PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Premier voyage d'une Kunoichi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ayane

avatar

Messages : 72
Date d'inscription : 24/05/2014
Age : 24

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
4/1000  (4/1000)
Expérience:
357/400  (357/400)

MessageSujet: Premier voyage d'une Kunoichi   Lun 16 Juin - 19:40

Je me dirige vers les bâtiments de la Secte Hajinmon avec sur mes pas l'homme du gouvernement. Il est austère, sérieux et professionnel mais je ne dois guère être mieux, concentrée comme je suis lors des visites officielles. Après une vingtaine de minute de marche pour rejoindre les locaux cachés de Hajinmon, je le conduis dans mon bureau plus conventionnel et moins pompeux que la salle principale des Tenjinmon. Je m'assois derrière l'imposant meuble, un peu plus à l'aise désormais du fait d'être dans mon territoire, celui où je contrôle chaque être. Je lui fais un signe poliment de s'asseoir sur la chaise prévue à cet effet :

–Je vous écoute, déclaré-je sobrement.

L'homme, mature et expérimenté, semble ciller un instant face à mon regard rouge sang mais pose finalement ses mains sur le bois, semblant y trouver une certaine assurance. Je provoque souvent cela malgré mon jeune âge.

– Inutile de s'appesantir sur Genra, nous avons déjà abordé le sujet mille fois. Il s'agit simplement pour vous de le retrouver et de nous livrer un rapport sur le pourquoi de sa disparition, il s'arrête un instant, sors et rouleau qu'il me tend, ceci est l'urgence du moment. Je vous laisse lire la mission par vous même. Vous avez une heure pour préparer votre départ, notre bateau vous attendra au port de Kurain. Sachez que notre partenariat avec Hajinmon dépend de votre réussite sur cette mission.

Je hoche la tête et lui fais signe qu'il peut disposer. Une fois qu'il a franchi ma porte, je m'avachis dans mon fauteuil en poussant un gros soupir de soulagement. L'entretien officiel se finit enfin. Je fais craquer mes phalanges et ma nuque puis observe le rouleau entre mes doigts agiles. La première mission de Hajinmon depuis presque un an, il est donc hors de question que j'échoue. Je romps le sceau et lis la missive, les sourcils froncés, un tic lorsque je me concentre.

Mission pour la co-dirigeante de la Secte Hajinmon, Ayane-san,

Le ministre des finances de l'île de Sakoutpasishèr doit être absolument abattu.
Il est en effet un traître, un agent double des Révolutionnaires, qui leur verse des sommes considérables et livre des informations politiques précieuses.
Nous vous demandons ainsi de mettre fin à sa traitrise par sa mort.
Une seule condition vous est imposée : qu'il sache les raisons de votre venue.
Votre payement ira directement dans les caisses d'Hajinmon.
Cordialement et dans l'attente de votre papillon pourpre.


Avec cela glisse une photo d'un homme rondouillard qui a l'air somme toute sympathique. Il sourit sur la photo, il a l'air jeune pour quelqu'un de son rang, une trentaine d'année tout au plus. Derrière la photo, je lis son nom : Nobuo Uematsu. Une mission de routine pour moi mais cela semble être important pour eux. Que m'importe, gouvernement mondial, révolutionnaire, marine ou pirate, pour moi, ce sont les mêmes, je ne fais juste que mon travail, je n'approuve pas particulièrement les uns ou les autres. Je n'ai rien contre eux même. Je prends la missive et, farfouillant dans mes dossiers, tire un classeur dans laquelle je l'épingle, notant la date d'acceptation de la mission, le ninja qui est attribué dessus et la somme habituellement convenue pour un assassinat.

En soupirant, fatiguée psychologiquement par le court entretien que j'ai eu face aux Tenjinmon, je me lève néanmoins pour rejoindre mes quartiers privés et ainsi préparer mes affaires. Alors que je quitte tout juste mon bureau, j'entends une voix douce mais puissante crier mon prénom :

– Ayane ! Attends moi.

Je fais aussitôt volte face, reconnaissant la propriétaire de cette voix, Kasumi-sama, et m'agenouille dans un réflexe cérémoniel :

– Kasumi-sama, que me vaut l'honneur de votre présence ?

La noble pose une main sur ses hanches et soupire, exaspérée :
– On est seule, tu peux laisser tomber le protocole, Ayane. Combien de fois dois-je te le dire que, depuis le temps qu'on se connait, tu peux arrêter avec les sama et compagnie ? Mais relève-toi, s'insurge-t-elle.

Je me relève et souris face à mon amie. Bien qu'elle soit une Tenjinmon et moi une enfant sans nom, Kasumi s'est très vite liée d'amitié avec moi dans notre enfance, refusant de me laisser seule, m'octroyant au passage aussi l'amitié de son frère aîné, Hayate, et celle du meilleur ami de celui-ci, Ryu, qui est, depuis, devenu mon coéquipier et ami proche. C'est pour cela que je suis si mal à l'aise lors des convocations officielles, mes deux amis se transforment en statue de glace qui me regardent de haut pendant que je dois m'agenouiller devant leurs parents avec une obéissance et un respect absolu.

La rouquine me regarde avec impatience. Kasumi est jolie en plus d'être une noble. Ses cheveux sont roux, brillants et longs, son corps est fin, sculpté aussi par l'art du Mugen Tenshin version Tenjinmon, mais en plus, elle est grande, contrairement à mon petit mètre cinquante-sept. Elle s'est délaissée de sa tenue officielle pour son habituelle tenue bleue de ninja noble.

– Alors, qu'est-ce que tu fais ici, demandé-je de nouveau de manière moins formelle, j'ai un voyage à préparer je te rappelle.
– Justement, Hayate et moi, on se disait que tu devais être ravie et à la fois terrifiée de partir de Kurain. Je veux dire, personne dans notre groupe d'ami n'avait l'autorisation de quitter l'île, tu es la première.  En plus pour chercher Genra !

Je grommelle entre mes dents, comment faisaient-ils pour toujours savoir ce que je ressens alors que je m'entraine durement pour être un masque neutre ?

– Effectivement, j'ai une légère boule au ventre à l'idée de faire mes premiers pas dans un monde que je ne connais pas et qui est radicalement différent de celui des ninjas mais je suis prête à le faire, l'honneur de Hajinmon est en jeu, ainsi que le devenir de Genra.

A mes côtés, j'entends distinctement Kasumi, murmurer avec exaspération le mot « honneur », ce qui m'exaspère moi-même, elle ne peut pas comprendre.

– Si je ne t'entends pas le dire au moins une fois par jour, c'est que ça tient du miracle, râle-t-elle. Bon, alors, tu dois faire quoi ? Vol d'informations, infiltration, assassinat ?

C'est bien Kasumi ça, me demander toute excitée les détails confidentiels de ma mission. Je lui lance un regard sévère, comme souvent :

– Tu sais très bien que je ne peux pas te le dire. C'est confidentiel. Même si Hajinmon dépend de Tenjinmon, dès que le gouvernement mondial est impliqué, nous avons notre indépendance.

– Pourquoi tu prends ça tellement au sérieux ? Je ne te le demande pas en tant que noble Tenjinmon mais en tant qu'amie, tu as vraiment du mal à le voir parfois, s'énerve-t-elle. Très bien, pars pour ta mission secrète, je te souhaite bon vent et bon courage pour tes recherches sur ton père.

Et elle part sèchement sur ces paroles. Je la rappelle mais en vain, mon amie me tourne le dos et quitte le domaine Hajinmon. Encore une fois, nous nous sommes disputées sur nos rangs respectifs. Kasumi sait que parfois je trouve qu'elle agit en princesse gâtée qui a tout ce qu'elle demande et se vexe lorsqu'elle ne l'a pas mais elle rétorque aussitôt que ce n'est pas le cas, qu'elle aimerait juste être considérée comme une personne normale et que c'est moi qui donne trop d'importance au rang dans notre amitié. Cette dispute dure depuis les dix sept années que l'on se connait.

Une fois arrivée dans mes quartiers, je prends un large sac de voyage me demandant ce que je vais bien pouvoir emporter. Des vêtements, c'est ce qui me vient tout de suite à l'esprit, j'ouvre donc mon placard plein à craquer, me demandant ce que je peux bien choisir. Je porte sur moi ma combi-short qui est une tenue civile de tous les jours, il me faut donc d'autres tenues pour parer à toutes les occasions. Je saisis mon long manteau noir, orné d'un papillon à la naissance du col haut, et le met à côté de moi, je l'enfilerai en partant. Je prends ensuite deux ou trois combinaisons ninjas dotées de mon emblème personnel, j'en aurais besoin pour les moments d'actions. Enfin, après quelques hésitations, je fourre aussi une robe, que Kasumi m'avait forcée à acheter, parmi mes choix de vêtements civils. Pensive, je détache mes holsters de cuisse, rangeant mes lames aussi dans mon sac, cela ne doit pas être très commun d'être équipée de la sorte dans le monde extérieur. J'attache ma sacoche à ma ceinture, vérifiant que argent, masque, armes de jets, fils, et autres matériels de poche pour m'introduire et tuer, sont bien présents.

J'inspire calmement un grand coup, enfile mon long manteau qui m'arrive aux chevilles, prends mon paquetage et vais dans la salle de réunion. Je dois dire au revoir à mes troupes ainsi qu'à Ryu. J'adopte donc une attitude sévère et un regard dur, obligé pour mes subordonnés. J'entre en faisant claquer la porte et monte sur l'estrade. Devant moi s'aligne toutes les troupes de Hajinmon, soit plus de cents personnes, l'élite des ninjas des ténèbres.

– Comme vous le savez, je suis dépêchée sur le terrain. C'est une excellente nouvelle pour Hajinmon qui a la possibilité de retrouver son véritable chef que nous admirons tous, Genra, mais aussi un employeur et donc la situation financière qui va avec. Après la réussite de ma mission, d'autres afflueront vers vous. Vous devrez obéissance complète à Hayabusa, il parlera en nos deux noms. Ne faites pas honte à Hajinmon.

Je parcours la salle du regard, certains ninjas sont excités, d'autres ont les yeux qui brillent d'un éclat particulier que je n'arrive pas à identifier. Tous ne me quittent pas du regard.

– Sur ce, je vous fais mes au revoir, j'ignore dans combien de temps je reviendrais. Mais je reviendrais, assuré-je avec la certitude que tout le monde pensait au départ sans retour de Genra, vous pouvez disposer.

A ce signal, la salle se vide et je me retrouve seule avec mon ami et coéquipier, Ryu.

– Je t'accompagne jusqu'au bateau, m'informe-t-il sobrement comme toujours.

Nous marchons donc l'un à côté de l'autre, quittant le domaine Hajinmon, s'enfonçant dans l'épaisse forêt qui entoure le domaine et que je connais par cœur. Il fait chaud et moite dans cette végétation luxuriante, presque étouffant même, mais nous avons l'habitude, nous la traversons tous les jours ou presque pour aller au village Mugen Tenshin ou à Kurain.

– Tu as intérêt à revenir, dit Ryu, brisant le silence, fait rarissime et preuve qu'il s'inquiète pour moi.
– Je reviendrai avec Genra, affirmé-je déterminée, de toute façon, tu m'envoies un faucon dès que tu as des nouvelles du gouvernement ou un problème quelconque avec la Secte.
– Il n'y en aura pas, ils ont peur de nous mais nous admirent aussi, si il devait y avoir un problème, il ne viendrait pas de nos disciples.
– Je n'en doute pas, nous les avons bien formés.

Ryu se tait et j'essaye de sonder son visage en vain, ses yeux sont cachés par ses cheveux bruns clairs et sa bouche ne forme qu'un pli dur, chose habituelle quand il ne porte pas son masque. Nous approchons de Kurain et je sais que je ne peux plus rien tirer de lui désormais. Je l'étreins brièvement un sourire aux lèvres, heureuse que mon ami ait fait cet effort.

– Prends soin de toi, Ayane, ajoute-t-il avant de disparaître dans une brume blanche où volait des feuilles d'un vert clair.

Je reconnais la technique ancestrale des Hayabusa et grave cet instant dans ma mémoire, observant au loin, une vague forme dans les bois, que je sais être mon domaine. Je marche rapidement à travers Kurain, saluant poliment les personnes que je connais. Comme d'habitude, les ninjas ne me répondent pas tandis que les Fey me sourient en retour. Mes pas énergiques font vibrer le ponton tandis que je rejoins l'envoyé du gouvernement posté face à un navire imposant. En montant, je réalise à quel point je m'engage sur une voie solitaire.

L'équipage est composé uniquement d'hommes, ce qui ne m'étonne pas outre mesure, mais surtout, il n'y a plus aucun ninja, je me confronte à une société et à des personnes que je ne connais pas. J'avais côtoyé les Fey mais ils sont comme nous autres les ninjas, très claniques et secrets.

– Bienvenue à bord, Ayane-san, votre ponctualité vous honore.

Je le coupe d'un geste de la main, assez de protocole pour aujourd'hui :

– Vous pouvez m'appeler tout simplement Ayane. Hors de Kurain, je ne suis qu'une civile comme les autres, une jeune de femme de dix-huit ans qui part découvrir le monde. Combien de temps durera le voyage je vous prie ?

L'homme ne semble pas vraiment à l'aise pour autant, pourtant, je suis d'une politesse et amabilité exemplaire. Je ne comprends pas.

– Une journée. Une journée et demi tout au plus si nous avons mauvais temps. C'est une petite île de West Blue aussi.

Je le remercie brièvement et me mets à l'arrière du bateau, observant mon île natale qui s'éloigne à l'horizon. Sur le ponton, je jure voir une silhouette, celle d'Hayate, mais impossible de l'affirmer avec certitude. Je rougis face à l'improbable scène que j'ai imaginé. Mon affection particulière pour Hayate sera toujours secrète malgré les années, je ne peux même pas l'envisager du fait de nos rangs respectifs. Je dois rester à ma place et  apprécier l'amitié qui nous lie.

Kurain s'efface au fur et à mesure puis je me retrouve en pleine mer, perdue, sans aucun repère. Heureusement que je suis sur un bateau dirigé par des professionnels, je n'ose imaginer le temps que j'aurais mis à trouver moi-même Sakoutpasishèr. Je note mentalement que des leçons de navigation ne seraient pas du luxe ainsi que quelques notions maritimes. Je ne veux pas me retrouver seule et désarmée dans l'immensité bleue de l'océan. Je frissonne à cette idée terrifiante. Je me sens comme une enfant ignorante et apeurée par l'inconnu. Je déteste cela. Je suis Ayane, fille de Genra, maître ninja certifiée, co-maître de la Secte Hajinmon, puissance d'assassinat du gouvernement, je n'ai pas à avoir peur.

Et pourtant, je passe la traversée, recluse sur moi-même, m'entraînant pour me vider l'esprit et faire abstraction de ce qui m'entoure. Je me tiens sur un pied, ma jambe gauche est pliée faisant en sorte de poser mon pied sur mon genou droit, les mains en position de prière face à ma poitrine. J'inspire et expire profondément, gardant mon équilibre malgré les roulis du bateau. Soudain celui-ci semble faire un bond et c'en est trop pour mon estomac, exercice de méditation ou pas. Je cours vers le bastingage et rends mon repas par dessus bord, le ventre scié par la nausée. Heureusement, personne n'est là pour voir mon moment de disgrâce. La bouche pâteuse, je cherche les cuisines pour me rincer la bouche et tombe nez à nez avec le capitaine.

– Oh, vous êtes là. Je venais vous chercher, nous allons bientôt accoster à Sakoutpasishèr, vous pourrez observer l'île depuis l'avant du bateau.

Soulagée, je le remercie avec un sourire chaleureux et en oublie mon mal de mer car j'allais enfin retourner sur la terre ferme.

Il faut tout de même encore une bonne demi-heure avant qu'on accoste pendant que, le sac sur l'épaule, je trépigne d'impatience et de nervosité face à l'île. Quand enfin la passerelle est abaissée, je fais mes adieux d'un signe de la main et avec un sourire à tout le monde, même si je les ai que très peu côtoyés. D'ailleurs, je ne les reverrais pas puisque le navire repart aussitôt pour une destination inconnue. Machinalement, j'essaye de mettre ma main sur l'un de mes wakizashis mais ils sont dans mon sac et non à mes cuisses. Je me mords l'intérieur de la joue et fais un premier pas dans Sakoutpasishèr.

Ma mission peut commencer.


Revenir en haut Aller en bas
 
Premier voyage d'une Kunoichi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Flashback]Un premier voyage...
» Premier voyage d'une Kunoichi
» Récit du premier voyage de Sa Majesté en Araucanie
» Le Sable et la Feuille, la suite d'une histoire [Gaara & Temari & Oda Kuranosuke & Shikamaru]
» Premier Voyage ! ~ [ PV : Vergil Sparda ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: All Blues :: West Blue :: En Mer-
Sauter vers: