PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le bon, la blonde et le psychopathe ( Cavendish, Ino and Bakura )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Ino Yamanaka

avatar

Messages : 132
Date d'inscription : 04/06/2014
Age : 20
Localisation : Opertale / Leonne
Humeur : Entrain de penser à Bakura ~

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
2/1000  (2/1000)
Expérience:
59/400  (59/400)

MessageSujet: Re: Le bon, la blonde et le psychopathe ( Cavendish, Ino and Bakura )    Mer 4 Mar - 9:41

J'écoutais attentivement ce que racontait la famille indienne lorsque j'entendis Bakura bouger derrière. Je lui jeta un petit regard curieux, il me répondit en me lançant un regard perfide. Suite à ça il sortit discrètement du Tipi sans que personne ne remarque quoi que se soit, son regard m'avait intrigué, il fallait que je le suive. Il allait faire quelque chose de mal je le sentais : Intuition féminine ! Je m'excusa auprès d'eux et je sortis à mon tour, une fois dehors je le cherchais du regard, pas moyen de mettre ma main dessus. Où était-il encore passé ? Je regardai aux alentours pendant quelques secondes jusqu'à me retrouver encerclé de Tipis, ne pouvant pas allez plus loin je me retourna et je tomba nez à nez avec le pirate.

- On me cherche ? me dit-il sournoisement.

J'avais envie de lui dire qu'il arrête de jouer comme ça avec moi, mais ma voix ne suivait pas mon envie. Je l'observa quelques secondes, et je vis qu'il tenait par les cheveux un petit indien, qui devait avoir à peine cinq ans ! Je vis que l'enfant voulait crier au secours et sortir de cette galère, mais ses larmes maintenait son silence. Et Bakura devait y être pour quelque chose aussi.

- Qu'est ce que tu fais avec cet enfant ?! Pourquoi tu lui fais mal ?!

- Dis moi ce que tu me caches et je le laisserais partir...sinon...il se fera torturer juste sous tes yeux. Quel dommage lui qui est si petit et fragile.

- C'est quoi ce chantage...? Arrête tu peux pas faire ça, il est petit encore !

- J'obtiens toujours ce que je veux Ino, tu devrais le savoir depuis le temps non ? Héhéhé.

C'est qu'un monstre ! Je pensais bien le connaître mais de là à faire de telles choses à des enfants de bas âge...Il est si cruel, et sans pitié...Il me prenait littéralement par les sentiments, jouer avec la vie des gens, ça l'amusait. Mais pas moi, du moins pas avec des enfants innocents ! Je me demande vraiment par moment ce qu'il m'ait passé par la tête de tomber amoureuse de ce psychopathe. L'enfant me donnait un regard signifiant clairement de l'aider, mais que faire avec un taré devant soi ? Il fallait que je tente quelque chose, je n'allais certainement pas le laisser comme ça et tant pis des conséquences !

- Relâche-le !

Je bondis sur eux en essayant d'attraper le petit indien pleurnichant, mais rien à faire Bakura était beaucoup plus fort que moi. Au moment où j'allais l'attraper, il me poussa sur le côté sans aucune difficulté et finit par lâcher :

- Il va mourir par ta faute, pauvre petite chose ~

Je m'adossa contre un Tipi, et je lui jetai un regard noir.

- Il n'a rien a voir dans cette histoire ! C'est le pire chantage que j'ai jamais vu !

- Si tu veux sauver sa misérable existence, réponds moi et vite.

Il s'était bien rapproché de moi, ce qui me déstabilisa encore plus. Son regard de serpent me transcenda, je n'avais pas envie de lui dire, du moins pas toute suite encore. Il utilisait l'enfant comme chantage pour savoir ce que je dois lui dire, mais tant pis je ne peux pas le dire pour l'instant.

- Tu n'as rien à savoir...murmurais-je.

- Tss, tant pis alors.

Il grogna, et finit par jeter le gamin par terre violemment et de lui trancher la gorge, sa tête tomba et il l'écrasa avec son pied juste après, je lâcha un petit cri de stupeur et rien que le son et l'odeur du sang me donnait envie de vomir. Et cette image du cadavre de l'enfant me resterait gravé je suis sûre. Il avait fini par osé le faire et sous mes yeux comme il l'avait dit, pensant qu'il en avait fini avec moi, je me mit à partir. Mais il m'attrapa le bras et me coinça dans un coin, il était encore plus près que tout à l'heure, et je voyais ses yeux rouges démons tout près de moi, ce qui me fit frisonner d'angoisse et de peur ! D'un seul coup il m'agrippa la gorge fermement et me gueula dessus :

- Si ça continue c'est toi que je vais vraiment torturer !

- Tu n'as qu'à me tuer vu que c'est si facile pour toi ! lui dis-je en essayant de respirer correctement.

Il allait répondre lorsque l'on entendit des pas s'avancer vers nous, sans aucun doute des villageois allait voir ce qui se passait. Mais si ils nous découvrent avec le cadavre du môme, on allait être dans un sacré pétrin ! Le pirate albinos était en alerte aussi, il ricana et me murmura sombrement à l'oreille :

- J'en ai pas fini avec toi, je le découvrirais bien assez tôt, que tu le veuilles ou non.

Il allait s'en allez lorsque je le retint et lui agrippant le bras à mon tour et en le forçant à me regarder dans les yeux :

- Il ne t'ai jamais arrivé d'avoir un minimum d'humanité ?!

- Mon humanité je l'ai perdu depuis des siècles ! lâcha t-il brusquement.

Je ne sais pas si il disait ça parce qu'il n'as jamais vraiment eu d'humanité ou alors il était vraiment âgé de plusieurs siècles. La question resterait sûrement en suspend, vu comment la conversation tournait.

- Comment je peux être amoureuse d'un démon comme toi ?! Dis-je en serrant les dents.

- L'amour c'est pour les faibles, c'est une chose qui ne fait pas partit de mon univers. Mets toi bien ça dans le crâne, je ne suis pas ton princounet Cavendish qui vit dans un monde rose avec des petits poneys. Mais ça si tu n'y arrives pas à y comprendre, c'est ton problème pas le mien. Tu continueras de souffrir inutilement et ça ne sera pas ma faute mais entièrement la tienne, tout comme avec ce gosse qui vient de perdre la vie à cause de ta lâcheté.

- Bakura...essayais-je de le raisonner.

- Non. Jamais je ne tomberais amoureuse d'une pimbêche dans ton genre, on est pas du même monde toi et moi. Murmura l'occulte.

- Je ne te le fais pas dire.

Ses mots, sa voix, sa façon de le dire était dur. Mais nous n'avions plus le temps de papoter car des indiens arrivèrent, Bakura me tira avec lui pour partir, on entendait des gens hurler de l'autre côté des tipis, ils avaient vu le pauvre enfant qui avait perdu sa tête. Bakura rigola mais moi je me renfrognais de plus en plus. Et cette discussion que nous avions eu me donnait mal au cœur, plus franc que lui tu meurs. Nous étions retourner au tipi, Cavendish était entrain de se goinfrer de viande autour d'une table avec ceux qui nous avait chaleureusement invité. J'essayais de paraître la plus normale possible, mais je vis que Cavendish me dévisageait depuis que j'étais rentrée. Je m'assis à côté de lui et je pris un morceau de viande pour faire bonne impression, bien que mon humeur n'y était pas. J'observais de loin Bakura qui était toujours dans l'ombre du tipi, adossé sur son mur entrain de réfléchir sans doute, Cavendish se retourna vers moi en chuchotant :

- T'étais parti où avec l'autre timbré ?

- Oh juste prendre l'air, c'est pas très respirable ici. mentis-je.

Il secoua la tête penaud, pas sûre qu'il m'est cru mais ce n'était pas important après tout. Pour me changer les idées je décida de croquer dans le morceau que j'avais pris, ce n'était pas excellent...c'était quoi ce truc dégoûtant d'abords ?! Cavendish lui, avait l'air d'adorer !

- C'est excellent, j'en reprendrais bien !

- Vous pouvez vous resservir autant que vous voulez ! annonça la femme du chef qui était très gentille comparé à certains...D'ailleurs elle alla vers Bakura et elle lui proposa une assiette. Vous en voulez Monsieur ?

- C'est pas fiable votre bouffe, j'en veux pas.

- Tu pourrais être plus aimable avec eux ! Je vous demande pardon pour son comportement capricieux, il se croit au-dessus de tout le monde.

- Il n'y a que la vérité qui blesse héhéhé. Et si j'étais toi, j'arrêterais de manger ça, vu ce que c'est...

C'est vrai ça, c'était quoi ? ça avait un aspect plutôt bizarre, et même Bakura le sentait pas. Je décidais de demander et au vu de la réponse une envie de vomir prit le dessus :

- ça, être couille de bison farci. dit le chef.

J'essayais de pas rigoler, face à Cavendish qui venait de s'engloutir une assiette entière et qui entamait la deuxième, il lâcha subitement sa fourchette et il sortit en déglutissant. Je crois qu'il allait se souvenir de ce jour hihi, le chef ne comprit pas sa réaction, normal me direz-vous. En attendant son retour, mon regard se posa sur une pierre étrange qui était posé dans un recoin au milieu de babioles vaudou.

- Cette pierre vous intéresse non ?

- Oh euh,
dis-je surprise qu'on m'ait remarqué. Je voulais juste savoir pourquoi cette pierre étrange était disposé là, simple curiosité. souriais-je.

- C'est une pierre ancestrale, elle sert à voir la nature des gens.

- Vraiment ?

Une pierre qui révèle ta personnalité ? On se croirait dans un monde futuriste ! Je lui demanda si je pouvais essayer, elle me la confia gentiment, super !

- Et donc comment ça marche ?

- Il suffit de mettre la pierre en face de celui ou celle que vous désirez connaître la nature de l'âme.

J'essaya, je mis la pierre en direction de la femme et la pierre commença à briller d'une couleur verdâtre. J'écarquilla les yeux, c'était mon imagination ou c'était réel ?

- Elle est verte...?

- Ah oui j'ai oublié de préciser, la pierre peut avoir plusieurs couleurs différentes. Il y a le blanc qui symbolise la pureté de l'âme, le vert qui symbolise la gentillesse, le bleu qui symbolise la curiosité, le rouge celui de la méchanceté et enfin le noir...le pire d'entre eux, elle symbolise le mal à l'état pur. MAIS ça n'est jamais arrivé sauf dans de vieilles légendes, de notre vivant nous n'avons jamais vu de noir.

Je pense que leur cauchemar pourrait s'avérer être vrai avec Bakura, son âme doit être soit rouge soit noir, c'était pas possible autrement ! J'étais curieuse de savoir ma couleur ! La femme fit le même processus et ma couleur s'avérait être bleue ! Apparemment j'étais plus curieuse que je ne le pensais, comme quoi on en apprend tout les jours.

- Mais à quoi cela sert ?

- A voir si de mauvais individus veulent s'en prendre à nous, mais nous n'avons jamais eu l'occasion de l'utiliser. En temps normal lorsque nous rencontrons des personnes nous l'utilisons avant de les inviter dans notre village. Essayons donc sur votre ami.

- Oui ! Euh NON !!

Non non non, surtout pas sur lui, si ils voient la pierre de mauvaise couleur, on va se faire pourchasser par les indiens ! Mais trop tard, elle s'était approché de lui, sous son regard incrédule mais en même temps curieux il fixa la pierre. La pierre changea immédiatement de couleur, la femme s'écria :

- Oh du blanc comme vos cheveux ! A vrai dire je n'y aurais pas cru haha ! rigola t-elle.

DU BLANC ?! Son âme n'a rien de pure ! Je ne comprenaiq rien ! Minute, ce regard et ce visage...ça ne ressemblais pas tellement à Bakura. Ah moins que...mais oui il avait échangé de place avec son double ! Il a eu un sacré reflexe de dernière minute, je le rencontrais enfin ! On dirait une peluche vivante, il est si mignon ! Heureusement qu'ils avaient changés de place et que la dame avait rangé sa pierre sinon nous aurions eu des ennuis. Bien qu'avec le cadavre de l'enfant trouvé des soupçons allait surgir. Il fallait chercher Cavendish et partir d'ici le plus vite possible !

Revenir en haut Aller en bas
Bakura Ryô

avatar

Messages : 123
Date d'inscription : 25/03/2014
Age : 19
Localisation : Quelque part dans les ténèbres ~
Humeur : Sadique

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
8/1000  (8/1000)
Expérience:
367/400  (367/400)

MessageSujet: Re: Le bon, la blonde et le psychopathe ( Cavendish, Ino and Bakura )    Dim 15 Mar - 22:05

Pour être réactif, il l'était ! Il avait changé sa place avec Ryou à la dernière minute,  il faisait croire que c'était un vrai petit ange et qu'il ne ferait jamais de mal à personne. Comme ça, personne ne le soupçonnerait du meurtre de l'enfant, la faute reviendrait automatiquement à Ino ou Cavendish. Une fois que la dame avait enlevé la pierre de devant lui, il reprit son visage sournois et lança un petit regard provocateur à la danseuse un peu plus loin. Celle-ci fronça les sourcils, on sentait qu'elle en avait plus qu'assez des mauvais tours de l'occulte, de ce côté là on pouvait se ranger de son côté elle était à plaindre quelque part. Au moment où il voulait sortir du tipi, deux gros indiens baraqués entraient en hurlant :

- C'est horrible ! Un enfant a été décapité !

- Est-ce faute des cow-boys ?!

Ils continuèrent de discuter dans leur coin laissant Bakura et Ino seul dans le tipi, la danseuse était stressée il fallait partir au plus vite de ce lieu. Bakura n'était pas plus inquiet que ça, il en rigolait même, toujours en accusant Ino du meurtre de l'enfant.

- C'est ta faute. Et uniquement ta faute.  

- Non la tienne !

- La tienne tu veux dire !

-  Non !

- Si !

- Non !

- Je te dis que si !

Au même moment Cavendish rentra tout en étant encore malade de ce qu'il avait ingurgité plus tôt. Malgré tout, il vit les gamineries de ses deux équipiers qui semblait se disputer au sujet de quelque chose. D'ailleurs il avait vu que dehors il y avait du grabuge, il décida de leur demander :

- Je peux savoir pourquoi vous vous disputez comme des enfants de six ans ? Il sentait que ça lui remontait de nouveau. Uhm...cette nourriture...

- C'est Bakura ! Il a tué un enfant sans discrétion !

- Tu l'as tué oui, t'a rien voulu me dire, t'aurais ouvert ta gueule, rien ne se serait passé.

- Mais bien sûr ! Te connaissant tu l'aurais quand même tué !

Il ne répondit rien, sachant pertinemment que c'était vrai, il ne lui aurait pas laissé la vie sauve de toute façon. C'était bien trop tentant et marrant à ses yeux.

- T'a tué un môme indien ?! Tu veux que l'apocalypse nous tombe dessus inconscient ! Se sont des tortionnaires ces mecs là ! cria le prince.

Bien sûr Bakura s'en foutait royalement, qu'est ce que ça pouvait bien lui faire ? Lui-même était un tortionnaire, voir les autres souffrir sous ses yeux était un véritable plaisir, il savait très bien ce qu'il faisait. En tout cas, les trois compères devaient partir avant que les indiens ne jettent leur dévolu sur eux, car c'était bien partit ! Les indiens avaient immédiatement accusés les intrus, le principal visé était Cavendish qui n'avait pas fait le test de la pierre ancestrale, ils ne savaient pas de quelle nature il était, et Bakura et Ino avaient une bonne couleur. Ils n'étaient donc que des " complices ", mais peu importe, le chef envoya ses troupes les plus fortes pour les pourchasser. Le pirate voulait tous les buter, mais ses deux camarades refusèrent catégoriquement, il avait déjà causé suffisamment de dégât pour aujourd'hui, et pourtant c'était encore le matin. Ils sortirent par l'arrière du tipi, l'alerte avait été donné dans le village, les plus téméraires sortaient les arcs et les haches pour tuer les tueurs de l'enfant. Un bons nombres de fois où ils avaient faillit se faire toucher par des flèches, et se faire couper la tête avec des haches sortant de nulle part, tellement ils étaient nombreux. Bakura courrait entre les tipis en essayant de sortir du village, instinctivement Ino le suivit et Cavendish faisait de même. Après une multitude de foulées, ils sortaient enfin ! Bakura se retourna et vit toujours cette peste d'Ino mais en revanche il manquait Cavendish à l'appel.

- Tiens la princesse a disparu.  

Ino s’inquiéta, elle espérait qu'il ne se soit pas fait prendre, les indiens courraient toujours dans le village au loin, il n'avait pas du se faire attraper. Elle voulait presque y retourner, mais elle sentit que le l'albinos la tira pour partir.

- Et Cavendish ?!

- Il s'en sortira.  

- Il faut allez le chercher ! Continua t-elle.

Il s'arrêta net de marcher et se retourna brusquement :

- Très bien, va ! Va te faire décapiter, ça me fera des vacances !

Sur ce, il repartit en marchant en direction de la forêt, Ino soupira mais décida de rester avec lui.

- Hé attends moi !

Bakura savait qu'il allait bien, il le sentait, il devait juste s'être enfuit autre part, d'ailleurs il sentait une aura bizarre émanant de ce garçon. C'était étrange et familier, il préféra oublier momentanément et pensa plus au fait qu'il s'était débarrassé d'un énergumène en moins, il restait encore et toujours la plus chiante : La belle gonflante Ino Yamanaka. Voyant que le fait de marcher dans la forêt à pied était fatiguant, il siffla. Après quelques secondes, un cheval noir apparut, il lui tapota le museau et grimpa dessus. Une fois assit, il regarda sous ses pieds, la blonde essayait de monter derrière lui. Elle avait presque réussit mais il la poussa par terre, celle-ci rétorqua un petit " aïe " lorsque ses fesses étaient sur le sol.

- Je veux monter avec toi...dit-elle tristement.

- Hum, laisse moi réfléchir....nan. Hahahaha ! Rigola t-il tel un cinglé.

Après lui avoir lancé un regard provocateur sur son cheval, il ordonna à son cheval de galoper dans la forêt laissant seule la pauvre Ino sur le sol. C'était la forêt durant laquelle il avait battu l'araignée géante la nuit dernière, il restait toujours un mystère concernant ces étranges bestioles. Lui qui connaissait bien la faune et la flore d'autrefois, il savait que des araignées de cette taille avait déjà existé, mais celle-ci était vraiment bizarre. Après quelques minutes de galop, il s'arrêta pour regarder où il était et comme par miracle, Ino ne l'avait pas suivit !

- Héhéhé, à moi la tranquillité.

Enfin c'est ce qu'il pensait.

- BAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAKUUUUUUUUUUUUUURAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA !

Une folle furieuse blonde arrivait en courant telle une torpille et se jeta littéralement sur le cheval ainsi que son cavalier. Bakura en tomba par terre, mais Ino avait réussit à rester accroché au cheval, elle était à présent dessus en se la pétant avec sa fière allure.

- T'es VRAIMENT timbrée comme nana !

- Hihi ! Par contre c'est vachement haut là dessus, je le voyais pas si grand...

L'occulte venait de se rendre compte d'une chose primordiale, Ino était sur son cheval, mais celui-ci ne l'avait pas repoussé comme il le faisait d'habitude avec les étrangers, car il était aussi caractériel que son cavalier. L'animal semblait apprécier la danseuse qui lui fit un câlin, Bakura en écarquilla les yeux :

- Tu l'a ensorcelé c'est ça ?

- Mais de quoi tu parles ? Il est génial ton cheval, je l'adore pis il est trop beau !

Il grogna et décida de la faire descendre, contre toute attente, l'animal pouffa et agissait comme si il ne voulait pas qu'elle descende. Voyant qu'ils étaient tous les deux ligués contre lui, il murmura à son cheval :

- Toi tu vas finir à boucherie enfoiré de canasson.

Il monta devant Ino qui souriait fièrement, comme si elle avait réussit un exploit. Celle-ci d'ailleurs essayait de le prendre par la taille pour se tenir mais à chaque fois, il la frappait avec sa main pour qu'il la lâche. Cela dura quelques temps pis elle finit par comprendre que ça ne servait à rien. Pendant quelques minutes régnaient un silence total, seul le bruit du vent contre les feuilles faisaient du bruit, ainsi que l'eau de la rivière à côté. L'occulte profitait de ses rares moments de silence, avant que la tornade blonde ne recommence son baratin inutile. Seulement, il avait une de ces envies de la pousser, qu'il finit par le faire, elle tomba en avant en s'écrasant devant le cheval qui n'avait rien vu venir.

- Mais hé ! Qu'est ce qui te prends ?! fit-elle en se relevant.

- Simple pulsion.

- Il va falloir apprendre à se calmer ! Elle soupira puis ajouta. Et Cavendish ? Et si il lui était arrivé malheur ?

- C'est pas mon problème. Il esquissa un léger sourire narquois, pis il descendit de son cheval pour voir par terre une immense trace, comme si on avait déplacé quelque chose. C'était pas ici qu'on avait tué l'araignée ?

- Je crois, qu'est ce que ça peut faire ? dit-elle en croisant les bras.

- T'es conne ou t'es conne ? Des gens ont déplacés cette bête, ça te paraît pas un minimum bizarre ? s'énerva t-il de la stupidité de la danseuse.

Ne sachant que dire, elle hocha timidement la tête, et s'approcha de Bakura en lui murmurant :

- J'aimerais vraiment élucidé ce mystère...imagine il y en a d'autres de ces araignées ?

- Je sais pas, tout  ce que je sais c'est que cette bestiole n'était pas naturelle.
fit-il en se redressant.

- Oh ! C'est à toi ? s'extasia Ino.

Bakura curieux comme il était se retourna vers la blonde qui avait un arc dans la main, elle l'avait trouvé sur la selle du cheval, l'occulte qui l'avait ramassé durant la fuite du village indiens. A vrai dire, il n'avait pas vraiment de raison d'avoir volé cet arc, c'était une pulsion comme une autre chez lui. Il comptait même s'en débarrassé, mais une idée machiavélique lui traversa l'esprit lorsqu'il vit qu'Ino avait l'air d'adoré l'objet. Il s'avança vers elle en lui demandant :

- T'aime bien le tir à l'arc ?

- Oui j'adoooooore ! Je peux l'utiliser une fois comme ça ?

Il hocha la tête, attendant de voir le level d'Ino avec des flèches. Elle prit des flèches et essaya de viser une pomme de pin dans un arbre pas très loin, elle essaya de ce concentrer mais avec le regard insistant de Bakura derrière, ça avait tendance à la déstabilisé. L'occulte soupira, elle n'avait même pas la bonne position pour tirer, elle tenait mal son arc et elle tremblotait légèrement. Elle était bonnement nulle ça c'était clair ! Elle tenta un tir, elle se loupa magistralement., d'ailleurs elle semblait mécontente d'elle.

- Je suis nulle...

- Je te le fais pas dire héhéhé.

- Oui bon ça va hein !

Soudain elle le sentit juste derrière elle, il prit les mains d'Ino dans les siennes et il tenta de l'aider à ajuster son arc, car selon lui, elle faisait pitié à voir.

- Qu'est-ce que tu fais ? demanda t-elle surprise.

- Je vais t'apprendre à mieux tirer parce que là c'est pathétique. Bon tu vas suivre exactement ce que je te dis.

- D'accord, faut que je le mette plus comme ça ?

- Nan, plus comme ça, là on dirait un pingouin entrain de faire son deuil. Plus comme ça...voilà, maintenant tu mets la flèche comme ça...non un peu plus plus...voilà mieux.

Elle écouta attentivement ses directives, jusqu'à avoir la position parfaite.

- Voilà bouge plus ! Maintenant faut viser.

Il commença à se retirer, mais Ino pesta en disant qu'elle n'y arriverait pas toute seule. Il l'aida une énième fois, l'arc était tendu, et la flèche prête à tirer.

- Comme ça ?

- Ouais, maintenant il ne reste plus qu'à tirer. Et reste bien tendu avec ton fil, maintenant on peut tirer.

Une fois mise en place, la flèche partit toute seule sur la pomme de pin, qui tomba sur le sol. Ino en resta stupéfaite. Bakura lui dit de recommencer de la même manière, elle eût beaucoup moins de mal cette fois-ci, les conseils que lui avait prodigué son " professeur ", portait ses fruits. Malheureusement elle manqua sa cible mais de peu ! C'était bien mieux que la première fois, elle prenait un réel plaisir à jouer avec son arc. Ce qui faisait partit de son plan, la faire apprécier pour mieux l'embobiner. Celle-ci se retourna vers lui :

- Dis dis ! Je peux le garder steuplaiiiiiiiit ?

- Bien sûr. Il lui reprit des mains. Mais à une seule condition.

- Laquelle ? demanda t-elle suspecte en voyant son sourire malveillant aux lèvres.

Il tendit sa main comme si il voulait quelque chose, et ce quelque chose, elle savait très bien ce que c'était, de l'argent !

- T'es pas sérieux là ? Je savais bien qu'il y avait un trop plein de gentillesse pour que se soit normal ! C'était bizarre !

- Héhéhé, donne moi 300 000 Berrys et il est à toi. C'est un arc pas comme les autres tu sais.

- Quoi ?! Mais c'est cher !

- Ahlalala, bon d'accord je te fais une réduction, tu me dois 299 999 berrys.

- Mais c'est pas une réduction ça, c'est du foutage de gueule !!

- Tant pis, dis adieu à ton arc. Il allait le briser en deux, lorsqu'Ino le stoppa net.

- D'accord t'a gagné...tiens les vlà t'es 300 000 berrys...

Bakura esquissa un sourire victorieux en prenant fermement le sac que lui donna Ino, sauf que, ne jamais faire d'affaire avec lui, car vous serez toujours roulé. Il passa devant Ino sans même lui donner l'arc promis, en sifflotant innocemment. Il monta en vitesse sur son cheval et la danseuse le suivit tout en râlant son argent et son arc. Il lui raconta qu'il lui donnerait sans doute plus tard ~ Ne voulant pas essayer d'attiser sa colère aujourd'hui alors qu'il était de bonne humeur, elle préféra attendre le moment propice pour lui choper. La journée s'était bien entamée, l'après midi arriva vite, c'était d'ailleurs en début d'aprem qu'ils avaient rejoint Leonne. Aucune nouvelle de Cavendish, du moins jusqu'à maintenant, une tête blonde arrivait depuis sa monture à l'entrée du village :

- LES GARS ! cria t-il.

- Ben tu vois il est vivant. Fait chier...

- Me voilà rassurée ! Caven' t'étais passé où ?

- Vous devinez jamais ce que j'ai découvert ! Un truc de dingue ! Je pense avoir résolu le mystère de ces araignées géantes !

Qu'avait donc pu voir Cavendish, au point d'avoir percé le secret de cette île ?


Note à mes camarades et à vous bande de curieux :
 

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le bon, la blonde et le psychopathe ( Cavendish, Ino and Bakura )    Mer 18 Mar - 21:31

- LES GARS ! criais-je.

Ino semblait contente de me voir, ça faisait plaisir ! Pas comme l'autre enfoiré qui voulait ma mort à peu de chose près...mais qu'est ce que je dis ! Pas le temps de papoter pour rien ! Il faut que je leur parle de ma découverte !

- Vous devinez jamais ce que j'ai découvert ! Un truc de dingue ! Je pense avoir résolu le mystère de ces araignées géantes !

Mes deux amis me regardaient avec intérêt, oui c'est cela continuez, j'aime être le centre d'attention ! Bref pas le temps ! Je descendis du cheval et je les emmena dans le bar le plus proche pour leur raconter en détails ma mésaventure. On assit à un table et je me mis en face des deux :

- Alors voilà, j'ai découvert une grotte non loin d'ici. Des gens en armures bizarres forçaient des gens à rentrer, curieux j'ai été voir en détail et là-bas j'ai trouvé une base secrète souterraine.

Un peu plus tôt dans la journée.

Les indiens voulaient carrément ma peau alors que je n'avais rien fait. C'était quoi encore cette histoire loufoque ? Je savais que Bakura devait être derrière tout ça encore une fois, rien qu'à sa tête il respirait le mal et la sournoiserie. Nous nous échappions du tipi, ils étaient prêt à tout pour se venger de l'enfant était une chose, mais inculper des innocents en était une autre ! Au nom du prince de Rommel, autrement dit moi, je devais régler cette situation ! Je me rendis compte que je ne suivais plus Ino et l'occulte, je les avaient perdu de vu à cause de mon obsession mentale sur moi-même, heureusement je trouva une sortie pour m'échapper de ce village de tarés. Mais je n'étais plus avec les deux autres, j'espère que cette crapule de Bakura ne touchera pas à ma belle Ino-chan, sinon il va m'entendre celui-là ! Lorsque je me retrouvais dans une clairière, je sentis soudainement une puissante voix dans ma tête me disant clairement de me rendre vers la colline non loin d'ici. Depuis que j'avais rencontré Bakura, quelque chose de louche se passait chez moi, j'avais l'impression de toujours entendre des murmures, aussi étrange que cela puisse paraître, je pense que cet abruti d'albinos m'a rendu fou voilà tout. Mais instinctivement je faisais ce que cette voix me disait de faire, c'était elle par exemple qui m'avait dit de garder l'anneau de Bakura, et même maintenant de me rendre à la colline, que j'apercevais plus je marchais vers elle. Je préférais momentanément stopper ma recherche sur cette voix suspecte, et je vis qu'une grotte se trouvait devant au bas de la colline. Mais plus surprenant encore, c'est que des gens habillés de façon bizarre entraient et sortaient du lieu avec des grosses charrettes, j'en observais une en particulier, ce que je vis expliqua une grande partie du mystère de cette île. Des gens innocents qui pleuraient même, sortaient de ces charrettes et entraient dans la grotte. Des gens armés les surveillaient et les traînaient de force à l'intérieur, c'était quoi cette mascarade ? Et ces gens armés, ne ressemblaient pas à des indiens ni à des cow-boys, mais plus à des gens qui vivaient habituellement à l'extérieur de l'île.

- Mais que font-ils...? me murmurais-je à moi-même.

J'attendis que les charrettes disparaissent et que l'entrée soit désert pour m'approcher un peu plus. Deux planches en bois étaient en forme de croix avec un panneau marqué " Interdiction d'entrée, zone dangereuse ", sans doute pour éloigner les curieux et ainsi préserver le secret qui se tramait ici. Je pris mon courage à deux mains, et je passa au-dessus des planches de bois et je m'aventura dans cette sombre grotte. Jusqu'ici il faisait noir, mais un peu plus au fond, une échelle qui partait vers le bas, était disposé. C'est là que les gens passaient, ma curiosité me permis de continuer mon escapade, lorsque je descendis cette éternelle échelle, je me retrouvais dans un long couloir avec des lampes qui avaient l'air anciennes et poussiéreuses, accrochées de chaque côté du mur du couloir. Cette ambiance glauque et froide me donnait des frissons, plus loin se dressaient des machines de partout, je m'aurai presque cru dans un monde futuriste. Les gardes avaient des combinaisons bizarre, toutes blanches avec des armes tout aussi étrange. C'était quoi cet endroit au nom de zeus ?!

Un peu un style de décor comme ceci si vous ne voyez pas + la musique de parasite queen, c'est top metroid xD:
 

Il fallait absolument comprendre ce qui se tramait ici, les araignées devaient certainement provenir d'ici, les hommes travaillant ici, aurait fait ses araignées mutantes dégueulasse ? Mais le pire restait à venir, lorsque j'avança dans une petite salle, des barreaux me séparaient avec une vitre donnant un peu en bas. Mes yeux s'écarquillèrent comme jamais lorsque j'ai vu ce qui était sous mes beaux yeux. Des tas et des tas d'araignées géantes...entreposées dans des cages et encore tellement il y avait de cage que je ne les voyais pas toutes.


- Pas possible....il y en a une centaine...

Et la plupart d'entre elles étaient beaucoup plus grosses que celle que nous avions affrontés, c'était une minus à côté des grosses d'ici. Des hommes surveillaient de loin et observaient les bêtes agressives, qui souvent se chamaillaient entre elles. Beaucoup plus loin, des gens étaient en files indiennes, menottés et semblaient aussi étrange. Qu'est ce qui se passait dans cette putain de base ?! Il fallait que j'en parle à mes deux coéquipiers, je venais de découvrir un truc de dingue ! Je devais partir avant que l'on me remarque, en plus cette base était assez étouffante avec ses couloirs plutôt étroits et sombres, je couru comme un fou jusqu'à la sortie sans me faire repérer. Cette base était vraiment immense, j'étais presque sûr qu'elle continuait jusqu'au village mais par les souterrains. Personne n'était au courant, sauf les kidnappeurs, mais pourquoi enlever des gens pour les amener ici ? Cette question me trotta dans la tête jusqu'à ce que j'atteigne le village, heureusement que mon bidet m'y emmena vite. J'espérais qu'Ino-chan et Bakura soient déjà là, et bingo je tombèrent sur eux. Un grand cheval noir, avec une tête blanche de porc-épic avec une blonde solidement scotché à celui-ci, c'était bien eux !

Retour dans le présent.

- Voilà, vous savez tout.

Je vis Ino-chan choquée d'une telle horreur, contrairement à Bakura qui esquissait un petit sourire.

- Je pense que ses araignées sont là pour exterminer la race humaine, il est clair qu'elles ont été crées uniquement dans ce but.

- Héhéhé, je crois que je vais changer de camp.

- Dis pas ça !

- Enfoiré, sale traître !

- Oï, c'était une blague. Il est clair que foutre le bordel et d'anéantir la race humaine est un projet plutôt génial, mais si ces putain d'araignées se propagent jusque sur les mers, ça ne m'arrangera pas plus que vous. Il y a que moi qui doit vous détruire, et ces merdes pourront me me mettre des bâtons dans les roues. Faut exterminer cette vermine.

Pour une fois, j'étais d'accord avec lui et Ino soupira de soulagement. Nous continuâmes de parler de cette affaire avec une musique locale typique pour améliorer l'ambiance plutôt festive du bar, mais un étrange groupe arriva, habillé non comme des cow-boys et encore moins comme des indiens. Des étrangers, ma première impression fût celle de la base, selon moi ils venaient de la-bas. Et elle fût partagé mentalement par mes deux équipiers, qui me jetèrent un regard. Je hocha la tête calmement, mais ce que j'avais peur c'était pour Bakura, il ne faisait que de les fixer discrètement avec ses yeux perfides. Ino croisait les bras et réfléchissait à une solution :

- Que faisons-nous maintenant ?

- C'est difficile à dire, mais nous devons trouver un plan et peut-être retourner là-bas, je dis bien peut-être...

Choix plutôt difficile, mais un des mecs bizarre s'approcha de nous à notre grand damne. Que voulait-il ?

Revenir en haut Aller en bas
Ino Yamanaka

avatar

Messages : 132
Date d'inscription : 04/06/2014
Age : 20
Localisation : Opertale / Leonne
Humeur : Entrain de penser à Bakura ~

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
2/1000  (2/1000)
Expérience:
59/400  (59/400)

MessageSujet: Re: Le bon, la blonde et le psychopathe ( Cavendish, Ino and Bakura )    Dim 22 Mar - 17:49

Ce qu'avait raconté Cavendish était insensé, alors oui des hommes y étaient pour quelque chose, mais qui ? Surtout qu'une bande étrange composé de 3 personnes étaient différentes des autres. Une jeune femme qui avait l'air hautaine avec des cheveux écarlates, un vieux ressemblant à un savant fou et un garçon, qui fallait admettre, était plutôt canon avec ses yeux bleus et ses cheveux blonds. Ils étaient assis sur une table à droite de nous et dans un coin reculé, ils avaient l'air d'être des habitués, car le serveur leur servit immédiatement une boisson. D'ailleurs, il vint vers nous sûrement pour commander. Nous prîmes des boissons, et Cavendish demanda au serveur curieux :

- Dîtes, qui sont ses personnes dans le fond ? Vous semblez les connaître.

- Oh, se sont des habitués ici, la fille est Alizé, le garçon Sting, et le vieil homme s'appelle Craig.

Alizé:
 

Sting:
 

( on a pas trouvé d'image pour le savant fou, libre donc à votre imagination ^_^ )

- Et que font-ils ici ? dis-je.

- Apparemment ils font des recherches sur la faune et la flore de l'île, car elle est " pleine de vie ", selon eux. En tout cas, ils sont les bienvenus ici.

Mouais, le serveur pouvait dire ce qu'il voulait, je n'étais pas convaincue pour autant. Il repartit en me laissant dans mes pensées, Cavendish aussi d'ailleurs, en revanche, je vis que Bakura ne faisait que de lancer des mauvais regards au blond qui s’appelait Sting. Celui-ci aussi, le regardait froidement, je devais essayer de le détourner sinon ça allait mal finir. Je lançais une conversation pour essayer de détendre l'atmosphère, parce qu'il fallait bien le dire, j'avais l'impression que les autres au fond nous observait. A cause de Bakura ? Je ne savais pas trop, mais si il les regardait comme ça du coin de l’œil, ce n'était pas pour rien à mon avis. Seul Cavendish suivait ce que je disais, pas étonnant me direz-vous, mais au moins il n'essayait pas de déclencher une guerre à la table d'en face ! Soudain le serveur revint, avec nos boissons commandés, sauf que je n'avais pas une boisson mais deux. Je haussais les sourcils d’incompréhension, jusqu'à ce que le serveur me répondit d'un ton enchanté :

- Cela vient de Sting mademoiselle, il m'a dit de donner cette boisson à la charmante créature d'en face.

Je ne pouvais m'empêcher de rougir, en plus d'être beau, il était flatteur et gentleman ! Je sentis la rage monter en Cavendish, je souris à ça, lui qui était fou de moi, il devait être carrément jaloux ! Je me tourna vers la table du beau Sting, celui-ci me fit un clin d’œil.  Je détourna automatiquement le regard, le rouge me monta aux joues, je demanda au serveur de le remercier de ma part, ce qu'il fit par la suite.

- Il manque pas d'air lui ! pesta Cavendish, très jaloux.

- Oh...c'est juste gentil de sa part !

Mais il fallait tout de même que je fasse attention, je regardais à présent Bakura qui était plutôt silencieux. Il avait les bras croisés et le regard fixé sur sa boisson, il semblait pensif. Préparait-il quelque chose ? Je devais le surveiller avant qu'il ne fasse une bêtise, tandis que Cavendish sirotait sa boisson tout en boudant, ce qui était drôle à voir !

- Sinon, que voulez-vous que l'on fasse pour approcher cette base ? dis-je pour essayer de détendre l'atmosphère.

- Aucune idée, c'est assez dangereux, et en plus je ne suis pas allez très loin.

Il avait raison , mais que faire ? On va pas laisser cette bande d'araignées réduisent à néant le monde avec leurs papattes visqueuses ! Je voulais demander à mon Bakou d'amour son avis, mais je vis que son regard était porté vers quelque chose, ou plutôt quelqu'un derrière moi. Et au vu de son regard de monstre, ce type ne pouvait être que Sting ! Et pactole pour moi...c'était lui.

- Excuse-moi de te déranger avec tes amis, mais je suis ébloui par ta beauté depuis tout à l'heure. dit-il d'un ton charmeur mais légèrement hautain. Voudrais-tu bien m'accompagner pour que l'on aille faire quelques pas de danse sur la piste ?

Je ne savais pas où me mettre, un garçon qui m'invite à danser c'était devenu lointain pour moi ! J'entendis Cavendish grogner dans son coin de déception, le pauvre ! Mais une occasion comme celle-ci, ça faisait un moment que j'en rêvais ! Car après tout, je draguais un peu moins depuis que j'avais rencontré monsieur le psychopathe, pour une fois que je pouvais m'amuser un peu, je n'allais pas m'en priver !

- Très bien, je...

- Casse toi. coupa Bakura d'un ton ultra sinistre en direction de Sting.

- Pardon ?

- T'es sourd ? J'ai dit de te barrer.

- Et si je n'ai pas envie ? Ce n'est pas à toi que j'ai parlé, mais à elle.

Bakura se leva brusquement, et se mit entre moi et Sting, qu'il observait avec des yeux remplit de méchancetés. Il lui hurla dessus devant tout le monde :

- Tu vas dégager putain ?!

Les deux hommes se regardèrent dans les yeux, mais Sting finit par baisser le regard. Voyant que la situation dégénérait, les deux acolytes du blond arrivèrent, dont cette Alizé qui m'exaspérait rien qu'en la regardant.

- Faudrait que les gens apprennent à se calmer par ici.

- T'a un problème la prostituée ?

Voyant que la situation empirait davantage avec la fille écarlate qui prenait très mal ce qu'avait dit mon pirate, moi et Cavendish nous nous mettions entre les adversaires, pour stopper cette mini confrontation. Mais Baku avait raison sur un point, elle ressemblait trop à une prostituée !

- Bon stop, ça suffit, cessons tout cela. dit Cavendish en essayant de calmer le jeu.

- Il a raison, Sting, Alizé, partons nous avons à faire, on doit nourrir les bêtes. reprit le vieil homme, certainement le moins débile d'entre eux.

Bakura et moi jetions des sales regards à ce blond et cette fille, le courant n'était pas du tout passé. Une fois qu'ils étaient sortit la tension retomba, le prince souffla un instant et gueula après l'occulte :

- T'es pas bien ! Qu'est ce qui ta pris ?!

- Laisse Caven', il a eu raison, ses types sont louches, il m'a protégé en ne me laissant pas partir.

Bien que je ne savais pas si il avait vraiment fait ça pour me défendre, ou simplement qu'il avait eu, une de ses nombreuses sautes d'humeurs. On avait attiré tous les regards, en même temps la voix du pirate albinos était assez forte et imposante, d'autant plus qu'il avait gueulé ça n'avait pas arrangé les choses. Soudain, Bakura nous poussa de son chemin et sortit dehors, je voulais le rattraper mais le prince m'en empêcha.

- Laisse le se calmer Ino. Il est dangereux de traîner autour de lui quand il est comme ça je me trompe ?

Je hochais la tête pour dire oui, et je finissais de siroter mes deux boissons, tout en continuant de bavarder calmement avec Cavendish, mais on avait toujours aucun plan pour abattre ses fichues araignées. Après quelques minutes on décida de rentrer dans la maison qu'on avait " emprunté ", Bakura s'y trouverait sûrement assit sur le fauteuil. Rien qu'en y pensant je voulais toute suite rentrer !  Je grimpa à l'arrière du cheval avec Cavendish, et au bout de quelques temps nous étions devant la maisonnette. Par contre, il n'y avait pas son cheval noir devant, peut-être qu'il traînait encore dehors ? Pourtant à l'intérieur une lumière était allumée, j'entra dans la maison et je l'appelais pour voir si il était là. Malheureusement je ne reçu aucune réponse, c'était peut-être tout simplement nous qui avions oublié d'éteindre hier quand on était partit voir les indiens. Peu importe, on attendrait patiemment qu'il revienne calmé, pour l'instant il fallait ce reposer un peu, après toutes ses péripéties, un peu de repos ferait du bien !

- Hé Ino ! m'appela Cavendish. Bakura est venu ici !

- Ah vraiment ? Comment tu sais ? Hormis la lumière.

- Il s'est changé, ses habits sont là.

- Oh eh bien...minute.

Je courrais dans le salon pour vérifier quelque chose d'important, mon regard se dirigea automatiquement vers le porte manteau où était sa longue veste noire qu'il portait habituellement.

- Oh non, elle n'y est plus ! m'écriais-je.

- Il est partit de l'île ?

- Non pire que ça.

- Tu crois qu'il est partit dans cette grotte...?

- Exactement, et y faire un gros massacre ! De peu que je le connaisse, cette veste est très significative ! Faut qu'on retourne là-bas !

- Et il n'a pas prit que ça, regarde. Il désigna une caisse verte auxquelles était rangés des armes à feu, quelques unes avaient disparu. Pas une seconde à perdre, on remonta sur le cheval, le soir recommençait déjà à tomber, autant dire que les journées passaient vite ici ! On chevaucha en direction, de la grotte mystérieuse que Cavendish avait découvert, pendant le trajet il me demanda :

- Mais il ne sait pas où elle se situe, comment il ferait pour trouver ?

- Tu sais, son objet autour du cou, peut l'aider, et il l'a sûrement fait ! Et toi tu te rappelles où elle est ? lui demandais-je.

Il m'affirma que oui, et bingo peu de temps après on tomba sur l'entrée tant attendu. Et qui c'est qu'on voyait vers l'entrée, son cheval ! On avait raison, il était bien là-dedans, en même temps, son impulsivité aurait du me tilter !

Revenir en haut Aller en bas
Bakura Ryô

avatar

Messages : 123
Date d'inscription : 25/03/2014
Age : 19
Localisation : Quelque part dans les ténèbres ~
Humeur : Sadique

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
8/1000  (8/1000)
Expérience:
367/400  (367/400)

MessageSujet: Re: Le bon, la blonde et le psychopathe ( Cavendish, Ino and Bakura )    Sam 28 Mar - 22:19

Lorsque le trio étrange et agaçant fût sortit, l'occulte sortit à son tour furieusement. Il n'avait qu'une envie les fracasser les uns contre les autres, mais il essayait de se retenir le plus possible, car avec son anneau il avait entendu la conversation du trio lorsqu'ils étaient dans le saloon. Et au vue de celle-ci, Bakura savait à qui il avait à faire ! Lorsqu'il regarda dehors, il aperçut le groupe d'emmerdeurs partir, de toute façon il savait pertinemment où ils allaient. Pour se calmer, il grimpa sur son cheval et partit tout droit en direction de la maison qu'il avait " emprunté ", chevaucher sous les dernières lueurs du soleil et dans le silence, l'aida peu à peu à se détendre. Il arriva dans la maison et s'assit sur le premier fauteuil qu'il vit, plongé dans sa réflexion de ce qu'il allait faire. Mais rien à faire, tout ce qui lui passait par la tête, étaient les corps ensanglantés de ses victimes, qui agonisaient petit à petit dans une douleur atroce. Il souffla fortement en plongeant la tête dans ses mains, lorsqu'il releva la tête il avait un regard perfide et en colère, il bondit de son fauteuil et se mit devant le porte manteau où se situait son trench coat noir fétiche. Il se changea rapidement, laissant tomber ses anciens habits sur le sol négligemment et s'apprêtait à partir, mais son anneau se mit à bouger brusquement. Bakura le prit dans sa main et le fixa en lui murmurant :

- Qu'est ce qu'il y a toi ?

Les petites aiguilles bougèrent dans un sens, il suivit du regard jusqu'à tomber sur une caisse verte sous un meuble. Il sortit le coffret et ouvrit, un léger rictus orna ses lèvres lorsqu'il vit des armes à feu plutôt pas mal.

- T'es pas con saleté d'anneau héhéhé. dit-il en le tapotant. ça doit faire un moment que j'ai pas touché à un pistolet, ça me fera de l'entraînement !

Il en prit deux, et les plus gros en plus, lui et la discrétion par moment ça faisait deux. Il les accrocha à sa ceinture et fila de la baraque, il demanda à l'anneau de trouver la grotte, une des aiguilles lui indiqua la route. Au bout de quelques temps, il se retrouva nez à nez avec la fameuse grotte, rien de spectaculaire jusqu'ici pensa t-il. Il laissa sa monture à l'entrée et avança dans la pénombre, il commençait déjà à râler car il ne voyait rien, son bijou doré éclaira le chemin. Bakura croyait rêver, son anneau obéissait correctement aujourd'hui, une première, lui qui n'en faisait qu'à sa tête comme son propriétaire.

- Hé bien, si tu pouvais être utile tous les jours comme ça, ça m'aiderais bien bâtard d'anneau !

Il le secoua légèrement et il reprit sa route, il tomba sur une échelle qui descendit plus bas. Il descendit grâce à celle-ci et il se retrouva dans une base souterraine, Cavendish avait vu juste. Tout était silencieux et pesant, il s'avança furtivement en regardant chaque recoin, prêt à se défendre d'un éventuel piège. Jusqu'ici tout allait bien, il arriva dans une salle immense où des centaines d'araignées étaient regroupés, il en écarquilla les yeux :

- Il avait pas mentit le gay, intéressant. murmura-t-il sarcastiquement.

Il entendit des gens parler en bas, mais il était trop haut pour les entendre, soudain un garde arriva derrière lui en l'interpellant :

- Hé vous ! Que faites-vous ici ?!

Bakura se retourna en vitesse, il ne l'avait pas entendu venir, car il était trop concentré sur les bêtes un peu plus bas. Il réussit à attraper le fusil dans la main du garde, il lui donna un coup de genou dans la partie sensible des garçons et lui arracha des mains le fusil. Il lui donna un coup de cross dans le casque de la combinaison que portait le gars pour le sonner un peu, on aurait dit un astronaute blanc. Lorsqu'il perdit l'équilibre, Bakura en profita pour soulever le casque et l'étrangler sauvagement, le garde émit ses derniers gémissements avant de sombrer dans la mort. Il remarqua que les gardes portaient tous cette tenue, sans doute pour éviter que les araignées ne les atteignent en les mordant ou en leurs jetant leurs liquides visqueux au visage. Il décida de l'enfiler, lui qui voulait faire un massacre, il voulait d'abords se renseigner un peu avant. Peut-être qu'il tirerait des avantages en apprenant des choses ici ? Sauf que, la combinaison lui allait mais sa masse de cheveux trop importante, lui empêchait de mettre le casque. Sous l'énervement il le balança contre un mur, soudain une idée sournoise lui traversa l'esprit. Il prit le corps sans vie de la personne, et la jeta dans l'enclos des araignées par les grilles, le cadavre tomba après quelques secondes passées dans les airs, et chuta en plein milieu des araignées. Les bestioles se ruèrent dessus comme des enragées, tel des rugbyman qui courait après le ballon, mais en plus violent. Elles se frappèrent elles-mêmes, pas prête à partager le repas qui tombait du ciel. Ce qui affola les gardes qui ne savaient pas ce qu'elles avaient à s'agiter de la sorte. Bakura rigola comme un taré de sa propre connerie, au moins ces araignées étaient bien nourri avec des hommes, voilà pourquoi les gens disparaissaient, ils servaient de nourriture. Il continua son chemin, jusqu'à arriver vers d'autres gardes qui surveillaient l'enclos, il passa discrètement derrière eux, mais l'un d'eux l'interpella:

- Oh tu es Vladimir non ? Bakura l'ignora ne sachant pas qu'il parlait de lui. Hé Vlad' ! Attends !

Il le poursuivit jusqu'à lui toucher le bras, l'occulte se retourna près à le frapper pour ce petit geste anodin mais qu'il détestait par dessus tout. Mais il se ravisa à la dernière minute, lui jetant un regard blasé.

-  Tu t'appelles bien Vladimir non ? demanda le garde.

- Euh...il vit qu'il portait un badge avec écrit dessus " Vladimir, nouvelle recrue ".Ouais c'est moi.

- Sting-kun m'a demandé de m'occuper de toi, vu que tu es une nouvelle recrue, il faut que je t'explique un peu plus en détails le fonctionnement de cette base.

* Dans quelle merde je me suis encore mis moi....minute...STING ?! L'autre connard de blond est d'ici ! Je le savais ! * hurla-t-il mentalement. Mais devant le garde, il fit mine de comprendre, il lâcha un petit sourire narquois et décida d'en savoir un peu plus ici, c'était une bonne occasion. Seul problème il allait devoir jouer le gentil quelques temps, mais bientôt il redeviendrait lui-même...

- Cool, je te suis.

Le garde l'emmena ailleurs, personne ici ne le connaissait vu que c'était une nouvelle recrue, bien que l'homme de tout à l'heure était armé.

- Tous ce que tu entendras de ma bouche, doit rester strictement confidentiel, mais ça tu as déjà du l'entendre par les boss lors de ton entretien d'embauche. Bien alors...

- Si j'ai bien compris, les araignées bouffent les hommes que nous capturons c'est cela ? le coupa-t-il.

- Tout à fait, nous effectuons des rondes toutes les semaines pour avoir suffisamment de nourriture, nous privilégions les hommes bien costauds et gros pour avoir le plus de chair possible, certaines de ces araignées sont plus voraces que d'autres. Bien sûr, nous capturons les hommes dans la nuit lorsqu'ils sont inoffensifs, en plus ils viennent de manger, la nourriture en eux est encore présente. Plus elles mangent des proies, plus elles grossissent et se développent !

- * On se croirait sur National géographic channel *Hum, en parlant de ça, d'où viennent-elles ?  

- J'allais y venir, suis-moi Vladimir.

Même si il avait du mal à se faire à ce prénom, il suivit en silence le garde qui lui expliquait les choses, il rentra dans une salle où de nombreux scientifiques travaillaient, la plupart mettaient au monde des bébés araignées dans des minis enclos qui faisaient la taille de deux grosses main, elles étaient déjà hyperactive dés leurs plus jeune âge. Dans un autre coin, des hommes en blouses travaillaient avec des microscopes et notaient des choses sur des calepins. Tout une organisation minutieuse avaient été crée, Bakura observait les lieux en fronçant les sourcils, ça ne lui plaisait pas tout ça. Le fait que les bêtes mangeaient des hommes était bien, mais comme il l'avait dit, tout ça lui mettrait des bâtons dans les roues si il venait à en rencontrer dans le futur.

- Comme tu peux le constater, c'est la salle des naissances, nous avons plantés une bactérie dans notre première araignée qui a contaminé son partenaire, donnant ainsi des bébés araignées mutantes, et ainsi de suite. Cela fait plus de vingts ans que les scientifiques travaillent dessus, nous sommes arrivés à donner naissances à des magnifiques créatures qui domineront bientôt le monde ! Car la bête noire de l'espèce humaine, est l'araignée en général.

- Ces choses vous obéissent ?

- Approximativement, nous travaillons encore dessus, mais le processus de dressage est en cours. Nous les appâtons avec de la nourriture, et au cas il y aurait des problèmes nous leurs tirons dessus pour les endormir. dit-il en désignant son arme. Nous les avons crées pour tuer, elles tuent tout les humains qu'elles croisent, c'est en partit pour cela qu'elle ne nous touchent pas car nous mettons des combinaisons. Elles arrivent à distinguer les couleurs, elles savent que la couleur blanche il ne faut pas y toucher. Voilà pourquoi nous nous habillons en blancs.

Bakura hocha distraitement la tête, c'était n'importe quoi cette base, ils avaient pas autre chose à foutre que ça ? Il continua d'observer les lieux et regarda des petites araignées se battre entre elles pour un morceau de doigt qui traînait dans la cage. Tout en continuant de les fixer il demanda :

- Et moi, je suis censé faire quoi dans ce merdier ?

- On ne te l'a toujours pas dit ? Étrange, peu importe, tu es été assigné au labo des antidotes, c'est l'étage d'en dessous.

- Des antidotes ?

- C'est dingue, tu es venu ici sans savoir ce qui t'attendait ? Rigola-t-il. Alors oui, les araignées sont dangereuses, si par malheur elles nous mordent c'est très risqué, bien que cela soit rare. Nous préférons être prévenant. Je vais t'y conduire.

Et rebelote, ils passaient devant l'immense salle remplit d'araignées mutantes, le garde s'arrêta deux minutes pour observer et montrer à Bakura alias Vladimir, comment ils nourrissent leurs protégées. Une estrade s'installa au dessus de la cage, des hommes se rangeaient en file indienne avec des menottes aux pieds et aux jambes, beaucoup pleuraient et appelaient à l'aide, pour une fois, Bakura regardait le spectacle avec attention. Au fil du temps, des gardes poussaient les victimes dans la cage par deux ou trois, les araignées en dessous attendaient impatiemment leurs dîner offert. Les gens hurlaient, d'autres refusaient d'y allez mais ils se firent pousser tout de même, on entendait le craquement des os brisées en bas, une véritable scène cauchemardesque. Après que l'heure du repas était fini, les deux hommes reprirent la route. Le garde laissa Bakura devant la porte, et il lui dit que si il avait besoin d'un renseignement il pouvait l'appeler. Le pirate rentra dans la pièce, seulement deux scientifiques y étaient, travaillant soigneusement comme d'habitude. Sauf que l'albinos avait trop chaud dans cette combinaison, et il perdait de plus en plus patience, la tentation de tuer devenait trop forte. Il s'approcha d'une femme concentrée dans son travail, il lui posa la main sur la bouche rapidement et il lui trancha la gorge. L'autre scientifique le remarqua et commença à appeler à l'aide, Bakura sortit l'un de ces nouveaux jouets et il tira sur l'homme qui tomba sur le sol. Il ricana qu'il n'avait pas perdu la main question pistolet ~ Il la rangea et observa les feuilles disposées, trop de truc compliqués pour lui, il ficha le camp du lieu en retirant sa combi et retrouva son accoutrement habituel. Il longea un couloir avec son arme dans la main tel un agent secret, il sentit quelqu'un approché, il vit son ombre apparaître sur le mur du fond. Il dégaina son pistolet prêt à faire feu, mais une silhouette familière fit son apparition :

- Tiens vlà le gay, je m'attendais pas à te voir ici. dit-il en rangeant son arme, seulement Cavendish ne répondit pas. Bakura s'approcha de lui pour voir ce qui n'allait pas lorsque le blond releva brusquement la tête. L'occulte tira une tête de choqué puissance dix milles, cette tête il la connaissait très bien et ce n'était certainement pas Cavendish. TOI !!

- Cela fait un bail n'est ce pas ?

- Bordel de merde, t'étais censé être mort...Hakuba !

- Je suis ravi de vous revoir mon capitaine, Damon-sama.

Il s'inclina devant lui, laissant Bakura perplexe de revoir un très vieil ami à lui...

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le bon, la blonde et le psychopathe ( Cavendish, Ino and Bakura )    Mar 14 Avr - 14:43

Quelques instants avant la rencontre avec Bakura

Ino-chan et moi étions rentré dans la base discrètement, nous voulions juste récupérer le pirate et repartir aussitôt. il nous fallait un plan avant de tenter quoi que se soit, c'est ce que Bakura ne semblait pas avoir compris malheureusement.  Il n'y avait pas de bruit, tout était silencieux et pesant comme la dernière fois, Ino était stressée et excitée à la fois, franchement je me demande encore pourquoi elle ne tombait pas pour quelqu'un aussi génial et magnifique que moi ? Je devais mal m'y prendre,  mais en plein dans ma pensée ma poitrine me faisait mal. Je me sentais fatigué aussi, sans doute à cause du peu de sommeil depuis que j'étais sur cette île. Mais là c'était plutôt étrange comme sensation, comme si on me tirait dans le sommeil, comme si on me forçait. Je grimaça ce qui n'échappa pas à Ino, qui s'inquiétait enfin pour moi !

- Tu es sur que ça va Caven' ?

En plus elle me donnait un surnom, ohhhh c'était mignon ! Mais je ne voulais pas l'inquiéter davantage, je préférais lui mentir bien que je détestais ce genre de principe.

- Oui ça va, juste la fatigue ! Dis-je avec mon sourire le plus charmeur.

Ce qui n'avait pas trop fonctionné à vrai dire, je l'aurai un jour, je l'aurai ! Une nouvelle douleur se fit ressentir, qu'est-ce-qui se passe au nom du prince de Rommell ?! Soudainement, une araignée sortit de nul part fit son apparition devant nos yeux, la seule option qui nous avait été proposé, était la fuite ! L'espace pour la combattre était bien trop restreint, je pris Ino par la main et nous nous sauvions à toute vitesse hors de la vue du monstre. On fuyait comme des tarés, mais pas le choix, je devais laisser ma grâce de côté pour une fois. Plus je courais, plus mon envie de dormir s'intensifiait, qu'est-ce-que j'avais ? C'était pas le moment de dormir, alors qu'une bestiole mutante nous poursuivait car elle était affamée!! En une fraction de seconde, tout était noir autour de moi, et juste après je n'étais plus avec Ino mais tout seul dans un couloir.

- Bon sang, je deviens fou...

A peine ma phrase finit, que tout autour de moi était encore noir. Et cette fois je ne me réveillais pas avant un moment...
---------------------------------------------------------

Une mystérieuse personne s'était emparé du corps de l'innocent Cavendish, qui était-ce ? Personne ne le savait, pas même le prince, car il n'était pas au courant de cette entité mystérieuse qui s'emparait de lui, lorsque le sommeil le gagnait. Cette personne s'appelait Hakuba, il ressemblait légèrement à son homologue, mais son visage était remplit de sournoiserie en tout genre. Ce sourire malsain, ses yeux blancs sans pupilles, aurait de quoi faire peur n'importe quoi, sauf à quelques exceptions près. Hakuba cherchait son chef, son capitaine, son maître, celui qui lui avait fait vivre d'incroyables aventures à travers le temps. Il sentait où était Damon, il suivit son instinct en marchant la tête basse, jusqu'au croisement tant attendu, il sentit son capitaine qu'il n'avait pas vu depuis des siècles devant lui, pensant qu'il s'agissait encore de Cavendish. Il se rendit bien vite compte que ce n'était pas lui, mais une tout autre personne qu'il connaissait sur le bout des doigts. Hakuba reconnu immédiatement son capitaine grâce à l'anneau qui pendait sur le ventre du pirate, cette chose était sacrée de leur temps. Et cette chevelure sauvageonne qui n'appartenait qu'à lui. Hakuba s'inclina devant lui, il resta quelques instants incliné pour montrer son respect, le temps que Damon ou plutôt Bakura se remette de sa stupeur.

- Relève toi.

Hakuba s’exécuta aussitôt. Très peu bavard de nature, il faisait en sorte de parler le moins possible, hormis en la présence de son capitaine et du reste de l'équipage qu'il n'a plus vu depuis des lustres aussi.

- Je crois que tu me dois une explication, sur ta pseudo-mort. dit Bakura de la façon la plus neutre possible.

- Oui mon capitaine, malheureusement, si je puis me permettre, je ne peux pas vous en parler maintenant. Se serait beaucoup trop long, je ne suis pas aussi puissant que vous pour rester dans le corps d'une personne. Il attendait une réaction de la part de son capitaine, mais il n'avait visiblement rien à dire sur le moment, Hakuba continua alors son discours. Lorsque Cavendish reprendra connaissance, je retournerais dans son subconscient.

- C'est pour ça que tu as disparu ? Si c'est le cas je t'éclate la tête. dit-il avec un léger sourire.

- Non Damon-sama, je vous l'ai dit, c'est plutôt compliqué. Je dois m'extirper de ce corps qui me retient prisonnier, et quand ce moment sera venu, je retournerais à vos côtés, en vous expliquant tout, de A à Z.

- Hum.

Il ne semblait pas très satisfait de sa réponse, il soupira et regarda de ses yeux rouges sangs, les yeux d'Hakuba.

- Sais-tu ce qui est arrivé à l'équipage ?

- Ils sont scellés sur Hollow Fog Island, de vos propres mains n'est-ce-pas ?

- Exactement, et je compte allez les retrouver pour reformer mon équipage dissout depuis des siècles. Vu que tu es en vie, tu reviendras nan ?

- Bien sûr, jamais je ne vous quitterais. Je vous ai promis fidélité jusqu'à la mort, tout comme les autres membres. Il me faut juste du temps, que je trouve un moyen de me séparer de Cavendish. Et après cela, je serais de retour, pour faire les pires meurtres que vous me demanderez de faire.

Hakuba souriait machiavéliquement, ce qui fit ricaner de plaisir Bakura qui semblait heureux de revoir un ancien compagnon de sa trempe.

- Hahaha, j'espère bien !

- J'oubliais, tenez Capitaine.

Hakuba sortit un escargophone de sa veste et le tendit au pirate, une chose qu'il avait réussit à cacher tout ce temps des mains du prince.

- Je vous contacterais le jour où j'aurai réussit à me débarrasser du prince de Rommell. D'ici là, j'essayerais de suivre les activités qui vous concerneront dans le journal.

- Hé ! Qui te dit que je vais foutre le bordel à nouveau ? plaisanta Bakura

- C'est dans votre nature Capitaine. Hakuba s'autorisa à rire, même si les rires des deux individus n'étaient pas des rires gaies mais des ricanements perfides.

- Héhéhé pas faux ~

- Sur ce, je dois partir, Cavendish va bientôt se réveiller je le sens. J'ai été ravi de vous revoir Damon-sama.

- J'espère te revoir bientôt Hakuba, et avoir cette putain d'explication que tu me dois ! fit Damon déçu.

- Bien entendu.

Hakuba s'inclina une dernière fois avant de dire un au revoir, cette fois provisoire à son capitaine, qui avait les yeux plissés de déception. Hakuba se laissa tomber par terre, retournant dans l'esprit de Cavendish en attendant son heure de libération.
----------------------------------------

Bon sang je vois rien ! Il fait tout noir, je déteste le noir ! Ah je vois...une lumière...oui...j'approche de cette lumière...J'ouvre mes yeux et tout ce que je vois est une vieille lampe sur le plafond qui éclairait faiblement la pièce dans laquelle je me trouvais actuellement. Mes deux yeux ouverts, je regarda sur mon côté droit et je vis l'autre salaud qu'on cherchait partout. Il avait un regard blasé dans ma direction, comme si il était mécontent de me voir.

- La belle au bois dormant est réveillé ?

- Qu'es-ce que je fiche ici ?! Tu m'as enlevé ?! Qu'est-ce tu m'as fait le monstre polaire ?! m'énervais-je sans aucune raison apparente.

- Hé tu te calmes la princesse ! T'es venu tout seul ici alors arrête tes accusations douteuses à mon égard ! Et l'autre chieuse elle est où ? dit-il en parlant d'Ino-chan.

- Eh bien elle est avec...INO-CHAN OH NON ! je mis mes mains sur ma tête réalisant qu'elle était seule avec l'araignée !

- Ah bah bravo. Super le prince galant. fit Bakura en applaudissant ironiquement.

- Faut la retrouver et arrête de me faire culpabiliser !

- Par ta faute elle va mourir...

- NON !

- Dans d'atroces souffrances...

- Arrête !

- Elle va appeler à l'aide mais personne ne viendra...la pauvre si seule....

Il faisait exprès de me faire culpabiliser ! Lui je vais le...grrr ! Mais quand il était comme ça, c'est qu'il était de bonne humeur, je ne pouvais m'empêcher de lui demander pendant qu'on courrait à la recherche d'ino :

- D'où viens cette soudaine gaieté ? La dernière fois qu'on t'a vu tu étais plutôt bien énervé !

- Oh rien de bien intéressant héhé.

Ouais, c'était pas très convainquant mais tant pis. On avait d'autres chats à fouettés pour l'instant et c'était de retrouver Ino-chan, bon sang, pourquoi je m'étais retrouvé en face de Bakura sans Ino ? Bizarre cette histoire de trou noir que j'avais aperçu, je vais mettre tout ça au clair, une fois la situation arrangée.

note:
 

Revenir en haut Aller en bas
Ino Yamanaka

avatar

Messages : 132
Date d'inscription : 04/06/2014
Age : 20
Localisation : Opertale / Leonne
Humeur : Entrain de penser à Bakura ~

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
2/1000  (2/1000)
Expérience:
59/400  (59/400)

MessageSujet: Re: Le bon, la blonde et le psychopathe ( Cavendish, Ino and Bakura )    Lun 27 Avr - 19:29

Et voilà ! Cavendish avait disparu me laissant toute seule dans cet endroit paumé ! Au fin fond du trou du cul de cette île maudite ! Caaaaalme toi Ino...tout va bien...tu as réussis à t'échapper des griffes de l'araignée, il faut retrouver les deux autres maintenant. Oui je me rassure et alors ? C'était le seul et unique moyen de m'en sortir, sinon j'allais péter une crise d'hystérique, en plus mes bottes toutes neuves venaient de tomber dans un liquide visqueux qui traînait par terre. Bon sang, ils peuvent pas nettoyer ?! Grrrr !

- J'EN AI MA CLAQUE DE CET ENDROIT POURRI ! hurlais-je comme une fillette capricieuse.

Je vous jure, je suis a deux doigts de craquer...Je continuais d'avancer dans ce labyrinthe de couloirs, avec toujours cette appréhension de rencontrer dans gens ou des bêtes étranges. Pis ça fait peur d'être toute seule, surtout quand on est une jeune fille ! Mais bizarrement, une sensation bizarre me parcourait, je me sentais observée, suivi même. Je deviens parano maintenant, décidément cette île ne me convient absolument pas ! Je soupirais pour la énième fois, je refusais d'y croire, mais c'était de la faute à Bakura ! Pourquoi faut-il toujours qu'il s'emporte lui ?

- Ohé !

Tiens quand on parle du démon, il vient frapper à notre porte ! Il était au bout du couloir, tout seul apparemment, sans Cavendish. Il était où lui aussi ?! Ils sont pénibles ces hommes là ! Au moins, le pirate albinos allait bien, c'était le principal. Je m'avançai vers lui en le réprimandant :

- T'es fou de partir tout seul comme ça ! J'étais morte d'inquiétude !

- Oh désolé, c'était plus fort que moi.

- Je sais mais...je ne pouvais pas terminer ma phrase après ce que je venais d'entendre.

- Quoi ?

- Je rêve où tu viens de t'excuser ? fis-je hallucinée.

- Euh, non tu as rêvé. me dit-il rapidement.

Oulà, sois je devenais VRAIMENT folle ou soit c'était lui qui disjonctait. Maintenant que j'y pense, ses vêtements, il les as encore changé ? Il portait ses affaires de cow-boy qu'il avait obtenu ici, c'est dingue. J'ai du rêver encore, enfin je suppose...Je le regardais dans les yeux, il avait ce regard de vicieux mais...c'était pas le même. Je saurais le reconnaître à des kilomètres, il s'était fait mordre par une araignée c'était pas possible autrement. Soudain, il me prit la main :

- Viens, il faut que je t'emmène quelque part.

Je le suivis sans broncher, mais restant extrêmement méfiante. Il y a quelque chose qui clochait avec lui, et je voulais savoir le fond de cette trame. Pis le fait qu'il me parle gentiment et en me prenant la main, c'était définitivement pas clair. J'aurai pu penser à son double, comment s'appelait-il déjà...? Ryou ! Mais son regard et ses cheveux ne correspondaient pas à sa description, donc ça ne pouvait pas être lui. Minute, Ino voyons pourquoi tu cherches midi à quatorze heure ? C'est Bakura point. Il est juste...un peu différent de d'habitude, il doit être dans un bon jour ? Il a du tuer des gens et il s'est tout simplement calmé. Voilà, explication terminée. Mais c'était plus fort que moi :

- Tu es sûr que ça va Baku' ?

- Bien sûr, pourquoi ?

Même dans sa façon de parler ça n'allait pas.

- Je sais pas, je te trouve bien étrange. fis-je en fronçant les sourcils.

Il soupira.

- Je vais parfaitement bien, maintenant suis-moi, je sais comment on peut anéantir les araignées.

Il semblait pressé maintenant, il me tirait presque pour que je le suive, qu'est-ce qu'il voulait tant me montrer à la fin ? Après quelques minutes de marche rapide, on atteignit une porte en métal, sur le côté se trouvait un décodeur pour taper un numéro secret. Servant sans doute à l'ouverture de la porte, un truc important devait se trouver ici. Bakura se mit devant la porte et commença à taper le code secret. Il sait faire ça lui ? Je ne pouvais n’empêcher de le titiller, et plus il parlait plus je le trouvais louche.

- Je ne savais pas que tu connaissais le code, comment l'as tu trouvé ? lui demandais-je innocemment.

- Cela n'a pas d'importance.

Je levai un sourcil, truc louche le retour. Je me mis à regarder plus bas vers son ventre ( pas d'insinuation douteuses merci XD ) il ne portait pas son anneau doré. J'ai d'abords pensé qu'il l'avait caché sous lui, mais à son cou il n'y avait pas la chaîne qui le retenait, il ne le portait donc pas.

- Tu as perdu ton anneau ?

Il me lança un regard perplexe, puis il regarda à son doigt comme pour vérifier. Sauf que, son anneau était accroché à son cou, au vu de sa réaction, il devait penser que je parle d'une bague. Non là, c'était vraiment inquiétant, je sais qu'il y tient comme la prunelle de ses yeux, il ne pouvait pas faire une telle erreur.

- Franchement Bakura tu m'inquiètes, t'es vraiment bizarre !

- Puisque je te dis que ça va.

- Ah ouais ? Et tu peux me dire pourquoi tu regardes tes doigts, alors que l'anneau dont je parlais se situait à ton cou ?!

Un silence de rat mort s'était installé, ses yeux étaient plissés, il cherchait quelque chose à dire pour sa défense, mais rien ne sortit de sa bouche. De plus, si il s'agissait de Bakura Ryô, le seul, l'unique, il m'aurait déjà engueuler pour avoir hausser la voix sur lui. Il essaya de s'approcher de moi, je reculais, rare étaient les fois où je reculais devant Bakura, au lieu de lui sauter dessus.

- Ne t'approches pas. lui dis-je méchamment.

- Hey je vais rien te faire tu sais.

- T'es qui ?

- Voyons, c'est moi !

- Ne te fous pas de moi, tu n'es pas Bakura ça se voit. Déclines ton identité avant que je m'énerve.

- J'aurai du faire le blondinet, il aurait été peut-être plus facile à faire...

Hein de quoi parlait-il ? Soudain le visage de Bakura changea, et une femme prit sa place. Oh mais ! C'est cette fichue Alizé qui était dans le bar ! Cette pouf sans scrupule !

- Tu es cette fille ! Mais comment..tu..? m'écriais-je surprise.

- Oh ça ? elle passa sa main devant son visage, et son apparence changea de nouveau en Bakura. J'étais tout de même impressionnée, sans doute l'oeuvre d'un fruit du démon. C'est une technique d'illusion réservé à ma famille. Zut ! Même pas un fruit du démon, je ne sais pas si c'était mieux ou pire, peut-être qu'elle copiait l'apparence mais aussi la force ? Oh mon dieu, je l'espère pas ! Sinon j'étais mal moi. Il me suffit juste de regarder la personne que je veux copier dans les yeux. C'est ce que j'ai fait à ton ami lorsque nous étions tous dans le bar. Le principe est beaucoup tiré du fruit Mane Mane. ricana t-elle.

- J'imagine que la porte derrière toi, était un piège ? C'est dommage, tu avais pris la bonne personne, j'étais pas loin de tomber dans le panneau, mais tu ne sais absolument pas l'imiter. lui dis-je clairement en me la pétant.

- C'était plus difficile que prévu en effet...elle soupira et mit une de ses mèches derrière son oreille, puis elle me regarda droit dans les yeux. En revanche, tu ne pourras jamais sortir d'ici vivante ma chérie.

- J'ai bien peur de te dire que tu n'es qu'une sale petite menteuse. Je vais te faire regretter d'avoir sali mon Bakou d'amour !

- Elle se rebelle en plus ? Intéressant, mais tu vas très vite te rendre compte, que venir ici, signifiait clairement ta mort. Je serais sans pitié avec toi ma chérie, depuis le début nous savions que vous vouliez stopper mes araignées chéries, surtout que vous en avez tué une dans la forêt...Et ça c'est impardonnable !

Elle se jeta littéralement sur moi, je pus me sauver à temps. Mais il me fallait un temps d'adaptation, je n'étais pas spécialement combattante, mais j'avais la rage de vaincre à mes côtés ! Et puis, je ne sais pas comment elle se bat, elle. Elle ne portait pas d'armes, et au vu de sa posture, je penchais pour du Karaté. Mince, si elle savait bien le maîtrisé, ça allait être plus compliqué que prévu. Mais je ne devais pas me décourager, j'allais lui botter les fesses coûte que coûte, ça lui apprendra. Je me mis en position offensif aussi, prête à parer la moindre de ses actions, elle se rua encore une fois sur moi. Mais au lieu d'esquiver je lui fis face, nos poings se rencontrèrent, ce qui fallait avouer c'est qu'elle avait un sacré coup de poigne, contrairement à moi où mes jambes étaient mon point fort. Trouver une parade pour la forcer à ne pas utiliser ses poings et moi utiliser méthodiquement mes jambes. Dur en soit, mais je n'avais rien de mieux à proposer pour l'instant. J'essayais de parer le plus d'attaques possibles, mais l'un de ces coups finit par atteindre mon ventre, ouille je dérouille.

- C'est tout ce que tu as ? me narguait-elle.

Je lui lançais un mauvais regard, je me redressa aussitôt et je me jetai sur elle. Je réussis à la pousser mais elle ne tomba pas, elle rattrapa mes longs cheveux blonds pour se rattraper, ce qui me fit gémir un peu, bah oui ça fait mal les cheveux ! Mais au lieu de l'attaquer avec mes faibles poings, j'utilisais l'agilité de ma jambe gauche pour lui donner carrément un coup de pied dans la tempe. Elle me relâcha et tomba sur les fesses tout en se la massant, elle grogna et se releva furieusement.

- Alors on a bobo Madame arachnide ? c'était à mon tour de la narguer.

- Ah oui tu veux jouer à ça ? Les blondasses prétentieuses, m'énerve au plus haut point.

Elle passa sa main de nouveau, elle reprit l'apparence de Bakura, oh non je vois où elle voulait en venir.

- Alors tu veux toujours me taper ? me dit-elle avec la voix sexy du criminel.

- HEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEP MAIS TU TRICHES !

- Non je me bat loyalement, j'utilise juste certains avantages. fit-elle avec un clin d’œil suspect qui sonnait incroyablement sexy avec le visage de Bakura.

J'étais dans un sacré pétrin désormais, pfffffff qu'elle m'énerve cette miss araignée ! Je vais trouver un moyen de la vaincre, je le jure !

Note :
 

Revenir en haut Aller en bas
Bakura Ryô

avatar

Messages : 123
Date d'inscription : 25/03/2014
Age : 19
Localisation : Quelque part dans les ténèbres ~
Humeur : Sadique

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
8/1000  (8/1000)
Expérience:
367/400  (367/400)

MessageSujet: Re: Le bon, la blonde et le psychopathe ( Cavendish, Ino and Bakura )    Ven 15 Mai - 14:22

Lui et Cavendish couraient dans toutes les directions dans l'immense base souterraine de Leonne, on aurait pu croire qu'ils cherchaient la même chose mais pas du tout. Cavendish recherchait Ino qu'il pensait en danger, tandis que Bakura trouvait un moyen de détruire cette base avec tout ce qu'il y a dedans. Sauf que Cavendish n'était pas au courant de ça :

- Tu crois qu'elle est où ? demanda le prince inquiet.

- Qui ? fit-il avec un haussement de sourcils.

- Mais Ino-chan !

- J'en sais rien et je m'en fous, j'ai des choses à faire plus importantes qu'elle.

- Mais on doit la sauver ! Elle est la number one dans la liste des priorités !

- Tu te démerdes. J'ai pas le temps de sauver une pimbêche blonde.

- Très bien, j'irai la sauver tout seul ! Et ma côte de popularité remontera car j'aurai secouru une belle demoiselle en détresse dans un endroit malfamé ! Et son cœur ne fera qu'un avec le mien... ET ECOUTE MOI QUAND JE TE PARLE !

Cavendish s'arrêta net de courir et regarda froidement l'occulte qui continuait de courir dans un chemin différent en l'ignorant superbement. Bakura lâcha un bref '" Tss ", et continua sa route jusqu'à tomber sur une grande salle, étrangement vide. Il ne pouvait s'empêcher de se méfier, mais sa curiosité le poussait à aller plus loin. Il s'avança jusqu'au milieu de la pièce les mains dans les poches, Cavendish ne l'avait pas suivi et tant mieux ! Soudain la porte au fond s'ouvrit laissant apparaître une araignée mutante, elle était plus petite que d'habitude mais elle portait une étrange chose sur la tête, comme si elle était contrôlée. A vue d'oeil, elle devait être très agiles avec ses longues pattes fines. Au vue de sa taille, c'était ridicule pour le pirate.

- Quoi c'est tout ? Bakura pouffa de rire.

Mais une autre apparut sur la droite, une autre à gauche, et de plus en plus sont apparus. Son sourire se fana au fil du temps que les araignées arrivaient de tous les côtés. Au final, il aurait mieux fait de se taire.

- Tch, j'en demandais pas autant.

Elles l'encerclaient, il ne pouvait plus s'enfuir mise à part les regarder durement. Des hommes armés arrivaient dans la pièce, pointant leurs armes sur le futur prisonnier. Là, aucune chance qu'il ne puisse s'échapper, a moins d'y laisser son corps en lambeaux. Il fronça les sourcils, il venait de se mettre dans un sacré pétrin, sa rage s'accentua lorsqu'il aperçu la fameuse tête blonde qu'il cherchait depuis le début : Sting. Celui-ci s'approcha de plus en plus de Bakura qui lui lançait un sale regard, un sourire provocateur aux lèvres Sting l'aborda :

- Je savais bien que toi et tes amis, viendraient jouer les troubles-fêtes dans notre base.

- Ta gueule.

- Il est vulgaire en plus ? De toute façon, tu n'es pas en position de force, on va t'embarquer et tu finiras dans l'estomac des araignées que tu as croisé plus tôt.

Bakura grogna, il le savait qu'il était dans une mauvaise posture, bien qu'il refusait de l'admettre, mais il devait se débarrasser de ce blondinet. Les araignées autour de lui laissèrent place à des hommes, d'un mouvement vif il cogna violemment les deux assaillants qui tentèrent de l'attacher avec une solide corde. Il se débrouilla plutôt bien dans un premier temps, en arrachant la tête des quelques gardes qui osaient s'approcher de lui, mais en plus des hommes armés, les araignées s'y mettaient aussi. Là, il se fit coincer et était incapable de riposter. Il gémit de mécontentement, il détestait ce faire avoir par des pauvres mortels inutiles et des bestioles à la con. Celles-ci d'ailleurs, mangeaient les cadavres sur le sol comme récompense.

- On fait moins le malin, Bakura-kun ? Ne fais pas cette tête, je te connais, j'ai déjà entendu parler de toi. Tu es très impressionnant, mais tu le seras encore plus, une fois mort ! dit-il en souriant. Emmenez-le dans le cachot avec les autres prisonniers, ce n'est pas l'heure du dîner pour les araignées encore, et chaque être humain comestible est vital.

Les deux gardes baraqués tenaient fermement l'occulte, qui était solidement attaché. Ses deux mains étaient liées, qui était tenu par les gros gardes, et d'autres personnes autour avec leurs armes, surveillait de près tout cela. Pour l'instant il s'avouait vaincu, mais bientôt il trouverait un moyen de venir péter la gueule à Sting pour se venger ! Il avança lentement jusqu'à s'arrêter et se tourner vers Sting qui le regardait partir depuis une bonne minute.

- Oï la blonde, j'ai un dernier truc à te dire.

Irrité par son comportement, " la blonde " s'approcha de son trouble-fête et se mit devant lui. Bakura le regarda droit dans les yeux avec ses pupilles démoniaques, et se racla la gorge. Puis, il lui cracha dessus en pleine figure, le blond cria d'horreur, il venait de se faire cracher dessus ! Il s'essuya avant de tourner son regard vers le pirate qui ricanait de sa bêtise, tout fier de lui.

- Je vais t'envoyer en enfer, tu y passeras un agréable séjour là-bas, blond de merde. Ajouta le psychopathe en murmurant froidement.

- Tu riras moins tout à l'heure ! Emmenez moi cet enfoiré au cachot !

Les gardes le tiraient fortement, et il disparu de la grande pièce. Après quelques minutes à essayer de se débattre, il finit dans une pièce avec d'autres prisonniers, qui étaient attachés au mur. Pleins pleuraient, se débattaient, criaient pour que quelqu'un les aident à sortir de cet enfer ! Mais tous, s'étaient busquement tu, lorsque le nouveau prisonnier fit son entrée, certains le reconnaissait, d'autres pas du tout. Les gardes poussèrent Bakura contre le mur et il se fit enchaîner comme un morceau de viande, les gens d'ici étaient vraiment traité comme de la nourriture. Mais pour le pirate, hors de question de rester ici à attendre le déluge ! D'autant plus que tous le monde le regardait comme si il s'agissait d'un monstre, bien qu'il en était un quelque part. Une fois les gardes partit, il ajouta froidement :

- Vous voulez ma photo, bande de saloperie de mortels ?

Les personnes présentes tournèrent immédiatement la tête et regardèrent ailleurs comme si de rien était. Bakura essayait de se libérer des cordes, mais sa rapière était derrière son dos sous sa veste contre le mur, impossible à atteindre. Et sans ses mains, il ne pouvait rien faire, mais avec sa tête oui. Il fixait les cordes qui retenaient ses poignets, il se mit à grignoter le ficelage de sa main gauche avec ses dents pointues, tout en se broyant le poignet qui avait des marques de crocs. Il y faisait de plus en plus fort, il commençait à saigner, mais couper cette corde était plus important à ses yeux. Les autres prisonniers regardèrent surpris par la ténacité du nouveau venu.

- Arrêtez je vous en prie, vous allez vous tuer à vous ronger comme cela ! s'inquiéta son voisin de cellule.

L'occulte s'arrêta tout à coup, et se retourna doucement vers son voisin avec la bouche un peu en sang, tout en le reluquant de haut en bas. Puis son regard se tourna vers la corde qui retenait le poignet de l'homme à côté de lui, il pouvait facilement l'atteindre avec sa tête...Son envie de sang était entrain de grandir en plus, ça devenait urgent qu'il en boit ! Il s'approcha plus près de son voisin et lui murmura dans les yeux :

- Je vais t'aider à sortir, mais en retour tu vas m'aider aussi.

- Vr-Vraiment ?! Tout ce que vous voulez, mais aidez moi à sortir !

- Héhéhéhé.

Son sourire de psychopathe s'élargissait, dévoilant sa dentition digne d'un vampire. Il tourna sa tête vers le poignet de l'homme le plus proche et fit exactement la même chose qu'avant : Il rongeait la corde et le poignet de sa cible.

-Eh...arrêtez ça fait mal !

Mais Bakura continua plus profondément encore, sous le regard effrayé de l'autre individu. Le sang commençait à couler aussi, il en profita pour y lécher, lui qui considérait le sang presque comme de la boisson. Le gars se plaignait de plus en plus, sous le regard inquiet des autres personnes qui regardait la scène avec attention. Il se faisait limite manger par un autre prisonnier, drôle de façon de délivrer une personne ! Mais heureusement la corde était moins épaisse que celle de l'occulte, elle lâcha plus rapidement. Il demanda au gars de tirer dessus très fort une dernière fois et celui-ci était libéré d'une main complètement en sang, avec des entailles partout. Il en avait mal, très mal, mais le prisonnier était libre. Le pirate lui ordonna de le libérer à son tour, ce qu'il fit immédiatement au vu des menaces du sanguinaire.

- Votre technique est très spéciale...mais je vous remer...

Avant qu'il n'eût fini sa phrase, Bakura lui avait enfoncé sa rapière dans la gorge. En le laissant tomber comme une merde sur le sol, il rétorqua :

- Tous aussi naïfs qu'inutiles. Au moins, j'ai pu apaiser ma soif de sang haha.

- ON A UN MALADE AVEC NOUS, A L'AIDE ! s'écria un autre.

- SILENCE !

Il lui flanqua une balle dans le crâne avec l'un de ses pistolets qu'il avait volé dans la cabane. Le deuxième gars était mort, les autres hoquetèrent de peur.

- Le prochain qui l'ouvre, il subira le même sort mais en pire...

Il fixa chacun des prisonniers avec une mine effrayante. Ce qui fonctionna, tous le monde se tut dans la seconde qui suivait. Après son tour d'inspection terminé, il fixa la porte devant lui, tout en métal. Les balles n'y feraient rien, et il ne voulait pas risquer d'endommager sa rapière adorée, puis un homme normal se briserait les membres si il frappait dessus. Mais lui, il n'était pas normal, il commença à frapper dessus comme un cinglé, mais la porte était plus solide qu'il n'y croyait. Il faisait un boucan du tonnerre, un garde venait d'arriver avec Sting. Rien qu'en entendant Bakura taper contre la porte, ils avaient devinés qu'il s'était libéré et faisait le foufou derrière.

- Comment il a fait...? Et n'ouvrez surtout pas cette porte, c'est ce qu'il veut. Nous allons attendre l'heure du repas des araignées, nous le contrôlerons au moment voulu, quand nous serons plus nombreux. De toute façon il ne bougera pas d'ici. En AUCUN CAS, vous n'ouvrez cette porte avant les renforts.

- Bien reçu.

- Hé blond de merde ! OUVRE ! Il frappa encore dessus.

- A plus tard Bakura-kun, je vais allez me reposer, sois sage dans ta petite cellule ~~

- RAAAAAAAAAH, OUVREUH !

Sting s'en alla, laissant le garde derrière la porte, qui allait passer de longues minutes à entendre gueuler Bakura.

- Allez stupide garde, je sais que tu m'entends, ouvre la porte !

Aucune réponse.

- Fais pas ta pute !

Toujours pas de réponse.

- Libère-moi, ou je détruis toute ta famille !

Visiblement, ce n'était pas la bonne solution.

- M'énerve...

Il tournait en rond dans la pièce, à la recherche de quoi faire sous les regards des autres prisonniers, qui n'avait jamais vu un tel spécimen. Puis il retourna vers la porte en cognant dedans, ce qui agaçait celui qui était de surveillance.

- Je suis sûr t'es un gros lard. Tu dois être mal payé, change de boulot, si tu veux je te prêterais un peu de ma richesse.

Bakura en mode négociation foireuse.

- J'ai des choses à faire, je suis pas comme toi qui branle rien de la journée. Allez, je ferais une exception, je ne te tuerais pas. C'est un bon marché nan ?

Pas de réponse, mais un toussotement de la part du garde.

- Venant de moi, tu as tout à gagner mec. Sois sympa.

Il entendit le garde soupirer.

- Si tu ne le fais pas, je vais t'arracher les ongles, te faire marcher sur du magma en fusion, te coincer l’œil dans une porte, te mordre la langue pour te la faire bouffer, te foutre un fil de fer dans le nez en le remontant jusqu'au cerveau pour te l'arracher !

Le garde tournait un peu de l’œil avec autant d'atrocité, mais malheureusement pour notre cher occulte, ça ne fonctionnait toujours pas.

- BON OUVRE MERDE ! Il frappa encore et encore en gueulant des injures, il perdait patience. Cette fois le garde prit une décision tellement il en avait ras-le-bol.

- J'EN AI MARRE, IL EST INSUPPORTABLE, C'EST LE PIRE DE TOUS ! JE VEUX SURVEILLER UNE AUTRE CELLULE !

- QUOI ?! NAN MAIS NAN, ATTENDS !

Trop tard, quelques minutes plus tard, un autre garde remplaça l'ancien. Il l'emmerda tout autant, au total, ils changèrent trois fois de gardes, le quatrième en revanche fût plus intelligent. Il mit des écouteurs et brancha sa musique pour ne plus l'entendre. Bonne technique, mais laisser Bakura sans surveillance auditive, n'était pas non plus une bonne solution.

- Ils osent m'ignorer...très bien, ils vont plus m'ignorer longtemps....

Il commença son plan diabolique, lui qui détestait être ignoré, il regarda les prisonniers de sa cellule avec un regard de psychopathe.
Pendant ce temps, au bout d'un moment le garde écoutait toujours sa musique. Il enleva un de ces écouteurs et n'entendit plus de plaintes, bizarre. Il retira l'autre écouteur et se rendit compte que c'était trop calme, beaucoup trop calme. Soudain, son pied se posa sur une matière visqueuse étrange, du sang...Le garde hoqueta, il vit que sa venait de la cellule, sans hésitation il ouvrit la porte, chose qu'il n'aurait jamais du faire. Tellement il fût dégoûté qu'il en lâcha son arme par terre dans le sang qui appartenait aux cadavres de tous les prisonniers. La pièce était un véritable cimetière, du sang partout, des têtes étaient à travers la salle, quelques membres traînaient à droite et à gauche. Bakura était au milieu de la pièce avec du sang sur le visage et sur ses mains, il avait littéralement tué tous les autres prisonniers pour s'amuser et passer le temps, mais surtout s'enfuir. Il commença à fixer le garde devant lui apeuré, il cligna lentement des yeux et s'avança doucement vers lui, et il chuchota sombrement :


- Je crois que c'est ton tour. HAHAHAHA !

- N-non -non pitié non !!!

Le pirate se rua sur le pauvre homme, lui prenant sa mâchoire supérieure qu'il arracha à mains nues. Il balança la tête dans un coin, et marcha sur le cadavre avant de sortir. Il avait pu se défouler un bon coup en tuant tous ces pauvres innocents sans défense, mais c'était moins drôle, ils n'avaient pas pu se débattre. Il lécha la rapière pleine de sang, et il la rangea dans son fourreau, puis il partit dans une direction au hasard avant que les gardes ne l'interceptent. Au bout de quelques minutes, il entendit quelqu'un approcher, il se méfia et se planqua derrière une pile de boite. Lorsque la personne se montra, il s'agissait d'Ino ! Elle avait l'air essoufflée et blessée, et murmurait des paroles inaudibles. Bakura sortit de sa cachette et alla la voir. Celle-ci eût une réaction plutôt étrange :

- AHHH ! Ne t'approche pas !

- Qu'est ce que...

Il se prit une gifle de la part d'Ino, elle faisait mal quand même, il cligna des yeux rapidement essayant de se remémorer la scène dans sa tête. Trop choqué pour l'engueuler sur le moment, Ino venait de se rendre compte d'un détail. Ce Bakura était le vrai, l'unique. Il inclina sa tête vers elle, en l'a regardant méchamment, lui faire ravaler le coup qu'il venait de se prendre, et sans aucune raison en plus ! Pour une fois, il n'avait rien fait et rien dit de mal !

- Oups...je crois que c'est le vrai celui-là...dit-elle en reculant de plus en plus.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le bon, la blonde et le psychopathe ( Cavendish, Ino and Bakura )    Mer 27 Mai - 15:17

Bon sang ! Par où était-elle allée ? Je n'aurais jamais du la laisser avec l'araignée, mais pourquoi il avait fallu que je tombe dans les pommes au mauvais moment ? Surtout que ce n'est pas la première fois qu'une chose aussi étrange m'arrive. Mais passons, j'avais des choses à faire ou plutôt à récupérer. Ma chère Ino-chan, où peux-tu être ? J'espère que tu n'es pas...non ! Impossible pas toi ! Je devais poursuivre mes recherches, mais la base est si immense. Et j'ai perdu l'autre malade mental dans la base, bon débarras, il me cassera pas les pieds comme ça. Mais plus j'avançais, plus j'avais l'impression que je tournais en rond .Cela dura des heures, j'étais épuisé de marcher n'importe où, tout en évitant les gardes, je m'assis contre un mur et je me reposais quelques petites secondes. Soudain une troupe de soldats courraient dans ma direction, je pensais qu'il m'avait repéré, mais ce n'était pas mon cas. Pourtant je suis si beau et rayonnant ! Je ne passe pas inaperçu ! Outre ce petit détails, je me planqua dans une caisse, oui une caisse. Pendant qu'ils passaient devant moi, je pu entendre une bribe de conversation :

- Il ne faut pas qu'il ne s'échappe de cette base ! Cet individu à tête blanche ne doit pas dévoiler notre secret !

« Individu à tête blanche » bizarrement l'image de la tête de Bakura me vint à l'esprit. Il avait en fait une bêtise, j'en suis sûr et certain ! Heureusement que je ne l'accompagne plus dans sa folie, sinon ça me serait retombé dessus. Une fois la troupe disparue, je repris mon chemin tranquillement en restant néanmoins très vigilant. J'observais aussi la structure de la base souterraine, qui devait daté de plusieurs années voir des siècles. Il n'avait pas fait le ménage, cela se voyait, et le fait qu'ils y font ici, un nid d'araignées, rendait l'endroit d'autant plus glauque. Mon inspection des lieux fût de courte durée, en effet j'entendis un cri non loin de moi, et cette voix était particulière parce qu'elle appartenait à INO-CHAN !

- A L'AIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIDE !

Elle était en danger je devais la sauver ! Pour la conquérir mais aussi pour ma côte de popularité auprès des citoyens ! Attention les yeux Cavendish arrive ! Je suivis le son d'où provenait la voix de ma dulcinée et ce que je vis me fit écarquiller les yeux : Il y avait un ponton en face de moi avec une passerelle qui faisait toute la zone. Je vis une blonde courir sur la passerelle, c'était Ino chan ! Mais elle avait peur, de quoi ? Dans la seconde suivante je vis Bakura entrain de la pourchasser, oh non pas lui !

- REVIENS DANSEUSE DE MES DEUX !

- J'ai dit que j'étais désolée Baku !! cria Ino en plein désespoir.

- J'en ai rien à foutre !

Je pouvais rien faire de ma position, juste la voir se faire chasser par le chasseur. Mais pas le moment de penser à quoi que se soit, je devais les rejoindre avant qu'il ne me la blesse ! Je passais par le chemin qui était juste en dessous d'eux, jusqu'à ce que j'entende un « boum ». Je crois qu'il l'a rattrapé...Je pouvais vite le savoir, un escalier menait directement à leurs étage, se trouvait un peu plus loin. La pièce dans laquelle nous nous trouvions était un peu étrange, il n'y avait que trois murs et à l'autre bout avait une barre qui retenait un endroit ouvert pour ne pas tomber à l'étage d'en dessous. Je montais rapidement et je le vis sur Ino entrain d'essayer de l'étrangler ! Du moins je vois pas ce qui pourrait faire d'autre, ce n'est qu'une supposition.

- INO-CHAAAAAAAAN JE VAIS TE SAUVER !criais-je héroïquement.

Je couru droit sur le pirate et je le poussa pour qu'il tombe sur le côté et qu'il laisse ma dulcinée en paix. Ino était surprise de me voir, grâce à moi elle était saine et sauve, mais pour combien de temps, je n'en ai aucune idée. Bakura quant à lui, me lança un regard noir et s'avança vers moi.

- Tiens boucle d'or, t'es pas encore mort ? me lança-t-il pleins de méchanceté.

- Je n'allais pas laisser Ino-chan dans tes sales pattes le pirate !

- Va te faire foutre.

- Répète ?!

Ino se mit entre nous en disant de nous calmer, la tension montait, et il faisait exprès de me provoquer, saleté !

- Pourquoi tu t'en prends à elle ? demandais-je.

- Je l'ai quelque peu giflé...MAIS c'était un accident !

Oh ! Elle l'a giflé ? Bien fait sale pirate !

- Tu parles d'un accident, c'est pas marqué ducon sur mon front !

Je soupirais, encore une de leurs disputes quotidiennes, mon regard se porta plus bas, plus précisément sur les mains de Bakura. Je reculais de dégoût, elles étaient pleine de sang. Voir trop de sang me ferait tomber dans les pommes, cet idiot avait encore tué des gens, et son sourire macabre confirmait mes pensées.

- De toute façon, je vais en finir avec cet endroit. Et si tu te mets en travers de ma route, je te tue. il disait ça bizarrement à moi.

Il se retourna et commença à partir créant une mini-bourrasque avec sa veste, je n'allais pas le laisser s'en tirer cette fois-ci, autant régler nos comptes maintenant.

- Tu n'oserais pas me tuer. Jusqu'ici je ne t'ai jamais vu très violent, tu ne tiens pas vraiment à ta réputation l'occulte !

Fier de ce que j'avais dis, je le vis s'arrêter de marcher, mais il ne se retourna pas. Ce qui m'angoissa un peu il fallait admettre.

- Qu'est ce qui te prends Caven..? Arrêtes ça tout de suite ! dit Ino-chan.

- Hahahaha, moi incapable de te tuer ? Tu ne sais pas à qui tu causes, mais j'ai mes raisons malheureusement pour ne pas t'avoir déjà tué. Mais avant tout, je dois détruire cette base, alors rentre dans ton petit château la princesse et fais toi pouponner avant que je ne m'énerve sur toi, et que je teinte la pièce de ton sang crevard.

Ses raisons ? De quoi parle-t-il ? Et je refuse catégoriquement qu'il foute le chantier avant que l'on soit partit d'ici, c'était risqué pour moi et Ino. Je sentis en moi une force incontrôlée, et je tendis Durandal vers Bakura, la pointe de mon arme frôlait son cou. Ino hoqueta d'effroi, je crois que je me suis mis dans un pétrin mais l'heure était d'arrêter ce monstre avant qu'il ne nous mettent en danger.

- Je ne te laisserais pas détruire cette base, on sort et on réfléchit à un meilleur plan. Sinon je serais dans l'obligation de t'arrêter Bakura. le menaçais-je.

- Stop Cavendish, tu ne sais pas ce que tu fais là !

- Je gère Ino, t'en fais pas. fis-je sûr de moi.

- Tu vas rien gérer du tout oui !

Bakura se retourna doucement vers moi et me regarda dans le blanc des yeux, pourquoi j'avais de plus en plus peur tout à coup ? Je devais rester fort, à vrai dire je ne connaissais pas sa véritable puissance, je sais juste qu'il a cinq millions sur sa tête, peut-être que c'était une vraie menace...Mais j'avais confiance en mes capacités, mais était-ce suffisant en fin de compte ? Je me posais les questions un poil trop tard, maintenant j'allais sans doute devoir me battre avec lui. Tout à coup, Bakura rigola comme un psychopathe et son rire résonna partout dans la pièce, ça faisait froid dans le dos. Ce mec n'est pas normal ! Mais je ne lâchais pas, ma pointe était toujours au creux de son cou et j'étais prêt à lui faire mal en cas d'attaque. Il se rapprocha de moi, et moi je reculais. Un silence de rat mort étouffait la pièce, je crois que j'ai attisé sa colère, mais il a attisé la mienne aussi.

- Eh bah alors, on a peur héhéhé ? Où est donc passé ton courage ?

- Je n'ai pas peur d'un type comme toi.  

- Pourquoi tu recules alors ? Tarlouze.

- Je...!

C'est vrai j'avais peur, mais je n'étais pas du genre à me défiler comme ça à la moindre occasion. Je vais lui montrer qu'il ne faut pas me chercher à cet albinos maudit. La danseuse nous regardait avec les mains crispées, tendues, ne sachant pas comment cette histoire allait se terminer. Le mur derrière moi se faisait de plus en plus près, tant pis il faut que je tente quelque chose, sinon je vais être coincé avec lui devant moi.  Je voulais lui donner un coup mais il esquiva d'une rapidité impressionnante, j'avais engagé le combat désormais, il se jeta sur moi d'une rage insensée et nous tombions sur le sol en nous mettant des coups de poings. Tout était parti si vite, j'entendais Ino nous supplier de nous arrêter et qu'on allait beaucoup trop loin. Mais on était pas de cet avis, une chose que je n'avais pas envisagé était la force physique de Bakura. Il était peut-être assez impressionnant avec son gabarit plus costaud que le mien, mais je ne m'imaginais pas du tout que ses coups de poings étaient si violents. J'avais pas l'impression de lui faire mal, lui en revanche c'était comme si il me donnait deux uppercuts à chaque coup. Ce qui lui donna l'avantage assez rapidement, mais je ne me laissais pas faire ! Ou j'essayais plutôt. Il était sur moi entrain de me frapper au visage mais dans un effort je réussi à le pousser pour que je puisse me dégager. J'essuyais un peu de sang qui dépassait de ma lèvre.

- Vous êtes malades ?! Arrêtez ! cria ino.

Bakura me regardait avec un drôle d'air, son regard s'intensifia tandis que le mien se décomposait au fur et à mesure. Il dégaina son épée et je dégaina Durandal qui était tombé par terre un peu plus tôt, il voulait m'affronter c'était clair maintenant. On enchaîna des coups, il avait une sacré expérience avec les armes je le sentais, mon niveau semblait si faible à côté du sien. J'avais vraiment sous-estimé Bakura, et je le regrette amèrement maintenant. Difficile à croire mais je ne suis pas de son niveau. Cavendish pourquoi as-tu voulu faire le kéké ?! Je m'en mords les doigts là ! On échangeait encore des coups, mais il saisit une opportunité qui scella notre combat. Le pirate dévia mon coup et me mit une droite en pleine face, je vola contre le mur derrière, oui ce maudit mur, et ma tête cogna fortement, ce qui me sonnait un peu. A peine j'ouvris mes yeux pour me rendre compte de la situation périlleuse dans laquelle j'étais, il était juste devant moi avec un regard de meurtrier. Il m'attrapa la gorge et serra fort et me regarda dans les yeux en murmurant très sombrement.

- Je crois que je vais te buter, j'en ai tellement envie...

Avec son petit doigt il essuya le sang qui avait un peu coulé dans mon cou, et il le mit à sa bouche, comme pour goûter. J'étais incapable de prononcer le moindre mot, la peur me gagnait, ce mec...n'est pas un humain mais il est démoniaque. Ses yeux rouges qui vous font voir le tréfonds des enfers, et son regard de psychopathe qui est votre dernière vision avant de mourir, c'est une chose que je n'avais jamais vu durant mon existence, surtout lorsqu'il est à quelques centimètres de vous. Je vis juste Ino derrière avec les mains sur la bouche, incapable elle aussi de bouger, j'ai voulu l'appeler mais aucun son ne sortit encore une fois. J'essayais de sortir de son emprise, mais c'était plutôt dur, mon regard s'affola lorsqu'il sortit un poignard du dessous de sa veste. Il...il va me tuer là ?

- Mais je vais pas te tuer comme ça...il faut que je m'amuse avant....c'est pas drôle sinon...hahaha ! il lécha ses lèvres d'impatience.

- Je suis désolé...fais ce que tu veux avec ta base, mais laisse moi repartir avec Ino...

C'était pas courant que je m'excuse comme ça, mais il était limite entrain de m'étrangler, ses ongles se plantaient dans ma chair. Tellement qu'il serrait fort, des petites coupures apparaissaient et faisaient couler un petit peu de sang, en plus la peau du cou était particulièrement fine et fragile. Il planta le poignard en plein dans mon bras, j'hurlais de douleur, jusqu'à présent je ne m'étais pas vraiment battu pour du vrai, juste des entraînements, et cette première expérience est pire que ce que je craignais...

- Tu rigoles ? T'a cru sérieusement t'en tirer comme ça ordure ? sa voix grinçait d'énervement.

- Bakura tu vas trop loin...! Ino-chan n'osait pas trop l'aborder mais essayait de le persuader de s'arrêter ce qui était inutile.

- Mets là en veilleuse toi, ou tu es la suivante sur la liste.

Il me fracassa plusieurs fois sur le mur, son poignard descendait et me faisait horriblement mal et je ne pouvais rien faire...Il était en plein processus de découpage de mon bras. Puis d'un mouvement sec et fluide il m'arracha complètement le bras, seul un bout restait. J'avais les larmes aux yeux tellement je souffrais, tout était flou autour de moi, je n'entendais plus très bien, je regardais sur le sol, et mon bras y était dans une mare de sang. Ino avait crié, et seulement à ce moment là un son sortit de ma bouche, un cri que je n'arrivais pas à stopper tellement j'avais mal. Je réussi à regarder Bakura une dernière fois, un sourire machiavélique ornait ses lèvres, il se rapprocha et me susurra à l'oreille.

- Finalement tu me gaves déjà, je vais abréger et ta mort sera plus rapide que prévu. Retiens juste ceci : On n'énerve jamais le grand Bakura Ryô.

- Enfoiré...erg...

- Crève !

Et c'est ainsi qu'il leva son poignard vers moi et me porta le coup final. J'avais presque envie de dire ouf, parce que la souffrance était bien trop grande...j'observa une dernière fois Ino-chan avant de fermer les yeux.

Note:
 

Revenir en haut Aller en bas
Ino Yamanaka

avatar

Messages : 132
Date d'inscription : 04/06/2014
Age : 20
Localisation : Opertale / Leonne
Humeur : Entrain de penser à Bakura ~

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
2/1000  (2/1000)
Expérience:
59/400  (59/400)

MessageSujet: Re: Le bon, la blonde et le psychopathe ( Cavendish, Ino and Bakura )    Dim 14 Juin - 16:35

Oh mon dieu, oh mon dieu, oh mon dieu ! Mais qu'est ce que je dois faire ?! Mais replaçons-nous dans le contexte voulez-vous ? Cavendish à provoqué Bakura et Bakura veut tuer Cavendish. C'est ce qu'il est parfaitement entrain de faire, et moi j'étais là en pleine admiration de mon chéri...bon d'accord j'admire pas du tout. Je suis juste terrifiée de voir ce qu'il fait ! Il mutile complètement le Prince, allant jusqu'à lui arracher le bras, je ne savais pas quoi faire, j'étais bloquée. Un mélange entre la peur et la curiosité de ce qu'allait faire le pirate sur sa victime.  Je l'avais prévenu mais il a pas voulu m'écouter, on ne joue pas avec le feu comme on dit si souvent. Je commençais vraiment à me rendre compte de la situation lorsque Bakura sortit son poignard pour lui donner le coup final, c'est alors que Cavendish me regarda dans les yeux avant de brusquement les fermer. BOUGE INO MAIS BOUGE ! Il va mourir si je ne fais rien ! Et moi aussi je vais mourir si je tente quoi que se soit...! Pas grave je dois sauver Cavendish bien que je ne l'appréciais pas plus que ça au début, mais il est très gentil et ne mérite pas de perdre la vie comme ça. Tout allait si vite, en une fraction de seconde je vis Bakura lever son poignard, il allait vraiment le tuer c'était certain...et là vlam ! Le poignard s'écrasa contre sa poitrine, il le fit très lentement et l'enfonça plutôt bien...quelle horreur. Je détournais les yeux de tant de violence, n'osant pas regarder le massacre et la tête de Bakura qui devait être content de ce qu'il faisait subir au Prince. Je pu entendre le corps inerte de Cavendish s'étendre sur le sol, je n'osais toujours pas regarder, jusqu'à ce que je sente un souffle proche de moi. Je me retournai pour voir qui c'était, j'ai eu la frayeur de ma vie, Bakura était devant moi et me regardait avec ses yeux envoûtants. N'arrivant pas à me détacher de ses yeux, je vis quand même derrière lui la marre de sang...oh mon dieu il l'a fait, il l'a vraiment fait. Plus le temps de dire autre chose que des gens semblaient s'approcher, sans doute à cause des nombreux bruits que l'on avaient pu produire. Bakura me prit par les cheveux et me tira avec lui. Pourquoi il m'emmène avec lui ?! Vais-je subir le même sort ? Sachez que du fond du cœur, je vous aime mes fans...NON ! Je veux pas mourir ici ! J'essayais de me débattre de son emprise, mais sa poigne était forte, si je tentais un truc j'allais m'arracher les cheveux. En plus ses doigts étaient pleins de sang, c'est dégoûtant !

- Lâche moi espèce de taré !!!

Il m'ignore en plus ! Cela lui suffisait pas de tuer un innocent, il fallait encore qu'il m'ignore moi Ino ! Mais je peux pas lui en vouloir, c'est Bakou après tout. Mais là il allait beaucoup trop loin, j'avais de la peine pour Caven', au fond je l'appréciais...Soudain, une fois qu'on était suffisamment loin de la scène de crime, il me balança contre le mur et me fixa droit dans les yeux. Je ne pouvais m'empêcher de crier :

- ça va pas dans ta tête ?! Tu l'as TUÉ, TU-É tu te rends compte...?! Il méritait pas ça...

Je sentais les larmes me piquer les yeux, le pauvre, il l'avait peut-être cherché mais quand même...Je ravalais mes larmes intérieures et je redressa mon regard vers lui. Je rêve où il est entrain de sourire ?

- Qu'il soit mort ou non j'en ai rien à foutre, il l'a mérité, il récolte ce qu'il a semé c'est tout.

- Tu lui ôté sa vie, ça t'amuse de jouer avec la vie des gens comme ça ?

- Ne commence pas à faire ta morale, tu aurais pu l'aider si tu le pouvais, mais tu n'as même pas bougé le petit doigt. Alors boucle là tu veux.

C'était vrai. Entièrement vrai. J'aurais pu le sauver, mais j'étais tétanisée. Quelle idiote...je vais m'en vouloir toute ma vie. Il commença à ricaner de ma faiblesse, grr il a de la chance d'être beau et sexy, sinon je lui en aurais voulu à mort ! Soudain il mit sa main sous mon menton et leva ma tête vers la sienne, beaucoup trop proche à mon goût, puis il déclara :

- Bon, tu vas me servir.

Je le sens pas là, déjà il tue Cavendish et maintenant il veut se servir de moi ? Dans le genre je me fais pas chier, il a le trône et la couronne d'or !

- Et te servir à quoi ? dis-je avec un peu plus de méchanceté que prévu. Il enroula son bras autour de mes épaules, je le trouve bien amical tout à coup, ce qui me fit rougir au passage. Ça doit cacher quelque chose.

- Je dois détruire cette base tu te souviens ? Et vu que les technologies ne sont pas vraiment mon point fort, tu vas m'aider. Il doit bien avoir un système d'auto-destruction de la base au cas où il y aurait un problème, il suffit juste de l'activer, et c'est là que tu entres en scène.

- Tu veux que j'active l'auto-destruction de la base ? Mais qu'est ce qui te fait croire que je sais faire ça ?

- Mon instinct me le dit héhé. murmura t-il.

Huuuum, il a pas tort, je m'en sors bien avec les technologies, il a très bon instinct...ou il a simplement dit ça au pifomètre pour que j'accepte de l'accompagner.

- Et si je refuse...? tentais-je malgré tout.

- Tu iras rejoindre Cavendish. me dit-il froidement, puis il refit son sourire macabre. Alors ?

- Je crois que je n'ai pas le choix de toute manière. MAIS ! Je veux quelque chose en échange !

- C'est moi qui fait le chantage ici ! dit-il avec une mine boudeuse, oh trop mignon !

- J'exige un bisou.

Hihi cette fois je l'aurais ! Je jetais un coup d’œil pour voir sa tête et...on dirait qu'il se retient de rire.

- Un bisou ? HAAAAAAAAAHAHAHAHA ! Sale folle, t'auras que dalle ouais, bon maintenant bouge, ou je te coupe la tête en te faisant bouffer ton cerveau.

Beurk ! Bon j'ai pas eu mon bisou, un jour peut-être je l'aurais bouhou...Le plus important était que j'étais avec mon Bakou d'amour ! Il me tapa derrière la tête pour que j'avance, et nous étions en route pour chercher le point central de la base, là où toutes les commandes des machines et des araignées se trouvait. On évitait les gardes qui étaient à notre poursuite, mais cette fois-ci je crois qu'on allait se faire avoir. Une troupe de garde s'avançait dans notre couloir et on ne pouvait pas s'échapper, enfin si mais soit on se battait avec eux soit on prenait la porte à côté de nous. Je voulais opter pour la porte, me mêler avec les gardes au risque de se faire manger n'était pas ma priorité !! Mais en connaissant Bakura, je savais parfaitement qu'il voulait tuer les gardes, mais ils étaient un peu trop nombreux, c'était risqué. Je le tira de force avec moi et on entra par la porte avant qu'ils nous repèrent. On entraient doucement dans la pièce en fermant délicatement et en restant dans le noir complet. La seule faible lueur était celle de l'anneau du millénium que portait Bakura à son cou, on restaient collés à la porte le temps que les autres passent leur chemin. Même si je sentais mon coéquipier légèrement frustré de pas pouvoir attaquer. Les pas des gardes s’éloignèrent petit à petit et on pouvait recommencer à faire du bruit.

- Pourquoi tu m'as pas laissé les flinguer ? me dit-il en grondant.

- Parce que c'était dangereux ! Comme pour toi et pour moi. On nous aurait repérés !

- Tss.

Il alluma les lumières, waouh. Un vrai laboratoire de scientifiques ! Je n'étais pas trop de ce milieu, mais en voir un si beau et si grand coupait le souffle ! Je m'approchais de toute sorte de chose, j'étais en extase complet telle une gamine hihi. J'oubliais presque tout ce qui c'était passé jusqu'à présent. Avec tout de même une petite pensée pour Cavendish qui...oh non il faut plus que j'y pense, le pire c'est que j'étais avec l'homme qui l'avait assassiné. Il fouillait un peu partout, sans doute à la recherche de quelque chose, et moi je continuais mon inspection des lieux. Des tas de microscopes y étaient installés avec des échantillons de je ne sais quoi, sans doute des tests expérimentales sur les araignées de la base. Pour les rendre plus forte ? Plus résistante ? Plus carnassière ? Tant de questions sans réponses malheureusement.

- Pourquoi ils ont tout laissés en plan ? je demandais à Bakura.

- J'ai une tête à le savoir ? répondit l'occulte en grognant toujours la tête dans les caisses.

Je soupira profondément pour me calmer, on peut pas lui parler à celui-là. Mon regard tomba sur une carte posée sur la table, hum qu'est-ce donc ? Je la déplia et je vis que c'était une carte entière de la base souterraine de Leonne !! Elle est immense à première vue !!

- Waouh !

- Arrêtes de t'extasier sur une vulgaire table, ça devient pitoyable à ce niveau là.

- Je m'extasie pas sur une table, mais sur la carte du souterrain. dis-je indignée en mettant mes mains sur mes hanches.

Ni une ni deux, il s'approcha de moi à toute vitesse non sans me bousculer bien sûr, je crois que j'ai trouvé ce qu'il cherchait depuis un moment. C'est vrai qu'on a besoin de la carte si on veut trouver la salle principale, mais où peut-elle être sur la carte ? Ah je crois l'avoir trouvé. Elle est tout bonnement au centre de la base, on était plutôt proche à première vue, bonne nouvelle !! Bakura poussa la carte vers moi et m'ordonna de le conduire à la salle principale, étrange qu'il ne passe pas devant...? Je crois qu'il a sincèrement un problème avec les cartes, je devrais peut-être lui apprendre un jour...Puis il disparut à l'arrière de la pièce vers un petit placard, quant à moi je regardais encore tout autour.

- C'est vraiment étrange qu'ils n'y aient personne dans ce labo...marmonnais-je.

- HAHAHA ! C'est génial ! cria Bakura.

Qu'est ce qu'il a vu encore ? Bizarrement j'avais peur pour ma vie et celle des autres. Je m'approchais et on vit une petite boite avec quelques grenades à l'intérieur. OH N-O-N !

- Non non non non non !!! Tu ne prends pas ça Kura !!!

- Bien sûr que si héhéhé.

- Tu vas tous nous tuer avec ça !!

Il souleva une grenade qui était dans la boîte et il rigola comme un psychopathe, son rire faisait très peur mais ça faisait son charme.

- Nous avons la carte, des armes et maintenant, cerise sur le couscous, des grenades hahahaha !

- On dit sur le gâteau Bakura.

- Hum ?

- On dit cerise sur le gâteau, et pas sur le couscous.

- N'importe quoi, c'est sur le couscous. renchérit-il visiblement sûr de lui.

Il ose me contredire sur ça en plus !! J'ai pas raison, c'est bien sur le gâteau rassurez-moi ?! Non mais quel têtu quand il s'y met. Bref, je ne me battrais pas avec lui sur ce terrain, quand il a une quelque chose en tête il ne change pas d'avis. Il accrocha quelques grenades à sa ceinture, et moi je vis un squelette derrière, quelques morceaux de chair restaient et le squelette en question, avait une blouse déchirée. Mon dieu mais cet homme avait du se faire manger...! Dans le fond il y avait peut-être d'autres cadavres...? On pouvait penser que c'était les scientifiques qui travaillaient dans ce labo. Quelle horreur...

- T'as vu ce cadavre, c'est répugnant...c'est une araignée qui a fait ça ? je lui demandais.

- Je me disais bien que j'avais ressenti un truc pas net dans cette foutue pièce.  

De quoi parle t-il ? Je le vis en face de moi, pendant un instant je pensais qu'il me regardait moi, parce que je suis trop jolie, mais en réalité il regardait derrière moi. Je voulais me retourner pour voir ce qu'il y avait de si intéressant mais il m'en empêcha, et me chuchota:

- Ne bouge surtout pas.

Pourquoi j'ai peur tout à coup ?? Il y avait des bruits bizarres derrière moi, comme si une bestiole...oh non pas ça. J'inclinais ma tête doucement pour voir si c'était une araignée, et oui s'en était une !! De la taille de deux grosses mains,ça devait être une sauteuse avec ses pattes velues, mon dieu qu'elle est répugnante. Elle reniflait un produit entreposé sur la table, si elle nous voit on est fichu. Pourtant on est suffisamment grand pour qu'elle nous repère ?

- Ces merdes, se base sur le mouvement pour chasser. me dit Bakura comme si il avait lu dans mes pensées.

- Comment tu sais ça toi..? J'avais trop peur >w<

- Simple observation. Il ricana et sortit tout doucement de sa poche son pistolet. Il comptait quand même pas lui tirer dessus ?! Il se sert de mon épaule comme accoudoir, puis il tira plusieurs fois dessus. Elle tomba de l'autre côté en gémissant.

- Tu crois qu'elle est morte ?

Il ne me répondit pas et alla directement voir le cadavre de l'araignée, il marcha dessus pour l'achever car elle n'était pas tout à fait morte encore. Pendant qu'il finissait de martyriser la pauvre bête, une autre était au plafond. Elle semblait prête à bondir sur sa proie, manque de peau je l'ai vu hihi.

- ATTENTION !!!

Je balançais le microscope, qui avait faillit atterrir sur mon pauvre chéri, et l'araignée chuta sur le sol écrasé par le gros microscope. Il tira dessus pour la finir une bonne fois pour toute. Bon sang il y en a partout !! Je m'avança vers Bakura ;

- On devrait s'en aller avant de...AHHHHHHHHHHHHHH !!

Une maudite araignée dissimulée dans la pièce, venait de me mordre à la cheville. Qu'est ce que ça faisait mal, j'avais l'impression que ma cheville brûlait, elle restait scotchée à moi cette saleté. Je finis par tomber par terre,  cette chose me grimpait dessus. Je gesticulais pour m'en débarrasser tout en criant, ne voulant pas finir comme les scientifiques du labo !!  Soudain je vis Bakura juste au dessus moi et il donna un coup de pied à l'araignée, comme un vulgaire ballon de foot. L'araignée se prit une table et roula un peu plus loin, une mini bataille opposant Bakura et une araignée mutante débuta. J'entendais des coups de feu et des gémissements bestiales. Je rampais derrière une table pour être en sécurité. Puis il n'y avait plus de bruits, il l'avait eu ?? Je sursauta quand le pirate s'approche de moi. Je me tenais la jambe, je la sentais s'enflée. Elle était toute bleue et la morsure ressortait en rouge sang. Il s'agenouilla devant moi, j'étais assise contre un mur et en suffocant un peu de la douleur. Il me regarda, je me demandais bien ce qu'on allait faire maintenant. >w<

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le bon, la blonde et le psychopathe ( Cavendish, Ino and Bakura )    

Revenir en haut Aller en bas
 
Le bon, la blonde et le psychopathe ( Cavendish, Ino and Bakura )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Arrivée d'un Seigneur ébouriffé et d'une blonde Dame
» [Quête] Tueur psychopathe à Delirium City
» Une boucle blonde et une paire de lunettes
» Oxanna Prescott • tales of a curious blonde woman
» Jean-Claude Duvalier: L’autopsie d’un psychopathe en liberté, par Guerby Dujour.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: All Blues :: East Blue :: Leonne-
Sauter vers: