PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Pour l'amour et pour le sang: la naissance de Bloody Viper. [Solo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Bloody Viper

avatar

Messages : 156
Date d'inscription : 09/02/2013
Age : 26
Localisation : Sur North Blue

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
10/1000  (10/1000)
Expérience:
360/400  (360/400)

MessageSujet: Re: Pour l'amour et pour le sang: la naissance de Bloody Viper. [Solo]   Ven 14 Nov - 14:34

La nuit la plus fatigante de ma vie hein ? On était tellement excité comme des puces que trouver le sommeil relevait d'un cauchemar sans fin. Et quand celui-ci avait enfin dégainé à frapper à la porte, c'est notre position sur cette foutue branche d'arbre qui nous faisait défaut, car oui, dormir là-haut n'était PAS DU TOUT confortable. L'arrivée des premiers rayons du Soleil sonnait comme une bénédiction, et nous descendîmes tranquillement de l'arbre. Pour autant, la tension n'était pas redescendue depuis la veille, je ne savais pas du tout comment réagir. Je commençais à comprendre que ce n'était pas seulement ton corps qui m'attirait, mais aussi tout le reste. Ce sentiment de manque que je m'imaginais si tu t'éloignais de moi était présent dans ma tête. Était-ce cela qu'on appelait... l'amour ?

- Bon il faut qu'on trouve à manger. Si on pouvait retrouver un Augwardo ça serait cool. On y va ?

Comment tu m'as fait resurgir de mes pensés ! Pauvre fou ! Mais au lieu de passer à l'action, je restais immobile, limite pétrifiée. Et bien sûr, pour ne pas arranger mon cas, j'avais perdu ma faculté à parler distinctement:

- Euhh... oui ! Oui oui ! C'est une bonne idée... enfin je pense...On devrait aller par-là ? Ou par là peut-être...?

Capacité d'analyse ? Tombée à néant. L'amour est un fléau, mais alors un putain de fléau. Nous prîmes alors une direction aléatoire. Je marchais en retrait, regardant mes pieds, plutôt que devant moi, ou tout du moins, je levais ma tête de temps en temps dans ta direction. Tu ne boitais plus, ou presque, ce qui me soulageait au plus haut point. Toujours perchée dans mon rêve, je reçu un électrochoc me faisant définitivement sortir de ma béatitude. Une vision d'horreur et cauchemardesque se dressa devant nous.

- Qu'est-ce qu'il s'est passé ici ?

On s'approcha alors un peu plus près de la scène, et alors nous comprîmes:

- Se sont des gens de la base, affirmais-je.
- Regardes ces traces de pas, m'interpellas-tu. Je suis presque sûr à 100% que ce sont celles de Rudy.

Un terrible massacre avait-eu lieu ici. Une vingtaine de cadavres jonchaient le sol, à moitié déchiquetés, les intestins traînant au sol, les têtes explosées. Un véritable marécage de sang sur lequel on se tenait debout.

- Je suis persuadée que Geppetto à envoyer des troupes à notre recherche, cela prouve sûrement que Shura a réussit à les ramener sains et saufs, admettais-je. Le sang est encore frais, Rudy n'est peut-être pas loin et des raptors vont sûrement venir se rassasier ici, nous devrions partir aussi vite que possible, ça devient très dangereux.

Cette vision d'horreur ne me perturbait finalement pas tant que ça, et, à en juger ta désinvolture les mains dans les poches, toi non plus. Était-ce si important au bout du compte ? Je ne ressentais pas tellement de tristesse ou de haine. En fait, voire des gens venir à notre recherche, même déchiquetés, me laissait penser que Geppetto était toujours vivant, et c'était le plus important. En revanche, la présence de Rudy dans les parages m'inquiétait, et ta remarque pertinente y était pour beaucoup:

- Tu ne m'avais pas dit que Rudy mangeait tout ce qu'il voyait ? Parce que là, il y a pas mal de gâchis je trouve.

C'est vraie, Rudy est un estomac géant sur pattes, il ne tue jamais par plaisir...

- Soit il est devenu fou, pour une raison que j'ignore, soit...

Je laissais en suspend ma phrase, en tournant légèrement ma tête vers toi, le regard très inquiet, puis je repris:

-... il y a un deuxième monstre ici, et s'il fait de la concurrence à Rudy, cela risque de devenir catastrophique pour cette île.

Soudain, nous entendîmes des bruits familiers. Comme prévu, ces charognards de raptors ont sentis la viande fraîche et sont venus en masse pour nettoyer la zone. Nous quittâmes rapidement les lieux et nous continuâmes en direction du Mont Pangéria. En fait, le relief commençait déjà à s'accentuer, sans nous en rendre compte, nous commençâmes à grimper vers le sommet. C'était une bonne chose, il fallait que nous avancions un maximum, avant d'affronter la neige le lendemain. Mais la priorité absolue était de trouver à manger. Pour mon plus grand bonheur, nous tombâmes sur un fraisier I love you

- Ho regardes ! Ce sont les fruits rouges de l'autre fois ! Trop cool !

Je me jetai comme une folle dans le buisson, prête à tout manger.

- Hmmm, je ne suis pas sûr que des fraises nous fassent tenir pour la journée. Le mieux serait de trouver de la viande.
- Hihi, tu en a laissé derrière toi je te rappelle, fis-je avec un sourire mesquin.
- Tu es dégueulasse ma parole, fis-tu avec une mine dégoûtée.
- Allez manges des fraises, je t'en laisse. C'est une belle preuve d'amour tu ne trouves pas ?
- D'amour ?

BIM. Nouvelle gaffe. J'avais oublié ce détail, je me le suis tellement incorporé que je suis passé à autre chose. Mes drôles de sensations revinrent alors, et je recommençais à balbutier:

- Euuuuuh non... c'est pas ce que je voulais dire mais... enfin si mais pas dans ce sens là !

Ce que je n'avais pas percuté tout de suite, c'est que tu savais pertinemment que je craquais pour toi, et que j'étais devenue très timide. Tu jouais avec mes sentiments ! Salaud ! Tu souris gentiment, puis tu t'approchas de moi. Par réflexe, je coinçai une fraise entre mes dents, fraise que tu vint chercher directement avec tes dents. Je sentis tes lèvres toucher les miennes et je suis devenue toute rouge, mon cœur battant à un rythme insoutenable.

- Tu as raison, je vais manger quelques fraises avec toi !

Mon cœur battait tellement fort que je ne bougeais plus, de peur d'avoir une crise cardiaque ! Finalement, je n'avais plus faim et je me contentais de rester immobile. Nous reprenions alors la route et nous marchions 8h durant, en mangeant des fruits trouvés à droite et à gauche, un augwardo se trouvant là par hasard et nous arrivâmes près d'une cascade, la même que lors de notre premier arrêt avec le groupe de Geppetto. On était donc sur le bon chemin ! Seulement se soir là, pas d'excitation quelconque, nous étions tout simplement trop fatigués. Nous nous lavâmes chacun notre tour en nous reliant pour faire cuire la viande. Après ce bon repas, nous décidâmes de prendre le risque de dormir à même le sol, histoire de dormir plus convenablement que dans un arbre. Tu avais pris soin de délicatement couper la peau de l'augwardo afin d'en faire une couverture, petite certes, mais qui nous tiendrait bien au chaud ! Bien évidemment, on devait se la partager et nous nous serrâmes pour nous blottir dessous l'un contre l'autre. L'excitation revint, et cette fois, j'allai avoir du mal à me contrôler. Comme pour me réconforter dans mon choix, je posai ma tête sur ton pectoral gauche, alors que ton bras vint m'enlacer le dos, ma main gauche posée sur ton autre pectoral. Je me sentais bien dans cette position, mais au vu de mon excitation, je ne l'étais pas encore suffisamment. Alors je décidai d'agir pour de bon. Je remontai ma tête au niveau de la tienne, en m'allongeant entièrement sur toi, puis, je déposai mes lèvres sur les tiennes. Je crois que tu ne t'y attendais pas au vue de ta tête ! Mais tu répondis tendrement à mon baisé. La suite ? Je crois que seul ton imagination peut te faire revivre ce moment fabuleux...


_________________
"Le but à la guerre n'est pas de mourir pour son organisation, mais de faire en sorte que le connard d'en face crève pour la sienne."
Bloody Viper
Revenir en haut Aller en bas
Bloody Viper

avatar

Messages : 156
Date d'inscription : 09/02/2013
Age : 26
Localisation : Sur North Blue

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
10/1000  (10/1000)
Expérience:
360/400  (360/400)

MessageSujet: Re: Pour l'amour et pour le sang: la naissance de Bloody Viper. [Solo]   Lun 29 Déc - 0:14

Je me réveillais tout doucement, avec une sensation agréable et désagréable à la fois. Le froid du petit matin ainsi que l'humidité environnante me faisaient dresser les poils de mon corps nu. Mais de l'autre côté, la chaleur de ton propre corps me faisait un bien fou. J'avais passé une nuit absolument incroyable, comme si j'avais bravé l'interdit. Faire l'amour, voilà une passion à la laquelle je m’adonnerai de nouveau avec joie.

- Bien dormis ?, me fis-tu.

Je ne savais pas que tu étais réveillé, alors j'ai levé un peu ma tête et en croisant ton regard je ne pouvais m'empêcher de sourire, parce que j'étais heureuse. Voilà bien longtemps que je n'avais pas connu ce sentiment agréable.

- Ah làlà, si tu savais à quel point, répondit-je en rigolant.

Je m'apprêtais à m'extirper de ce cocon de douceur quand la lumière du jour me permit de voire ce drôle de tatouage sur ton pectoral droit. Je l'avais déjà vu pas mal de fois avant, c'est vraie, mais je ne l'avais jamais regardé avec autant d'attention. Il ressemblait à une sorte d'oiseau bleu avec une sorte de flèche dessinée juste en dessous. Peut-être était-ce une branche ?

- Dis-moi, il représente quoi ce tatouage ?, finis-je par demander.

Tu baissas légèrement ta tête afin de l'observer toi-même plus promptement, et tu me répondis :

- C'est une queue de fée. On me l'a tatoué à ma naissance car il est l'emblème de ma famille. Ce symbole représenterait l'espoir et la fraternité, mais je t'avouerais que je ne connais pas réellement sa signification, ça c'est perdu avec le temps.
- Whoaw, je ne savais pas que tu venais d'une lignée comme ça ! Ta famille est importante ?
- En quelque sorte oui. Du moins sur mon île natale c'était sûrement le cas.
- « C'était » ?, questionnais-je.

Tu détournas ton regard, et ne répondis jamais à ma question. J'ai rapidement compris que ma curiosité te dérangeais :

- Excuses-moi Bastian, je ne devrais pas te poser tant de question...
- Ce n'est pas grave Krystal, me fis-tu en souriant. On a tous nos petits secrets !

C'est vraie, je garde des choses pour moi aussi, il y a des choses qu'il vaudrait mieux ne pas savoir. Bref, nous nous levâmes et nous nous préparâmes à repartir en direction de la base. Il était temps de rentrer, enfin ! Cette escapade dans la jungle avait assez durée, mais elle m'avait tellement apportée ! Jamais je n'aurais cru tomber dans tes bras comme ça, la vie réserve parfois ses petites surprises, bonnes ou malheureusement mauvaises... Quoiqu'il en soit, après avoir chassé notre dernier Augwardo, nous commençâmes à croiser les premières neiges. On avait gardé la peau du volatile de la nuit dernière, et avons également dépecer notre dernière proie afin de nous garder au chaud lors de notre longue marche à travers ce désert blanc. Même Rudy n'oserait pas s'aventurer ici, et c'est justement pour cette raison que la partie la plus difficile de notre périple allait commencer. La neige arrivait pratiquement aux genoux et avancer devenait un calvaire.

- Je vais marcher devant, créant ainsi un chemin, tu pourras avancer plus facilement.
- Et ta jambe ?, m'inquiétais-je.
- Ça ira ne t'en fais pas ! Dans une heure on inversera les rôles, on devrait pouvoir maintenir un bon rythme de croisière de cette façon.

J'approuvais ta démarche et nous continuâmes notre route ainsi. Et effectivement, marcher en suivant tes pas devenait moins éprouvant car tu dégageais la neige devant toi. En marchant, je posais mes mains aussi souvent que possible sur les gardes de mes épées. Ça ne servait à rien, mais je veillais quand même sur mes filles et je me rassurais de savoir qu'elles étaient là à mes côtés. Au bout d'une heure, nous échangeâmes nos places et l'effort devint logiquement plus difficile pour moi. Mais au bout du compte, c'est toi qui s'effondra en premier :

- Krystal !...

Je me retournai vers toi, avant de m’exclamer :

- Tout va bien ?
- Je ne crois pas, ma jambe me refait souffrir.
- Et tu ne peux plus du tout marcher ?, fis-je en m'accroupissant à tes côtés.
- Ma jambe est faible, pour être honnête ça fait un moment que je me force à marcher.
- Il va falloir que tu fasses plus d'effort, tu vas mourir de froid si tu restes immobiles, disais-je en m'inquiétant. Dans quelques mètres nous allons atteindre des cavités rocheuses, nous y resterons pour la nuit, alors s'il-te-plaît fais un dernier effort ! Je vais t'aider à marcher !

Tu respiras quelques instants, puis tu décidas de m'écouter. Te mettre sur pieds fut difficile mais nous y parvînmes, le plus dur était encore à faire. De nombreuses fois tu faillis lâcher prise mais c'était sans compter sur ma détermination que tu restas sur pieds. Après ce qu'on avait vécu, il m'était tout simplement impossible de t'abandonner, tu comptais trop à mes yeux. Enfin nous arrivâmes dans une caverne qui coupa le froid intensif amené par le vent.

- Tu vas rester ici, fis-je en t'adossant contre un mur. Je vais chercher du bois et tenter de faire un feu. Essayes de te réchauffer du mieux que tu peux.

Je ne pris pas le temps d'écouter une quelconque réponse que je repartis avec courage affronter la tempête de neige. Trouver des arbres allait être difficile dans cette contrée perdue, alors des bouts de branches enfuis dans la neige... C'est pour cette raison que j'ai laisser parler mes deux filles, un arbre c'est avant tout un gros morceau de bois. Ils n'étaient déjà pas très nombreux dans le coin, mais la situation devenait urgente. Par chance j'en trouvai un non loin de l'entrée de la caverne. Un joli épicéa qui ne demandait qu'a être tailladé en mille morceaux ! Malgré la température très basse et mes membres engourdis, j'empoignai Nirvana pour abattre le conifère. Une fois celui-ci tombé, je m’efforçai de couper toutes les petites branches afin de ne garder que le tronc nu. Enfin, je découpai ce dernier en plusieurs petites bûches afin qu'elles ne soient pas trop lourdes à transporter. Je pus ainsi en ramener deux à la caverne et je constatais que tu grelottais beaucoup, tes yeux étaient presque fermés. J'étais revenue à temps pour te réveiller un bon coup !

- Bastian !, fis-je en te secouant. Ne t'endors surtout pas ! J'en ai plus pour très longtemps !

Ton teint était devenu très pâle, le bout de tes doigts commençait à devenir bleu, il fallait faire vite, la situation empirait de plus en plus, mais transporté par ton amour, je ne lâchais pas prise. Tu étais la personne qui comptait le plus pour moi à cet instant, je ne pouvais pas te perdre comme ça ! J'arrivais donc prêt de mon épicéa en miette et repris deux nouvelles bûches. Je pensais que quatre bûches allaient être suffisant pour faire tenir un feu durant une petite nuit. Ma tâche bientôt accomplie, j'arrivais prêt de la caverne, mais une surprise de taille m'attendait !

- Bastian !

Toujours assis contre ton mur, tu luttais férocement avec te lame contre un Dinofelis, une espèce normalement disparue de tigre à dents de sabre. Ce dernier mourrait visiblement de faim, ou alors nous avions élu domicile dans son antre.

- ENCULÉ !!!! Fis-je en fonçant comme une barbare sur le prédateur.

Ce dernier me vit arriver et esquiva rapidement sur le côté. Il mit quelques pas de distance entre lui et moi et me regarda férocement dans les yeux. En temps normal, il aurait sûrement évité l'affrontement, mais sa situation devait être très précaire. En d'autres termes, s'il nous tuait pas, il finirait par mourir de faim. En y réfléchissant, notre situation était sensiblement la même. Nous nous sommes arrêtés en totale urgence à cause de ta jambe, sans jamais songer à trouver de la nourriture pour passer la nuit. Or, dans un froid pareil, manger devenait vital. C'est donc une lutte de survie qui s’apprêtait à débuter :

- La loi du plus fort, seul l'un de nous deux s'en sortira ce soir. Désolée, en temps normal je ne chercherais pas à tuer un animal aussi magnifique que toi, mais je n'ai pas vraiment le choix...


_________________
"Le but à la guerre n'est pas de mourir pour son organisation, mais de faire en sorte que le connard d'en face crève pour la sienne."
Bloody Viper
Revenir en haut Aller en bas
Bloody Viper

avatar

Messages : 156
Date d'inscription : 09/02/2013
Age : 26
Localisation : Sur North Blue

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
10/1000  (10/1000)
Expérience:
360/400  (360/400)

MessageSujet: Re: Pour l'amour et pour le sang: la naissance de Bloody Viper. [Solo]   Ven 2 Jan - 21:43

Le tigre me lançait des regards et des grognements signifiant qu’il allait passer à l’acte. Je ne le lâchais pas du regard, le défiant sans cesse, telle une prédatrice affamée. Finalement, j’attaquai la première en exécutant mon offensive avec Nirvana mais le tigre esquiva mon attaque et contre-attaqua dans la foulée avec force. Son coup de patte, que je reçu plein torse, était puissant et sa fureur, sa souffrance, bref, sa volonté de survivre le rendait incroyablement féroce et moi je me voyais tomber en arrière. Dominée par ce félin enragé, je luttai avec ce tigre au-dessus de moi. Mes membres engourdis me privaient de mes forces et maintenir la gueule du tigre loin de mon visage était difficile. Heureusement je réussi à me rouler sur le côté en entraînant le félin dans mon mouvement. Il vola à quelques centimètres de moi et je pus me remettre sur pied. Mais le Dinofélis repassa immédiatement à l’attaque, ne me laissant aucun répit grâce à sa vélocité et en me forçant à rester sur la défensive.

- Krystal ! Crias-tu subitement.

Me voyant clairement en difficulté, tu ne pouvais t’empêcher de pester contre toi-même, car tu étais incapable de m’aider.

- Merde !

Quant à moi, je contenais de mon mieux le félin en bloquant toutes ses attaques meurtrières. Pendant un long moment je restais ainsi, mais je savais pertinemment que cela me mènerait à ma mort. Soudainement, un morceau de bois enflammé vola en direction du  Dinofélis. Je ne compris pas immédiatement d’où provenait ce projectile lancé de plein fouet sur la bête préhistorique, mais cela me laissa une ouverture en or pour enfin défoncer ce tigre ! Sauf que je n’avais guère prévu qu’une plaque de verglas allait me faire trébucher en arrière. Le félin en profita alors pour m’attaquer, mais voyant que toutes ses offensives précédentes visant mes points vitaux furent vaines…

- AÏÏÏÏEEEEEEE !!

Cet enfoiré avait planté ses longues canines dans mon mollet droit. Celui-ci fut entièrement transpercé et le sang coulait abondamment. Il ne me lâchait pas, secouant sa tête par intermittence afin de me broyer les os. Allongée sur le dos, une crise de folie s’empara de moi. J’avais envie de tuer, pas pour me nourrir, non, juste pour tuer. Ce sentiment bizarre, je l’avais déjà ressenti de nombreuses fois lors de mon entraînement avec Sjneider. Je ne comprenais pas d’où cela venait, mais quand cela m’arrivait, rien n’était plus important que d’assouvir cette envie. Alors, dans un excès de rage, je me remis sur les fesses et je transperçai le crâne de l’animal préhistorique, quitte à poignarder ma jambe avec lui. Nirvana ressemblait à un bâton de brochette avec ma jambe droite et la tête du tigre plantées dedans. Mon regard connotait de la folie face à ce spectacle sanglant et cette douleur insoutenable. Mon mollet ne ressemblait plus à rien, et je décidai de retirer ma lame entièrement ce cette boucherie. Bien sûr me lever devenait difficile, mais cette colère qui s’était emparée de moi ne m’empêcha pas d’écraser la tête du tigre. Heureusement te voire me redonna la sourire et me fit sortir de cette phase de folie. Je revins vers toi en traînant le tigre derrière moi et ce malgré la douleur et je m’assis tant bien que mal à côté de toi. Tu pris alors ma tête et tu la serras fort contre toi en disant :

- Bordel ! J’ai cru que t’allais y passer ! Je suis désolé de ne pas avoir pu t’aider mieux que ça.

Je ne comprenais pas ce que tu disais par « avoir pu t’aider mieux que ça » jusqu’à ce que je réalise que le morceau de bois brûlant n’avait pas été lancé tout seul :

- Merci ! Sans toi on serait mort à l’heure qu’il est.

Bien sûr, l’état de ma jambe était préoccupant et il fallait agir vite. Tu étais encore très faible, je te proposais  de réunir les morceaux de bois puis de les allumer afin de faire un feu. Pendant ce temps, moi, je m’occupais de ma jambe. Après avoir remonté mon pantalon jusqu’au genou, je frottai mes plaies avec des feuilles de Culca Canceriea afin de les désinfecter, puis dans un élan de courage et de sadisme à mon égard, je pris une torche préparée par tes soins et je brûlais mes blessures afin d’aider à cicatriser plus vite. Je souffrais encore et toujours (putain de journée de merde) mais au moins, je pourrais m’endormir ce soir la conscience tranquille. Enfin, après avoir de nouveau imprégné mes blessures de Culca Canceriea (on est jamais trop prudent), je découpai un morceau de ma fourrure d’Augwardo afin d’en faire un bandage sommaire. Ceci fait, la chaleur du feu nous envahit et tu retrouvas la peps en moins de temps qu’il ne le fallait ! Cette chaleur, une véritable bénédiction, un doux rêve même, nous fit de nouveau ressentir le bout de nos doigts et nous nous attelions à dépecer le tigre. De la bonne viande fraîche, après une journée éreintante  à marcher comme des cons dans la neige et le froid, je crois que nous l’avions sincèrement mérité ! L’odeur de la viande cuite éveilla nos papilles gustatives et le reste de la soirée se déroula plutôt bien malgré nos douleurs respectives. Je m’endormis contre toi, enroulé dans ma fourrure et bercer par la chaleur des flammes dansantes…


Le lendemain, je me réveillai la première. Mon premier réflexe fut de te regarder, tu dormais si bien ! Du coup je t’ai laissé te reposer un peu. De mon côté mon mollet me faisait toujours mal et je boitillais un peu. Deux éclopés, déjà un c’était chaud à gérer, mais deux… Sérieux on devait faire pitié. Quoiqu’il en soit je retournai dehors chercher deux ou trois bûches afin de réalimenter le feu et ainsi faire cuire un peu de viande de la veille. La tempête avait cessée, et la neige m’aveuglait sous les rayons du Soleil, on était bien loin de la galère que nous subissions la veille. À mon retour tu dormais toujours, mais le doux parfum de la viande cuite t’éveilla ! Une fois nos estomacs bien pleins, nous reprîmes notre route en direction de la base. En réalité, nous n’étions plus très loin de celle-ci, une affaire de 2-3 kilomètres :

- Ça y’est ! Enfin ! criai-je de joie.

Nous restions cependant assez faibles et nos jambes respectives continuaient de nous faire souffrir. Épauler mutuellement, nous nous entraidions à atteindre cette foutue base quand l’une des vigies vint à notre secoure :

- Dieu soit loué vous êtes sains et saufs ! Nous avions perdus tout espoir !

Je me foutais complètement de ce qu’il disait, moi c’était Geppetto que je voulais voire. Nous pénétrâmes dans la base et des dizaines de personnes (en gros toute la base quoi) se précipitèrent pour nous voire en lançant des soupirs de soulagement et en nous applaudissant. Cela partait sans doute d’un bon sentiment, mais sérieusement, cela m’agaçait au plus haut point. On ne pouvait pas être plus faux-cul. J’ai passé trois années à essuyer des brimades et gamineries sur mon statut de chouchoute du Big Boss, et maintenant que j’ai survécu pendant 5 jours dans la jungle je suis aimée ? Elle est où votre putain de logique sérieux ? Pour moi, rien n’avait changé, sauf mon amour pour Bastian. Au lieu d’être seule contre tous, j’étais maintenant avec une personne que je jugeais digne de confiance pour avancer. Bref, le personnel médical nous accueillit à bras ouverts et nous emmena en soin intensif pour guérir nos blessures et, surtout, pour que nous puissions nous reposer. Tout cela se fit très vite mais je ne pouvais m’empêcher de demander à tout le monde où était Geppetto ! On me répondit brièvement une fois au bloc qu’il allait plutôt bien :

- Plutôt ?!!? répondis-je énervée.

Il lui était donc arrivé quelque chose mais je n’eus pas le temps de péter ma crise qu’on m’endormit… Mon réveil fut très difficile, une bonne nuit de sommeil aurait pourtant dû me requinquer, mais j’avais plutôt l’impression d’être shootée. Je ne t’avais pas remarqué à mon chevet, pourtant tu me tenais la main en souriant. Il a fallu que tu m’adresses la parole pour que je puisse enfin me rendre compte de ta présence :

- Tu vas bien ?
- Et toi ?, fis-je avec un sourire un peu forcé.
- Je vais bien, me fis-tu avec une mine apaisée. Je n’ai plus du tout mal à la jambe, ils m’ont préparé une lotion à base de Culca Canceriea. Cette plante est véritablement magique !
- C’est cool mais où est Geppetto ??, reprenais-je aussitôt.
- Calmes-toi ! Il va bien le vieux. Apparemment il aurait eu une grosse angi…
- Yo les gens !, fit Shura en irruption dans la pièce.
- Putain il a eu quoi bordel !, renchéris-je. T’arrêtes pas en plein milieux de tes explications à cause de cette conne !
- Comment ça "cette conne" ?? fit Shura en courant vers mon lit prête à me foutre une droite. Je viens prendre de vos nouvelles et c’est comme ça que tu me traites ??
- Mais GEEEEENRE !!!! J’ai appris que Geppetto avait attrapé une maladie ultra méga dangereuse par ta faute et tu viens encore te plaindre après ça ??
- Hey je n’ai jamais dit ça…
- Mais t’es complètement à la ramasse ma pauvre fille !

Nous continuâmes à nous disputer pendant de longues minutes alors que toi tu ne prenais même pas ma défense ! Pire tu t’es carrément enfuit !

- Faut pas déconner hein, je ne vais pas rester ici à observer ça, c’est chiant.

TO BE CONTINUED


_________________
"Le but à la guerre n'est pas de mourir pour son organisation, mais de faire en sorte que le connard d'en face crève pour la sienne."
Bloody Viper
Revenir en haut Aller en bas
Bloody Viper

avatar

Messages : 156
Date d'inscription : 09/02/2013
Age : 26
Localisation : Sur North Blue

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
10/1000  (10/1000)
Expérience:
360/400  (360/400)

MessageSujet: Re: Pour l'amour et pour le sang: la naissance de Bloody Viper. [Solo]   Ven 16 Jan - 19:20

On m'avait interdit de bouger pendant encore 24h, mais c'était plus fort que moi, fallait que je bouge.

- Tu vas où ?, me demandas-tu.
- Bah à ton avis ?, fis-je en me mettant debout, difficilement il faut bien l'admettre.
- Tu ne peux pas rester en place hein ?
- Tu t'es mis en couple avec la pire nana de l'univers, maintenant tu assumes !
- ...

J'empoignai une béquille et me dirigeai vers la sortie. Ma jambe me faisait toujours mal, la lotion concoctée par les infirmiers n'avait pas encore agi visiblement. Mais je m'en foutais. Mon objectif depuis mon retour à la base était de savoir comment allait Geppetto, et personne ne m'en empêchera ! Je descendis alors les escaliers me séparant du couloir où était situé le bureau de Pepito (j'aime bien ce surnom tiens !), et tu m'aidas dans ma quête:

- Bon je suppose qu'il est temps d'assumer...

Tu m'épaulas, et descendre devint d'un seul coup beaucoup moins difficile ! Une fois en bas, nous nous engageâmes dans le couloir au rez-de-chaussée et nous nous arrêtâmes devant la porte de Pépito. Après avoir frappé à la porte avec ma canne, elle s'ouvrit:

- Oh Krystal ! Je suis soulagé de te revoir !

Ni une ni deux je lui sautais dans les bras et je me mis à chialer comme une madeleine.

- Allons allons tout va bien ! Ho ho ho ! Venez vous s'asseoir tous les deux, je vous offre un chocolat à boire !
- Avec plaisir ossan !

Nous nous installâmes alors, et mes sanglots se calmèrent, je pu enfin parler distinctement:

- J'étais terriblement inquiet pour toi, je ne savais pas si Shura avait réussi à te ramener ou pas...
- Et moi donc ! Je me suis fait un sang d'encre pendant cette semaine. Alors quand j'ai appris que vous étiez revenus, j'ai eu la baume au cœur ! Je suis venu vous voire à l'infirmerie après votre opération, mais vous dormiez encore, fit-il en nous servant notre tasse de chocolat. Attention c'est chaud !

Nous le remerciâmes, puis il reprit:

- Shura a été bienveillante à mon égard. Elle a traité cette volonté comme si elle était ta dernière. Pendant toute la semaine elle s'est occupée de moi. Je ne sais pas ce que je serai devenu sans elle, je serai sûrement repartie à l'aventure pour vous ramener moi-même Ho Ho Ho !

Il y a eu un léger silence, durant lequel je penchais ma tête.

- Krystal, Shura a accompli sa mission avec brio. Elle était très inquiète pour vous, je l'ai surpris en train de prier un soir. J'ignore si elle pratique une religion quelconque, ou si elle l'a fait de façon spontanée, mais je suis quasiment certain qu'elle l'a fait pour votre sauvegarde. Vous devriez la remercier.

Ma tête toujours penchée, je souriais. Je ne voulais pas que l'on me voit en réalité. Je n'aimais pas vraiment Shura, mais je devais bien l'admettre: elle avait un bon fond. Rares sont les personnes qui s'inquiètent pour moi, et Shura, peu importe ce que je pensais d'elle, en faisait partie.

- J'ai envoyé des hommes à votre recherche, mais ils ne sont toujours pas revenus, reprit aussitôt Geppetto.
- Ils sont tous morts, dis-je comme si cela n'avait pas d'importance, tout en relevant ma tête.
- Comment ça ?
- On a retrouvé des cadavres déchiquetés dans la jungle, et il semblerait que Rudy ne soit pas le coupable.
- Ciel..., fit Geppetto en s'asseyant sur sa chaise. Et comment savez-vous que Rudy n'a rien à voir dans cette attaque ?
- Bah tout simplement parce qu'il y avait des restes. Si Rudy les aurait vraiment attaqué, on aurait même pas eu la preuve de leur passage !, fis-je en levant mon index en l'air pour appuyé mes explications. Et ça j'avoue que ça me fait peur. Si ce n'est pas Rudy qui a fait ça, alors il y a un autre monstre dans la jungle, mais on a aucune preuve de son existence.
- Voilà qui est choquant, il va falloir que j'en informe le responsable de la base... Sinon vous savez que c'est bientôt les examens les jeunots ? J'espère que cette escapade dans la jungle ne vous l'a pas fait oublier ! Tu sais sans doute ce que ça signifie Krystal ?
- Oui... Sjneider sera bientôt de retour...
- Exactement ! Il arrive la semaine prochaine, je l'ai eu à l'escargophone tout à l'heure et il sera ravie que tu lui montre tes progrès !

Je souris, de façon un peu forcée c'est vraie. Avais-je réellement progressée ? Je me le demandais...

- Et toi Bastian ?
- Moi ? Bah, ça devrais aller. Pas de soucis à ce faire ossan, fis-tu en buvant une gorgée de ta boisson chaude.
- Ho Ho Ho je vois je vois. Vous formez un sacré couple tous les deux Ho Ho Ho !
- Comment tu sais ça Geppetto ??, fis-je en rougissant.
- Allons je ne suis pas dupe ! Ça fait une sacré moment que je vous observe ! J'ai le nez fin et l’œil aiguisé pour ces choses là !

On se mit tous à rigoler. La bonne humeur de Pépito, ça m'avait bien manqué...

- Bon les jeunots je ne veux pas vous virer mais j'ai du pain sur la planche ! Profitez-bien de ces deux semaines pour réviser et vous entraîner !

Nous le remerciâmes et nous sortîmes de son bureau. J'étais totalement rassurée maintenant !

- Tu vois je te l'avais dit qu'il allait bien ! Une angine c'est pas la mort hein...
- Beuh t'as pas continué ta phrase non plus, alors j'ai imaginé le pire moi...

Au même moment Shura arriva dans le couloir, et elle m'agressa déjà !

- Ça va tu t'es calmée la rouquine ? Geppetto s'est sortie indemne de son angine foudroyante ?
- Roh ça va hein ! Vous commencez à m'emmerder avec vos angines !
- Merci Shura, fis-tu soudainement.
- Euuuuuh... de rien... ?
- Geppetto nous a expliqué à quel point tu t'étais inquiétée pour nous, ça me touche beaucoup.
- Oooh...

Shura se mit à sourire, et reprit aussitôt en disant que c'était pour elle normal de s'inquiéter pour nous ainsi. Je me retrouvais mal à l'aise du coup. Alors...

- Je..., fis-je en hésitant longuement. Je devrais peut-être te remercier moi aussi... Tu as pris soin de Geppetto pendant tout ce temps. Je t'en suis extrêmement reconnaissante, Shura.

Visiblement, mes remerciements ont eu pour effet de prendre Shura par surprise. Elle pensait peut-être que j'avais trop de fierté pour ça ?

- Je suis contente que tu sois toujours vivante, enfoirée, fit-elle en me souriant sincèrement.
- Bieeeeeenn ! Maintenant que vous êtes les meilleures amies du monde, je vous propose d'aller réviser un peu à la bibliothèque. Ça vous va ?

À notre petit couple, c'était donc greffé Shura. En fait, je ne m'étais jamais intéressée à elle, mais elle était aussi solitaire que nous. J'ai appris un peu à la connaître du coup, même si notre rivalité n'avait pas disparue ! Mais notre trio fonctionnait plutôt bien, et nous étions fermement préparés pour notre premier examen... Nous étions 27 prétendants cette année, autant dire que nous étions largement moins que l'année précédente. Nous nous installâmes dans une salle de cours, chacun sur une chaise avec en face, une recopie retournée. Nous avions interdiction de la retourner avant le début de l'épreuve. Notre examinateur arriva dans la salle. Il était très imposant, malgré sa grosse veste noire qui tombait jusqu'à ses genoux, on pouvait deviner qu'elle cachait une belle musculature. Il avait un bandana sur la tête et une grosse cicatrice traversant son visage. Âgé d'environ une cinquantaine d'années, on sentait qu'il avait du vécu. Il nous briefa:

- Jeunes gens, bonjour. Je me nomme Takeru Wörn et je serai votre examinateur. Je vais rapidement vous expliquer comment vont se dérouler les examens cette année. La base de Pandaria Hearts est plutôt renommée pour les jeunes talents qui en sortent chaque année, et je suis donc curieux de vous mettre à l'épreuve ! Vous vous en doutez sûrement, votre première épreuve sera un exercice écrit. Vous verrez à quoi vous allez être mangés juste après. Notez cependant que tous les candidats ayant une note en dessous de 12/20 seront condamnés à retenter leur chance l'année prochaine.

De nombreuses réactions se firent entendre dans la salle. Apparemment, notre nombre réduit à fait que les examens allaient être plus durs cette année. Ça ne me dérangeait pas, réussir n'en serait que plus glorifiant ! De ton côté tu semblais calme et serein. Ta concentration te laissas impassible.

- Les élèves restants participeront à la seconde épreuve, repris Takeru. Vous serez jugés sur une épreuve de terrain, un exercice vous mettant en situation de mission. À l'issue de cette épreuve, vous ne serez plus que 6, fit l’examinateur avec ses doigts.

L'an dernier, à l'issue de la 3ème épreuve ( celle des colliers) on était encore 16 ! Toutefois, il nous donna pas plus d'informations, nous laissant mijoter comme des cons, déjà qu'on se demandait tous ce qu'il y avait sous cette foutue feuille !

- Enfin la dernière épreuve sera la plus classique mais pas des moindres. Un duel entre les 6 élèves restants. Les trois vainqueurs finaux auront la possibilité d'effectuer une véritable mission avant d'officialiser leur grade de commandos. Des questions ?

Je pense que tout était claire, de mon côté en tout cas. Il n'y avait que trois épreuves cette année, mais probablement des épreuves difficiles. Mais il y avait aussi une donnée dont j'ignorais: le niveau des autres candidats. Seuls le tiens et celui de Shura ne m'étaient pas inconnus, et vous aviez le même niveau que moi. Tu étais même plus fort que moi ! Autant dire que, même si j'étais confiante, il y avais de quoi réfléchir...

- Le début de l'épreuve va débuter. Vous pouvez retourner votre copie, vous avez 4h. Bonne chance.


_________________
"Le but à la guerre n'est pas de mourir pour son organisation, mais de faire en sorte que le connard d'en face crève pour la sienne."
Bloody Viper
Revenir en haut Aller en bas
Bloody Viper

avatar

Messages : 156
Date d'inscription : 09/02/2013
Age : 26
Localisation : Sur North Blue

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
10/1000  (10/1000)
Expérience:
360/400  (360/400)

MessageSujet: Re: Pour l'amour et pour le sang: la naissance de Bloody Viper. [Solo]   Ven 23 Jan - 1:18

Note:
 

À cet instant, une certaine frénésie s'empara de tout le monde. Il était 8h pile, et l'épreuve se terminait à midi. Les feuilles se retournèrent toutes en même temps alors que le compte à rebours était lancé. C'était un dossier documentaire composé de 5 pages. Je m'empressai de lire la première:

Examen de classe pré-commando - Armée révolutionnaire
Durée de l'épreuve: 4h
Ce dossier composé de 5 pages comporte un texte écrit, une carte, 2 photographies et une gravure. À l'aide de ces documents, vous démontrerez et expliquerez comment le Royaume d'Alabasta a réussi à faire du désert un lieu d'échanges dynamiques.
Votre travail sera structuré de manière hiérarchisée.
Toute tentative de fraude sera sanctionnée par un bannissement total et définitif de l’examen.

Bonne Chance !

- Okay...

À ce moment là, j'étais à la fois satisfaite et contrariée. Je ne sais pas si c'est le cas pour tous le monde, mais moi mon destin se fout ouvertement de ma gueule. Heureusement, il s'agissait là d'un sujet de géographie, ce qui n'était pas pour me déplaire ! Traiter un sujet d'histoire sur le Royaume d'Alabasta aurait mal fait passer la pilule. C'est que je ne porte pas particulièrement les Nefertari dans mon cœur... Mais voilà, mon destin profitait toujours d'une occasion pour me faire rappeler mon traumatisme. Je tournai cette première page pour tomber nez-à-nez avec le texte. Je ne me souviens plus de l'auteur, mais je me rappelle qu'il s'agissait d'un climatologue originaire de Water 7. Il parlait bien évidemment de son domaine, à savoir le climat, et plus particulièrement celui d'Alabasta: le milieux désertique. Chacun sa méthode: certains élèves préféraient lire le texte une première fois avant de véritablement se lancer. Moi, je notais directement les idées qui ma passaient par la tête. Ainsi, sur ma feuille de brouillon, je notais déjà 2-3 petits trucs qui me semblaient essentiels. Dans le milieux désertique, les précipitations ne dépassent jamais 250mm dans l'année, la température en journée peut s'élever à 50°C et descendre parfois à-5°C. L'amplitude thermique entre le jour et la nuit est donc très importante. Le Sirocco façonne la désert à sa guise de façon perpétuelle, donnant naissance à d'immenses dunes de sables nommés ergs.

Après avoir noté tout ce qu'il me passait par la tête, je continuais à lire le texte. L'auteur parlait souvent de divers crises de famines et autres rébellions qui ont eu lieu au cours de l'histoire du pays, car gérer un royaume bien confortablement dans son palais royal pendant que son peuple crevait de soif et de faim dans ce foutu désert, bah c'était pas facile. Je me rendis compte alors qu'il y avait une part d'histoire finalement. C'est bien connu de toute façon, la géographie et l'histoire sont intimement liés. Je pris soin de noter quelques exemples citer dans le texte, tout en ajoutant un autre exemple de mon crue, afin de bien faire comprendre à mon examinateur que, oui, Alabasta est un endroit dynamique pour le commerce, mais que cela s'est fait dans la douleur au fil des années. Ce premier texte me donnait une vision globale du travail que j'allais rendre, bien que les idées étaient encore en vrac sur mon brouillon.

Avant de prendre connaissance du deuxième document, je tournai ma tête vers toi. Tu étais dans la rangée à ma gauche, à une table devant moi. Tu remuais ton stylo, le faisant aller et venir entre tous tes doigts, trahissant un grand moment de réflexion de ta part ! Je me retournai alors de l'autre côté pour y apercevoir Shura, qui était en train d'écrire. Vous sembliez vous en sortir pour le moment, ce qui me rassura un peu. Je retournai donc vers mon dossier et cette fameuse carte d'Alabasta. Situé sur Sandy Island et séparé en deux par le fleuve Sandora, Alabasta ne possède que très peu de villes, mais toutes situées à des endroits stratégiques. Alubarna, la capitale, est située au milieu du désert sur le côté Est de l'île, au sommet d'un plateau. Cela lui a permit de se protéger efficacement contre ses ennemis grâce à ses forteresses naturelles. Rainbase et Elumalu ont été bâtis à proximité d'un oasis, donnant d'un côté une ville animée et divertissante, et de l'autre un paysage agraire étonnant pour un désert. On ne l'appelait pas la ville verte* pour rien d'ailleurs. Nanohana et Téméric  ont été quant à elles construites  sur le littoral, donnant un accès sur l'extérieur et Yuba était un carrefour commercial nécessaire à la survie du royaume. Je notais tout ceci sur mon brouillon, il y avait beaucoup d'informations utiles ici.


*Je rappelle que cela se passe 7 ans en arrière, la guerre civile sévissant actuellement à Alabasta n'était pas encore amorcée, et donc Elumalu n'est pas encore détruite ^^

Je tournais la page de mon dossier, et je vis les deux photographies et la gravure. La première photo était justement une image d'Elumalu, avec son champs de palmiers d'un côté, et ses cultures d'agrumes de l'autre. La seconde était une photo de Nanohana, représentant une ruelle animée avec beaucoup de boutiques, principalement de parfums. Un autre aspect de la chose s'éclaircit tout à coup devant moi. Si Alabasta était dynamique économiquement parlant, le tourisme y jouait un grand rôle. Il ne me fallut pas longtemps pour faire le lien avec Rainbase et ses casinos. Peu à peu, mon plan se dessinait en tête, et une dimension historique s'affichait très clairement grâce à la gravure datant d'il y a 500 ans. Elle était en effet très connue dans la monde car elle montrait le roi Nefertari Kamon III apporter des vivres et des objets à un petit village perdu dans le trou du cul d'Alabasta. Elle rappelait cette fameuse loi sur le libre-échange intérieur permettant aux diverses localités du pays de subvenir aux besoins des autres, comme par exemple donner des légumes à un village dans lequel la végétation ne poussait pas en échange de sculpture ou d'outils taillés dans la pierre en remerciement. Cette loi a permit de dynamiser l'économie du pays tout en relevant le niveau de vie du pays plutôt précaire des habitants du désert.

Une bonne heure et demie s'était déjà écoulée, et l'épreuve continuait inlassablement son cours au rythme des aiguilles qui faisaient "tic-toc" dans toute la salle. Il m'a fallut une petite demie-heure pour rédiger mon introduction, me laissant ainsi deux heures pour la rédaction du corps et de la conclusion de mon analyse. Avec la plus grande sérénité dont je disposais, je réussi à terminer cette épreuve dans les temps, vers 11h45. Une fois fini, je passais mes doigts sur tout mon visage afin de l'étirer, et je fis de même avec le reste de mon corps. Rester comme ça assise le cul sur une chaise, ce n'est vraiment pas ma tasse de thé ! C'est pour cette raison que les épreuves écrites sont les plus éprouvantes pour moi, il n'y a pas assez d'actions... Je tournais ma tête vers toi et... tu avais déjà finis ! Ta tête était plongée dans tes bras alors que étais allongé sur ta table. En fait, vous étiez une bonne dizaine dans ce cas.

*Autant de monde qui semblent avoir réussis*, pensais-je.

Ça ne m'arrangeait pas vraiment, sachant que pour la seconde épreuve, seuls 6 d'entre nous se qualifieraient. Plus les gens se chieront dessus sur cette épreuve, moins il y aura de rivaux à la deuxième épreuve, et plus il sera facile de prendre l'une des places disponibles. Je n'étais pas très forte en maths, mais le calcul me semblait très simple à comprendre. Bref, la fin de l'épreuve arriva, et notre examinateur ramassa toutes les copies alors qu'un silence exemplaire terrorisa toute la classe. Ceci fait, il retourna à son bureau, et prit la parole:


- Bien, vous aurez les résultats dans une semaine et vous saurez à ce moment là si vous passez ou non. Je vous souhaite une bonne journée.


_________________
"Le but à la guerre n'est pas de mourir pour son organisation, mais de faire en sorte que le connard d'en face crève pour la sienne."
Bloody Viper
Revenir en haut Aller en bas
Bloody Viper

avatar

Messages : 156
Date d'inscription : 09/02/2013
Age : 26
Localisation : Sur North Blue

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
10/1000  (10/1000)
Expérience:
360/400  (360/400)

MessageSujet: Re: Pour l'amour et pour le sang: la naissance de Bloody Viper. [Solo]   Ven 30 Jan - 16:03

Une semaine s'était écoulée, durant laquelle je me suis entraînée avec Toby. Fallait bien qu'on patiente en attendant les résultats de l'examen de géographie ! Mon mentor était plutôt satisfait de ma progression, mais quelque chose semblait le tracasser... Il niait que non, mais moi je le sentais qu'un truc n'allait pas. J'avais beau insister, je n'ai jamais su. Autant dire que ça me travaillait un peu, mais finalement je me suis dit que ce n'était peut-être pas si important ou que ça n'avait rien à voir avec moi. Être à la tête d'un organisation faisant face au Gouvernement Mondial doit avoir son lot de soucis à gérer après tout ! On était la veille des résultats, mais il n'y avait pas vraiment de stress, j'étais très confiante sur le travail que j'avais rendue. Toi et Shura l'étiez tout autant, on était donc serein pour réviser un peu les bases de notre organisation à la bibliothèque de la base, et nous spéculions sur l'épreuve qui allait avoir lieu le lendemain:

- Une idée pour demain ?, demanda Shura.
- J'en sais rien, lui répondis-je. L'année dernière, on a eu droit à une épreuve avec des colliers. Mais je ne suis pas sûre que notre examinateur ne tombe dans la facilité. Et toi Bastian, une idée ?
- J'aurais ma petite idée en effet, fis-tu en affichant un sourire débordant d'assurance. Soldat, Grand Soldat, Espion... Tant de grades que nous allons sauter pour devenir directement des Commandos. Mais il y a un élément qui me semble important à noter: avant d'être des commandos, nous sommes avant tout des espions.

Je voyais où tu voulais en venir, et les mains derrières la tête, tu continuas ton analyse:

- Ce que je veux dire, c'est qu'un commando doit être capable de faire ce que l'on attend d'un espion, c'est-à-dire récolter des informations.
- Tu penses qu'on aura une sorte de chasse au trésor ? intervint Shura.
- Peut-être oui, avec des énigmes, nous amenant à une donnée précise à exploiter. Mais bon, je ne suis sûr de rien.

Ça coulait sous le sens en fait. Une épreuve ayant un rapport avec le grade d'Espion. Nos futurs missions seront diverses et variées, on nous a formé pour faire face à toutes les éventualités après tout. Quoiqu'il en soit, le lendemain arriva, et nous nous dirigeâmes vers le lieu où étaient affichés les résultats, c'est-à-dire devant la salle où nous avions composés. Nous n'étions pas particulièrement pressés car à en juger le nombres de personnes déjà présentes à notre arrivée, nous étions probablement les derniers à prendre connaissance de notre réussite ou non. On entendit d'ailleurs quelques cris de joies...

- YATTTAAA ! Je suis admis !
- Moi aussi !
- J'ai réussi WOUHOU !

...mais qui se transformèrent rapidement en stupéfaction et crises de doute:

- Hey mais attendez !, fit un garçon aux cheveux roses devant la liste. Il y a quelque chose qui cloche-là ! Non ?
- Tu as raison !, fit une blonde. On est... On est tous admis !
- WHAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAT ?, hurlèrent tous les candidats.
- Z'êtes sérieux là ??, hurlai-je à mon tour derrière eux. Merde moi qui voulais que tu te plantes Shura !
- Ça fait plaisir d'entendre ça ! Si ça se trouve j'ai une meilleure note que toi !
- MAAIIIS GEEEEEEEEENRE !

Nous nous empressâmes de courir vers la liste en dégageant tout le monde sur notre passage. Une fois arrivée devant la feuille accrochée au mur, nous étions très déçues:

- Hey ! Y a pas de notes !
- C'est trop bizarre !
- Mais grave ! J'avais enfin la preuve irréfutable que j'étais meilleure que toi, et ils osent la cacher !
- J'avoue que j'aurais voulu savoir ma note aussi, fit-elle contrariée.

Tu arrivas après nous et tu t'adossas contre le mur, sans même regarder la mention "ADMIS" à côté de ton nom.

- Et toi tu t'en fous ?
- Carrément ouaip. Je savais déjà que j'allais réussir alors bon.
- Hoooo... comme il se la pète grave choupinou !, fis-je en te taquinant.
- Hey mais ne m'appelles pas "choupinou" comme ça en public !
- Choupinou... ? BWOUHAHAHAHAHAHAHAH !!!!

Alors que Shura se roulait parterre comme une conne tellement elle riait, notre examinateur arriva en affichant un sourire satisfait:

- Je suis agréablement surpris, les jeunes. Ce n'était certes pas l'épreuve la plus difficile, mais croyez-moi, nombreux sont ceux avant vous qui se sont vautré, et avec des sujets plus faciles. Félicitations à tous.

Un sentiment de fierté s'empara de tous les autres, comme si nous étions dans une classe d'exception. Takeru continua:

- Nous allons maintenant vous emmener sur le lieu de la seconde épreuve. Veuillez préparer vos sacs, nous allons faire une petite escapade dans la jungle.

Alors là c'était le bouquet ! Alors que toute le monde se retira, je ne pouvais pas m'empêcher de bougonner !

- AH NON HEIN ! Les escapades dans la jungle j'en ai ma claque moi ! Les courses-poursuites avec Rudy et les ballades avec les éclopés ça va bien deux minutes ! Geppetto va encore se chopper une angine foudroyante et ça moi ça va m'énerver !... ect

Je ne m'en suis pas rendu compte mais j'avais sortis des propos vexants à ton égard. Mais ça t'importait peu visiblement puisque tu rigolas franchement, tu passas ton bras autour de moi, et tu me dis:

- Ça va aller tu verras ! Dans le pire des cas nous recommencerons notre promenade romantique !

Bon je souriais à cette phrase, c'est vraie que sans l'incident avec Rudy la dernière fois, nous en serions pas là toi et moi... Mais dans l'immédiat, revivre de manière indépendante dans la jungle n'était pas à l'ordre du jour ! Il fallait cependant que je me fasse une raison, et sur ce constat qui me faisait clairement chier, je préparai mes affaires. Quelques vêtements de rechanges, une petite trousse de secours (je n'avais plus de feuilles de Culca Canceriea, vu que j'avais tout donné à Geppetto !) et bien évidemment, mes deux fidèles épées. Je ne savais guère si elles seraient autorisées lors de la prochaine épreuve, mais je me sentais mal sans elles. Une fois préparée, je descendis dans le hall juste devant l'entrée de la base où quelques autres candidats patientèrent déjà. Visiblement, Toby faisait partie du voyage, il ne me lâchera pas d'une semelle lui ! Une fois tout le monde réunis, le blizzard glacial nous baisa sauvagement le visage et nous invita à s'aventurer dans ses bras. La troupe se mit en marche et Shura et moi-même ne pouvions nous empêcher de nous poser des questions. C'est qu'on ne connaissait toujours pas le déroulement de la seconde épreuve ! Toi en revanche tu faisais partie du clans des "sereins". Tu m'épatais toujours...

Après une journée de marche éreintante dans la neige et les forêts de conifères, nous arrivâmes au pied de la montagne. Il était environ 22h du soir, et Takeru prit la parole:

- Bien. Nous voici à destination. Autour de vous, sur une distance de 3 km, se dresse votre air de jeu. L'épreuve va débuter maintenant.

Des "quoooooiiiii ????" et autres jérémiades se firent entendre parmi les élèves. En même temps je les comprenais, étant moi-même fatiguée ! Même toi tu soufflais tellement tu étais dead.

- Le prochain qui se plaint ou gémit, sera banni de l'épreuve, fit-il calmement.

Là, on ne rigolait plus. Lorsque je l'ai aperçu pour la première fois avant l'épreuve écrite, je sentais qu'il avait un air sévère. Ça se confirmait maintenant.

- N'ayez craintes, notre air d'examen est entourée d'immenses grillages électriques et nos chasseurs ont fait fuir ou ont éliminé tous les prédateurs errant dans notre zone. Vous pourrez déambuler dans la jungle librement, mais veillez toute de même à faire attention à certaines espèces animales ou végétales vénéneuses.

Il posa son sac au sol, et sortit des objets qui ressemblaient à des pistolets.

- Vous allez chacun prendre une fusée comme celle-ci, fit-il en n'en prenant une dans sa main. Si vous ne vous sentez pas bien, ou que vous vous faites mordre ou piquer par un animal dangereux, veuillez tirer en l'air et rester sur place. Une fumigène explosera et nous viendrons vous chercher.

Il se releva, laissant le sac au sol, puis reprit:

- Une dernière instruction avant de commencer. Minuit - Plaine au claire-de-lune. Bonne chance.

Il se retira soudainement avec Toby et quelques autres hommes, nous laissant tous seuls, ici, plantés comme des cons. Fatiguée, et dans l’incompréhension la plus totale, je regrettai amèrement mon examen de géographie...


_________________
"Le but à la guerre n'est pas de mourir pour son organisation, mais de faire en sorte que le connard d'en face crève pour la sienne."
Bloody Viper
Revenir en haut Aller en bas
Bloody Viper

avatar

Messages : 156
Date d'inscription : 09/02/2013
Age : 26
Localisation : Sur North Blue

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
10/1000  (10/1000)
Expérience:
360/400  (360/400)

MessageSujet: Re: Pour l'amour et pour le sang: la naissance de Bloody Viper. [Solo]   Mar 24 Fév - 18:20

- Bon, on fait quoi ? demanda Shura.
- Ça me paraît évident... "Minuit-Plaine au claire-de-lune", fis-tu en imitant Takeru. Il n'y a pas plus explicite comme directive. Reste à savoir où se trouve cette plaine. Tu aurais une idée d'où elle se trouve Krys ?
- Oui bien sûr, je connais cette jungle dans ses moindres détails, j'y ai passé toute ma vie, fis-je ironiquement. Et ne m'appelles pas "Krys", c'est moche.

Alors que devrions-nous faire ? Certains candidats s'étaient déjà mis en route et il ne nous restait seulement 2h avant de rejoindre le point de rendez-vous. Nous n'avions pas le choix, on se mit en route dans une direction un peu au hasard. Il était déjà difficile de s'y retrouver dans la jungle le jour, alors la nuit... Heureusement que j'avais pensé à amener une lampe-torche avec moi ! Mais cela ne suffisait pas pour trouver notre foutue plaine...

- Ça va faire une bonne demie-heure que l'on marche et toujours aucun signe d'une quelconque plaine.
- Ça commence à me saouler, admis-je. J'aime pas ne pas savoir où l'on va comme ça. À part nous faire tourner en rond comme des cons, je ne vois pas à quoi cette épreuve peut servir.
- Allons il ne faut pas se démoraliser. Selon les directives qui nous ont été laissées, il faut qu'on soit au point de rendez-vous à minuit dans une plaine apparemment baignée par le claire-de-lune. On ne le voit pas forcément car la cime des arbres nous en empêchent, mais la nuit doit être très claire, admis-tu en levant ta tête vers le haut.

Je comprenais tes intentions, mais je m'y opposais fermement. Et selon toute vraisemblance, Shura également:

- Tu ne vas quand même pas grimper là-haut ?? C'est vachement haut ! On va faire quoi si tu tombes ?
- T'inquiètes je gère la situation. Et de toute façon c'est la seule idée qu'il me vient en tête, si tu en as une meilleure je t'écoutes ?

Un silence retentit, démontrant notre totale impuissance face à cette situation.

- On pourrait continuer à avancer aveuglément, mais je doute que se soit la meilleure solution. Dans ce genre de situation, je ne laisse pas la place au hasard, c'est encore plus risqué.

Tu était déterminé à le faire, alors je ne disais rien. La seule chose dont je fus capable fut de te prendre dans mes bras et de t'embrasser.

- Fais attention, et surtout prends ton temps.
- Ne t'en fais pas, je ne peux pas laisser tomber une folle comme toi !

Je te mis une pichenette sur le front suite à cette phrase, mais j'étais résignée à te contredire.

- Tu le laisses y aller ? Mais tu es insensée aussi toi !
- J'ai confiance en lui, fis-je en la fusillant du regard. Maintenant si tu n'es pas d'accord tu peux toujours te barrer et essayer de trouver le chemin par toi-même.

Alors que tu commençais à grimper, je me retournai vers toi et te regardai. Shura soupira et ajouta:

- Comme si j'allais vous laisser tomber...

Je continuai à t'observer, te voyant grimper de plus en plus jusqu'à atteindre le seuil de la chute mortelle. Tu ne ressemblais qu'à un petit point blanc et tu finis par disparaître de ma vue. Mais je ne faiblis pas et continuai à regarder la cime de cet arbre... Au bout de quelques minutes, Shura se leva et se positionna à côté de moi. J'avais l'impression qu'elle m'observait, mais je n'y portai pas réellement attention, puis je sentis qu'elle faisait comme moi, ce qui m'énervai ! Je n'avais plus la notion du temps, incapable de dire si 10 minutes ou 3h avaient passées, mais cette attente interminable fut finalement récompensée !

- Ça y'est je le vois !, criai-je de joie.
- Dieu soit loué, fit Shura soulagée.

Au bout de quelques minutes tu avais les pieds sur terre, exténué, mais le sourire aux lèvres !

- Mon Bastian !, hurlai-je !
- Alors ? J'espère que ce risque inconsidéré a porté ses fruits !
- Bordel, il est haut cet arbre de merde, fis-tu haletant. J'ai regardé les alentours et j'ai trouvé des sortes de ruines à l'ouest EEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEETTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTTT ! Une plaine au Nord-Ouest !
- Oh Yeah ! Ça c'est une bonne nouvelle ! Allons-y, ne perdons pas plus de temps !

Aussitôt dit, aussitôt fait, nous nous dirigeâmes vers le nord-ouest, en espérant être encore dans les temps. Arrivés à proximité du point de rendez-vous, nous décidâmes de nous cacher derrière des arbres afin d'observer un peu la situation. Ton idée d'épreuve d'espionnage nous poussait à rester vigilent et il n'y avait en plus personne dans cette plaine. Nous patientâmes ainsi quelques minutes avant que deux hommes ne s'avancent au milieu de la plaine. Tous deux cagoulés, nous avions bien du mal à discerner leurs identités. Tout portait à croire que l'un des deux était Takeru, mais j'avais un doute sur le second. Quoiqu'il en soit, ton idée semblait être la bonne !

- On devrait essayer de s'approcher un peu, fis-je en chuchotant. Je ne comprend pas trop ce qu'ils font d'ici.

Mais à peine ai-je fini ma phrase qu'un des candidats se montra. Il se dirigea vers les deux hommes cagoulés mais quelque chose de surprenant arriva. Les deux hommes foncèrent sur lui et l'immobilisèrent ! Nous n'arrivions pas à bien voir la scène, mais il semblait qu'il n'était pas mort. Ils le bâillonnèrent puis l'attachèrent à un tronc d'arbre avant de revenir au centre de la plaine. Nous nous approchâmes un petit peu en restant invisible derrière les arbres afin de mieux comprendre la situation. Les deux individus dialoguèrent visiblement :

- ...certaines armes secrètes. Mais ceci doit rester confidentiel.
- Des armes secrètes, voilà qui est intéressant. Pourriez-vous m'en dire plus ?

Soudainement on entendit une branche craquer, et les deux hommes se retournèrent dans notre direction ! Ce n'était pas moi en tout cas ! L'un des deux cagoulés sortit rapidement un pistolet et fit feu dans notre direction, mais au dessus de nous. Quelqu'un tomba d'un arbre alors que nous-même restions le plus immobile possible. Tu regardas alors le corps du bonhomme tombé :

- Il a une seringue plantée dans le cou, fis-tu en chuchotant. C'est un anesthésiant !

Là je n'avais plus de doute possible, il s'agissait de toute évidence d'une épreuve d'espionnage où il fallait récolter des informations lors de leur conversation, le tout sans se faire repérer bien sûr.

- Bien, reprenons. Les armes dont je vais vous parler fonctionnent grâce à l'énergie psychique, et peuvent-être redoutables.

*Sérieusement ??*, fis-je dans ma tête.

- On les appelle des "Ärms". Se sont des bijoux incroyables et il y en a 6 qui sont cachés dans cette jungle...

TO BE CONTINUED


_________________
"Le but à la guerre n'est pas de mourir pour son organisation, mais de faire en sorte que le connard d'en face crève pour la sienne."
Bloody Viper
Revenir en haut Aller en bas
Bloody Viper

avatar

Messages : 156
Date d'inscription : 09/02/2013
Age : 26
Localisation : Sur North Blue

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
10/1000  (10/1000)
Expérience:
360/400  (360/400)

MessageSujet: Re: Pour l'amour et pour le sang: la naissance de Bloody Viper. [Solo]   Sam 28 Fév - 23:27

Six Ärms ? Sans trop vouloir m'avancer, j'étais quasiment certaine que ces "bijoux" étaient notre passe pour la dernière épreuve. Malheureusement, nous ne savions pas où ils étaient cachés et nous manquions d'informations à leur sujet. Je tournai le regard vers vous deux, mais à en voire la tronche que vous tiriez, vous n'en aviez jamais entendu parler non-plus. Il ne nous restait plus qu'à écouter la suite de la conversation. Takeru, que j'avais reconnu au son de sa voix, reprit alors ses explications:

- Chacun de ces Ârms renferment un pouvoir particulier et appartiennent à une catégorie d'Ärms spécifique : Les Weapons Ärms permettant de matérialiser une arme, les Guardians Ärms permettant d'invoquer une créature en échange d'une grande quantité d'énergie mentale, les Dimensions Ärms permettant de créer et d'exploiter des failles spatio-temporelles, les Holy Ärms possédant des pouvoirs de guérisons, les Darkness Ärms permettant de jeter des maléfices et les Nature Ärms permettant l'utilisation d'un pouvoir naturel.
- Aaaaaaaaaah, je vois. J'en ai déjà entendu parler je crois. Il me semble qu'il existe une dernière catégorie d'Ärms très puissante, me tromperais-je ?
- Les Ghost Ärms. Mais il en n'est pas question ici.

Whoo whoo whoo ! Y'avait trop de trucs à assimiler d'un coup ! Cette épreuve faisait appel à une mémoire et un concentration optimales pour retenir toutes les informations qui sortaient de la bouche de notre examinateur ! J'avais retenu que ce que nous cherchions étaient des bijoux renfermant des pouvoirs spéciaux et qui pouvaient être utilisés en échange de pouvoir psychique, ou pouvoir mental. J'avais également retenu qu'ils étaient visiblement divisés en sept catégories, bien que j'en avais pas retenu tous les noms. Mais tout ceci ne m'en disais pas davantage quant à leurs localisations. Le plus discrètement possible, je continuais donc à espionner la conversation des deux hommes.

- Parmi les six bijoux, cinq sont minutieusement cachés dans la jungle : Le glaive antique, la surdité de l'eau, l'Acide de cycas, la faille temporelle et végétale et le vampire de l'obscurité. L'ange guérisseur étant en possession de l'un des gardes.
- D'accord. Et que voulez-vous que je fasse ?, demanda le second homme.
- Que vous me rapportiez les six Ärms. Prenez ceci avec vous, dit Takeru en donnant une sorte de parchemin au second homme. C'est une carte de la zone.

Une carte de la zone ? Il ne m'a fallut qu'une seconde et demie pour me retourner vers toi afin que l'on se mette d'accord. Tu fis un mouvement positif de la tête, m'indiquant qu'on avait pensé à la même chose. Outre le fait d'avoir retenu ce qu'a dit Takeru, notre premier objectif était de récupérer cette carte. C'était un pari risqué car si l'homme cagoulé était armé d'un pistolet anesthésiant, nous risquions la disqualification de l'épreuve, mais bordel de merde sans carte nous n'allions pas loin !

- Prenez ce sac également et retenez une dernière chose : Sjneider ne doit pas être au courant de tout ceci.

Takeru disparut alors de la plaine, laissant le second bonhomme seul. Ce dernier se mit alors tranquillement en marche.

- Poursuivons-le.

Nous le suivîmes alors de loin, attendant le moment propice avant d'agir. Malheureusement pour lui mais également pour nous, nous n'étions pas les seuls à vouloir cette carte. J'avais oublié qu'on était presque trente à passer cet examen.

- Bande de fumiers, maugréais-je. Il va falloir qu'on agisse vite.
- Pas le peine de se presser, tant que nous savons dans quelles mains va atterrir cette carte, nous n'aurons pas de problème.
- C'est vraie qu'aucune règle ne nous interdit de mettre hors d'état de nuire les autres concurrents. Si nous agissons trop rapidement, nous aurons tout le monde à dos.

Effectivement, vu comme ça, il valait mieux patienter. Le soucis majeur c'est qu'aujourd'hui encore je suis une femme extrêmement impatiente, et à en croire la dizaine de personnes qui se ruèrent sur l'homme cagoulé, je n'était pas la seule à souffrir d'une certaine impulsivité. L'un des candidats fut touché par le pistolet anesthésiant mais le bonhomme fut rapidement submergé par le grand nombre d'adversaire qu'il devait se défaire. Il reçu un coup de poing dans le visage qui le fit tomber violemment sur le sol. L'impact du corps sur le sol projeta son sac à quelques mètres et des rouleaux en sortirent. J'accourus alors rapidement vers ceux-ci et en ramassai un. Quelle fut ma surprise lorsque que j'ai constaté qu'il s'agissait d'une carte de l'air de jeu ! En fait le sac en était rempli et je ne me suis pas privée pour en prendre deux autres pour toi et Shura, même si Shura ce n'était pas obligatoire.

- Oh thank you Krystal !, fit-elle pleine de reconnaissance.
- Bon le problème de le carte est réglé. Éloignons-nous un peu et faisons un petit brainstorming de la situation, conseillas-tu.

Installés dans un endroit que nous jugions sûr, nous faisions un point sur la situation.

- Bon, commenças-tu, on a six Ärms à trouver. Avec les indications données par Takeru, on va tenter de les localiser sur la carte. Je me souviens du Glaive Antique, du Vampire de l'obscurité et de l'Ange guérisseur.
- Il y aussi l'Acide de Cycas et la Surdité de l'eau.
- Le dernier c'est la faille temporelle et végétale, ajouta Shura. J'avoue ne pas du tout comprendre ce que cela signifie...
- Ne nous en préoccupons pas pour le moment, devinons la localisation des plus simples. Vous vous souvenez des ruines que j'ai trouvé en grimpant sur l'arbre ? Je suis prêt à parier que ça correspond au Glaive Antique, ça fait référence à une civilisation disparue.
- Oui sûrement... Le Vampire de l'obscurité me fait immédiatement penser à une chauve-sourie vivant dans une grotte. Je pense qu'on peut trouver ces grottes en s'approchant de la montagne.
- D'accord alors je fais une croix sur l'endroit où se trouvent les ruines et une vers l'endroit où notre épreuve à commencer. Et j'en fait même une troisième sur l'étang tout à l'est ! Si la Surdité de l'eau ne s'y trouve pas, je ne vois pas où elle pourrait être !
- Excellent !, t'exclamas-tu. On en a déjà 4/6 en comptant l'Ange Guérisseur qu'on ne pourra de toute façon pas localiser.
- Ah j'ai trouvé où se trouvent les cycas !, fis-je enjouée.
- Les cycas ?, demanda Shura.
- C'est un arbuste datant de la préhistoire qui sécrète une toxine une fois qu'on en ingurgite les feuilles. Il ressemble à un petit palmier.

Je fis une croix au sud-est de la carte. J'étais tellement fière de mes connaissances en botanique ! Je n'aurais jamais devinée qu'elles me seraient utiles dans une épreuve comme celle-ci. En ce qui concerne la faille temporelle et végétale j'avais ma petite idée sur la question mais j'ai préférée la garder pour moi. Il fallait être honnête: c'était une épreuve individuelle et je préférais garder une cartouche en réserve.

- Bien. Je ne vois absolument pas non plus ce que pourrait être la Faille alors je vais laisser tomber cet Ärm. Maintenant, l'idéal serait que chacun de nous se concentre sur une Ärm. Le but est qu'on soit tous les trois qualifiés pour la troisième manche non ?
- Dans ce cas je te laisse les ruines, c'est toi qui t'es décarcassé pour grimper sur cet arbre et qui les a découvert.
- Je peux te laisser le Glaive si tu veux, fis-tu avec une gentillesse débordante.
- Nop merci choupinou ! Je vais plutôt m'occuper de l'Acide de cycas !
- Okay alors de mon côté je vais aller voire du côté de l'étang. Après, je ne vous cache pas que si je trouve le guérisseur je n'hésiterai pas à le descendre, fit-elle avec une détermination sans faille.
- Justement, n'oubliez jamais que nous ne sommes pas seuls dans cette jungle, rappelas-tu à juste titre. Sans compter nos adversaires directes, il y a apparemment des gardes qui se baladent aussi. Soyez prudentes les filles. Et sinon, personne ne veut s'occuper du vampire au cas où il ne trouverait pas le premier bijoux qu'il cherchait ?
- Je suis sûre à 300% que je trouverai le mien, fis-je avec un sourire débordant d'assurance.
- D'accord. Shura ?
- J'aime pas les grottes...
- Okay ça m'arrange dans ce cas.

Tu me regardas avec un sourire presque déstabilisant ! Aurais-tu deviné que j'avais déjà un tour dans mon sac ? Ton acuité mentale me faisait peur par moment... Après, il est vraie que ma passion pour la faune et la flore n'avait plus de secret pour toi, donc deviner que la faille végétale m'intéresserait ne devait pas être compliquer à comprendre. Mais il était temps de nous mettre en route. Ainsi, après que l'on se soit souhaiter bonne chance, nous partîmes chacun de notre côté. Mon objectif ? La forêt de cycas où je comptais bien trouver mon Ärm le plus rapidement possible...

- Je me demande quel pouvoir je vais trouver ! Si c'est celui de faire pousser instantanément des fraises partout où je veux, je ferai en sorte de garder le bijou rien que pour moi !

TO BE CONTINUED


_________________
"Le but à la guerre n'est pas de mourir pour son organisation, mais de faire en sorte que le connard d'en face crève pour la sienne."
Bloody Viper
Revenir en haut Aller en bas
Bloody Viper

avatar

Messages : 156
Date d'inscription : 09/02/2013
Age : 26
Localisation : Sur North Blue

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
10/1000  (10/1000)
Expérience:
360/400  (360/400)

MessageSujet: Re: Pour l'amour et pour le sang: la naissance de Bloody Viper. [Solo]   Sam 7 Mar - 13:59

Je marchais depuis environ vingt minutes en direction de la forêt de cycas, qui se trouvait au sud-est de ma position. L'ennui c'est que je n'avais pas de boussole sur moi. J'avais pourtant un très bon sens de l'orientation, mais la jungle plongée dans l'obscurité mettait mes nerfs à rudes épreuves car il y était très difficile de se repérer. J'avais néanmoins ma lampe torche qui me permettait de savoir où je mettais les pieds ! Malheureusement, cela me rendais plus facilement repérable aux yeux de mes adversaires et des gardes. En effet, je me sentais épiée par une présence malvenue. Je me stoppai net, écoutant les moindres bruits qui se produisaient autour de moi. Une branche craqua sur ma droite et je tournai le faisceau de ma lampe dans cette direction. J'aperçu un homme masqué qui braqua une arme sur moi. C'était un des gardes selon toute vraisemblance. Il pressa sur la gâchette de son pistolet tandis que je me jetai à plat ventre sur le sol. De toute évidence il m'avait loupé sinon je ne me serais pas relevée pour me planquer derrière un arbre ! Je pris le soin d'éteindre ma lampe et fis en sorte de bouger le moins possible. Je me méfiai particulièrement de ce masque. Soit c'était simplement pour cacher le visage des acteurs participants à l'épreuve, soit il avait une utilité beaucoup plus emmerdante pour les  candidats. Mon hypothèse se confirma rapidement, le garde n'avait pas de lampe torche. Comment faisait-il pour se déplacer dans le noir total comme ça ? Réponse: il utilisait un masque à vision nocturne. Me débarrasser de lui n'allait pas être une mince affaire:

*Tsss, je pourrais m'enfuir mais je ne se serais pas tranquille, je préfère l'éliminer quitte à prendre des risques*.

Je l'entendis se déplacer sur l'humus formé sur le sol, mais pas moyen de savoir où il était. Je commençais à comprendre que c'était de la folie de s'en prendre à lui, mais un élément extérieur vint apporter une touche d'espoir à ma situation relativement précaire. Je vis un faisceau de lumière non loin de ma position, qui éclaira un peu la zone. Non seulement je pus entrevoir où se situait le garde, mais je suis prête à parier que ce dernier me confondait avec un autre. Il y eut apparemment une friction entre le garde et le nouvel arrivant qui dura quelques secondes, mais sans que je sache comment, je me suis retrouvée impliquée dans ce bordel ! Je tentai en effet de partir jusqu'à ce que je percute l'individu qui tenait la torche dans sa main. C'était un des candidats, un jeune garçon avec de longs cheveux bruns et un bandana rouge sur la tête.

- Putain y a trop de monde ici !
- Mais fermes ta gueule tu vas me faire repérer !, fis-je en... gueulant plus fort que lui.

Une seringue se planta dans l'arbre derrière lequel on était caché, causant une panique général.

- Fuyons !, hurla t-il en me prenant par la main.

Mais pourquoi me prit-il par le main cet enfoiré ??

- Mais pourquoi tu me prends par la main enfoiré ??
- Pas le choix, je vais avoir besoin de toi rouquine !
- HEEEINN ?

Nous nous cachâmes derrière un sempiternel arbre pour échapper à la vision nocturne de notre poursuivant. Nous respirâmes quelques instants avant que je ne l'agresse, en chuchotant bien sûr:

- T'as trois secondes pour m'expliquer ton plan avant que je ne te casse ta gueule !
- C'est simple, on s'allie pour s'en débarrasser, et on repart chacun de notre côté. Tu marches avec moi ou pas ?

Je n'avais pas vraiment le temps de réfléchir, mais c'était effectivement la meilleure solution maintenant qu'il m'avait embarqué dans ses problèmes...

- Okay, t'façon j'ai pas trop le choix !
- On allume nos lampes torches, on cours comme des dératés derrière les arbres et on le prend en sandwich.
- Ça me va ! GO !

Top départ d'une course effrénée pour accomplir un plan établit en cinq secondes. Il avait intérêt à être synchrone avec moi ce con ! Ma lampe allumée, elle permettait de regarder où je mettais les pieds. J'en profitais également pour localiser la position de l'ennemi qui venait de comprendre qu'il avait affaire non pas à une personne, mais deux. Une fois au même niveau que lui, je me précipitai vers le garde qui regarda le jeune garçon au bandana de l'autre côté ! Je lui fis un croche-pied pour le faire trébucher. Une fois tomber au sol, mon partenaire se laissa tomber le coude en avant sur le cou du garde ! Là je crois qu'il était KO ! Il se releva, fier de son coup:

- Wahahaha ! Mon plan a fonctionné à merveille ! Bien joué rouquine !, fit-il en me proposant sa main.

Seulement, son regard changea de tout au tout, passant de la fierté à l'incompréhension la plus totale. En fait, il était complètement abasourdi:

- Hey ! Qu'est-ce qu'il te prend la rouquine ?? Et notre marché ?
- Tsss, t'es vraiment un abruti de première, fis-je en le pointant avec mon nouveau pistolet anesthésiant. Tu as fait la plus grosse erreur de ta vie en voulant t'allier avec moi de la sorte. C'est une épreuve chacun pour soi, un candidat en moins signifie une chance supplémentaire pour moi de remporter cette épreuve.

Sans en rajouter plus, je pressai la gâchette afin de loger la seringue dans son sternum.

- AAARGH !, lâcha-t-il.

Il s'approcha de moi, titubant, et, à l'instant même où il allait tomber au sol, il s'agrippa fermement sur mon épaule gauche:

- s'pèce de salope, je m'en souviendrai de ce coup de pute !
- C'est ça, insultes-moi, haïs-moi même, je m'en contrefiche, ça fait partie des règles. Mais je te remercies quand même, fis-je en lui affichant un sourire presque charmeur. Grâce à toi, j'ai gagné une pistolet et un masque à vision nocturne qui me faciliteront la tâche pour trouver mon Ärm. Passes une bonne nuit !

Je retirai sèchement sa main de mon épaule et lui donna un coup de genou pour l'assommer définitivement. Il semblait avoir une volonté hors pair ce mec, j'avais bien fait de m'en débarrasser. Je me retournai maintenant vers le corps du garde afin de lui arracher son masque. Je ne me fis pas prier pour l'essayer dans la foulée !

- C'est classe comme truc ! Avec ça plus besoin de se mettre en danger avec la lampe !

Bien sûr, voir le monde tel un prédateur nocturne demandait quelques minutes d’accommodation, mais je m'y suis très vite habituée. Je repartais donc en direction de mes cycas, plus sereine grâce à mes nouveaux joujoux. Nos armes étaient interdites et j'ai dû laisser mes deux lames chéries à l'endroit où nous avions commencé cette épreuve, je me sentais donc mieux maintenant que j'étais équipée d'un pistolet anesthésiant et d'un masque à vision nocturne. Le chemin était dépourvu du moindre problème et j'arrivai près de ma zone de recherche. Il y avait un bon kilomètre carré à couvrir, trouver mon bijou n'allait pas être chose facile. Sans savoir par où commencer, je m'abaissai près du premier cycas et commença à fouiller un peu partout pour trouver cette arme mystérieuse.

- Allez Krystal, ne te démoralises pas et réfléchis ! Je suis dans la forêt de cycas, l'Ärm se trouve dans le coin. D'après Takeru ça ressemble à un bijou, et un bijou ça brille. Avec ma vision nocturne je n'aurais aucun mal à le voir. Mais ça signifie quoi "Acide" de cycas ? Cela m'indique la localisation ou bien l'origine du pouvoir du bijou ? Ou alors que je dois destroy tous les arbres de cette forêt ??? Nan... la dernière option est trop conne... RAAAAAAH ! Je suis quelqu'un de trop nerveuse pour ce genre d'exercice !

J'ai fouillé cette zone pendant au moins une heure et demie, mais aucun signe de l'Ärm. Je sentais des pulsions malsaines naître en moi, ne pas trouver ce que je recherchais avait à force le pouvoir de me rendre violente. Je déteste l'échec bon sang ! Et j'avais de quoi être inquiète, car je me suis rendue compte que je n'étais pas seule parmi les cycas. Il y' avait une autre personne ici. Que devais-je faire ? L'ignorer et me concentrer sur ma recherche ? Ou bien la retrouver pour lui flanquer une seringue où je pense ? À moins que cette dernière soit aussi bien armée que moi ? Mon impulsion me dicta d'aller à la rencontre de cet individu. J'avais besoin de me défouler un peu, mais qui sait ce qui allait m'attendre...?

TO BE CONTINUED


_________________
"Le but à la guerre n'est pas de mourir pour son organisation, mais de faire en sorte que le connard d'en face crève pour la sienne."
Bloody Viper
Revenir en haut Aller en bas
Bloody Viper

avatar

Messages : 156
Date d'inscription : 09/02/2013
Age : 26
Localisation : Sur North Blue

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
10/1000  (10/1000)
Expérience:
360/400  (360/400)

MessageSujet: Re: Pour l'amour et pour le sang: la naissance de Bloody Viper. [Solo]   Lun 23 Mar - 22:34

*Bon alors il est où ce bijou ??*

Je soupirai. Ça ne faisait pas si longtemps que ça que je cherchais mon Ärm, mais mon impatience dicta rapidement sa loi. En plus, j'avais l'impression d'être suivie, ou de poursuivre une chimère pour être exacte. Bref, peu importe dans quelle sens je pouvais tourner cette phrase, j'avais cette forte impression qu'il y avait quelqu'un pas très loin de moi. Je pouvais me faire surprendre par un garde ou un autre candidat à tout moment, ce qui me rendait folle et paranoïaque. C'était impossible de se concentrer dans ces conditions, et donc de rester poser. Je n'étais pas du tout efficace dans mes recherches !

- J'aurais dû prendre la grotte ! Ça aurait été moins con à trouver j'suis sûre !

J'entendis soudainement un petit ricanement derrière mon dos. Je me retournai à vitesse grand V en pointant mon pistolet devant moi, mais la personne qui se tenait là était en réalité toute petite !

- Bonjour !, fit la petite personne sur un ton enjoué. Enfin... bonsoir plutôt..., rectifia t-elle en posant son index sur sa lèvre inférieur.

Sans réellement comprendre qui elle était et quelles étaient ses intentions, je tirai une seringue en direction de sa tête mais la petite fille disparut soudainement !

- C'est quoi ce bordel ?

Le projectile se planta dans le sol, je détestais gaspiller des munitions comme ça. Mais le plus important était de savoir où était passée la gamine. Je commençai à tourner ma tête dans tous les sens jusqu'à ce que son ricanement ne trahisse sa position:

- Hihihi, tu ne m'auras pas avec ton jouet !, me nargua t-elle en s'amusant à sauter sur des petits cailloux.
- Mais t'es qui à la fin ?, m'énervais-je.
- Je m'appelle Lou ! On dit que je suis précoce pour mon âge, mais je ne sais pas vraiment ce que ça veut dire...

Je me souvenu. Elle faisait partie des candidates et devait effectivement être précoce pour avoir réussi le commentaire de géographie, bien qu'elle ne connaissait pas la signification du mot "précoce". Ou alors, elle me prenait pour une conne. J'ignorais totalement son âge, mais à vu d’œil, elle ne devait pas avoir plus de 10 ans. Elle avait des cheveux noirs corbeau, courts et un visage enfantin qui collait bien à son gabarit.  Elle n'avait pas l'air bien dangereuse, du moins, elle n'était pas armée. Je retirai mes lunettes de vision nocturne et elle me fixa droit dans les yeux. Elle semblait subjuguer par mon regard, mes yeux devaient scintiller au clair-de-lune.

- Tu as des yeux magnifiques ! Je t'envie tellement ! On dirait des cascades de cristal tombant sans interruption, fit-elle émerveillée. Tu ressembles à un animal sauvage, les yeux doux mais le visage farouche.

C'était sympa de sa part de faire l'éloge de ma personne, mais je m'en foutais un peu en fait. Il y avait une question qui me brûlait les lèvres et je comptais bien lui la poser:

- Tu es à la recherche de l'Ârm de cette zone, me tromperais-je ?
- Moi ? Oh non ! En fait je l'ai déjà trouvé !

Elle sortit le fameux bijou que je convoitais tant et me le montra. C'était un bracelet, rien de plus ordinaire. Et si elle bluffait ?

- Genre, tu me montres le bracelet que t'a offert ta mère pour me faire croire que tu as trouvé l'Ärm, me décourager de continuer à chercher, afin d'avoir le champs libre ? Désolée, mais ça ne marche pas avec moi.
- Pourtant je ne mens pas, il était dans les cycas !
- C'est ça oui, fis-je en dirigeant mon pistolet dans sa direction.

Je pressai la gâchette afin de lui loger une seringue entre les deux yeux, mais la gamine me surprit une nouvelle fois. Elle projeta, sans que je ne sache réellement comment, une substance liquide qui désintégra ma seringue !

- C'était quoi ce tour de passe-passe encore ??, fis-je inquiète.
- Hihihi, c'est l'Ärm ! Il me confère le pouvoir de faire apparaître et d'utiliser de l'acide !
*Acide de cycas !* pensais-je, telle une révélation. Mais comment tu as fait pour trouver un si petit objet sans lunettes de vision ?
- Oh j'en ai pas besoin ! J'ai mangé le fruit de la luminosité ! Il me permet de modifier la luminosité de mes pupilles. En la concentrant un maximum, la moindre lumière réfléchit dans mes yeux est 100 fois supérieurs à la normale. Là c'est comme si je voyais en plein jour ! Et vu que le bijou brille, sa luminosité est très forte, je peux donc le localiser de très loin sans aucun problème !

Là j'étais sur le cul. C'était la première fois que je voyais un utilisateur de fruit du démon. Je ne doutais pas vraiment de leur existence, mais en avoir la preuve en face de soi était toujours mieux. En tout cas cela expliquait pourquoi cette fille était bizarre.

- Tu es surprise Hein ? Hein ?

Elle m'agaçait. Mais je ne pouvais plus lui tirer dessus. La descendre pour récupérer le bijou aurait été une excellente solution, mais non seulement elle esquivait mes projectiles efficacement, mais en plus elle pouvait carrément me nuire à cause du pouvoir de l'Ärm. Il était donc plus sage de la laisser filer, en espérant qu'elle me laisse en paix...

- Ça peut te paraître étrange ce que je vais te dire, mais je sens la mort planer sur moi. Ce regard doux qui me traverse, j'ai l'impression que la mort elle-même y habite. Pour autant, tu es bizarrement attachante, fit-elle en souriant pleinement.

Je n'arrivais pas à comprendre le sens de sa phrase. Elle avait pété un boulon nan ? Que pouvait-elle bien insinuer en me disant que j'avais la mort dans le regard ? Elle voyait son propre reflet ? J'avais un regard de meurtrier ? Je n'avais encore jamais tué quiconque à l'époque. Et pour couronner le tout, j'étais "bizarrement attachante". Y a pas à dire, cette petite fille me laissait perplexe, me rendant presque mal à l'aise.

- On se revoit à la prochaine épreuve !, fit-elle en tournant les talons, ses deux mains derrière le dos.

Je regardais sa silhouette sautillante s'éteindre dans l'obscurité de la jungle. Je ne comprenais plus rien. Avais-je donc une lueur violente et sanguinaire qui m'entourait ? Mon rêve consistant à éliminer tous les Dragons Célestes m'avait-il changé à ce point ? Cela avait-il un rapport avec le comportement étrange qui m'habitait quand je combattais ? Je restais là, immobile, pendant au moins une dizaine de minutes, à réfléchir, à essayer de comprendre. Je n'ai pas trouvé de réponses, mais une chose était certaine: cette fille, était l'une des rares personnes que j'avais rencontrée dans ma vie qui m'avait marquée à ce point. Heureusement,
l'épreuve me fit sortir de ma léthargie et il fallait absolument que je réfléchisse à ce que j'allais faire dorénavant.


- Je dois retrouver la faille végétale et temporelle maintenant. Où vais-je trouver un truc pareil ? Ça ne m'indique en rien une direction à prendre.

Je me posai le cul parterre, sortant ma carte, et je tentai de l'examiner. On se trouvait sur le versant sud de la montagne, et j'étais actuellement positionnée au sud-est. Au nord de ma position se trouvait la surdité de l'eau. En continuant vers l'ouest, on trouvait la zone où Takeru nous avait abandonné, dans les reliefs les plus hauts de l'air de jeu. Les grottes cachant le vampire de l'obscurité devaient s'y trouver. À l'extrême l'ouest de la carte, il y avait les ruines que tu avais pu observer en grimpant sur l'arbre et, au nord de celles-ci, la zone où nous avions espionnée la conversation. Il y avait donc le nord-est, le sud et le sud-ouest de l'air de jeu qui étaient, en théorie, dépourvues d'Ärms. Sans trop de conviction, je décidai d'orienter mes recherches vers ces zones. Mais par quelle zone devais-je commencer mes recherches ? Selon-moi, où pouvait bien être caché une faille végétale ? C'était bien trop difficile à deviner. Plutôt que m'aventurer en terrain inconnu, je préférais retourner dans la plaine au claire-de-lune. Je devais certes retraverser la carte dans toute sa longueur, mais je me souvenu qu'il y avait un arbre, planté-là au beau milieu de la plaine. Je me souvenais même qu'il avait des...

- MAIS PUTAIN OUI C'EST ÇA !

Un éclair de génie frappa ma boîte à cervelle. Mais comment ais-je pu passer à côté de ça ???? Et je me prétendais botaniste après ça ! J'étais une grosse conne oui ! Je remis illico mes lunettes et je courrai direction nord-ouest comme une dératée. En fait, cet Ärm était le plus simple à trouver car en espionnant la conversation, on était tous à côté de celui-ci ! Je descendis un ou deux gardes en chemin, alertés par tout le boucan que je faisais, puis j'arrivais à l'orée de la plaine. Le grand arbre se dressait devant moi, et je souriais. Cette arbre majestueux, était un charme, et il correspondait parfaitement à la description de la faille végétale et temporelle.

- Végétale car il ne prospère que sur les îles au climat tempéré, et temporelle car il n'existe seulement que depuis quelques milliers d'années ! Et les arbres feuillus n'existaient pas à la préhistoire de toute façon !

Excitée comme une puce, je commençai à fouiller au pied du charme afin de trouver ce foutu bijou de merde. Après une fouille infructueuse, je me mis à grimper sur celui-ci. Je ne pu m'empêcher de me demander comment cet arbre était arrivé sur une île comme Pandaria Hearts, et surtout, comment il pouvait survivre. Je ne le savais pas encore, mais j'allais bientôt avoir la réponse à ma question. Je grimpai plutôt rapidement au sommet du tronc où un collier, tout aussi banal que le bracelet des cycas, m'attendait.

- Je l'ai trouvé !, fis-je en l'empoignant.

Je m'apprêtais à descendre lorsque j'aperçu au moins une dizaine de personnes à l'orée de la forêt. Des gardes ? Des candidats ? Peu importait qui ils étaient, ils commencèrent à m'allumer à distance ! Pas d'autres options que de courir, ils étaient bien trop nombreux pour que je puisse les éliminer un par un. Le collier autour de mon coup, je le serrai fort dans mes mains car il m'était salutaire.

- Je suis une proie facile au milieux de la plaine ! Il faut absolument que j'atteigne la forêt !

Subitement, je me stoppai dans ma course. Je restai complètement immobile, stupéfaite, dans l'incompréhension. J'étais entourée d'arbres et plus aucuns gardes ne me tiraient dessus.

- Co... comment je suis arrivée là ?

Il se passait des choses vraiment étranges depuis que j'avais rencontré la petite Lou. Le paysage s'était littéralement transformé sous mes yeux. Je regardais autour de moi, je ne reconnus pas les lieux. En regardant derrière moi en revanche, je vis la plaine où j'étais en train de courir il y a tout juste quelques secondes. Était-ce le bijou ? Je savais qu'ils avaient des pouvoirs, mais là ça devenait plutôt flippant, je ne savais même pas comment je l'avais utilisé !

- Merde ! Ils m'ont retrouvés !

Effectivement, des silhouettes apparurent à travers la végétation, et il fallait absolument que j'échappe à cette traque. Je me remis en route rapidement mais mes poursuivants furent plus agressifs que prévue. Je réussis à esquiver une dizaine de seringues et ma course effrénée m'emmena sans le savoir à l'endroit où nous avions commencé l'épreuve. Ne sachant guère où aller, je me dirigeai en direction de la montagne. Mon instinct me dicta d'aller par là et mon instinct avait raison ! J'entendis une voix familière m'appeler:

- Krystal ! Par ici !

Je tournai ma tête en direction de cet appel inespéré et je te vis, positionné sur un replat ! Tu étais accompagné de Shura et de trois autres personnes, et il m'en fallut pas plus pour me booster à bloc malgré la fatigue qui se faisait sentir à force de courir sur cette pente escarpée. J'étais proche du but, j'allais me qualifier pour le dernier tour sans aucun doute possible et je me rapprochais de plus en plus de la ligne d'arrivée ! Mais je finis par trébucher, percuter par un objet non-identifié à la cheville droite. Tombée à genoux, je regardai ma cheville et je vis avec horreur qu'une seringue y était plantée.

- Putain de merde !, hurlai-je.

Un garde s'approcha de moi, je ne me fis pas prier pour l'allumer à mon tour. Je me relevai péniblement, le somnifère commençait son office et je ne tarderai pas à m'endormir. Mais mon entêtement me permit de passer outre cette sensation pourtant agréable qu'était le sommeil. Je ne courrais même plus sur deux jambes, m'aidant de mes mains pour parvenir à avancer. La distance me semblait insurmontable à parcourir, mais je devais le faire quoi qu'il en coûte !

- Allez Krystal tu y'es presque ! Écoutes ma voix, ne te laisse pas aller !
- Krystal ! Tu ne vas quand même pas me laisser gagner aussi facilement non ?

La voix de Shura. Bien sûr que je n'allais pas la laisser s'en tirer comme ça ! Puisant de toute mes forces dans ma volonté hors norme, je réussi à atteindre le replat, mais il fallait que je parcoure encore quelques mètres pour atteindre le point d'arriver. Je titubais, manquant de peu de tomber à plusieurs reprises, jusqu'à ce que je m'écroule complètement. Rattrapée au dernier moment par toi et Shura, j'avais évité le pire.

- On va t'aider, ne t'endors surtout pas, me rassura Shura.
- Toby t'attends à l'arrivée, ne le déçois surtout pas !
- Toby...

Luttant de toutes mes forces pour ne pas fermer l’œil complètement, j'essayai d'apercevoir la silhouette de mon bienfaiteur afin de me donner du courage supplémentaire. Shura me donna quelques petites claques de temps à autre afin de me maintenir éveillée mais ce fut vain. La fatigue l'emportait définitivement, je n'avais même plus la force de marcher. La seule chose dont je me souvienne, c'est que quelqu'un avait arraché mon collier, l'avait positionné dans ma main, et avait tendue celle-ci vers l'avant. Je ne me souviens plus de rien après cela...


_________________
"Le but à la guerre n'est pas de mourir pour son organisation, mais de faire en sorte que le connard d'en face crève pour la sienne."
Bloody Viper
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pour l'amour et pour le sang: la naissance de Bloody Viper. [Solo]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pour l'amour et pour le sang: la naissance de Bloody Viper. [Solo]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Pour l'amour d'une blonde... [Pv Aaron]
» [1754] Pour l'amour de ma reine (Angel-Hypnos)
» Départ pour la Guerre || PV Tous les Sang-Purs||
» Juste pour rire
» Rose gage d'amour éternelle et des lys gage de tendresse [Viktor]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: All Blues :: North Blue :: Autres îles-
Sauter vers: