PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un chateau couvert de poussière...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Seiki Hoppô

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 09/11/2014
Humeur : хорошо!

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
3/1000  (3/1000)
Expérience:
207/400  (207/400)

MessageSujet: Un chateau couvert de poussière...   Sam 20 Déc - 11:52

Cette île, cachée généralement par le brouillard, les nuages et la neige, ne porte pas de nom. Elle était le dernier repaire des ghoules et est désormais le foyer de leurs descendants. Un château construit très lentement, afin de protéger les ghoules ayant survécu à la guerre.  Sur une île enneigée camouflées par les nuages, qui se dissipent rarement. Il y a certes quelques bateaux et un port, mais ceux-ci ne sont pas visibles et le temps n’aide en rien.

Les Shinkaisei sont les seules occupante de cette île, mais, à de rares occasions, quelques bateaux accostent sur l’île. Ceux-ci peuvent venir aussi bien intentionnellement ou arriver par hasard, mais même dans ce froid, l’accueil y est chaleureux.

Ce jour-là la neige ne tombait pas et Hoppô s’était perdue. Un navire, ou plutôt, ce qu’il en restait, fut lavé sur le rivage. Hoppô en fit la découverte et ne sachant de toute manière, pas dans qu’elle direction était le  château, elle décidait donc de fouiller l’épave. Ce n’était pas un grand bateau, mais il pouvait tout de même probablement contenir une dizaine de personne et toutes les loger convenablement.
En s’y baladant, elle y découvrit de quoi survivre sans retourner chez elle : des corps humains, certains morts noyés, d’autres empalé par des morceaux de bois et de métal brisés du bateau. Mais parmi toutes ces découvertes, deux filles respiraient encore dans une cale qui était encore intacte. Elles étaient tout de vert vêtues, des marinières vertes. Exactement la même tenue. Une avait des cheveux bruns, l’autre des cheveux noirs tressés. Elles étaient attachées dos à dos par une corde et se tenaient la main entremêlant leurs doigts, s’étant probablement préparée au naufrage, pensant elle aussi mourir.

Hoppô commença en plantant un bâton de bois dans la joue de celle aux cheveux bruns qui ne réagit pas, reprenant ensuite avec celle aux cheveux noirs qui ressentit cela, se mouvait en se plaignant doucement, avant de se lever en sursaut, ce qui eut pour effet de faire fuir Hoppô pour se cacher derrière le cadre de la porte. Elle regarda autour d’elle voyant la cale intacte, ne pouvant se mouvoir. Elle se mit à pleurer en sentant son amie respirer avant de remarquer au bout de 5 bonnes minutes la petite chose qui se tenait au pas de la porte qui était à l’horizontale… Elle rougit de honte d’avoir autant pleuré devant une petite fille avant de dire :


- Euh… Bonjour. Voyant qu’elle restait à distance, elle reprit. Je ne vais pas te manger.

Suite à cela Hoppô retourna dans la salle en enjambant le cadre de la porte. S’approchant doucement avant de picoter à nouveau la fille avec son bâton.

- Je… euh… Je m’appelle Kitakami. Pourrais-tu nous détacher ?

La petite Hoppô s’approcha doucement lorsque la seconde se réveilla suite à leur position assise, faisant une nouvelle fois fuir la petite fille.

- Ooi ! Ooi tout va bien ?!

- Ah… Nous sommes vivantes ? Kitakami !

- Oui ! Nous somme toutes deux vivantes !

Encore une fois, elles pleurèrent en chœur pendant quelques minutes, avant que Kitakami reprenne :

- Ah j’ai oublié, petite, pourrais-tu nous détacher ?


- Pas petite ! Hime !

Ooi tourna donc la tête voyant Hoppô avant de rougir comme l’avait précédemment fait sa camarade. Kitakami lui fit un coup de coude en lui chuchotant :

- Présentes-toi …

- Ah, j’ai oublié de me présenter ! Je m’appelle Ooi, peux-tu nous détacher ? Hime~ Lui dit-elle avec un grand sourire.

Hoppô cette fois-ci sauta au-dessus du cadre de la porte, attrapant la corde à l’aide de ses moufles, tirant dessus, ne faisant par ce geste que resserrer le nœud…


- Pourquoi n’a-t-elle pas la même réaction avec toi qu’avec moi ?

- Héhé~ Tu souris pas assez Kitakami.
Dit-elle sans vraiment comprendre.

- Bon tant pis, on va essayer de sortir de ce bateau en espérant rencontrer aucun de ces pirates…

- Un… Deux… Trois ! Dirent-elles en se relevant toujours attachées dos à dos.

- On va marcher sur le côté d’accord ?

- Ok, Hime pourrais-tu nous montrer par où tu es venue dans le bateau ?

- Harasho !

Elles ne comprirent pas ce qu’elle voulait dire, mais Hoppô venait de sortir de la salle et les attendait… Sur le mur du bateau… Au travers de la porte horizontale….

- …

- On pourra jamais passer en marchant sur le côté…

Le cadre de la porte se trouvait bien trop bas…

- Laisse-moi tenter ! Suis juste mon mouvement !

Ainsi, Ooi se baissa, avant de brusquement se pencher en avant,  choquant la tête de Kitakami avec le cadre de la porte…

- D-Désolée~ Dit-elle avec un sourire crispé.

Kitakami ne répondit pas alors qu’elle se faisait pratiquement porter par Ooi qui passa la porte en portant Kitakami sur son dos à l’horizontale. Elle ressentirent un courant d’air froid avant de voir Hoppô plus haut dans le couloir penché, hésitant à une intersection. Ainsi, marchant sur le côté, Ooi vit un salle avec un pirate dont le crane avait été transpercé par une poutre en fer… Elle se tut à ce propos voulant sortir au plus vite de cette épave, lorsqu’en arrivant à l’intersection ou attendait Hoppô, Kitakami cria horrifiée :

- AAAAAAAAAAAAAAAAAAAH !

Elles perdirent l’équilibre et Ooi tourna la tête, voyant un pirate mort une planche de bois en plein ventre. Elle se retint, le spectacle qu’elle venait de voir était horrible, mais le précédent était pire.

- Calme-toi Kitakami, calme-toi…

Elles se retrouvaient assises lorsqu’ Hoppô partit en courant dans la direction d’Ooi sans les attendre, avant de rapidement revenir et repartir en direction du pirate mort du côté de Kitakami… Avant d’encore une fois revenir et de repartir cette fois-ci dans la continuité directe du couloir, explorant 3 salles, avant de ressortir de la dernière en la pointant.

- Sortie ! Ici !

Les deux filles se demandèrent si Hoppô n’avait pas de problème d’orientation, ce qui les aida à se calmer. Kitakami ferma les yeux en passant devant le couloir, Ooi revit un corps, celui d’un pirate noyé dans une des salles de son côté. Elles arrivèrent vers la dernière salle où ce qui était anciennement le sol était complètement détruit et ouvert. Elles y virent la neige et ressentirent le froid. Hoppô y sauta pieds nus à pied joint… Tandis qu’elles ne portaient que des petits mocassins complètement inadaptés à la neige.

Une fois sortit du navire, elles décidèrent de suivre les trace de pas qu’avait laissé Hoppô pour arriver jusqu’ici… Hoppô appris ce jour-là qu’elle pouvait suivre ses traces de pas pour retourner en arrière quand il y en avait…




Dernière édition par Seiki Hoppô le Mar 6 Jan - 22:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Seiki Hoppô

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 09/11/2014
Humeur : хорошо!

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
3/1000  (3/1000)
Expérience:
207/400  (207/400)

MessageSujet: Re: Un chateau couvert de poussière...   Mar 6 Jan - 10:58

Au bout d’une longue marche dans la neige, les deux jeunes naufragées étaient fatiguées, souffrant de gelure importante, elles étaient au bord de l’évanouissement… Mais à ce moment-là, une silhouette cornue de 3m arriva…

Elles se réveillèrent par la suite dans une chambre, Hoppô assise à côté de leur lit. Il s’agissait d’une chambre chaleureuse munie d’une cheminée, le sol en pierre recouvert d’un tapis et le mobilier en bois lui donnait cette impression de confort. Dès leur réveil, Hoppô sauta du fauteuil pour sortir de la chambre en courant, revenant rapidement avec leur sauveuse : Kouwan, qui se précipita donc vers les deux jeunes filles, Ooi réveillée par Kitakami dès son réveil.

A première chose visible chez Kouwan était d’abord sa taille : elle devait se baisser pour passer les portes qui mesuraient pourtant près de 3m, à cause de sa taille et se da corne, secondement, sa poitrine, puis ses mains… Deux énormes griffes composées d’un métal inconnu, possédant visiblement le tranchant d’un rasoir. Elle tenait pourtant un plateau contenant deux bols de soupes, du borscht. Elle parlait à voix très basse.


- Bonjour, comment vous sentez-vous ?


Visiblement, les deux jeunes filles étaient étonnées et ne répondirent pas. Kouwan regarda donc Hoppô qui secoua la tête pour lui dire non…


- Je suis désolé de ce que vous à fait subir notre petit Hime, comme vous pouvez le constater nous ne sommes pas humaines et elle n’est pas habituée…

Ooi et Kitakami se demandèrent de quoi elle parlait avant que Kitakami ne comprenne… Elle étaient attachées et Hoppô tenait la corde… Une situation des plus étranges… Elle prit donc son courage à deux mains pour parler à cette femme imposante.

- J-Je crois que vous vous méprenez ! Hime nous a secourues du naufrage… Je veux dire, nous avons été enlevées par des pirates, et leur bateau s’est échoué ici…

Kouwan déposait alors le plateau sur la table de chevet près du lit avant de tendre les bras vers Hoppô qui sauta directement dans ses bras.

- Aaah~ Désolé Hime, crois-moi, je voulais te croire, mais Hikou-chan m’en a persuadé autrement !


Ainsi, Ooi et Kitakami regardèrent la scène qui relevait plus du comique que du sentimentale en comparant la différence de taille et leurs manière de pleurer… Puis Kouwan déposait Hoppô.


- Reste avec elles, si le bateau pirate est vraiment naufragé, il pourrait y avoir des survivants et puis je dois aller voir Hikou-chan…

Hoppô hocha la tête avant que Kouwan ne s’en aille. Elle donna donc les deux bols aux deux filles pour qu’elles mangent. La soupe chaude réchauffait leurs corps fatigués… Elles n’osèrent pas discuter sous le regard curieux d’Hoppô et étaient suffisamment heureuse d’être simplement vivante et indemne.

Une vingtaine de minute après qu’elles aient terminées leurs soupes, le silence fût brisé par l’arrivé de Chuukan. Voyant l’outrageant décolleté qu’elle arborait, leurs regards descendaient sur Hoppô… Elles se demandèrent si elle allait grandir pour devenir elle aussi ainsi. Elles remarquèrent aussi que ses mains étaient différentes, toujours pas normales, mais moins aiguisées, plus comme des ornements que des armes.


- Une équipe est allé inspecter les reste du bateau, mais les chances d’y retrouver des survivant est extrêmement faible… Dit-elle avant de reprendre sans le moindre remord. Mais je suppose que nous pouvons nous réjouir de ne pas accueillir de pirate sur notre île.

Hoppô ne comprenait pas ce qu’il se passait, les deux jeunes filles avaient l’air d’être prise de remord, dégoutées qu’elles-mêmes se réjouissaient de la mort des pirates… Chuukan par la suite vint s’asseoir près du lit reprenant la parole :

- Comment vous appelez-vous jeunes filles ?

- Kuma Kitakami.

- Kuma Ooi.

- Enchantée, je me présente, je suis Chuukan Seiki Hime. Mon rôle ici est enseignant et diplomate. Je suis venue pour vous demander ce que vous projetez de faire.

Elles réagirent visiblement par incompréhension et elle décida de préciser :

- Avez-vous un quelconque objectif d’avenir ? Et/Ou un endroit où vous pouvez retourner.

Elles baissèrent les yeux, elle comprit.


-Je vois, je suppose que vous n’avez donc pas d’endroit où aller… Si vous avez été enlevé par des pirates, votre famille et vos amis sont probablement… Après un silence, elle reprit. Je n’ai malheureusement pas le temps pour votre deuil, vous vous en occuperez vous-même. Je vais reformuler ma question. Voulez-vous rester ici ?

Elles furent visiblement surprises, et Chuukan ne leur laissa pas le temps de répondre qu’elle repartit dans des explications.

- Nous ne faisons pas dans la charité. Mais nous n’abandonnons pas les personnes pouvant nous fournir des ressources. Vous le verrez certainement, mais nous sommes une communauté proche de celle des amazones. Vous êtes des jeunes filles, si vous vous attelées à diverses taches, vous pourrez vivre ici et nous assurerons vos dépenses et votre sécurité. Bien entendu, nous vous laissons le choix : nous ne vous abandonnerons pas en cas de refus. Nous vous aiderons à réintégrer la société humaine. Elle regarda une horloge dans la chambre avant de se lever. Je dois malheureusement vous laisser, le temps n’attend pas, mais nous pouvons. Prenez votre temps et réfléchissez-y, vous pouvez-en attendant vivre comme vous le souhaitez dans le château, évitez seulement d’aller dans le jardin arrière.

Ainsi elle s’en alla…

Quelques temps après cela, ayant pu prendre un bain et porter des vêtements plus adapté au climat, elles visitèrent le château accompagné de la petit Hoppô qui leurs montrait le chemin… Il s’agit d’un grand château carré, avec au centre un jardin à ciel ouvert, couvert de neige et plein de sculpture de glaces. Le jardin arrière est comme son nom l’indique à l’opposé de l’entrée principale du château. Il s’agit plutôt d’une extension à celui-ci.

Elles se retrouvèrent au fond de l’aile est du château, l’entrée se trouvant au sud.


- Hime~ La nature m’appelle~ Dit Ooi d’une manière enjouée.

Hoppô répondit en penchant la tête de côté sans comprendre et Kitakami lui chuchota le sens de la phrase. La petite répondit alors par un pouce vers le haut.


- Attendre, ici.

Elle comprit ça et s’en alla en direction des toilettes qui se trouvait dans le couloir suivant…

Elle avait mentit et se dirigeait vers le fameux jardin par simple curiosité. Il n’y avait étrangement aucune garde et la porte de pour s’y rendre n’était pas différente des autres… Ainsi, elle y pénétra pour y découvrir ce qui semblait être un simple jardin avec des arbrisseaux morts alignés… L’air y était lourd et elle commençait à avoir un doute sur tous ces arbrisseaux ayant entre 3 et 5 branches.

En s’aventurant entre ces arbrisseaux aux bois noirs et blancs… Elle en distingua quelques-uns ayant une couleur au milieu de toute cette blancheur… Un Horrible rouge… Celui de la peau humaine qui venait de réagir au froid…


- Menteuse~ Re--rée~

Ooi se retourna et vit dans son dos Hoppô derrière la porte... Qui prit un sourire inquiétant.

Revenir en haut Aller en bas
Seiki Hoppô

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 09/11/2014
Humeur : хорошо!

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
3/1000  (3/1000)
Expérience:
207/400  (207/400)

MessageSujet: Re: Un chateau couvert de poussière...   Lun 26 Jan - 20:19

Les menteurs doivent [ … ] la chose qui m’est la plus […] et la seule qui ne me […] pas.



Hoppô avait donc laissé Kitakami afin d’aller aux toilettes lorsqu’elle ressentit une brise d’air fraiche… Elle suivit celle-ci, quelqu’un devait être allé dans le jardin extérieur pour une "cueillette" et Hoppô avait un petit creux. Elle passa donc la porte… Voyant la jeune naufragée…

Immédiatement, quelque chose en Hoppô changea, d’habitude innocente, son expression devint malsaine et ses yeux prirent un rouge flamboyant. Trois kagunes sortirent de son dos, déchirant le morceau de tissu qui lui servait de robe, passant habituellement dessous celle-ci… Et une explosion se fit entendre dans les zones les plus proches du jardin... La "cueillette" venait de devenir une "chasse".

La neige s’était envolée sous le choc, Ooi ne voyant plus rien dans cette brume de neige, ne vit que quelques lueurs rouges dans les airs… Il y en avait cinq, dont trois qui grossissaient. Elle comprit directement le danger qui rodait au-dessus d’elle, et se mit à courir, en glissant dans la neige, se rattrapant à 4 pattes, ce n’était pas son instinct, mais la situation qui lui disait de courir… Soudainement, elle ne ressentait plus le froid de la neige et se retrouvait dans un brouillard véritable et non composé de neige en suspension…

Devant ses yeux, la neige avait disparu, engloutit par des flammes. Et à la place de la main atteinte d’engelure se trouvait… Un arbrisseau noir à cinq branches. Les arbrisseaux étaient en fait des mains, gelées pour les blanches, carbonisées pour les noirs. Le corps quant à lui, avait été protégé des flammes par la neige. Il s’agissait là du pirate mort, dont la partie la plus reconnaissable était le trou dans l’estomac.

Mais Ooi fut interrompue dans cette horrible découverte par la neige se soulevant en face d’elle suite à l’atterrissage du démon qui se trouvait devant ses yeux… Les lumières venaient pour les plus petites de ses yeux et pour les plus larges… Des trois tentacules dont les gueules étaient grandes ouvertes, de la vapeur et des flammes en sortant. Deux se trouvaient à la gauche d’Hoppô, et une se trouvait à sa droite, entourant son bras.

Elle savait maintenant que cette petite était en fait un réel danger et tenta directement de s’enfuir du coté où il n’y avait qu’un seul kagune, mais les flammes sortirent en frôlant la jeune humaine, qui fût forcer de reculer et se retrouver au point de départ. Il s’agissait là d’un prédateur jouant avec sa proie, simplement par sadisme. Ooi était en larme et n’aurait jamais cru qu’il pouvait y avoir un tel secret dans ce jardin. A sa droite et à sa gauche, il n’y avait plus de neige qui avait été complètement annihilé par les flammes, mais il en restait sous elle qui pour une raison évidente avait tourné au jaune, ce sous le sourire d’Hoppô.

Elle tremblait. Un humain faisant face à la peur réagit de 3 manières : le combat, la fuite et dans notre cas… Ooi était pétrifiée par la peur. Mais Hoppô n’était pas d’accord avec la situation. Cela n’était pas amusant… Sa proie venait d’abandonner, elle ne cherchait plus d’échappatoire et s’était d’elle-même roulée en boule pour ne pas voir sa mort. Hoppô recherchait donc quelque chose qui pourrais faire réagir cette fille… Et la seule chose possible était…

Ainsi, Hoppô se retourna, se dirigeant vers la porte en disant :


- Kitakami, non ?

Et cela… Ne fonctionna pas. Du moins, c’est ce que Hoppô croyait, elle allait alors tenter de partir chercher Kitakami pour la ramener, mais Ooi avait fini d’hésiter et elle s’accrocha au pied d’Hoppô afin de l’empêcher de retourner dans le château. Hoppô qui souriait de joie en envoyant valser Ooi d’un coup de kagune. Sa chute fut amortie pas la neige qui n’avait fondu que par endroit, mais elle se releva, rendant Hoppô folle de joie. Ainsi, Hoppô lui fonça dessus dans l’intention de s’amuser encore ! Et comme elle l’espérait, elle esquiva la petite qui chargeait, mais ce n’était pas tout, elle réussit à esquiver les deux kagunes gauches de sa prédatrice, qui se rattrapa à l’aide du droit, avant de se retourner…

On raconte que les humains peuvent avoir un potentiel trois fois supérieur à ce qu’ils peuvent dans certaines situations… C’était faux : elle venait de surpasser ces dires et avait réussi à retourner aussi rapidement que possible dans le bâtiment, partant directement à la recherche de Kitakami, arrivant vers elle à bout de souffle, elle fût horrifiée en la voyant accompagnée d’une Shinkaisei…


- Ooi ? N’étais-tu pas avec Hime ? Et pourquoi es-tu trempée ?!


- Kitakami ! Pas le temps, on doit… Viens avec moi vite !


- Quoi ?! Attends, Ritou vient de m’annoncer que tu allais rester c’est vrai ?

Ooi tourna directement sa tête vers la Shinkaisei… Ritou lui répondit d’un regard qui voulait tout dire… Elles étaient au courant de ce qui venait de se passer et voulait la faire taire… Elles avaient même Kitakami en otage… Elle devait garder le silence.

- Aah… Aha, c’est vrai, je-je vais rester Haha… ha, j’étais en train de jouer avec Hoppô…

Elle se retourna violement pensant qu’Hoppô serait à sa poursuite… Ce qui étrangement ne fût pas le cas.

- dans la salle de bain, c’est pour ça que je suis trempée ! Et toi qu’as-tu décidée ? Tu vas partir n’est-ce pas ? Je veux dire, nos cousines Kuma et Tama vivent sur d’autres îles non ? Elles doivent pouvoir t’accueillir non ?


Kitakami ne comprenais visiblement pas pourquoi Ooi agissait comme ça… Quant à elle était prête a tout sacrifier pour au moins la sauver elle…



Dernière édition par Seiki Hoppô le Mer 4 Fév - 11:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Seiki Hoppô

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 09/11/2014
Humeur : хорошо!

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
3/1000  (3/1000)
Expérience:
207/400  (207/400)

MessageSujet: Re: Un chateau couvert de poussière...   Ven 30 Jan - 15:50

Ooi ne comprenait pas la situation, mais elle essayait de faire comprendre à Kitakami qu’elle devait partir le plus tôt possible, mais celle-ci était à son grand malheur, du genre à ne comprendre que ce qu’on lui disait. Et le dire dans cette situation était suicidaire.

- Allons allons ! Dit Chuukan en frappant dans les mains pour attirer l’attention des deux filles, faisant au passage sursauté Ooi. Si ça ne tenait qu’à moi, je vous aurais laissé le temps, malheureusement notre institution ne peut pas vous permettre plus de temps que ça, effectivement, votre chère Ooi à provoquer l’explosion que vous avez pu entendre.

- Tu devrais suivre mes conseils. Rétorqua Ritou.

- Merci des conseils, mais je pense que je vais rester avec Ooi.
Dit Kitakami avec un léger sourire. Sourire qui emporta Ooi dans un désespoir sans fond, cette personne qui était plus chère pour elle que sa vie allait être entrainée dans la mort par elle-même…. Il n’existe probablement que peu de supplices pires que celui-ci.

Ainsi, sous les regards  de Kitakami et des Shinkaisei, Ooi se mis à pleurer en s’excusant auprès de Kitakami, pleurant dans ses vêtements… Chuukan arrêta de regarder la scène et demanda :


- Hé Ritou, n’essaie pas d’en profiter.

Ritou répondit d’un air déçu :

- Da da, au moins j’aurai tenté ! Dit-elle en envoyant ce qui ressemblait à une bourse en direction de Chuukan, qui rattrapa celle-ci sans un son, l’ouvrant et vérifiant son contenu.

- Harasho. Reprit-elle en plongeant 2 doigts dans la bourse. Sur ce, bon appétit…

Elle en sortait un cœur, cette bourse contenait un cœur cru… Kitakami et Ooi n’en crurent pas leurs yeux et Chuukan tenant ce cœur du bout de ses doigts fit une remarque dérangeante :

- Il ne s’agit pas d’un cœur animal, quoique techniquement l’homme en est un…


Une fois ces mots dits, elle plaça ce cœur au-dessus de sa bouche, du sang en coula sous la pression de ses doigts, duquel elle se délecta avant de mordre à pleine dents dans ce cœur comme un humain mangerait une pomme. Ritou avait l’air frustrée, mais devait tout de même jouer son rôle :

- Regardez bien, si vous voulez rester, vous devez bien garder en tête que nous mangeons les êtres humains, bien que désormais vous ne puissiez plus revenir en arrière…

Elle s’en délectait, le cœur humain était la partie la plus gouteuse aux yeux des Shinkaisei… Ainsi que celle qui avait la plus grosse valeur énergétique pour elles. Chuukan terminait de manger celui-ci , du sang coulant de sa bouche, avant de s’en lécher les doigts. A ce moment-là, une explosion provenant du fond du couloir se fit entendre, il s’agissait de la porte du jardin qui venait d’être défoncée… Kouwan venait de la traverser la brisant au passage et Hoppô arriva en même temps qu’un courant d’air, se rapprochant ainsi de son objectif.

-OOI ! OOI !


Les menteurs doivent disparaitre !


Il s’agissait là d’une voix qui résonnait dans la tête de Hoppô, qui lui dictait d’abattre Ooi qui avait menti… Elle se mit à courir dans la direction du couloir où se trouvaient les filles, arrivant rapidement à l’intersection, faisant de nouveau trembler Ooi et cette fois Kitakami qui commençait à comprendre le danger de la situation suite à ces évènements choquants.

- Ne tremblez pas ! Ordonna Chuukan, les interrompant. Elle avait toujours du sang sur ses lèvres, mais étrangement, la conviction qu’elle avait arrêta les deux jeunes filles qui tremblaient et voulaient s’enfuir…

- Hé si tu leurs explique pas plus elles ne comprendront pas, même si étrangement, elles ont l’air de te faire confiance~


- Ne vous avais-je pas dit que nous nous assurerons de votre sécurité ? Ritou !

- Da ! Se retournant vers Hoppô. Alors Hime… Tu es arrivée aussi loin… Harasho !

Elles sortirent immédiatement 4 kagune chacune… Les formes étaient diverses, Ritou avait sorti 2 sphères qui étrangement n’étaient pas en contact avec son corps, des type ukaku, un bikaku en forme de queue, ainsi qu’un large morceau de métal ressemblant à un bouclier qui était un Koukaku, de l’autre côté Chuukan sortit elle aussi 3 sphères, ainsi qu’un large morceau ressemblant aussi à un bouclier, ceux-ci semblaient couvert d’une matière blanche métallique.

Hoppô fonça donc ayant pour objectif Ooi, mais sur sa route, les sphères crachèrent des projectiles de métal qu’elle devait esquiver, puis Ritou fonça avant d’essayer d’attaquer avec son Bikaku en visant les Kagune d’Hoppô, qui esquivèrent sans problème avant que les Koukaku de Ritou ne force Hoppô à choisir entre gauche et droite, elle décida de sauter en y perdant un kagune, qui se désagrégea et tomba au sol sous forme de poussière, malheureusement, les 3 Ukaku de Chuukan attendait et crachèrent un boulet de métal qui éjecta Hoppô jusqu’au mur au fond du couloir où Kouwan découpa le rinkaku restant de la petit hime à l’aide de son Bikaku, puis Kouwan pris Hoppô en la tenant par les deux bras. Hoppô qui ne s’était toujours pas calmée :

- LAACHE MOI ! OOI ! OOIIIII ! Criait-elle comme enragée.

Chuukan arrivait donc devant elle avant de lui mettre un coup sur la tête du revers de ses doigts.


- Hime, elle ne faisait ça que pour jouer avec toi, elles ont reçu l’autorisation d’aller au jardin, tout va bien maintenant, ce n’est que la pure vérité.


La vérité est la chose qui m’est la plus précieuse et la seule qui ne me trahira pas…


C’était là pour le moment, la dernière phrase qu’elle entendit des voix qui lui répétaient des détruire l’origine du mensonge…. Cela la calma, son expression redevint une expression innocente, Kouwan la posa à terre, elle mit ses deux mains sur sa tête ressentant le début de bosse due au coup de Chuukan. Elle ne comprenait pas réellement quoi, mais elle savait qu’elle avait fait quelque chose de mal.

- I-Izvinite…

Tous les kagunes disparurent dans leurs dos... Et elles discutèrent comme si de rien n'était:

- Haha, Kouwan, tu la gâte toujours autant ! La laisser t’avoir comme ça, je suppose que tu t’occuperas de la porte~


- Izvinite…

- En attendant on sait d’où Hoppô tient sa manière de s’excuser, mais je dois avouer que la gâter au point d’être seulement capable de s’occuper d’un kagune, il n’y a que toi pour faire ça.

Ooi pleurait et Kitakami n’y comprenais plus rien, elles mangent des humains… Mais viennent d’en protéger ?



Dernière édition par Seiki Hoppô le Jeu 5 Fév - 21:58, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Seiki Hoppô

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 09/11/2014
Humeur : хорошо!

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
3/1000  (3/1000)
Expérience:
207/400  (207/400)

MessageSujet: Re: Un chateau couvert de poussière...   Mer 4 Fév - 11:00

Le groupe qui discutait attira rapidement d’autres passantes qui venaient voir ce qu’il s’y était passé.  Parmi celle-ci des Shinkaisei et des humaines, ce qui perdit encore un peu plus Kitakami et Ooi. L’agitation grandissante attira finalement WOkyuu. Elle demanda rapidement l’état de la situation à Chuukan avant de commencer à donner des ordres :

- Que celle qui étaient attelées à des taches y retournent, celles qui sont toujours là iront s’occuper du jardin et Kouwan… Tu répareras la porte.


Une fois tout cela dit, elle observa rapidement les yeux d’Hoppô avant de s’en aller… Tout le monde s’en alla, sauf Ooi, Kitakami, Chuukan et Hoppô. Chuukan reprit donc la parole :

-Je vais vous emmener à votre chambre, même s’il s’agit de celle dans laquelle vous étiez.


Elles marchèrent donc au rythme d’Ooi qui tremblait toujours, Chuukan tenant la main d’Hoppô afin que celle-ci ne se perde pas… Une fois arrivée, elles entrèrent toutes dans la chambre, Chuukan attendit quelque seconde avec Hoppô, observant Kitakami qui emmenait Ooi jusqu’au fauteuil pour la laisser s’y coucher et lui mettre une couverture, ainsi, Ooi se retrouva couchée sur le canapé la tête sur les cuisses de Kitakami, celle-ci regarda Hoppô dans les yeux, puis Chuukan avant de demander :

- V-Vous, vous nous devez des explications non ?

- Oui, mais je pensais vous laisser peut-être un peu de temps pour que vous puissiez comprendre tranquillement… Elle regarda Hoppô qui tirait sur sa robe avant de pointer sa bouche.

- Sang.

Chuukan passa donc son pouce sur ses lèvres pour y nettoyer le sang qu’elle y avait laissé par inadvertance, avant de se lécher le pouce.

- Spasiba Hime, et donc, vous pensez vous en état d’écouter cette histoire maintenant ?

- Ce n’est pas à moi de vous répondre dans ce cas-là.

Elles regardèrent donc Kitakami, Hoppô lâchant la robe de Chuukan pour aller dans leur lit qui était un lit double. Elle s’y roulait tranquillement dans la couverture et y resta. Pendant ce temps, Ooi essayait d’arrêter ses tremblements, une fois ceci fait, elle s’assit en gardant la couverture autour d’elle avant de dire qu’elle était prête à entendre les explications de Chuukan, qui prit d’abord place dans un des fauteuils avant de commencer.

- Commençons donc par ce que nous sommes. Il est évident que nous, Shinkaisei ne sommes pas humaines, je vais donc vous expliquer ce qu’on sait sur nous-même. Après de longues recherches, on a découverts que nous n’étions pas réellement ce que l’on nous disait, on nous disait être la descendance des ghoules, qui sont des êtres anthropophages, tout comme nous. En fait… Dit-elle en sortant un kagune aussi doucement que possible pour le montrer. Nous sommes nées d’un parasite qui serait leur descendance, parasite qui se trouve dans les abysses et qui prendrais possessions sous certaines conditions des corps humains.

Elle leur fit un sourire en demandant :

- Des questions ? Si oui n’hésitez pas.

- Et, ça ne vous gêne pas de savoir que vous êtes euh… sous l’emprise de parasite ?

- Je savais que vous alliez demander ça. Malheureusement, dans un premier temps oui, mais nous avons plus récemment découvert que le parasite ne peux prendre aisément contrôle de n’importe quel corps et qu’il faut une certaine volonté… Elle regarda Hoppô qui avait sorti sa tête de la couverture. Une volonté assez étrange afin que le parasite survive, en fait, ce parasite ne survit pas sans être soumis à son hôte, c’est pourquoi, nous avons ces kagunes dans notre dos, nous contrôlons ces parasites, ces recherches ont été menées par moi et une partie des Seiki.

Elle les regarda un instant avant de reprendre la parole.

- N’y pensez pas trop, il s’agit là de recherches scientifiques, beaucoup de théorie avec seulement une preuve expérimentale, rien de bien important. Je reprends donc, nous sommes des êtres qui ne peuvent survivre qu’en mangeant de la chair et des organes humains, en moyenne, un corps adulte suffit pour tenir un mois. Mais ne vous inquiétez pas nous n’allons pas vous manger, il n’y a pas vraiment de preuve que nous ne le ferons pas, mais nous ne l’avons pas fait pendant ces derniers siècles.

- Mais alors comment avez-vous vécu ?


Elle répondit d’un sourire un peu forcé.

- Vécu ? Plutôt survécu, nous avons survécu en mangeant des cadavres… Afin que cela soit le moins gênant possible pour la société humaine, afin de coexister. On n’avait pas réellement le choix, mais heureusement pour nous, il y a de nombreux condamnés à mort et autres pirates qui font naufrages que nous récupérons pour moins cher que cela coûterait de se débarrasser des corps de manière conventionnelle, nous permettant ainsi d’avoir des berrys et de la nourriture. Le jardin nous sert pour les stocker grâce au froid naturel qui règne sur l’île.

A ce moment-là on frappa à la porte.

- Ce n’est pas à moi de les autoriser, ce n’est pas ma chambre. Dit-elle en les regardant les yeux.

- Euh, vous pouvez entrer !

Spoiler:
 

Une Shinkaisei ouvra la porte, celle-ci était accompagnée d’une humaine. Elles avaient toutes les deux environs 16 ans d’apparence. La shinkaisei portait un plateau tandis que l’humaine la suivait. Elle déposa donc le plateau calmement sur la table basse. Il y avait un service à thé ainsi que des biscuits.

- Ah, euh, NEkyuu vous dit qu’elle vous a préparé ce thé, que ça aidera à réchauffer euh… la victime ? Ah ! Euh, c’est pas les mots qu’elle utilise, désolé de me tromper !


- Spasiba Juujun, ce thé permettra de réchauffer Ooi, quand à toi Suzuya, Izvinite, devoir t’occuper d’elle... Spasiba. Dit Chuukan en souriant légèrement.

- Héhé, mais de rien ! Après tout je suis du genre à fonctionner avec les éloges~ Sur ce bye bye, à une prochaine fois les nouvelles !

Ainsi, Suzuya et Juujun Youkan NEkyuu s’en allèrent en fermant doucement la porte derrière elle. Kitakami et Ooi étaient visiblement surprise de ce qu’elles venaient de voir… Chuukan observait leur réaction et rigola légèrement avec un air plus que satisfait.

- Haha, tout le monde réagit de cette manière lorsqu’elles voient les relations de celle qui sont déjà habituée. De nature, les Shinkaisei sont des êtres plutôt introvertis, à quelques exceptions près… Dit-elle en penchant la tête pour observer Hoppô qui combattait la couverture… Ainsi, la présence d’humaines aide énormément sur le point émotionnel, mais toutes humaines ne sont pas capables de le faire, aussi ce n’est qu’un rôle secondaire.

Chuukan vérifiait souvent pour être sûre que les deux jeunes filles ne soient pas perdues durant ses explications. Elle décidait de prendre une pause en commençant à verser du thé dans quatre tasses, servant les deux filles en priorité avant de montrer un biscuit a la petite Hime pour l’appâter.

- Prenons une pause.

Revenir en haut Aller en bas
Seiki Hoppô

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 09/11/2014
Humeur : хорошо!

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
3/1000  (3/1000)
Expérience:
207/400  (207/400)

MessageSujet: Re: Un chateau couvert de poussière...   Sam 7 Fév - 3:51

Après une courte pause, Chuukan expliqua simplement :

- Vous vous en doutez probablement, mais nous ne pouvons vous laisser révéler notre jardin secret, même si nous y entreposons principalement des criminels, cela reste de la profanation de corps et certaines personnes nous paient pour faire disparaitre des corps… Parfois d’innocent, mais leurs motivations ne nous regardent pas. Notre survie est bien plus importante. Dit-elle avec un sourire visiblement forcé.

- Mais il vaut mieux ne pas trop y penser, cela ne peut qu’être mauvais. La seul garantie que je peux vous donner est ma parole et je m’en excuse, mais nous ne mangeons personne de vivant, ni ne tuons pour manger et ça ne changera rien pour vous, même si vous tenter de fuir, mais nous nous débarrasserons de toutes personnes menaçant l’harmonie de notre île.


Elle reprit du thé avant de taper dans les mains et reprendre la parole :

-Mais trêve d’histoire de mauvais augures. Je vais maintenant vous expliquer votre rôle en ces lieux. Ce rôle est on ne peut plus simple : vivre, vivez simplement, comme vous l’aurez fait avec votre famille et vos amis, les habitants du château ne sont pas de mauvaises personnes, nous sommes toutes des orphelines, plus ou moins adoptées par le reste de la communauté.

- Mais n’êtes-vous pas…

- Une famille ? Comment le pouvons-nous ? Nous ne sommes pas nées… Nous sommes mortes, toutes de noyade dans des conditions des plus horribles, même si nous faisons un simulacre, nous ne sommes ensemble que parce que nous sommes toutes aussi déplorables les unes que les autres, nous tentons autant que possible de palier à ce qu’il nous manque…

Elle essuya un début de larme.

- Je disais qu’on devrait arrêter de parler de ça. Je vais reprendre les explications. Dans le château, il y a divers travaux à faire, que ce soit le ménage, des réparations, la cuisine ou s’occuper du jardin, ces demandes sont postée dans le bureau de WOkyuu, notre chef, appliquez-vous simplement à vos taches, vous recevrez des berrys en échange, rien de plus simple.

- Et donc nous devons travailler pour manger. Dit-elle d'un air plutôt satisfait.

- C’est plus ou moins cela. Nous ne forçons pas à un travail ardu, selon les travaux, la rémunération est différente, vous pourrez au final vous acheter plus ou moins ce que vous voulez… Ah ! Je crois comprendre ce que tu veux dire, et non, manger ne coûte pas de berry dans le château. Nous nous efforçons comme nous pouvons pour que le minimum vital soit gratuit, les demandes permettent de s’offrir des plus, des livres et autres fournitures, tout ce qui peut être trouvé sur le marché… Je veux dire, il y a souvent des expéditions, acheter ce que vous voulez ne sera pas un problème à ces moments-là.

- Mais vous n’avez pas peur que quelqu’un révèle vos secrets à ce moment-là ?

- Bien sûr que si, mais nous vous faisons confiance et n’accuserons pas sans preuve. Par contre… Ne vous inquiétez pas que nous pouvons nous occuper de marine, de pirates, ou de quoique ce soit d’autre sans problème. Dit-elle d’un air soudainement plus sérieux. Des questions ?

- Euh… Y a-t-il des interdictions comme le jardin ?


- Oh, du tout, du moment où vous vivez comme vous auriez vécu avec des humains, ou plutôt comme votre famille, il n’y a désormais plus d’interdits, toutes les zones sont ouvertes, mais n’oubliez tout de même pas de frapper avant d’entrer dans une chambre, tout le monde veut garder son intimité~  Mais ne pensez pas trop à ce qui a été dit aujourd’hui, nous préférons que vous viviez normalement, considérez-nous comme des humaines normales, hormis que nous avons des kagunes et que nous mangeons un peu différemment une fois par mois, nous vivrons comme vous.

Elle mit une de ses mains sous son menton comme pour réfléchir.

- J’ai oublié de dire, les repas ont lieu le matin entre 7 et 9h, le midi entre 11h00 et 13h et le soir entre 18 et 20h, vous avez quartier libre sinon. Et avant que j’oublie, pouvez-vous faire prendre un bain à Hime ? Elle n’en a pas pris depuis qu’elle vous a trouvé et avec ce qu’elle a fait aujourd’hui, elle doit probablement avoir transpirée. Elle posa alors une bourse sur la table, avec un sourire taquin. Je vous paie en avance pour ce service, ne vous inquiétez pas, hormis un petit traumatisme face au mensonge, elle n’est qu’une petite fille tête en l’air, vous devriez en profiter pour prendre un bain chaud.

Elle se leva donc finalement.

- Sur ce, je vais vous laisser, j’ai de la paperasse à remplir… J'ai probablement oublié beaucoup d'informations qui pourraient vous intéresser, donc si vous avez des questions n’hésitez pas à les poser a qui que ce soit… Quoique non, préférez les poser aux humaines ou à moi, les autres Shinkaisei sont soit silencieuse comme NEkyuu, soit folle comme Ritou ou un mélange comme Hime qui sait simplement pas parler…


Ainsi, elle sortit de la chambre en leurs faisant un simple signe de la main…

- Reposez-vous bien, j'espère sincèrement que vous vous intégrerez bien. Toutes personnes nous sont utiles, aussi bien vivantes que morte, de la chair aux organes en passant par les os...

Pourquoi ce château était-il blanc? s'agissait-il se la neige? Ou bien de la poussière d'un matériel aussi blanc...

___
Fin

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un chateau couvert de poussière...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un chateau couvert de poussière...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le chateau Beauclair
» Battaille du chateau de merac
» Le chateau de sedan
» [Nouvelle Règles Officielles] Tir & Couvert.
» Errata GW : Véhicules à couvert derrière l'infanterie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: All Blues :: North Blue :: Autres îles-
Sauter vers: