PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une fin signifie seulement un nouveau départ...[Mahiru et Dan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Banba Mahiru

avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 23/06/2014

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
6/1000  (6/1000)
Expérience:
264/400  (264/400)

MessageSujet: Une fin signifie seulement un nouveau départ...[Mahiru et Dan]   Lun 14 Juil - 16:55

Que s’était-il passé ? Où était-elle ? Que faisait-elle ? Comment était-ce arrivé ? La figure la plus importante à ses yeux venait de l’abandonner… C’est à ce moment-là qu’elle se réveilla. C’était le matin, Mahiru observa dans un premier temps le plafond, c’était un plafond en bois, tout ce qu’il y avait de plus normal, mais pas pour Mahiru, qui avait vécu la dernière année dans un genre de grotte naturelle, aménagée par l’homme, avec un plafond en pierre, un endroit froid, mais qui pour Mahiru était chez elle…

Elle était dans un lit, une femme inconnue à ses côtés, elle prit une position assise et regarda la femme dans les yeux, puis intimidée, baissa les yeux, l’état de la jeune fille était encore confus, elle ne fit pas attention au physique de la dame, que ce soit ses cheveux, ou sa couleur de peau, la seule chose qu’elle vit fut un petit être vivant, le bébé, que la femme tenait à ce moment-là dans ses bras. Celle-ci décida d’engager la conversation avec un sourire léger, mais chaleureux.


-Bonjour… Le manque de réponse lui fit continuer. Tu as de la chance que Dan t’ait trouvée.

Mahiru quant à elle continuait d’essayer de comprendre ce qu’il se passait, ses pensées étaient cependant trop brouillées et elle ne réagit donc que peu, ce en relevant juste un peu la tête, observant la bouche de la femme et remarquant enfin ses cheveux blonds, et sa peau violette. Mahiru n’y vit aucun problème : elle ne savait rien sur le monde, après tout, elle n’a vécu qu’une année "normale" et n’y avait donc apprit que très peu de choses. Suite au manque de réponse de Mahiru, elle reprit :

-Comment t’appelles-tu ?
Toujours aucune réponse… Comment vas-tu ?... Que t’est-il arrivé qui t’as mis dans cet état ?

Mahiru se mis à pleurer, cette demande lui rappela que son père l’avait abandonné… Mahiru releva les yeux tout en pleurant, suite à cela, la femme mis sa main sur la tête de Mahiru et commença à la caresser.

-Tout va bien, tout va bien, tu ne risques rien ici.

-Waaaaaaah !*snif**snif*

Mahiru se mis à pleurer plus fortement, mettant ses mains devant son visage pour cacher ses yeux rouge a causes des larmes, puis calma ses cordes vocales, quelques restes de sanglots étaient encore présents lorsqu’elle se calmit.

-Mahiru…


La femme n’avait visiblement pas entendu.

-Mahiru ! C’est mon prénom ! … Merci, je vais mieux grâce à vous.  *snif*

Elle sourit et répondit :

-Moi, c’est Annabelle, tient un mouchoir, essuie toi le visage on ira dans le salon quand tu seras prête.

Ainsi, Mahiru s’occupait de sécher ses larmes et de moucher son nez, tandis qu’Annabelle s’occupait de l’enfant, tout en observant la jeune fille. Elle se fit donc aider par la bonne femme pour se lever et obtenir une présentation convenable, passant par un brossage des cheveux, qui pour le coup furent détachés. Ainsi, elles sortirent de la chambre et allèrent dans le salon, dans celui-ci, deux hommes étaient assis autour d’une table en train de prendre leurs petit déjeuner.


-Regardez qui s’est levé, je vous présente Mahiru…

Celle-ci, voyant les 2 hommes se cacha derrière la femme, un peu par timidité, un peu par crainte des hommes. Jetant des coups d’œil furtifs sous le bras de la femme, observant les 2 hommes.


-N’ai pas peur, ils ne sont pas aussi méchant qu’ils en ont l’air, je te présente mon mari, Brock et notre ami et employé, Dan.

-Je suis Brock, le gérant du magasin qui se trouve juste en dessous, et voici Dan, je pense qu’il prendra ses responsabilité pour t’avoir recueilli et s’occupera de toi, n’est-ce pas Dan ?... Je ri…

Il s’arrêta voyant que Dan l’avais pris au sérieux, ainsi que Mahiru, qui pour le coup regardait intensément l’homme à lunettes.

-Bon ben vous ferrez comme ça, cela mis à part, Mahiru c’est ça ?

Elle hocha la tête pour confirmer.

-Que t’est-il arrivé pour que Dan te retrouve dans cet état ?

Suite à cette demande, la femme emmena Mahiru jusqu’à la table et la fit d’y asseoir et elle commença à préparer quelque chose pour Mahiru tandis que celle-ci essayait de prendre la parole.

-Euh… Pour tout dire… Je ne me souviens pas de ce qu’il s’est passé, la dernière chose dont je me souviens… Il s’agit de mon père qui m’a dit de disparaitre et de ne jamais réapparaitre devant ses yeux…

Mahiru était au bord des larmes, Brock lui caressa la tête tenant le même discours que sa femme précédemment, tandis que celle-ci emmenait une assiette contenant 2 tartines de pains et lui mit de la confiture de raisin sur l’une d’elle, pour la tendre à Mahiru. Qui commença à y manger, d’abord doucement, ne connaissant pas la confiture, puis goulument, se rendant compte qu’elle était affamée… Une fois le repas terminé, Brock descendit pour ouvrir la boutique tandis qu’Annabelle s’occupait de son enfant. Mahiru entendit donc finalement pour la première fois la voix de Dan :

-Puisque je dois m’occuper de toi, je vais te montrer comment je travaille à l’atelier.

Il commença à redescendre, suivit de Mahiru qui tenait du coup le t-shirt de l’homme avec sa main droite. Dan se retourna, la regarda d’un regard qui fit baisser les yeux de Mahiru, puis repris le chemin, laissant Mahiru tenir son vêtement. Ils arrivèrent par la suite à l’atelier et Dan pointa du doigt le marteau, demandant d’un regard interrogateur :


-J’ai trouvé ce marteau près de toi hier soir, c’est le tiens ?

Ce marteau… Il s’agissait de celui qu’avait utiliser son père contre elle, mais elle ne le voyait pas comme ça, n’ayant pas de souvenir de ce qu’il s’est passé après, elle pris le marteau, qui pesait probablement la moitié du poids de Mahiru et elle supposa que son père lui avait passé durant sa perte de mémoire pour une raison qu’elle ne comprenait pas, mais même dans ce cas-là, il s’agit d’un memento de son père, qu’elle garderait précieusement.

-Oui, je crois que mon père me l’a donné.

-Si tu as un marteau, c’est que tu dois savoir t’en servir, non ?

-Euh… Non, je ne me souviens pas m’être déjà servit de quelque chose de ce genre…

L’homme se claqua la face de la paume de sa main et demanda d’un ton dépité :

-Est-ce une blague ?

-Non.

-Tant pis, de toute façon j’ai du travail qui m’attend.

Il commença à faire des opérations relativement compliqué sur des objets que Mahiru ne comprenait pas. Il reprit :

-Cet après-midi nous sortirons prendre l’air, ça sera bon pour ta convalescence.

Ainsi, ne sachant que faire, Mahiru hocha la tête, puis supposant qu’elle était sous la responsabilité de Dan, elle resta debout à côté de celui-ci, tenant la manche de son marteau, gardant le percuteur au sol, se servant du marteau comme appuie pendant qu’elle resta simplement là, à observer les travaux de l’homme.


Revenir en haut Aller en bas
Roséo.D Dan

avatar

Messages : 156
Date d'inscription : 12/03/2013

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
11/1000  (11/1000)
Expérience:
252/400  (252/400)

MessageSujet: Re: Une fin signifie seulement un nouveau départ...[Mahiru et Dan]   Mar 15 Juil - 20:58

Comment ai-je fait pour me retrouver avec elle sur les bras... Pourquoi la veille au soir je suis pas resté à l'atelier?!

Je me baladais tard le soir, pas pour ce qu'on pourrait croire. J'étais occupé le matin à l'atelier, et puis la foule ne me sied guère. Les bousculades, les patrouilles de Marin, les marchands à la crier... Je préférais le calme de la nuit.

Calme relatif, quand on sait qu'il vaut mieux éviter de croiser le regard d'inconnu la nuit. Il se pourrait que vous provoquiez du regard un ponte d'une mafia quelconque, ou je ne sais quel personnage peu recommandable.

Je battais le pavé dans un petit parc non loin de l'atelier, quand sans surprise je vis une jeune fille au sol, éclairé par un lampadaire public... Surement une fille de mauvaise vie qui n'a pas supporté la dose ne vainc qu'elle a ingurgité il y a peu. Après une folle soirée elle a dû essayer de rentrée, finissant la tronche dans les pavés... Je m'approchais... Pour constater qu'elle portait une tenue...d'écolière!

- Si je ne m'abuse ce n'est pas une cour de récré ma belle...

Surement un phantasme de vieux pervers. Je savais qu'à cette heure le parc pouvait servir de point de rendez-vous avec des "clients".

On ne sait jamais si son patron est dans le coin... Autant y aller avec prudence. Je poussais le corps avec mon pied afin de la retourner doucement.

*Du sang?!*


Du sang sur son visage? Elle était seule, pas de trace d'un gorille ou d'autres abrutis du même acabit. J'étais un scientifique, un mécano, un mercenaire de temps à temps à autre mais aussi médecin. Je ne pouvais pas le laissé décemment ici au milieu du parc...

AH! Je me rappelle! Moi et ma fichue éthique! Oui, plus d'une fois on m'avait transmis des connaissances mais aussi de la morale. "Un monstre, au mieux un objet[...]" m'avait-on dit. " c'est tout ce que vous êtes si vous n'êtes qu'une somme de connaissances[...]". C'était assez saoulant, mais assez vrai dans certains cas. Donc c'est pour cette raison que je l'ai ramené...

Mais attendez ce n'est pas tout!


La fille le visage en sang, tenait, tenez-vous bien, une masse! Elle tenait l'objet fermement, comme si sa vie en dépendait. Le pire moment fut quand je tentais de soulever l'objet.

La demoiselle étant légère comme une plume, est bien installée sur mon dos. Qui aurait imaginé le poids de cette chose! J'avais dû trainer le marteau de la demoiselle en plus de son corps. En fait non! J'avais surtout eu à trainer le marteau.

Me voilà maintenant la main sur le visage. L'esprit empli de...de...désappointement! Pourquoi me direz-vous?

Parce qu'après l'avoir secouru, Brock, m'avait demandé de prendre mes responsabilités. Après tout j'étais un adulte responsable et c'est moi qui l'avais ramené. Naturellement, je me posais beaucoup de questions à propos de cette jeune fille. Mais surtout: "ce qu'elle fichait là, avec un truc aussi lourd".

Je l'avais emmené à l'atelier pour qu'elle puisse m'aider. Avec la force qu'il faut pour soulever son marteau, ce n'est pas quelques séances de bricolage qui la fatigueront. Mais la demoiselle ne savait rien faire de ses dix doigts, pas même ce servir de son fichu marteau!

J'abandonnais cette fille dans un coin de l'atelier, pour me consacrer à mon travail. Elle avait le loisir d'aller et venir dans la maison et la boutique mais elle resta là, pendant des heures! En fait jusqu'à ce que je finisse de travailler.

*Il y a décidément des trucs, trop de trucs qui ne tournent pas rond chez elle*

J'avais terminé mon travail. Je lui avais dit un peu plus tôt que nous irions prendre l'air. Ce n'était pas innocent. J'espérais que quelqu'un la reconnaisse. En fin d'après-midi il y avait beaucoup de familles dans le parc où je l'ai retrouvé. Il y avait une chance que quelqu'un crie son nom, la serre dans ses bras...bref une fin heureuse.


Mahiru, me suivait toujours agripper à mon T-shirt. Au début j'ai pensé que c'était une façon de se rassurer donc j'acceptais. Mais au bout d'un quart d'heure... Ouais, j'en avais assez. Si il n'y avait que ça j'aurais été peut être plus patient. Mais la masse, l'énorme, le lourd marteau...Elle se le trimbalait aussi! Nous ralentissant du même coup. Il fallait qu'elle lâche l'un des deux, la masse ou moi.

Je regardais la masse, et rien que de d'observer l'objet était épuisant, mais surement le seul vestige de son passé...DONC, il fallait qu'elle le traine. Même si je comprenais la raison de son acte; je ne pouvais m'empêcher de rationnaliser: "ce marteau est putain de lourd pourquoi tu veux le balader c'est pas chien!!!". Conclusion à defaut de le lui dire et de la culpabiliser un peu plus, "face palm", le geste devenait une question de sanité mentale.

-tu ne vas pas trébucher où te perdre si tu me lâches deux minutes. Suis-moi, sans détacher ton regard de ma personne, bouges tes gambettes et tu verras que c'est pareil.

Enfin le parc, mon plan allait-il fonctionner? Il était plein à craquer comme tous les après-midi. Des enfants des chiens, des malfrats essayant d'être discrets, des adolescents, des marchands... bref toutes les composantes de la ville semblaient s'être donné rendez-vous ici.

J'observais les réactions de tous, espérant trouver quelqu'un qui la reconnaisse mais en vain. J'avais été un peu naïf de penser que des locaux l'auraient reconnu... Mahiru, tout comme moi avait un trait qui indiquait qu'elle ne pouvait être du coin...L'absence de pigmentation violette, due à l'omniprésence du vin, des raisins et tutti quanti...

Un second endroit me vînt alors à l'esprit! Le port. Si elle n'est pas du coin, elle a forcément du passé par là... Sauf si en plus elle a débarqué en montgolfière... À cette pensée, mon corps fit un "face palm" automatique. Mahiru, se demanda si elle y était pour quelque chose.

Je la rassurais en lui disant simplement que j'étais fatigué et qu'un peu d'air marin me ferait du bien.

Direction le port. Objectif: Quatrième face palm! La réaction de Mahiru quand elle vit la mer, provoqua un tollé général parmi mes neurones. Certains étaient prêts à quitter mon crâne pour ne plus avoir à subir cette situation illogique.

C'est la première fois que tu vois la mer n'est-ce pas? dis-je du ton inquisiteur.

Bien sur, elle ne savait pas non plus ce qu'était un ballon... J'allais devenir fou...

Non! Je m'y refuse! Si c'est un défi! Alors, soit! Je découvrirais d'où tu viens!

Surement peu inspiré par mon cours monologue, le poing en l'air et le cœur rempli de conviction... Mahiru semblait quelque peu inquiète.


-Bon, écoute, tu sembles venir de nulle part...Et tu te souviens de rien, si ce n'est que ton père t'a flanqué dehors...


Amnésie...ça j'y crois pas trop...Mais soit c'est une bonne comédienne, soit elle est réellement perdue.


J'ai des choses à faire, et le monde attends d'être exploré! Tu peux rester ici si tu en a envie. Mais j'ai aussi le devoir de m'occuper de toi comme l'a dit Brock...

Surement la deuxième pire idée de la semaine mais bon au point où nous en sommes, let's go!


Alors si tu le souhaites, tu peux venir, mais t'attends pas à ce que se soit aussi calme que chez Brock et Annabelle...Etre pirate c'est pas de tout repos!


Cette fille étrange sortie de nulle part sentait les ennuis à plein nez. Mais impossible de résisté à une énigme. Il y a bien une île sur North Blue où l'on trouvera quelqu'un pour nous en dire plus sur elle. Simplement ne pas me faire égorger durant mon sommeil...se serait chez payer pour de la curiosité, et l'envie d'aider,non?

Revenir en haut Aller en bas
Banba Mahiru

avatar

Messages : 83
Date d'inscription : 23/06/2014

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
6/1000  (6/1000)
Expérience:
264/400  (264/400)

MessageSujet: Re: Une fin signifie seulement un nouveau départ...[Mahiru et Dan]   Dim 20 Juil - 19:25

Mahiru ne s’ennuyait pas, ou plutôt, elle avait l’habitude de ne rien faire. Elle avait passé près de 10 ans en observations et 1ans séquestrée dans le même but et bien qu’elle ne souvienne pas de tout cela, ne rien faire quelques heures, quelques jours, quelques semaines lui paraissait normal après tout ce temps. Et puis, on ne lui avait rien ordonné, elle n’allait donc rien faire, rien du tout.
Contrairement aux personnes normales, elle gardait ses bras le long de son corps, il aurait été normal de les croiser ou d’avoir d’autres gestuelles quelconque, mais elle ne faisait rien d’autre hormis respirer, cligner des yeux et tenir le marteau, mais elle regardait attentivement les mouvements de l’homme travaillant devant ses yeux.

Une fois son travail terminé, elle le suivi, ils sortirent, et marchèrent un bout de temps dans des rues qu’elle ne connaissait pas. Elle n’avait pas lâchée la masse, il y avait diverses raison : on ne lui avait pas dit d’y laisser, alors elle gardait ce marteau qui était en quelque sorte le dernier souvenir de son père avec elle, ce même si l’objet était très lourd, elle l’emporta avec elle. Dan quant à lui, continuait d’avoir une gestuelle un peu étrange, se claquant encore le visage de la paume de sa main, Mahiru se demandait si elle avait encore fait quelque chose de mal.


-tu ne vas pas trébucher où te perdre si tu me lâches deux minutes. Suis-moi, sans détacher ton regard de ma personne, bouges tes gambettes et tu verras que c'est pareil.


Mahiru l’écouta et continua de le suivre sans le tenir.

Mahiru gardait, comme il lui avait ordonné, l’homme en vue, remarquant que celui-ci était quelque peu agité, comme s’il recherchait quelqu’un. Après peu de temps, Dan se remis son visage dans la paume de sa main, mais rassura directement la jeune fille que ce n’était pas de sa faute.

Une fois arrivé au port, Mahiru vit pour la première fois l’océan, elle qui avait passé 13 ans en laboratoire, qui lors du déplacement  fut enfermé dans une boite insonorisée, puis vécu avec une des scientifique qui avait accepté de la recueillir, dans une ville ou le seul trajet qu’elle fit était l’aller-retour à l’école, puis fut enlevée, bien entendu pour qu’elle ne sache pas ou elle serait emmenée, ses yeux furent bandés et ses oreilles bouchées. Ce fut donc la première fois qu’elle voyait l’infiniment grande étendue d’eau.

Ses yeux humides, étaient éblouis par la vue, mais ce fut interrompu par un claquement provenant de Dan. Ce dernier s’était encore une fois planté le visage dans sa main et lui demanda si c’était la première fois qu’elle voyait la mer, elle hocha la tête en guise de réponse, puis continua l’interrogation d’une demande un peu plus étrange, lui demandant si elle savait ce qu’était un ballon, la réponse fut cette fois-ci négative. Après diverses paroles du jeune homme dont une proposition de rester avec Brock et Annabelle et une autre de rester avec lui, Shinya pris la place de Mahiru, mais feignit être celle-ci.


-Pirate ? Demanda-t-elle afin de confirmer les paroles de Dan.

-Oui, pirate. Répondit-il d’un ton interrogateur, non sur de la question qu’elle lui posa.
Ainsi, Shinya arrêta sa comédie, releva le visage, prenant une expression et un sourire malsain.

-Tu veux dire, comme ceux qui sont dit être des ennemis des marines c’est ça ?

Etre ennemie des marines semblait être la situation idéale pour Shinya, elle leurs en voulait pour toutes ces choses qu’ils avaient fait subir à Mahiru et à elle-même.

-Oui, c’est exactement ça.

-Alors euh… Comment tu t’appelais déjà ?

-T’as encore perdu la mémoire ? Après une courte réflexion, il reprit. Dan.

-Ok Dan, je me souviens pas très bien des noms, je m’en… Ugh.

A ce moment-là, Shinya courut au bord d’un ponton pour vomir, la raison était simple, elle avait vécu bien trop longtemps sans manger normalement, son estomac mis tint un moment, mais le choc et la difficulté à digérer la força à régurgiter les tartines qu’elle avait mangé le matin même. Elle s’essuya la bouche du revers de sa main, se déplaça, puis se lava la main, puis relava la bouche avec l’eau de mer qui n’était pas atteinte, puis riposta d’un sourire satisfait, l’eau de mer était effectivement salée.

Elle se releva observant le visage de Dan qui était venu près d’elle lui demandant :


-Qu’est-ce qui ne va pas ?

-Rien, c’est juste que j’ai pas manger de nourriture solide depuis je ne sais combien de temps. Sinon, ton histoire de pirate me plait bien, je fais comment pour en être ? Reprenant son expression malsaine, qui est l’expression habituelle de Shinya.

-Si tu as le courage, simple formalité. Il reprit. Embarque avec moi.

-Ok, j’en suis.

Il s’arrêta et demanda.

-Pourquoi une fille d'apparence fragile, qui ne me connait que depuis quelques heures me suivrait pour commettre un crime... être pirate!

Shinya ne comprenait pas, il lui avait dit qu’elle n’avait pas besoin de grand-chose pour devenir pirate, elle arrêta de sourire lui répondant d’un air blazé :

-Et pourquoi pas ?

-Parceque c'est logique de refuser.

Shinya n’aimant pas se casser la tête demanda d’être éclaircie.

-Refuser quoi ?

-De refuser de s'embarquer dans une aventure pareille, soit tu es folle, soit tu à quelque chose à cacher...

-Ah ! Tu veux dire, comme cacher le passé de Mahiru ?

-Le passé de Mahiru? Maintenant tu parles de toi à la troisième personne.

Il se mit à rire, puis se claqua une fois de plus le visage dans sa main, puis s’arrêta de rire.

-Dit m'en plus sur...Mahiru.

-Rah, tu sais quoi on fera comme ça, tu demanderas à Mahiru ce qu’elle sait sur Shinya, je vais juste te dire qu’en gros, sur 15 ans de vie on a vécu qu’1 ans en dehors d’un labo ou un truc du genre à cause des marines. Il resta silencieux, elle reprit son sourire et rétorqua. Bah j’ai oublié de le dire, mais moi, c’est Shinya, Banba Shinya, merci de t’être occupé de Mahiru, mais si tu l’abandonne je te le ferai payer, Dan.

-T’inquiète pas, je m’en occuperai… Bien. Dis m’en plus sur ce qu’il s’est passé aux laboratoires.

Shinya aurait été du genre à ne pas différencier une injection d'un prise de sang, ceci était en partie à cause de son manque d'intérêt pour ça, mais aussi car elle n'aimait pas cela.

-Euh… Déjà, il y fait froid et c’est très lumineux, ensuite, bah… en gros genre des centaines ? Non des milliers de piqures ?… Ah! Et beaucoup d’observations, genre de partout… C’est suffisant ?

Un grand claquement du visage dans la main fut sa seule réponse.

-Ça veut dire oui ?

Revenir en haut Aller en bas
Roséo.D Dan

avatar

Messages : 156
Date d'inscription : 12/03/2013

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
11/1000  (11/1000)
Expérience:
252/400  (252/400)

MessageSujet: Re: Une fin signifie seulement un nouveau départ...[Mahiru et Dan]   Dim 27 Juil - 16:41

Visiblement j'aurais du mieux suivre les cours de psychologie. Parce que visiblement j'en aurais eu besoin avec elle. Mahiru ou plutôt Shinya semblait abriter plusieurs personnalité. En même temps avec le show qu'elle vient de me faire difficile de pas s'en rendre compte. L'histoire de laboratoire et des milles et une piqures pourrait en être la cause.

Mais vu la tête de linotte que j'ai en face inutile de la questionner plus, sauf pour perdre du temps avec des réponses aussi précises que " Euh… Déjà, il y fait froid et c’est très lumineux, ensuite, bah… en gros genre des centaines ? Non des milliers de piqures ?… Ah! Et beaucoup d’observations, genre de partout… C’est suffisant ?" .

En repensant à sa réponse, le mouvement vint naturellement. Face Palm!

C'est comme si l'on me demandait comment était Broz et que je répondais "Neige, Neige, Monstre, Feu, Medecin, Repartir".

*Ça veut dire oui ?*

Elle posait sincèrement la question. En  repensant à une leçon de "manière" suivre un inconnu ça ne se fait pas trop, mais elle s'en fiche! Shinya semblait...peu adroite, en se qui concerne les relations avec les autres et les règles de bien séance, ça nous faisait un point commun.


-Non! Mais tu peux venir avec moi.


Son histoire de labo était intéressante. Les marines n'étaient donc pas à leur première expérimentation sur des êtres vivants. Pendant quinze ans ils ont fait des essaies sur cette fille. Lui causant véritablement des...soucis. J'aurais voulu des détails plus précis, mais fallait se rendre à l'évidence les précisions ne semblaient pas être son truc.

J'étais parti en mer pour voir des choses intéressantes. Finalement, aider cette fille n'était pas une mauvaise chose. Mais avant de mettre le nez là dedans...Nous aurons du pain sur la planche.

-Nous partons demain pour Yurikago des Kapers. Là-bas on devrait trouver du monde pour la suite. Cette île est peuplé de pirates, suffit d'en trouver avec un peu de courage et une cervelle bien pleine, ça ne devrait pas être compliquer...


Ma nouvelle équipière semblait...euh, heureuse de la nouvelle. Enfin c'est ce que laissait supposer son étrange sourire carnassier. J’espérais sincèrement que la chose soit aisé, ce serait un gain de temps formidable.

Je pris le temps lors du diner d'expliquer les raisons de notre départ à Brock et Annabelle. Je garantissais à notre famille d'acceuil de prendre soin de Mahiru et de revenir les voir. Après tout on est bien dans cette petite maison. Au risque même d'y rester et de ne jamais reprendre la mer. Mais la curiosité mérite d'être nourrit!

En bon parent qui regardent leurs enfants quitter la maison Brock et Annabelle nous donnèrent des conseils sur les moyens de nous rendre là-bas. Un navire marchand armé jusqu'aux dents s'y rendait, autrement un navire faisant route vers Suijou Deporte pouvait nous rapprocher. Le plus avantageux était la première solution.

Nous préparions quelques affaires, et nous nous mettions en route pour le port le soir même. "Le strict nécessaire" avais-je dit. Et Mahiru respecta en partie la consigne ne ramenant que son lourd marteau...Si elle le trouvait nécessaire, passons. Nous nous hâtions pour rejoindre le port, malgré le poids du joujou de Mahiru, nous arrivâmes avant le départ du navire.


Le capitaine du navire préférant commencer son voyage à la nuit tombé pour arriver au petit matin. Évitant un maximum les attaques malgré l'armement plus que dissuasif de la frégate.

Je négociais notre passage à bord, une bonne partie de ce que j'avais gagner avec le vieux mafieux y passait. Mahiru était agrippé à moi, sa personnalité chétive semblait être revenue. De toute façon j'aurais eu du mal à faire monté à bord Shinya...Mahiru a l'air mille fois inoffensive contrairement à l'autre.

Je laissais Mahiru monté la première, politesse oblige. La longue passerelle nous permettait d'admirer l'énorme coque. Au bout l'on voyait les mats tel trois énormes tours surveillant la montée des marins. Les ombres des matelots dansaient sous les lampes, le navire semblait presque hantée. Je commençais ce qui me semblait être une ascension Une main me retenait. Je me retournais pour revoir un visage familier, Brock. Il me rapportait un colis qu'avait déposer un homme, qui devait être selon la description que Brock en a fait un homme de main.

*Un fruit du démon?!*


Le paquet renfermait, un mot de remerciement, et un fruit du démon, dernière partie de mon paiement. J'attendais de l'argent et on me refilait quoi? Cette chose! J'avais néanmoins la possibilité d'étudier un fruit du démon. Et ça c'était plutôt une bonne nouvelle. Je saluais mon employeur une dernière fois, et je continuais ma route ne laissant sur Micqueot que les grincements des planches sous mes pieds et un foyer dont je retrouverais le chemin en temps et en heure.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une fin signifie seulement un nouveau départ...[Mahiru et Dan]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une fin signifie seulement un nouveau départ...[Mahiru et Dan]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une fin signifie seulement un nouveau départ...[Mahiru et Dan]
» 01. Episode n°1 ; Un nouveau départ
» Petite Ode ○ La chanson du désespoir où la mélodie d'un nouveau départ ?
» Besoin d'un nouveau départ
» Un nouveau départ [Hoheinhem Van]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: All Blues :: North Blue :: Île de Micqueot-
Sauter vers: