PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La voie du recrutement. Vers Lacuna...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Itachi Uchiwa

avatar

Messages : 866
Date d'inscription : 09/02/2013

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
21/1000  (21/1000)
Expérience:
238/400  (238/400)

MessageSujet: La voie du recrutement. Vers Lacuna...   Sam 6 Sep - 17:15

Lentement mais surement... Korutiga s'éloignait de leurs champ de vision, le danger se faisait bien moins présent, et le calme revenait apaiser les corps et les esprits tendus de ces trois mercenaires. Yôko ne tarda pas à montrer sa joie en sautant de partout, comme une folle. Enlaçant d'abord Ulquiorra puis Itachi tant l'expression de sa liesse était immense. Même si le ninja n'était pas très tactile il ne put s’empêcher d'esquisser un sourire. Il y avait à la fois, la satisfaction de la réussite, mais aussi un petit peu de joie communicative.
La jeune femme était une pile électrique. Nageant dans le bonheur, malgré tout le sang qui avait coulé ces dernières heures.
Mais la retombée fut violente. Lorsque soudainement Yôko passa du rire aux larmes, les deux hommes se regardèrent, un peu perplexes voire même perdus. Mais dans un sens, cela n'avait rien d'étonnant. La pauvre femme avait grandit sur cette île, s'y était faite des amis, s'y était entraînée. Et la voici renégate...

- Kamina... vengé... sang... partout... balbutia t'elle entre quelques sanglots. Un état second. Une affreuse transe pleine de désespoir et de tristesse.

Itachi qui avait été plutôt dur avec la jeune femme, ne put s’empêcher de respecter sa détresse. Il savait. Il comprenait parfaitement à quel point il était difficile de déserter son "chez soi" après y avoir abattu ceux qui vous suivaient depuis votre plus tendre jeunesse. Il s'avança vers sa camarade qui était en boule, par terre ruminant et pleurant toutes les larmes de son corps. Il s'accroupit près d'elle et lui posa une main amicale sur le dos. Sans dire mot. Parfois la parole reflétait bien plus de sentiments que les discours. Elle tourna la tête, sans s’arrêter de pleurer. Les yeux trempés de larmes, les joues enflées par le chagrin, les mains tremblantes.

Il se souvint de quelques bribes de cette difficiles aventure. La manière qu'elle avait eu de lui sauter dessus dès son arrivée. Comment il avait douté de cette fille lors de leur rencontre. Le risque qu'il avait pris, en acceptant de travailler avec elle. Leur échec lors du premier assaut. Leur nouveau plan après avoir rencontré Ulquiorra, et l'ultime combat final, où l'apothéose  de la réussite sonnait le glas pour le colonel ennemi.
L'espace d'un instant, elle s'appuya à l'épaule du ninja, comme pour trouver un réconfort nécessaire à ce moment difficile, un appui, l'espace d'un instant, dans ce désespoir ténébreux. Continuant à pleurer, déversant son chagrin sur le déserteur qui lui caressait amicalement l'échine.
Il la comprenait, il l'avait vécu lui aussi. cette terrible sensation de mal être. Se déposséder soi même de ce que l'on aimait, de ce que l'on voulait peut-être garder au fond de soi. C'est pour cette raison, qu'il fut soudain prit d'un empathie particulière pour sa camarade. Une épaule sur laquelle pleurer, ou soutient sur lequel compter.

Une fois la crise passée, Yôko qui sanglotait encore, se retira de l'autre coté du pont, partant regarder la mer, prendre le souffle marin, qui chanterait comme un nouveau départ. Le pirate blanc de son coté intercepta le ninja pour lui dire quelques mots. Maintenant qu'ils s'étaient bien éloignés de l'île, ils expliqua qu'il continuerait à la nage, pour retourner sur Korutiga.

- Tu es bien sur de toi ? demanda le ninja. J'imagine que tu as tes raisons d' y retourner mais nous sommes à plusieurs lieues de l'île maintenant... Et c'est l'état d'affolement général là bas.

- Je le sais bien, mais je ne peux pas faire autrement.

L'homme aux Sharingans n'allait pas insister outre mesure. Le pirate devait avoir ses raisons, il n'était pas utile de les contester. Il n'oublia pas de le remercier pour son aide précieuse, tout en le mettant en garde contre les flots tumultueux de la mer qui s'agitait peu à peu. Il ne manqua pas de dire au revoir à Yôko, avant de prendre un grand bol d'air et de plonger avec grâce dans la mer noircie par la nuit.
De leur coté, la route vers Lacuna commençait...


Revenir en haut Aller en bas
Ulquiorra Schieffer

avatar

Messages : 131
Date d'inscription : 01/04/2013
Age : 22
Localisation : Sur la glaciale North Blue
Humeur : Exécrable le matin et fracassante le soir !

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
8/1000  (8/1000)
Expérience:
344/400  (344/400)

MessageSujet: Re: La voie du recrutement. Vers Lacuna...   Dim 7 Sep - 10:49

Le navire d'Itachi s'éloignait de l'île. Je pouvais maintenant l'apercevoir avec du recul. Notre expédition n'avait pas été sans dégâts : la base de la Marine et la mairie avaient été particulièrement touchés. Mais nous, nous nous en étions sortis. Voguant à présent sur les flots tranquilles, nous nous trouvions hors de danger. Même si, évidemment, nous en avions gardé des plaies dont la douleur ne paraissait pas vouloir disparaître de sitôt. Pour l'une de nous trois, cette souffrance était exacerbée. Car au-dessus des blessures visibles se trouvaient les blessures invisibles, ancrées dans la chair, dont la gravité était incomparable.
Alors que je me retournais, Yôko apparut dans mon champ de vision. Elle se trouvait au sol, écrasée par un poids insoutenable. Son corps était parsemé de tremblements, ses yeux emplis de larmes. Le ninja était accroupi à ses côtés, muet. Ni lui ni moi n'avions les mots pour consoler la jeune femme. Dans cette situation, les mots étaient-ils seulement utiles ? La façon dont son comportement s'était soudainement inversé, passant d'une joie éclatante à une tristesse profonde, était indescriptible. Une page s'était tournée pour elle, une page portant le sang de ses compagnons passés. Je repensai alors à la manière dont je l'avais laissée tuer Régis. Elle venait déjà d'administrer le coup de grâce à Ganmen, il était évident qu'elle n'avait pas besoin de se salir davantage les mains. Si j'avais simplement neutralisé le CRP, j'aurais pu l'en préserver. Mais j'avais eu peur. Peur de cette responsabilité. J'avais préféré lui laisser la charge de la décision, pour fuir la culpabilité. Je me sentis alors cruel, lâche et égoïste, et ce goût amer envahit ma bouche. Détournant les yeux de la sniper, je m'avançai vers Itachi.

- Je dois vous quitter ici. Je vais retourner sur Korutiga à la nage.
- Tu es bien sûr de toi ? J'imagine que tu as tes raisons d'y retourner mais nous sommes à plusieurs lieues de l'île maintenant... Et c'est l'état d'affolement général là bas.
- Je le sais bien, mais je ne peux pas faire autrement.

C'était ma conscience qui m'obligeait à partir. Il n'y avait rien que je puisse faire pour aider Yôko, et je ne parvenais pas à m'empêcher de croire que sa peine était en partie ma faute. Peut-être valait-il mieux que je m'en aille. De plus, elle était à la base une Marine, et le ninja un révolutionnaire. Nos intérêts avaient certes convergé sur cette mission précise, mais ils ne pouvaient que finir par se confronter si nous restions ensemble. Enfin, un dernier détail me poussait à revenir sur Korutiga. Au moment où nous étions en train de quitter les lieux, mon attention avait été attirée par une maison en particulier. Les lumières y étaient allumées malgré la nuit qui se trouvait à son point culminant, et il en avait même émané une voix qui m'était familière. Cela m'avait interpellé, et je mourrais d'envie d'en avoir le cœur net. Pour toutes ces raisons, je préférais revenir sur l'île, puis continuer mon périple seul.

Il me fallait donc dire au revoir à mes compagnons de fortune. Eux qui m'avaient accordé leur confiance lors d'un moment de crise, eux qui m'avaient accepté parmi leurs alliés. Au final, nous avions formé une équipe soudée. Seule ma honteuse couardise en noircissait le tableau.
Yôko, qui s'était légèrement redressée, avait compris que j'étais sur le point de partir. Je me positionnai à genoux pour me retrouver à sa hauteur, et l'observai. Ses pupilles étaient encore embuées, cependant elle affichait un mince sourire de reconnaissance. Pour être franc, je n'avais rien à dire, et je ne savais pas que faire. La vision de la jeune femme qui m'avait enlacé juste après la victoire contre Régis me revint à l'esprit. J'étais resté de marbre, du moins à l'extérieur. Car à l'intérieur, ce geste spontané m'avait profondément touché, tout comme il m'avait surpris. Je n'étais pas habitué au contact humain, et il était encore trop nouveau pour que je sache quoi en penser. Néanmoins, il apparaissait qu'il poursuivait le but de réconforter. Alors, j'écartai les bras et les refermai autour des épaules de la sniper. Le câlin dura quelques secondes, puis je lâchai prise et me relevai. Je me tournai vers Itachi, qui cligna des yeux. Son expression semblait dire ''tu vas pas me prendre dans tes bras, toi aussi ??''. Aucun de nous deux n'était véritablement friand de démonstrations d'attention, c'est pourquoi je me contentai d'un échange de regard. Un échange où chacun lut à la fois le respect et la gratitude de l'autre.
Finalement, je plongeai dans l'eau fraîche. Le son résonna et se perdit dans les ténèbres nocturnes. Je me mis à nager vers le rivage que nous venions de quitter, glissant à la surface de la mer. Mes yeux ne regardèrent pas en arrière, mais mes pensées s'y attardèrent quelques instants.

- Itachi, Yôko... Si le destin nous mène à nous croiser à nouveau, nos divergences de faction nous conduiront certainement à nous combattre... Toutefois, j'espère être à même de gérer la situation pour pouvoir garder la tête haute jusqu'au bout.


En ce qui concerne Ulquiorra, la suite se passe par ici : L'honneur d'un peuple déchiré, une revanche qui mène à des révélations !



Dernière édition par Ulquiorra Schieffer le Mer 17 Sep - 12:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Yôko Littner

avatar

Messages : 105
Date d'inscription : 07/03/2014
Age : 24
Localisation : South Blue Baterilla/ South Blue en mer
Humeur : Blagueuse

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
5/1000  (5/1000)
Expérience:
38/400  (38/400)

MessageSujet: Re: La voie du recrutement. Vers Lacuna...   Lun 8 Sep - 15:18

Yôko reprenait peu à peu contenance. Elle avait apprécié le soutien discret mais réconfortant d'Itachi, elle avait senti son cœur se gonfler d'amitié pour lui, une douce chaleur apaisante l'avait envahie alors qu'elle s'était laissé sangloter sur son épaule. Seule à l'arrière du navire, la sniper essuyait ses larmes du dos de sa main, n'en comprenant pas vraiment la raison. La sulfureuse rouquine était toujours d'une bonne humeur à toute épreuve, le chagrin qui l'avait assailli à la mort de Kamina avait été ses premières larmes depuis bien longtemps. Et voilà qu'elle s'écroulait littéralement sous les yeux de ses coéquipiers.

Assise par terre, le dos appuyée contre le bastingage, la jeune femme se redressa en entendant des bruits de pas. Ulquiorra … il avait toutes ses affaires avec lui. Un mince sourire aux lèvres, Yôko compris que leur équipe improbable, et pourtant si efficace, se séparait dès maintenant. Le pirate s'approcha d'elle et resta ainsi quelques instants à la contempler. Finalement, l'homme qui lui avait paru si froid et asociale la prit dans ses bras quelques courts instants avant de se détacher d'elle. Le geste était maladroit mais témoignait d'une véritable volonté de rendre la pareille à la jeune femme qui le comprit facilement. Faiblement, en témoignage de sa reconnaissance et de son amitié qu'elle lui offrait en toute confiance, Yôko lui chuchota qu'il pouvait la demander via le journal s'il avait besoin d'elle. La jeune femme viendrait, peu lui importait l'endroit, si Ulquiorra avait besoin d'elle, elle serait là.

Le pirate peu causant échangea un dernier regard à Itachi et plongea dans les ondes glacées pour rejoindre la terre natale de la traitresse. Yôko se tourna vers le ninja et ils restèrent ainsi quelques minutes à se faire face sans dire mot. Qu'y avait-il à dire ? Le révolutionnaire l'avait suivi dans une entreprise dangereuse avec un plan bancal où il aurait pu perdre la vie par la faute de la jeune femme, il lui avait accordé foi et confiance, ne la jugeant pas sur son apparence et son comportement frivole à la différence du corps des Marines qui l'avait toujours considérée comme une sotte.

Yôko inspira profondément, se releva et se força à sourire. Toujours sourire. Parce que c'était sa véritable nature, pour Kamina. Une fois le premier sourire amorcé, le reste viendrait tout seul. C'était un peu sa philosophie, sa façon de voir les choses. La vie ne pouvait qu'aller bien du moment qu'on savait lui sourire.

– Alors cher partenaire, où allons-nous ? Ai-je gagné l'honneur et le privilège de rejoindre les rangs révolutionnaires ? Je ne pense pas avoir un avenir brillant ailleurs après ce qu'on vient de faire.

La blague de la jeune femme tomba à plat. Elle savait qu'elle allait porter la responsabilité des meurtres là-bas. D'au moins trois. Pierre avait dû signaler qu'elle avait tué Misty. Quant à ce dernier et à Ganmen, n'importe qui pouvait voir que les coups mortels provenaient d'une arme à feu de gros calibre. Itachi la sortit de ses sombres pensées qui tiraient de nouveau son moral au plus bas en lui répondant.

— Tu m'as prouvé ton honnêteté et que tu pourrais nous être utile. Cependant, là où nous allons, ce ne sera pas à moi d'en décider. Prépare toi à devoir persuader quelqu'un d'autrement plus difficile que moi, prévint-il posément pour ne pas faire de fausses joies à la jeune femme.

— Yatta ! Merci ! Je serais une révolutionnaire qui ne te fera pas honte. Tu vas voir, je serais exemplaire à ma manière, j'obéirais aux ordres et je … je … je me battrais surtout pour mon idéal : la justice.

Yôko avait de nouveau un sourire éclatant et empreint d'une joie réelle. La future révolutionnaire avait chassé les ombres sanglantes du passé pour se tourner vers le futur qui se dessinait devant elle.

Les jours de navigation qui suivirent furent calmes du moins, d'un point de vue météorologique. Yôko avait retrouvé son excitation première et sa trépidante manie de jacasser tout le temps. Elle avait noyé le révolutionnaire taciturne sous les questions ou les dialogues joyeux auquel il répondait que rarement, concentré qu'il était de les mener à bon port.

– Il y a beaucoup de monde là bas ? Qui dirige la structure où nous allons ? Cette personne est-elle sympa ? Souriante ? Cool ? Blagueuse ? J'espère qu'elle ne sera pas sinistre et vieille. C'est d'un chiant les gens qui ne savent pas sourire à la vie. Hé hé hé, au pire, je saurais apporter la joie et la bonne humeur chez les révolutionnaires et tout le monde s'enverra des blagues à fond les ballons. Tu as des amis là bas, Itachi ? Tu as l'air d'être tout de même vachement solitaire mais tu sais moi je compte pas te laisser dans ton coin. Non, non, non très cher, maintenant que tu comptes pour moi, t'es foutu, tu m'auras sur le dos jusqu'à ma mort. Et vu que je compte pas tourner l'arme à gauche rapidement, tu vas devoir t'y faire dès maintenant.


La jeune femme tenait des discours de cette verve là toute la sainte journée. Au début Itachi répondait, même si de manière évasive, rétorquant qu'elle verrait sur place, qu'il n'était pas en mesure d'en parler tant qu'elle n'était pas officiellement dans leur rang. Mais quand elle déviait ainsi sur lui, il soupirait et hochait que distraitement et sans doute poliment la tête.

Au bout du troisième jour, Yôko, déterminée à lui en faire dire plus, s'apprêta à recommencer son manège mais fut stoppée direct par Itachi.

– Tu verras par toi-même, nous arrivons, dit-il en désignant une île au loin.

Yôko frappa d'excitation dans ses mains et sortit de sa poche le papier qu'elle avait volé à Korutiga, caressant avec un sourire gigantesque aux lèvres, une photo qu'elle cacha lorsqu'Itachi fit mine d'y jeter un coup d'oeil.

– C'est personnel, justifia-t-elle en le rangeant de nouveau dans son short puis elle se mit à la proue du bateau et hurla à plein poumon : Votre nouvelle sniper arrive !
Revenir en haut Aller en bas
http://www.la-gazette-fantastique.blogspot.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La voie du recrutement. Vers Lacuna...   

Revenir en haut Aller en bas
 
La voie du recrutement. Vers Lacuna...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Comment arrêter l'exode vers P.A.P
» Voie de la Navigation
» Expédition vers le Harad.
» Vidéotron offre les appels interurbains gratuits vers Haïti

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: All Blues :: North Blue :: En Mer-
Sauter vers: