PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Pour l'Amour du combat, l'Eveil d'un prédateur [ft. Mihawk]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kago Daiyuu

avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 15/05/2014
Age : 19
Localisation : A la dérive ~
Humeur : I'm soooooooo CHANGEABLE!

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
1/1000  (1/1000)
Expérience:
197/400  (197/400)

MessageSujet: Pour l'Amour du combat, l'Eveil d'un prédateur [ft. Mihawk]   Lun 14 Juil - 16:43

Marre, marre, marre. Si ce bateau n'allait pas plus vite, elle arriverait au port à la nage. Manchot ou pas. L'île en vue n'était plus qu'à plusieurs centaines de mètres et les marins s'enthousiasmaient alors que les gradés pensaient déjà à leur futur rapport. Elle, elle pensait à ses vacances. Celles qu'elle avait reçues pour son bras. Celui qui manquait. "Pas de chance", dirait les autres. "Rien à foutre", dirait Kago. Pas besoin d'un bras quand on est puissant. L'était-elle? Pas encore. De toute façon, elle était gauchère. Elle avait perdue son bras droit. Bien. C'était moins gênant. Déséquilibrant, mais pas gênant. Du moins, pas encore. Elle n'avait pas fait un combat depuis, mais rester debout sur le bateau avec été une épreuve difficile les premiers jours. Maintenant, elle s'y était habituée. Enfin, plus ou moins, comme le prouvait sa brusque fascination pour le sol et son envie de le voir de plus près. Elle grogna, envoya une menace bien fleurie à toutes les personnes qui avaient osées rire et sauta du bastingage. Et encore une fois, elle faillit embrasser le sol, bien qu'elle finisse par se redresser très vite.

La main gauche dans la poche de son long hakama blanc, son coude frottant agréablement contre le tissu noir de sa ceinture, sa poitrine imposante au maximum compressée dans un bandage discret, surmontée de sa courte veste fermée blanche et noire, elle avançait. Ses longs cheveux bleus électriques étaient amassés en un tas informe et désordonné sur son crâne en plus de l'étrange morceau de mâchoire animale ornant sa joue droite, la rendant aussi masculine qu'elle le voulait. A ses cotés, la manche vide et flottante de son bras droit et, dans sa poche, un petit couteau. Maigre arme pour un combat, mais mieux que rien.

Sa musculature plutôt développée, sa grande taille ainsi que l'ombre du tatouage dans son dos lui apportait une satisfaction toute particulière. Aux yeux de la plupart des personnes, celles qui passait rapidement, éphémères, elle était un homme. Son sourire carnassier, arrogant et cruel le prouvait. Sa démarche balancée, fluide et féline aussi. Sa façon d'être. De regarder droit devant elle, comme si tous les humains autour d'elle n'étaient pas assez bien pour son magnifique regard azuré. Sa silhouette fine qui paraissait si délicate… Le dos courbé de provocation mais le port de nuque droit, princier et hautain, son teint de peau ni trop mâte, ni trop clair… Elle était belle. Elle était désirable. Et elle ne s'en rendait pas compte. Pire, elle ne voulait pas l'être, cachant ses formes et la plupart de son corps sous un physique androgyne et agressif.Mais au fond, Kago était une Reine. Parce qu'elle était indépendante, cynique, impatiente et irrévérencieuse. Elle était une combattante. Elle était faite pour ça, elle en était persuadée. Brutale, impulsive et parfois particulièrement violente. Pour l'instant, elle n'était pas forte. Pas encore. Bientôt. Tous ceux qui la sous-estimaient allaient en payer le prix. C'était une promesse faite avec une haine profonde et viscérale. Rebelle, arrogante, hautaine et possessive. Ses proies sont à elle. Quiconque essayera de les lui subtiliser se feront dévorer. Mais elle n'est pas mauvaise. Elle respecte des lois, bien sûr. Les siennes. Si un ennemi est debout, il peut être tué. S'il a été blessé avant le combat non. Et même si Kago était très mauvaise perdante, elle se promettait de détruire. Parce qu'elle aimait ça. Parce que ça la faisait marrer. Et parce qu'elle ne respectait que son propre code. Personne ne lui donnait des ordres. C'est comme ça.

Déambulant toujours dans les rue de Solarius, se faufilant dans les petites rues étroites et délabrées de la ville, évitant le plus de personnes possible, Kago finit par poser l'œil sur une boutique bien intéressante. Une quincaillerie d'arme, allant du katana classique jusqu'au sniper en passant par les armes de jet, les faux et autre sorte d'objets mortels -dans les deux sens du terme- en tout genre ainsi que leurs produits d'entretient et des… membres mécaniques? Oh, cette boutique était bien plus intéressante qu'elle n'aurait pu le penser. Sauf que, voilà. Elle n'avait pas d'argent. A part les quelques malheureuses pièces qui avaient finies dans sa poche sans qu'elle n'y fasse attention, elle n'avait même pas de quoi se payer un couteau. Merde. Elle aurait pu tabasser le mec au comptoir mais là aussi il y avait un problème. Qui accepterait de lui poser, ce bras métallique? Et puis, même en vacances, elle était une marine…

La main toujours dans sa poche, elle continua sa route, notant le nom de l'échoppe ainsi que l'image magnifique d'un sublime katana azur.

- Eh, mec, ça te dirait de jouer un peu avec nous? Ricana une voix rauque derrière elle.

Un homme. Avec deux autres. Assez grand, gros pour l'un et musclés pour les deux autres. Une carrure imposante mais vacillante. Sûrement trop d'alcool. Trop de débilité ouais! Quand elle se retourna, une paire de mains serraient sa taille.

- Ma main, ta tête, le mur, tu fais le rapprochement? Sourit-elle, déjà enivrée par la baston qui allait suivre.

- Hein? Fut sa seule réponse, sûrement surpris par les formes bien plus féminines qu'il n'y paraissait.

Le pied qui le frappa le déséquilibra, le faisant s'écrouler sur le coté. Surpris mais réactifs, ses potes s'amenèrent, l'un contournant la marine tendis que l'autre s’avançait de face. Alors qu'elle envoyait son poing en avant, un coup se propagea dans sa colonne. Plus rapide que prévu. Une erreur de calcul. Propulsée en avant, des bras se refermèrent sur son épaule et des paumes pressèrent son crâne, la forçant à baisser la tête. La silhouette forte et immense qui se dressait fasse à elle était bien plus menaçante que tout à l'heure. Le premier coup partit. Droit sur ses lèvres. Elle tiqua, cracha du sang et agrandit son sourire. Le suivant fut accompagné d'un grognement de douleur. Et ouais mon gras, c'est pas là que pour décorer! Son appendice d'os l'avant protégée. Pour un temps seulement.

Elle vit un poing se précipiter vers son ventre. Réfléchir. Vite.

Impulsive, elle envoya sa jambe entre les cuisses de l'homme d'en face, touchant un poing sensible qui le fit s'arquer sur lui. Prenant appuis contre l'homme derrière elle, elle balança ensuite ses deux talons contre le front de son agresseur à terre ainsi que son crâne en arrière qui rencontra douloureusement une arrête nasale. Cassée, selon les bruits qui s'en suivirent. Mais les mains ne la lâchèrent pas complètements, tirant sur sa coiffure et se retenant à son haut. Résultat, quand elle finit par se dégager, son bandage glissait de son lieu d'origine, lâchant une poitrine proéminent qui ouvrit une grande partit de sa veste blanche. Eh merde. En plus de ça, ses cheveux cascadant librement sur ses épaules ne laissaient plus aucuns doutes. Kago était indéniablement une femme. Une femme magnifique.

Un nouveau coup sortit de l'ombre, se fracassa contre sa tempe alors qu'elle tentait de sortir de la ruelle et, emportée par choc, sa tête s'écrasa avec force contre les briques d'en face. La violence de l'attaque la laissa pantelante et désorientée, le sang battait contre son crâne alors qu'elle ne tenait debout que grâce au mur. Solution d'urgence. Alors que le danger approchait une nouvelle fois, elle sortit sa lame et la montra au dernier homme debout qui pâlit devant le sourire carnassier de la femme. Mais quand il s'enfuit, elle ne put retenir le haut-le-cœur qui la terrassa. Agenouillée, la tempe et le menton ensanglanté du liquide vital s'écoulant de sa bouche -, sûrement ses dents ayant percées sa langue- elle se retint de vomir le peu qu'elle avait mangé, étourdie par le double choque contre sa tête.    

Livide et déséquilibrée, elle avança vers la rue la plus proche. Le sang qui glissait des ses blessures venait tacher ses habits mais, au point où elle en était, qu'ils aillent se faire foutre.

Et encore une fois, alors qu'elle débouchait sur une place blindée de monde et bien plus éclairée, elle trébucha. Putain c'est la journée aujourd'hui! Sauf que cette fois, son front rencontra quelque chose de dur et sa main s'agrippa sur un manteau. Quand elle releva la tête, étourdie, c'est face à une paire d'œil de faucon qu'elle se trouvait. Des pupilles magnifiques et… fascinantes. D'où se mélangeait une coulée d'or pur et un feu liquide. Neutres, peut-être un peu surpris, mais sûrement pas agressifs pour autant, les yeux l'analysèrent rapidement. Bouge de là, c'est dangereux, lui soufflait son instinct. Alors c'est ce qu'elle fit. Elle se remit sur ses pieds tant bien que mal et continua difficilement sa route dans la foule. Il faut que je sorte de là… rapidedement. Y a beaucoup trop de monde. Et c'est en se dirigeant vers la sortie de l'artère principale la plus proche que ses doigts frôlèrent quelque chose dans sa poche. La marine l'attrapa et le mit devant ses yeux. Oups… Ce mec va m'en vouloir… Et vu la taille de la bourse, il va beaucoup m'en vouloir. Elle fit demi-tour, partagée entre l'idée de tenter de le retrouver ou de partir quand une nouvelle fois elle fut face aux yeux de prédateurs. Et vu la taille de son épée, je vais bientôt perdre mon autre bras.

- Tient, je te la rends, considère ça comme un accident aux vues de ma bonne fois.

Ce mec était fort. Vraiment. Tout en lui le hurlait. Sa posture, sa musculature, son calme, et même sa putain d'épée. Si elle courait, peut-être qu'elle aurait une chance… Non. Pas dans l'état qu'elle se trouvait. Et puis, même si ce type semblait être au moins dix fois plus fort qu'elle, c'était contre son code de fuir un combat.

Alors elle attendit, le frisson du combat électrisant ses muscles, enivrée par l'odeur de son propre sang coulant de sa tempe. S'il voulait se battre, elle était prête.

Revenir en haut Aller en bas
Dracule Mihawk

avatar

Messages : 144
Date d'inscription : 07/03/2014
Age : 20
Localisation : A Lugubra
Humeur : Endormi... sans doute

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
5/1000  (5/1000)
Expérience:
112/400  (112/400)

MessageSujet: Re: Pour l'Amour du combat, l'Eveil d'un prédateur [ft. Mihawk]   Mar 5 Aoû - 16:43

P'tite note:
 



La première chose que sentit Mihawk fut d'abord celle du soleil sur sa peau. Il ne s'en formalisa pas un seul instant, en se contentant de se retourner et de plaquer son chapeau noir sur son visage pour continuer sa sieste. Il y eut ensuite le bruit de la mer s'écrasant sur des rochers. Il ne s'en formalisa pas non plus.

Ce ne fut qu'en sentant la légère quille de son bateau de fortune rapper contre les fonds marins que le brun ouvrit les yeux brusquement.

Il n'eut qu'à se redresser pour s'apercevoir que la dérive de la barque qu'il avait pourtant surveillée durant de longue heure, était pratiquement sortie, que le bruit de bois rappé était de plus en plus impressionnant à mesure que des vagues féroces poussaient son frêle esquif vers des rochers pointus et dentus comme la bouche noire de Charybde. Il n'eut pas le temps de regretter sa sieste trop vite cessée qu'il dû remédier au plus urgent : sortir son navire de là avant qu'il ne se transforme en magnifique steak haché contre les rochers ma foi de plus en plus proche.

Pas qu'il n'aimait pas le steak haché.
Mais il préférait ne pas être le steak en question.
Ça risquait de piquer un peu.

Il fallut donc rapidement dégager le navire, avec la rame posée en contrebas de sa cale, il parvint à arracher des fonds la quille et pousser le bateau vers un endroit un peu plus profonds.

En poussant un juron, il ne tarda pas à se faire asperger tout simplement par une vague plus grande que les autres qui trempa son corps réchauffé par le soleil de la tête au pied. Cette journée s'annonçait déjà mauvaise. Et il était encore tôt.

Où était-il ? se demanda le brun misanthrope le plus froid de West Blue et de toutes les mers à venir. Une question intéressante ma foi qui demanderait un certain temps pour trouver la réponse. Lorsqu'il eut vérifié qu'il ne se trouvait pas au dessus de caillasse, il tomba à l'eau tout habillé (il était déjà trempé !) pour tirer son vaisseau vers la plage.

Plus loin de grands, mais étrangement discrets navires étaient amarrés. Il se distinguait d'au dessus des frondaisons vertes du feuillages d'étranges instruments pointés vers le ciel.
Mihawk bailla et se pinça légèrement l'arrête du nez.

S'il ne se trompait pas, et vu les instruments qui pointaient vers le ciel, il était sur Solarius. Une île dont aucun marine ne parlait. Un tavernier lui en avait parlé un jour alors qu'il était de passage... mais à l'instar de Raftel, cette île, si on ne l'avait pas vue de ses propres yeux, tenait plus du mythe pour les civils qu'autre chose. Il exhalait de cet endroit un parfum de mystère. Quand il attacha consciencieusement son bateau sur le sable à un large tronc d'arbre, il sentit plusieurs regards dans son dos.
Ceux-ci disparurent à l'instant même où il se retourna.

Il allait devoir chercher un peu plus d'information dans les environs.

Machinalement, le brun posa sa main sur son chapeau et sentit qu'il manquait une plume. Edell Aoi. Il lui avait confié le plus beau morceau du plumage de son couvre-chef après l'étrange nuit qu'ils avaient passé. Encore à cet instant, Mihawk n'était pas sûr de ce qui l'avait conduit à faire cela.

Il y avait forcément une raison à agir aussi désespérément et aussi sottement, mais le brun n'arrivait pas à voir laquelle. Ils avaient tous les deux pris des chemins séparés non sans se sourire légèrement, mais sans plus. Edell vivait sa vie, ou surtout sa vengeance. Il n'irait pas attraper Saga, il le savait. Egoïstement, il savait que ce n'était pas son but. Touchant encore l'endroit laissé par la plume, il soupira.

Il avait d'autres choses à faire. Acheter de quoi colmater les probables fissures de son navire par exemple.

Il n'aurait pas dû s'endormir. Mais la navigation était d'un ennuyeux. Non seulement il n'était pas doué dans cette entreprise, mais en plus elle recquiérait bien souvent une attention que le brun gardait pour l'escrime.

La navigation était molle et sans surprise, souvent, comme la vie. Une tempête était parfois une aubaine sur ces mers calmes. Les typhons faisaient monter son adrénaline de façon exponentielle et lutter pour sa survie entre les courants et les vents révélaient enfin un défi intéressant pour sa personne. Grand Line avait intérêt à se montrer plus intéressante.

S'il y arrivait bientôt. Car en lisant sa carte, le brun fut bien obligé de constater que de Tierra Del Sol à Solarius, il avait fait le chemin inverse. Sa boussole avait un sérieux problème.

Ou bien était-ce lui le plus gros soucis dans cette histoire ? Bref.

En époussetant le sable de son pantalon blanc et tandis que ses mains rappaient le long du tissu rêche de son habit, il chercha où atteindre la potentielle ville des environs. Il choisit de suivre la plage jusqu'à la falaise pour se joindre à la foule qui plus loin débarquait des provisions.


Malgré Kokuto Yoru on ne peut plus voyante, on ne le remarqua pas, tandis que les gens s'échangeaient des potins assez sérieux, sur politique, marines, ou situation des mers.

Le brun comprit qu'il venait de mettre les pieds sur une île de ce qu'il y avait de plus révolutionnaire. Avec sa barque, il ne représentait assurément pas un danger. Raison pour laquelle on ne faisait expressément pas attention à sa personne. Tant qu'il trouvait de quoi colmater son bateau, aucun problème.

Mihawk marchait lentement, évitant les gens, inspectant les alentours d'un oeil désabusé. Sa démarche fière et lente dégageait une sorte d'aura menaçant qui déconseillait aux plus faibles de s'approcher trop près de lui.

Quelque chose le frôla.
Ou quelqu'un.

Il porta la main à sa bourse et constata qu'elle avait tout simplement disparu.

Manquait plus que ça.

Il ne tarda pas à retrouver la voleuse, une fillette à la chevelure bleue à la tenue un peu déchirée, comme si elle avait été marine il y a longtemps. Ce qui expliquerait sa présence ici. Ou bien elle était toujours marine et donc folle de venir ici.

Effrayée, par lui, la gamine trouva quand même le moyen de garder un peu de sa nonchalance en lui rendant sa bourse.

Il reprit sèchement son bien.

"Je n'ai aucune envie de me battre avec une enfant."

L'autre pesta.

Revenir en haut Aller en bas
Kago Daiyuu

avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 15/05/2014
Age : 19
Localisation : A la dérive ~
Humeur : I'm soooooooo CHANGEABLE!

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
1/1000  (1/1000)
Expérience:
197/400  (197/400)

MessageSujet: Re: Pour l'Amour du combat, l'Eveil d'un prédateur [ft. Mihawk]   Sam 24 Jan - 0:20

Spoiler:
 

"- Je n'ai aucune envie de me battre avec une enfant."

Hein ? Ok. Super. Recalée direct. Tant mieux ? Hm... Oui, sûrement. Parce que son instinct lui grondait que de toute façon, elle n'avait pas envie de se battre contre ce mec. Parce qu'il faisait deux fois sa taille pour au moins le triple de muscle et que son épée elle-même lui arrivait au-dessus de la nuque. Et puis, si c'était juste sa carrure, Kago n'en aurait pas démordu, mais ce mec puait le danger à des putains de kilomètres. Elle se sentait petite, fragile, beaucoup trop exposée devant son regard froid et calculateur. La jeune marine passa sa langue sur ses lèvres, récoltant l'hémoglobine qui tachait encore sa bouche et ne le lâcha pas du regard. Dégage de là rapidement. Ouais. C'est ce qu'elle voulait faire. Mais plus que tout, plus que ça encore, elle voulait devenir plus forte. Personne ne deviens plus fort en fuyant.

"-Bât-toi contre moi. Fit-elle en planta fixement ses pupilles sur les siennes, défiante, provocante. Même si elle devait se pendre une raclée, elle deviendrait meilleure, toujours, toujours plus. Grimper les échelons de la Marine, faire augmenter sa prime ou quoi que ce soir d'autre, au final, peu lui importait. Elle voulait juste être plus fort. Pas pour protéger ses amis -elle n'en avait pas de toute façon- ni sa famille -son frère pouvait très bien se défendre seul et son père ne risquait rien, sur sa petite ville tranquille et isolée. Non, elle c'était devenir plus forte pour se battre.

Kago gronde, grogne, défit.

Elle vit -survie- la rage aux crocs, la trouille aux tripes et le couteau à la main.

Elle n'a que ça pour survivre.

Sa hargne de vivre et sa détermination d'écraser tous ceux qui se tiendront devant elle.

Elle valse avec les ombres funestes et fatales qui ondulent autour de son corps, comme des flammes sombres et vacillantes.

Kago à peur de la mort. Comme tout le monde. Elle sait qu'elle y passera un jour. Et que ça sera douloureux. Mais ce qui fais sa force, c'est d'avoir peur, et de ne pas s'en soucier.

Kago n'est pas patiente. Elle n’attend pas. Elle saute dans la bataille et prie secrètement pour ne pas y laisser quelque chose. Sa vie ou celle d'un autre.

Elle deviendra forte.

Alors quand il refuse la première fois, grognant sa désapprobation et continuant sa route sans un regard vers elle, la Marine grimace. Elle a besoin de lui. Parce qu'il est fort, parce qu'il n'a pas de pitié et que c'est un prédateur. Quoi de mieux qu'un chasseur pour apprendre à un autre chasseur ? Kago veut le voir bouger, évoluer, se battre. Elle veut analyser ses mouvements, voir de quoi il est capable et prendre un peu de sa prestance. Parce que, putain, ce mec était bourré de charisme. Il imposait le respect, tout en élégance et en silence. C'était peut-être son épée démesurée, sa tenue sombre, son visage fermé, ou quoi que ce soit d'autre, mais Kago sentait qu'elle avait besoin de lui. Pour devenir plus forte.

"- Viens te battre bordel !" Elle crie, rage, et tente de comprendre. Non, en faite, ce n'est pas dur à comprendre. Il n'en a rien à faire et n'a pas envie d'être mêlé à ce genre d'affaire. Et il le lui fait savoir très rapidement.
"- Je suis pas intéressé gamine.
- Tu peux pas refuser un combat comme ça !
- Si je le peux.
- Ah ouais ?
- Et je suis entrain de le faire.
- ENCULÉ !"
Il ne répond pas. Peut-être qu'il est trop loin, mais en tout cas, c'était peu probable. Vu sa voix rauque et portante, il y avait peu de chances que cet homme ne l'ait pas perçue. Pourtant, il ne se retourne toujours pas, s'éloigne de son pas souple et brasse la foule. Kago, elle, elle galère, pousse les gens, bouscule des épaules, suffoque à cause de la proximité des personnes et doit lever la tête pour voir encore sa silhouette. Lui, les gens se poussent presque pour le laisser passer. Pas de bousculades, pas d'injures, rien.

On dis que c'est un déshonneur, ou un manque de respect de montre son dos à un ennemi. Kago n'en avait rien à foutre de ça. Son dos prouvait juste que c'était une proie qui avait eu l’audace de la sous-estimé et de partir en pensant que même avec un coup en traitre elle ne serait capable de rien. Mais là, surtout, ce qu'elle pense, c'est à l'épée. Ses rétines azurées glisse le long de son chapeau plumé, descendent dans le creux de sa nuque, observe les quelques mèches sombre qui parsèment sa peau pâle et se faufilent entre ses omoplates discernables sous sa veste en cuir pour voir sa lame. Une lame magnifique. La jeune marine n'était pas vraiment encore très familière avec ce genre d'outils mais manier un katana lui plairait bien. De toute façon, elle n'avait plus d'arme et son bras droit était encore manquant. Donc il lui faudrait bien de quoi se défendre.

"- Entraine-moi. Elle avait réussis à le rattraper et se tenait maintenant dans son dos, suivant la cadence de ses longues enjambées, essoufflée. Les épaules de l'homme se raidirent un peu, mais il ne ralentit pas et continua, alors que sa voix résonnait, autoritaire.
"- Sûrement pas.
- Entraine-moi !
- Non.
- ENTRAINE-MOI PUTAIN !"


Cette fois, c'est le silence qui lui répond. Le silence total. Il c'est arrêté de marcher, excédé et tourne son regard flamboyant étonnement glacial vers elle. Kago ne sourit pas, étrangement sérieuse. Elle à réussis à attirer son attention. Peut-être pas avec le meilleur moyen vu qu'il semble avoir très envie de la découper, mais au moins, c'était déjà ça. La jeune femme, elle, elle ne bouge pas. Elle le fixe, pousse une mèche de cheveux bleue qui gêne sa vue et fait rouler ses épaules tendues, de nouveau mal à l'aise. Mais elle ne baisse pas le regard. Pas une seule fois.

"- Je veux devenir plus forte."

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Pour l'Amour du combat, l'Eveil d'un prédateur [ft. Mihawk]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Pour l'Amour du combat, l'Eveil d'un prédateur [ft. Mihawk]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pour l'Amour du combat, l'Eveil d'un prédateur [ft. Mihawk]
» Pour l'amour d'une blonde... [Pv Aaron]
» [1754] Pour l'amour de ma reine (Angel-Hypnos)
» Rose gage d'amour éternelle et des lys gage de tendresse [Viktor]
» Combat pour l'amour du Feu [ Nuage en Feu et Nuage d'Éclipse]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: All Blues :: West Blue :: Solarius-
Sauter vers: