PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Quand on cherche une pomme, on a des pépins!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tokaku Azuma

avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 26/06/2014
Age : 19
Localisation : Caen
Humeur : Je-m'en-foutiste

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
1/1000  (1/1000)
Expérience:
357/400  (357/400)

MessageSujet: Quand on cherche une pomme, on a des pépins!   Sam 1 Nov - 22:38

North Blue - Côtes de Luvneel - 11h15

Bon, c'est pas tout ça, mais j'ai beau fouiller ce maudit rafiot de fond en combles, il n'y a rien d'intéressant. Bah, tant pis, du moment que je peux naviguer et crier comme dans Titanic "Je suis le roi (ou plutôt la reine) du monde", je me fiche totalement du reste.

Je m'étire après une bonne heure de recherche dans le bateau, recherches infructueuses. J'aurais peut-être dû emmener deux ou trois poissons crus. Au moins, malgré leur goût totalement dégoûtant, ils m'auraient tenus le ventre. M'enfin, tant pis, ce qui est fait est fait. Je m'assois sur le pont du bateau, en tailleur, le coude posé sur mon genou et ma tête dans mon poing. Une totale blasée de la vie.

Je soupire. C'est pas tout mais, faut vite que je trouve une île pour accoster, la terre ferme me manque. Bon, la terre ferme sans des types armés jusqu'au cou me manque. Oui, faut faire la nuance, parce que, bon, on sait jamais. J’aime pas la Marine et ces vieux croûtons du gouvernement mondial. J’aime pas le fait que tous les équipages connus soient déjà tous dans le Nouveau Monde. J’aime pas le fait de ne pas pouvoir le revoir après qu’il soit parti. Il aimait bien me taquiner, et d’ailleurs, je crois que c’est l’une des seules personnes autorisées à le faire. M’enfin, même si je lui interdisais, il s’en fichait comme de sa première chaussette et ne se privait pas pour pouvoir me faire chier comme bon lui semblait.

- Bah, faut voir les choses en face, une fois qu’il a été embarqué là-dedans, soit tu le revois vivant mais traumatisé, soit tu ne le revois jamais.

A cette pensée, je frissonne. Non, je le reverrai bien un jour. Mais bon, pour l’instant, laissons-le faire ses petites affaires. Après tout, s’il m’a lâché en pleine nature, c’est bien parce qu’il me jugeait assez grande et assez mature pour pouvoir me débrouiller seule dans ce vaste monde. Et même si les pirates n’ont pas forcément une réputation, se faire élever par l’un des leurs permet de comprendre beaucoup de choses.

« Par-delà les limites du monde se trouve quelque chose de précieux. Quelque chose que tout le monde recherche. Ce quelque chose, beaucoup croient le trouver. Mais, il suffit d’une fissure pour tout chambouler. »

Ces paroles me sont restées gravées à jamais dans ma mémoire. Elles sont devenues un objectif à atteindre. Il faut que je trouve ce quelque chose. Faire partie de ceux qui en font la recherche. Et le retrouver. Lui hurler dessus et lui montrer que malgré tout ce qu’il m’a fait, il compte énormément pour moi.

Je soupire. Faudrait pas trop se relâcher non plus, je veux bien naviguer mais au bout d’un moment, ça lasse. Mais vraiment. M’étirant en me dirigeant vers l’avant du navire, je regarde à l’horizon. Tiens… Mais. MAIS !

-Yes, terre en vue ! Je vais enfin pouvoir me reposer. Rester sur le qui-vive durant mon voyage m’a bien crevé, et je vais enfin pouvoir avoir des informations sur celui que je recherche. En espérant qu’il y en ait.

A cette pensée je me rembrunis mais secoue vivement la tête. Il ne fallait pas penser aux mauvaises choses. Je mettais le cap sur cette île, apparemment habitée. Heureusement que je ne suis pas encore très dangereuse aux yeux de la Marine et du gouvernement mondial… Quoique, après ma fuite de leur base la dernière fois, je pense qu’ils ont dû se faire passer le mot.

Qu’importe, je suis prête à payer le prix pour le retrouver. Je n’avais obtenu aucune information à la base Marine de Jaya, j’espère au moins qu’ici, j’en trouverais.

Revenir en haut Aller en bas
Tokaku Azuma

avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 26/06/2014
Age : 19
Localisation : Caen
Humeur : Je-m'en-foutiste

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
1/1000  (1/1000)
Expérience:
357/400  (357/400)

MessageSujet: Re: Quand on cherche une pomme, on a des pépins!   Sam 8 Nov - 14:05

Royaume de Luvneel - 12h35

Arrivée au port, j’amarre mon bateau et ne reste pas dans les parages. Dès mon arrivée, les habitants sont intrigués par mes cheveux bleus.

Note personnelle : Se teindre les cheveux à la première occasion pour éviter d’attirer l’attention.

Je me renseigne auprès d’un homme pour trouver un restaurant. Parce que j’ai un peu faim, en fait. Donc, ce serait sympa si je pouvais me remplir la panse, m’voyez ?
Apparemment, les habitants du coin semblent vivre des pêches et du commerce maritime extérieur… Une île assez calme en somme. Pas mal, ici, je ne me créerais pas des ennuis… Je crois. Manquerait plus qu’il soit connu ici. J’étouffe un petit rire. En attendant, je devrais me mettre en quête d’informations.

Je parcours deux-trois ruelles et arrive au restaurant que l’homme m’avait désigné. Le gérant de l’établissement, un homme de forte stature me regarde.

- Je cherche quelqu’un, déclarai-je. On m’a dit que je pouvais obtenir des informations ici.
- Ma petite dame, répliqua-t-il, ici, rien n’est gratuit, consommez et nous pourrons peut-être nous entendre.

Je grogne. Il faut ce qu’il faut, malheureusement, je n’ai pas de quoi payer sur moi. Commencer une enquête en s’attirant les foudres d’un gérant de restaurant n’était pas la meilleure façon de retrouver une personne. Ladite personne qui va se foutre de moi en apprenant mes mésaventures. Je pense qu’il n’a pas pu changer depuis. Bon je ne veux pas plomber l’ambiance, mais faudrait vraiment que j’arrête de me fourrer dans des merdiers pareils, moi.

- Excusez, mais je n’ai pas d’argent sur moi, je ne peux pas payer si je commande. Pouvons-nous en rester là, pour notre conversation ? Je reviendrais quand j’aurais de quoi payer. Allez, sans rancune, je ne vous ai rien volé, et vous ne m’avez rien volé, nous sommes quittes.

Sauf que certains clients, des habitués apparemment, ne sont pas enclins à me laisser partir. Ne me dites pas, par pitié, que je vais devoir affronter au corps à corps tout un restaurant ?! Non mais c’est une blague, j’espère !  Parce que, là, je viens d’arriver sur une île. J’ai pas envie de m’attirer de gros ennuis, surtout si la Marine passe par là, elle me chope et hop là, plus de Tokaku !

Aie, aie, je ne veux pas finir comme ça, moi ! Bon, on va se barrer tranquilleme… Ok, ils veulent vraiment pas. Bon, bah on va forcer un peu le passage.

-Eh les gars, j’ai rien fait, arrêtez de me regarder comme un poisson à la merci d’un requin. Vous avez jamais vu des gens avec des cheveux bleu sur cette île ou je fais sensation et j’instaure une nouvelle mode ? ironisai-je.

Reprenant rapidement mon sérieux et surtout, voyant que ma blague n’avait pas fait d’effets sur eux, je cours comme une dératée hors du restaurant, et fuis la ville le plus vite possible… Avec beaucoup de gens mécontents à mes trousses.

Argh. Génial. Comme si j’avais besoin de ça. Mais on aurait pas pu me prévenir que tout se payait ici ? J’aurais jamais dû venir ici. Et puis, j’ai toujours faim. J’aurais dû prendre les poissons crus dans mon ancienne embarcation, je le savais ! Même s’ils sont dégueulasses, j’aurais sûrement trouvé de quoi les faire cuire ici. Tokaku, t’es vraiment qu’une quiche !

Merde, fallait pas parler de nourriture, maintenant j’ai encore plus faim qu’avant ! Non mais j’vous jure, qu’est-ce que je donnerais pas pour un petit morceau de pain avec un petit morceau de viande et un peu d’eau.

En tout cas, ici ils ne sont pas commodes. Apparemment, l’adage « aider son prochain », ils ne connaissent pas. Je cherche quelqu’un, il me faut juste des renseignements et à manger. La charité ils connaissent pas non plus.  Dommage, je vais sûrement devoir piller cette île des ressources dont ils disposent. Tant pis, ils l’ont bien cherché.

Enfin, quand j’aurais fini de semer ces abrutis. Je commence vraiment à croire que mes cheveux sont beaucoup trop singulier pour être passe-partout.

Bon, si je reste en vie, je ferais profil bas, dans un premier temps, et ensuite je prendrais ce dont j’ai besoin. En passant près d’un étal de pommes, j’en vole une à l’arrachée et continue de courir, avec les fous furieux du restaurant et le marchand à mes trousses.

Y’a pas quelqu’un de gentil qui peut m’aider, là ? Parce que sinon, je vais encore avoir des problèmes… Surtout s’ils appellent la Marine.

Je peux espérer être vivante ? Oui, je peux ? Ah bon. Merci bien.  J’aimerais bien que ces abrutis cessent de me pourchasser à travers la ville alors que je n’ai rien fait.

Ils commencent sérieusement à m’énerver, ceux-là. Faut que je leur règle leur compte. A tous. Je sors mes couteaux. La fête peut commencer.

Revenir en haut Aller en bas
Tokaku Azuma

avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 26/06/2014
Age : 19
Localisation : Caen
Humeur : Je-m'en-foutiste

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
1/1000  (1/1000)
Expérience:
357/400  (357/400)

MessageSujet: Re: Quand on cherche une pomme, on a des pépins!   Sam 15 Nov - 16:32

Royaume de Luvneel – 12h40

Clairement, je me fais toujours pourchasser. Toujours. Même sans raison valable. Si encore j’avais détruit la base de la Marine et que ces derniers voulaient se venger, d’accord, là j’aurais compris la raison de cette course poursuite. Mais là, c’est totalement différent.

Heureusement que j’ai mes précieux couteaux, sans qui je serais morte un bon nombre de fois… Bon, les adultes me diraient « Les enfants, on ne joue pas avec les couteaux ! » et moi j’aurais répondu « Quand c’est une question de survie, tu apprends à faire joujou avec des lames bien aiguisées.» Pratique pour tuer des bestioles ou couper des branches quand tu dois faire un feu de camp. Bon, c’est moins cool quand tu te blesses, d’accord. Cela dit, c’est un bon moyen de défense.

Qui a dit qu’on avait pas le droit de couper un membre à son assaillant, lorsqu’on essayait d’y échapper ?... Non, c’est pas possible ? Roh. Pas drôle.

La pomme dans la bouche (oui parce que j’avais quand même bien faim, il a bien fallu que je croque dans la chair ferme et juteuse de la pomme.) je continue à échapper à mes poursuivants. Bon, j’essaie de ne pas m’étouffer accessoirement, mais dans l’état actuel des choses, j’avoue que ma situation aurait pu être pire.

Mais je n’ai toujours pas eu d’informations sur lui. Ça m’embête. Je n’aime pas tellement partir sans avoir d’indications précises. Perdue dans mes pensées, j’esquive de justesse le jeune homme qui se baladait dans la rue, le bousculant au passage. Je l’entends râler après moi, mais se taire lorsqu’il voit la horde de gens qui me poursuivent. A mon avis, il ne doit pas se faire beaucoup de souci pour moi. Comme si la vie d’une étrangère pouvait lui être chère.

Ma pomme ingurgitée, j’arrête ma course et reprends mon souffle en marchant calmement. Courir, c’est bien gentil, mais je ne suis pas super endurante non plus, j’ai mes limites.

- Ah la voilà, hurlèrent les gigolos à ma poursuite, attrapez-la !

Je me retourne, couteau à la main.

- Dites, vous n’en avez pas marre de me poursuivre ? Sérieusement, j’ai juste demandé un renseignement, c’est pas la mort ! Je n’ai pas de quoi payer alors le gérant ne m’a pas donné l’information, on est quittes, non ?

- T’as fait perdre son temps au patron ! Il perd de l’argent à cause de toi !

Comme si c’était ma faute…

- C’est une manie chez vous de vouloir vous faire botter les fesses ou on peut éviter l’humiliation publique de tout un groupe d’alcooliques ? répliquai-je froidement, non parce que si on peut éviter, croyez-moi, ça m’arrangerait, j’ai pas envie que mes couteaux deviennent rouillés à cause de votre sang puant.

Les poursuivants voient rouge (bizarrement, vu comment ils picolent, ça ne m’étonne guère) et se ruent sur moi. Bon en fait, leur démarche était assez rapide malgré l’ingurgitation d’alcool… Et d’alcool fort dont l’odeur me fait tourner la tête. Si je ne réagis pas rapidement, je vais me faire aplatir comme une crêpe. Ces gros balourds pèsent leur poids, à mon avis. A mon plus grand désespoir. Dans un geste empreint sûrement de ma dernière once d’espoir, je jette mon trognon de pomme par terre.
.
.
.
.
.
.

Pas possible ! Deux bedeaux ont glissés sur le trognon et sont tombés à la renverse. Bien, deux ennemis en moins, c’est deux ennemis qui n’auront pas à subir de punition expéditive.

Heureusement pour moi, on est pas dans la place publique mais plutôt dans un endroit calme où il n’y a pratiquement personne. Je vais pouvoir me battre sans être gênée. Parfait. Un sourire sadique se forme alors sur mes lèvres. Me chercher des noises alors que je suis innocente n’est pas vraiment le meilleur moyen de m’approcher.

- Ok, vous m’avez vraiment cherchée, là.

Resserrant mon emprise sur mes couteaux je bondis tête baissée sur mes assaillants. J’arrive à envoyer valser un puis deux hommes, les blessant assez sévèrement à divers endroits. Un troisième requiert mon attention, je lui fais donc face. Ce n’est qu’au dernier moment que j’aperçois un quatrième homme qui me désarme et qui immobilise mes bras.

Ainsi prisonnière, je ne peux pas prétendre être en position de force. Le gros balourd qui servait apparemment d’appât ramasse mon couteau et se dirige vers moi, un sourire sadique aux lèvres.

- Dommage, ricane-t-il, mais tu n’aurais jamais dû mettre les pieds ici. Crève !

- Trop lent, répliquai-je pour seule réponse alors qu’il abat mon propre couteau vers moi.

Prenant appui sur les bras de l’autre homme, je saute aussi haut que je peux et, d’un mouvement de hanches bien effectué, parvient à repousser mon assaillant avec mes pieds et à l’envoyer dans des barriques de vin vides. Son acolyte déstabilisé, desserre sa prise un seul instant. J’en profite alors. D’un coup de coude, je parviens à me défaire de son emprise, part récupérer l’un de mes couteaux resté au sol et cours vers le gros lard qui s’était emparé de l’autre.  

Celui-ci commence à reprendre conscience. Je le fais retourner dans les vapes d’une droite bien placée. Je récupère mon précieux allié et m’en retourne au restaurant.

Je n’ai pas eu le cœur de les tuer. Je ne peux pas. Ils ne m’ont pas menacée de mort, alors ils ne méritent pas un tel châtiment. Rangeant mes couteaux, je regarde les corps gisant au sol. Ils sont juste sonnés, je pense. Et puis, même s'ils crevaient, ça sera tant pis pour eux, ils n'avaient qu'à pas se mêler de mes oignons.

Revenir en haut Aller en bas
Tokaku Azuma

avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 26/06/2014
Age : 19
Localisation : Caen
Humeur : Je-m'en-foutiste

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
1/1000  (1/1000)
Expérience:
357/400  (357/400)

MessageSujet: Re: Quand on cherche une pomme, on a des pépins!   Dim 7 Déc - 21:52

North Blue, Royaume de Luvneel, 12h55

Après m’être occupée de ces gogoles, je les dépouille de leur monnaie (autant bien faire les choses) et  je retourne au bar. Bizarrement, le gérant a l’air surpris de me revoir… Enfin, me revoir en vie.

- Vos gugusses font l’amour au sol, si vous les cherchez, répondis-je à sa question muette. Ils devraient pas tarder à revenir, la queue entre les pattes.

Le gérant me jette un regard furieux, que je calme direct en le fusillant du mien.

- Maintenant que vous avez votre réponse, donnez-moi mon information.

-Vous oubliez, mademoiselle, que…  commence-t-il

Je plante mon couteau sur le comptoir du bar. Et le menaçait directement :

-Ecoute, vieux débris, je ne t’aimais pas lorsque je suis venue la première fois dans ton bar, mais alors là, c’est pire que tout. Donne-moi ma réponse et il t’arrivera rien. Contrairement aux autres pirates, je suis une femme de parole.

Soudain, l’une des personnes se lève de table et s’approche de moi :

- Tu es Tokaku Azuma, pas vrai ? demande-t-il

- Ça te pose un problème ? répliquais-je, interrompue dans ma tentative d’avoir des informations.

- Logue Town, dans une semaine. Sois pas en retard, petite, il risquerait d’être fâché.

« Il » ? Qui ça, il ? Je regarde l’étrange individu, qui venait de me lancer ça et réplique :

- Et pourquoi ? Il me veut quoi, le p’tit gars ?

La personne ne me répond pas. Elle se contente juste de me donner des indications puis de quitter le bar.
Et beeen, d’accord, mais tout ça ne me dit pas où se trouve cette ville.

- Vous savez où j’peux trouver une carte marine et un bon navigateur dans le coin ? Non, parce que j’en ai marre de voguer sur les mers toute seule, y’a rien à faire, et surtout personne avec qui le partager.

Le gérant me regarde. Je soupire et dépose sur le comptoir quelques berrys. Il sourit, satisfait :

- En ce qui concerne la carte marine, j’peux pas t’aider, ma petite. Par contre, le navigateur, peut-être que t’en trouveras un sur cette île. Va voir au château, ils pourront peut-être te renseigner plus.

Huum, ok, pourquoi pas ? Après tout, qu’est-ce que j’y perds, moi, au final, excepté du temps ? Rien, en l’occurrence. En espérant que la Marine débarque pas. J’avoue que terminer ma carrière à peine commencée, ce serait bien con, m’voyez ?

Remerciant le gérant, je quitte l’établissement, déambule un peu en ville, histoire de récolter, sait-on jamais, quelques informations précieuses pour la suite de mon aventure. Dans une semaine, je devais atteindre Logue Town. Mais si c’est à l’autre bout de la planète, ben, je serais en retard. Les délais et moi, on est pas copains, je crois.

Un peu plus tard, toujours en ville, ne trouvant rien à faire, je m'étais arrêtée pour contempler l'immensité de la mer.
Soudain, une main me tire en arrière. Instinctivement, je sors mon couteau, me croyant agressée, avant de me rendre compte qu’il s’agissait de l’autre type de tout à l’heure.

-Qu’est-ce qui se passe ?

-Tu viens ? On va à Logue Town. Maintenant.

Sur ce, l’homme tourne les talons (oui, parce que c’est un homme, je viens de m’en rendre compte) sans me demander si j’acceptais ou non de le suivre. Ok, bonne ambiance. Au moins, j’aurais un compagnon de voyage. En espérant qu’il ait d’autres trucs à bouffer que du poisson cru et qu’il soit un tant soit peu ouvert à la conversation, sinon je sens que je vais le regretter.

Respirant un bon coup, ne sachant que faire d’autre sur cette île, et surtout, n’ayant pas obtenu plus d’informations à propos de la personne que je recherche, je décide de suivre cet homme. Peut-être qu’il me mènera à celui que je cherche.

Puis, remarquant que le jeune homme était bien loin devant moi, je me mets à courir pour le rattraper.

- Nous lèverons l’ancre au coucher du soleil, me dit-il d’une voix grave.

-J’peux savoir où tu m’emmènes ?

-Logue Town, se contente-t-il de dire.

-Pour quelles raisons ?

-Je n’ai pas à te répondre, répondit-il, un peu agacé. Va chercher tout ce qu’il te faut, puis reviens.

Je ne savais rien de lui, et pourtant, je sentais qu’il allait m’aider pour retrouver la personne que je recherchais. Je reste sur le bateau, n'ayant rien à aller chercher dans mon ancienne embarcation.

-Abruti, tu ne sais pas dans quoi tu t’embarques.

Il me regarde, et ce fut la seule fois où je pus voir ses yeux. Puis il sourit.

-Non, me répondit-il simplement, je ne sais jamais dans quoi je mets les pieds. La seule chose que je sais, c’est que je les mets.

Il m’apprit qu’il s’appelait Horo. Qu’il bossait pour le type qu’il m’emmenait voir. Et qu’il serait payé pour ça. Ok, en gros, je suis une marchandise à apporter à un gentil monsieur avec pleins de bagues aux doigts, en gros.

Génial, je crois que je vais part…

On a déjà levé l’ancre. Merde. Je vois Horo qui se bidonne en voyant ma réaction. Je lui jette un regard meurtrier. Je sens que je vais regretter de l’avoir suivi. Je vais l’avoir sur le dos pendant un long moment.

-On ne sera jamais à Logue Town dans une semaine, mais dans deux. Tant pis, je ne suis pas payé pour assurer les délais mais pour l’escorte de la personne. Du moment que j’ai mon pognon, je me fiche du reste.

-Merci de m’informer de cette information seulement maintenant, Horo. Je te hais.

Note:
 

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand on cherche une pomme, on a des pépins!   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand on cherche une pomme, on a des pépins!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand on cherche une pomme, on a des pépins!
» Quand on cherche les ennuis, on les trouve ! (pv)
» Quand on cherche , on trouve . Mais pas forcément ce qu'on cherchait . [ avec Nuage d'Espoir ]
» Quand on cherche, on trouve! Mais pas toujours ce qu'on veut...
» Liban : quand on cherche la Kouch on trouve.....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: All Blues :: North Blue :: Royaume de Luvneel-
Sauter vers: