PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Deux forts caractères, deux têtes roses.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jewelry Bonney

avatar

Messages : 207
Date d'inscription : 18/02/2014
Age : 24
Localisation : South Blue : Square Fall/ Bliss/ Kiguéritou

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
8/1000  (8/1000)
Expérience:
26/400  (26/400)

MessageSujet: Deux forts caractères, deux têtes roses.   Jeu 18 Déc - 22:20

Etouffée par les bras de ses parents, Bonney ne dit rien par patience mais aussi parce qu'elle devait l'avouer, ça lui faisait bizarre de quitter sa famille. Trop pot de colle mais qu'elle aimait quand même.

—Tu ne t'engages pas dans un combat perdu d'avance, veille bien à te nourrir correctement, démonte la face à quiconque te cherchera des noises si tu es sûre de le battre, vis ton rêve et surtout ne meurs pas, Bonney, répéta pour la millième fois au moins son père.

—Oh ma petite fille prend la mer, elle va monter son propre équipage, dit sa mère avec émotion contre son cou.

— P'pa, M'man, ce n'est qu'un au revoir ! Vous allez reprendre la mer aussi ! On se croisera sur les océans et les journaux parleront de mes exploits, leur assura-t-elle en les câlinant aussi.

Derrière eux, elle pouvait voir distinctement Kamijo, les bras croisés, accoudés au bastingage qui se moquait d'elle avec un petit sourire narquois. Bonney soupira et s'écarta, hésitant à aborder le sujet avant de se lancer.

— Et si je le croise … vous voulez que je lui dise quelque chose de votre part ?

Ses parents se tendirent un peu et Bonney baissa les yeux, connaissant déjà plus ou moins leurs réponses.

— J'espère que ce sera pas le cas.
— Nous n'avons rien à lui dire, dit simplement son père d'un ton pincé.

Bonney fit la grimace. La rancune de ses parents n'avait donc aucune limite.

—Vous êtes sacrément contradictoires les vieux mais comme vous voulez. Salut tout le monde ! A bientôt !


Bonney fit le tour du bateau, enlaçant chacun de ces pirates qu'elle considérait chacun comme étant un membre à part entière de sa famille, évitant soigneusement Kamijo, et descendit du navire, le Jewelry's Family, sa maison depuis sa plus tendre enfance. Ses parents n'avaient pas résisté à la tentation de la conduire sur l'île de son choix pour le début de son voyage et c'est ainsi qu'elle posait le pied à Kiguéritou. Une île médicinale sous la protection de la Marine.

A peine fut-elle sur la grève qu'elle entendit quelqu'un sauter à ses côtés. Bonney sourit et se tourna vers son ami aux cheveux rouges.

— Je me demandais si tu allais me suivre.
— Comme si j'allais te laisser partir sans un au revoir, fit-il en passant les bras autour des hanches de son ami d'enfance, il l'enlaça et lui chuchota à l'oreille : N'oublie pas notre pari.
— Toi, ne l'oublie pas. Tu dois me laisser 5 jours ! File ! Mes parents vont mettre le large, rouspéta-t-elle en lui mordant le nez.

Kamijo rit et escalada l'échelle de corde, saisissant la main tendue d'un de ses camarades pour enjamber le bastingage.

— A bientôt, Bonney !


Tout le monde lui faisait de grands signes de la main alors que le bateau s'éloignait au fur et à mesure de la grève isolée, Bonney agitait la sienne en retour, non sans une petite émotion qui lui enserrait la poitrine. Elle resta un long moment à observer le bateau au loin. C'était enfin le début de son aventure. Il lui fallait de l'argent tout d'abord. Elle n'avait rien pris, refusant de taxer sur les trésors de ses parents.

C'est précisément pourquoi elle avait choisi Kiguéritou. Des médecins. Une foule de médecin en tout genre, tous pétés de thunes. Elle allait s'amuser à tous les dépouiller pour se faire un petit pactole. 250 000 berrys, ça serait bien. Et puis, tout l'enjeu serait de ne pas se faire choper par la Marine présente.

Après un petit quart d'heure de marche, Bonney arriva à la grande ville surpeuplée de Kiguéritou. Cela grouillait d'activité mais parmi toutes les personnes qui marchaient Bonney repéra l'uniforme de la Marine, porté par un jeune homme avec une touffe de cheveux dans un bordel sans nom mais surtout rose ! Elle sourit. Le défi pouvait commencer, elle allait s'amuser à enchainer les rôles pour ne jamais se faire prendre et duper la Marine. Non, mieux, CE Marine, décida-t-elle pétillante d'excitation.

_________________
Ma renommée traversera les océans !



Revenir en haut Aller en bas
http://www.la-gazette-fantastique.blogspot.fr/
Natsu Dragneel

avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 17/03/2013
Humeur : Enflammée

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
1/1000  (1/1000)
Expérience:
301/400  (301/400)

MessageSujet: Re: Deux forts caractères, deux têtes roses.   Ven 2 Jan - 14:05

L'île de Kiguéritou, une île remplit de médecin talentueux. Mais Natsu n'était pas venu ici pour se faire soigner, mais plutôt pour enquêter ! Une rumeur circulait disant que les Jewelry, équipage de pirates, serait dans les environs. La marine était sur le coup et le Sergent Dragneel avait été envoyé sur place pour boucler cette affaire. Malheureusement pour lui, pour l'épauler on lui avait donner un équipier nommé Rin Jewelry alias le frère de Bonney. Natsu qui n'avait pas tout à fait un grand sens de l'équipe aurait voulu faire cette mission seul, en plus son équipier était Sergent-Chef, donc son supérieur hiérarchique. Rin était du genre autoritaire et très pointilleux, son travail était toujours prit avec le plus grand sérieux, ce qui avait le don d'énerver la salamandre. Heureusement il pouvait toujours compter sur son pote Francis, lui seul pouvait recadrer Natsu dans le bon chemin, le sergent était peut-être son supérieur mais par moment on dirait plutôt l'inverse.
Ils étaient sur le pont du navire et l'île se faisait voir, la touffe rose s'impatientait de débarquer car son mal de transport le rongeait plus qu'autre chose et il en avait plus qu'assez. Francis lui donnait des médicaments contre les nausées mais rien ne fonctionnait.


- Vous savez Sergent, peut-être que sur l'île nous trouverons un remède ! disait tranquillement Francis assit à côté du malade.

- J'espère...beuh...

Soudain une porte s'ouvrit, derrière eux se tenait Rin avec son regard de blasé avec ses mains dans les poches. Le sergent chef n'osait pas regarder Natsu qui vomissait dans l'eau, Francis le tenait pour pas qu'il ait l'envie de sauter par dessus bord.
Rin Jewelry:
 
Le navire accosta enfin l'île, Natsu bondissait de joie en retrouvant sa terre ferme chérie, mais il retrouva son sérieux en voyant que son " supérieur " avançait sérieusement sur l'île
.

- Ohé attends nous ! râla Natsu.

Il ne l'écoutait pas et continuait son chemin, le sergent grogna jusqu'à le rattraper suivit de Francis. Ils entrèrent dans la ville, l'enquête allait débuter, les pirates on été récemment aperçu par ici, il fallait trouver des indices qui pourrait montrer où ils allaient. Ce genre de mission ennuyait Natsu qui préférait les bonnes grosses bastons ! Avec de l'action et tout ce qui allait avec, mais là ce n'était pas le cas à son grand désespoir. Et devoir se coltiner Rin l'insupportait au plus haut point, surtout lorsqu'il donnait des ordres ;

- Vous deux, cherchez au nord de la ville, je m'occuperais du sud.

- Pourquoi nous on irait au nord ?! Et si j'avais envie d'allez au sud ?!

- Sergent...! intervint Francis.

Rin allait riposter mais un messager de la marine arriva vers les trois compères stoppant net la conversation qui allait finir en désastre.  

- Sergent-Chef Rin Jewelry, le quartier général nous as informés que vous devez vous rendre au Royaume de St-Urea au plus vite pour une mission importante.

Rin dû abandonner cette mission qu'il jugeait d'importante car après tout c'était de sa famille que l'on parlait. Natsu esquissait un sourire victorieux, il devenait le chef de cette mission, c'était l'occasion de briller ! Mais le sergent-chef pourrait revenir à tout instant, l'île où allait était voisine à Kiguéritou. Il lançait un dernier regard à Rin, qui s'en alla avec le messager laissant ainsi le champ libre à lui et Francis pour la mission. Natsu agirait comme bon lui semble, c'est à dire qu'il irait au sud de la ville, mais une odeur de nourriture lui titilla les narines. Avec son odorat développé il sentait de loin la bonne bouffe ! Il courut à la recherche de son futur repas laissant en plan Francis ne comprenant toujours pas le comportement exaspérant du Sergent. Celui-ci en oublia la mission de base et parcouru la grande place à la recherche de l'odeur délicieuse qui n'était d'autres que de l'Hot Dog. Il y avait une longue file d'attente, le commerçant avait du succès, ce qui déplût fortement à la salamandre qui n'avait que très peu de patience. De longues minutes défilèrent et il arriva enfin au comptoir pour commander, vingt minutes d'attentes pour deux minutes de plaisir. Triste réalité. Une fois rassasié il remarqua enfin que Francis n'était plus avec lui.

- Ben il est où ? Faut être con pour ce perdre ici !

Il marcha dans les rues avec les mains derrière la tête, toujours sur la grande place il ne se doutait pas qu'une fille aux cheveux roses aussi l'observait. Il s'ennuyait à mourir, il ferait n'importe quoi pour avoir un peu d'action dans les environs. Soudain son souhait fût exaucé, des cris retentissaient derrière lui, il s'approcha pour voir ce qui s'y passait et il vit une jeune femme qui avait la même couleur de cheveux que lui. Un rose clair, la fille semblait se battre avec un gars qui semblait un peu plus baraqué qu'elle. Mais elle n'avait absolument pas peur. Natsu s'approcha pour voir le combat, normalement les marines devait stopper ce genre de scène mais nan pas Natsu...:

- Trop cool une baston !!

Les gens regardèrent ledit Sergent, leurs yeux s'écarquillèrent en comprenant qu'il n'allait pas bouger d'un pouce mais qu'il allait sagement attendre la fin du combat. Heureusement Francis, alerté par le boucan s'approcha et sermonna son supérieur comme si il s'agissait d'un gamin de 6 ans.

- Voyons Sergent ! Allons les arrêter !

- Pour une fois qu'il se passe quelque chose d'intéressant ! Dit-il avec des yeux en étoiles.

Francis soupira et alla arrêter les deux individus qui se battaient, la jeune femme avait finit par terre mais son adversaire s'enfuit en voyant que la marine était ici. Sans doute un pirate, Francis et quelques autres soldats couraient après, quant à Natsu il alla voir la femme assise au milieu du chemin :

- Hé ça va ? C'était trop cool comment tu t'es battu ! dit-il tout souriant en lui tendant sa main pour l'aider à se relever.

Mais il ne savait pas qu'il avait à faire à une pirate et qui plus est, une Jewelry.

Note à Bonney:
 

Revenir en haut Aller en bas
Jewelry Bonney

avatar

Messages : 207
Date d'inscription : 18/02/2014
Age : 24
Localisation : South Blue : Square Fall/ Bliss/ Kiguéritou

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
8/1000  (8/1000)
Expérience:
26/400  (26/400)

MessageSujet: Re: Deux forts caractères, deux têtes roses.   Sam 17 Jan - 19:56

Bonney allait foncer sur le Marine pour l'aborder avec toute la délicatesse dont elle était capable mais se ravisa finalement. Il valait mieux que ce soit lui qui vienne à elle plutôt que le contraire. Pas de soupçons comme ça. La jeune femme regarda autour d'elle et vit un homme avec une tête de racaille, à peu près sa taille mais le double de corpulence. Avec un sourire espiègle, Bonney remonta ses manches qu'elle n'avait pas et bondit sur le pauvre homme qui n'avait rien demandé pour entamer une bagarre.

Sans hésiter, elle lui asséna un coup de poing dans la mâchoire. La réaction du malabar ne se fit pas attendre, il répliqua d'un crochet que Bonney évita pour lui asséner un coup de genou dans le ventre. Elle ne vit pas en revanche le coup de coude qui percuta douloureusement sa pommette. Bonney chuta sur les fesses sous le choc. Loin d'être apeurée, elle rit, amusée par la situation, voyant du coin de l'oeil les Marines rameuter à l'exception de celui qui l'intéressait qui s'extasiait sur la baston.

Alors que Bonney allait se relever pour asséner un autre coup, l'un des Marines s'interposa et elle resta au sol, observant le colosse détaler, la Marine au cul, ce qui la fit ricaner.

— Hé ça va ? C'était trop cool comment tu t'es battue !

Bonney releva la tête et vit le Marine aux cheveux roses au dessus d'elle qui lui tendait une main amicale pour la relever. La pirate la saisit et se hissa sur ses jambes, l'adrénaline dans les veines. Elle n'avait certes encore rien fait de sa vie mais le simple fait d'être une Jewerlry pouvait suffire à être arrêtée. Elle adorait ce jeu dangereux et se décida même à le pousser plus loin.

— Merci. Ça va j'ai rien de cassé. Il m'en faut plus que ça surtout si je veux rentrer dans la Marine.

Les deux mains sur les fesses à s'épousseter, la jeune femme en frotta une sur sa cuisse avant de la tendre à l'homme qui lui faisait face. Plutôt mignon dans son genre.

— Je suis Lucy Heartfilia, improvisa-t-elle.

— Woooow ! Tu veux rentrer dans la Marine ?! On pourrait être collègue, c'est trop cool ! Moi, c'est Natsu Dragneel, sergent ! Répondit-il extatique, les yeux brillants en lui serrant la main.

La jeune femme aux cheveux roses sourit et fit disparaître la pirate, Jewelry Bonney, pour devenir simplement, Lucy Heartfilia, future recrue de la Marine.

— Sergent ?! Pas mal ! Commenta-t-elle en enlevant une poussière imaginaire des cheveux de Natsu, simple prétexte pour le toucher.

Future recrue de la Marine, c'était bien, dragueuse et manipulatrice d'homme, c'était mieux. Et surtout très drôle.

— Et que viens-tu faire ici, Sergent Natsu ? Des problèmes de santé ?
Susurra Lucy avec un sourire charmeur.

— Je suis ici pour trouver une famille de pirate ! dit-il fièrement.

— Une famille complète ? C'est rare. Cette famille doit être terrifiante pour que la Marine veuille l'arrêter. Et tu dois être sacrément fort pour diriger l'opération, ajouta-t-elle en le détaillant du regard.

—Ahahah oui, je le suis, se vanta-t-il.

L'un des Marines, grand brun avec un cicatrice en forme de boomerang sous l'oeil, qui les écoutait en arrière plan, se tapa le front de la paume de sa main, comme dépité par les dires de son collègue ou supérieur.

— Et tu penses que j'ai des possibilités d'entrer dans la Marine ? Tu m'as vu me battre tout à l'heure.

La jeune femme se frotta l'oeil et la pommette endolorie par le coup de coude.

— Ouais t'as l'air balèze ! Tu y rentreras sans problème !
dit-il tout souriant.
— Et est-ce que toi tu pourrais m'y faire rentrer et qui sait même me former ?

Lucy fit un petit clin d'oeil racoleur au Marine qui l'ignora superbement. Elle était peut-être trop subtile ?

— Moi ? J'ai le droit Francis ?
— Hé bien Sergent techniquement...
— Ouais c'est ok !
— Génial ! S'extasia-t-elle avant de remercier le sergent d'une bise.

Le dénommé Francis la regardait d'un air pas très convaincu et ne semblait pas apprécier comment elle était avec son sergent.

— J'ai l'impression que ton Francis n'aime pas beaucoup que je te fasse du gringue, rit-elle pour sous-entendre une plaisanterie alors qu'elle le draguait bel et bien.
— Hein ? Qu'est-ce que tu racontes ?

Lucy comprit au regard du Marine, qui confirma son propos, qu'il était un peu méfiant.

— Que puis-je faire pour convaincre ce cher Francis et te remercier Natsu de m'aider ?
— Allons boire un coup ! Réclama-t-il aussitôt

Lucy éclata de rire, frappant le dos du Marine, qui décidément lui plaisait beaucoup, et, lui passant un bras sous le sien, le tira vers le bar le plus proche.

_________________
Ma renommée traversera les océans !



Revenir en haut Aller en bas
http://www.la-gazette-fantastique.blogspot.fr/
Natsu Dragneel

avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 17/03/2013
Humeur : Enflammée

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
1/1000  (1/1000)
Expérience:
301/400  (301/400)

MessageSujet: Re: Deux forts caractères, deux têtes roses.   Dim 1 Fév - 18:21

La jeune femme nommée Lucy Hearthfilia, ne faisait que d'essayer de flirter avec le jeune sergent. Mais bête comme il était, il ne vit rien du stratagème de celle-ci. Sauf peut-être Francis qui lui restait plutôt méfiant vis à vis de Lucy. Natsu et Lucy avaient appris un peu à se connaître en papotant, il avait d'abords sût qu'elle voulait intégrer la marine, et que se soit en particulier lui qu'il y entraîne, et qu'en plus elle le trouvait fort ! Son ego flatté, la salamandre avait toute suite accepté ! Natsu lui avait proposé de venir boire un coup pour fêter ça, la jeune femme semblait contente de cette option et elle tira le sergent dans un bar très proche de leurs position. Francis soupira, il n'avait pas confiance en cette femme et il ne savait pas particulièrement pourquoi, mais elle allait faire du tort à son supérieur. Il décida de suivre les deux nouveaux amis, le bar était assez conviviale, ils s'assirent à une table près d'une fenêtre. A peine installé, le serveur se pressa de les rencontrer pour commander :

- Que puis-je vous servir messieurs dames ?

- Du saké pour moi ! Annonça le sergent joyeux.

- Ce sera une limonade pour moi.

- Du saké aussi s'il vous plaît.

Le serveur repartit en direction du bar pour allez préparer les boissons, Lucy faisait ses petits sourires en direction du Sergent qui ne comprenait encore rien à la situation, car il lui rendit ses sourires. Francis restait sur ses gardes, elle n'avait pas l'air dangereuse aux premiers abords, mais les apparences sont souvent trompeuses. Voulant faire disparaître ce silence pesant, le quartier maître entama la discussion avec Lucy pour essayer de mieux la cerner :

- Alors Lucy, d'où venez-vous ?

- De Baterilla.

- Bien, pourquoi voudrais-tu intégrer la marine ? continua t-il.

- Pour faire régner la justice évidemment répondit-elle simplement comme si c'était une évidence.

Francis allait continuer de l'harceler au sujet de sa vie et de ses intentions, mais Natsu préféra l'interrompre :

- Hé Francis, laisse là un peu, tu l'as soûles un peu haha avec tes questions ! Pas vrai ?

- Pardon Sergent. Je voulais juste savoir.

- Non, non, il est normal qu'il s'interroge sur mes motivations. La Marine ne peut pas accepter n'importe qui.

- Tout à fait ! Acquiesça le quartier maître.

Ils continuèrent de papoter de tout et de rien, sirotant tranquillement leurs boissons. Natsu aimait bien cette fille, il l'a trouvait cool dans le genre ! Il espérait qu'elle serait vite intégrer dans leurs rangs, pour qu'il puisse un jour, faire des missions ensemble peut-être ? Mais ça, Francis n'arriverait sans doute pas à le digérer. Il devait au moins prévenir le sergent, le prévenir que cette fille ne l'inspirait pas du tout. Il en profiterait ce soir, lorsque Lucy ne serait plus dans les environs. Justement, les marines devraient rentrer, pour faire un bilan de la situation d'aujourd'hui. Comme d'habitude, Natsu avait fait l'imbécile et ne s'était pas concentré sur la mission. Si Rin avait été là, il aurait tapé un scandale !

- Sergent, il est l'heure de rentrer je pense.

- Ah ouais, bon Lucy on commencera l'entraînement demain ? Rendez-vous ici, demain matin à 9h00 !

- Je serai là, Natsu ! T'es trop sympa de bien vouloir m'aider ! dit-elle joyeusement.

Ils se séparèrent, les deux marines rentraient au port, pour allez rejoindre le navire. La pêche n'avait pas été très fructueuse sur l'enquête de la famille Jewelry, ce qui rassura Francis, qui c'était sentit inutile tout le long de la journée. D'ailleurs, il rejoint Natsu dans sa cabine, il était entrain de mourir sur le lit, à cause de son mal de transport. Oui, il était malade même quand le navire était à l'arrêt. Heureusement les cachets l'avait un peu soigné, mais ça ne durerait pas extrêmement longtemps. Francis toqua, il entendit un " entrez " de la part du sergent :

- Sergent, il faut que je vous parle de Lucy.

- Qu'est-ce qu'il y a ? Beuh...

- Je n'ai pas confiance en cette fille, elle est..bizarre.

- T'es con ou quoi ? Lucy elle est trop sympa ! Faut arrêter de te méfier de tout le monde mon vieux !

Bien sûr, Natsu était têtu, si il disait qu'elle était sympa, ce qu'elle devait forcément l'être.

- Vous devez sûrement avoir raison, pardon du dérangement.

Sur ce, il sortit de la pièce, laissant Natsu entrain d'agoniser. Vivement demain matin pensa t-il. Le matin suivant, le soleil se leva sur l'île de Kiguéritou. Natsu s'étira en sortant du bateau, il était en mode " Je revis ". Il croisa Francis qui parlait avec un autre de ses collègues, le sergent alla dans sa direction en souriant :

- Yo !

- Tiens bonjour Sergent, il semblerait que cette nuit, il y a eu un cambriolage chez un accessoiriste dans le centre-ville.

- Il n'y a pas eu de blessé, juste une vitre brisée et pleins d'objets volés comme : Des accessoires et des perruques. Lista le marine.

Natsu ne savait pas quoi dire, quel était l'intérêt de voler ce genre de chose ? Allez à un bal masqué ?

- Est ce que c'est en en rapport avec les Jewelry ? demanda t-il, pour une fois qu'il posait une question intelligente.

- Nous ne savons pas encore. admit Francis. Quoi qu'il en soit, nous devons rester sur nos gardes, le voleur peut refaire surface à tout instant. Nous allons surveiller le périmètre de la boutique. Et vous Sergent ? Vous allez voir Lucy ?

- Ah oui merde !

Il courut comme un dératé dans la ville, recherchant le bar où il avait demandé à Lucy de le rejoindre. Lorsqu'il arriva, elle était déjà là. Il l'avait fait attendre quelques minutes, par quoi allait-il commencer pour son entraînement ?

- Yo Lucy ! Salua t-il.

- Salut, beau sergent. Elle lui fit un clin d'oeil.

- S'cuse du retard, apparemment il y a eu un cambriolage !

— Oh ... tu peux pas m'entrainer du coup. Dit-elle visiblement déçue.

- Bien sûr que si ! Mes collègues s'en chargeront ! Lança t-il joyeusement.

— Trop cool ! Alors on commence par quoi ?

Voilà une bonne question, Natsu n'en avait absolument aucune idée ! Mais il ne voulait faire attendre son élève, il avait une responsabilité maintenant !

- Euh...hé bien...fit-il en se grattant la tête, cherchant quelque chose à faire.

— Tu n'y as pas réfléchi ?

Elle rit et ajouta :

— C'est mignon

Natsu rigola de sa propre bêtise, et marcha avec Lucy dans la rue en espérant trouver quelque chose à faire, pour leur premier entrainement.

Revenir en haut Aller en bas
Jewelry Bonney

avatar

Messages : 207
Date d'inscription : 18/02/2014
Age : 24
Localisation : South Blue : Square Fall/ Bliss/ Kiguéritou

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
8/1000  (8/1000)
Expérience:
26/400  (26/400)

MessageSujet: Re: Deux forts caractères, deux têtes roses.   Mer 11 Fév - 2:28

L'interrogatoire de Francis avait fait sourire Lucy. Il était un bon Marine, il ne prenait pas pour argent comptant ce que la première inconnue lui racontait. Certes, ça la desservait, elle qui était absolument honnête, mais c'était aussi rassurant pour le futur qu'elle envisageait dans cette institution de renom. La conversation passa bien trop vite au goût de la jeune femme qui riait bien souvent avec le Sergent même si celui-ci ne voyait absolument rien de ses tentatives de drague. Si elle avait trouvé cela décontenançant au début, la future recrue trouvait ça plutôt mignon maintenant et se mit au défi de le faire tomber dans ses filets. Lucy la grande dragueuse ne resterait pas vaincue face à un homme un peu naïf.

— Ah ouais, bon Lucy on commencera l'entraînement demain ? Rendez-vous ici, demain matin à 9h00 !

— Je serai là, Natsu ! T'es trop sympa de bien vouloir m'aider ! dit-elle joyeusement.

Ils se séparèrent à la sortie du bar, le sergent devant retourner sur le navire qui l'hébergeait, tandis que la jeune femme voulait visiter un peu l'île. Elle ne fit pas trois mètres que, loin du sergent, Bonney refit surface et s'écroula de rire contre un bâtiment. C'était tout bonnement excellent. Ce Natsu était un sacré phénomène.

Etait-il possible d'être aussi aveugle ? Etait-il con ou tout simplement innocent en ce qui concernait les femmes ? Elle se posait sérieusement la question. C'était pas mignon mais très avantageux pour elle, la pirate n'hésiterait pas à prendre avantage de cette naïveté ou débilité, peu importe ce que c'était, pour jouer avec lui.

Elle se sentait comme un prédateur avec sa proie et adorait ça.

Bonney reprit sa marche dans les rues. Des médecins. Il y avait tout type de médecin absolument partout ! Médecin généraliste, ophtalmologue, rhumatologue, psychologue, pneumologue, néphrologue, urologue, oncologue, tous les mecs en -logue y passait !

Peu à peu, dans sa tête se dressait la liste des médecins qu'elle allait dépouiller. Elle n'avait pas encore d'idée précise de comment faire mais une chose est sûre, elle voulait duper Natsu.

Elle trouva finalement la solution en passant devant une devanture de boutique qui n'avait absolument rien à voir avec la médecine : un accessoiriste. Les yeux violets de Bonney luisirent d'intérêt, son plan commençant à se mettre en route dans sa tête. Elle regarda le ciel, bon, elle avait encore le temps avant qu'il ne fasse nuit, elle allait en profiter pour trouver un lieu où loger et ensuite dormir un peu.

Satisfaite, Bonney se dirigea vers l'enseigne « hôtel » qui brillait au loin. Mentalement, elle construisait le reste de la psychologie de Lucy Heartfilia, quelques goûts personnels, une histoire radicalement différente de la sienne, se remémorant ce qu'elle avait dit au très suspicieux Francis pour construire le reste. Il serait du genre à tout enregistrer mentalement ce bougre là.

La pirate prit une chambre à l'hôtel d'un prix raisonnable et sourit aimablement à la réceptionniste, se présentant comme une recrue du bateau de la Marine ancré au port et qu'elle pourrait payer avec sa solde d'ici deux jours si ça ne la dérangeait pas. La femme d'une quarantaine d'années lui fit confiance à la mention de la figure d'autorité et lui donna sa clé. Huhuh. Trop facile. Elle posa ses possessions sur le lit, à savoir ses vêtements tout simplement, et se glissa sous les draps pour dormir quelques heures. Elle en aurait bien besoin sinon, elle ne tiendrait pas les entrainements avec Natsu surtout au vu de ses futures occupations nocturnes.

Vers 3h du matin, la pirate se réveilla. Il faisait nuit noir dehors et les civils avaient déserté les rues. Kiguéritou était devenu un havre de silence vide de toute présence. La pirate s'habilla rapidement et s'étira. Une nuit idéale pour cambrioler. Elle aurait aimé descendre de manière trop classe par la fenêtre, un genre de guerrier de l'ombre descendant souplement des bâtisses, une grimpeuse aussi souple qu'un chat.

Mais la réalité étant qu'elle était maladroite comme pas possible, Bonney se contenta de passer discrètement par la grande porte plutôt que de se vautrer la gueule en bas de la fenêtre. La jeune femme alla au petit trot vers la boutique qu'elle avait repéré plus tôt, se frottant les mains à l'avance. La pirate n'avait aucune arme mais elle doutait d'en avoir besoin. A priori, le propriétaire ne pouvait pas dormir dans la boutique, elle ne semblait pas avoir d'étage. Arrivée devant Bonney regarda à droite puis à gauche et enleva son t-shirt, restant en soutien gorge le temps d'enrouler le tissu autour de son poing.

Elle inspira et frappa de toutes ses forces dans l'angle inférieur droit de la vitre dont été pourvue la porte. Le carreau ne tint pas et se brisa, laissant  le champ libre à la jeune femme qui put glisser son bras et déverrouiller la porte. Classique mais efficace. Elle remit son t-shirt et plia, déplia ses doigts. Ses phalanges allaient restées sensibles une petite journée et après elle ne sentirait plus rien.

Bonney entra avec ravissement dans la boutique, ses yeux brillant d'envie face à ces merveilles devant elle. Des perruques en veux tu en voilà, des accessoires divers pour le visage, du maquillage, des chapeaux, des vêtements. Une vraie caverne d'Ali Baba pour la comédienne. Tout d'abord, elle alla dans la réserve et chercha les immenses sacs que devait fournir le vendeur à ses clients qui repartaient chargés. Elle lâcha un petit rire machiavélique de satisfaction en les prenant et commença ses emplettes.

Des perruques tout d'abord. Bleu, blonde, blanche, verte, brune, toutes celles de bonne qualité passant pour vraisemblable atterrir dans le sac grand ouvert de Bonney qui jubilait. Elle avait hâte d'essayer tout ça. Puis elle fit une razzia sur les accessoires : chapeaux, extensions, maquillage, prothèses, masques, accessoires pour se coiffer, tout y passa.

Elle avait déjà deux gros sacs quand elle piqua aussi des costumes. Fermière, infirmière, star du disco, tenues de civils originales, Bonney ratissa large pour dévaliser le plus de professionnel de la santé possible.

La pirate ne s'attarda pas plus et sortit, chargée comme un mulet mais satisfaite pour retourner à sa chambre. Monter fut une sacrée péripétie. Elle choisit finalement de monter deux sacs par deux sacs, faisant deux allers retours, plutôt que de prendre le risque de réveiller tout le monde en portant les quatre d'un coup. Ils auraient frappé à coup sûr aux murs.

Une fois dans sa chambre, un autre défi se présenta à elle. Comment ranger de manière discrète tout ce bordel ? Bonney se gratta la tête, perplexe, observant la petitesse de la pièce et l'immensité des quatre sacs qui lui paraissaient plus gros que jamais. Elle souleva son matelas et mit les vêtements sur les lattes, les posant à plat et de manière équitable afin qu'ils prennent le moins de place possible  ne déforme pas le matelas. Bon, ça le surélevait un peu malgré tout mais la couverture cachait ça. La pirate saisit les oreillers et les blinda d'accessoires. Elle dormait toujours sans de toute façon. La jeune femme mit les deux oreillers sur la chaise qui siégeait seule comme une malheureuse dans l'angle opposé.

Pour les perruques, pas le choix, elle devait les garder sur les têtes en plastique pour pas qu'elles se déforment. Bonney les mit dans le placard à disposition, seul meuble hormis le lit et la fameuse chaise. Elle sourit et se remit au lit, sans prendre la peine de se déshabiller cette fois, réglant machinalement le réveil avant cela. Il ne fallait surtout pas qu'elle soit en retard à son rendez vous avec Natsu.

Le réveil ne fut pas bien difficile grâce à sa petite sieste avant son cambriolage et elle arriva à neuf heure pétante devant le bar, Bonney disparaissant totalement, la sympathique, dragueuse et ambitieuse Lucy prenant le pas sur elle.

Celle-ci salua aussitôt beau sergent malgré son retard, souriant aimablement. La journée promettait de belles choses ! Un Sergent qui l'entrainait personnellement ! C'était énorme ! Une avancée gigantesque pour son engagement à elle, Lucy Heartfilia ! Elle allait peut-être même avoir de l'avance grâce à lui. Elle crut un instant qu'un bête cambriolage allait bouleverser ses plans mais il n'en fut rien et elle ne put s'empêcher d'exprimer sa joie.

— Trop cool ! Alors on commence par quoi ?


Natsu sembla embêter par la question et Lucy comprit bien vite le problème.

— Tu n'y as pas réfléchi ?

Elle rit et ajouta :

— C'est mignon

L'homme aux cheveux roses rit de concert avec elle et les yeux de la future Marine pétillèrent de joie. Enfin ! Un semblant de complicité, de réaction à sa drague ! Ils marchèrent ensemble un moment, parlant sans vraiment évoquer l'entrainement, jusqu'à ce que Natsu renifle soudainement l'air.

— Woooooow ! Ça sent super bon ! Viens Lucy, j'ai trouvé !

Sans même lui laisser le choix ou le temps de répondre, le marine lui saisit la main et la tira à sa suite dans sa course. Manquant de tomber, Lucy le suivit avec difficulté, manquant de chuter plus d'une fois, remettant en place ses bretelles qui se faisaient la malle.

Le sergent arriva tout fier devant un restaurant d'où s'échappait l'odeur qu'avait flairé le marine et que sentait enfin la jeune femme. Une chose était sûre, Natsu avait un odorat fin.

— Je comprends pas, qu'est-ce qu'on fait ici ? A 9h00 en plus … J'ai pas vraiment envie de manger un plat aussi consistant.
— C'est là que tu te trompes, Lucy. Un Marine doit tout endurer et donc son estomac aussi !

Il dit cela avec un sérieux des plus déconcertants, affirmant cela comme d'une logique sans faille. La jeune femme en tombait des nues. Elle qui croyait avoir à faire à un super entrainement de fou, guerrier et rude, se retrouvait trainée dans un restaurant.

Il s'assit et lui fit signe de s'assoir à son tour.

— On va endurcir ton estomac. Tout passe par là. Garçon ! Je voudrai des moules, des frites, un steak en morceau, des haricots, des endives, du chou, des abats, le tout mélangé dans une soupe. Pour nous deux, indiqua-t-il.

Lucy eut un haut le cœur en entendant la commande et écarquilla les yeux en l'entendant préciser qu'elle mangerait ça aussi.

— Tu veux m'empoisonner ?! Personne au monde ne mangerait ça !

—Moi, si.

Une fois de plus, le sergent était convaincu par ce qu'il disait, la regardant droit dans les yeux avec son  sourire dont il ne se séparait jamais apparemment. Lucy déglutit nerveusement. Déjà quand elle avait entendu moule, elle avait pensé que c'était raide comme petit déjeuner mais avec la suite … quelle horreur !

Le serveur revint une vingtaine de minute plus tard, un pince-nez mis en place, la mine visiblement écoeurée et plaça les énormes bols – parce qu'ils devaient forcément être gigantesques ces saloperies ! - devant les deux clients.

Lucy essaya de montrer autant d'appétit que possible, suivant l'exemple de Natsu qui, cuillère en main, semblait déjà prêt à tout dévorer. Le courage de la jeune femme disparut quand un morceau de cervelle remonta mollement à la surface de sa soupe.

— Yeuuuuuuuuurk, c'est dégueulasse, je peux pas manger ça, Natsuuuuu !

Bien loin de s'attendrir, le Marine piochait déjà généreusement dans sa soupe, l'étrange tambouille disparaissant progressivement dans sa bouche. Au bout d'à peine dix minutes, il avait déjà tout mangé. La bouche ronde et grande ouverte, Lucy n'en revenait pas.

— C'était bien bon, ajouta-t-il même. Tu vois Lucy … c'est la force d'un estomac entrainé.

La jeune femme regarda son bol, sa fierté lui disait qu'elle devait faire comme lui. Son estomac lui hurlait d'avoir pitié de lui et de ne pas lui infliger ça. Pourtant, elle prit à son tour sa cuillère à soupe et la plongea dans le diabolique mélange. Elle n'osa pas regarder ce que contenait son couvert et enfourna directement.

Elle crut vomir aussitôt. Moule, chou et foie constituaient un mélange fatal pour sa langue. L'image de Natsu avalant joyeusement et avec le sourire le plat la fit avaler avec une infâme grimace de dégout.

— C'est dégueulasse, c'est dégueulasse
, répéta-t-elle avec un frisson de dégout.
— Non. C'est particulier mais bon, nuança Natsu, les bras croisés.

Elle aurait juré qu'il se retenait de rire mais ne le connaissait que trop peu pour le savoir. Son orgueil lui interdisant de perdre face à l'aisance du Marine, Lucy continua. Chaque cuillère était un calvaire. Pour commencer, elle n'aimait pas la moitié de ce que contenait cette soupe. Mais en plus, un mélange pareil au réveil … c'était trop. Son ventre protestait et des crampes se faisaient au fur et à mesure qu'elle mangeait. L'épreuve ultime fut quand elle sentit les endives sur sa langue. Elle faillit rendre les armes. Parmi toutes les choses qui la répugnait, celle-ci était la pire. Mais le sourire de Natsu lui fit tenir le coup.

Au terme d'un calvaire sans nom, elle finit son bol, une main devant la bouche pour s'empêcher de régurgiter le tout, une autre sur son pauvre ventre malmené.

— C'est vraiment immonde.
— Je sais pas, je suis pas suicidaire, j'ai avalé tout rond sans mâché moi.

Le sergent éclata de rire en révélant son astuce, se moquant très clairement de la jeune recrue naïve.  A cet instant, l'identité de la jeune femme vacilla, les envies de meurtre de Bonney transparaissant dans son regard.

— Vous faites quoi Sergent ?


La voix du trop prudent Francis la fit redevenir la gentille Lucy.

— T'es trop méchant Natsu ! C'était une première leçon dégueulasse ! Minauda-t-elle en se jetant sur le sergent en lui tirant les joues.


Pourvu que l'autre chieur n'ait rien remarqué.

_________________
Ma renommée traversera les océans !



Revenir en haut Aller en bas
http://www.la-gazette-fantastique.blogspot.fr/
Natsu Dragneel

avatar

Messages : 60
Date d'inscription : 17/03/2013
Humeur : Enflammée

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
1/1000  (1/1000)
Expérience:
301/400  (301/400)

MessageSujet: Re: Deux forts caractères, deux têtes roses.   Jeu 7 Mai - 15:29

Après un repas plutôt...désagréable qui servait d'entraînement à l'estomac, Francis refit son apparition au moment où Lucy alias Bonney, avait faillit baisser sa garde. Heureusement pour elle, elle redevint la gentille Lucy en tirant gentiment les joues du sergent qui ne pouvait s'empêcher de rigoler à ça. Francis fronça les sourcils, cette Lucy l'inquiétait de plus en plus, et Natsu ne voyait toujours rien à son stratagème. Sur le chemin du retour vers le bateau des marines, Lucy et Natsu restaient dans leurs monde en rigolant, tandis que le quartier-maître restait encore sur ses gardes en épiant les moindres mouvements de sa cible. Arrivé à bon port, la nouvelle recrue demandait ce que serait la prochaine étape de l'entraînement improvisé, Natsu n'y avait toujours pas réfléchit et oublia momentanément sa jeune élève pour demander à son coéquipier :

- Oh Francis ! Il y a des tas de médecins sur cette île non ?!

- Bien sûr Sergent.

- ALORS UN POURRA M'AIDER CONTRE MON MAL DE TRANSPORT, JE DOIS FILER A PLUS LUCY ! Cria-t-il.

Le sergent déguerpit aussitôt dans la ville à la recherche de médecins, susceptible de l'aider pour sa maladie. Laissant seuls Francis et Lucy, qui lui jetait un léger regard. Un lourd silence c'était installé entre les deux personnes, mais la fausse marine prit la parole :

- Bien, bien,fit Lucy un peu gênée. Tu es dans la Marine depuis combien de temps Francis ?

La jeune femme tentait une approche amicale avec l'intraitable et méfiant quartier maître.

- 4 ans répondit froidement celui-ci.

- Tu ne m'aimes pas beaucoup hein... dit-elle avec un grand sourire. Serais tu amoureux du craquant Sergent Natsu ?

Sauf que cette situation agaçait Francis, cette petite peste selon lui, était une manipulatrice de bon niveau, il n'allait pas se laisser faire aussi facilement.

- Tu es culotté de dire de telles sottises, je ne suis pas toi, qui tourne autour de lui comme une harpie, inutile te cacher ton petit jeu de séduction.

- Je cherche des raisons à ta méfiance. Je ne me suis jamais cachée de tenter de le séduire. J'assume parfaitement, mon cher Francis.

Un petit sourire innocent se dessina sur ses lèvres, ce qui fit légèrement sourire Francis pour la première fois sur cette île.

- Au moins tu es franche.

- Ah ! ah ! Un sourire ! S'exclama t-elle pleine de joie.  Alors qu'est ce qui te déplaît chez moi ?

Francis réfléchit un court instant avant de regarder Lucy dans les yeux en se tenant devant elle. Un des points fort du quartier-maître était sa diplomatie, contrairement à un certain sergent...

- Le fait que tu sois une manipulatrice, je te trouve très étrange comme fille. Après ce n'est qu'un point de vue évidemment.

- Étrange ? Manipulatrice ? En quoi ? demanda-t-elle aussitôt.

- Eh bien...

- Francis on a besoin toi pour le bateau ! hurla au loin un autre matelot.

- Désolé je dois allez voir ce qu'il se passe, tu m'excuseras Lucy.

- Bien sûr. sourit la concernée.

Francis fût évidemment déçu que cette entrevue soit si vite terminée, il aurait aimé en savoir plus sur cette fille étrange, qui d'un côté semblait sincère, mais de l'autre...elle était plutôt étrange. Il allait mettre ça au clair, avant que le sergent n'ait d'ennuis. Il lui lança un dernier regard méfiant avant de s'en aller voir ce qui se passe sur le navire, laissant ainsi Lucy seule.
Du côté du Sergent...

- LAISSER PASSER JE SUIS PRESSé !

Il esquiva tout les passants, cherchant le moindre médecins aux alentours. Il s'arrêta brusquement se demandant par où il pouvait commencer ? Un déclic, il allait chercher le meilleur médecin de l'île pardi ! Il demanda à un passant :

- Excusez-moi, où peut-on trouver le meilleur médecin de l'île ?

- Le meilleur médecin de l'île...? Hum, allez tout en haut de cette colline, il se trouve le cabinet du Docteur Kotori. Il est un peu spécial mais il est très compétant dans son métier.

Natsu s'en alla en toute vitesse en marmonnant un bref merci avant de courir comme un fou en direction de la colline, qui était très escarpé. Il usait toute son énergie à courir dans la montée, évitant les branches des arbres ainsi que des gros cailloux en milieu de la piste avant d'arriver tout en haut, en rampant comme une larve desséché. Il était à présent tout en haut, couché sur le sol d'épuisement, la langue pendouillante en dehors de sa bouche tellement il avait chaud et les yeux fixés sur le soleil au-dessus de sa tête rose.

- Faut venir avant d'être malade ici...sinon, les patients meurent avant d'arriver... Cte galère...marmonna t-il.

Seulement, il n'avait pas vu qu'à côté se trouvait un ascenseur qui conduisait les gens en haut, sans se fatiguer. Mais il était bien trop pressé pour l'avoir vu avant ! Mais bon, heureusement qu'il n'était pas monté dedans sinon il aurait été capable de crever à l'intérieur avec sa maladie des transports. Il essaya de ramper jusqu'à la porte du cabinet tout en blanc, et toqua faiblement. Quelqu'un ouvrit la porte mais ne vit personne, jusqu'à ce que la secrétaire regarda sur le sol, une touffe rose ramollit par terre.

- Vous allez bien monsieur ? s'inquiéta la fille. Natsu se redressa rapidement.

- Euh oui ! Enfin non ! Je cherche le médecin qui exerce ici.

- Très bien, patientez dans la file d'attente alors. Elle l'invita à s'asseoir parmi une foule de personne qui attendait patiemment, seulement Natsu n'avait pas de patience, cette file était beaucoup trop longue ! Et puis il avait d'autres choses à faire, comme l'entrainement de son élève par exemple !

- Je suis de la Marine, c'est HYPER IMPORTANT QUE JE LE VOIS  !

- Euh d'accord...son bureau est au fond du couloir à droite, mais, il est avec une patiente déjà.

-  Pas grave, mon cas est plus important !

Il se rua vers la salle du docteur, il entra sans frapper, lorsqu'il ouvrit la porte, le docteur examinait avec son stéthoscope la patiente en soutien-gorge sur la table. Evidemment, la patiente hurla un " KYAAAAAAA " en voyant un individu entrer sans frapper, le docteur Katori se racla la gorge :

- On entre pas, sans la permission jeune homme. Il vit son uniforme. Un marine ?

- DOCTEUR J'AI BESOIN DE VOUS !

- Vous ne pouvez pas attendre votre tour ?! s'exclama furieusement la femme.

- NOOOOOOOOOON, mon cas est un cas ULTRA RARE, JE SUIS TRÈS CONTAGIEUX MÊME !  

A ces mots, la jeune femme se rhabilla en vitesse et sortit en courant. Le docteur se tapa la tête contre la table.

- Que puis-je faire pour vous ? demanda t-il calmement.

- Je veux que vous soigner mon mal de transport !

- Je peux vous prescrire des médicaments contre ça, ils sont plutôt puissants alors, prenez-en un de chaque, tous les matins, et seulement un seul de chaque boîte.  La boite bleue est un relaxant à base de plantes, tandis que la boite rouge et pour vos maux d'estomacs. * Bon je suis nulle en médecine donc les médicaments donnés c'est pas trop ça xD *

Il donna la fiche à Natsu qui ne comprenait rien aux inscriptions dessus, et il le rangea dans sa poche. Puis il remercia chaleureusement le docteur.

- Oh t'es trop sympa mec ! Il lui tapota l'épaule.

- Bien. DÉGAGEZ MAINTENANT J'AI DU BOULOT !  

Il envoya Natsu dehors, qui grognait sur le seuil. Bon au moins il avait ce qu'il voulait, il demanderait à Francis d'allez lui chercher, car lui, les médocs n'étaient pas son truc. Il redescendit en se vautrant par terre, au moins c'était plus facile de descendre que de monter. Il rejoignit son bateau en se demandant ce qu'avait pu faire Lucy pendant ce temps.

Note à Marion :
 

Revenir en haut Aller en bas
Jewelry Bonney

avatar

Messages : 207
Date d'inscription : 18/02/2014
Age : 24
Localisation : South Blue : Square Fall/ Bliss/ Kiguéritou

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
8/1000  (8/1000)
Expérience:
26/400  (26/400)

MessageSujet: Re: Deux forts caractères, deux têtes roses.   Mar 7 Juil - 22:41

Bonney pesta quand Francis partit, laissant tomber son rôle. Il était sur le point de lui dire comment le mettre dans la poche mais ce satané matelot qu'elle ne connaissait pas mais auquel elle souhaitait mille morts l'avait interrompu. Se mettre Francis dans la poche aurait été l'assurance de sa victoire. Natsu était bien trop naïf pour douter d'elle. C'était à se demander comment il avait pu devenir sergent.

La pirate manipulatrice soupira et fit demi tour. Cela lui laissait le temps pour mettre à exécution son plan et ses projets. Elle rentra donc à l'hôtel et sortit le résultat de son vol, toute contente afin de se changer entièrement, mettant de grands vêtements noirs, une histoire se construisant déjà dans sa tête. Elle enleva son piercing sous son œil et regroupa ses cheveux pour les glisser sous une perruque noire. Puis, la jeune femme se recula et s'admira dans le miroir. Elle était méconnaissable, brune, une femme presque en deuil à vrai dire. Elle se demandait bien qui pouvait vouloir sérieusement acheter cela pour une fête déguisée vraiment.

La jeune femme se promit de choisir un déguisement plus joyeux la prochaine fois. Ainsi affublée, elle sortit de nouveau avec discrétion de sa chambre. Quel médecin attaquer ? Il y avait tant de possibilité sur cette île …

Le ventre de Bonney émit un bruit affreux et des crampes la firent se plier en deux. Elle faisait de son mieux pour ne pas vomir, se relevant tant bien que mal. Natsu lui avait niqué l'estomac. C'était certain. Elle le retenait avec ses idées à la con. Elle espérait qu'il avait tout aussi mal qu'elle.

La pirate comédienne se remit en route mais elle ne mit pas longtemps à se courber de nouveau, la main sur le ventre. C'était atroce. Il semblerait que finalement, elle doive aller chez le généraliste … pour de vrai. C'était le comble.

Les dents serrés, maudissant le Marine aux cheveux roses, Bonney alla dans le quartier réservé à cette élite médicinale, le regard fixé sur les plaques qui indiquaient leur profession à tous. Pas mal de noms compliqués défilaient sous ses yeux. Pour certains, elle ignorait même à quoi ils pouvaient bien servir. Hormis lui donner de l'argent facile bien sûr.

Elle jeta finalement son dévolu sur Robert Downey, médecin généraliste. Bonney frappa et attendit poliment qu'on lui dise d'entrer avant de franchir le seuil. Le cabinet n'était pas luxueux mais était tout de même assez cosy, des fauteuils de velours rouges dans chaque coin pour faire patienter les malades. L'un d'entre eux était occupé. Bonney n'eut pas à forcer l'expression pour faire la malade tant son ventre lui semblait sur le point de se liquéfier littéralement.

La pirate salua poliment de la tête la première malade et attendit. Le docteur Downey ne mit pas bien longtemps à sortir, reconduisant un autre patient à dehors, le sourire chaleureux. Niais à souhait. Il avait une petite barbe de deux jours tout de même le long de la mâchoire, des cheveux légèrement frisottants et des lunettes teintées perchées sur le nez. Il était assez charmant et plutôt baba cool pour un docteur elle trouvait.

—Mesdames c'est à qui ?

Bonney indiqua la femme à sa droite, le pied tapotant légèrement sur la moquette moelleuse. Elle devait être n'importe quelle patiente lambda pour ne pas attirer l'attention. Patiente toujours quand il s'agissait d'un mauvais coup ou d'un rôle, l'impétueuse pirate attendit une demi-heure. Ce fut une demi-heure de souffrance, à fermer résolument la bouche pour ne pas vomir, faire de son mieux pour calmer son estomac dégouté.

Ce fut presque une délivrance quand le docteur revint, un sourire charmeur aux lèvres pour l'inviter à entrer dans la salle de consultation.

—Miss ?
— Armanetti, répondit du tac au tac Bonney.

La pirate s'assit sur la chaise qu'il lui indiquait et croisa les jambes. Les choses sérieuses commençaient maintenant.

—Qu'est-ce qui vous amène alors ?

—Des maux de tête, des régurgitements et donc d'affreux maux de ventre. J'ai aussi une oreille de bouchée.

Elle énumérait que des choses fausses à l'exception de son ventre. Si elle pouvait repartir avec du fric et en plus des médocs pour soigner la catastrophe qu'avait provoqué Natsu, c'était vraiment tout bénèf pour elle.

—Hmm, voyons voir cela.

Le médecin lui fit signe de s'installer sur la table d'auscultation, ce que Bonney exécuta docilement. Il lui palpa étrangement le crâne avant d'y apposer sa main pour prendre sa température. La pirate, guère familière des médecins, le laissa faire, guettant le moment propice.

Il prit un drôle d'instrument en forme … de … trompe ? Leur médecin de bord avait des instruments un peu plus rustiques mais Bonney ne tiqua pas, se laissant faire. Elle sentait l'embout métallique froid être placé entre ses omoplates et se crispa du fait de la différence de température.

—Soulevez votre t-shirt je vous prie, je vais vous ausculter le ventre.

Bonney obéit et gémit de douleur en le sentant appuyer. Elle se retint fortement de ne pas l'insulter et rabattit violemment son vêtement, gênant les mains du médecin qui ahurissait.

—Mais que faites-vous ?

—Je …

Bonney n'eut pas le temps de finir sa phrase que le médecin fit pression sur son ventre dans un malheureux mouvement pour se libérer. La réaction de la pirate fut immédiate.

Elle vomit son atroce repas sur le médecin.

Qui des deux étaient le plus mal en point et choqué ? Bonney n'aurait su le dire. Les larmes aux yeux du fait de la régurgitation, elle saisit la première chose qu'elle avait à portée de main et attaqua l'homme de science. À coup de marteau.

Le petit là pour tester les réflexes. Affaiblie par son indigestion, la pirate paniqua légèrement et retourna l'ustensile, plantant manche dans l'oeil du docteur Downey. Celui-ci émit un gargouillis de douleur et Bonney resserra ses mains autour du cou du médecin pour le faire taire.

Quand elle sentit son corps devenir mou, elle le relâcha. Mort ou évanoui ? Elle ne savait et s'en moquait. Son œil empalé saignait abondamment mais il était possible qu'il soit vivant.

Avec hâte, les membres encore tremblants de cette scène improbable, une fine pellicule de sueur dans le dos, Bonney fouilla et renversa le bureau de sa victime pour empocher l'argent des consultations. C'était la fin de journée, tout cela allait être juteux.

La comédienne ne fut pas déçue et renversa tout dans la pièce avec autant d'application à la recherche de médicament. Elle en prit une dizaine, complètement au hasard. Le temps pressait, elle ne pouvait pas se permettre de rester sur les lieux du crime.

Elle fourra son larcin dans son sac à main et repartit en souriant, adressant un signe d'au revoir à l'intérieur du bâtiment quand elle sortit.

—Merci docteur, portez vous bien.

La jeune femme fit le chemin inverse en prenant bien son temps. Ce qui était pratique avec le noir c'était que le sang ne se voyait pas dessus. En revanche, avec son mal de ventre, elle ne pouvait pas se permettre une autre petite acrobatie et remonter dans sa chambre.

La pirate prit sa décision rapidement. Elle alla dans une rue pas fréquentée, proche de l'hôtel et enleva sa perruque, se délesta d'une partie de ses vêtements, gardant seulement son pantalon et sac, revenant à un look qui était clairement le sien. Elle fourra les vêtements dans une poubelle et mit ladite poubelle dans un énorme conteneur, rassurée.

Le réceptionniste la salua d'un joyeux sourire quand elle monta à sa chambre et la pirate referma la porte de sa chambre, le cœur battant. Elle regarda sa main un peu tremblante et sourit. Sa première agression en solo. Sans Kamijo pour surveiller ses arrières, sans ses parents étouffants qui sécurisaient l'île avant qu'elle y mette un pied. Son premier méfait sanglant. Sa première pierre dans l'histoire de la piraterie.

Bonney éclata de rire, euphorique, certaine qu'il s'agissait du début de sa légende. La pirate sortit ensuite les médicaments, son ventre se rappelant à son bon souvenir. Elle en avait volé plusieurs pour être sûr de se guérir mais surtout pour qu'on ne puisse pas déterminer la raison de son larcin : à savoir qu'elle était malade. Hors de question de se faire choper pour une connerie pareille.

Bonney ingurgita cul sec deux fioles et se coucha. Elle aurait aimé retourner voir Natsu. Bien que ce n'était qu'un rôle, la compagnie du sergent restait agréable. Même si sa naïveté était désespérante au plus haut point. Comment ce type avait-il pu gagner en grade ? Et surtout comment Francis avait-il pu finir sous ses ordres, lui qui était plus réfléchi ?

La pirate se promit de continuer à creuser sur les deux Marines. En attendant, elle devait dormir, se reposer pour guérir. Si elle voulait continuer à assurer sur les deux tableaux, à savoir piéger Natsu la journée et s'enrichir le soir, elle devait être en forme.

La jeune femme ne mit guère de temps à s'endormir se doutant de la pagaille qu'il y aurait le lendemain à cause de son méfait. Cela lui mit le sourire aux lèvres. L'aventure n'en serait que plus trépidante.

Excuses:
 


_________________
Ma renommée traversera les océans !



Revenir en haut Aller en bas
http://www.la-gazette-fantastique.blogspot.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Deux forts caractères, deux têtes roses.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Deux forts caractères, deux têtes roses.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une personne, deux personnalités, deux façon de vous voir
» Un-deux-trois. Un-deux-trois.
» Deux jeunes femmes, deux tasses, un thé... [Feat. Hyûga Hinata]
» Deux garçons, deux chiens, un ballon [Handa]
» Entre Kabardin et Lusitanien, deux êtres, deux pays [ PV Nikita A. Wolkoff]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: All Blues :: South Blue :: Autres îles-
Sauter vers: