PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une compèt' pour de la bouffe magique [Kannon-Shadow, Driss Keller, Vivid Cali]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Driss Keller

avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 27/08/2014
Age : 18
Localisation : Suijou Deporte
Humeur : Curieuse

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
0/1000  (0/1000)
Expérience:
392/400  (392/400)

MessageSujet: Re: Une compèt' pour de la bouffe magique [Kannon-Shadow, Driss Keller, Vivid Cali]   Ven 3 Avr - 23:43

*Et bah ! Il lui en a fallu du temps pour qu'elle fasse les choses correctement !*

Je ne vais pas m'en plaindre, après tout, non seulement elle a demandé de l'aide au grand baraqué appelé Kannon mais en plus, elle nous avait trouvé un endroit où dormir ! Bon, moi j'avais toujours le navire de Harold mais un vrai lit qui ne tangue pas me ferait sûrement du bien. Alors que nous prenons la direction de l'auberge, j'entends une bribe de conversation.


-Ouais l'administration a laissé fuiter des infos cette année !

Les sons environnants couvrent leur parole alors je me rapproche un peu pour mieux écouter.

-Alors ça commence fort avec un lancer de hache.
-Wow c'est du jamais vu ça !


Un groupe particulièrement bruyant passe entre eux et moi. Je peste puis je me concentre pour essayer d'entendre le plus de chose possible.

-... de tir, assez classique en soit, une course...

Mais c'est alors que Kannon me tire par le bras et me demande :

-Bah alors Driss, c'est ça ? Tes parents ne t'ont jamais appris qu'il ne faut pas écouter aux portes.
-Si
, dis-je en me dégageant gentiment, mais c'était pour la bonne cause.

Cali se retourne et nous regarde, interloquée. Je leur raconte donc ce que j'ai appris. Je me réjouis d'ailleurs de cette découverte. On va sûrement avoir un avantage sur les autres sachant ça. Je suis moi-même plutôt rapide. Je pense pouvoir tirer mon épingle du jeu pour la course. Je m'empresse de leur faire part de mes impressions et leur demande si certaines de ces épreuves pourraient leur convenir. Apparemment, on a bien fait de s'associer. En tout cas pour ces trois épreuves, chacun de nous possède des capacités qui nous permettront de remporter l'épreuve. Il n'y a plus qu'à espérer que personne n'aura de meilleures capacités !
Arrivés à l'auberge, je constate avec joie qu'il y a quatre lits dans la chambre dont Cali a dérobé la clé. Je jette alors un œil à mes deux nouveaux acolytes. Et si Kannon semble aussi soulagé que moi, Cali a l'air de n'en avoir strictement rien à faire, comme si elle savait pertinemment que de toute façon elle aurait dormi dans un lit que l'on soit là ou non. D'ailleurs, elle s'attribue un lit quelques secondes après que l'on ait ouvert la porte. J'échange un regard avec le baraqué et on tombe tous les deux d'accord, il est clair que ce n'est pas la générosité qui l'étouffe.
Une fois les détails pratiques réglés, je les laisse vaquer à leurs occupations tandis que je vais retrouver Harold. Je tiens à récupérer quelques affaires et à lui annoncer que je ne dormirais pas avec lui cette nuit. Je sais que cette nouvelle ne lui fera pas plaisir mais j'ai envie d'apprendre à connaître Cali et Kannon. Malgré ses sautes d'humeur, Cali semble avoir un bon fond et Kannon semble tout aussi gentil, voire plus ! Et puis il vaut mieux que je connaisse leur force et leur faiblesse si on veut avoir le plus de chances possible de gagner cette compétition.


-Driss...
-Mon bon gros Harold ! Tu sais pourquoi j'ai décidé de prendre la mer non ? Alors s'il-te-plaît, laisse-moi y aller, je contrôle la situation
, dis-je avec un sourire qui se voulait rassurant.

Il secoue la tête avec un air résigné. C'est la première fois que je le vois dans cet état, et je n'aime pas ça mais je ne veux pas non plus revenir sur ma décision. Je m'excuse alors auprès de lui et vais rassembler le peu d'affaire que j'avais emmené avec moi. Dans la cabine qui m'était destinée, je remarque quelques étoffes que j'avais prises avant de partir, et soudain, une idée me traverse l'esprit. Mes yeux brillent d'émerveillement et je me précipite hors du bateau. Je n'essaie même pas de trouver un magasin de couture sur l'île, je me doute bien qu'il ne doit pas y en avoir un seul. Heureusement, je n'avais pas oublié mon kit. Je veux faire une surprise à Kannon et Cali alors je ne rentre pas à l'auberge tout de suite. Je me trouve un coin tranquille et je commence mon ouvrage.
Après une bonne heure, je contemple mon travail. Je suis très fier de moi ! J'ai hâte de voir la tête que feront mes deux nouveaux compagnons ! Cette fois, je me précipite enfin à l'auberge et ouvre la porte de notre chambre à la volée !


-Cali ! Kannon ! J'ai un cadeau pour vous !
-Un cadeau
, s'exclame Cali à la fois intriguée et joyeuse.

Kannon, lui, me jette simplement un regard interrogateur. Je marque un temps d'arrêt, histoire de faire monter le suspense et :


-TADAAAAAAAAM ! dis-je en présentant ce que j'ai gardé caché dans mon dos. Alors alors ça vous plaît ? J'en ai fait trois ! Une pour chacun !!

À leur air ahuri, je comprends qu'ils ne s'y attendaient pas du tout. Je suis très content de mon effet, ça devait être une belle surprise. Je leur remets chacun la leur et attend avec impatience leur réaction. C'est Cali qui se lance la première :

-C'est quoi ce truc ?
-C'est une cape de force ! Elle est belle hein ! Elle nous donnera les ressources nécessaires pour gagner la compétition ! Je suis sûr qu'elle t'ira très bien !!


Elle fait une tête bizarre, échange un regard avec Kannon puis ils éclatent de rire. Je me sens un peu vexé tout à coup tandis que Cali enchaîne :

-Ne le prend pas mal hein ! Mais c’est ridicule !
-Ouais et bah vous verrez quand je gagnerai mon épreuve ! Vous rirez moins !


Toujours aussi vexé, je leur arrache les capes des mains et file me coucher leur tournant significativement le dos. Demain sera un autre jour et je leur montrerai de quoi je suis capable !

Note aux lecteurs:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kannon-Shadow

avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 09/02/2013
Localisation : Jamais au même endroit

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
5/1000  (5/1000)
Expérience:
202/400  (202/400)

MessageSujet: Re: Une compèt' pour de la bouffe magique [Kannon-Shadow, Driss Keller, Vivid Cali]   Jeu 9 Avr - 21:24

Après une étrange période d’adaptation les uns aux autres, les trois énergumènes rentrèrent vers l’auberge, pour y trouver le toit. Après une invitation des moins accommodantes de la part de la pirate qui finit par admettre la bonne foi de ses adjuvants, les trois camarades arpentèrent les rues pavées de Suijou en se faufilant au travers des marathoniens qui concluaient leur entrainement journalier avant le grand début de la compétition.
Après que le plus jeune du trio se soit adonné à diverses espiègleries qui auraient pu s’apparenter à d’étranges méthodes équivalentes à de la tricherie, ils finirent par arriver à l’hôtel où ils se répartirent les places pour passer la nuit. Et curieusement, alors que l’instant de repos était enfin venu, Driss quitta la pièce à coup de grandes foulées. Comme si il s’était soudainement souvenu d’un chose importante qu’il avait à faire.

Voyant ce départ en flèche, le garçon aux cheveux bleus échangea un regard avec la teigne qui avait essayé de faire preuve d’un minimum de bonté et de charité. Un regard réciproque qui les laissèrent prompts à une incompréhension sans gravité. Kannon ferma les yeux alors un instant profitant du matelas simple qui lui était convenu. Naturellement Cali avait pris pour elle le lit deux places, mais qu’importe, il restait deux couchettes d’une place qui feraient parfaitement office pour la nuit. Sans parler des manières effrontées de la jeune fille, l’artiste martial savait se montrer courtois et galant, de plus il s’agissait de sa chambre avant tout ! Quoi que… la manière dont elle avait obtenu cette location était peu honnête, et il y avait fort à parier qu’un homme viendrait la réclamer plus tard. Mais cela restait le problème de la pirate. Elle volait ? Grand bien lui fasse, elle assumerait.
Après un moment de repos qui sembla faire autant de bien à Cali qu’à l‘artiste martial, Driss revint de sa balade un sourire grand comme s’il venait d’apprendre une fantastique nouvelle. Il s’approcha d’abord de la pirate puis de Kannon avant de se placer au milieu afin de pouvoir facilement communiquer avec les deux. Il s’agissait d’un cadeau, un cadeau qu’il semblait fier d’offrir à ses deux nouveaux camarades.

- C'est quoi ce truc ? Demande la pirate.

- C'est une cape de force ! Elle est belle hein ! Elle nous donnera les ressources nécessaires pour gagner la compétition ! Je suis sûr qu'elle t'ira très bien !

A nouveau les regards du jeune homme aux cheveux bleus et de la corsaire se croisèrent. Il se mirent à sourire presque simultanément et finirent par se tordre de rire. Le pauvre garçon qui était animé des meilleurs intentions du monde, se retrouvait à faire face aux railleries de ses partenaires. Il gonfla les joues, et baissa la tête. A mi chemin entre la déception et la frustration.

- Ne le prend pas mal hein ! Mais c’est ridicule !

- Ouais et bah vous verrez quand je gagnerai mon épreuve ! Vous rirez moins !

Le pauvre garçon. Cali qui avait essayé (probablement pour la première fois de sa vie) de faire preuve d’un peu de tact, venait de ruiner l’enthousiasme du benjamin de la bande. Et le pire dans tout cela, c’est que le garçon aux cheveux bleus s’accordait à penser qu’elle avait su maitriser sa franchise. Cette cape était immonde. A se demander si même un clochard aurait eu envie de la porter. Pourtant à y voir de plus près le garçon avait mis du cœur à l’ouvrage ! Des « jolis » motifs, et de curieuses couleurs. Il fallait être honnête : Driss était adorable, mais n’avait visiblement aucun sens de l’esthétisme.
Voyant le peu d’enthousiasme de ses nouveaux camarades, ou plutôt l’enthousiasme voisin des railleries, le garçon tourna les talons et s’enfouit sous sa couette sans prononcer le moindre mot. Cette attitude d’enfant amusa beaucoup Kannon qui ne put s’empêcher de hocher la tête en souriant.
De toute façon l’heure était au sommeil. Kannon se roula dans sa couette, tandis que Cali traîna encore un peu sur son matelas. La lune était montée dans le ciel étoilé laissant les oiseaux regagner leurs nids. Puis il y eut un bruit de poignée avant qu’on ne toque à la porte. L’artiste martial qui avait encore un œil ouvert observa la scène avec attention. La jeune fille se leva de son lit avec une ardeur folle. Elle n’appréciait visiblement pas d’être dérangée à une heure pareille.

En ouvrant, elle aperçut l’homme qui semblait être le véritable propriétaire et qui n’était clairement pas content de cette situation. Avec sa diplomatie légendaire elle empoigna son pistolet, et d’un prise digne d’un judoka renversa le visiteur.

- C’est pas compliqué mon grand. Soit tu t’accommodes autrement, soit je te fais dormir jusqu’à ce que le soleil décide de se lever à l’ouest ! Lui expliqua-t-elle en lui appuyant le canon sur le front.

Un visage plein d’effroi apparut. Il leva les deux mains pour signifier qu’il abdiquait, et qu’il se débrouillerait autrement.

- Ah et pas un mot à la marine. C’est ma chambre et ça l’a toujours été, compris ?

Il hocha la tête et se soumit totalement au revolver qui officiait en épée de Damoclès. Elle le laissa partir et retourna dans ce qui était officiellement devenu « sa » chambre. Kannon l’observa et ne put s’empêcher de lâcher un commentaire.

- Alors c’est comme ça ? Un caprice, une arme à feu et tu fais en sorte d’obtenir ce que tu veux… C’est pas un peu trop simple ?

- Je suis une pirate, c’est comme ça que ça se passe.

- Je comprendrai jamais ce concept.

- Si t’es pas content, la porte est juste là.

- T’excite pas. On a un accord. J’aime pas tes manières mais je n’ai qu’une parole, je reviendrai pas dessus.

Après un ultime commentaire de la grognarde auquel il ne répondit pas, Kannon s’endormit tranquillement, dans son lit qu’il avait malgré tout eu la chance d’obtenir aux dépens d’un honnête homme. Il n’aimait pas cette façon de faire, rien à voir avec les valeurs qu’il avait acquis auprès de son père adoptif, qui le rosserait surement à la vue d’une conduite aussi dépravée. Mais à cette heure tardive, la conscience du garçon semblait déjà être endormie. Il se contenta de cette alternative peu orthodoxe et trouva le sommeil à son tour.


***


Le réveil fut tranquille et paisible. Chatouillé par les rayons du soleil qui filtraient les volets croisés de la chambre. Il se releva et aperçut Cali qui pénétra dans la salle de bain pour effectuer son débarbouillage matinal.
Driss lui se réveilla mais semblait être encore à moitié au pays des songes. Il se releva et garda un position assise sur son lit et regarda Kannon avec le regard le plus inexpressif qui n’eut jamais existé.

- Ah ah ah ! T’as une de ces tronches ! S’amusa le plus âgé des deux garçons.

- Mmh… abdiqua-t-il les yeux à peine ouverts.

Pas sur que le benjamin de la bande comprenait tout. Il semblait être dans un état totalement second. Digne des plus difficiles lendemains de soirées. Le garçon se leva et enfila son tee-shirt blanc et un short qui lui assurerait une liberté de mouvement adéquate pour ce début de festival.
Cali sortit de la salle de bain et observa la scène. Le garçon aux cheveux bleus était toujours en train de s’habiller, et celui aux cheveux gris pataugeais toujours dans un brouillard matinal. Elle attrapa le premier oreiller venu et lui balança en pleine figure. Aucun réflexe. Percuté avec violence il s’écroula à nouveau sur son matelas, les bras grands ouverts tel un zombie qu’on venait de neutraliser.

- Mmh…

- Il est vraiment sérieux ? Demanda la pirate en s’approchant. Elle le saisit au col de son pyjama et le secoua violement. HEEEEEY P’tite tête ! Faut se lever, la grasse mat’ c’est pour les princesses !

- Arg… Beuh… C’est bon Cali… Arrête je vais me lever… admit il avec difficulté.

Ce n’est qu’au bout de dix bonnes minutes que le garçon se leva. Mais tel une machine, dès que le sommeil fut passé, il se prépara en un éclair, et fut finalement le premier à être prêt. Une certaine satisfaction pour lui , qui boudait la veille et qui avait encore la volonté de démontrer ses talents et ceux de son immonde cape.
Une fois prêts ils descendirent les escaliers, passèrent l’accueil et atteignirent la rue. Ils la remontèrent et se positionnèrent devant l’estrade où les organisateurs programmaient un discours qui ne tarderait probablement pas vu l’heure approchante et le monde qui se trouvait là.
Puis ce fut le moment tant attendu. Un responsable prit la parole et se présenta.

Musique d'ambiance:
 

- Bonjour à tous et bienvenue au quatre cent quarante quatrième festival sportif de Suijou Deporte, je suis Pierrot de Coubertine organisateur principal du festival !

Il y eut une acclamation générale. Cette simple présentation eut l’effet d’une bombe de liesse qui se répandit dans un public aussi enchanté qu’impatient.

- Comme vous le savez les jeux de Suijou sont à la fois une tradition et une fierté. Chaque années nous accueillons l’élite des sportifs mondiaux avec de nombreux champions et recordmans. Mais jamais encore la compétition n’aura été aussi relevée. Car cette année nous avons battu le record d’inscriptions qui tenait pourtant depuis près de quatre vingt dix ans. Et cela est en grande partie du à la générosité du doyen du village qui à admirablement accepté de faire don d’un de ses trésors à la compétition. Il est ici, à mes cotés du haut de ses 104 ans. Veuillez acclamer monsieur Basil Vieumonsieur !

Après une ovation presque légendaire pour ce patriarche, le présentateur fit son travail en présentant justement le fameux cadeau. Il tira un petit rideau qui couvrait une boite de verre, dans laquelle se trouvait un fruit qui semblait être anormal.

- Le fruit du démon… conclu Kannon.

- Chouette récompense tiens… ajouta Cali avec un air roublard.

- Cette récompense est un trésor que même certains des plus grands explorateurs n’ont jamais vus de leur vie ! Un fruit du démon, offrant un pouvoir unique à son possesseur ! Le grand gagnant du tournoi se verra offrir cette fabuleuse récompense ! Mais la compétition sera rude ! Très exactement quatre mille deux cent vingt quatre participants vont se battre pour décrocher le titre suprême ! Et voilà comment nous procèderont ! Expliqua-t-il en tirant un autre grand rideau qu’il y avait derrière lui.

Tableau:
 

- Comme vous l’aurez compris, cette édition ne sera pas comme les autres ! Le trop grand nombre de participants implique une organisation différente. Aussi, le système éliminatoire sera toujours le même. A chaque épreuve nous évaluerons les résultats en fonction de l’épreuve et nous éliminerons un certain nombre de participants. Par exemple, la première épreuve se déroulera à quatre mille deux cent vingt quatre participants et ne verra que deux mille qualifiés. Puis le second tour ne verra que mille qualifiés pour le troisième et ainsi de suite suivant le tableau. Afin de faciliter la compétition nous diviserons les participants en quatre groupes égaux et effectueront une cinquième tour pour ces quatre groupes, avant de ne garder que les seize meilleurs de chaque groupes et de les rassembler pour ce qui sera le dernier groupe des soixante quatre derniers participants de la compétition. Le concept est donc plutôt simple. Les épreuves seront toutes sportives et individuelles toutefois les entraides entre participants sont autorisés ! A vous de vous montrer à la fois fort et stratégique !

Naturellement cette dernière règle sentait l’arnaque à plein nez. Des équipes étaient déjà clairement établies, tout comme celle des trois lurons rencontrés la veille.
Après cette explication, l’organisateur descendit de son estrade et ouvrit la marche en demandant à tout les participants de le suivre. Il y eut ainsi une immense colonie humaine qui déambula dans les rues soutenue par les encouragements des civils et des habitants qui observaient la marche depuis leurs fenêtres.
Ils sortirent du village et arrivèrent rapidement devant une grande falaise qui semblait faire une bonne cinquantaine de mètres de hauteur. Il se retourna et d’un grand sourire lança fièrement :

- Bienvenue sur les lieux de la première épreuve ! Au programme, de l’escalade !


a mes partenaires:
 

Revenir en haut Aller en bas
Vivid Cali

avatar

Messages : 149
Date d'inscription : 07/03/2014
Age : 23
Localisation : Quelque part dans West Blue
Humeur : Déchainée

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
7/1000  (7/1000)
Expérience:
311/400  (311/400)

MessageSujet: Re: Une compèt' pour de la bouffe magique [Kannon-Shadow, Driss Keller, Vivid Cali]   Mar 25 Aoû - 0:43

Toutes les têtes se lèvent vers le sommet de cet immense bout de montagne...je veux dire falaise. Si certains participants (les plus baraqués bien entendu) frappent dans leurs poings et crient leur rage de réussir, d'autres comme notre trio de bras cassés nous dévisageons en chien de faïence.
Merde, sans vouloir douter des capacités physiques du p'tit Driss, ça m'étonnerait qu'il parvienne à gravir cette falaise sans se péter la gueule cinquante mètres plus bas.


- "On est dans le purin..." Murmuré-je plus pour moi-même que pour les deux gars me servant de coéquipiers.

- "Ça ne posera aucun problème particulier. Sauf peut-être si on gravit tous en même temps la falaise." Ajoute Kannon en croisant les bras, les sourcils froncés et un air incertain au visage. "Ça m'étonnerait qu'elle résiste au poids de plus de quatre mille hommes et femmes.

- C'est c'que j'dis, on est dans la merde.

- Pas si on s'entraide comme on l'a prévu !" Résonne le benjamin du groupe.


Même si l'optimisme de Driss nous redonne un peu de baume aux cœurs cela n'empêche pas qu'on va tellement galérer à tout grimper !
De plus, cette falaise ne possède strictement aucune prise visible, autrement dit les organisateurs du tournoi ont dû se dire "Tiens et si on laissait ces crétins se démerder ?". Cruauté quand tu nous tiens ! Y a même pas de cordes pour l'assistance, putain ils savent pas ce que c'est que l'escalade ou quoi ?! Là c'est plus "Escalade pour les pros" plutôt qu'escalade tout court. Mes mains vont tellement en bouffer que je serais même plus capable de tenir une bouteille d'alcool. Fais chier.


- " Messieurs dames, sachez qu'il n'y a strictement aucune règle concernant cette épreuve, à part qu'il vous faut gravir cette falaise le plus rapidement possible et que tous les coups sont gagnés pour gratter quelques places sur le classement. Si vous vous retrouvez parmi les deux milles premiers arrivés, vous serez qualifiés pour l'épreuve éliminatoire suivante. En revanche, si vous échouez, d'une quelconque manière que ce soit, vous serez éliminés.
Par ailleurs je tiens à vous faire savoir que l'organisation du grand tournoi n'est en aucun cas tenue responsable concernant les coups, blessures et morts...
"


Super, en gros si on clamse ici on n'est même pas remboursés. Après ça sert un peu à rien d'être remboursé si on est mort...


- "Sur ce, chers participants, veuillez vous placer à deux mètres de distance de la falaise s'il vous plait."


A ce moment-là, un tumulte sans nom se déroule sous mes yeux ébahis. Bordel on se croirait dans un élevage de moutons ! Je fais en sorte de rester auprès de Kannon et Driss qui se sont rapprochés de la falaise. Le p'tit Driss me fait de la peine quand même, avec son physique de crevette décortiquée, mais si son caractère bien à lui tient bon, il a peut-être une chance de s'en sortir. Concernant Kannon, bah, je m'inquiète vraiment pas pour lui. Ses gros bras lui permettront sûrement d'asséner quelques pains dans les tronches des autres sportifs.


- "Vous êtes prêts les gars ?" Demandé-je davantage pour me donner du courage que pour avoir leur avis.


Les deux me dévisagent quelques secondes, comme si ce que je viens de dire n'est pas habituel, puis ils acquiescent avant de reporter leur attention sur l'immense falaise nous surplombant tous.
J'esquisse un sourire en coin. Ce tournoi promet d'être intéressant, de plus si je...je veux dire, on gagne ce fruit du démon, on pourra le revendre à prix d'or et s'acheter pleins de rhum ! J'en bave presque rien que d'y penser.


- "A vos marques !"


Oh oh, ça va être génial ! Je m'accroupie, me préparant déjà au p'tit plan que j'élabore à l'arrache dans ma tête.


- "Prêts ?"


L'excitation me rend toute drôle, je sens mon cœur battre plus rapidement que la normale, l'adrénaline me rend quasiment invincible. Je me sens capable d'accomplir n'importe quelle épreuve les doigts dans le tarin.
Les autres participants se tiennent eux aussi prêts, le regard vif et la respiration se faisant silencieuse. On pourrait entendre une mouche voler sans déconner !


- "Partez !!"


Un coup de feu retentit et ça y est, le tournoi commence ! Avant de me faire écrabouillée par tous ces body-builders, je bondis telle une sauterelle, atterrissant sur les épaules de Kannon. J'attrape vivement le p'tit Driss par le col de son T-shirt, le hissant quant à lui sur l'autre épaule de Musclor.


- "Putain Cali tu fous quoi là ?!" Me hurle Kannon en commençant tout de même à grimper sur la falaise tandis que des tas de participants sont déjà au quart de la distance à parcourir.

- "Fais-moi confiance, tu peux nous porter tous les deux au moins ?" Demandé-je en dégainant mon fidèle revolver.


Le regard de Driss s'écarquille tandis que Kannon étouffe un hoquet de surprise.


- "Ouais ça va vous êtes des poids plumes mais qu'est-ce que tu comptes faire là ?"


Je lève le regard vers les participants ayant déjà une longueur d'avance sur nous, puis je retire la sécurité de mon arme et tire au-dessus des têtes des premiers. Je lance un sourire de parfaite psychopathe aux participants nous entourant pendant que des bouts de rochers dégringolent du point d'impact. Certains participants sont emportés, en emportant d'autres avec eux dans leur chute, provoquant l'effet boule de neige.
Driss et moi nous accrochons aux épaules de Kannon alors que celui-ci évite de justesse un rocher de la taille d'un frigo passer au-dessus de nous. Le grand gaillard n'a pas l'air d'avoir du mal à trouver ses prises malgré les gouttes de sueur commençant à ruisseler de son front.


- "Cali tu ne peux pas faire ça, c'est totalement...

- Inhumain ?" Coupé-je en dévisageant le benjamin du coin de l’œil. "Le mec a dit que tous les coups sont permis, ce qui signifie que tout ce qui est dignité est à oublier ici." Je porte un violent coup de pied à une fille voulant s'accrocher à la cheville de Kannon, sûrement pour le faire glisser et tomber, ce qui finalement se retourne contre elle. Je reporte ensuite mon attention sur Driss tout en lui disant d'un air satisfaite de mon acte : "Bienvenue sur Suijou Deporte mon grand ! Ici l'homme est un loup pour l'homme, alors pas de quartier pour tous ces nazes !"

Nonote pour tout le monde en fait ^^:
 

Revenir en haut Aller en bas
Driss Keller

avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 27/08/2014
Age : 18
Localisation : Suijou Deporte
Humeur : Curieuse

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
0/1000  (0/1000)
Expérience:
392/400  (392/400)

MessageSujet: Re: Une compèt' pour de la bouffe magique [Kannon-Shadow, Driss Keller, Vivid Cali]   Dim 11 Oct - 18:59

— Cali tu ne peux pas faire ça, c’est totalement...
— Inhumain ?
termine-t-elle en me regardant du coin de l’œil. Le mec a dit que tous les coups sont permis, ce qui signifie que tout ce qui est dignité est à oublier ici.

Elle porte un violent coup de pied à une fille voulant s’accrocher à la cheville de Kannon alors que je la fixe, les yeux écarquillés essayant de comprendre ce qu’il se passe. Je suis complètement abasourdi. Je ne comprends pas le comportement de Cali, certes, les habitants de cette île sont particulièrement désagréables, mais de là à leur tirer dessus ! Non, je ne suis clairement pas d’accord avec ce qu’elle est en train de faire. Elle se retourne ensuite vers moi avec un air qui semble signifier : « il va falloir que tu apprennes la vie, p’tit gars ».

— Bienvenue sur Suijou Deporte mon grand ! Ici, l’homme est un loup pour l’homme, alors pas de quartier pour tous ces nazes !

Ça a dû être la phrase de trop parce que sans m’en rendre compte, je me jette sur elle et tente de lui faire lâcher son arme.

— T’es peut-être une pirate, mais ça ne te donne pas tous les droits ! Si tu veux gagner cette compétition en trichant c’est ton problème, mais je refuse de te laisser faire du mal aux gens sans rien faire !

Suite à mes paroles, je tente d’attraper l’arme de Cali en me penchant au-dessus de la tête de Kannon. Alors que je me rapproche de la pirate, celle-ci m’adresse un grand sourire. Je continue mon avancée tout en me demandant pourquoi quand soudain, une main surgit devant mes yeux et me retient alors à bonne distance d’elle. J’entends alors de nouveaux coups de feu et c’est alors que je comprends ce qu’il se passe. Cali a facilement contenu ma tête d’une main et a continué ses méfaits de l’autre. À cet instant précis, j’ai vraiment l’impression de ne pas être pris au sérieux, ce qui a la fâcheuse tendance de m’énerver – s’en suivit alors une pitoyable volée de coups portés dans le vide à coup de grands moulinets des bras, je vous laisse imaginer le triste tableau.

— Raaaah Driss calme-toi un peu, tu vois pas que j’essaie de mon...

C’est tout ce que Kannon a pu prononcer avant de rater une prise et d’être simplement retenu par son bras droit. Tout s’est passé très vite, ses appuis étaient mauvais sur la gauche, mais il avait déjà connu ce genre de situation, il a donc tenté de continuer son ascension, mais c’était sans compter sur mes états d’âme. Mes bras sont passés plusieurs fois devant le champ de vision de Kannon ce qui lui fit perdre sa concentration et le fit trébucher. L’épaule gauche de Musclor ayant flanché, je suis alors tombé. L’homme aux cheveux bleus a alors essayé de me rattraper, mais c’était trop tard. Dans ma chute, je tends mes mains vers le haut, dans l’espoir de me raccrocher à quelque chose. Finalement, je ne suis pas tombé très longtemps. Très vite, ma main est entrée en contact avec quelque chose auquel je me suis accroché de toutes mes forces. En ouvrant les yeux, je comprends que je tiens alors la cheville de Kannon qui n’est clairement pas dans la position la plus confortable. Alors que de grosses gouttes de sueur commencent à couler de son front, moi je tente de trouver une prise pour pouvoir continuer l’ascension seul et ne plus causer de problème à Kannon. Quand je finis par enfin être dans la position la plus stable possible, je crie à mes compagnons :

— Allez-y, je vous rejoindrais en haut !

Kannon semble un peu hésiter, même Cali a l’air d’avoir quelques remords, mais je relâche une prise et leur fais signe de monter. Légèrement rassurés par ma stabilité, après un échange de regard et un signe de tête entendu, je les vois continuer leur ascension. Je tente alors de faire de même. Je monte malheureusement beaucoup moins vite que Musclor. Je prends un temps fou à chercher des prises à porter de ma petite taille, puis à les atteindre. Désespéré, je vois un nombre incalculable de participants qui me passent devant, n’essayant même pas de me ralentir. Blessé dans mon amour propre, mais toujours pas avoué vaincu, je continue de grimper à mon rythme, lentement mais sûrement. Je scrute le haut de la falaise et j’aperçois Kannon et Cali qui ont presque atteint le sommet. Cette vision me met du baume au cœur et me le serre en même temps, car, malheureusement, elle me met également en face de ma défaite. Autour de moi, il n’y a absolument aucune prise que je puisse atteindre. J’essaie alors de redescendre un peu et de changer de voie, mais le résultat reste le même, peu importe que je sois à gauche, à droite ou au milieu.

À force de changer de position, sans comprendre comment, je me retrouve complètement coincé. Impossible de monter, impossible de descendre, impossible d’aller à droite, impossible d’aller à gauche. Même mes diagonales sont inaccessibles. Je reste alors là
– comme un con – je ne sais pas quoi faire. Je regarde autour de moi, les gens continuent à grimper sans se soucier de moi. Je me mets alors à paniquer. Je repense à tout ce que m’avait dit mon père à propos du fait que je n’étais pas encore prêt à partir. Et à ce moment précis, j’ai bien l’impression qu’il avait raison. Que se passera-t-il si je ne peux pas descendre ? Est-ce que quelqu’un viendra me chercher ? Ou est-ce que je devrais rester sur cette falaise jusqu’à ce que mes muscles n’en puissent plus et que je tombe pour m’écraser lamentablement en bas ? Je n’ai pas envie de mourir, surtout pas ici, mon aventure vient à peine de commencer. J’ai encore tellement de choses à découvrir, à apprendre, sans parler de cette année que j’ai perdue. Que m’était-il donc arrivé pendant tout ce temps ? Désemparée, je regarde au-dessus de moi sans apercevoir l’ombre d’une solution. Et alors que toutes ces mauvaises pensées m’assaillent, je ressens une terrible peine et les larmes me montent aux yeux.

*Non, me dis-je, non, je ne dois pas flancher, pas maintenant ! *

Je fais alors tout pour retenir mes larmes, mais la situation me semble toujours aussi désespérée. Soudain, j’ai l’impression d’entendre Cali s’écrier :


— Mais qu’est-ce que tu fais ?!

Je lève alors la tête et c’est bien elle qui parle et Kannon s’empresse alors de lui répondre :

— Ça ne se voit pas ? Je retourne le chercher ! Il a voulu faire le fier, mais tu vois bien qu’il est coincé !
— Oui, mais…
— Mais quoi ? Je ne vois pas l’intérêt de gagner un fruit du démon si c’est aux dépens d’un camarade !


Cali n’hésita pas bien longtemps.

— D’accord, mais dans ce cas, je viens avec toi !
— Non, tu vas me ralentir. Beaucoup de participants ont été déjà qualifiés, si jamais on n’arrive pas à temps, tu pourras toujours continuer la compétition !


Je n’ai pas pu voir ce qui s’est passé ensuite, mais Kannon se mit à descendre la falaise.

— Mais que se passe-t-il ? L’un des candidats a décidé de faire marche arrière ! Qu’est-ce qui l’a poussé à prendre cette décision ? Ah ! mais je vois qu’il se rapproche d’un autre candidat ! Oh, mais que vois-je ? Il prend ce joueur sur son épaule et recommence à monter ! Quelle belle preuve de fair-play, chacun devrait applaudir cet acte !

Je ne prête pas vraiment attention à ce que dit le commentateur, je suis trop content de voir Kannon me porter secours ! Alors qu’il me tend la main, mes yeux s’emplissent de larmes et dans un sanglot de soulagement je lui dis :

— Beurchiii !

En guise de réponse, il me fait un grand sourire et m’aide à me hisser sur ses épaules. Il reprend alors son ascension en accélérant la cadence pour passer devant le plus de monde possible tandis que j’essuie mes larmes. Une fois que nous sommes arrivés en haut, Cali m’aide à grimper sur la plateforme tandis que Kannon parvient à se hisser quelques secondes avant un autre joueur. Une fois qu’il fut stabilisé, la voix du présentateur résonna une nouvelle fois.

— Et c’est après la belle performance de ce candidat au grand cœur que nous clôturons cette première épreuve ! En effet, lui et son jeune compagnon sont arrivés 1199e et 2000e ! Bravo à tous les participants !

À côté de nous, je vois le joueur arrivé juste après Kannon exprimer toute sa déception à grands coups de pied sur le sol. De mon côté, je sens alors mes jambes flancher sous mon poids. Je tombe à genoux à terre tout en poussant un énorme soupir de soulagement. Kannon, tout aussi content, m’ébouriffe les cheveux tandis que Cali s’accroupit pour se mettre à ma hauteur. Elle me pince le nez pour me féliciter puis elle s’excuse de m’avoir fait tomber. Je lui fais un grand sourire à mon tour et relativise :

— Ça aurait pu être pire !

Elle esquisse à son tour un sourire puis nous attendons tous trois les instructions pour la prochaine épreuve.

Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Kannon-Shadow

avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 09/02/2013
Localisation : Jamais au même endroit

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
5/1000  (5/1000)
Expérience:
202/400  (202/400)

MessageSujet: Re: Une compèt' pour de la bouffe magique [Kannon-Shadow, Driss Keller, Vivid Cali]   Ven 6 Nov - 12:53

Les événements de cette épreuve, avaient pris une tournure imprévue. Finalement Kannon n’eut qu’à transporter la jeune fille au sommet du rock. Driss lui, continuait son ascension seul, mètres après mètres, prises après prises.
Malgré tout son bon vouloir, c’est bien le garçon aux cheveux bleus qui arriva au sommet en premier, pendant que le plus jeune lui semblait être dans une impasse. Affolé, désemparé atteignant jusqu’au désespoir, Driss, les larmes aux yeux vit alors une main salvatrice venue lui porter secours.

- Beurchiiiiiiiii !

Ce n’était vraiment qu’un enfant. Animé des meilleures intentions, joyeux et bon d’esprit. Mais une fois la difficulté accrue, les larmes coulaient plutôt facilement. Quoi que ces pleurs étaient peut-être ceux venus d’une profonde gratitude envers son ami costaud…
C’est finalement sur le gong que Kannon franchit une seconde fois le sommet, non sans fatigue. Reprenant son souffle, Regal passa sa main dans la tignasse de son jeune ami, ravi et amusé. Cali elle aussi y mit du sien. Peste mais amicale lorsqu’on la connaissait un peu plus. Ironiquement, c’est dans cette épreuve ou les avis et les caractères semblaient diverger qu’une cohésion semblait naître.
Plus que jamais, cette équipe se soudait.
On les fit redescendre à la place de départ. Le speaker se lança dans de drôles d’élucubrations sur les performances de cette première épreuve. Ils n’étaient plus que deux mille, soit moitié moins qu’avant la première épreuve. Les participants encore en lice furent guidés le long de la plage, et remontèrent finalement dans les terres.

- Vous croyez qu’on va avoir droit à quoi cette fois ? demanda Driss.
- Je ne sais pas, mais si on pouvait éviter un truc de force…

C’était une question difficile. Même pour Kannon désormais connaisseur avec ses aventures sur Lagays Greem, il était compliqué de deviner à quelle sauces ils allaient être mangés. Cette situation lui rappela d’ailleurs de bons souvenirs, et ce n’est d’ailleurs pas sans une pensée pour ses deux grandes amies Lili et Bonney, que Kannon poursuivit cette aventure faite de mini-jeux et d’épreuves en tous genres.
Ils arrivèrent dans un pré absolument immense. Balisé par des traits blancs sur toute la longueur. Cela ressemblait plus ou moins à une étendue faite pour les disciplines de lancer, comme le lancer du javelot. Répondant rapidement aux questions exhaustives, le speaker repris la parole pour donner quelques explications en plus.

- C’est une épreuve longue qui vous attend chers participants ! Tenez-vous prêts ! Voici venir… l’épreuve… Du lancer de marteau ! Vous allez être appelés chacun votre tour, et devrez-vous efforcer de lancer le marteau le plus loin possible. Seuls les mille meilleurs lancers accéderont aux prochains tours. Vous trouverez sur votre droite des marteaux pour vous entraîner. La clairière est grande, peaufiner votre technique de lancer pourrait être un choix judicieux ! Tout ce que nous vous demandons, c’est de vous présenter aussitôt votre nom annoncé ! Le premier participant est Koza Bouldemuskl !

Sans ce soucier un seul instant des autres participants, Kannon se précipita vers la table où quelques marteaux étaient en libre-service. Il en saisit un, et reparti vers Cali et Driss qu’il emmena dans un coin extérieur de la clairière pour un peu s’entraîner.  

- Laissez-moi deviner… Ce n’est pas l’épreuve que vous espériez ?...
- T’as deviné ça tout seul ? Non d’un verre de rhum, un lancer de marteau, rien que ça !

Pour ne rien arranger les marteaux étaient assez lourds. Il le passa à Driss pour que ce dernier puisse jauger le poids de l’outil. A peine l’eu-t-il en main, qu'il tomba en avant sous le poids de la bête.

- Hein ?! Mais non ! Mais non ! Je ne vais pas pouvoir envoyer ce marteau moi ! Il pèse un âne mort !

Tant bien que mal, le petit garçon traîna le marteau à bout de bras et tourna sur lui-même avant de l’envoyer en guise de premier test. Une catastrophe…

- Ne me dit pas que tu as tout donné là… demanda le garçon aux cheveux bleus.
- Oh ça va hein ! On a pas tous une carrure de colosse !

Il n’y avait pas deux mètres entre le gringalet et le projectile. Cali à son tour saisit l’outil et tournoya, avant de réaliser une prouesse… équivalente à son co-équipier.

- Non mais ils se foutent de moi ?! C’est quoi ce marteau qui pèse une tonne ?!
- Ils cherchent à écrémer. En général les marteaux pour les hommes dépassent de peu les sept kilos. Ceux des femmes en font quatre. Ici le marteau doit peser près d’une vingtaine de kilos…
- Je ne veux pas abandonner les gars mais… Faut pas se mentir, ce n’est pas en une heure que j’arriverai à lancer ce machin à deux cents mètres…

Effectivement, le jeune garçon, bien que plein de témérité, avait la tête sur les épaules. L’exploit allait-être compliqué, et cette fois, il ne fallait pas compter sur l’aide d’un co-équipier…

- J’ai une idée. Mais… Il va falloir me faire totale confiance…
- C’est-à-dire ? demanda la jeune fille.
- Si je vous demande de ne pas tirer loin, mais d’essayer d’envoyer ce truc le plus haut possible, vous pensez atteindre quelle hauteur ? Enchaîna le garçon aux cheveux bleus.
- Je ne sais pas trop… Avec la force centrifuge, peut être trois mètres… Au mieux… Admit le plus jeune de la bande non sans un peu de honte.
- Attend c’est quoi ton idée là ?! Parce que si tu foires on se mange un marteau en pleine poire hein !
- Je le sais bien… Mais franchement sans ça je crois que vous allez être bon pour regarder la suite de la compète de loin…
- Explique-nous ton idée !
- Ce serait trop long vraiment, mais si vous me faites confiance, vous finirez sans doute premier de cette épreuve.

Il y eut une incompréhension générale. Les deux regardèrent Kannon avec de grands yeux. Il avait un plan, mais de là à finir premier…

-Monsieur Regal Bryant !

Kannon bougonna. Ils n’avaient plus de temps. C’était tout ou rien. Ils repartirent aussitôt vers le terrain de lancer, et lorsque le garçon aux cheveux bleus se présenta au speaker, ce dernier le targua d’une publicité flatteuse.

- Il s’agit de notre courageux grimpeur de tout à l’heure ! Nous avons hâte de le voir à l’œuvre. Vous êtes le cent troisième participant à cette épreuve et le meilleur score à battre est pour l’instant de soixante-douze mètres !

Kannon se plaça, et attrapa la languette en sangle qui était jointe au marteau. Il souleva une première fois pour jauger. Le poids était sensiblement le même que le marteau d’entrainement. Il n’avait droit qu’à une seule chance, il ne fallait pas se manquer. Il leva les épaules et commença à tourner sur lui-même. Les bras tendus, laissant le poids tourner tel un satellite en orbite. La rotation s’intensifia, Kannon était pris dans son mouvement, telle une mini tornade. Lorsqu’il le jugea bon, il libéra le marteau de ses mains épaisses, et laissa s’enfuir l’outil à toute vitesse. Il fendit l’air, suivant une belle trajectoire courbe, avant de s’écraser au sol, laissant apparaître un léger cratère. L’arbitre placé sur l’étendue de gazon vérifia, la distance du dernier trait que le projectile avait dépassé. Il signifia un message manuel au speaker qui annonça le résultat.

- Félicitations ! Soixante-cinq mètres ! C’est un superbe score qui vous place sixième meilleure score pour le moment ! J’appelle maintenant monsieur Driss Keller !

Sans se soucier de son résultat pourtant plutôt satisfaisant, Kannon s’avança rapidement vers Driss pour lui donner un dernier mot.

- Ne fais pas ça Driss ! Si Kannon se manque tu pars à l’hosto direct !
- Désolé Cali mais, Kannon m’a sauvé déjà une fois lors de la première épreuve. Je lui dois au moins ça.

Elle ne répondit plus rien. Driss avait raison, tout comme elle avait raison aussi. C’était un risque considérable. Il se plaça finalement, en entendant les rires de quelques observateurs. Il saisit le marteau et commença son mouvement rotatif horizontal. Puis sans lâcher le projectile, il fit faire à son mouvement des vagues régulières. Puis de plus en plus irrégulières jusqu’à ce que le mouvement de rotation ne suive un axe vertical. C’est alors que Driss lâcha le marteau au-dessus de sa tête. Il s’envola, à trois bons mètres, comme convenu.

- C’est terrible ! Sans doute le jeune Driss a perdu le contrôle de son marteau, il va se reprendre le poids sur la figure !
* Hyakkushiki…*

Driss ferma les yeux, et se couvrit la tête de peur de la catastrophe annoncée. Le marteau arriva au pic de son altitude, et s’apprêtait à redescendre quand...

* Kannon !* lâcha à voix toute basse, le garçon du même nom, ouvrant la paume de sa main comme à son habitude, et donnant un coup tout discret dans le vide. L’effet fut gagnant et instantané.

- Mais qu’est-ce que ?!

Il y eut un « OOOOOOOOOH » général. Tous furent choqués par ce qu’il venait de se produire. Telle une comète, le marteau fut projeté à toute vitesse par la technique de l’artiste martial. La projection fut si grande que le marteau traversa l’intégralité du pré, et s’enfonça dans les arbres à l’autre bout de l’étendue. Tous n’avaient pas voulu donner de chance à cet enfant qui semblait gringalet… Et malgré le fait, qu’il y avait un tour de passe-passe derrière tout ça, tous furent soudainement impressionnés et bouche bée. Driss, qui ouvrit un œil, ne comprit pas. Le marteau avait disparu, et tous ses détracteurs semblaient soudainement apeurés par sa personne. Il ne tarda pas à demander son score au speaker qui balbutia sans répondre. L’arbitre revint et glissa l’information au speaker qui crut d’abord à une erreur. Mais constata finalement le score épatant du jeune garçon.

- Je… Je… Je n’en reviens pas ! C’est un record mondial qui vient d’être littéralement explosé ! Quatre… Quatre cent sept mètres pour le jeune Keller !!!
- QUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUUOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOOIIIIIIIIIIIIIIIIIII ?! hurla tout le public comme un seul homme.
- Kannon… Comment t’as fait ça ? Comment t’as réussi un truc pareil ?! demanda Cali la mâchoire grande ouverte.

Forcément, personne n’avait vu la supercherie. Seule Cali, au fait du plan encore inconnu de son co-équipier se doutait que ce qui venait de se produire n’était pas dû au hasard. De toute façon une trajectoire aussi improbable, et un score aussi pharamineux ne pouvaient qu’être significatifs d’un tour de passe-passe.
Reprenant ses esprit sur l’exploit que venait de réaliser le petit bonhomme, le speaker, poursuivit son appel, avec la troisième membre du groupe. Déglutissant mais affrontant son destin, Cali avança au point de lancer, tandis que Driss en ressortait, tout regards portés sur lui et son aspect improbable pour le record qu’il venait de pulvériser. La jeune femme souleva, le poids, visiblement peu encline à faire confiance à son compère artiste martial.

- Kannon t'as fait quoi en fait ? demanda le petit Driss encore surpris de sa prouesse.
- Je t’expliquerais plus tard, il faut que je me concentre pour aider Cali.

Elle souleva le poids, et tournoya sur elle-même. Seulement, son inattention lui fut fatale. Prête à obéir aux ordres de Kannon pour s’assurer une qualification, elle manqua son coup et libera le marteau droit devant elle, dans une trajectoire droite et bien peu puissante. Armant au même moment sa technique, le jeune homme aux cheveux bleus donna un coup dans l’air. Coup qui percuta à l’échelle de la déesse, le marteau de plein fouet, et qui offrit une propulsion toujours aussi horizontale, mais bien plus puissante. Il s’écrasa finalement plus loin, laissant le record du monde à Driss mais profitant d’un score qui lui assurait déjà la qualification.

- Cent vingt-quatre mètres ! Quel lancer ! Il paraissait pourtant mal parti avec trop peu de hauteur, mais la puissance y était ! Comme quoi il ne faut pas se fier aux apparences !
*Tsss, bien moins bien que Driss… Faut dire qu’elle m’a pas aidé avec son lacer pourri… Mais bon, elle devrait quand même passer sans problème… »

En revenant auprès de ses camarades, et sous les regards ébahis des autres concurrents, Cali ne pouvait s’empêcher de faire la fière, hochant la tête en regardant certains moqueurs qui ne la croyaient même pas capable de soulever le poids. Même si elle ne comprenait pas ce qu’il venait de se produire, le résultat était là. Deuxième, et elle allait le rester.

- Je sais pas ce que t’as fait, mais j’avoue… T’as assuré. Admis la jeune femme auprès de garçon aux cheveux bleus bleu.
- Une technique que j’ai apprise. Rien de bien incroyable ah ah ! répondit-il en se grattant l’arrière du crâne.
- Mais pourquoi tu ne la pas fait pour toi aussi ? tu aurais pu te garantir la qualif ! Ton score est carrément pas mauvais mais y’a tout de même plus de chance que tu passes au travers.
- En fait j’ai préféré juste ne pas trop attirer l’attention. Avec vos deux lancer, y’a fort à parier que plus un seul participants se foutra de votre gueule, au contraire, vous venez de passer de statut de mascottes à celui d’outsider. Je ne préférais pas en rajouter, et pas qu’ils s’attardent trop sur moi.
- C’est pas idiot… admit la jeune femme. Par contre… Je vais leur en montrer moi de la mascotte !
Driss et Kannon ne purent s’empêcher de rire devant l’entrain de leur camarade.

L’après-midi passa ainsi, rythmée par les passages des autres participants avant que les résultats ne soient annoncés. Sans surprises, la première et seconde place revinrent à Driss et Cali. Kannon lui se classa bien plus bas dans la hiérarchie, mais se qualifia également. La première journée venait d'être clôturée, et les trois bout en train étaient toujours en lice...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une compèt' pour de la bouffe magique [Kannon-Shadow, Driss Keller, Vivid Cali]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une compèt' pour de la bouffe magique [Kannon-Shadow, Driss Keller, Vivid Cali]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» POUR TOUS : Le tournoi magique d'Angel's Sky [inscription]
» • ♪ Coffre magique - pour peaufiner vos RP ♪ •
» choixpeau magique (pouf)
» Je voudrais une potion pour grandir [LIBRE]
» BLAGUES pour nos soirs d'hiver..........

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: All Blues :: North Blue :: Suijou Deporte-
Sauter vers: