PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Séquence 1: Nouveau départ (PV: Sephiroth)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Edell Aoi

avatar

Messages : 123
Date d'inscription : 09/06/2014
Age : 24
Localisation : Shirana (SOUTH BLUE)

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
5/1000  (5/1000)
Expérience:
326/400  (326/400)

MessageSujet: Re: Séquence 1: Nouveau départ (PV: Sephiroth)   Lun 18 Aoû - 20:10

Chapitre VI:
Le Saut de la Foi! Le fabuleux "Joker" du Scorpion!

Note aux lecteurs et  à mon cher partenaire!:
 

*
**
*

[Musique 1: https://www.youtube.com/watch?v=Ufr9UFWU5qM&index=34&list=PL99B3D1FEA7110F40]

Deux. Deux noms qu'elle pouvait à présent retirer de sa liste de conjuration. Après "Gigi d'Agostino", ou Miruve de son vrai nom, Mazel était le second à tomber sous ses lames. Et pour le coup, Edell n'était pas peu fière d'elle. Car si Mazel était un nom qu'elle connaissait bien, le voir d'aussi près lui raviva la mémoire. Non content d'être le meurtrier de son cuisinier, Mazel fut l'un des premiers à lui ôter sa dignité de femme, et avec son comparse Traven, ceux qui l'ont tenue au moment de certains problèmes arrivés… L'opération qui lui retirait un droit de plus, l'injection du produit qui avait rendu son sang hautement toxique avec le temps, et surtout, le jour où elle fut sauvée, mais perdit aussi ses yeux, tels qu'elle les connaissait. Ce jour-là, Mazel et Traven ayant maintenu la jeune femme alors que Saga lui brûlait les paupières.

"Au final ce naufrage a eu du bon… Un nom de plus à rayer sur ma liste de conjuration. Ce n'est pas plus mal." Pensa-t-elle en bougeant le poignet pour ranger sa lame.

Enfin, elle se redressa totalement, regardant l'argenté entrer en observant les séquelles du combat. Son regard azuré retomba sur le cadavre de Mazel, sur qui elle se pencha pour reprendre à son cou la chaîne qu'il avait dérobé au corps de son cuisinier. Elle rangea le précieux bijou dans sa poche, a
"Impressionnant." Glissa l'homme.
Un compliment léger, mais pour Edell, toute remarque sur son "travail" était une petite fierté en plus. De ce qu'elle avait vu chez cet homme en plus, il n'était pas un novice en combat, ce qui accentuait le petit compliment.
Ce qui la perturba, plutôt, fut de voir que malgré le temps passé dans la salle de torture, il avait l'air plutôt "frais" et bien portant. Voilà qui fit doucement râler Edell qui, pour le dire clairement, en avait pris plein le nez.

"Ne vous ont-ils pas soumis à d’infâmes traitements ?
- Pas assez infâmes visiblement…"

Il est vrai que les gardes d'Erendal ne pourraient être reconnus comme de grands guerriers sans peur, c'est clair. Un seul regard de l'azurée les avait cloué sur place. Au moins ils étaient d'accord: s'échapper fut plutôt facile…
Enfin, presque.
*
**
*
[Musique 2: https://www.youtube.com/watch?v=NS7WUvACsT8&list=PL99B3D1FEA7110F40&index=78]

Edell et lui se jetèrent un regard entendu: ils iraient ensemble à l'autre bout de l'île pour s'échapper. Pour Edell, ce fut une aubaine, une délicieuse occasion, et le chemin à parcourir était pour elle tout tracé!

Partant dans un premier temps au travers des sous-sols pour récupérer un grappin repéré plus tôt,  Edell guida l'argenté vers les étages supérieurs. Là, la mémoire lui revint, aussi brutalement qu'une claque.
La chevelure argentée, le sabre, les yeux cruels, une tendance au massacre, bain de sang et gardant un plaisir malsain à faire du mal. Kurotsu son maître lui en avait parlé, un jour. Sephiroth. Le démon d'argent. Un homme dont le nom avait été effacé de l'histoire quelques années plus tôt. Comme le sien.  Dire qu'elle l'avait fait un brin dormir sur ses jambes, soigné, soutenu et voilà qu'elle s'évadait avec lui! Le Destin était bien capricieux! Elle avait tout intérêt à ne pas se faire un ennemi de cet homme. Un allié, peut-être? En tout cas, s'ils pouvaient quitter cette île ensemble, mieux en alliant leur force, ce serait pour elle un grand plaisir. Lui avec sa légendaire puissance à l'épée, elle avec ses aptitudes acquises au terme de quatre ans d'entraînement. Un duo qui allait encore faire trembler l'île. Les Dieux étaient vraiment mystérieux.
Tant était que ce combattant l'avait suivie sans broncher, et qu'il semblait lui accorder une certaine confiance et liberté. Bon, au pire, si jamais il tentait quoi que ce soit contre elle, elle aurait sans doute moyen de le neutraliser et partir, souhaitant éviter les morts inutiles

"-Es-tu bien certaine de là où nous allons ?
- Faites-moi confiance!"

Il ne dit rien, continuant de la suivre alors qu'elle gravissait les escaliers.

Et là, la ligne finale. Les balcons où les gardes se rassemblaient pour fumer et boire entre deux tours de surveillance. Ils étaient justes au-dessus de la cellule où ils étaient enfermés quelques heures plus tôt, au-dessus de la falaise, et d'un arbre où Edell repéra ce qu'elle cherchait.
Plus tôt, quand elle avait jeté son sac, sa chaîne et sa rapière par la meurtrière de la cellule, Edell avait prié que son coup réussisse. Et c'était le cas! Le sac était retenu par les branches encore touffues de l'arbre, la chaîne et la rapière toujours accrochées. Un vrai coup de génie!

Le seul hic vint du fait qu'ils étaient à présent encerclés, elle qui souhaitait utiliser le grappin pour descendre en rappel chercher ce dont elle avait besoin, ce fut une opération à oublier, très vite.
"Rendez-vous… Dans les deux cas vous êtes morts! Tempêta un des gardes encore assez courageux que pour les interpeler.

--Félicitations…
Un léger rire s'échappa des lèvres azurées d'Edell, qui regarda les yeux contrariés de Sephiroth.
Ça, elle ne l'avait pas prévu dans ses calculs. Non pas d'être poursuivie par un régiment complet, ou coincée sur un balcon. Mais le fait d'être accompagnée dans sa course, ça, ce n'était pas au programme. Un contre temps un brin gênant.
-Gardez confiance, Sephiroth-san… Il y a toujours une solution. (marquant un temps de pause) AUTRE que de tous les liquider!"
L'idée lui vint alors, en voyant un rapace voler au-dessus du balcon, une idée ainsi qu'un large sourire.

*
**
*

[Musique 3: https://www.youtube.com/watch?v=CLcapfmFXTA]

Ses lèvres azurées étirées en une expression de contentement, Edell noua ses longs cheveux en une queue basse, cascade azurée qui lui tomba entre les omoplates, alors qu'elle se plaça devant l'argenté en retirant son manteau. Là, dans son dos, de multiples cicatrices, des marques anciennes qui avaient mis du temps à cicatriser. Aussi, en grand, un tatouage représentant des ailes, sur des stigmates semblant être en reliefs.

"J'ai la solution ~ ! Déclara Edell en gardant son manteau en main.
-Et c'est quoi, ta solution miracle?
-Sautez.
-Je te demande pardon…?
-Sautez. Ou je vous pousse.
-Tu n'oserais pas…" Siffla Sephiroth


Un sourire s'étira sur ses lèvres azurées, alors qu'elle lança son manteau sur le chef de file pour lui décocher juste après un coup de pied au ventre, l'envoyant dans le groupe qui fit effet domino. Là, d'un coup, elle se tourna, s'approcha de Sephiroth, et ignorant son regard sceptique, elle prit place devant lui et le poussa d'un coup, de ses bras fins néanmoins puissants. Il lâcha un cri de surprise, avant de disparaître.

" JE VAIS TE TUER, TOI!!! Lâcha-t-il dans sa chute
-Ils disent tous ça… Soupira Edell
-ATTRAPEZ-MOI CETTE FEMME!!"

Un petit groupe de soldat se jetèrent sur elle, alors que le leader se dépêtrait enfin de son manteau. Edell lâcha un rictus, avant de bondir hors du balcon dans un petit rire amusé, sous le regard des soldats dépités, mais qui se mirent vite à ricaner. Les meurtriers de sa Majesté ne survivraient pas à une chute pareille.

"Ils sont foutus… Laissez tomber."

S'ils avaient mieux regardé, les gardes auraient observés qu'Edell était accrochée aux branches, son sac, sa chaîne et sa rapière à présent accroché à elle, qui remarqua une branche craquée.
Sephiroth s'était accroché à l'arbre, qui avait cédé il y a peu. Tout allait comme prévu, pour elle qui se laissa tomber en arrière, les bras en croix, jusqu'à rejoindre l'argenté dans sa chute, juste au-dessus de lui.

"Mettez les bras en croix! S'exclama Edell
-Mais bordel, qu'est-ce que tu fabriques!? Vociféra le bretteur. Tu crois quoi?! Que je vais m'envoler si je fais ça?!
-Qui sait!"

Les pirates chutèrent pendant encore un long moment, jusqu'à voir en dessous d'eux leur reflet se former dans le lac. Jusqu'au bout, Edell avait gardé la position, jusqu'à l'empoigner de telle façon à ce qu'il ne bouge pas. L'argenté s'était crispé, puis semblait à présent surpris, choqué, alors qu'ils décollaient littéralement, quittant la zone du lac pour bifurquer… Ils volaient. Grâce à de puissantes ailes qui battaient dans le dos d'Edell.

Ils passèrent au-dessus du campement des pirates ayant attaqués la ville quelques heures plus tôt. Edell descendit de façon à se faire repérer par les pirates, qui se mirent à leur poursuite à cheval en hurlant diverses insultes. Plus bêtes qu'autre chose, en réalité, les malfrats les gardaient difficilement à vue, alors que la jeune femme repartait de plus belle.
Pour faciliter les choses, elle plaça Sephiroth à côté d'elle, le tenant d'une main à la taille, serrant à sa ceinture, l'autre main  ayant fait passer son bras au-dessus de sa propre épaule pour le tenir plus facilement.
"Accrochez-vous! Ça va secouer!!"
Edell plissa les yeux, alors que sous les protestations de son passager elle filait droit vers la montagne.
"Tu veux nous faire tuer? Tu ne vois pas qu'on va s'écraser!?
L'argenté tourna la tête vers Edell, dont les quelques mèches non liées dans le dos volaient en tous sens. Elle plongea ses yeux d'azur dans les siens, ces yeux aux paupières calcinées, mais brillants doucement. Elle souriait.
-Je vous l'ai dit, non? Que vous deviez me faire confiance!"
Dans une ultime accélération, Edell se pencha à nonante degrés, s'engouffrant avec lui dans une brèche béante de la montagne, le noir total, le sifflement bruyant du vent allié à l'étroitesse du passage, alors que dans un "wahoooo" de joie, Edell sorti de là, riant aux éclats tant voler était pour elle un véritable plaisir.

Elle s'arrêta sur une falaise, posa son passager en douceur et regarda en dessous. C'était parfait. Des navires inoccupés étaient là, dans un port privé. Son plan avait marché comme d'un rien, malgré l'imprévu d'être accompagnée.
Et alors qu'elle se tourna pour présenter ses excuses à l'argenté pour ne pas l'avoir prévenu plus tôt, le bruit distinct d'une horde enragée lui vint aux oreilles.

Ni une, ni deux, elle tira de son épaule le grappin qu'elle accrocha à une roche solide, tenant le long cordage dans la main.
"C'est vous les salopards qui z'avez buté Waka?
-Et si c'était le cas?
-On va vous faire la peau… Tout simplement… Hey la gonzesse, c't'à toi qu'je cause avec… P'tit cul que j'mettrais bien une claque dessus!"
Edell plongea la main dans sa sacoche, sans broncher, les yeux cachés par quelques mèches de cheveux. Puis dans un mouvement rapide, lança un petite bombe à retardement aux pieds de la horde, avant de courir, attraper Sephiroth au passage – le privant une seconde fois d'un bain de sang – et sauter une nouvelle fois dans le vide.


*
**
*


La corde se tira, les propulsant dans les airs jusqu'à un des navires, au moment même où la falaise s'écroulait sous l'explosion puissante de la bombe.
Pendant ce temps, les pirates chutèrent sur une des voiles d'une frégate, dont le tissus se déchira au fur et à mesure, les ralentissant, et les couvrant une fois les deux corps sur le pont. Empêtrée, Edell roula sur le côté et mit à rire.

Un beau rire franc, pour elle qui souriait aux éclats, avant de regarder si Sephiroth allait bien et tendre la main pour l'aider à se relever. Ses manches ayant été déchiré pendant son interrogatoire, ses bras étaient pratiquement à nus, la marque distincte d'un "tu es à moi" gravé sur le bras apparaissant sous le soleil couchant.
"Haa, je suis désolée de la brutalité du déplacement… Au moins cet âne ne tyranisera plus le peuple qui a retrouvé son or, ils pourront se refaire une vie, et la horde pirate ne sera plus un problème. Et nous… On est libre. Ce qui est une bonne nouvelle!" Déclara Edell en dénouant ses cheveux.

S'envoler pour être libre n'avait aucun prix. Plus jamais elle ne serait captive de quelqu'un sans cesser de se battre pour être libre. Ses ailes rentrèrent dans le tatouage, et elle se tourna vers le ciel, souriant toujours autant.


[Musiques:
1: Troels Brun Folmann: "Japan 3" (Tomb Raider Legend OST)
2: Troels Brun Folmann: "England 9a" (Tomb Raider Legend OST)
3: Harry Gregson-Williams: "Rescue!" (Sinbad le Marin OST)]

Revenir en haut Aller en bas
http://tenshi-faron.deviantart.com/
Sephiroth
Capitaine Pirate
avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 04/10/2013
Localisation : De retour sur les mers !

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
9/1000  (9/1000)
Expérience:
159/400  (159/400)

MessageSujet: Re: Séquence 1: Nouveau départ (PV: Sephiroth)   Sam 23 Aoû - 21:23

A tout les lecteurs:
 

Chapitre VI
On the Way to a Smile.

Beaucoup de livres d’aventures auraient pu conter une telle évasion. Les plus grands maîtres de la plume auraient pû s’y plaire. Entre le mythe et le divertissement, de quoi satisfaire les rêveries des plus béats et les insatisfactions du noble Icare. Un envol aussi délicat qu’improbable. Remarque il fallait au moins ça pour que la chevelure d’argent passe outre l’agression momentanée de la jeune femme.
Sans crier gare, elle le poussa de ce couloir fatal, laissant s’évanouir cette chevelure divine dans les airs. Il n’y avait aucune hésitation à ce sujet, si ils survivaient, le démon argenté, achèverait de ces mains cette déesse flottante à la crinière azurée, qui avait elle aussi fait le grand saut.

Pourtant, cette colère, cette fureur, laissa instantanément place à un impressionnisme croissant et à un respect profond. A n’en pas douter, jamais le pirate n’avait eu un tel revirement d ‘émotions et de sensations. Même durant son périple, deux années plus tôt, jamais quelqu’un n'avait échappé à son courroux en lui forçant le respect. Quelque soit l’identité de cette femme, Sephiroth ne pouvait plus le nier, même avec sa mauvaise foi aussi légendaire que sa chevelure, il ne pouvait plus ignorer les talents de cette créature mi humaine mi ange. Ces ailes majestueuses, battaient de leur plein, sans vergognes, soutenant d’une main ferme le passager imprévu.
Alors oui, son geste envers le pirate était dangereux, mais son attitude témoignait de la plus grande évasion qui n’ait jamais eut lieue.  S’éloignant du château, ce vol mal négocié sur la fin se termina dans un mur blanc de tissu, qui se déchira au contact des deux passagers aériens. S’étalant sur le pont, se débâtant avec la toile en lambeaux, et venant finalement à bout de cette fibre infernale.

La jeune femme ria de bon cœur, un rire sincère, qui témoignait de son amusement total, et de sa sympathie. Le pirate la regarda avec un air presque empli de désolation. Presque rabat joie, il ne répondit pas. En colère ? Impressionné ? Peut-être un peu des deux. Quoi de plus normal ? Si on lui avait dit quelques heures plus tôt qu’il s’échapperait de cette forteresse en volant, il aurait probablement découpé la langue de ce plaisantin avec délicatesse, prenant plaisir à voir souffrir, le chanteur de sottises.

- Haa, je suis désolée de la brutalité du déplacement… Au moins cet âne ne tyrannisera plus le peuple qui a retrouvé son or, ils pourront se refaire une vie, et la horde pirate ne sera plus un problème. Et nous… On est libre. Ce qui est une bonne nouvelle.

C’était vrai. Laissant de coté ces ailes qui disparurent comme par enchantement, ils gouttaient au moins au plaisir sans nom de la liberté. Le jeune femme regarda les flots comme satisfaite. Un oiseau chantant, devant l’immensité du monde qu’il avait à parcourir. C’est voyant cette jeune fille de dos que Sephiroth compris enfin. Il assembla la dernière pièce du puzzle, silencieusement, satisfait de son travail d’investigation. Sans la remercier, il tourna les talons, laissant sa camarade face au tableau qu’elle observait, et sauta de la frégate pour partir en direction de la foret.


***


Elle n’avait rien obtenu en guise de remerciement. Il ne fallait pas s’attendre à des miracles non plus. Avoir impressionné le fameux démon d’argent » était déjà un exploit digne de ce nom.
Ce même démon argenté avait donné lieu à une partie de chasse, et s’était délecté d’une proie tout à fait acceptable. Un gibier maigre, qui eut au moins de quoi remplir la pense du chasseur. Il avait prit siège sur un petit roc, faisant cuire quelques morceaux au dessus de la braise bouillante. Un drôle d’animal, à poils ras, dont la chair était remarquablement tendre et délectable. Il l’avait vidé, et dépecé, découpant parties par parties, les morceaux mangeables de cette drôle de bête. Il conserva un cuisseau bien épais, qu’il enroula délicatement dans des feuilles de chêne, afin d’en conserver l’arôme et la saveur.
Ce n’était pas un lapin, plus gros. Plus encore qu’un lièvre. Un espèce de lapidé, étrange, qu’il n’avait jamais vu encore. Mais le gout en bouche était fameux. Le pirate n’était pourtant pas un cordon bleu ! Ce n’était pas qu’il était mauvais dans ce domaine, mais il n’avait jamais eu à faire cette besogne autrefois.
Al Storm, était le cuisinier de bord de son premier voyage. Peut-être le moins fou de la bande, à l’époque. Un homme relativement calme, mais diablement doué avec une masse. Un épais mastodonte, d’une bonne centaine de kilos… Calme malgré sa masse musculaire bien développée. Sa sœur Manarill était beaucoup plus fine que lui, petite et élancée. Épéiste reconnue.
La chevelure argentée, passait parfois dans les cuisines, lorsque la faim le tiraillait, et voyait son chef de fourneau, mélanger, découper, enduire, badigeonner, cuire, ou encore goûter, ce qu’il préparait. De fait, le démon argenté se souvenait de quelques petites astuces que son ami utilisait, dans sa belle cuisine.

Une fois qu’il eut fini son repas de braconner, il se leva, et s’étira. Il avait quitté la frégate depuis près de deux heures. Il regarda à gauche, puis à droite, ignorant quoi faire, et se décida finalement. Il rebroussa chemin, vers la plage, et atteint le petit port qu’il avait quitté un peu plus tôt. Vide, comme laissé à l’abandon. Ceci témoignait soit de la pauvreté du pays, soit de l’état d’affolement de la cour après la mort du souverain. Qu’importe… Le champ était libre, cela était bien suffisant. Inutile de s’embrouiller avec des détails ou autres banalités du genre.


***


Il observa les quelques navires qui étaient là. Attendant patiemment les valeureux dompteurs des flots insaisissables. Le ciel était semi bleu et semi nuageux. Pas de vent, juste quelques nuages voilant le soleil, donnant un coté détendu à ce tableau. Il retrouva la frégate qui avait servi de piste d’atterrissage et bondit haut pour poser ses jambes sur la rambarde de sécurité en bois.
La jeune fille était restée là, assise dos au grand mât. Les yeux dans le vague, l’esprit lointain. C’était à se demander si elle remarqua le pirate qui s’avançait vers elle. Elle finit par abaisser son visage et regarda l’homme aux cheveux d’argents silencieusement.

- Quels sont tes projets pour la suite ? Demanda-t-il.

D'Ordinaire, cet homme froid, n’aurait eu que faire des ambitions d’une pure inconnue. Mais sa démonstration aérienne valait au moins la peine de s’attarder quelques minutes sur son cas.

- Je ne sais pas. Ou plutôt je ne sais pas quelle route prendre.

- Donc tu sais ce que tu projettes.

- En effet.

La conversation n’était pas la plus joyeuse du monde. Les réponses à la fois rapides et évasives, témoignaient à la fois d’un respect mutuel mais aussi d’une profonde mélancolie de la part de la jeune femme. Il le lisait dans ses yeux, et cela ne faisait que renforcer sa théorie…
Il saisit un tonneau tout proche, le fit basculer sur le pont de bois clair du navire, et prit siège. Il inspira profondément.

- « Je vous connais ». C’est la première chose que tu m’ai dite lorsque nous nous sommes rencontrés.

Elle releva la tête, un peu curieuse, se demandant ou voulait en venir le pirate.

- J’ai longtemps vogué sur les mers et… de toute l’expérience que j’en ai accumulé, une d’entre elle m’empêche encore de fermer les yeux sereinement la nuit. Il pouffa d'un léger rire. Ne te méprend pas je viens pas me confesser, ni même parler de mon passé.

Alors que voulait il ? Lui qui semblait ne pas être un modèle de loquacité, semblait soudainement être enclin à une discussion posée.

- A l’époque ou je naviguais sur les flots et ou je prétendais être un sérieux candidat à la découverte du One Piece, je me réjouissais d’une méthode de protection bien particulière qui portait ses fruits.

- Une méthode de protection ? Demanda-t-elle curieuse.

- Selon toi qu’Est-ce qui permet de se préparer au mieux contre les attaques adverses ?

Elle sembla hésiter un moment, mais donna finalement une réponse à la fois exacte et satisfaisante.

- J’aurais pensé à la connaissance des capacités ennemies.

- C’est exact. Ce que j’appelle « l’information ». Pour rester le pirate numéro un à l’époque, je me renseignais au mieux sur mes potentiels adversaires. Si j’avais eu quelques informations sur ceux qui m’ont vaincu, tout aurait probablement été différent. Il patienta un moment en secouant la tête, et reprit. Il ne sert à rien de remuer le passé. De plus, je ne referais pas les même erreurs qu’autrefois.

Il la regarda dans les yeux. Elle semblait boire ses paroles. Sans vraiment comprendre le but de ce monologue, elle semblait attirée par la manière d’amener les choses petit à petit du pirate.

- Parmi tout mes rivaux que je surveillais de près, je me souviens d’un équipage en particulier : L’équipage de la Fraternité.

Soudain, il obtint la totalité de son attention. Il avait donc vu juste, il n’y avait plus aucun doute.

- Cet équipage sillonnait les mers, et semblait être craint. Curieusement, il ne s’agissait pas d’une bande de primates à la recherche du sang et de l’or, non. Leur nom leur convenait à merveille : Une véritable fraternité, capable de tout, et comptant sur un esprit d’équipe hors du commun. Longtemps, je me suis intéressé à cet équipage solide, et à leurs membres. Tous particuliers, et tous unique. Je me souviens de leur capitaine, une femme douce et aimante, à la fois forte et intelligente. En plus de compter sur une plastique de rêve, elle pouvait compter sur une loyauté sans faille de ses propres amis. « Edell Aoi » , je me souviens.

C’est avec beaucoup de machiavélisme que le pirate choisit ses mots. Il observait les réactions de son interlocutrice. Les yeux variant les directions, les déglutitions répétées trahissant son passé, la mâchoire se crispant lorsqu’il ajouta la fidélité du dit équipage.

- Puis un jour, je n’eus plus la moindre information à leur sujet. Ils disparurent littéralement de la circulation. Sans laisser une trace, ni même un indice. Une disparition trop parfaite pour qu’il ne s’agisse pas d’un acte criminel, tu en conviendras. J’ai donc été convaincu qu’ils avaient étés exterminés. Quelle heureuse nouvelle, un équipage de moins à vaincre… Si seulement j’avais su que je vivrais le même sort peu de temps plus tard…

De plus en plus sa gestuelle trahissait ses émotions : elle renifla, ravalant les larmes qui lui montaient aux orbites. Serrant le poing de cette affreuse douleur qui était loin d’être cicatrisée.

- Jusqu’à peu… j’étais convaincu de la disparition de cet équipage. Je savais que je te connaissait. Cette chevelure bleue azur, cette silhouette à faire tourner les têtes, cet esprit tourmenté… Tout coïncidait… Je veux donc te poser une question.

Il regarda la fille dans les yeux, elle qui tremblait d’un trop grand mélange d’émotion. Tristesse, horreur, colère, fureur ? Bien d’autres probablement.

- Quel est ton nom ? Lâcha-t-il en la regardant dans les yeux, comme si il aimait cette torture psychologique à laquelle il soumettait son ex colocataire de geôle.

Elle ne répondit rien. La pointe du nez rougit un tantinet, les yeux vitreux, plein de larmes qu’elle s’efforçait probablement de ne pas laisser s’échapper. Déglutissant une nouvelle fois, laissant s’écouler sa fierté dans sa gorge nouée par le chagrin et la colère.

http://www.youtube.com/watch?v=Ic1Z_MZrS9c&list=PLm110o-eiaMZzRGhu7Foa6t8ngjm7Opvj&index=14

- Je le savais. Je ne m’étais pas trompé. Tu es Edell Aoi, et tu as survécu à la disparition de ton équipage. Mais certaines preuves se trouvent encore sur ton corps : Ces paupières brûlées, ses cicatrices à tes poignets…

- Que me veux tu ? Demanda-t-elle visiblement à bout de peine et de fureur.

Il croisa les jambes et les bras, en respirant profondément, lâchant un léger sourire à la jeune femme.

- Les gens pensent que la force se mesure par une  technique irréprochable, une force physique élevée et une vitesse hors du commun. Quelle chimère n’est-ce pas ?

Elle ne répondit pas. Laissant la chance au pirate de finir son argumentation.

- Tes cicatrices me laissent entrevoir ce que tu as vécu. Ceux qui t’on fait ça, sont ceux qui ont tué tes amis. J’ignore les sévices qu’ils t’ont fait subir, mais je les imagine facilement. La torture, le viol, la violence, l’humiliation… Un quotidien déplaisant. Il marqua à nouveau un temps avant de reprendre. Mais tout cela n’est rien. La douleur physique n’est qu’une légère douceur face à la véritable torture qu’est le fait de voir mourir ces camarades sous ses yeux, sans pouvoir rien faire.

- …

- Ce sentiment d’impuissance absolue lorsque le capitaine ne peut même pas protéger ceux qu’il aime. Voir s’éteindre la flamme d’une féconde amitié, et qui sait… peut-être même d’un amour véritable, sans avoir le pouvoir de s’y opposer. Voilà qu’elle est la véritable torture. La perte de ceux qui vous accompagnaient, et qui auraient donné leurs vies pour votre but. Ne pas pouvoir leur rendre cette loyauté et cette foi qu’ils avaient en vous.

- Je vous en prie. Ça suffit… dit elle à bout psychologiquement.

- Pourquoi ai-je la nécessité de te dire tout cela ? Pour m’amuser de ta souffrance ? Non. Parce que ton passé fait de toi le genre de personne pour qui j’éprouve le plus grand respect.

A nouveau il marqua un temps, et serra les poings.

- J’ai moi-même été contraint de regarder mes anciens camarades se faire passer la corde au cou, sans que je ne puisse rien y faire. Pire encore. Je ne ressentait plus rien, comme si ces gens n’avaient jamais été là pour moi. Horreur de l’amnésie. Lorsque la mémoire m’est revenue, le spectacle de leurs morts m’est revenu en tête également. Deux ans plus tard… deux ans trop tard…

Elle regarda l'hémoglobine qui coulait de son poing fermé pressant la chair jusqu’au sang. Il présentait peut-être les choses d’une odieuse façon, mais était peut-être aussi, la personne la mieux placée au monde pour comprendre les sentiments de la jeune femme.

- Alors je sais. Je sais ce que tu as vécu. Les sévices corporels ont été mon quotidien. La marine fait bonne figure, et joue la carte de l’humanité, mais les traitements auxquels j’ai eu droit dans ma geôle, en auraient tués plus d’un. Pourtant cela n’était rien, comparé au ressentiment que j’ai eu, en recouvrant la mémoire. Ce sentiment d’impuissance, cette fureur qui ne s’éteindra peut être jamais.

Une fois encore il marqua un silence en regardant la jeune femme dans les yeux. Cette même jeune femme qui semblait soudainement fascinée par les paroles de cet homme aux cheveux d’argents.

- Toi et moi, nous sommes pareils. Nous avons goûté à ce qu’est la véritable souffrance, et nous savons donc tout deux, ce qu’est la véritable force.

Il marqua la fin de son monologue. Attendant une réaction quelconque de la belle azurée. Elle semblait troublée. A la fois désarmée face à ces aveux de la part du pirate, mais aussi perdue.

- Que me voulez vous ? Demanda-t-elle en somme de conclusion.

http://www.youtube.com/watch?v=nBmE321e74E&list=PLm110o-eiaMZzRGhu7Foa6t8ngjm7Opvj&index=22

Il se leva de son tonneau continuant à regarder son interlocutrice dans les yeux.

- Si une entité supérieure existe, nous avons étés sauvés par dieu. Nos erreurs lors de nos premiers voyages, sont des leçons qui nous rendent plus forts. Comme je le disais, nous ne commettrons plus les mêmes erreurs désormais..

Il lâcha un sourire plein de fierté, et de volonté. Une véritable amicalité émanait de lui.

- Le ciel nous a donné une seconde chance, ne la gâchons pas. Je veux te redonner la foi. L’envie de vivre et de tuer ceux qui t’ont rabaissée plus bas que terre. Bat toi en mon nom, porte mes couleurs. Donne moi ta loyauté, je te donnerais ma force. Donne moi ta force et je te donnerais ma volonté.

Une dernière fois, il laissa le temps à la jeune femme et ajouta en conclusion. Le vent soufflait dans son dos, faisant vaguer sa chevelure légendaire, et apportant un nouveau départ à son futur voyage et à celui de sa partenaire.

-Joins toi à moi Edell Aoi, et partons à la recherche de ce que nous avons tout deux perdus.


A ma partenaire:
 

Revenir en haut Aller en bas
Edell Aoi

avatar

Messages : 123
Date d'inscription : 09/06/2014
Age : 24
Localisation : Shirana (SOUTH BLUE)

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
5/1000  (5/1000)
Expérience:
326/400  (326/400)

MessageSujet: Re: Séquence 1: Nouveau départ (PV: Sephiroth)   Lun 25 Aoû - 21:26

Chapitre VII:
Un pont vers l'avenir. Les échos qui forment une Alliance.
*
**
*
Restée seule sur le pont de la frégate, Edell n'avait pas vraiment fait attention à l'absence de Sephiroth jusqu'à ce qu'elle ne se tourne une première fois, et ne remarque sa solitude. Elle haussa les épaules, et commença à faire le tour du navire pour fouiller après d'éventuelles choses qui pouvaient lui servir pour la suite. Matériel médical, un peu d'argent, du tissu. Elle rassembla le tout dans les voiles déchirées et retourna à son poste d'observation, captivée par l'océan, le vent léger, le soleil qui se couchait.
Edell profitait pleinement de ce moment, libre, au calme, au frais. Son envol fut pour elle une sensation délicieuse dont elle profitait à chaque fois qu'elle en avait l'occasion. Un petit bonheur qu'elle appréciait pleinement. Et le silence de Sephiroth ne la dérangea pas plus, quoi qu'une pointe de vexation se tenait en elle, pour n'avoir eu aucun remerciement. Au moins, lui aussi était libre, et peut-être lui rendra-t-il la pareille, un jour, si ils se recroisaient.
Seule, elle lâcha un éclat de rire à revoir pleinement l'expression de Sephiroth lors du vol improvisé. Quel plaisir de voir la vitesse avec laquelle il était passé de la colère à une forme d'admiration.

Au moins elle ne se ferait pas taper sur les doigts de son geste.

Elle regarda à nouveau l'océan, puis tira de son sac une photo rangée dans son journal de bord.
Le papier froissé d'une photo de groupe qu'elle caressa du bout des doigts.
"Un pas de plus, les amis… Déjà deux d'entre vous qui peuvent reposer en paix… Mayumi… Sacha… Dormez bien. Dit-elle, avant de poser le doigt sur le visage d'un homme aux cheveux verts. Il faudra que tu sois patient, toi… Mais je l'aurais. Aozora."
Le regard tendre, la jeune femme posa les lèvres sur la photo avant de la ranger dans son sac, et regarder en l'air.
"Avant que je n'oublie…!"
Dans des gestes rapides, elle tira de sa sacoche un long morceau de parchemin et une plume, et parcouru le papier de ses iris azurés, avant de rayer un nom.
"Mazel… Bientôt je m'occuperai de ton frère Traven. Lui aussi passera sous le fil de ma lame. Ainsi que les autres. Et au final… TOI!"
Edell piqua un nom tout en haut de sa liste, de la pointe de sa plume, puis rangea la liste des Conjurés et se remit à observer l'océan. Une fois en chemin elle rédigerait un rapport à son maître, et peut-être fera-t-elle un détour pour passer un jour ou deux sur Kanon. Si elle était sur South Blue, faire un crochet avant Grand Line ne serait pas dramatique.

Quelques heures plus tard, deux à tout casser, Edell entendit les pas de Sephiroth, et se tourna, d'abord sur ses gardes, puis retrouvant son calme, elle lui adressa un petit sourire.

Quand il lui demanda ses projets pour l'avenir, l'Azurée resta silencieuse un moment. Son premier réflexe fut de répondre qu'elle ne savait pas… Puis elle corrigea le tir.
Edell savait parfaitement vers quoi elle allait. La vengeance et la rédemption. Des choses qu'elle ne pouvait exprimer librement à cet homme qu'elle ne connaissait que de réputation et à peine depuis quelques heures.
La jeune femme se tourna pour faire face à Sephiroth, croisant les bras sous sa généreuse poitrine par vieux réflexe gestuel.

" Je ne sais pas. Ou plutôt je ne sais pas quelle route prendre.
- Donc tu sais ce que tu projettes.
- En effet."

Encore une fois, Edell venait d'assister à la conversation la plus longue et la plus élaborée du monde. Quand elle le vit s'asseoir, elle fit de même, se posant sur le bastingage en gardant les bras croisés.
*
**
*
Edell l'écouta, calmement, l'écoutant parler un peu de sa gloire passée, de son ancienne ambition à découvrir ce fabuleux trésor qu'était le "One Piece", fabuleux butin qui vous hisserait au rang de Roi de la Piraterie. Quelque chose qu'Edell n'avait jamais convoité, en naviguant par le passé, le titre ne l'intéressait pas. Juste le plaisir de voyager, d'être entourée.
Quelques échanges entre eux, pendant lesquels Edell demeurait captivée par la façon de parler de l'argenté, regarder ses yeux ancrés ainsi dans les siens, sa chevelure argentée qui ondulait sous ses mouvements de têtes… Quelques échanges, avant qu'elle ne sente son cœur se serrer.
Sephiroth mentionna l'équipage de la Fraternité…
Jadis, un équipage fier et libre, craint par la Marine, mais pas en tant qu'énième équipage de boucher. Leur union était telle qu'il était impossible de les vaincre. Tous disposants de puissants pouvoirs, de capacités hors normes. Un équipage solide, fidèle, guidé par une puissante jeune femme à la volonté de fer, aimante, aimée, au bord des fiançailles, qui plus est… SON équipage! SES compagnons de route.

Parmi cet équipage se trouvait Tori, un homme-poisson qui avait trouvé le moyen de prendre une forme totalement humaine, grand amateur de blagues et de bonne chair. Tori, qui aimait plus que tout Mayumi, leur navigatrice, femme-renard aussi taquine que son compagnon, et aussi câline qu'un chat, dont l'instinct les avaient toujours mené à destination, quand elle prenait la barre. Seto, l'ingénieur, le rasta, charpentier de son état, qui derrière son air toujours absent demeurait un grand combattant, et brillant scientifique. Comme Sakura, son infirmière de jadis, femme-loup porteuse d'une terrible maladie, elle luttait sans cesse contre, cherchant sans faillir un remède pour continuer l'aventure avec eux. Une femme douce et timide, très fragile et sensible, mais dont les mains de fées avaient déjà sauvé plus d'une fois l'équipage. Comme les prédilections de Sacha, son cuisinier, un jeune homme médium qui parvenait à voir dans l'avenir grâce à ses cartes de tarot qu'il utilisait aussi comme moyen de combattre en invoquant diverses créatures.
Et enfin, lui. Aozora, son second, son amour, celui pour qui elle aurait tout abandonné s'il le lui demandait. Fils d'un brillant escrimeur, un aimant fidèle et tendre, et un combattant hors pair. Leur amour était sans faille, incassable, impossible de les séparer…

Sauf si la Mort elle-même n'en décide autrement.
Quant au terme d'une tempête Saga et sa Horde ne viennent saccager le navire, massacrer l'équipage et emporter leur capitaine à bord de leur Man O' War, leur navire de guerre au nom de "Punisher".

Revenant un brin à la conversation, Edell se rendit compte qu'elle était devenue incapable de regarder Sephiroth dans les yeux, déglutissant sans cesse, en sentant sa gorge se nouer et de très nombreux échos lui revenir en tête.
Sephiroth parla du massacre, alors ainsi, il suivait les aventures de la Fraternité? Edell n'y prenait pas attention, ses yeux brûlaient, son corps devenait atrocement douloureux, alors qu'elle sentait à nouveau la morsure du fouet, les coups reçus…
"Abattez-le!
-TORI!!!"

Le gémissement fatal de son poisson lui revint en tête, qu'elle secoua, comme les derniers soupirs de ses autres compagnons.

"Plus tu te tais, plus je te les arracherais. Dis-moi où est le Codex…. UN AUTRE!!
-SACHA!!!!
"

Trop de choses qui lui faisaient mal, qui la faisait trembler jusqu'au tréfonds de son âme, pour elle qui lâcha malgré tout une larme. Perle noire qui roula sur ses joues devenues blafardes par l'amer souvenir.

"Je veux donc te poser une question."

Edell releva difficilement les yeux vers lui, ses ongles enfoncés dans la chair de ses bras qu'elle serrait avec force.

''Quel est ton nom ?"

L'azurée fut incapable de prononcer le moindre mot, tant sa gorge était nouée, elle n'y arrivait pas… Des sanglots menaçaient dangereusement d'éclater, son nez coulant rosissait à mesure qu'elle reniflait aussi discrètement qu'il était possible dans un tel chagrin.
Sephiroth, le démon d'argent, la perça à jour. Il avait découvert qui elle était. L'ancienne capitaine du Nagareboshi, Edell Aoi, capitaine de la Fraternité. Même si en cet instant présent, la belle pirate ressemblait plus à un insecte qui souhaitait se terrer quelque part, s'ensevelir, tant la honte de se montrer en train de craquer l'envahissait. Quand Sephiroth parla de ses mains balafrées, Edell les cacha dans son dos, la mâchoire serrée au possible.

"Que me veux-tu ?"Balbutia-t-elle, le cœur au bord des lèvres.[/color]
*
**
*
À mesure qu'il parlait, Edell ne l'entendait plus, au fond, tant les échos des coups de feu, de lame, les gémissements et sanglots de ses compagnons, ses propres hurlements, ses supplications, elle qui pleurait à mesure que le sang des siens était versé.
Parler ne servirait à rien, elle ne saurait rien dire. Ses jambes tremblaient, pour elle qui s'était levé et avait cherché à le rejoindre pour lui demander d'arrêter son cinéma. Elle était au bord des larmes, prête à craquer.

Elle se détourna de lui, pour s'essuyer les yeux d'un revers de la main, toussant brièvement pour éclater un sanglot avant qu'il ne vienne, avant de lui lancer un regard noir, toujours embué de ces larmes douloureuse.
"Ne perd pas pied… Ne te laisse pas aller, n'oublie pas ce qui arrivera si tu perds contrôle…" Se disait-elle tout bas, alors qu'il continuait sa tirade.

"Ce sentiment d’impuissance absolue lorsque le capitaine ne peut même pas protéger ceux qu’il aime. Voir s’éteindre la flamme d’une féconde amitié, et qui sait… peut-être même d’un amour véritable, sans avoir le pouvoir de s’y opposer. Voilà qu’elle est la véritable torture. La perte de ceux qui vous accompagnaient, et qui auraient donné leurs vies pour votre but. Ne pas pouvoir leur rendre cette loyauté et cette foi qu’ils avaient en vous. "
Muette, Edell se prit la tête en main dans un petit gémissement, se penchant en avant sous le chagrin. Aozora… Aozora était mort de  la main de Saga lui-même. Le dernier rempart était tombé après les autres, ce qui avait définitivement scellé son destin.
"Assez… ASSEZ!!!"
*
**
*
"Tu dois vivre… Edell, ma chérie… Ne cesse jamais de lutter. Ne t'arrête pas. Tu es forte, tu sauras te relever et refaire ta vie… Même dans l'au-delà… Je ne cesserai jamais de t'aimer… SURVIS, EDELL!!
-AOZORA!!!!"

"Je vous en prie. Ça suffit…!"
La pression fut trop grande, pour Edell qui craqua, au point d'en tomber à genoux devant lui. Au point de se cacher le visage de la main pour camoufler les sanglots qui menaçaient d'éclater et cacher au mieux ses larmes noires qui roulaient sur ses joues. De grosses larmes de charbon qui s'écrasaient sur le pont de la frégate. Au même moment, dans la chevelure azurée de la pirate, une longue mèche noire se forma, partant de la pointe pour arriver à la racine, coupant net la rivière de cheveux.
"Pourquoi ai-je la nécessité de te dire tout cela ? Pour m’amuser de ta souffrance ? Non. Parce que ton passé fait de toi le genre de personne pour qui j’éprouve le plus grand respect."


[https://www.youtube.com/watch?v=ycS_h7oUse4&index=32&list=LLbIk6eM8FOyLKavvxUi11hA]

Oui. Elle était persuadée qu'il s'amusait de ce tourment auquel il la livrait. Était-ce là le remerciement qu'il lui offrait pour lui avoir ainsi sauvé la vie? Si elle l'avait su, Edell ne l'aurait même pas rattrapé, à ce train-là. Elle serait partie de son côté!
Mais il y avait dans le comportement de cet homme quelque chose d'étrange, une incohérence. Autant ses mots étaient durs comme l'acier, cruels, froids, des mots qui perçaient au travers du cœur, autant Edell vit dans son regard qu'il y avait autre chose, quelque chose de plus profond que ce "désir de faire mal".
Surtout quand, après l'avoir fait craquer à ce point, Sephiroth lui avoua comment lui-même s'était senti, après avoir retrouvé sa mémoire.
Relevant les yeux, Edell vit qu'il serrait tant les mains qu'il en saignait, comme elle qui s'était écorché les bras d'avoir serré avec ses ongles.
Toujours à genoux, la jeune femme plongea ses iris vitreux dans les siens, tremblante.

- Que me voulez-vous ? Demanda-t-elle d'une voix tremblante.

Le sourire que lui adressa Sephiroth lui tira la chair de poule. Non pas un sourire sadique, mais une sorte de sympathie, qu'elle voyait émaner de lui qui gardait ses yeux rivés sur elle.
Elle se rappela alors le pourquoi elle s'était dirigée vers lui, quelques heures plus tôt. Alors que la horde s'était lancée sur le village et qu'ensemble, ils les avaient défait.
À ce moment-là, elle s'était sentie attirée vers lui, comme si une force inconnue la poussait en sa direction. Une force divine? Oui, sans doute… Les Dieux lui accordaient ainsi une nouvelle chance, la chance de retrouver le plaisir de naviguer en tant qu'équipage…

"Joins toi à moi Edell Aoi, et partons à la recherche de ce que nous avons tous deux perdus."

Les paroles de son maître lui revinrent alors en tête, un écho d'une voix douce qui dissipa la douleur de ses souvenirs.
"Il est parfois nécessaire de faire face à nos démons pour les vaincre et avancer. Chibi. Viendra le jour où tu trouveras d'autres ailes qui te porteront. Ouvre ton cœur, laisse les autres te tendre la main. Un jour, tu retrouveras la joie de vivre, l'amour, le bonheur… Et si tu y parviens, ce sera pour toi la plus belle victoire que tu puisses avoir sur Saga. Tu ne seras plus jamais seule, Chibi. Tu te retrouveras des amis."

La main de Sephiroth fut tendue vers elle, qui hésita longtemps, la tête baissée.
"Plus jamais seule… Serait-ce enfin le signe de la fin de l'errance? Je pourrais… Enfin caresser à nouveau cet espoir.?" Pensa-t-elle

"Il est tellement rare pour moi de voir quelqu'un me tendre la main comme vous le faites… Vous devez avoir raison. Il y a au-dessus quelqu'un qui souhaite que nous profitions d'une seconde chance.

Elle lui prit alors la main et se redressa lentement, gardant la main dans la sienne avant de plonger le regard dans le sien.

-Je serais votre force, vos ailes. Je porterai et diffuserais vos couleurs. Et quoi qu'il arrive, qu'importe la tempête, je serais là, je n'abandonnerais rien. Si c'est le "One Piece" que vous cherchez, je ferais ce qu'il faut pour vous y aider… (Elle inspira, puis soupira longtemps) Moi, Edell Aoi… J'accepte de naviguer avec vous, Sephiroth… Ou plutôt devrais-je dire... Capitaine!"

Le vent qui se leva fut plus fort, faisant voler alors les cheveux de la demoiselle qui avait retrouvé tout son éclat, à mesure des paroles de l'argenté qui venait de lui offrir un pont vers l'avenir. Sa quête allait prendre une toute autre tournure, sa vie allait prendre un autre tournant.
Mieux encore, malgré les traces grises de ses larmes, elle lui offrit un sourire chaleureux, scellant dans cette poignée de main cette promesse.

C'était peut-être ça, le miracle des îles "divines"…
Revenir en haut Aller en bas
http://tenshi-faron.deviantart.com/
Sephiroth
Capitaine Pirate
avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 04/10/2013
Localisation : De retour sur les mers !

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
9/1000  (9/1000)
Expérience:
159/400  (159/400)

MessageSujet: Re: Séquence 1: Nouveau départ (PV: Sephiroth)   Ven 29 Aoû - 12:26

VII.
Ultimes préparatifs.


La réaction de sa camarade était une preuve suffisante pour comprendre que son discours avait eu de l’effet. La jeune femme s’agenouilla, comme effondrée. Détruite par le chagrin, suppliant la chevelure argentée d’arrêter ce supplice mental. Il achevait son office à la perfection, en offrant à sa suppliciée une main tendue vers un avenir radieux, aux cotés de celui qui marquerait l’histoire. Ses larmes qui coulaient sur ses joues laissèrent place à un regard perplexe, mais plein d’espoir pour un futur exceptionnel.

- Il est tellement rare pour moi de voir quelqu'un me tendre la main comme vous le faites… Vous devez avoir raison. Il y a au-dessus quelqu'un qui souhaite que nous profitions d'une seconde chance.

C’était même une évidence. Le destin ? Futile alibi des sceptiques… Pourtant, si destin il y avait, il venait de jouer un étrange tour à ses deux existences. Ennemis un jour, alliés un autre. Voila les belles choses que les caprices du ciel pouvaient parfois offrir. La légende vivante : Sephiroth, le démon d’argent. L’héritière de la fraternité : Edell Aoi. Sans oublier ce noble gentlemen habile et intelligent qu’était Rob Lucci. Un équipage qu’il allait falloir surveiller de près.
Le jeune femme se releva, tel un phœnix, s’envolant de ces propres consumations. D’une rage accablante, d’une tristesse destructrice, elle se leva le regard rempli d’espoir et de volonté pour saluer celui qu’elle appellerait désormais « capitaine ».
Une chance. Son discours avait été concluant. Odieux, tortueux et machiavélique, mais finalement idéal. Il avait su faire s’effondrer son alliée pour la mettre dans d’idéales conditions de renouveau et de lendemain.

L’affaire était entendue. Cet équipage prenait forme, et le démon argenté s’entouraient de personnes dont il savait qu’il pouvait avoir confiance. Il fallait maintenant trouver un bateau. Ou au moins, un navire temporaire sur lequel naviguer jusqu’à en obtenir un autre.
La voile de celui-ci était déchirée, mais par chance, trois autres bateaux, modestes soit, mais tout de même suffisants, se trouvaient aux abords du premier. Prêt à recevoir deux matelots en conquête d’un monde rempli de mystères.
Sephiroth bondit sans réfléchir sur le bateau de droite. Sans raison apparente. Les deux autres étaient bien et semblaient fonctionnels. Ils n’étaient donc pas nécessaire de perdre plus de temps.

- Rassemble tes affaires. Je n’ai qu’une hâte : celle de partir de cette île.  Lui expliqua-t-il.

Elle vérifia sa calebasse. Rien n’y manquait visiblement, puisqu’elle suivit son capitaine sur le pont voisin. Remarque, elle n’était pas originaire de cette île. Comment avait-elle pu se retrouver là ? Cette question n’avait même pas effleurer l’esprit du pirate, et au final, la réponse importait peu. L’essentiel était leur rencontre, et leur alliance.
La chevelure d’argent tira sur la corde attachée à l’arceau pour défaire la voile du bateau. Il n’avait rien d’impressionnant, juste une sorte de petite jonque. Un double mat avec une voile principale et une seconde pour la prise du vent. Un pont assez bas, mais malgré tout spacieux. Ils prirent leurs aises, avant que la jeune femme ne fasse une intelligente remarque à son capitaine.

- Ce bateau est plat, et ne semble pas avoir de cale, pour stocker diverses marchandises. De l’autre coté, il semblerait que la quille soit plus basse, avec une salle intérieure. Peut être trouveront nous des vivres pour notre voyage.

Il tourna la tête et observa le navire en question. Très juste. Les deux pirates n’iraient pas loin avec pour seule nourriture le cuisseau de lièvre.

- Tu as raison. Il observa les deux bateaux  sur lesquels ils n’avaient pas encore fouillés. Prend celui que tu as vu, je prend l’autre.

Ils se séparèrent un moment et débutèrent de rapides investigations. La chevelure argentée ne trouva pas grand-chose. La navire qu’il fouillait semblait bien être destiné au commerce, mais il ne possédait que quelques tonneaux remplis d’épices et de graines. Il trouva néanmoins une grosse corbeille dans la quelle se trouvaient de beaux fruits exotiques. Il embarqua le panier, ce n’était pas grand-chose, mais tout était bon à prendre.
Il retourna au bateau, Edell y revenait aussi avec un tonneau sur l’épaule. Visiblement la masse ne lui faisait pas peur. Elle posa le récipient de victuailles et l’ouvrit pour le montrer à son camarade. De la viande séchée. Saucisses et andouilles pimentées, petit salé, lard, et même un jambon à l’os qui semblait très savoureux. Elle savait décidément se rendre utile. Ces idées étaient bonnes et sa réussite en témoignait. Il lui lâcha un sourire de satisfaction avant de retourner vers la voile.

Il termina ses derniers préparatifs, et regarda la jeune femme.

- En route.

Toutes voiles dehors, Sephiroth à la barre, et la jeune femme à ses cotés, ils quittèrent Raïus, vers une direction indéterminée, mais vers des projets tout à fait clairs. L’ambition d’une résurrection. Un retard à rattraper.
Le retour du démon d’argent était désormais imminent.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Séquence 1: Nouveau départ (PV: Sephiroth)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Séquence 1: Nouveau départ (PV: Sephiroth)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» 01. Episode n°1 ; Un nouveau départ
» Petite Ode ○ La chanson du désespoir où la mélodie d'un nouveau départ ?
» Une fin signifie seulement un nouveau départ...[Mahiru et Dan]
» A l'aube d'un nouveau départ [AJ Lee]
» Besoin d'un nouveau départ

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: All Blues :: South Blue :: Autres îles-
Sauter vers: