PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Onii... san?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Seiki Hoppô

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 09/11/2014
Humeur : хорошо!

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
3/1000  (3/1000)
Expérience:
207/400  (207/400)

MessageSujet: Onii... san?   Ven 14 Nov - 18:06

Ils venaient de finalement arriver à terre…  Il l’avait finalement remarqué derrière le cheval et avait étrangement décidé de la laisser, ce qui, pour Hoppô, n’était qu’une confirmation de plus que c’était ok pour elle de rester. Une fois le cheval laissé à terre, elle l’observait, toujours derrière ce même cheval, faire des nœuds et autres qu’elle ne comprenait pas afin de pouvoir aller sur l’ile. Cela terminé, il s’approchait d’elle, puis montait sur le cheval et commençait à partir…

Elle décidait de le suivre, marchand rapidement derrière le cheval, ses jambes étaient trop courtes, et ses poids la ralentissaient. Probablement en remarquant le son de ses pas, l’oni accéléra la cadence, forçat Hoppô à courir de plus en plus vite, se rendant rapidement compte… Qu’elle ralentissait la cadence de son camarade. Elle avait donc décidé de sauter doucement sur le cheval, se tenant debout derrière l’oni.

Elle prenait des pause aussi étranges pour nous, qu’amusante pour elle, la vitesse du cheval s’étant stabilisé, elle tenait en équilibre. Il n’accélérait plus, pour qu’elle raison ? Avait-il compris qu’elle était là ? Ou n’entendant plus ses pas, décidé qu’elle avait arrêté de le suivre ?

Le jour était haut dans le ciel, mais il n’était pas encore midi. Hoppô se tenait droite, regardant le soleil à travers des feuilles d’arbres, avant de baisser la tête pour regarder derrière le cheval, ne voyant plus les côtes où  était le bateau, mais voyant toujours la mer. Soudain, le cheval s’arrêta, faisant tomber Hoppô en arrière sur le cavalier, leurs têtes entra en contacte en premier ! Le bruit était assez lourd, et Hoppô, d’abord collant son dos contre le dos de l’autre, tombait au sol à droite du cheval, atterrissant les pieds au sol en premier, déterminée à ne pas tomber sur les fesses, réussissant à rester debout malgré la chute.
Elle mit dans un premier temps ses mains derrière sa tête, frottant l’endroit du choc…


- Encore toi ?!
Dit-il visiblement énerver. Se frottant l’arrière de la tête de sa main gauche avant d’attraper Hoppô par son collier de sa main droite, la soulevant légèrement.

Elle n’avait nullement mal, tel un hamster soulevé par la peau de sa nuque… Ne comprenant pas ce qu’il voulait dire, ni la raison de son énervement, elle pencha sa tête sur le côté, le regardant droit dans les yeux, sans cligner des siens. La soulevant plutôt lentement il s’exclama :


- Putain ! C’est qu’elle est lourde en plus !

Malgré sa taille, ne dépassant le mètre, Hoppô pesait à peu près le double de ce qu’elle devait peser à cause des métaux contenu dans son corps, approximativement 50 Kg ! Ne comprenant toujours pas les actions de l’oni, elle pencha donc la tête de l’autre côté… Tel un métronome.

Mais l’oni était en colère et elle ne comprenait pas pourquoi, réfléchissant comme elle pouvait, elle remit sa tête droite, tendant sa main en direction de cheveux blancs de son interlocuteur… Ne réussissant pas à l’atteindre, elle abandonna et redirigea sa petite main vers le bras de celui-ci, tapotant doucement son bras à l’aide de ses moufles. C’était ce que faisait Kouwan pour calmer la petite lorsqu’elle pleurait ou était nerveuse.

*pat pat*

Voyant cette action étrange, il posait la petite.

- Arrête de me suivre microbe ! Et reste où tu es.

Elle restait donc sur place au moment où l’oni commençait à reprendre sa balade… restant sur place jusqu’à ce qu’il soit suffisamment loin avant de reprendre sa filature. Elle est suffisamment obéissante, mais décidait parfois des choix étranges, comme garder en vue l’oni. Qu’elle suivait donc en se cachant derrière des arbres, courant rapidement. Après tout, il ne faut pas laisser les personnes nerveuses seules et vérifier qu’elles ne font pas d’erreurs… Ce d’après  Chuukan.

Ayant visiblement un doute, il accélérait, jusqu’à galoper, mais Hoppô était capable de courir aussi vite qu’un cheval… Ou plutôt de se déplacer aussi vite. Au bout d’un moment de "course poursuite", il s’arrêta et elle s’arrêta derrière un arbre, gardant la grande distance qui les séparait, ne laissant dépasser qu’un bout des gants, de l’épaule et de la tête.

Il descendit donc de son cheval, marchant directement vars Hoppô qui se cacha derrière l’arbre en question… Il arriva donc devant elle, ils se regardèrent dans les yeux, Hoppô, dos à l’arbre, se demandant ce qu’il se passait. Il se baissa, approchant sa tête de la sienne, un bras de chaque côté l’empêchant de s’enfuir. Et d’un mouvement brusque !...  L’attacha à l’aide d’une corde à l’arbre… Ceci fait, il se tapa les mains en se relevant, comme pour dire qu’il avait fait une bonne chose.


- Héhé ! Là, tu me feras plus chier !

Cela dit, il se remit à marcher en direction de son cheval, Hoppô tentant de briser la corde avec simplement de la force brute, mais cela aurait été trop lent et elle aurait probablement perdu de vue son camarade. Même si elle ne comprenait toujours pas ce qu’il se passait, une fois que l’oni ne pouvait plus la voir, elle sortit encore une fois son kagune, coupant l’arbre et déchiquetant la corde grâce à son aide, l’arbre tombant fit un raffut pas possible, faisant au passage s’envoler beaucoup d’oiseau et attirant probablement de l’attention sur cette position, mais cela ne la regardait pas, et elle devait rattraper l’oni.

Ainsi, utilisant son kagune, elle se projetait en avant, lui permettant ainsi de se déplacer très rapidement, ce jusqu’à ce qu’elle revoit l’oni, moment où elle rangeait son kagune pour ne le ressortir que si elle devait rattraper le cheval.


Revenir en haut Aller en bas
Bakura Ryô

avatar

Messages : 123
Date d'inscription : 25/03/2014
Age : 19
Localisation : Quelque part dans les ténèbres ~
Humeur : Sadique

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
8/1000  (8/1000)
Expérience:
367/400  (367/400)

MessageSujet: Re: Onii... san?   Sam 15 Nov - 22:07

Décidément cette petite il l'a trouvait louche avec son apparence bizarre, d'abords elle s'était clandestinement invitée dans son embarcation, mais en plus elle semblait décidée à suivre Bakura même dans la forêt. Lorsqu'il était sur son cheval il l'entendait marcher juste derrière lui, il avait décidé d’accélérer le pas mais rien à faire elle était encore et toujours là, tel un pot de colle sur patte. Elle s'était même installée discrètement sur le cheval derrière l'occulte qui avait pensé qu'il l'avait enfin semé. Hé ben non. Il avait pu le constater lorsqu'un écureuil avait traversé le passage où il chevauchait, les chevaux sont d'un naturel peureux et craintif, alors celui-ci s'était brusquement arrêté. Au moment où il s'était stoppé, quelque chose avait percuté l'arrière de sa tête, c'était encore cette fillette ! Il l'avait prise par le col, il l'a trouvait vachement lourde pour sa minuscule taille, encore une raison de s'en méfier. Il avait été même jusqu'à l'accrocher à un arbre, mais apparemment vu le boucan qu'elle avait fait, l'arbre n'était plus accroché au sol...
Il se retourna et comme par hasard, qui il voyait ? La gamine.


- Mais c'est une super saiyen ou quoi ?!

En employant une manière douce, il n'arrivait pas à s'en débarrasser, il fallait opter plus fort. Il retroussa une de ces manches, il allait la frapper violemment pour lui faire comprendre qu'il en avait marre d'elle ! Bakura et une enfant, et puis quoi encore ? Déjà qu'il aimait pas les mômes alors si il devait s'en coltiner une, hors de question ! Au moment où il allait lui mettre un tarte, une voix résonna dans sa tête :

*  Oh mais elle trop mignonne ! *

- Tiens te vlà toi.

Ryou observait depuis l'anneau la petite, il avait vu ce qu'allait faire son double :

* Tu comptais la frapper...? *

- Bah ouais, t'a un problème avec ça ?

* Mais ça va pas ! Frapper une enfant c'est pas humain ça ! *

- Je m'en fous.

La petite Hoppô continuait de regarder Bakura en essayant de comprendre ce qu'il faisait, car il s'était arrêté dans son geste, et il s'était mis à parler tout seul. Tandis que Ryou essayait de calmer son double qui voulait en faire de la pâté pour chien.

* Elle me fait trop de peine, si elle te suit c'est qu'elle est peut-être perdue.. et qu'elle recherche du réconfort auprès de quelqu'un. *dit-il tristement

- Je te dis que j'en ai STRICTEMENT rien à foutre ! C'est pas marqué nounou sur ma tête ! Autant la tué comme ça elle me fout la paix !

* Laisse moi lui parler mon autre moi s'il te plaît ! *supplia t-il

Il faisait sa tête de chiot battue pour avoir ce qu'il voulait, sauf qu'en temps normal ça ne marchait jamais avec l'occulte, mais là il le laissa puisque ça lui faisait si plaisir. Pis ça se trouva Ryou allait trouver un moyen de s'en débarrasser, enfin il espérait.

- Tss.

Il échangea sa place avec Ryou qui s'accroupit devant la petite fille qui avait cligné des yeux quelques fois en ne comprenant pas ce changement de comportement, l'albinos lui sourit en lui demandant gentiment :

- Bonjour ! Comment tu t'appelles ?

La gamine ferma les yeux puis les rouvrit et s'écria :


- Hime !

- Hime ? Enchantée Hime ! dit-il tout souriant. Tu es perdue ?

Celle-ci hocha la tête négativement, apparemment elle n'était pas perdue.

* Elle se fout de ma gueule là ?! * s'énerva Bakura dans le subconscient  

- Calme toi mon autre moi...hé bien pourquoi tu me suis comme ça ? demanda Ryou.

Celle-ci se mit à pointer du doigt Ryou en disant calmement :

- Oni.

- Onii...? Mais je suis pas ton grand frère voyons.

La petite ne parlait pas du sens " Grand frère " mais du sens d'une classification chez les Shinkasei. Mais ne connaissant pas la famille de cette petite il était impossible de savoir de quoi elle parlait véritablement.

* Manquait plus que ça, grand frère...nan mais fusille là *

- Mais arrête ! Il se retourna vers elle. Elle nous prends pour son grand frère car peut-être il nous ressemble ?

* N'importe quoi. * râla t-il

Ryou soupira, il savait que Bakura et les enfants ce n'était pas ça mais alors à ce point il ne l'aurait pas cru. Le jeune noble tendit sa main vers la petite pour lui faire comprendre qu'il pouvait lui faire confiance et qu'il allait l'aider. Mais au lieu de ça Hoppô, tapa dans la main de Ryou et sortit de sa robe un bras humain. Ryou qui avait vu ça devenait vert et laissa directement sa place à Bakura qui se retrouvait avec un bras dans la main.
Son regard passait de blasé à l'incompréhension totale, comment se faisait-il qu'une fillette de quelques années à peine, avait un bras sous sa robe ? C'était digne d'un truc de l'occulte de se balader avec des parties du corps de ses victimes. Cette fille était plus intéressante qu'il ne pensait en fin de compte. Il réfléchissait, et si c'était elle qui avait tué les matelots avant qu'il n'arrive ? C'était fort probable. Mais son regard méchant continuait de la fixer dans les yeux :


- J'en veux pas de ton bras ! Et je suis ni ton grand frère ou je ne sais qui ! Gronda t-il.

Hoppô rangea le bras sous sa robe, mais ce que vit Bakura le choqua encore plus. Lorsqu'elle devait ranger ses affaires, elle passa ses mains sous sa robe laissant apparaître ses sous-vêtements. Non seulement elle se baladait avec des trucs bizarre mais en plus elle avait des dessous très osé pour son âge.

- Nan mais je rêve, elle se prend pour une pute en plus. J'hallucine, première fois que je vois ça. Et Ryou meurt pas c'était juste un bras ! Quoi que si crève en fait...se contredisait-il lui même.

Ryou était à moitié évanouit dans l'anneau, choqué de ce qu'il avait vu avec le bras venant d'une petite fille toute mignonne à croqué. Jamais plus il n'aura une image sincère et joviale des enfants. Laissant son hôte dans le désespoir, Bakura continuait de fixer la petite fille qui balançait sa tête de gauche à droite. Elle s'approcha de lui et lui tira les joues avec sa tête penchée sur le côté, Bakura la repoussa comme dégoûté qu'une enfant le touche. Il fuyait les mômes comme la peste, alors hors de question qu'il se fasse prendre par des gamins baveux et puants ! Bien que celle-ci soit extrêmement à part, mais elle restait une enfant quelque part.

Revenir en haut Aller en bas
Seiki Hoppô

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 09/11/2014
Humeur : хорошо!

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
3/1000  (3/1000)
Expérience:
207/400  (207/400)

MessageSujet: Re: Onii... san?   Dim 16 Nov - 20:07

Descendu de son cheval, l’oni venait en retroussant ses manches, révélant ses bras qui n’étaient pas aussi blanc que la couleur de peau des Shinkaisei, mais la petite ne le savait pas. Lorsqu’il arriva devant Hoppô, celui-ci s’engagea dans un monologue de mots compliqués qu’elle ne comprenait pas complètement. Patientant, elle observa sans relâche son visage afin de le mémoriser, clignant une fois des yeux durant ce temps.

Au final, elle cligna 3 fois rapidement des yeux, surprise par le changement qu’elle ressentait dans l’expression de l’oni, il s’adressa donc à l’intéressée :


- Bonjour comment tu t’appelles ?

Elle orienta ses pupilles vers le haut en fermant ses yeux, comme pour essayer de regarder son cerveau, ce qui était impossible… Elle ne savait pas comment elle s’appelait… Elle savait son nom : Seiki, mais pas son prénom, car tout le monde l’appelait par son surnom, ah moins qu’il s’agissait là de son prénom ? Rouvrant donc les yeux, regardant directement dans les yeux de son interlocuteur, elle s’écria :


- Hime !

Elle l’entendait par la suite le répéter 2 fois, avant de lui demander si elle était perdue… Elle ne s’était jamais estimé perdu, simplement car elle ne cherchait pas son chemin et aussi car cela voudrait dire qu’elle n’était encore qu’une gamine… Ainsi, face à cette question, elle hocha vivement la tête de gauche à droite pour répondre.

- Calme-toi mon autre moi… Hé bien pourquoi tu me suis comme ça ?


Elle répondit cette fois immédiatement, le pointant du doigt, elle lui répondit donc avant qu’il ne reprenne son monologue… Avant de lui tendre la main… A ce moment-là, elle réfléchissait un instant, la manière dont il lui avait tendu la main était la manière dont elle tendait les siennes pour demander des bonbons aux Shinkaisei, qu’elle avait effectivement…  Le comprenant, elle tapa un coup dans sa main. Mais voulant les garder elle eut la bonne idée de sortir "ça" de dessous sa robe : il s’agissait d’un avant-bras, celui de sa première victime de la veille, qu’elle avait décidé de garder pour son encas au cas où…

Tenant le bras par un morceau d’os qui dépassait de la chair, elle força sans faire exprès une poignée de main entre le membre et la main du garçon, dont la pâleur devint surprenante et rivalisant avec les shinkaisei. Il avait enlevé sa main de sous le morceau froid et après un petit moment durant lequel Hoppô continuait de lui tendre la "main" il gueula :


- J’en veux pas de ton bras ! Et je suis ni ton grand frère ou je ne sais qui !

Elle ne comprenait pas la fin de sa phrase, mais elle avait compris qu’il ne voulait donc pas du bras, elle allait donc le ranger sous sa robe : dans le coté intérieur de son collier se trouve diverses accroches, lui permettant de changer de robe à partir d’un morceau de tissu, d’accrocher sa bourse qui contenait les berrys qu’elle avait reçu de son argent de poche et récupérer a droite à gauche… Sur certains corps, ainsi qu’une seconde bourse qui contenait une petite réserve de bonbons.

Ayant l’habitude, elle accrochait donc le bras assez rapidement, révélant au passage sa culotte noire à fil, qu’elle avait prise à une oni, peu de temps après avoir appris à faire des nœuds simple… A ce moment-là, elle ressentit une légère présence qui se dissipa bien vite, retournant la tête pour observer l’oni qui venait de finir une phrase à laquelle elle n’avait pas tout compris.

Ne comprenant pas pourquoi il l’observait, elle penchait la tête d’abord à gauche, voyant qu’il continuait de la regarder dans les yeux, elle pencha ensuite la tête à droite, ces penchements de tête étaient pour elle une panière de demander ce qu’il voulait, mais il lui répondit en se baissant, approchant son visage du sien. Elle tendit donc son bras droit et lui pinçait la joue entre son pouce et le reste de sa main à l’intérieur de sa moufle, voulant lui demander ce qu’il faisait par ce geste, ainsi que se rendre compte qu’il était bien maigre.

Action à laquelle il répondit d’un geste de bras, repoussant le bras, puis reculant en se relevant. Il y eut après ça, un moment ou leurs regards se croisèrent, et ils arrêtèrent de bouger… Tel un duel de regard et Hoppô ne clignait pas des yeux. A ce moment, elle ressentit encore une fois la présence précédente, mais cette fois ils étaient plusieurs. Sortant des bois, un jeune garçon bronzé, faisant environ une tête de plus qu’Hoppô pointant du doigt en leur direction, semblait appeler d’autres personnes en criant :


- Le voilà ! Le pervers qui insultait cette petite fille de "pute" ! En plus il regardait sous sa robe !

Il était suivi de 3 adultes, qui eux, faisaient 2 têtes de plus que notre protagoniste,  tout aussi bronzé que l’enfant, tous portant des haches…  Qui arrivèrent en voyant les 2 étrangers qui détournèrent finalement leurs regards en les voyant arriver.


- Ce gars est un pervers hein ? En plus il profite de la naïveté de pauvres petites filles…

- Mais attend, j’ai vu ce type sur une affiche, il est recherché !

- Alors il serait recherché pour ces actes illicites ? De la pédophilie ?

Hoppô ne comprenait rien à ce qu’il se passait, mais l’oni lui avait clairement compris, leurs jetant un sale regard, il commençait à avancer vers eux en craquant des doigts, visiblement énervé…


- Huh ? Mais c’est qu’il essaie de faire le chaud le pervers.

- Ho, il veut se battre ?

- Ha il fait pas le poids !

L’oni prit donc un ton sadique.

- C’est qui que vous traitez de pervers ?

- Ha, mais c’est que c’est un débile en plus !

Ainsi, ils se préparèrent au combat, écartant un peu les jambes pour prendre leurs appuis, tapant de la manche de leurs haches dans leurs mains.

- Allez on va arrêter un pervers…

- Et se taper une joli récompense !

L’oni mit donc sa main dans son manteau, sortant d’un mouvement fluide une rapière. Il s’avança très rapidement, trop pour les bucherons, tranchant la tête de l’un avant de faire une coupe horizontale sur le visage d’un second, coupe faites juste au niveau des yeux, tranchant les 2 globes oculaires. Voyant cela, le 3e tomba à la renverse pendant que le second criait en s’apitoyant sur son sort :

- MES YE…
auquel moment il se fit trancher la gorge, coupant son cri.

L’enfant avait désormais les pieds dans une flaque, n'ayant su retenir sa vessie. Dans une tentative de s’enfuir il tombait dans un premier temps à quatre pattes, avant de se relever et courir. L’oni prit 2 pas en avant, coupa rapidement les jambes du pauvre bucheron avant de se mettre à la poursuite du plus jeune. A ce moment-là, le bucheron envoya dans son dos sa hache, hache qu’il rattrapa sans trop de difficulté de sa main gauche, le lancer étant maladroit… Hache qu’il lança en visant la jambe du fuyard. A ce moment-là, l’oni vit la petite fille foncer tête la première, telle une balle dans la direction du jeune, arrivant sur lui avant même que la hache ne l’atteigne, le visage des 2 enfants faisant face à face…


-Hiiii!

Finalement la hache se planta dans la jambe… Du cadavre de l’enfant. Dont la tête avait été détachée du reste du corps à main nu… Ou plutôt avec des moufles…

Pour Hoppô il s’agissait là d’une "chasse", mené par l’oni, elle revenait donc en direction de l’oni en marchant, malgré le sang présent sur la scène, elle n’en avait qu’une petite quantité qui coulait sur sa joue. Elle passait le bras gauche sous sa jupe, jetant l’ancien bras derrière elle près du petit cadavre, passant un bras musclé qu’elle avait récupérer sur un des 2 bucherons qui avaient été tué au préalable, sous sa jupe, l’accrochant à son collier à la place du bras précédent, qui était moins frais.


Revenir en haut Aller en bas
Bakura Ryô

avatar

Messages : 123
Date d'inscription : 25/03/2014
Age : 19
Localisation : Quelque part dans les ténèbres ~
Humeur : Sadique

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
8/1000  (8/1000)
Expérience:
367/400  (367/400)

MessageSujet: Re: Onii... san?   Mer 19 Nov - 13:14

Il s'était relevé, observant toujours cette petite qui ne faisait que l'intriguer malgré tout. Même si depuis quelques minutes il avait sentit une étrange présence non loin d'eux, son anneau remuait légèrement. Son hypothèse se confirma lorsqu'il vit un jeune garçon accompagné de 3 autres personnes avec leurs haches, sans doute des bûcherons.

- Le voilà ! Le pervers qui insultait cette petite fille de "pute" ! En plus il regardait sous sa robe !

Bakura ne comprenant pas toute suite l'accusation qu'on lui donnait, vit que les trois autres hommes étaient plutôt baraqués et semblait prêt à défendre Hime.

- Ce gars est un pervers hein ? En plus il profite de la naïveté de pauvres petites filles…

- Mais attend, j’ai vu ce type sur une affiche, il est recherché !

- Alors il serait recherché pour ces actes illicites ? De la pédophilie ?

Bakura fronça les sourcils, pour qui ils se prenaient de l'accuser de la sorte, bien que dans sa vie il avait pu commettre des crimes intolérables, jamais il ferait ce genre de chose à des enfants. Les tués en leurs coupant la tête et les membres oui, mais pas ce genre d'actes, ça ne lui ressemblait pas. Agacé de ces personnes, il s'avança en les regardant méchamment et faisant craquer ses doigts qui rêvaient que d'une chose : Les tuer salement.

- Huh ? Mais c’est qu’il essaie de faire le chaud le pervers.

- Ho, il veut se battre ?

- Ha il fait pas le poids !

- C’est qui que vous traitez de pervers ? répondit-il sadiquement.

- Ha, mais c’est que c’est un débile en plus !

Là ils avaient signés leurs arrêts de mort, ils étaient confiants en plus, on voyait qu'ils ne savaient pas à qui ils avaient à faire. Un Bakura en colère ça n'était pas beau à voir, voyant qu'ils dégainaient leurs haches pour se préparer à combattre, l'anneau sous son tee-shirt, les pointa. Il s'élança aussitôt, dégainant rapidement sa rapière sous sa veste prêt à prendre la tête du premier, il était si rapide qu'ils ne le virent pas arriver vers eux. D'un seul coup, le deuxième bûcheron vit avec effroi que son camarade n'avait plus de tête, telle une scie qui était passée. Le corps inanimé du premier gars était sans vie et donc inutile pour la suite, il s'attaqua donc au deuxième. A peine le second bûcheron avait tourné la tête pour apercevoir son assaillant qu'il vit la pointe de la rapière lui passer entre les yeux, le rendant aveugle et ayant horriblement mal.

- MES YE…il n'eût pas le temps de dire quoi que se soit d'autre que sa gorge fût coupé, Bakura lui souffla rapidement un " Voilà ce qu'il te fait le débile " machiavélique, et il se tourna vers le jeune garçon qui commençait à fuir. Avec un regard de prédateur il se mit à suivre le jeune garçon, après tout c'était à cause de lui que tout ça était arrivé. L'occulte n'avait pas spécialement prévu de tuer aujourd'hui, c'était sa faute pas la sienne ! Dans son élan pour abattre le gosse, il coupa la jambe du troisième bûcheron pour éviter qu'il ne s'enfuit comme une lopette apeurée. Ce dernier hurla de douleur, mais dans un élan de désespoir absolue, il lui balança sa hache que Bakura récupéra en vol. Il l'utilisa pour l'envoyer pile dans les jambes du jeune garçon qui s'était pissé dessus. Mais en une fraction de seconde il vit la petite Hime se ruer sur le petit garçon, ce qu'il vit allait changer sa perception d'Hime. Elle avait d'une main arraché la tête du petit, on aurait dit la même technique qu'il avait utilisé sur Amnesia quand il avait tué le premier ado pour sauver son hôte. La hache avait atterrit dans le cadavre du jeune garçon, Bakura s'était arrêté de courir et regarda le petite fille qui avait remplacé le bras ancien par un nouveau tout neuf. C'était plutôt glauque comme situation, en plus le sol était rouge et remplit de cadavre en piteux état.
Le petite s'approcha comme si de rien était vers Bakura qui la regardait encore bizarrement, de plus en plus étrange cette gamine..! Ryou qui s'était enfin remit du bras de tout à l'heure s'était réveillé et avait vu pile sur la scène du tranchage de tête, il repartit s'évanouir dans les tréfonds du subconscient.
Bakura s'approcha de la petite et lui tapota la tête contre tout attente en lui disant calmement :


- Brave petite.

Hoppô rétorqua un sourire à ce dernier, c'était bien rare que Bakura ait ce genre de réaction. Mais il se disait que plus tard, cette " brave petite " comme il le disait , serait sans doute de la même trempe que lui. Autant la félicité, parce que plus tard, on la félicitera en lui collant un avis de recherche par ces cons de marines. Malheureusement pour Bakura, Ryou avait tout de même pu voir toute la scène, lorsqu'il le regarda dans la subconscient on voyait ces yeux qui brillaient de joie.

- Ta rien vu...!

* Ohhh c'était si beau mon autre moi ! Tu peux le refaire ? *  

- Non mais ça va pas ! s'énerva t-il.

* Mais si ! C'est tellement rare de te voir faire ce genre de chose, surtout avec une petite bouille comme elle ! T'a jamais songé à devenir Papa ? * Demanda t-il innocemment.

Ryou et ses questions débiles, Bakura papa ? Et puis quoi encore, il n'avait jamais songé à vraiment le devenir, et puis s'occupé d'un gosse c'était horriblement chiant ! Lui le grand psychopathe et insociable du monde ? Plutôt crever oui, bien qu'il ne le puisse pas... Vive la solitude selon lui, il repoussa Ryou dans le fond de l'anneau pour qu'il se taise et qu'il le laisse faire sa vie tout seul. Il croisa les bras et afficha une mine un peu boudeuse comme si son hôte avait dit quelque chose qui l'avait froissé. Pendant ce temps Hime tournait toujours la tête de gauche à droite toujours dans l'incompréhension, lorsque Bakura l'observa d'un ton sec il répliqua :

- Oh et puis toi ça va hein !

Il passa à côté d'elle d'un pas rapide, tout en l'ignorant. La petite ne comprenant toujours pas à ce qu'il se passait continuait de le suivre, il marcha en grognant jusqu'à sa monture qui broutait dans l'herbe un peu plus loin, le cheval était habitué au carnage de son cavalier, c'était pour cela qu'il ne paraissait pas le moins du monde effrayé par tout le boucan qu'il avait eu. L'estomac de Bakura gargouilla, il avait faim. Il décida de se rendre en ville pour pouvoir manger un bon coup, il se mit à galoper à travers la forêt. Bien que son sens de l'orientation était plus que déplorable, il réussit à trouver une rivière qu'il décida de suivre en espérant trouver un village non loin. L'air était frais et doux en cette belle matinée, temps idéale pour une balade à cheval, soudain son hôte revint à la charge :

- Et la petite ?

- Quoi la petite ?

- Tu l'as abandonné ! La pauvre ! L'accusa Ryou.

- Mais c'est pas une grande perte ! Pis elle saura se défendre, elle se balade bien avec des bras, elle doit avoir un grain cette fille. Répondit-il nonchalamment.

C'est vrai que dans l'immédiat il avait complètement oublié la petite fille, il pensait enfin l'avoir semé. Mais en réalité pas du tout, elle était toujours là cachée dans les buissons environnants ! Impossible de s'en débarrasser apparemment. L'occulte fit la sourde oreille en entendant son hôte dramatiser pour la petite Hoppô, au bout de quelques minutes ils arrivaient à un petit village paisible. Bakura ne put s'empêcher de faire un commentaire au sujet du village :

- Il y a trop de fleurs, c'est moche.

Tel un enfant pourri gâté, il n'était jamais content. Malgré que le petit bourg soit petit, les rues étaient plutôt pleines en cette période de l'année. Il descendit de son cheval et commença à partir dans le village, il mit sa capuche pour éviter qu'on ne le reconnaisse et aussi pour le soleil, il ne supportait pas cette fichue étoile géante briller sur sa peau pâle. Ryou lui dans l'anneau vit la petite Hime accroché à la veste de son double, il esquissa un sourire et ne dit rien à ce sujet et laissa la petite faire ce qu'elle avait à faire.

Revenir en haut Aller en bas
Seiki Hoppô

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 09/11/2014
Humeur : хорошо!

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
3/1000  (3/1000)
Expérience:
207/400  (207/400)

MessageSujet: Re: Onii... san?   Ven 21 Nov - 16:13

Hoppô était fière d’elle, l’oni l’avait félicité, elle ne savait pas vraiment pourquoi, mais apparemment la "chasse" était bonne. Rapidement après ces réjouissance, il s’énerva une fois de plus sans qu’elle ne comprenne pourquoi… Elle se retourna, voyant des traces de sang menant à un homme qui rampait. Son destin était scellé, la perte de sang trop grande, mais il tentait tout de même de s’enfuir, ayant vu qu’il avait eu à faire à 2 monstres et que sa survie jusque-là tenait d’après lui du miracle.

Il remarqua finalement qu’il avait attiré l’attention d’Hoppô…  Qui l’observait les yeux grand ouvert… Le rouge de ses yeux inspirait la peur, ce sur une face complètement innocente, taché de sang… Elle se retourna pour se rendre compte que l’oni était de nouveau à cheval et qu’il commençait à s’éloigner, avant de regarder une dernière fois l’homme, lui faisant un signe de main pour lui dire au revoir… Puis il vit une boule se former sous la robe blanche, avant de se faire percer de part en part par le kagune, laissant un horrible spectacle dans cette forêt, avant qu’elle ne reparte, suivant l’oni à distance.

Ils arrivèrent rapidement dans une petite ville plutôt animé, tel un festival, ce qui eut pour résultat d’excité la petite, qui suivait l’oni. Une fois celui-ci descendu de son cheval, il mit sa capuche… Une réflexion étrange se fit dans la tête de Hoppô qui avait peur de ne pas le reconnaitre sans voir les cheveux blancs. Elle décidait donc de tenir son long manteau de sa main droite, le manteau n’étant pas tendu, l’oni ne remarqua pas la petite.

Les regards se tournaient vers eux, peut-être était-ce dû à la tentative de l’oni d’essayer de passer incognito, ou alors était-ce cette petite chose qui le suivait ? Du sang coulant sur sa joue ? Son apparence ? Non, il s’agissait de ses accessoires : ces lourds anneaux de métal qui ornementaient chaque membre de l’enfant. L’avis général semblait pencher pour de l’esclavage, mais personne n’osa demander, de peur de s’attirer des ennuis…Probablement un choix juste. Rapidement après avoir jeté leurs regards sur eux, ils détournèrent leurs regards d’une manière non naturelle, en prenant un peu peur.

En cherchant dans les rues, l’oni décidait d’entrer dans un bar-restaurant. L’accueil qui lui fut réservé fut le même que dans la rue, des regards se posant visiblement des questions… Réagissant cette fois-ci à haute voix :


- Il y a un problème ?

Certains firent non de la tête tandis que d’autres retournait leurs regards vers leurs consommations. Allant directement en direction d’une table libre dans un coin. Après s’être assis, il se rendit enfin compte de ce qu’il se passait… La présence de la petite Hime.

- Putain encore elle, mais c’est pire qu’un pot de glue !


Elle allait donc s’asseoir sur la chaise qui se trouvait en face de lui, quand elle tomba en arrière, tapant l’arrière de sa tête sur la chaise, qui était plus reculé que prévu… Elle se retrouvait donc dos au sol, les mains sur la tête. En se relevant, son front cette fois-ci, se cogna contre la table… Se relevant les larmes aux yeux, elle  prit la chaise pour finalement s’asseoir en face de l’oni, retenant les larmes comme elle pouvait, se disant que les grandes filles ne pleuraient pas.

Voyant ce spectacle, il cligna quelque peu des yeux, se parlant à lui-même, avant de regarder la carte, ce que faisait aussi Hoppô. Après un court temps de réflexion, il appela un serveur qui passait :


- Des lasagnes, avec une bouteille de saké.


- Ça ! Jus ! Sh’il-te-plait.
Dit-elle en pointant un plat de spaghetti et un jus de fruit qui était apparemment une spécialité de Lagays Greem.

Le serveur partit directement après, tandis que l’oni regardait la petite d’un regard déplaisant, qui ne la gênait pas. Il commença un monologue que la petite ne cherchait pas à comprendre, regardant à droite à gauche avant de finalement poser une grande question, qu’elle semblait avoir oublié…


- Oni, nom ?

Il semblait avoir été coupé dans son monologue, mais répondit simplement :

- Bakura.

Elle semblait recouvrir de sa peine, souriant elle s’exclama :

- Ba.. kura, Bakura ! Bakura-nee !

L'appelant ainsi car elle appelait toutes les shinkaisei de cette manière et ne connaissait que très peu de mots masculin...


- Elle me prend pour sa soeur maintenant ! Je suis pas une femme ça se voit merde !
Rétorqua-t-il, lui met une pichenette dans le nez.

Elle mit ses 2 mains sur son nez, penchant la tête sur son côté gauche.


- B-Bakura-nee ? Bakura-oni ?


- C’est Bakura, c’est tout, tu pige le microbe?


- Bakura-oni-san ?

- Je laisse tomber elle comprend que dalle, ça sert à rien de parler avec ça…

Elle n’avait pas compris cette phrase, décidant du coup d’ignorer son ignorance, quand le serveur arriva avec les plats commandé au préalable. Ainsi, Toute sa concentration était sur son plat de pâtes :


- N’app !


Elle commença donc à manger, tenant sa fourchette dans sa moufle droite, en appuyant sur le bout avec son pouce. Mangeant malgré tout sans tacher sa robe blanche, mais tachant tout le reste, allant de la table, à son visage en passant par ses moufles, de l’orange de la sauce tomate de la bolognaise de ses pâtes. Prenant de temps en temps quelques gorgées de son jus de fruit, qui était délicieusement sucré, elle termina rapidement son assiette, laissant quelques pates coupées qu’elle abandonna, n’arrivant pas à les ramasser avec sa fourchette. Elle avait la bouche orange, avec un morceau de champignon collé sur la joue, elle prit ensuite son verre, duquel se décollait un morceau de légume, finissant le jus.

Elle partit finalement en direction des toilettes en demandant au passage à un serveur, se lava les moufles et le visage, moufles qui sécheraient en quelques heures, avant de retourner à la table, voir que Bakura n’avait pas bouger. A ce moment le serveur arrivait pour l’addition, et cette histoire allait probablement se gâter…


Revenir en haut Aller en bas
Bakura Ryô

avatar

Messages : 123
Date d'inscription : 25/03/2014
Age : 19
Localisation : Quelque part dans les ténèbres ~
Humeur : Sadique

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
8/1000  (8/1000)
Expérience:
367/400  (367/400)

MessageSujet: Re: Onii... san?   Mar 25 Nov - 13:51

Il y avait beaucoup de personnes pour un si petit village comme celui-ci, ce qui énervait Bakura qui n'aimait pas le monde. Il préférait voir les gens morts et au bords de l'agonie plutôt que de les voir sourires et rigoler..beurk. Mais il se concentra davantage à trouver un bon restaurant pour bien manger, ça c'était réconfortant ! D'ailleurs, des gens regardaient l'occulte d'un drôle d'air, lui qui voulait passer inaperçu, c'était raté. D'habitude la technique de mettre sa capuche marchait mais là non, il les ignora, si il commençait à s'en prendre à tous le monde il n'était pas sortit de l'auberge. Il ne se doutait pas que c'était une petite chose derrière lui qui attirait les regards. Il trouva enfin un bar-restaurant, lorsqu'il rentra, les regards étaient encore tournés vers eux, voyant l’insistance et la curiosité des regards Bakura ne put s'empêcher de la ramener :

- Il y a problème ? Dit-il agacé.

Cette fois-ci plus personne ne les regardaient, et tant mieux pour eux sinon ça aurait encore mal fini. Il chercha une place et il en aperçut une au fond dans un coin, lorsqu'il s'assit il remarqua une présence familière qui courait dans sa direction. Hoppô.

- Putain encore elle, mais c’est pire qu’un pot de glu !

Il vit qu'elle allait s'asseoir juste devant lui sur la chaise libre, prit d'une soudaine espièglerie, il poussa la chaise avec son pied la faisant tomber en arrière, il pouffa de rire tout content de sa bêtise. Ensuite elle se releva et se prit la table en pleine figure, il ne put s'empêcher s'esclaffer une nouvelle fois, voir le malheur des autres l'amusait ~

* La pauvre ! *

- Non c'est drôle héhéhé.

La petite était enfin sur sa chaise, elle avait les larmes aux yeux il se contenta d'hausser les sourcils. Bakura commençait à lire la carte voyant quel menu il allait choisir, il se rua directement dans la partie " Pâtes ", pour son plus grand malheur, il n'y avait pas de pâtes carbonara, il en avait envie en plus. Rien que pour ça ils mériteraient que le restaurant ferme, quel crime de pas mettre son plat favoris ! D'une mine boudeuse il décida de choisir autre chose, il se pencha pour des lasagnes, étant un gros mangeur et aimant particulièrement les plats italiens, il allait se régaler ! Encore fallait-il que se soit bon, sinon il taperait un scandale car monsieur est difficile. Ne se préoccupant même plus de la petite, il claqua ses doigts pour appeler un serveur, c'était limite si il le prenait pas pour son esclave vu comment il l'appelait et lui parlait :

- Des lasagnes, avec une bouteille de saké.

Le serveur prenait en note, mais la petite Hime elle aussi avait décidé de se choisir un repas, sous les yeux de Bakura qui la regardait de travers.

* T'a vu elle a réussit à parler correctement ! * S'exclama joyeusement Ryou.

- Hourra, je suis tellement content pour elle. dit-il avec une incroyable ironie, mais la petite balançant toujours sa tête sur les côtés finit par lui demander une question qui aurait déjà dû être posée depuis des lustres :

-  Oni, nom ?

* C'est vrai que tu t'es pas présenté à elle *

- Genre j'ai que ça à faire.

* Faudrait mieux que tu lui répondes, parce qu'un enfant c'est têtu et chiant quand ça veut savoir quelque chose. * Répondit-il gentiment.

Têtu et chiant.Voilà deux mots que ne supportait pas le Yami, malgré qu'il le soit aussi mais lui ce n'était pas dérangeant c'était même normal ! Mais alors une gamine qu'il peut pas saquer, il préféra pour une fois suivre les conseils de Ryou en lui répondant évasivement son prénom :

- Bakura.

Celle-ci semblait contente qu'il lui ait répondu. Elle tenta de prononcer son prenom :

- Ba.. kura, Bakura ! Bakura-nee !

Il releva la tête dans sa direction, il n'était pas sûr d'avoir bien entendu, mais Ryou en parlant lui confirma bien ce qu'il avait entendu :

* Ohh trop mignonne, elle a réussit à dire ton prénom ! Bon elle ne sait peut-être pas encore faire la différence entre filles et garçons, mais ça s'apprend ! *

- Elle me prend pour sa sœur maintenant ! Je suis pas une femme ça se voit merde !

Comme pour contrôler sa pulsion, il ne lui mit qu'une pichenette dans le nez, elle se le frotta après ça mais continua dans sa tentative mais en vain :

- B-Bakura-nee ? Bakura-oni ?

- C’est Bakura, c’est tout, tu piges le microbe ?

- Bakura-oni-san ?

- Je laisse tomber elle comprend que dalle, ça sert à rien de parler avec ça…

Ryou ricana joyeusement voyant la tête de son double maléfique complètement affalé sur la table en attendant son repas. Au même moment, le serveur apporta les plats, c'était limite si Bakura ne lui avait pas arraché des mains pour pouvoir manger tellement il avait faim. Il se jeta littéralement dessus, heureusement pour eux les lasagnes étaient plutôt bonnes. Mais au moment où il n'était qu'à sa deuxième bouchée, il vit un carnage du côté de la petite fille, elle en mettait partout, Bakura se décalait vers la droite en essayant d'éviter les projectiles, elle mangeait comme un vrai porc. Il faillit lui dire quelque chose mais il préféra se concentrer sur son repas.

* Elle est petite c'est normal. * Disait Ryou comme si il avait lu dans ses pensées.

Il ne répondit pas et essayait de manger son assiette sans regarder celle d'Hoppô, il est vrai qu'au début en voyant les spaghettis bolo' ça lui avait donné envie de lui piquer mais là...Plutôt vomir oui. Il prit un verre de saké et il se replongea dans ses succulentes lasagnes. Après quelques minutes, la petite s'en alla, il espérait qu'elle ne revienne pas, mais il l'entendit demander les toilettes. Bon ben elle allait revenir, Bakura pouvait profiter de cette situation pour la semer pour de bon mais...les lasagnes quoi. Il n'allait pas laisser son plat pas encore terminé partir aux ordures, c'était si bon. Il pouvait aussi se barrer avec l'assiette comme il avait fait une fois, mais il avait créer la panique car il était partit sans payer et les serveurs voulaient le donner aux marines pour ses actes. Il avait dû se battre avec son assiette dans la main tout en tuant les gens sur sa route, il n'avait pas pu manger ses pâtes tranquille et il les avaient mal digéré en plus !
Il oublia donc cette idée de partir comme ça, en plus il y avait trop de monde, il ne pourrait pas partir comme ça sans payer comme d'habitude. Pile à sa dernière bouchée, la petite revint plus propre que tout à l'heure, et le serveur arriva pour demander l'addition. Bakura paya sa part, qui était de 30 Berrys.


- Euh Monsieur il manque 16 Berrys là.

- Pardon ? Le prix d'un repas est de 30 Berrys je l'ai lu sur votre pancarte dehors, bigleux.

Le serveur gardait son calme face à ce client un peu spécial.

- Vous oubliez le repas de la petite Monsieur, pour les enfants c'est 16 Berrys.  

Il fronça les sourcils, c'était pas prévu qu'il paie la part de la gamine, si elle voulait payer c'était avec son fric et pas le sien. Il entendit des gens murmurer à la table de derrière :

- Les jeunes de nos jours ne s'occupent même pas de leurs enfants...

- Tellement triste à voir...

Ryou devait agir avant que l'occulte ne fasse une grosse bêtise, à croire que tous le monde voulait que Bakura paie la part de Hoppô. En plus les gens le prenait pour le père, alors que ce n'était pas du tout le cas. Il sentait son pouls s'accélérer, il allait craquer, frapper quelqu'un ou quelque chose. Heureusement son double sauva la situation :

* Je peux payer si tu veux ? *

Bakura parla dans son fort intérieur avec lui pour éviter de parler à voix haute devant le serveur :

* Bien sûr que tu vas payer ! Je refuse de payer pour ce bidule blanc *

* Bon bah d'accords, heureusement que je me suis fait faire une bourse à Amnesia hihi ! *

* Tiens paie ma part aussi tant que tant qu'on y est * Ajoutait-il sans gêne.

* Mais...voyant son regard insistant il était obligé. Bon d'accords..hé j'ai pas dit toute la bourse !*

* Héhéhé, ce qui ait à toi est à moi sale gosse. *

Le serveur s'impatienta un peu, il voyait que son client ne réagissait pas et avait le regard dans le vide. Il allait parler mais il le vit bouger brusquement comme si il était réveillé de sa transe.

- Tiens le vlà ton fric. Dit-il en le posant violemment sur la table. A ce propos, fais de la monnaie avec ce billet.

- Je vous remercie, je reviens je vais vous faire ça toute suite.

- Tss.

Bon seul point positif, il avait bien mangé. Mais lorsqu'il regarda dans la direction d'Hoppô, elle était entrain de mettre sa main sous la robe, il s'en ficherait en temps normal mais là c'était en public, en sachant qu'elle traînait avec lui en ce moment il devait la surveiller.

* Sors pas ton bras, sors pas ton bras...* Espérait-il.

Pour la cacher il l'a prit dans ses bras et la posa à côté de lui caché dans l'ombre. Il l'a sermonna comme ferait un père avec sa fille :

- Arrêtes ça, j'ai une réputation à tenir moi !

Elle s'arrêta et refit son fameux mouvement de tête montrant qu'elle ne comprenait pas ce qu'on lui disait une nouvelle fois. Le serveur revint avec l'argent et Bakura se précipita de partir, la petite toujours derrière sous le regard attendrissant des autres clients trouvant cela mignon. Outre tout cela, ils étaient dehors, contre toute attente Bakura ne prit pas la direction de la forêt pour repartir. Ce qui n'échappa pas à Ryou, il lui demandait où il allait comme ça, d'un geste il lui montra furtivement la corde qui soutenait l'anneau.

- Je n'ai pas envie de le reperdre encore une fois. Dit-il en faisant allusion à son périple sur Amnesia.

* Oh je vois et tu vas acheter quelque chose de plus solide ? *

- Ah ton avis crétin !

Une nouvelle question stupide à ajouter au compteur de Ryou, il se tut après ça. Il passa près d'une bijouterie, il allait sans doute avoir ce qu'il voulait ici, passant sans même dire bonjour au propriétaire de la boutique. Une boutique assez luxueuse en apparence, il aurait bien voulu se faire plaisir mais il avait déjà des bijoux pleins les bras, un collier à la limite pourrait faire l'affaire. Il scruta minutieusement les chaînes proposées, aucune ne lui tapait dans l’œil, mais surtout aucune n'était suffisamment grosse pour maintenir son anneau. Il perdait déjà patience, poussant tous le monde sur son passage, si il n'y avait pas ce qu'il voulait dans la zone pour acheter il irait à l'arrière du magasin, là où les clients ne sont pas censés allez. Il traversa le magasin, le vendeur voyant que le criminel allait dans une zone interdite décida de le suivre. Effectivement à l'arrière se trouvait d'autres produits qui étaient encore plus jolis ! Et cette fois-ci une chaîne lui tapa dans l’œil, une bien voyante mais qui ne se ferait pas coupée au premier coup d'épée venu. Mais elle était dans une vitrine fermée à clé, et vu le prix ce n'était pas étonnant. Le vendeur surgit et l'interpella :

- Vous savez que c'est interdit au public ?

- Je veux ça. Dit-il en pointant la chaîne.

- Je suis désolé mais elle n'est pas en vente, sortez s'il vous plaît.

- J'ai dit que je voulais ça ! haussa t-il le ton.

Tel un gamin capricieux, il ferait tout pour avoir ce qu'il voulait. Mais le vendeur persistait aussi à le faire sortir, énervé il prit la tête du vendeur et il la plaqua contre la vitre, avec le choc elle se brisa en milles morceaux. Il put récupérer sa chaîne qu'il enfila toute suite, et au passage il vola le superbe collier que portait le vendeur sous le regard désespéré de son hôte. Un dragon noir et rouge, respirant le maléfice, il le mit à son cou et sortit comme si de rien était. Quelques clients regardaient dans sa direction à cause du bruit qu'il avait fait ainsi que sa main qui était un peu rouge, mais le propriétaire du magasin voulut le rattraper malgré qu'il avait un œil en moins à cause des éclats de verres de la vitrine, il faillit le rattraper mais il trébucha sur quelque chose. Cette chose n'était que la petite Hime que Bakura avait complètement oublié encore une fois, mais apparemment elle était toujours là et le suivait toujours. Il cria au voleur mais l'occulte était déjà partit tout comme la petite.

Revenir en haut Aller en bas
Seiki Hoppô

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 09/11/2014
Humeur : хорошо!

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
3/1000  (3/1000)
Expérience:
207/400  (207/400)

MessageSujet: Re: Onii... san?   Dim 30 Nov - 19:55

Bakura semblait discuter avec le serveur a propos d’argent, et Hoppô avait simplement compris "16 berrys", elle venait de manger et était de bonne humeur, elle pensait donc payer pour l’oni, ainsi, elle passait son bras sous sa robe afin de chercher sa bourse attaché à son collier, mais étrangement, il en était hors de question… Il la plaça à côté de lui en lui disant :

- Arrête ça, j’ai une réputation à tenir moi !


Elle s’arrêta donc, ne comprenant pas l’histoire de réputation, penchant donc sa tête sur le côté en signe d’incompréhension. Ainsi, ils sortirent du bar-restaurant en ayant évidemment attiré l’attention des autres clients. Hoppô suivait donc Bakura dans ses emplettes, arrivant rapidement dans une bijouterie, un endroit inconnu pour la petite Shinkaisei. Une fois entrée, il passa directement voir divers objets, pendants qu’Hoppô saluait en s’inclinant silencieusement le propriétaire qui avait les yeux rivées sur la petite dans un premier temps.

Les grands yeux orange de la petite furent rapidement attirés par tous ces objets brillants, une majeure partie en vitrine. Elle regarda attentivement certains bijoux en voyant des prix… Dont elle comptait le nombre de zéro n’ayant rien d’autre à faire. Elle alla vers un vendeur qui présentait des bijoux à une dame, pointant du doigt les bagues afin de voir ce que c’était… Le vendeur, amusé, lui tendit les bijoux, qu’elle regarda attentivement avant d’en mettre un en bouche. Heureusement pour elle, le vendeur s’était éloigné, l’oni attirant toute l’attention…

Mâchant une bague, observant une seconde, elle essayait de voir le gout qu’avait cette chose inconnu lorsqu’elle ressentit un choc qui lui fit tomber sur les fesses : un homme poursuivant Bakura avait trébuché sur la petite, qui, voyant l’oni sortir de la boutique, se relevant rapidement, puis partit le rattraper.

Ils s’enfuirent dans une petite ruelle, avant de s’arrêter. Hoppô ne faisait pas attention à Bakura, attiré visiblement par quelque chose qui venait derrière eux, ce avant que celui-ci ne se rende compte qu’elle continuait de mâcher quelque chose avant de soupirer. Elle le regarda, avant de se rendre compte qu’elle mâchait toujours la bague qui n’avait pas un bon gout. Elle cracha donc un petit bloc doré qui avait été compressé et avait été formé par ses dents, ce qui surpris l’oni. Ce avant de jeter l’autre bague qui était en argent, et de pointer du doigt dans la direction de laquelle provenaient le duo…

Dépassant du mur, se trouvait un masque bien étrange… Un masque fait de tissu, possédant 3 orifices étrangement formé pour la bouche et les yeux. Une fois celui-ci repéré, il sortit et révéla son apparence : il s’agissait d’un homme mesurant un peu moins de 2 mètres, torse nu et très musclé, portant sur ses bras des morceaux de tissu attaché et dans son dos un grand sac… Avec cicatrice en forme de griffe sur son torse. Même Hoppô comprit qu’il s’agissait d’un homme étrange, et celui-ci mis les mains devant lui, les agitant en exclamant :


- J-Je ne suis pas une personne douteuse !

Ainsi, le pointant toujours du doigt, Hoppô tourna simplement la tête vers Bakura, demandant de ce geste beaucoup trop de réponses, ce sans poser de questions… Visiblement blasé de ces choses étranges qui lui arrivaient, il reprit la parole :


- Encore un machin bizarre qui me suit.

Hoppô tourna rapidement la tête vers l’homme qui comprit par ce geste la question de la petite :


- Je m’appelle Bols, Shiranui Bols, euh… Je vous ai suivi pour vous poser quelques questions…

Shiranui Bols:
 

Elle tourna la tête vers Bakura à ce moment-là, Bols, lui s’arrêta en plein milieu de sa phrase…

- J’ai rien à dire, barre-toi.


Elle retourna la tête, comme si elle observait le dialogue, mais elle ne s’attendait pas à ça… La sensation de légèreté de la situation venait de disparaitre et l’instinct d’Hoppô lui fit directement  plier des genoux pour être prête à se mouvoir si nécessaire, ne pointant plus l’homme du doigt… La tension autour de celui-ci se ressentait et sa voix parut bien plus menaçante, peut-être même un peu énervée…

- Je me permet donc de demander ce que vous faisiez dans la bijouterie, et si vous êtes au courant de ce qu’il s’est passé un peu plus tôt dans les bois…


Il se doutait probablement de l’identité du criminel sous sa capuche, mais n’avait pour le moment aucune preuve, venant simplement d’arriver en ville, rapidement attiré par le raffut causé à la bijouterie.

- Héhé, il cherche la merde lui.
Murmurra-t-il. Je vois pas en quoi ça te regarde !

Leurs "regards" se croisèrent, étant incapable de voir les yeux de Bols, mais ils se regardèrent de manière froide. Mais l’homme masqué arrêta.

- Je suis désolé de la gêne occasionnée, dans le doute, je vais vous laisser simplement, après tout je suis marine. Mais si la moindre preuve fait surface, vous feriez bien de faire attention.

Ainsi, il repartit en direction de la bijouterie. Hoppô relâcha la tension de ses muscles, elle se sentait comme un animal sur le point d’être chassé, mais le soulagement  lui fit retomber assise, regardant Bakura, dans les yeux comme si rien ne s’était passé…


Revenir en haut Aller en bas
Bakura Ryô

avatar

Messages : 123
Date d'inscription : 25/03/2014
Age : 19
Localisation : Quelque part dans les ténèbres ~
Humeur : Sadique

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
8/1000  (8/1000)
Expérience:
367/400  (367/400)

MessageSujet: Re: Onii... san?   Sam 6 Déc - 1:40

Ils s'étaient enfui dans une ruelle un peu plus loin de la bijouterie où Bakura avait fait des siennes. Décidément il ne passait pas une journée où il ne faisait pas des conneries, c'était plus fort que lui. Même la petite qui était beaucoup moins âgée ne se faisait pas autant remarquer. Enfin, pas tout à fait par moment, surtout lorsqu'il l'observa il la vit entrain de mâchouiller quelque chose dans sa bouche. En y regardant de plus près elle sortit un bloc doré, sous le regard chagriné de Bakura qui voyait son or foutu...Il allait l'engueuler qu'il fallait prendre soin des choses sacrées comme ça mais il remarqua qu'elle pointa quelque chose qui dépassait du mur derrière eux. Un homme masqué plutôt étrange, bien qu'il affirmait le contraire...

- Encore un machin bizarre qui me suit. Dit-il blasé.

Les choses bizarres il les connaissait maintenant, le gars avait une dégaine plutôt étrange avec son masque. Le baraqué commença à engager la conversation au grand damne de Bakura qui n'avait aucune envie de lui parler à ce " truc " :

- Je m’appelle Bols, Shiranui Bols, euh… Je vous ai suivi pour vous poser quelques questions…

- J'ai rien à te dire, barre toi.

Hoppô observait la scène tout en regardant les deux hommes parler, Bols haussa la voix, il paraissait un peu plus énervé :

- Je me permet donc de demander ce que vous faisiez dans la bijouterie, et si vous êtes au courant de ce qu’il s’est passé un peu plus tôt dans les bois…

Bakura le regarda tout en murmurant :

-  Héhé, il cherche la merde lui. Je vois pas en quoi ça te regarde !

Leurs regards se fixèrent l'un sur l'autre, un duel de regard, bien que l'occulte ne voyait pas le visage de son adversaire. Il aimait bien ses duels parce qu'il gagnait à chaque fois, personne n'avait réussit à faire baisser son regard, il était pro dans le domaine de l'intimidation. Alors lorsque Bols détourna son regard tout en s'excusant du gêne occasionné, il tourna les talons :

- Je suis désolé de la gêne occasionnée, dans le doute, je vais vous laisser simplement, après tout je suis marine. Mais si la moindre preuve fait surface, vous feriez bien de faire attention.

A l'entente du mot " marine ", le visage de Bakura se raidit, il était donc marine. Un sourire carnassier se faisait voir sur son visage, il n'allait certainement pas le laisser partir comme ça incognito.

- Oï, tu vas où comme ça ?

Il l'avait interpellé avec une légère provocation, Bols se contenta de se retourner et ajouta :

- Un peu de politesse de te ferais pas de mal, et je vais simplement accomplir mon devoir.

Ne cherchant même pas à comprendre Bakura dégaina sa rapière en s'approchant férocement du marine :

- Je vais t'en foutre de la politesse moi.

Au moment où il allait sans doute se battre avec le marine, la petite Hoppô gâcha encore l'ambiance qui régnait...:

-  Bakura-oni-san pipi !

Bakura tourna la tête légèrement vers le microbe comme il l'appelait avec une mine déconfite :

- Oh qu'elle me soûle elle...Grogna t-il en frottant sa main sur la partie gauche de son visage désespéré. La petite fille était encore dans l'incompréhension.

Bols regardait dans leurs direction, il avait entendu le prénom de Bakura, il doutait de plus en plus sur l'identité du voyou devant lui. Mais il savait que l'occulte était un tueur qui prenait la vie des femmes, des hommes et des enfants, qu'est ce que faisait une si jeune fille avec lui dans ce cas ? Il n'eût pas le temps de réfléchir davantage car il vit le regard menaçant de Bakura dans sa direction, il s'avançait vers lui avec des pas de loups avec son habituel regard de prédateur en quête de victime. Le voyant s'approché il resta sur ses gardes, d'un seul coup Bakura bondit sur le marine qui se contenta d'esquiver dans un premier temps. L'occulte ne le lâcha pas d'une semelle et continua de l'attaquer, Bols esquivait du mieux qu'il pouvait. Mais il remarqua une chose brillé sous le tee-shirt du Yami, l'anneau se dévoilait petit à petit, sachant que l'objet antique était une marque prouvant bien que c'était Bakura, Bols sortit son arme sortit d'un sac en tissu. Un magnifique lance-flamme, il le dégaina si rapidement que l'occulte avait faillit se faire brûler lorsque le marine avait appuyé sur la détente, heureusement au dernier instant il réussit à l'éviter. Bakura regardait l'engin avec des yeux envieux, récupérer l'arme serait une bonne chose, il brûlerait tout ce qui bouge pour son plus grand plaisir, encore fallait-il l'obtenir. Bols devenait de plus en plus sérieux au fil du combat, il faisait son travail de marine après tout ! A cause des flammes qui surgirent de nulle part, la petite Hoppô s'était réfugié dans un coin alors qu'il y a deux minutes elle était assise en train de regarder le combat qui se déroulait sous ses yeux. Le marine essayait de pas la toucher, pendant qu'il tentait de brûler vif le criminel qui gesticulait dans tous les sens pour éviter de finir cramé. Bakura s'approchait vélocement de son ennemi et planta sa rapière dans la jambe du marine, il grogna de douleur, mais il profita d'une ouverture dans la garde de Bakura pour lui mettre un gros coup à la tête. Le criminel ne recula que de quelques pas, une petite traînée de sang coula de sa lèvre. Un humain normal n'avait pas cette force et un autre humain normal n'aurait pas juste reculé de quelques pas face à un tel coup.

- Plutôt pas mal pour une merde de marine héhé...dit-il en léchant le peu de sang qui coulait de sa bouche.

- Alors tu es vraiment ce Bakura...

- Qui d'autre ?

Il était visiblement flatté qu'on le reconnaisse, lui qui aimait qu'on s'aperçoive qu'il fasse des conneries et de faire en sorte que la terreur et les ténèbres tournent autour de lui.

- T'es pas tombé sur le plus délicat des criminels. Je ne fais qu'une bouchée des marines, j'adore les voir souffrirent...dit-il en se léchant les babines avec un regard de psychopathe.

- Je te conseille de te rendre bien sagement. Répondit-il calmement.

- Hoooh ! Mais c'est qu'il me menace ! Rigola t-il en se foutant de la tronche de son adversaire.

- Ce n'est pas une menace, mais un conseille. Ajoutait-il en pointant son lance flamme sur Bakura.

- Tss chien.

Le sourire sadique de Bakura ne s'effaçait pas malgré le danger présent, n'importe qui de " normal " aurait prit un peu peur en voyant un tel engin pointer dans sa direction. Au moment où il actionna la gâchette pour tirer son jet de flamme, Hoppô se manifesta...Elle poussa le lance flamme et se fit brûler les jambes, voulant probablement protéger Bakura qu'elle considérait comme un oni qui était particulièrement faible face au feu, elle avait voulu le sauver. Mais elle s'était fait très mal à la place, sous le regard mécontent de Bakura qui ne voyait pas les choses sous cet angle :

- Hé la môme, c'est ma proie pas la tienne !

Elle avait atterri un peu plus loin, les jambes complètement cramoisi et étant incapable de bouger. Bakura allait sauter à la gorge du marine mais un civile courageux s'interposa entre les deux adversaires, l'occulte qui était derrière le civil allait l'attaquer car il était sur son chemin et il se mêlait de choses qu'il ne le concernait pas. Mais Bols en bon marine protégea l'homme avec ses protèges bras, le civil s'extirpa des deux et alla vers la blessée. Pendant ce temps, les deux hommes étaient faces à faces, Bakura attaqua le premier. Son anneau brillait de milles feux et s'agitait dans tous les sens possibles, il avait prit suffisamment de force et colla une droite à Bols qui voltigea assez loin pour le perdre de vue. L'objet antique donnait une force colossale à l'albinos, il faisait plus costaud qu'il ne le faisait voir.

- Merde je l'ai balancé trop loin, rah je l'ai perdu de vue ! Souffla t-il en faisant craquer sa main qui lui faisait un peu mal à cause du choc brutal.

Il s'apprêtait à partir le chercher lorsqu'il vit que le civil qui tenait Hoppô n'avait plus de gorge, elle avait du sang plein le visage, il n'avait pas vu ce qu'il s'était passé mais il avait bien une petite idée :

- Qu'est ce qu'elle a encore foutu ?

Revenir en haut Aller en bas
Seiki Hoppô

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 09/11/2014
Humeur : хорошо!

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
3/1000  (3/1000)
Expérience:
207/400  (207/400)

MessageSujet: Re: Onii... san?   Lun 8 Déc - 23:46

Hoppô s’était relâchée, elle n’avait pas tout compris de la conversation, mais pour une quelconque raison, cet homme lui paraissait dangereux… Etait-ce là son instinct ? Même si Bakura avait empêché Bols de s’en aller, il n’avait plus cette aura qui faisait précédemment peur à Hoppô. Elle cherchait donc à droite et à gauche en vain, regrettant le restaurant : elle avait besoin d’aller aux toilettes. Sa petite taille et la pression qu’elle a ressentie n’aidaient en rien…

- Bakura-oni-san pipi ! Dit-elle en tirant sur la manche de l’oni.

… Il avait ignoré Hoppô après avoir grogné quelque chose qu’elle n’avait pas compris… Mais hoppô était une grande fille ! Elle était capable de se retenir ! Malheureusement, son obstination ne durerait probablement pas très longtemps, mais c’était mieux que rien.

Elle observait donc les 2 "adultes" se battre, ne comprenant nullement la raison. Peut-être était-ce encore une "chasse" ? Mais dans ce cas-là, Hoppô ne pouvait intervenir : il n’y avait qu’une seule proie pour 2 Shinkaisei. Elle passait donc son tour, assise au sol pour observer ce qu’il se passait… Dans un premier temps, l’homme était sur la défense… Mais pour une quelconque raison il défit son sac, sortant un énorme instrument qui fit trembler Hoppô : il avait dans son dos un énorme conteneur, plus grand que notre petite Hime, relié à un genre de long bec en métal, équipé d’une gâchette, sur laquelle il pressa… Cet instrument de mort cracha des flammes, surprenant immédiatement Hoppô, dont la couleur des yeux rougissait légèrement.

Dans la panique, elle s’éloigna en bondissant en arrière, se réfugiant dans un coin afin de ne pas être atteinte par les flammes. Après avoir tout deux réussi a finalement échanger un coup chacun, ils s’éloignèrent avant de reprendre leur conversation.

- Plutôt pas mal pour une merde de marine héhé...

- Alors tu es vraiment ce Bakura...

- Qui d'autre ?

Elle ne comprenait pas le sens de cette conversation… Que voulait dire merde ?

- T'es pas tombé sur le plus délicat des criminels. Je ne fais qu'une bouchée des marines, j'adore les voir souffrirent...

- Je te conseille de te rendre bien sagement.

- Hoooh ! Mais c'est qu'il me menace !

- Ce n'est pas une menace, mais un conseil.

Bols se remit à pointer son lance-flamme en direction de Bakura… Ce qui donna des frissons à Hoppô. Elle savait bien que les flammes étaient très dangereuses et se préparait donc à participer à la "chasse", quitte à se faire engueuler, pour protéger l’oni.

- Tss chien.

Elle ressentit le danger et bondissait, poussant le lance-flamme, l’oni ne reçut rien, mais elle se fit brûler les jambes par les flammes qui étaient déjà sorties… Elle atterrit en roulant avant de se cogner contre un mur. Elle souffrait et pleurait, mais tout cela, en silence…  Le choc était tel qu’elle entendait un sifflement, n’entendant plus rien. Son instinct à ce moment-là, lui fit comprendre ce qu’elle avait besoin, elle ne pouvait plus réfléchir à rien, son bras tremblant commençait à chercher sa robe… A ce moment-là, quelqu’un prit Hoppô dans ses bras. Elle ressentit cette douce chaleur, et cette odeur réchauffait la petite… Elle enlaça donc ce corps, plaçant sa tête sur l’épaule gauche de l’homme…

- Haaaaaa…

Après avoir difficilement inspiré, elle ouvra ses grands yeux rouges, observant la chair de la gorge de l’homme, avant d’y planter ses crocs, en une bouchée, elle avait emporté la trachée et la veine jugulaire gauche de l’homme… Elle fermait ses yeux pour éviter que les éclaboussures de sang ne puissent y entrer… L’homme n’avait même pas pu faire le moindre son une fois sa trachée emportée. Il tomba en arrière… Sa dernière vision était celle d’une petit fille, se tenant sur lui, tachée de sang, mâchant ce qu’elle venait de lui prendre… Sa vie.

- Bon, j’ai à faire à une cannibale, de mieux en mieux

Ses sens revenaient à elle. Rapidement après cela, tel un animal, elle déchira le reste de sa gorge, dévorant goulument  la chair de cet homme innocent. Prenant rarement le temps de mâcher les tissus qu’elle déchirait, elle avait commencé par les muscles des trapèzes, avant de s’en prendre aux organes que contenait son torse.

Une fois cela finit, Hoppô se tenait sur le t-shirt déchiré de sa victime, qui avait absorbé beaucoup de sang. Ses jambes étaient redevenues blanches, mais étaient tachées de sang, comme tout le reste de son corps et plus spécialement son visage, dont les yeux étaient devenus rouge vif. Elle avait mangé sur la carcasse tout le haut du corps, ne laissant que quelques organes digestifs trainer… La seule attache qu’il restait entre la tête et le corps était la colonne vertébrale… L’homme était mort les yeux ouvert et Hoppô terminait son festin en prenant le globe oculaire droit de l’homme et mis celui-ci en bouche tel un bonbon…

Bakura observait cela, tandis que Bols retournait rapidement dans la ruelle pour reprendre le combat, mais fut lui aussi interrompu à la vision du spectacle… Le sang avait éclaboussé partout dans la ruelle, seul le bas du corps et les bras du civil était resté intouché, le haut de celui-ci présentait sa cage thoracique ouverte, les os de ses côte, ceux de ses bras… Par endroits, de petits morceaux de chair restaient et certains organes avaient visiblement disparu… Sur le visage de celui-ci était restée une expression choquée… Et son œil manquant venait d’être mangé par la petite fille.

Certains civils ayant vu Bols foncer dans la ruelle suivirent afin d’assouvir leurs curiosité… Il y avait donc 3 civils derrière Bols qui furent eux aussi bouche bée devant ce qu’ils venaient de voir. Bakura sauta aussitôt sur le marine qui venait de revenir et qui riposta assez souplement en esquivant. Il semblait inquiet, mais tant que les civils étaient derrière lui, ils ne risquaient rien…

En même temps que l’oni fonçait, la petite shinkaisei, bondit sur un mur, puis sur celui en face afin de se retrouver au-dessus des duellistes… Avant de foncer directement sur les civiles qui ne purent que tomber en arrière face à cette créature qui leurs fonçait dessus. Il ne restait rien de l’innocente petite, qu’un monstre, prédateur de l’être humain et elle resterait ainsi tant que la personne maniant ce lance-flamme ne sera pas abattue. En fondant sur ses proies, un unique Kagune sortit de dessous sa robe, transperçant directement un des civils, elle atterrit sur un second, plantant directement ses crocs dans la poitrine de celui-ci pour déchirer de sa main son cœur et l’avaler. Après cela, un second Kagune sortit de son dos, tuant le survivant en transperçant directement son crâne. Ses 2 kagunes ramenèrent vers sa bouche les cœurs des 2 autres victimes, qu’elle mangea pour faire sortir un dernier kagune avant de se retourner pour regarder dans les yeux le marine témoin de ce massacre…

Il se retrouvait muet face à cet imprévu, bloqué entre Bakure et Hoppô, dont les tentacules métalliques bloquaient le passage…


Revenir en haut Aller en bas
Bakura Ryô

avatar

Messages : 123
Date d'inscription : 25/03/2014
Age : 19
Localisation : Quelque part dans les ténèbres ~
Humeur : Sadique

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
8/1000  (8/1000)
Expérience:
367/400  (367/400)

MessageSujet: Re: Onii... san?   Sam 20 Déc - 14:10

Spoiler:
 

Bakura se contentait de la regarder en ayant aucune expression sur son visage, on aurait presque dit qu'il trouvait ça tout à fait normal qu'une enfant mange un être humain. A vrai dire en voyant tout le sang il en avait presque envie d'en boire, il s'en lécha les babines. Il entendit des bruits de pas approcher, il tourna sa tête et vit Bols ainsi que trois civils qui étaient curieux de voir ce qu'il se passait ici. Aussitôt qu'il vit le marine, Bakura lui sauta directement dessus, Bols réussit à l'esquiver à temps malgré le poids qu'il faisait à cause de son lance flamme. La petite Hoppô bondit sur les civils présent derrière et les tua sauvagement en ne leurs laissant aucun répit, si l'occulte appréciait bien une chose chez cette petite : c'était bien sa manière de tuer. Une fois qu'elle eût fini son mini carnage elle bloquait le passage à Bols qui était coincé entre un psychopathe et une cannibale. Très bel entourage. Le marine regarda de chaque côté, prit au piège comme un rat.

- Hm... Je comprends pourquoi cette petite était avec un criminel...Lâcha t-il simplement.

Il supposa que Bakura avait recruté cette Shinkasei pour concrétiser ses projets, ce qui n'était absolument pas le cas. L'occulte bondit le premier sur Bols, celui-ci le contra avec son lance flamme mais cela laissa une ouverture pour la petite fille qui bondit à son tour en se propulsant grâce à l'une de ses tentacules. Ses deux bras étaient comme des lames acérées à cause de ses tentacules, au bout des membres se trouvait des bouches avec des dents pointues, l'une d'elles mordit la jambe de Bols qui se contraint d'essayer de frapper la fille. Elle esquiva en se propulsant ailleurs, mais le marine n'avait pas de le temps de faire quoi que se soit car Bakura lui mit un coup de genou dans son estomac et pour le faire tomber il lui mit une droite bien placé. Bols tomba par terre, après avoir subit tout ça il était en mauvaise posture ! Soudain, lorsqu'il dirigea sa tête en direction du ciel, il vit Hoppô plonger sur lui avec l'une de ses bouches prête à le déchiqueter. Il roula sur le côté pour esquiver, et dégaina rapidement son lance flamme et tira. Cela obligea Bakura et Hoppô à reculer, le pirate ne s'était jamais imaginé combattre aux côtés d'une gamine, bien qui ne la prenait pas totalement pour une alliée. Lui avoir des alliés ? Cela faisait bien longtemps qu'il n'en avait plus. Il fronça les sourcils et sauta tel un loup rusé en direction de son ennemi tout en esquivant les flammes. Hoppô suivit " l'oni " ce qui déstabilisa Bols qui était en infériorité numérique. Une des tentacules de la petite fille saisit la gorge du marine, celui-ci baissa sa garde et essayait tant bien que mal de se défaire de cette galère. Bakura grâce à la puissance de son anneau l'envoya voltiger plus loin en plein milieu de la ville à la vue de tous. Mais ça il s'en foutait royal, il vit sa proie par terre il bougeait difficilement après avoir reçut tous ces coups. Les gens autour se demandait ce qu'il se passait, un gars essayait même d'aider Bols mais quand il vit arriver Bakura avec sa tête de malade mental et une fillette avec des choses bizarre autour d'elle, il recula. Le marine se releva difficilement mais il était toujours prêt à défendre les civils. Le psychopathe cherchait un moyen de percer sa défense, son regard se tourna vers le lance-flamme, posséder une telle arme il en rêvait ! Il vit qu'Hoppô s'était mise à côté de lui, la fillette...Mais oui ! Il allait l'utiliser, ses tentacules feraient un très bon appui pour prendre de vitesse son adversaire, autant se servir de ce qu'il avait.

- Hé la gamine ! Envoie moi sur lui ! Ordonna t-il.

Hime semblait avoir compris pour une fois.


- Harasho ! s'écria t-elle.

Le pirate ne comprenait pas ce que ça voulait dire mais le plus important était qu'elle exécute ses ordres. La petite le prit dans l'unes de ses tentacules et l'envoya directement sur Bols. C'était beaucoup trop rapide pour Bols la seule chose qu'il eût à faire était de se protéger avec son lance-flamme, il voulait emporter Bakura avec lui dans la tombe, une fois que le lance flamme sera touché par la rapière de l'occulte il explosera. C'est ce qui se produisit, Bakura avait dégainé sa rapière en plein vol et avait l'avait planté dans le premier truc qu'il toucha ; Le lance flamme. Une explosion brûla tout ce qui était à environ 5m de Bols, dont Bakura qui était très près. Il fut propulsé dans un mur d'un magasin beaucoup plus loin, les civils les plus près périssaient et les autres étaient bien blessés. Hoppô avait essayé d'attraper Bakura mais il avait été si près de l'explosion qu'il avait été projeté à une vitesse hallucinante. Lorsque tout était enfin calme, pleins de cadavres et de gens brûlaient. dans les rues, c'était l'anarchie. Tout ça à cause de qui ? Un certain fou furieux qui avait foncé dans le tas voulant à tout prix tuer son ennemi. Mais il avait fait pire que de tuer un seul marine, il avait tué plusieurs civils et gravement blesser d'autres. Il avait aussi blessé son ' équipière", et c'était aussi blessé lui-même. Il avait son bras gauche complètement carbonisé, il ne le sentait plus et une partie de son visage était un peu brûlé. Son anneau lui avait sauvé la vie, sans son anneau il aurait été complètement carbonisé ! Ses cheveux avaient  un peu noircit à cause de la fumée et son manteau était en piteux état. Il se releva difficilement, il ne sentait plus son bras et souffrait un peu partout à cause du choc, mais il admirait son carnage ! Il fronça les sourcils en se rappelant de quelque d’existentiel :

- Putain ! J'ai pété le lance flamme raaaaaaaaaaaaah que je suis con ! s'énerva t-il en portant son bras brûlé.

Il était énervé car il avait brisé son jouet en mille morceaux, mais au moins Bols était mort. Il ne s'inquiétait absolument par de ce qu'était arrivé aux autres, il se savait immortel alors peu importe les dégâts. Il toussa à cause de la fumé présente, c'était la panique parmi les civils, il boita en direction du corps cramé du marine. Il esquissa un sourire sadique, content de le voir enfin mort.

- Ça t'apprendra, héhéhé.

Il chercha des yeux la gamine, elle avait dû être probablement touché elle aussi. Tant pis il devait sortir d'ici, heureusement qu'il avait mise sa chaîne sinon anneau aurait volé n'importe où et il aurait été encore dans la panade. Il avait du mal à respirer, il devait sortir de cet endroit et vite, surtout qu'une troupe de marines approchait.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Onii... san?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Onii... san?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Onii-chan Dakedo Ai Sae Areba Kankei Nai yo ne (OniAi)
» Sei Onii san - Saint Young Men
» Retian-onii-chan, présente-nous un anime!
» Onii-chan No Koto Nanka Zenzen Suki Janain Dakara Ne !! [Shonen]
» Onii... san?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: All Blues :: North Blue :: Lagays Greem-
Sauter vers: