manteau, suffocant et transpirant à grosses sueurs.

-Ça vas pas Nixie? demanda innocemment Youmu tout en s’approchant.

Nyx aurait voulu dire qu’elle n’arrivait plus à se lever, qu’elle avait l’impression que son visage et son corps tout entier semblaient être marqués au fer rouge, brûlant et bouillonnant, qu’elle avait envie de vomir, que l’air qui rentrait dans ses poumons était comme des millions d’aiguilles, que sa poitrine se serra horriblement, qu’elle sentait en plus la crise d'asthme venir et qu’elle adorait se surnom.

Mais tout se qu’elle fit, c’est mettre sa main devant sa bouche et tousser. Longuement et fortement. Quand sa paume vint devant ses yeux, elle était recouverte de sang.

Elle s’évanouie dans la seconde qui suivie.

(Ps: Cette maladie est la Fièvre Blanche, un petit truc bien sympathique de mon invention; elle provoque des fièvres très hautes, des engourdissement dans tout le corps, des manques d'appétit, des crampes (surtout au niveau du cœur) et des toux, vomissement et crachats de sang. C'est un affaiblissement du corps qui provoque, dans des cas extrême, la mort.)  

Revenir en haut Aller en bas
Lokren Rakuen

avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 24/05/2014
Age : 19

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
0/1000  (0/1000)
Expérience:
195/400  (195/400)

MessageSujet: Re: Première Valse: l'Ombre du Jour   Sam 7 Juin - 12:09

Quand Lokren se rendit compte qu’elle avait les yeux ouverts à ce moment là, elle grogna, jeta la couverture légère par terre d’un coup de hanche et se leva, ignorant le simple fait que la seule pièce de tissu couvrant son corps était une petite culotte noire.

Elle ne prit même pas la peine de se plaindre de la fraîcheur ambiante avant de préparer un bon café, adossé contre le plan de travail de sa minuscule cuisine dans son tout petit appartement. La seule chose conséquente qu’elle arrivait à se payer avec son misérable salaire d’apprentie scientifique. Enfin, plus pour longtemps. Maintenant qu’elle avait fini sa formation, Lokren avait été envoyée sur une île, à l’autre bout des océans et à plusieurs mois de navigation. Des génies! Ces gars sont des putain de génies! Ils pouvaient pas la mettre dans un labo plus proche? Non, parce que ces intellos de la Marine préfèrent faire des choses inutiles, galères, compliquées et chiante! Heureusement qu’elle était là pour remonter le niveau…

Quand le liquide brun fût brûlant à point, elle le versa avec une habitude non feinte dans sa tasse favorite et s’alluma une clope tout en se dirigeant vers la fenêtre de se qu’elle pourrait appeler chambre une fois qu’elle sera plus grande qu’un placard et qu’elle sera un peu plus rangée.

Et c’est là, assise sur le rebord de sa fenêtre donnant sur la plage la plus proche, -ce qui, en soit n’était pas vraiment difficile étant donné qu’il était possible de voir les limites de l’île à chaque extrémités- une tasse de café à la main, une autre avec une cigarette, qu’elle se dit que sa vie aurait pu être plus passionnante. Plus comme les pirates ou les marins. Avec des aventures, des combats, des découvertes fantastiques, des joies et des douleurs immenses, du sang -oh oui- et des larmes, de bonheur comme de malheur. Comme la vraie vie quoi. Sauf qu’elle se contentait seulement de se lever, prendre un café, fumer une clope, s’habiller plus ou moins proprement, partir au travail, revenir, manger et dormir. Avec un nombre incalculable de cigarettes et de tasse entière de caféine entre-deux.  

Et Lokren, malgré son aversion pour la pirate et le sentiment de vouloir prendre la mer pour combler une envie passagère contre un besoin d’adrénaline urgent, elle devait bien avouer que c’était quelque chose qui manquait dans sa vie. Ce petit déclic qui la mettrait de bonne humeur pour au moins le reste de la journée. Sauf qu’elle savait pertinemment que l’aventure ne viendrait pas à elle. Alors, avec un soupire, elle déposa son récipient maintenant vide dans l’évier, jeta son mégot par dessus sa fenêtre et siffla son oiseau. Celui qu’elle avait gentiment accepté de garder. Celui qui dépensait toutes ses dernières économies en nourriture. Mais bon. Elle devait avouer que c’était sympa d’avoir un peu de compagnie.

Une fois l’animal lacérant délicatement ses avant-bras de ses griffes, elle lui caressa maladroitement la tête, pas vraiment habituée aux démonstrations d’affections et le nourrit d’un morceau de viande fraîche tout juste sortit de son frigo.

- Maintenant dégage, Hangetsu (Demi-lune). Grogna-t-elle en virant l’oiseau de son bras.

Le volatile déploya ses ailes et parcourut les quelques mètres le séparant du canapé, son perchoir favori avant de fixer Lokren qui attrapa son scalpel. Ne pas lui jeter dessus. Ne pas lui jeter dessus. Ne pas lui jeter dessus. Cet oiseau peut être plus utile que tu ne le croit. Évite de le disséquer maintenant. Mais ça pourrait être tellement drôle! Non. Pas maintenant. Pas encore.

Une fois son conflit intérieur faussement fini, elle s’habilla en vitesse, attrapa une pomme rouge, comme elle les aimes, avala une paire de pilule, son scalpel dans sa manche et Hangetsu volant vers elle. Quand elle fût dehors, elle ne prit pas le temps de respirer l’air ambiant bien qu’agréable, bien trop niait pour elle puis elle avança d’un pas déterminé vers la plage. Profiter une dernière fois de cette petite île ne lui ferait pas plus de mal que ça.

C’est alors qu’elle avançait les mains dans les poches et ses pensées divagantes qu’elle remarqua une forme qui ne lui était pas totalement inconnue. Elle s’approcha un peu, pas vraiment alerté par les paroles affolées et se pencha vers elle.

Nyx. Nyx Amaya. La petite sœur d'Hinoiri Amaya, jeune pirate ayant déjà une place non contestée au sein de ses congénères ainsi que de la Marine. Une belle personne pleine de rage et de rebellion que Lokren avait rencontré plusieurs mois auparavant. L’aînée lui avait parlé de sa petite soeur cadet, Nyx. Un peu. Pas autant que son frère, le droit et juste Yoake, mais quand même assez pour que la scientifique puisse la reconnaître d’un coup d’oeil. La voyant s’évanouir, un filet de sang sur les lèvres, Lokren mit plus de temps à réagir qu’elle n’aurait pensé. Aller aider la petite soeur d’une connaissance et risquer de s’attirer des ennuis et les éviter bien tranquillement et garder une vie stable? Elle fût rapide à décider. Lokren adorait les ennuis.

Elle s’approcha de Nyx et l’inconnue, une mignone petite fille aux cheveux blancs et aux yeux océans et leurs fit un signe de mains vif et sérieux. Ne comprenant pas, la marine, d’où sont uniforme, refusa, sceptique et méfiante.

- Elle, malade. Malade, médicaments, tu fais le rapprochement? J’ai entendu qu’un bon médecin était arrivé en ville. Explica-t-elle.

Puis, elle commença à partir, les mains dans les poches, en direction du petit village. Youmu prit son amie Nixie dans ses bras et suivie l’étrange personne qu’était cette nouvelle venue, néanmoins très perplexe.

Revenir en haut Aller en bas
Youmu konpaku

avatar

Messages : 79
Date d'inscription : 26/03/2013
Humeur : je peux te trancher?

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
4/1000  (4/1000)
Expérience:
165/400  (165/400)

MessageSujet: Re: Première Valse: l'Ombre du Jour   Ven 11 Juil - 14:03

Nyx avait un gros problème. Je l'appelais mais elle s'effondrait dans la seconde. Nous étions autour d'elle les autres étaient paniqués. Je laissais cette bande de poules mouillées s'agiter. J'examinais rapidement Nyxie. Je n'étais pas médecin mais je vérifiais qu'elle était encore en vie. Cela provenait-il d'un empoissonnement? Impossible... Cela n'y ressemblait pas. Il me fallait de l'aide et vite.

Je levais la tête pour chercher, une droguerie, une échoppe, n'importe quel endroit où l'on m'indiquerait l'emplacement d'un médecin.

L'affaire se compliquait, une femme en tenue de marine venait vers nous... Je n'avais franchement pas envie de les avoir sur le dos. Surtout pas avec Nyx dans cet état.

Elle me faisait signe... Au risque de lui paraître étrange je refusais de venir. Elle s'approchait de nous. J'hésitais à la découper net. Inutile de traumatiser les gamins un peu plus, sans compter que cela risquait d'attirer plus de marins.

Surprise, elle ne semblait pas connaitre Nyx et semblait même vouloir "aider moi, avec emplacement médecin"

*Moi bretteur. Sabre coupé toi. Toi pas avoir tant de faire rapprochement.*

J'aurais voulu lui dire ça après l'avoir coupé en deux, heureusement je lui avais laissé le temps de parler.
Je laissais en suspend la découpe de marin. Il y avait plus important! Nyx doit être prise en charge et vite!
La grande brune un peu louche... Louche même pour une marine...semblait savoir où trouver de quoi soigner Nyx.Selon cette femme un médecin venait d'arriver en ville...

Il fallait se résoudre à la suivre. Je suivais du mieux que je pouvais l'étrange femme. Restant attentif à ce qu'il pouvait se passer autour de moi. Je gardais également un œil sur mon amie.

J'étais trop préoccupée pour voir le temps passer. Nous traversions le petit village. De part et d'autres les gens s'écartaient. Le sang sur les vêtements de Nyx et son teint plus que pâle y était probablement pour quelque chose.

La foule s'écartait comme pour le passage d'une vedette. Devant, notre guide, semblait, ... indifférente. Les mains dans les poches depuis le début, cette nonchalance apparente, je me demandais qui était cette femme au final.Peut-être serait-elle un brin amusant? Nous verrons bien une fois que Nyx sera sur pied.

Ils avaient installé le nouveau médecin dans une maison neuve qui attendait un propriétaire lambda. Il n'y avait pas vraiment d'aménagement pour l'instant. Cela ressemblait plus à des appartements classiques qu'à une salle d'opération ou même une salle d'attente.

Un homme en blouse blanche sort de ce qui devait être une chambre. Il jeta un œil sur Nyx, et hurla de débarrasser la table basse qu'il y avait dans la pièce. Lui claquait la porte de la chambre. Puis quelques secondes plus tard il en ressortit avec une blouse et du matériel. Le soldat de la marine avait rapidement ôté tout ce qu'il y avait là, me permettant d'installer mon amie.

Nous laissions la place pour laisser le docteur faire son job. Je gardais un œil sur l'homme en blouse blanche et l'autre sur notre bienfaitrice.

-Comment ce fait-il que vous soyez seul madame? J'ai toujours cru que les marins travaillaient en groupe, comme une armée quoi? Vous avez été virer? c'est pour ça que vous êtes seule?

Je questionnais comme une gamine écervelée, pour ne pas éveillé sa curiosité à notre sujet. Des questions de gamins sont sans intérêts n'est-il pas? Mais ce serait moche de me laissé dans vent. Après tout cette femme débarquait de nul part. Il était temps d'en savoir un peu plus.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Première Valse: l'Ombre du Jour   

Revenir en haut Aller en bas
 
Première Valse: l'Ombre du Jour
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cinéma : La valse dans l'ombre.
» [TERMINÉ] Premier jour, première drague ! [Paige]
» Première Épreuve # 1, guérisseur de l'Ombre.
» (RUBEN) + contre-jour et anté-ombre
» Première Pub de la campagne d'obama ou Le rêve américain

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: All Blues :: South Blue :: Île de Baterilla-
Sauter vers: