PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les origines du Mal

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Chess

avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 09/02/2013

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
9999/9999  (9999/9999)
Expérience:
9999/9999  (9999/9999)

MessageSujet: Re: Les origines du Mal   Sam 14 Fév - 14:42

- Il y a plus de mille ans, un homme du nom de Xehanort, incarnation du mal d’après la légende, a été victime d’un maléfice. Xehanort est mort depuis, mais la légende dit qu’il doit apporter un immense changement à l’humanité en apportant la lumière ou en nous faisant tous sombrer vers les ténèbres. Je crains que son œuvre ne soit pas encore accomplie, et ce, même si ce mage a trépassé. Je vous ai inculqué tout mon savoir. Toutes mes techniques, et la légende parle de vous. Partez. Voyagez, et enquêtez. Découvrez la beauté du monde, devenez forts, devenez les héros dont parle la légende, et protégez notre monde, de la menace de cet homme.

Il les regarda fièrement dans les yeux, tous, les uns après les autres. Comme un père fier et satisfait de ses enfants, les poussant dans le large et immense monde. Cet homme semblait très vieux. Probablement pas loin de cent ans, et pourtant il s’était efforcé depuis près de vingt ans d’inculquer la force et la connaissance à ses disciples. Un homme honnête et respectable, ayant offert une partie de sa vie, à l’espoir d’avoir forgé la protection de ce monde, contre les desseins maléfiques d’un homme trépassé depuis des générations, mais dont les ambitions purent rester intactes, même dans la tombe.
Il remit à ses quatre disciples un petit ticket de bateau, leur permettant de rejoindre la toute première île de Grand Line. Il n’existait naturellement pas de navettes offrant une jonction entre les blues et la route de tous les périls. Mais un architecte charpentier très connu d’Autumn Forever, avait réalisé le pari fou, des années auparavant, de construire un Navire dont la coque de Granit marin permettrait une protection totale sur Reverse Mountain. Il affirma avoir découvert un moteur qu’il appelait Vibro-Dial permettait au bateau d’avancer même malgré l’absence totale de vent. Ce moteur fonctionnait à l’eau et permettait de donner une légère impulsion à un navire jusqu’à lui faire attendre une zone de courant ou une zone ventée.  
Cette invention, fut reprise, avec certaines modifications, des siècles plus tard par une institution générale nommée gouvernement mondial, pour permettre à leur puissance militaire nommée Marine de traverser Calm Belt en toute sécurité.

Le maître leur avait obtenu un passe pour voguer trois jours durant jusqu’à une île de Grand Line nommée : Whiskey Peak.
Après de douloureux adieux à leurs maîtres, et quelques dernières mises en garde, les quatre élus partirent en direction du tout petit port du village encore neuf, créé il n’y avait pas si longtemps. Port Vignerouge était un village bien plus récent que Forgevieux et Rochesainte, les deux autres zones d’habitations de l’ile.
Ce n’était que par une entente cordiale que les deux villages choisirent d’ériger un village à la pointe sud pour former un triangle d’habitations dur l’île. Ce n’est qu’après vingt-cinq années de labeur que Port Vignerouge vit le jour. Offrant ainsi un troisième port sur l’île leur permettant un accès à l’île par un versant sud.

Les quatre amis embarquèrent et  prirent place sur le pont, en adressant un ultime regard à leur maître, signifiant un au revoir respectueux et l’engagement d’une promesse dépassant les prédictions.
Le bateau quitta le port, toutes voiles dehors, profitant de la brise pour ne pas encore faire appel au dial, et quittèrent le port, s’aventurant au large pour le début d’une formidable aventure.

***

Les quatre intrépides regardèrent la mer à l’horizon. Le bateau était parti depuis plus de deux heures, et Autumn Forever n’était déjà plus visible. Il leur fallait trois jours de navigation complète avant d’arriver à Whiskey Peak, autant profiter de ce repos qui ne se présenterait probablement plus très souvent par la suite.
Dans tous les livres qu’avait lus Atria, aucun ne faisait mention d’une traversée dite « facile » de la route de tous les périls. C’était une mer dangereuse, hostile et surtout imprévisible. Mais il y avait encore pire : Le Shinsekai, l’autre versant de cette mer intrépide et inviolable.
Revenir en haut Aller en bas
http://shinsekai-dream.onepiece-forum.com
Chess

avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 09/02/2013

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
9999/9999  (9999/9999)
Expérience:
9999/9999  (9999/9999)

MessageSujet: Re: Les origines du Mal   Sam 21 Fév - 21:37

- J’ai quand même sacrément hâte d’y être ! Indiqua Phénix.

- C’est parce que tu as un tempérament d’aventure ! Je crois que tu ne vois pas vraiment le rôle que nous avons et les dangers qui nous attendent ! Répliqua Cassiopée.

- Cassie à raison. Tu es peut-être intrépide, mais ne perd pas de vue que nous n’avons jamais rien vu d’autre qu’Autumn Forever. Ajouta Atria.

- Soyez pas rabat joie ! T’es pas content de partir toi Orion ?

- Si, mais je suis concentré je te l’avoue. Les filles ont raison, il faut faire preuve de prudence, sans quoi nous n’arriverons jamais à notre but.

- Tu parles de but, mais finalement on ne sait même pas vraiment ce que l’on doit faire… indiqua Phénix en se grattant la tête.

- J’avoue que tu n’as pas tort. Xehanort a vécu il y a plus d’un millénaire, il est mort sans que la prophétie ne puisse se réaliser… je ne vois pas comment on peut protéger le monde… expliqua Cassiopée.

- Je crois que le maître veut que l’on se prépare à toute éventualité. Ajouta Atria en ouvrant le livre qu’elle avait pris avec elle.

- Tu as emporté ton livre Tria ? Tu comptes mener une enquête ? Questionna Orion.

- Arrêtez d’écorcher mon nom comme ça ! Beugla-t-elle. Oui j’ai pris mon livre. Le maître est inquiet, et même si on ne comprend pas vraiment pourquoi, vu le temps qu’il s’est passé depuis la mort de Xehanort, on lui doit bien le fait de palier l’éventualité d’un danger quelconque… Il nous a recueillis et tout appris.

- Tu as raison. Le maître est comme un père pour nous tous. Affirma Cassiopée, en souriant.

- C’est bien beau tout ça, mais par où commencer ? Questionna Phénix.

- On voit que tu as bien prit le temps de réfléchir à ton itinéraire… se moqua amicalement Orion.

- Ouais bon ça va… j’avoue je vais un peu voguer au pif mais quand même, je ne vois vraiment ce que l’on peut faire !

- Si tu avais été un peu plus attentif aux leçons du maître tu aurais quelques points de chutes. Des îles sur lesquelles ont à la preuve d’un passage de Xehanort : Alberobrogo, Tesseh‘Alla, Culteos ou autres… Ajouta Atria

- Il n’empêche qu’on ne peut pas faire grand-chose.

- C’est une enquête que nous devons mener. Le maître nous rappelait souvent que ce sont les voyages qui forment la jeunesse ! Relança Cassiopée.

Ensemble ils regardèrent les flots calmes de cette mer infinie qui s’élançait par-delà l’horizon. Une contemplation presque infinie pour ces quatre enfants dont la destinée n’était pas du tout singulière. De vrais amis d’enfance, une équipe soudée, pour un objectif unique, bien qu’inconnu. Ne présageant pas le danger infini de leur existence et le but si pharamineux que leur maître et la prophétie millénaire leur avait confié…


Partie II
Empire de Tesseh’Alla, environ 1200 ans plus tôt.


Cela faisait désormais trois années passées depuis le départ d’Autumn Forever. Et surtout depuis la séparation du quatuor. Les premiers temps les quatre amis s’écrivaient au fil de leurs aventures, contant les extraordinaires odyssées de chacun.  Orion assis à même l’herbe fraiche d’une forêt qu’il traversait depuis quelques jours déjà. Avait fait un petit feu de bois, s’occupant de la cuisson d’une bête robuste qu’il avait lui-même tué.

***

Après sa séparation avec ces amis, sur Whiskey Peak, Orion avait pris la direction de l’empire de Tesseh’Alla où il avait débuté son enquête. Se renseignant peu à peu sur les traversées de Xehanort et sur ses accomplissements. Ce n’était qu’une pâle continuité de filature. Aussi vieux fusse-t-il, cet homme n’avait laissé que très peu de traces sur son passage. Il avait commencé par un endroit où la connaissance se devait de couler à flot. Il s’était rendu rapidement à la cité des sciences de Sybak, où ses recherches ne furent guère reluisantes à son grand damne. Il avait passé près d’un mois à jouer les rats de bibliothèque sans jamais entendre parler d’un sorcier du nom de Xehanort. Les scientifiques ignoraient aussi ce nom, jusqu’à prétendre que tout cela n’était que des contes de bonnes femmes. Si Orion avait pris la route, il savait que cela n’était pas dû à une légende urbaine. Il quitta la ville ne perdant pas l’espoir de rendre ses recherches fructueuses par la suite. Il se rendit à la capitale mélodico, une ville très riche pour l’époque, où l’influence du commerce se ressentait jusque dans les bidonvilles de la cité. Toutefois, outre les discussions à propos de tissus venus des plus belles contrées de Grand Line, des mets exécutés par la finesses des maîtres cuisiniers de Pucci, ou encore par l’exploitation artistique par la gravure et la sculpture des minerais d’Opertale, il n’eut point le luxe de trouver de renseignements sur le véritable but de sa venue. Toutefois, comme l’avait signifié son maître, il était peut être l’un des trois héros de la légende, l’enquête était un des buts primordiaux, mais la condition physique et le combat était aussi un enjeu à ne pas négliger.
Orion était un garçon assez grand et costaud. Courageux et marchant toujours sur les fiers chemins de la dignité. Il vouait également une foi sans faille à la religion, et aux anciens dieux, de diverses mythologies, qui régulaient le monde selon lui. Ces idées de religions lui venaient probablement de ses parents biologiques inconnus. Mais même s’il n’avait pas eu la chance de les connaître, il avait conservé cette foi inébranlable envers les dieux, et prétendait avant son départ à devenir un légendaire guerrier templier. Outre les longues séquences d’entrainements et de cours d’histoire supervisées par son maître Qi Gon, il passait le plus clair de son temps à deux activités qui étaient primordiales pour lui. Son entraînement au combat, qu’il s’agisse de combat à mains nues, ou de combat à l’épée, qu’il affectionnait particulièrement, et à la prière. Il se rendait tous les jours dans les temples pour prier et pour honorer sa fidélité aux dieux.
Ce genre de rituels lui valait régulièrement les moqueries incessantes de Phénix qui n’avait de cesse de lui rappeler que tout cela, n’était que de piètres facéties, et que sa foi ne lui servirait jamais à rien.
Ce qui témoignait dans un sens de la volonté sans faille de l’aspirant templier. Malgré les discours et les rappels d’inutilité de son ami, Orion gardait une foi inébranlable envers son crédo, et ses valeurs. Seulement depuis son départ, il n’avait pas eu de véritables difficultés, ni même de véritables combats. Le hasard lui offrit une possibilité extraordinaire de pallier cet inconvénient, en s’inscrivant au très célèbre colisée de Meltokio. Des gladiateurs, ninjas, artistes martiaux, chevaliers, colosses et autres brave guerriers des quatre coins du monde se rendaient à Meltokio pour venir tester leurs aptitudes au combat et prouver leur vaillance en entrant dans la légende des grands victorieux.
Orion fit le choix de s’inscrire et de tester ses aptitudes. Il comprit bien vite que l’apprentissage du maitre Qi Gon et son entraînement personnel avait fait de lui un très puissant guerrier malgré son âge encore jeune.  
La première phase de son combat laissa la place à un capharnaüm sans nom, ou pas moins de cinquante lutteurs s’affrontaient en même temps, pour ne laisser qu’un seul guerrier victorieux accédant au stade des quarts de finales. Jamais encore l’apprenti templier n’avait combattu de la sorte, se devant de rester systématiquement sur ses gardes, tant les attaques adverses provenaient tous les endroits. Mais finalement au terme d’un long affrontement, Orion, fut le dernier debout dans cette arène qui trahissait le carnage. Se trouvant dans le septième tableau, le jeune garçon n’eut que peu de temps pour souffler. Il ne restait plus qu’une longue phase de combat avant le début des quarts de finales. Après une bonne heure d’attente, le colisée rendit son verdict des huit qualifiés pour l’édition du tournoi. Le tableau des quarts de finale était affiché en grand sur les murs des enceintes, offrant au public les libertés des plus belles rêveries sur les duels à venir.

Apologizes:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://shinsekai-dream.onepiece-forum.com
Chess

avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 09/02/2013

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
9999/9999  (9999/9999)
Expérience:
9999/9999  (9999/9999)

MessageSujet: Re: Les origines du Mal   Mer 25 Fév - 1:02

Après les trois premiers quarts de finales qui avaient vu offrir les places de demi-finalistes à un vieux sage venu du Shinsekai, à un grand samouraï provenant du château d’Himeji, et une femme provenant de Pandaria Hearts, Orion affronta un homme d’une quarantaine d’années, mercenaire du royaume d’Absolut Blackside. Le combat fut rude pour le jeune garçon, leurs jeu à l’épée semblait égal, et leur vitesse semblait tout aussi équivalente. Seulement cet homme venait du royaume surnommé « le royaume du noir », un endroit où seule la nuit existait. De fait ses capacités de perceptions étaient surdéveloppées, ce qui entraînait très logiquement des réflexes hors du commun. Finalement, au terme d’un épique duel, Orion trouva une faille dans la défense cadenassée de son adversaire et le mit à terre.
Il affronta en demi-finale la seule femme encore présente dans le tournoi. Plutôt mignonne, elle arborait une belle chevelure blonde, longue et soyeuse. Elle semblait être une virtuose des déplacements acrobatiques, et virevoltait dans tous les sens.
Mais après une longue séquence proposée par les deux personnages, la belle usa d’une technique qu’elle n’avait pas eue besoin d’utiliser jusque-là. Son corps se déforma et se transforma en flammes.
La belle était la digne propriétaire d’un fruit du démon, et pas n’importe lequel ! Elle manipulait les flammes avec dextérité, et s’offrait le luxe de ne pas ressentir les attaques physiques. La situation semblait compromise pour le jeune templier qui dut se rabattre sur la ruse et prétextant un K.O. La jeune femme relâcha son attention pensant que l’affaire était pliée, le jeune homme se releva alors et profita de cette seconde d’inattention pour planter sa lame dans la jeune femme, qui n’avait pas vu le coup arriver et qui de fait n’avait pas changé son corps en flammes. Elle fut évacuée d’urgence, avec l’aide d’Orion qui l’accompagna jusqu’à l’hôpital retardant ainsi la finale tant attendue.
Puis après un retour tant souhaité, le combat débuta. Contre le vieillard du Shinsekai. Beaucoup s’accordèrent à dire que le combat fut considéré dans les annales du colisée, comme l’un des plus beaux duels jamais vus. Un duel qui rendit son verdict en faveur d’Orion.

Ce dernier obtint alors une magnifique épée légendaire nommée Ragneel. Puissante et belle, il apprit à la manipuler aussi bien que l’épée qu’il possédait jusqu’alors. Il s’expatria quelques temps au temple de la lumière, ou il prit le temps de ne faire plus qu’un avec sa nouvelle arme. Il traversa l’intégralité de l’empire, et vécu à Flanoir durant quelques temps, où il put enfin apprendre diverses informations à propos de Xehanort. Il poursuivit son périple au territoire de Kaito où il développa encore un peu plus son talent. Il atteint son paroxysme un an plus tard sur l’île de Boyn, dans laquelle il s’exila une année complète. Cette île si hostile développa ses réflexes et la quasi-totalité de ses talents. Il poursuivit sa route sur le Shinsekai, jusqu‘à Cloudsdale où il obtint le respect de tout un peuple. Il débarrassa l’île d’un tyran sans foi ni loi, et de toute son armée, levant ainsi une rébellion et devenant un symbole pour tout un pays. Au terme d’une très longue bataille, son duel avec le tyran lui apporta gloire et remerciements éternels. Afin de parachever les talents du jeune guerrier, et afin de remercier son courage, le village choisit de lui offrir un trésor qui était conservé dans une salle secrète dont même le tyran ignorait l’existence. Ce trésor était un fruit du démon, dont personne ne reçut jamais l’autorisation d’en faire la propriété. Mais c’est unanimement que les vénérables de l’île lui offrirent ce fabuleux trésor, en garantissant qu’un incroyable pouvoir sommeillait au fond de ce fruit.
Orion accepta, et bien que réticent à l’idée de le manger, décida de ravaler ses peurs et d’intégrer les pouvoirs de ce fruit à son corps…

Il reparti de l’ile et décida de retourner là où tout avait commencé pour lui. C’est ainsi qu’il se retrouva au cœur de cette forêt de Tesseh’Alla, un gigantesque monstre terrassé facilement, dont la chair était en train de cuire au feu de bois.
Revenir en haut Aller en bas
http://shinsekai-dream.onepiece-forum.com
Chess

avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 09/02/2013

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
9999/9999  (9999/9999)
Expérience:
9999/9999  (9999/9999)

MessageSujet: Re: Les origines du Mal   Dim 1 Mar - 16:06

Joignant la chair du gibier à ses lèvres Orion respirait l’air pur de cette forêt qu’il affectionnait tant. Le ciel était gris mais peu menaçant. Il se sentait chez lui ici, sans jamais oublier son maître et ses amis. Cela faisait quelques temps qu’il n’avait plus eu de nouvelles. Que ce soit Phénix, Cassiopée, ou Atria, il n’eut plus la moindre nouvelle.
C’était un après-midi comme un autre. La journée avait commencée normalement, Orion sortant de la cabane qu’il s’était construite, partant se laver à la rivière. Et chasser pour son repas du midi. La traque de la bête avait été lente, il ne s’intéressait plus au petit gibier, préférant œuvrer dans les mastodontes dangereux pour joindre l’utilité d’un entrainement à l’agréable d’un repas.
Il avait allumé un feu avec une technique dont il avait le secret, et savourait ces instants de tranquillité absolue. Cette île était semi hivernale et semi automnale, la fraîcheur de l’époque constituait une preuve assez solide, pour laisser penser de probables tombées de neiges.
Puis, continuant à profiter de son repas, il aperçut un rapace lorgner sa position, avec insistance. L’oiseau se décida à effectuer son pic de descente, avant de se poser gracieusement à quelques pas de l’apprenti templier. Il se leva et s’approcha de la bête qui portait un message à sa patte. Dès ce message transmis, le volatile reparti vers les cieux ne laissant pas le choix à une éventuelle réponse du jeune homme.
Il déroula le papier, qui se trouvait dans un tube très fin, et lut le message.

Orion
J’espère que ton aventure se passe comme je l’imagine.
Bien que je ne me suis jamais fait le moindre souci pour toi.
Tes exploits au colisée ont retenti jusqu’ici à West Blue sur Autumn Forever.
Comme je le soupçonnais, les agissements de Xehanort n’ont pas encore rendu leur épilogue.
Il se passe quelque chose de très grave.
J’ai averti Cassiopée, Phénix et Atria.
Pars sur le champ vers Zetros-Khan, je vous y attendrais.
Je crains que ce que je craignais depuis le début ne soit sur le point de se produire.

Qi-Gon.

Il n’avait jamais reçu une seule nouvelle de son maître depuis son départ, mais voilà qu’il apprenait que ce vieil homme vénérable, continuait ses recherches malgré son grand âge. Orion jeta l’os plein de chair qui était resté dans sa main, et saisi sa cape. Il se mit en route aussitôt pour Zetros-Khan, une île du Shinsekai, très dangereuse, considéré comme la plus grande étendue désertique au monde.

De nouvelles excuses qui devraient être les dernières !:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://shinsekai-dream.onepiece-forum.com
Chess

avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 09/02/2013

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
9999/9999  (9999/9999)
Expérience:
9999/9999  (9999/9999)

MessageSujet: Re: Les origines du Mal   Jeu 5 Mar - 14:12

Partie III.
Île de Rough Tell, Shinsekai, environ 1200 ans plus tôt.


- C’est ça ! S’écria Cassiopée.

La jeune femme prit note sur un petit calepin, ce que venait de donner un tube à essai. Une sorte de solution bleuâtre qui semblait devenir opaque peu à peu.

- La Crédolia Anytha Galycius Rouge Ecarlate. C’est de cette plante que je peux créer le remède que je cherche ! Ce nom de fleur est un peu trop long… réfuta-t-elle à sa propre découverte.
Elle se creusa les méninges une minute et finit par trouver une solution à l’énigme qu’elle s’était soi-même imposée.

- La Cagre ! Pour Crédolia Anytha Galycius Rouge Ecarlate. Voilà un nom bien plus facile à retenir !

Elle posa son petit calepin, et sortit de cette étrange habitation à la forme d’un champignon géant. La belle Cassiopée avait déjà traversé le monde entier, en essayant de tirer profit de chacun de ses voyages. Et c’est vers la médecine qu’elle s’était orientée.

***

Etudiant les maladies et les plantes pour en trouver des remèdes peu à peu. Dans toutes ses recherches une maladie en particulier n’avait de cesse de revenir hanter les médecins. Une maladie qui terrassait le corps humain, ravageant les organes à petit feu. Jamais personne n’avait survécu à cette maladie, qui n’était pourtant pas si courante. En réalité c’est précisément ce qui la rendait incompréhensible. Elle frappait, sans logique apparente, et tuait, simplement. Il s’agissait d’une affection extrêmement rare, dont seul quelques cas avait étés signalés, en plusieurs siècles. Mais jamais personne ne sut trouver un remède, ni même comprendre le fonctionnement de ce mal. Cassiopée avait donc décidé de consacrer ses recherches à cette maladie. Elle ne mit pas de côté Xehanort pour autant. Après avoir pesé le pour et le contre elle s’accorda sur un simple fait : Son maître lui avait conseillé de voyager, d’où ce départ trois années plus tôt. L’une de ses consignes était très précisément qu’elle devienne forte. Dans un but qui lui semblait totalement improbable, mais tout de même. Cet homme représentait une menace terrible, et si son maître, qui officiait également en tant que père adoptif, lui avait conseillé de ne pas prendre de risque, elle n’en prendrait pas. Les voyages forgent la jeunesse, elle pouvait résumer l’idée par cette maxime. Toutefois elle opterait pour une voie de progression bien personnelle : La médecine

Les soins que pouvait prodiguer un docteur, qu‘il s‘agisse d‘un combat, ou de toute autre situation, pouvaient être une clé de réussite absolue. C’est en partant de ce constat simple, que la belle se lança dans un domaine qu’elle trouvait fascinant. Depuis sa tendre jeunesse elle s’intéressait aux fleurs et aux plantes. A l’âge de six ans, elle concoctait déjà des onguents pour Phénix, qui revenait souvent de la forêt avec quelques écorchures. Ce casse-cou, lui servait de parfait cobaye pour le développement de ces médicaments. Elle lut son tout premier livre sur la médecine, qui s’avéra être un rapport sur les soins de l’ère moderne (pour l’époque) à l‘âge de dix ans. Elle essaya de reproduire certains médicaments et sérums décrits dans l’ouvrage. Contre toute attente, elle obtint bien plus de réussite que d’échecs dans cette tentative courageuse. Elle se lança véritablement dans les études de médecine un an plus tard. Après avoir étudié six années en autodidacte, et après les nombreux apprentissages de son maître à l’art du combat et à l’histoire du monde, Cassiopée fut libérée comme ses trois amis, et lâchée en pleine nature.
Elle débuta son périple sur Culteos, où elle mit son entraînement complètement de côté pour se concentrer sur l’art de la prophylaxie. Ce n’est qu’au contact des plus grands professeurs de l’époque que la jeune fille développa ses talents. Elle cumulait jusqu’à quarante heures de cours par semaine, et ajoutait à cela près de trente heures de travail personnel hebdomadaire, là où les étudiants normaux, quoi que bons élèves, n’en atteignaient que quinze, dans les meilleurs des cas. Sa passion, son talent et son travail acharné eu raison de la grande université de médecine du royaume. Culteos, réputé jusqu’au Shinsekai pour sa terre riche en médecine, ce lieu si spécial où il était dit aux quatre coins du globe, que les plus grands docteurs accomplissaient des miracles, venait de trouver la perle la plus rare de toute son histoire.
Le diplôme de médecine ne s’obtenait qu’en cinq années d’études à Culteos, et ce qu’importe les années d’études précédentes passées que d’autres royaumes. Cinq années étaient obligatoires. Pourtant, de manière unanime, les référents de l’académie, lui accordèrent une chance. Un droit de passage  pour l’examen final. Compte tenu de son labeur et de ses résultats systématiquement phénoménaux, le grand conseil académique, organisa un vote pour officialiser une décision, et c’est de manière unanime, que l’autorisation lui fut donnée. Jamais une telle exception n’avait été autorisée, dans toute l’histoire de cette monarchie.
Cassiopée se présenta à l’examen et en l’espace de quatre jours, développa toutes sortes de théories et autres rapports sur divers thèmes regroupés en sept matières clés : La botanique, les médecines étrangères, la physique-chimie, l’anatomie, la médecine magique, l’alchimie médicale et l’institution des énergies.

Et ainsi naquit une légende. Elle obtint la note maximale dans la totalité des matières, et obtint le diplôme en terminant major de promotion. Cassiopée Moonlight, dix-huit ans, étudiante en première année à Culteos, décrocha la plus prestigieuse distinction médicale au monde : Le certificat d’aptitudes médicales de Culteos, soigneusement signé par les douze plus grand médecins référents de l’île et donc du monde.
Peu de temps plus tard, une statue à son effigie fut érigée à l’entrée de l’université. Surplombant les gigantesques jardins de l’école, elle symboliserait désormais, le talent et la hardiesse d’un travail accompli. L’évocation de la noble attitude d’un étudiant parfait. La représentation de l’absolutisme médical.
Revenir en haut Aller en bas
http://shinsekai-dream.onepiece-forum.com
Chess

avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 09/02/2013

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
9999/9999  (9999/9999)
Expérience:
9999/9999  (9999/9999)

MessageSujet: Re: Les origines du Mal   Sam 7 Mar - 12:48

Cassiopée quitta le royaume pour poursuivre ses investigations, et son apprentissage qu’elle ne considérait pas comme complet. Des maladies voyaient le jour toutes les minutes. Des infections les plus insignifiantes, aux affections les plus complexes. Elle rencontra au cours de son périple de nombreuses personnes qu’elle aida par simple devoir envers le serment d‘Hippocrate qu‘elle avait signé après la remise de son diplôme. Ressoudant des os en quelques secondes, faisant chuter des fièvres parfois terribles. Regorgeant d’ingéniosité, après de multiples expériences pour guérir des maladies jusqu’alors incurables. Pour le bien de la recherche, et par recherche du bien, elle s’efforça d’offrir le maximum de ses capacités surréalistes pour analyser, comprendre et guérir les maladies les plus dangereuses.
De Culteos à Alabasta. De l’île de Moga à Celciuvert, de Shabaondy jusqu’à Rough tell, elle continua ses recherches, pour le bien de l’humanité, et pour que la maladie ne puisse jamais atteindre la vie d’une quelconque personne. En deux années à voguer d’îles en îles, Cassiopée put se vanter d’avoir découvert divers sérums d’immunités, pour vaincre diverses maladies. Elle trouva les vaccins de plus de dix maladies mortelles et extrêmement dangereuses, parfois fléau de diverse îles.

Faisant d’une pierre deux coups, lors de son année à Culteos, la jeune femme apprit l’existence d’un étudiant, des siècles plus tôt, tout aussi doué qu’elle. Souvent la comparaison semblait revenir, avec cet homme si doué, dont la plus part des professeurs ne connaissaient le nom, tant cette histoire était vieille. Pourtant un homme encore en vie, du haut de ces cent vingt-quatre ans, lui appris le nom de cet étudiant si spécial. Un jeune homme du nom de Xehanort, il n’avait pas étudié la médecine, mais s’intéressait à l’histoire et la mythologie, dont il avait suivi le cursus, et dont le diplôme était tout aussi difficile que celui que la belle avait passé.
Le vieil homme s’amusait à répéter que même si la jeune femme avait réussi l’exploit de décrocher un diplôme en une année, c’était bien ce garçon qui détenait le record du plus jeune lauréat. Il avait obtenu son diplôme final à quatorze ans, là où ses confrères ne le défrichaient qu’à plus de vingt ans généralement. Il avait choisi de poursuivre néanmoins des études et d’accroitre son diplôme par une connaissance accrue sur son sujet.
Les questions de la jeune fille n’avaient rien d’un hasard… Xehanort était un nom qu’elle avait déjà entendu bien évidemment, puisque son travail, consistait à la base à enquêter sur cet homme. Elle savait depuis le départ que Culteos avait été une étape importante dans sa vie, et avait choisi d’en faire une étape toute aussi importante de la sienne. Toutefois, depuis le départ de cet homme, elle ne put avoir aucun autre renseignement sur ce que fut sa vie, et sur ses agissements, sans même entendre parler de la légende dont son maître n’avait de cesse de rabâcher.

Ainsi au travers de toutes les îles qu’elle traversa, elle continua ses recherches sur ce qui devait être son ennemi, tout en travaillant ses compétences de néo-médecin. Elle reprit un entrainement au combat bien plus régulier après son passage sur l’île céleste de Birds Paradise, où elle obtint un fruit du démon, tant convoité pour les recherches en médecine… Elle eut la chance de faire l’acquisition d’un bâton légendaire sur Seaquen Camp. Un bâton créé selon la légende, par un arbre gigantesque, qui protégeait une autre île de Grand Line. De son écorce naquit le bâton du mélèze ambré, véritable trésor représenté sous différentes formes dans les livres d’histoire.

Son voyage aussi prolifique fusse-t-il, que ce soit en médecine, en humanitaire, ou en progression dans l’art du combat, ne put lui offrir deux choses qu’elle convoitait. Des informations à propose du mystérieux Xehanort, que son maître lui avait demandé, et un antidote contre une maladie tout autant mystérieuse que diabolique.
Il s’agissait d’une affection qui existait depuis la nuit des temps, et qui ne frappait qu’un tout petit pourcentage de personne. Sans logique, ni même continuité apparente, quelques rares personnes furent frappés de cette maladie nommée Fatalis Acnoglia Mortem. Les patients se retrouvaient soudainement pris d’une violente fièvre qui ne baissait jamais. Elle augmentait jusqu’à atteindre des pics vertigineux, propulsant le patient dans un profond coma. Jusqu’à ce que le cœur ne puisse plus battre, tant la température du corps atteignait des sommets.
Le problème qu’avait rencontré les quelques rares médecins ayant tenté de résoudre l’ineffable équation de L’Acnoglia Mortem, résidait dans le fait que la fièvre montait tellement rapidement, qu’il ne fallait jamais plus de quarante-huit heures entre le moment du diagnostic et la mort. Théoriquement il ne fallait jamais plus de trois jours à partir du début du syndrome pour que le patient ne succombe.
Mais le réel problème n’était en fait pas tant le fait que la maladie terrassait le malade rapidement. L’affection de laissait aucune trace après la mort, pas la moindre trace de toxine, de bactérie, ni même de virus. La fièvre apparaissait de nulle part, et disparaissait par enchantement, une fois l‘horreur accomplie. Et malgré l’incroyable rareté de la maladie, personne n’était épargné… des plus frêles enfants, aux guerriers les plus costauds. Hommes et femmes, jeunes et vieux, il n’y avait aucune limite.
Un véritable mystère pour les meilleurs scientifiques qui s’arrachaient les cheveux pour comprendre le fonctionnement de la maladie.
Revenir en haut Aller en bas
http://shinsekai-dream.onepiece-forum.com
Chess

avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 09/02/2013

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
9999/9999  (9999/9999)
Expérience:
9999/9999  (9999/9999)

MessageSujet: Re: Les origines du Mal   Mer 11 Mar - 11:51

Sur sa route, la jeune femme, rencontra un enfant qui semblait avoir contracté la maladie. La belle ne put rien faire pour le sauver et se jura d’un jour comprendre et vaincre la maladie.
C’est alors qu’arriva la fin de son Odyssée, sur Rough Tell, Ultime île du bout du monde. Dernière contrée du Shinsekai. Cette île aux mille promesses, de par les légendes les plus extravagantes, tenait contre toute attente ses promesses.
Elle eut notamment la chance d’y découvrir l’espèce florale la plus rare au monde. Une fleur qui ne possédait pas de nom, car elle ne semblait jamais avoir été enregistrée dans les ouvrages d’horticulture. Cassiopée s’intéressa à cette fleur, et découvrit qu’il s’agissait de ce qu’elle appelait « la fleur originelle ». La fleur de laquelle naquirent toutes les autres fleurs connues dans ce monde. Elle semblait posséder une sorte de code génétique parental à toutes les fleurs de ce monde. Une fleur mère qu’elle baptisa : Crédolia Anytha Galycius Rouge Ecarlate.
Elle confirma sa théorie en découvrant que se trouvait dans son pollen, toutes les substances contenues dans tous les pollens de toutes les autres fleurs au monde.
Curieusement, elle découvrit également une substance contenue dans toutes les fleurs au monde. Une substance qui ne servait à rien aux fleurs, ni dans leur développement, ni dans odeur, ni dans leurs propriétés, ni dans quelque domaine que ce soit. Une substance présente à différentes doses dans toutes les fleurs du monde, mais qui ne servait à rien.
Après de nombreuses recherches, elle finit par découvrir que cette substance correspondait à un anticorps végétal, conçu pour protéger les fleurs de diverses maladies. Un anticorps plus ou moins présent selon les espèces, mais toujours contenu, même à dose minimale, dans les fleurs.

Il y eu un détail relatif à cette découverte qui changea le destin de la jeune femme à jamais. Quelques jours après avoir analysé cette substance de près, la belle tomba malade. Une violente fièvre qui ne faisait que grimper. Elle comprit rapidement qu’elle était atteinte par L’Acnoglia Mortem, et que ces jours étaient comptés.
Ne pouvant se résigner à mourir, elle officia dans de nombreuses recherches accélérées sur la maladie, en se prélevant divers échantillons de sang. Toutefois, elle ne trouva rien, et ne put empêcher la progression de la maladie.
Après quarante-huit heures la pauvre fille ne tenait plus sur ses jambes. Elle s’allongea sur son lit attendant le triomphe inévitable de la grande faucheuse.
Elle ferma les yeux, regrettant de ne pas être parvenu à vaincre cette maladie, dont elle s’était pourtant promis de triompher un jour. Elle eut alors une pensée pour ce pauvre enfant, qu’elle n’avait pas su sauver… Et pour sa mère, si douce et si gentille, qui n’avait eu de cesse de croire au miracle, et de croire en cette jeune fille arrivée de nulle part et ayant donné tout son temps pour sauver son enfant. Une ironie criante, dont Cassiopée regrettait de ne pas pouvoir rendre justice.
Pour cet enfant courageux, et cette mère si prévenante, qui s’occupait tous les jours du bonheur de son fils. Des soupes bien chaudes pleines de bonnes choses, un feu crépitant et chaleureux, des fleurs de son jardins fraîches, remplacées tous les jours pour une atmosphère saine et délicieuse… Une bien belle fadaise, à laquelle cette femme s’était assignée, ne pouvant lutter contre une mort, que même la plus incroyable des médecins n’avait empêché… Ce même médecin, qui n’allait plus guère tarder à succomber d’un ennemi dont elle s’était pourtant jurer de triompher…
Revenir en haut Aller en bas
http://shinsekai-dream.onepiece-forum.com
Chess

avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 09/02/2013

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
9999/9999  (9999/9999)
Expérience:
9999/9999  (9999/9999)

MessageSujet: Re: Les origines du Mal   Sam 14 Mar - 10:52

Puis soudainement, ce fut la révélation. Cassiopée, aussi faible fusse t’elle, fut frappée d’un constat terrible, mais qui pouvait signifier un espoir. Plus que minime, mais un espoir tout de même. Toutes les fleurs possédaient la substance inutile qu’elle avait découvert quelques jours plutôt. Toutes à différentes doses. Il s’agissait systématiquement de doses minimes, qui ne dépassaient jamais le millième de millilitre…
Il n’y avait jamais eu de similitudes entre les divers cas d’Acnoglia Mortem selon les médecins. Outre les symptômes, les victimes et les situations semblaient toujours différentes. Pourtant il y avait bel et bien un point commun entre Cassiopée et le petit garçon qu’elle avait essayé de sauver. Ils avaient tous deux, des fleurs à leur chevet. Lui par l’amour d’une mère, et elle par le devoir de la recherche.
Elle rassembla ses dernières forces pour attraper un livre sur une étagère. Un livre de fleurs. Elle l’ouvrit et retrouva la page de la fleur qui avait accompagné le petit garçon avant sa mort. Cette fleur que la mère avait fraîchement découpée, était l’une de celle qui possédait le plus de cette substance soit disant inutile : Cet anticorps végétal de protection. Selon le registre qu’elle tenait dans les mains,  la fleur de la mère du petit garçon, une orchidée Stévia Logaria, avait une teneur de 0.0008 ml de ce produit.
Cassiopée qui avait extrait ce même produit de la fleur originelle qu‘elle analysait, en avait accumulé l’équivalent d’un fond de tube à essai. Soit une dose monstre comparée à la teneur de la fleur du petit garçon…

Ni une ni deux, elle se leva de son lit, et repris son travail d’analyse sur cette substance. Après divers essai, elle condensa une expérience dans un tube, dont elle attendit une réaction. Voyant que la solution devenait bleu clair un peu épais, elle prit des notes sur son calepin, écrivit tout un calcul incompréhensible, repris le tube en main et le fixa de ses yeux faibles et fatigués par la fièvre. Après une ultime parole pour se rassurer, et plaça le tube à la bouche et but le contenu de la substance.
Elle s’effondra aussitôt au sol et perdit connaissance.

***

Alors que les seules et uniques points de sûretés sur l’Acnoglia Mortem étaient les soixante-douze heures de survies avant la mort, Cassiopée ouvrit les yeux le lendemain, s’asseyant lentement sur le sol qui lui avait servi de lit. Elle passa sa main sur son front, et constata que ce dernier était froid. Ou plutôt d’une température normale. Le soleil filtrait la fenêtre, témoignant d’une belle journée ensoleillée.
Le jeune médecin se releva, et ramassa son carnet, rempli de diverses formules, dont elle n’avait pas le cœur d’étudier. Elle observa silencieusement son bureau, les tubes à essais remplis de toutes sortes de substances, les fleurs originelles, rangées en bout de table, et la substance soit dite inutile de toutes les fleurs dans le tube à l’extrême droite.

Elle regarda ses mains, et repassa une main sur son front. Il n’y avait aucun doute, elle n’avait plus de fièvre. Elle avait guéri et même découvert un antidote contre cette maladie imbattable…  Elle se laissa tomber sur son lit, en pleurant. Peur, fatigue ou joie… Elle ne put elle-même le définir clairement. Sans doute était-elle fière d’avoir accompli son but. Elle se reposa une journée entière, et repris ses recherches le lendemain. Elle devait désormais retrouver la potion exacte qu’elle avait composée. Elle n’avait qu’en seul indice les quelques notes qu’elle avait écrit faiblement avant d’ingérer le fameux sérum.

Il n’y avait plus de doute, cette substance contenue dans les fleurs était un anticorps pour les végétaux, mais un terrible poison pour les humains. Selon la théorie qu’elle développa, le simple fait de respirer cette substance sécrétée par une fleur fraichement coupée, dont la dose de substance dépassait un certain seuil, suffisait à contaminer un être humain. Après diverses expériences et de nombreux calculs, elle découvrit que la dose suffisante pour contracter la maladie était de 0.0007 ml. Et que seul un tout petit pourcentage de fleurs possédait cette caractéristique. En bref la condition pour contracter la maladie, était de respirer une substance sécrétée par un tout petit nombre de fleurs. Ce qui expliquait pourquoi la maladie était si rare.
Et comme Cassiopée le savait si bien, une grande partie des antidotes aux poisons étaient conçues à partir du même poison. Ainsi elle se lança à corps perdu dans la réalisation de l’antidote qu’elle avait conçu une fois déjà. S’aidant au mieux de ses notes, elle connut de nombreux échecs, jusqu’à ce que…

- C’est ça ! S’écria Cassiopée.
Revenir en haut Aller en bas
http://shinsekai-dream.onepiece-forum.com
Chess

avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 09/02/2013

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
9999/9999  (9999/9999)
Expérience:
9999/9999  (9999/9999)

MessageSujet: Re: Les origines du Mal   Mar 24 Mar - 14:38

La jeune femme prit note sur un petit calepin, ce que venait de donner un tube à essai. Une sorte de solution bleuâtre qui semblait devenir opaque peu à peu.

- La Crédolia Anytha Galycius Rouge Ecarlate. C’est de cette plante que je peux créer le remède que je cherche ! Ce nom de fleur est un peu trop long… réfuta-t-elle à sa propre découverte.

Elle se creusa les méninges une minute et finit par trouver une solution à l’énigme qu’elle s’était soi-même imposée.

- La Cagre ! Pour Crédolia Anytha Galycius Rouge Ecarlate. Voilà un nom bien plus facile à retenir !

Et c’est ainsi qu’elle créa le sérum que tant de médecins cherchèrent à élaborer. Une maladie, un flirt avec la mort et des semaines de travail. Voilà ce que lui avait couté la mise au point de ce vaccin.
Elle rangea tout son matériel, et plaça son petit carnet de notes, sur lequel figuraient les équations essentielles à la création du sérum, dans son sac.
Elle sortit de sa maison, prête à s’oxygéner l’esprit après une longue période d’enfermement. Puis, alors que cette maison qu’elle s’était elle-même construite, n’était pas une adresse fixe, elle trouva une enveloppe au pied de sa porte.
Elle la saisit et déchiqueta le papier.

Cassiopée.
Je suis fier de tes exploits, à Culteos.
Ton travail et tes résultats ont fait la une des journaux à l’époque.
Je ne t’avais pas encore adressé mes félicitations.
Hélas, si je t’écris ce n’est pas exclusivement par respect et par courtoisie, mais bien parce que j’ai de mauvaises nouvelles.
J’ai continué mes recherches sur Xehanort après votre départ, et après avoir découvert quelque chose qui me paraissait louche, j’ai décidé de prendre les devants.
Ce que j’ai découvert ne présage rien de bon, nous serons bientôt confrontés à des événements qui nous dépassent.
Je ne peux pas tout expliquer par message.
J’ai prévenu, Atria, Phénix et Orion.
Retrouvez-moi au plus vite sur Zetros-Khan, je vous y attendrais.

Qi-Gon.


Sans perdre la moindre seconde, Cassiopée bondit dans sa cabane, et rassembla les affaires qu’elle jugeait essentielles. Son carnet de notes en faisait partie. Elle ressembla aussi quelques affaires et quelques livres, avant de boucler son sac. Elle jeta un dernier coup d’œil vers le bureau, et aperçu les fleurs fraîches qu’elle avait cueillies, ces fleurs si spéciales à la base d’un sérum qui révolutionnerait le monde de la médecine. Après un dernier doute, elle rouvrit son sac, et plaça dans une boite ces fameuses fleurs aussi dangereuses qu’importantes.
Elle boucla son sac définitivement et se dirigea vers la mer, prête à tout affronter depuis son incroyable victoire, sur l’un des pires fléaux de l’humanité…

----------------------------------------------

Partie IV,
Ile de Lightfall, Grand Line, environ 1200 ans plus tôt.


Jaillissant d’un buisson, bondissant à tout vas comme un kangourou, qui s’amuserait à bondir à droite, à gauche. Le suivant de près une espèce de phacochère puissant et robuste, arrachait tout sur son passage, déracinant les arbres les plus minces, et remuant la terre comme un agriculteur travaillant son champ.
Phénix, continuant ses acrobaties aériennes, s’agrippa à la branche d’un arbre, et effectua quelques rotations, laissant el temps à son poursuivant de prendre les devants. Il lâcha sa prise, et retomba au sol, avec un grand sourire. Tendant la main comme un sabre, il effectua un grand mouvement horizontal, lâchant ainsi dans un faisceau de lumière verdâtre, une vague déferlante vers la bête qui le menaçait jusqu’alors.

- Wind Blade ! S’écria le jeune garçon aux cheveux blancs.

Le tour détruisit tout sur son passage jusqu’à trancher le cochon furieux. Victime d’une belle entaille, le petit monstre couinait au s, avant d’être percé d’un sabre de grande qualité.
Après avoir rassemblé le bois nécessaire, le garçon alluma un feu au cœur de cette forêt qui semblait sinistre, mais dont le plaisantin s’amusa. Il découpa de son magnifique sabre, une partie bien épaisse de chair, avec son gras tout aussi délicieux. Il posa la pièce de viande sur un gros galet qu’il avait préalablement placé sur les braises. Au contact, la viande fuma instantanément, dans une odeur qui avait de quoi faire saliver le monde entier. Il saisit une bûche et prit siège sur cette dernière, attendant que la cuisson se termine.
Son voyage avait été complet. Il était probablement celui qui avait le plus voyagé des quatre. Partant de Crystal cave et traversant tout Grand Line par cette route, le jeune inconscient s’était amusé à rebrousser chemin, pour retraverser la route de tous les périls depuis d’autres chemins. Repartant d’Yggdrasaria, pour cheminer jusqu’à Apocalyps Hell, où le destin lui réserva un bien drôle de tour. Son bateau prit feu après avoir été foudroyé par les conditions climatiques épouvantables des alentours de l’île. Il passa plus de six mois à survivre sur la terre la plus hostile de tout Grand Line. Toutefois, s’offrant le luxe de gambader et de connaitre l’île comme sa poche, Phénix eut la chance d’y trouver au sommet du plus haut pic de l’île un fruit du démon, à l’allure particulière. Semblable à une poire de couleur orangée, et dont les symboles couvrant le fruit, témoignaient de sa provenance inconnue.
Fidèle à lui-même, ignorant la peur, il croqua dans ce fruit, ce qui lui permit de vivre avec bien plus de facilité sur cette île hostile.
Puis profitant d’une chance hors du commun, il fut secouru par un bateau qui passait par là, retournant ainsi au début de la route de tous les périls. Il repartit depuis un autre chemin de cette mer si spéciale et partit de l’île glacière de Kunstwelt. Traversant une troisième fois Grand Line, par de très célèbres îles telle qu’Amstramgram, ou encore Greenwind ou il eut la chance d’obtenir l’un des douze sabres de légende Saijo Ô Wazamono.
Ainsi tous ces voyages lui permirent d’acquérir un très bon niveau de combat, et put faire face à de très puissants adversaires, humains ou monstres, et arriva, au bout de trois longues années, sur l’île de Lightfall. Cela faisait maintenant quelques semaines qu’il y vivait, et appréciait le paradoxe de l’île, qui alliait un calme sécurisant et de violentes attaques de monstres en tout genre.

Sorry...:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://shinsekai-dream.onepiece-forum.com
Chess

avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 09/02/2013

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
9999/9999  (9999/9999)
Expérience:
9999/9999  (9999/9999)

MessageSujet: Re: Les origines du Mal   Mer 25 Mar - 22:57

La viande semblait cuite, permettant au jeune garçon de s’y ruer et de la dévorer à pleines dents. Savourant l’arôme délicat de cette viande si particulière, Phénix s’en redécoupa une tranche et remit le beau morceau à cuire.
Une fois son repas terminé, il se releva, s’essuyant la bouche grossièrement, et s’étirant après ce bon repas. Une journée de plus venait de passer, le soleil commençait à tomber, laissant apparaitre un crépuscule hors du commun avec l’atmosphère bleutée de Lightfall.
Puis, réfléchissant quoi faire de la viande qui lui restait, le jeune homme aperçu un faucon qui virevoltait au-dessus de sa tête à quelques mètres. La région n’était pas véritablement riche en faune de ce genre, ce qui étonnait le garçon.
Inévitablement, le volatile plongea vers la terre, atterrissant de manière majestueuse au sol, en battant de ces grandes ailes gracieuses. Phénix s’approcha de la bête qui portait un message sans comprendre ce qu’il se passait. La bête se laisse faire, et repartie aussitôt après que le message lui eut été arraché. Le garçon observa la bête repartir et disparaitre rapidement. Il déplia le message, en se demandant ce qu’il pouvait bien contenir.

Phénix.
Te trouver aura été une tache très ardue.
Tu n’as cessé de voguer à droite à gauche.
Au moins je pense que ta progression a dû être spectaculaire.
J’espère ne pas me tromper.
En ce qui me concerne, je ne me suis pas trompé non plus…
Continuant mes recherches, j’en suis venu à comprendre certaines choses sur la menace qui nous entoure. Un grand danger est proche.
Cassiopée, Orion et Atria ont reçu un message similaire.
Je pars pour Zetros-Khan, rejoins moi y au plus vite.
Je crains qu’il n’y ait plus beaucoup de temps avant que n’arrive ce que nous redoutions tous.

QI Gon.

Après avoir lu ce message, Phénix se rendit compte qu’il avait plus ou moins laissé de côté les indications de son maître. Depuis son premier voyage sur Whiskey Peak, l’idée d’un revenant tout à fait improbable, lui semblait impossible, si bien que le jeune garçon en avait complètement oublié l’ordre. Comme à son habitude, il s’efforça de voir les choses du bon côté, se souvenant que ces trois dernières années pouvaient être vues comme un véritable entraînement.
Il rangea alors la lettre dans sa poche, et sans se préparer prit la direction de la mer, pour rejoindre ses amis et son maître sur le Shinsekai qui n’était d’ailleurs pas très loin. Ouvrant le pas vers la forêt à traverser, il fut intercepté par une voix qui lui semblait familière mais qu’il n’avait plus entendu depuis des années.

- Bonsoir Phénix.
Revenir en haut Aller en bas
http://shinsekai-dream.onepiece-forum.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les origines du Mal   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les origines du Mal
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Suivre ses origines
» Quand les origines refont surfaces
» Guildes (La quête des origines et Eldorado)
» Vos origines
» Vidéos - Pokémon: Les Origines.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: L'Abysse du Chaos-
Sauter vers: