PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Mener une vie de pirate normale c'est pour les tapettes !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vivid Cali

avatar

Messages : 149
Date d'inscription : 07/03/2014
Age : 23
Localisation : Quelque part dans West Blue
Humeur : Déchainée

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
7/1000  (7/1000)
Expérience:
311/400  (311/400)

MessageSujet: Mener une vie de pirate normale c'est pour les tapettes !   Dim 28 Déc - 2:49

Une semaine.
Ça fait déjà une putain de semaine que ce "séjour" sur cette île de merde nommée Las Camp a pris fin.
Bordel que ça fait du bien de retrouver les embruns du vent marin ! Et le doux bercement des vagues frappant contre la coque du Kenar. Et les journées sieste sur la figure de proue. Et les soirées à boire du rhum sous un ciel étoilé. Et l'étoile filante fonçant sur le navire...


- "L'étoile filante fonçant sur le Kenar ?! Oh bordel de merde !"


Je me redresse du nid de pie sur lequel je suis accoudée et porte mes mains en jumelles devant mes yeux comme pour mieux voir ce qui s'apprête probablement à m'éclater sur la gueule.

Il fait nuit noire, la Lune est cachée derrière des nuages, j'y vois strictement rien à part cette chose perçant dans le ciel obscur et voulant peut-être ma mort.
Je viens de me rappeler qu'il me reste plus trop de bouffe...bon au moins j'ai assez de rhum pour tenir encore largement deux semaines de plus, mais j'aimerai bien, pour une fois, tomber sur une île normale, avec un climat normal, peuplé de gens normaux, et sans la Marine de préférence ce serait relativement cool.

Voyant que cette "étoile filante" s'approche de plus en plus de mon bateau et de moi par la même occasion, je me décide de ne pas me laisser faire. Je dégaine mon pistolet, toujours auprès de moi parce qu'on sait jamais, et le porte levé vers le ciel obscur.


- "Si un jour on m'avait dit que j'en viendrai à devoir buter une étoile filante, je crois que j'aurais foutu un gros vent à cette personne." Me dis-je tout en visant au mieux.


La chose venue tout droit du firmament étant enfin en plein dans ma ligne de mire, je me décide à faire feu. La détonation est brève. Je l'ai touché. Yes ! Quoique non, pas yes. L'étoile s'écrase en plein milieu du pont de mon cher Kenar.


- "Si ça m'a cassé des planches je lui fais réparer le parquet avec les dents !" Pesté-je tout en descendant rapidement du nid de pie.


Une fois sur le pont, le revolver toujours en main, je m'approche prudemment de la chose s'étant crashé comme une pauvre bouse sur mon bateau. Ce n'est qu'une fois le nuage de poussière dissipé que, malgré l'obscurité de la nuit, je reconnais cette chose, ou plutôt cette personne venant de se manger un méchant parquet en pleine face.


- "Oh putain, oh bordel, oh merde, par la moustache de Gold Roger ! Sur toutes les pauvres filles voguant sur les mers il a fallu que ça tombe sur moi ! Destin, que t'existe ou pas, je te hais !"


La personne éclatée contre mon parquet (que j'ai au préalable lavé pendant toute la matinée) se met à tousser fortement. Je lève les yeux au ciel, limite déçue qu'elle ne soit pas morte. Car oui, c'est une donzelle, et malheureusement pour moi cette donzelle je la connais.
Me rappelant brièvement d'une nuit sur Illusia où je me suis faite carrément agresser par un trio d'aviateurs venant d'une île céleste, le visage d'une fille faisant partie de cette bande me saute aux yeux. Crinière blanche, combinaison bleue striée d'éclairs jaunes, mais surtout paire d'ailes bleu clair au dos, y a pas de doutes, c'est Flifoute...Fleefoot...ah non, je m'en souviens, Fleetfoot.

Apparemment, je l'ai touché à l'aile droite vu le trou fumant et le sang s'écoulant de la plaie située en plein milieu de l'aile. Ouaip, je l'ai pas loupé l'ado zozotante.
Mais attends, si je viens de descendre c'te fille, ça veut dire que les deux autres guignols doivent pas être bien loin ! Scrutant les cieux, je ne vois pas d'autres suicidaires qui oseraient poser le pied sur mon Kenar adoré. Mais je trouve ça louche moi.
Qu'est-ce que fout cette Fleetfoot sur mon bateau, en pleine nuit ? Ah ouais, c'est parce que je viens de la descendre...mais merde qu'est-ce qu'il s'est passé dans sa tête alors pour vouloir ma mort ? Ouais, parce qu'à mon humble avis ces fous du vol sont pas des saints d'esprits, c'est moi qui le dit ! Je suis sûre qu'ils sont cannibales et qu'ils se bouffent entre eux sur leur île céleste, ouais, ils doivent se bouffer entre eux pour être aussi psychopathes envers moi, pauvre humaine que je suis !


- "Argh...mon aile..."


Je m'approche prudemment de la Wonderwoman-machin et, sans la moindre douceur, la pousse du pied, la faisant alors rouler sur le dos. Les verres teintés de ses lunettes d'aviation sont fendus et une grimace de douleur tord son visage. En me voyant, elle porte ses bras devant elle comme si elle voulait se protéger. Genre je suis p'têtre une pirate mais pas au point de tuer sans raison valable ! Saleté de préjugé à la con !


- "Détends-toi je vais pas te frapper ! Je crois que tu te rappelles de moi non ?" Changeant littéralement de sujet, je demande le plus naturellement du monde. "Sinon toi et tes potes vous l'avez trouvé la blondinette que vous cherchiez l'autre fois ?

- Z'est top-zecret...je répondrai pas." Siffle Fleetfoot, les sourcils froncés tandis qu'elle retire ses lunettes.

- "Pff t'es chiante ! Et dire que je comptais épargner ta vie...finalement je vais peut-être te buter !"


Ok je peux parler de préjugé mais je l'applique très bien, surtout quand je suis pas trop d'humeur. Et ça c'est généralement après une journée à pécher et à récolter rien d'autre qu'un fichu maquereau trop petit pour être mangé.


- "Non, non ! 'Veux pas mourir, j'dois retrouver Spitfire et Soarin, 'vous en prie me tuez pas !" M'implore la petite blanchette.

- "Ah tes copains les psychopathes sont pas avec toi ? Bon, au moins le point positif dans cette histoire c'est que je me retrouve avec la moins chtarbée des trois...

- M'dame, pourquoi vous parlez toute zeule ?

- Toi la ferme, j't'en pose moi des questions à la con ?! M'enfin, j'vais pas te laisser là à pourrir le pont de mon Kenar avec ton sang."


Rangeant mon revolver, je m'accroupis à la hauteur de Fleetfoot et, l'agrippant par la taille, je la porte en mode princesse de conte de fée dans les bras. En remarquant son regard interrogatif ainsi que les légères rougeurs parsemant ses joues, je mets directement les choses au clair.


- "Ecoute ma p'tite, crois pas que je fais ça par plaisir. Juste que je me sens un peu coupable de t'avoir blessée alors qu'apparemment t'as atterris ici par pur hasard." Continuant de lui expliquer tout en marchant, j'ouvre la porte menant à la cuisine et à ma chambre d'un coup de pied. "Je te soigne, limite si t'as faim j'te sers quelque chose, mais c'est tout. Après tu te casses et je veux plus te voir, clair ?

- Moi j'veux bien, mais vous zavez, z'est mon aile qui est blezzée, pas mes jambes."


Tiltant à ses mots, je la laisse au sens propre du terme tomber sur le plancher alors que je viens à peine d'entrer dans ma chambre. La voyant étourdie par sa chute, je m'excuse sans vraiment m'excuser en fin de compte et la balance sur mon lit.


- "Toi tu bouges pas, je reviens."


Me dirigeant vers les cales à la recherche de matériel de premiers soins, je me rends enfin compte que depuis que j'ai pris la mer, il m'arrive que des couilles. Après p'têtre que c'est ça, véritablement, la vie de pirate : Ne jamais savoir ce que nous réserve nos lendemains et tomber dans des situations complètement ouf.
Mouais, j'aimerai quand même avoir un semblant de normalité quand même, si ce n'est pas trop demandé.

Revenir en haut Aller en bas
Vivid Cali

avatar

Messages : 149
Date d'inscription : 07/03/2014
Age : 23
Localisation : Quelque part dans West Blue
Humeur : Déchainée

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
7/1000  (7/1000)
Expérience:
311/400  (311/400)

MessageSujet: Re: Mener une vie de pirate normale c'est pour les tapettes !   Lun 5 Jan - 1:50

Revenant dans ma chambre avec une trousse de matériel de soin, j'empoigne le dossier de ma chaise de bureau et la tire avant de poser mon popotin dessus.
L'aviatrice se tient l'aile blessée, semblant chercher à stopper l'afflux de sang qui coule maintenant le long de ses doigts et tache sa combinaison.


- "Arrête tu ne fais qu'empirer la situation, idiote." Soupiré-je en lui tapant les doigts du plat de la main avant de faire déployer son aile jusqu'à moi.

- Argh, mais vous me faites mal !" Se plaint Fleetfoot en serrant les dents. "La douzeur vous ne connaizzez pas, za ze voit !

- Ferme-la sinon je t'offre en offrande aux rois des mers."


Ma petite menace m'a tout l'air d'avoir eu son petit effet. La fille cesse immédiatement de se plaindre et se contente de subir mes soins, bien qu'assez sommaires, en silence.
Après avoir au préalable désinfecté la vilaine blessure (ce qui m'a au passage valu un regard noir de la part de l'aviatrice), j'ai grossièrement conçu une attelle pour son aile que j'ai par la suite enrubanné...ok c'est pas très esthétique tout ça mais au moins ça m'a l'air de tenir.

Fière de mon travail alors que je n'ai quasiment aucune connaissance dans le domaine de la médecine, je pose ma trousse sur le bureau et demande à la gonzesse de se lever. Ne la voyant pas rouspéter ni même grimacer, je présume que je ne l'ai pas davantage amochée qu'elle ne l'est déjà. Un bon point pour moi !


- "J'espère que ça tiendra. Par-contre je n'ai aucune idée quand tu pourras voler de nouveau, ni même si tu le pourras.

- 'Vous inquiétez pas, z'est pas la première fois que mes ailes prennent des coups."


Tournant la tête vers moi, elle esquisse un grand sourire tandis que mes sourcils se froncent.


- "Pourquoi tu souris ?" Lui demandé-je en criant presque. "C'est moi qui t'as tiré dessus, tu devrais pas sourire comme ça après ce que j'ai fait.

- Mais vous venez de corriger votre erreur en me zoignant, za zuffit pour ezpier votre faute."


La voyant sortir de ma chambre en marchant tranquillement comme si sa blessure à l'aile n'est que bénigne, je la suis non sans me poser de multiples questions à son sujet.
C'est bizarre, mais elle n'est pas du tout comme l'autre nuit. Là, elle m'a l'air bien plus sympathique, plus amicale, plus...humaine je dois dire.
Après tout, peut-être que ma première vision de ces êtres vivants sur des îles célestes n'était que faussée ? D'ailleurs, en me rappelant bien de cette scène à Illusia qui me revient en mémoire, ce n'est pas vraiment Fleetfoot la fautive dans toute cette histoire, mais l'autre fille. Celle avec une chevelure ressemblant à s'y méprendre à un incendie...Spitfire. L'autre gars étant avec elles n'avait pas l'air dangereux non-plus. Ces deux-là ne faisaient que suivre les ordres de cette rouquine.


- "Merzi de m'avoir zoigné. Je vous dois une fière chandelle."


Me rendant compte que nous nous retrouvons une nouvelle fois sur le pont du Kenar, je souffle fortement du nez et croise les bras tout en regardant ailleurs, l'air un brin hautain.


- "Tsss, on ne remercie pas quelqu'un qui a failli vous tuer. A croire que t'aurais développé le syndrome de Stockholm, pauvre cruche.

- Je n'ai rien développé du tout." M'assure Fleetfoot en secouant la tête, faisant voleter ses mèches blanches. " Je vous zuis juzte reconnaizzante de ne pas m'avoir tué, au contraire ! Au moins j'ai pu m'azzurer de mes propres yeux qu'il exizte des pirates zerviables, dans zes mers.

- Encore ce fichu préjugé sur les pirates, hein ? Même sur les îles célestes vous croyez encore qu'on est tous des êtres sans cœurs ?" Pesté-je sans être pour autant en colère contre cette aviatrice.


Le sourire de cette dernière se fane un peu mais ne se perd pas vraiment, subsistant aux coins de ses lèvres. Blanchette lève la tête vers le ciel étoilé et fixe pendant un moment les astres brillants dans cette immensité céleste. Silencieuse, je fais de même, appréciant cet instant de sérénité rythmé par les légères vagues frappants contre la coque du drakkar.
Ce n'est qu'au bout de ce que je présume être une dizaine de minutes que Fleetfoot reprend la parole :


- "Normalement je ne devrais pas vous le dire, mais nous, peuple de Cloudsdale, ne croyons pas que quelque chose est mauvais zimplement parze que l'étiquette "méchant" est mise zur zon front." Je me permets de lui jeter un regard pour m'apercevoir que ses yeux, d'un vert émeraude, reflètent les étoiles en un miroir quasi-parfait. "Auzzi longtemps que notre île exizte, Cloudsdale a toujours agis indépendamment du Gouvernement qui vous régit, zur la Mer Bleue. Nous ne nous faizons pas notre opinion zur de zimples idées rezues, plutôt zur ze que l'on voit réellement. D'ailleurs, la future prinzezze de notre royaume est une pirate, elle est partie il y a de zela dix ans. Peut-être en as-tu déjà entendu parler ?

- "Pas vraiment. Sur mon île natale le sujet des pirates est assez tabou à vrai dire.

- Je comprends. Mais...za ne te fait pas pluz d'effet que za de zavoir qu'une future prinzezze échappe à zes obligazions ?"


A sa question, je pouffe de rire et me reprends rapidement, ne voulant pas qu'elle se fasse de fausses idées.


- "Elle fait ce qu'elle veut votre princesse. J'en ai rien à foutre en fait, du moment qu'elle fait ce qu'il lui plait, c'est le principal non ?"


Suite à mes paroles, Fleetfoot quitte le ciel étoilé du regard pour planter ses pupilles dans les miennes. J'y lis assez clairement de l'interrogation, suivi par du soulagement. J'espère qu'elle ne croyait pas que j'allais me faire un kiffe et aller zigouiller sa princesse chérie, hein ?
Soudain, elle se met à rire à gorge déployée, les mains entourant son ventre comme si elle était prise d'un mal de bide monstrueux. Un fou rire. Son rire est contagieux, je ne tarde pas à l'accompagner, même si je ne sais pas vraiment la raison de sa crise de fou rire.


- "Vous êtes vraiment différente, vous voyez ze que je voulais dire ? Vous n'êtes pas le genre de perzonne qui ze laizze avoir par les mots doux du Gouvernement Mondial. Z'est ze qui fait de vous un être unique, et croyez-moi, z'est azzez rare à trouver par les temps qui courent." S'approchant de moi, elle se permet de poser une main sur mon épaule. (ce qui est assez comique à voir vu sa taille plus petite que la mienne) "Merzi infiniment de m'avoir zoigné, je ne zais comment vous remerzier...

- Pas la peine de me remercier, vous l'avez déjà fait. Trop de fois. " Répliqué-je un peu trop sèchement en reculant d'un pas. "Bref, je suppose que tu peux pas voler pour le moment. Tu comptes squatter ici je présume ?

- Je ne voudrais vraiment pas vous importuner !" Agitant ses mains devant elle, je la vois se baisser pour prendre dans ses mains ses lunettes cassées qui étaient restées ici. "Mais il est vrai qu'il va me falloir du temps avant que mon aile puizze battre de nouveau. Azzepterez-vous de...enfin je ne vous oblige pas, mais...de m'héberger juzte...

- C'est bon j'ai compris, allez file au lit."


Ne la voyant pas réagir, je soupire une énième fois et, sans douceur, la pousse dans le dos en direction de la porte.


- "Allez vas te coucher, et surtout ne pose pas de questions ! Si t'as besoin de prendre une douche c'est la porte à côté du placard de ma chambre. Allez dégage avant que je te brise ta deuxième aile !


Ne se faisant pas prier deux fois, Fleetfoot se précipite vers la porte menant à la cuisine et à ma chambre puis la claque derrière-elle.
Roulant des yeux, je marche à pas lourds vers la figure de proue du navire et, claquant la langue contre le palais, je ne peux m'empêcher de ruminer.


- "Kenar, dans quelle galère me suis-je encore fourrée, à ton avis ? Héberger une gonzesse des îles célestes, et puis quoi encore ? Il ne manque plus qu'à ce qu'une tempête m'emmène à l'autre bout du monde et là je crois que plus rien ne m'étonnera !"

Revenir en haut Aller en bas
Vivid Cali

avatar

Messages : 149
Date d'inscription : 07/03/2014
Age : 23
Localisation : Quelque part dans West Blue
Humeur : Déchainée

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
7/1000  (7/1000)
Expérience:
311/400  (311/400)

MessageSujet: Re: Mener une vie de pirate normale c'est pour les tapettes !   Mar 6 Jan - 23:35

Un bol de céréales dans une main, une cuillère dans la bouche et une tasse de chocolat chaud dans l'autre, j'ouvre la porte de ma chambre d'un coup de pied, ce qui réveille instantanément mon invitée temporaire.
Avant de lui laisser le temps de dire quoi de ce soit, je lui annonce, après avoir posé la tasse sur la table de nuit et enlevé la cuillère de ma bouche :


- "Service room, ce matin c'est velouté de chocolat chaud au lait demi-écrémé de vache avec un soupçon de miel. Désolé j'avais pas de plateau pour te servir ça, mais de toute façon c'est pas un cinq étoiles ici." Reprenant mon sérieux, je quitte la chambre tout en disant assez fort pour que Fleetfoot m'entende. "Allez debout et mange, après je te proposerai un truc pour pas que tu restes à rien faire. Les trucs à faire ça ne manque pas ici."


Claquant de nouveau la porte derrière-moi, je sors sur le pont et, malgré mon bol de céréales en main, je parviens à grimper sur le sommet de la figure de proue du Kenar et m'y cale tranquillement, me permettant de prendre mon petit déjeuner ici.

La nuit n'a pas été spécialement longue, mais pas courte non-plus. Dans un premier temps je me suis assurée que l'aviatrice dormait, ses ronflements m'ont assuré assez rapidement.
Ensuite, je me suis rendue en vigie et, avec une couverture que je laisse tout le temps ici, je me suis emmitouflée dedans et j'ai guetté l'horizon. Heureusement, rien n'a perturbé le calme de la nuit. Aussi, on est sur West Blue, pas Grand Line, on peut se permettre de passer des nuits tranquilles ici.
Par-contre, je ne sais plus trop quand, mais j'ai dû m'endormir à un moment donné vu que, tôt ce matin, je me suis réveillée recroquevillée sur moi-même, les jumelles calées entre mes bras façon doudou et la couverture me recouvrant intégralement à la manière d'une chrysalide.
Depuis je me suis préparée un p'tit déj' simple mais efficace, pareil pour l'invitée temporaire.

De longues minutes passent sous un ciel couvert mais je ne me fais pas plus de soucis que ça. Le vent est calme, les vagues douces, rien à signaler à l'horizon, pas le moindre problème en vue !
Je termine mon bol en buvant le reste de lait puis, me léchant le pourtour des lèvres pour m'éviter de possibles railleries de la part de la petite blanchette, je descends de la figure de proue et me dirige vers la cuisine. Une fois à l'intérieur, je fous tout dans l'évier et, prenant une éponge, je m'assure que celle-ci est imbibée de liquide vaisselle avant de me mettre à tout laver.

Ce n'est que lorsque j'ai officiellement fini ma petite corvée quotidienne que je vois Fleetfoot sortir de ma chambre, toute pimpante et la tasse de chocolat entre ses mains. Elle me sourit et pose la tasse dans l'évier avant de sortir à l'extérieur. Je bloque un instant. Attends deux secondes...elle m'a prise pour sa bonniche ou quoi ? Saleté ! Rouvrant le robinet que je viens à peine de fermer, je passe la tasse sous l'eau et la frotte rageusement.

Elle va m'entendre cette petite peste ! Je lui offre un lit douillet pour dormir, un chocolat chaud fait par mes soins, et après elle attend que je finisse ma corvée pour me rajouter ses ordures ? C'est l'hôpital qui se fout royalement de la charité !

Je pose la tasse dorénavant propre et brillante sur le porte-couverts et, décidée à expliquer à blanchette qui est la patronne ici, je file sur le pont. La cherchant des yeux, je ne la vois pas au premier coup d’œil mais, en levant la tête vers le nid-de-pie, je la vois accoudée.


- "Hé, descends de là tout de suite, j'ai à te causer !" L'appelé-je en haussant la voix.

- "Non z'est bon, Soarin va pas tarder à venir me chercher."


Ah tant mieux, ça m'empêchera de commettre un meurtre aujourd'hui...attends quoi ?!


- "Comment t'as fait pour les contacter tes potes ?" Je lui demande, un poil plus douce qu'à l'instant.

- "Y avait un Den Den Mushi dans ta chambre, je me zuis permis d'appeler Spitfire et Soarin mais z'est Soarin qui m'a répondu. Je lui ai indiqué nos coordonnées et là il est en route pour me chercher. Il ne devrait venir d'une minute à l'autre...

- T'as appelé avec mon escargophone sans me demander la permission avant ?! Nan mais tu t'es crue chez tata Yvette ou quoi ?!

- En pluz, le temps ze gâte..." Me coupe Fleetfoot en levant la tête vers le ciel.


Me retenant d'étriper cette horripilante petite chose sur le champ, la détonation soudaine du tonnerre me fait sursauter. Je lève à mon tour le regard vers les cieux et m'aperçois que les nuages se sont obscurcis. Mais comment c'est possible ?! Le temps ne peut pas changer d'une minute à l'autre comme ça ! Bon d'accord les nuages étaient gris à la base mais on arrivait à voir la ligne d'horizon !
Avant que je ne puisse demander ouvertement comment le temps a pu se gâter à ce point, Fleetfoot me prend de court :


- "Nous zommes proches de l'entrée de Grand Line. D'izi on peut zentir la météo changeante de la route de tous les périls. Mais ze n'est rien à côté de ze qu'il y a de l'autre côté de Red Mountain.

- Tu veux dire que je suis près de Reverse Mountain ? Trop de la bombe ! Je voulais justement aller sur Grand Line !

- Zeule ?" M'interroge l'aviatrice à la crinière blanche. "Je ne veux pas te donner de faux ezpoirs, mais tu ne tiendras pas longtemps, toute zeule.

- Mêle-toi de tes oignons, je fais ce que je veux...

- FLEETFOOT !"


Fonçant à vive allure vers le Kenar, la silhouette d'un autre aviateur se rapproche de plus en plus de nous. C'est sûrement le pote de blanchette qui vient la chercher. Bordel il a fait vite le con ! Ils sont rapides ces gars des îles célestes...enfin je parle de ceux qui volent, parce que je pense pas qu'ils font tous ce genre d'activités. Je me rappelle quand j'étais sur Blooms le patron d'une taverne m'avait confié en avoir rencontré un, un jour, et il m'a assuré que les ailes du type étaient bien trop petites pour servir à voler.
Concernant Fleetfoot, Spitfire et Soarin, ça doit marcher autrement...sinon je vois vraiment pas comment ils font.


- "Soarin ! Za fait plaisir de te revoir !" S'écrie la gonzesse en faisant un gros câlin au punk venant d’atterrir en face d'elle, toujours en vigie.

- "Moi aussi." Dit-il en raffermissant sa prise autour d'elle. "C'est pas que je suis pressé mais on se barre maintenant. Accroche-toi bien ! J'ai pas vraiment envie qu'on soit pris dans l’œil du typhon."


Sur ces derniers mots, il déploie ses ailes et, avec la petite blanchette dans ses bras, il décolle d'un battement d'ailes et disparait peu à peu à l'horizon...ok...très bien...même pas un "merci" ou "on se reverra bientôt"...non...rien...


- "Saloperies de Wonder-trucs de merde ! Allez tous crever ! " Hurlé-je avec pour seul témoin le tonnerre grondant presque toutes les dix secondes.


Reprenant peu à peu mon calme, un violent souffle de vent tend la voile rafistolée du Kenar et le fait dangereusement pencher sur le côté droit. Et merde !
Je me précipite à la barre et la fait tourner dans le sens opposé, mais la force du vent me bloque quelque peu le mécanisme de la barre, m'empêchant de manœuvrer sans forcer comme une malade.
Le vent est de plus en plus fort, ma queue de cheval fouette ma nuque et j'ai l'impression que je vais finir par m'envoler. Connerie de météo !

Brusquement, les vagues elles-aussi gagnent en puissance et la plupart s'écrasent sur les flancs de mon Kenar, le malmenant comme s'il s'agissait d'un simple jouet de bain. Je ne peux strictement rien faire. Rien du tout. Je me sens totalement impuissante face à la puissance de l'eau couplée à celle du vent. Des éclairs jaillissent dans le ciel, puis peu à peu, j'aperçois au plus loin que je puisse voir une immense colonne opaque et grisâtre se rapproche dangereusement de ma position.
Un cyclone. Non, un typhon pour être plus précise.
Comme l'a dit l'autre enfoiré de punk ailé.
Mais je pourrais jamais survivre à un monstre pareil ! La nature peut vraiment se montrer très salope quand elle le veut !

Cependant je ne peux pas me permettre de baisser les bras même si la situation semble perdue d'avance. J'ai vécu largement plus zarb' et pire surtout ! Hors de question d'abandonner !


- "Abandonner c'est pour les perdants. Je suis pas une perdante !" Me dis-je, les mains agrippées à la barre tandis que je reste le regard fixé sur le typhon.


Peu à peu, je sens mes pieds se soulever du sol. Putain mais...JE M'ENVOLE VRAIMENT ! Je veux pas perdre le Kenar, plutôt crever avec lui que de me faire emporter loin d'un des seuls liens qui me lient à mes parents ! Je l'ai promis à mon Père, je lui ai promis que je prendrais soin du Kenar.
Si je dois terminer ma vie dans une tempête, alors soit, mais ce ne sera pas seule !

Serrant encore plus mes doigts autour de la barre, c'est au tour du bateau en lui même de s'envoler. Je n'aurais jamais crû que pareille chose serait possible. Mais je ne lâche pas prise, je ne lâcherai jamais prise !
Le Kenar et moi sommes aspirés dans cette colonne de vent gigantesque où je me reçois également des gerbes d'eau à la figure. Je peux même apercevoir des poissons emportés par la puissance du typhon.
Mais bordel est-ce que je vais vraiment m'en sortir indemne ?

Un souffle de vent encore plus puissant que les autres projette le navire et moi-même carrément dans la masse nuageuse. C'était déjà pas assez dangereux sur les mers, il faut maintenant que je côtoie les éclairs ! Ma vie c'est vraiment de la merde, sans déconner !
A présent, je ne sais si je monte encore en altitude ou si je descends m'éclater des centaines voire des milliers de mètres plus bas. Je n'en sais rien parce qu'en fait je ferme les yeux et que je ne tiens pas vraiment à me faire davantage de frayeurs. La cacophonie du tonnerre et la force du vent me suffisent amplement pour me faire une idée de ce qu'il se passe à l'extérieur.

Alors, sans que je ne sache réellement comment je fais, je fais le vide en moi et essaie d'oublier tout ce qui m'entoure pour uniquement me concentrer sur les battements affolés de mon cœur.
Oui, en plein milieu d'une tempête. Je suis barjo, je sais.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mener une vie de pirate normale c'est pour les tapettes !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mener une vie de pirate normale c'est pour les tapettes !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une quête pour devenir un pirate !
» Comment mener la lutte contre la corruption en Haïti ?
» Les chansons de pirate !
» Et un, et deux, et trois ! C'est l'histoire du pirate de l'îleuuuuuuuuuuuh ♫
» [mini-event] Raviver une legende : le conseil pirate

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: All Blues :: West Blue :: En Mer-
Sauter vers: