PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le bon, la blonde et le psychopathe ( Cavendish, Ino and Bakura )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Bakura Ryô

avatar

Messages : 123
Date d'inscription : 25/03/2014
Age : 18
Localisation : Quelque part dans les ténèbres ~
Humeur : Sadique

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
8/1000  (8/1000)
Expérience:
367/400  (367/400)

MessageSujet: Re: Le bon, la blonde et le psychopathe ( Cavendish, Ino and Bakura )    Mar 23 Juin - 17:32

Après avoir tué atrocement les araignées présentes dans la pièce, le calme était de retour. Du moins presque. Quelques gémissement venant d'Ino, adossée contre un mur, parce qu'elle venait de se faire mordre par une des sales bestioles. Sa cheville enflait à vue d’œil, avec une belle morsure visible sur celle-ci, elle avait l'air de souffrir, ça se lisait sur son visage. Bakura se dirigea vers elle avant d'avoir vérifié toute la pièce si un danger potentiel était là. Il s'agenouilla à côté d'elle et fixa la jambe de la danseuse. Il appuya dessus et la blonde gémit, même en touchant ça lui faisait mal, ce n'était pas une morsure ordinaire. Il tira la conclusion suivante :

- Faut couper ta jambe.

Il commença à dégainer un poignard en se léchant les lèvres, prêt à faire ce qu'il venait de dire.

- NON !! MAIS CA VA PAS DANS TA TÊTE ??

Elle gesticula dans tous les sens, visiblement pas en accord avec ce que venait de dire l'occulte. Le pirate l'arrêta en la regardant droit dans les yeux avec un léger sourire narquois.

- Très bien, soit je te coupe ta jambe et tu restes en vie, soit je te la laisse et tu crèveras toute seule comme une faible mortelle. J'avoue préférer la deuxième option mais comme j'ai besoin de toi...c'est toi qui voit Ino héhé.

- Tu peux pas me faire ça ! Si je n'ai plus de jambe...je...je ne pourrais plus danser...et mon rêve s'écroulera. dit-elle en baissant les yeux. Bakura s'arrêta de sourire et la regarda de manière totalement neutre, la danseuses semblait être au bord des larmes, la danse devait être tout pour elle, et puis avec la mort de Cavendish sous ses yeux, l'émotion était au rendez-vous. Bien sûr, tout cela n'affectait pas le pirate, lui qui se réjouissait de voir les gens souffrir et mourir comme de simples déchets. Il poussa un profond soupir et prit subitement la danseuse comme un sac à patate. Surprise par ce soudain mouvement, Ino se demanda ce qu'il allait bien faire désormais, l'albinos sortit de la pièce non sans faire cogner Ino contre la porte, on se demande si il l'a fait exprès...

- Mais...mais qu'est-ce que tu fais ? Pose moi par terre ! fit-elle en bougeant sur l'épaule de l'occulte tout en rougissant de plus belle, mais dès que celle-ci faisait un mouvement trop brusque, Bakura plantait ses ongles dans son dos. AIE !

- Plus tu ouvriras ta gueule, plus je te ferais mal. Si j'étais toi, je me tairais bien sagement.

Ino coopéra plutôt facilement, à vrai dire elle n'avait pas trop le choix devant Bakura qui imposait ses règles. Pire qu'un dictateur dans l'âme, il poursuivit son chemin, les jambes d'Ino étant proches de sa tête, il voyait l'évolution de la blessure. Et mauvaise chose car elle prenait de l'ampleur, là où elle c'était fait mordre, c'était devenu tout bleu. Elle commença à se propager arrivant presque au genou de la blonde.

* Putain, il faut vite que je trouve un antidote pour soigner sa jambe, sinon elle va crever avant que j'ai pu atteindre mon objectif...Minute. Mais oui la salle des antidotes ! *

Il se rappela qu'au tout début, il était entré dans une salle créant des antidotes, sa solution se trouvait justement là-bas ! Mais par où était-il passé pour y aller ? La base était si grande et grouillé de gardes et d'araignées de surveillance. D'ailleurs il arriva à esquiver quelques gardes et une araignée. C'était plutôt difficile en temps normal, mais avec une souffrante sur le dos, c'était encore pire. Soudain il se rappela qu'Ino possédait la carte de la base qu'ils avaient trouvés dans le labo un peu plus tôt. Mais regarder une carte en plein milieu d'un couloir était risqué. Et Ino se crispait de plus en plus, puis il remarqua une porte avec le symbole " WC ", il rentra directement et posa doucement la jeune fille sur l'un des nombreux lavabos. Celle-ci haletait, elle était fiévreuse, et toute pâle. Merde, pensa Bakura. Avant toute chose, il vérifia que les toilettes étaient bien vide, même si l'endroit était désert, il était plus prudent d'inspecter les lieux. Il défonça chacune des portes les unes après les autres. Jusqu'à tomber sur une porte verrouillée. Le petit chanceux qui était au toilette allait passer un sale quart d'heure. Il s'accroupit et regarda en dessous, il y avait bien quelqu'un. Sourire aux lèvres, il attrapa les jambes de l'innocente personne et il le tira violemment. L'homme surpris se fit tirer par dessous la porte, se prenant celle-ci au passage. L'homme apeuré regarda Bakura qui l'observait tranquillement, ne sachant pas tout à fait ce qu'il allait de faire de lui.

- Cooooooooooomme c'est fâcheux, te déranger dans un moment si privé...comme je suis abominable.

Il ricana et la personne tenta de s'enfuir mais l'occulte lui marcha à l'endroit très délicat des garçons, mettant tout son poids dessus. La personne hurla, ce qui devait sans doute faire un mal de chien, car en plus le bas du corps n'était pas habillé vu qu'il était " normalement " au toilette. Le pirate avait sa main occupé avec son poignard, il jouait avec devant lui, puis de son autre main, Bakura lui tendit la carte de la base :

- Indique moi là où se trouve la labo des antidotes et je laisserais tes bijoux de famille tranquille. En revanche si tu ne coopères pas, tu peux dire adieu à ta vie, saloperie de mortel.

- I-ici...par pitié...

Bakura écrasa encore plus son sexe avec son pied, jouant avec sa pauvre victime.

- Où ça ? J'ai pas vu...

- Ici...fit-il en désignant le même endroit une seconde fois.

Trouvant sa victime ennuyeuse, il arrêta déjà de jouer avec et jeta un coup d’œil à Ino, se rappelant soudainement qu'elle était malade. Il reprit sa carte et planta sa rapière dans l'endroit très sensible du garçon pour éviter qu'il ne s'en aille, il cria de douleur, et l'occulte rejoignit Ino. Celle-ci était toujours sur son lavabo comme une sorte de transe, elle était très mal, elle donna un petit regard à Bakura qui posa la carte dans sa frêle main.

- Je reviens, j'en ai pour quelques minutes. murmura t-il.

Il repartit voir la personne sur le sol, qui était elle aussi au plus mal, Ino ferma les yeux ne voulant pas voir le massacre qu'allait faire son " chéri ". Bakura retira sa rapière, et murmura sombrement :

- T'as de la chance, je suis plutôt pressé, tu auras une mort un peu plus rapide.

Il lui donna un coup de pied dans les tempes, puis il le prit par le col et l'amena vers le lavabo. Il prit la tête de l'homme et l'envoya directement sur le robinet en fer, il frappa plusieurs fois de suite, mais l'homme n'avait pas vraiment d'esprit combatif, son nez pissait le sang, c'était très ennuyeux. Le pirate fit la moue, visiblement déçu d'une victime aussi pathétique.

- Bon, j'en ai marre de toi.

Il traîna la personne jusqu'à l'opposé et mit sa tête dans les chiottes en refermant la lunette sur la tête du gars. Puis avec sa rapière il coupa net la tête de sa victime qui tomba dans la cuvette. Il tira la chasse d'eau et laissa en plan le cadavre à moitié dans les toilettes. Il rigola comme un fou et rejoignit Ino toujours à la même place, le regard vide et perdue. Lorsqu'il s'approcha d'elle lui fit un petit sourire.

- Je sais où est le labo qu'on cherche, tu crois que t'arriveras à tenir jusque là ? De toute façon t'as intérêt Tss.

- Je pense...mais je me sens toute bizarre Kura...mais me coupe pas ma jambe je t'en supplie !

- Je vais pas la couper ta foutue jambe. Grogna Bakura. De toute façon ça ne sert plus à rien, le venin a du se propager dans tout ton corps.

- Qu'est ce que tu fais ? demanda doucement Ino en voyant le pirate déchirer un bout de son tee shirt.

- Faire en sorte que tu ne crèves pas bêtement sur le chemin idiote. Et ne t'avises pas de critiquer ce que je fais, je suis pas doué dans ce domaine car je tue les gens, je ne les sauve pas. Renchérit-il.

Il prit le morceau de tissu et le mit sous de l'eau froide, qu'il posa ensuite sur le front d'Ino. Elle poussa un soupir de contentement, apparemment cela lui faisait un bien fou ! Une fois qu'Ino gardait avec sa main le tissu sur son front, Bakura examina de plus près la blessure, il remarqua qu'il y avait encore les crochets de l'araignée incrustée dans la jambe. Il fallait les enlever, sinon même l'antidote ne fonctionnerait pas. Les enlever risquait de faire mal, mais il devait le faire si il voulait la sauver pour l'utiliser ensuite en bon connard. Elle souffrait rien que d'y frôler, alors toucher complètement à l'intérieur, ça allait être plus compliqué que prévu. Surtout que Bakura n'était pas le plus délicat sur terre, surtout avec un poignard dans les mains. L'occulte l'alerta de la situation et la danseuse prit son courage à deux mains et acquiesça, laissant Bakura faire le chirurgien. Dès qu'il posa la main sur la jambe elle remua légèrement.

- Je vais enlever le premier, t'es prête ?

- Mmm non...?

D'un seul coup il planta son poignard pour enlever le premier crochet, Ino hurla de douleur voulant s'en aller des griffes de Bakura, mais il la retenait du mieux qu'il pouvait.

- ARRÊTES CA FAIT MAL !!

- Cesse de geindre ! Espèce de chochotte va !

Tel un enfoiré, il l'enfonçait même dans cette situation, il n'avait aucune compassion pour la pauvre Ino. Puis le calvaire s'arrêta, il avait retirer les deux crochets d'un coup, la cheville d'Ino était en sang, mais au moins ils étaient enlevés. Quelques faibles larmes de douleur s'échappèrent de ses yeux, sous le regard content du pirate albinos. Il mourrait d'envie de lécher tout ce sang, mais il risquait de se faire contaminer aussi malheureusement, il lava son poignard et la jambe d'Ino à contre cœur. Il mit le bout du Tee shirt comme bandage de premier secours.

- Ne...refais...plus...jamais...un...truc...pareil...s'exclama difficilement la danseuse encore sous le choc d'une telle violence.

L'occulte se contenta de son habituel sourire provocateur, mais l'heure n'était plus à la chirurgie, mais d'aller chercher l'antidote. L'anneau se mit à trembler, il allait guider son possesseur jusque là-bas, il rangea la carte et son poignard et prit Ino dans ses bras comme une mariée. En temps normal, elle serait tellement contente d'être prise comme ça, mais elle était tellement mal qu'elle ne le remarquait même pas. Et temps mieux pour Bakura, sa fierté venait d'en prendre un coup sévère là. Il sortit des toilettes avec la blessée, regardant chaque recoin pour ne pas se faire repérer. Si il se faisait repérer, le plan serait un échec.

- Anneau Millénaire...guide moi.

Il se concentra et les aiguilles pointèrent une direction, qu'il suivit à la trace. Mais il du s'arrêter, car deux grosses araignées se trouvaient dans le même couloir, avec un garde, sûrement leur dresseur. Il s'accroupit derrière une grosse caisse, toujours avec Ino dans les bras à moitié consciente. Il entendait les pas légers mais qui résonnaient lourds des araignées s'approchant peu à peu de sa cachette, l'un d'elles étaient toute proche, Bakura grinça, il pensait se faire surprendre lorsque le dresseur appela son araignée pour partir dans une autre direction. Il poussa un beau soupir de soulagement.

- Hahaha ! Qu'elles sont connes !

Il sentit de la bave visqueuse qui tombait en gouttelettes sur sa veste fétiche en plus, il regarda doucement d'où provenait ce liquide visqueux, ça venait du plafond ! Avant de voir une des grosses araignées qui l'observait depuis son perchoir, avec une grosse envie de manger l'albinos et sa coéquipière. Il regrettait instantanément ce qu'il venait de dire, il ne l'avait même pas remarqué, plutôt surprenant de sa part. Ni une ni deux, il se dépêcha de courir pour échapper à la bestiole affamée, il l'aurait bien combattu mais avec Ino dans les bras, c'était pas possible. Et le couloir était plutôt étroit, ça aurait donné l'avantage à l'arachnide. Il resta concentré, l'anneau lui donnait toujours la direction à prendre, tout en évitant les projectiles que la mutante balançait. Heureusement pour lui, le labo n'était pas extrêmement loin de sa position, il arriva à le trouver rapidement, surtout avec l'aide de l'anneau, sinon avec la carte il chercherait encore le lendemain ~
Il vit enfin la porte avec le symbole d'une fiole, c'était le labo qu'il cherchait ! Il courra comme un déjanté jusqu'à la porte et la referma aussitôt, l'araignée se prit la porte en métal et chercha à la détruire. Visiblement, les portes étaient conçu pour pas que les mutantes ne les détruisent.


* Pour une fois qu'ils font quelque chose d'intelligent dans cette base à la con, tch. *

Il regarda la pièce, les hommes qu'ils avaient tués plus tôt dans la journée avait disparu. Ils avaient déjà fait le ménage, de nouveaux scientifiques étaient ici, tous regardait le pirate avec de gros yeux. Il posa rapidement Ino sur le sol et dégaina ses pistolets, tuant tous les gens du labo, pas le temps de les torturer! - Ils allaient encore devoir faire le ménage ~ - Il déposa Ino sur une des tables et tenta de la réveiller :

- Ohé, meurt pas débile blonde ! Dit-il en voyant qu'elle ne bougeait pas. Il la secoua dans tous les sens et remarqua qu'elle bougeait un peu, il devait faire vite. L'antidote devait être ici logiquement. Il fouilla dans tous les placards, meubles, vitrines, jusqu'à trouver un congélateur. Il l'ouvrit et des fioles étaient dedans, Bingo ! Il en prit une et se dirigea vers la souffrante, il passa sa main sous la nuque de celle-ci, arrachant le bouchon de la fiole avec ses dents et il lui fit boire le contenu. Il allait devoir attendre, pendant qu'Ino buvait sagement il fixa la porte, l'araignée était parti, étonnant que des gardes n'avait pas remarqué tout ce boucan, a moins qu'ils ne préparaient un plan d'attaque pour emprisonner les deux fugitifs. Ne préférant pas rester devant la porte, au risque de se faire prendre, il emporta Ino avec lui au fond de la pièce, là où il s'assit dans un coin avec Ino reposant sur lui, son pistolet chargé et sortit en attendant qu'elle se réveille.

Revenir en haut Aller en bas
Ino Yamanaka

avatar

Messages : 132
Date d'inscription : 04/06/2014
Age : 20
Localisation : Opertale / Leonne
Humeur : Entrain de penser à Bakura ~

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
2/1000  (2/1000)
Expérience:
59/400  (59/400)

MessageSujet: Re: Le bon, la blonde et le psychopathe ( Cavendish, Ino and Bakura )    Mer 11 Nov - 14:36

Pardon du retard XD J'espère que vous aimerez ^_^:
 

Oh ma tête...qu'est-ce-qui s'est donc passé ? Je me sentais si bien, je ne sais pas où je suis ni comment, mais dans mon rêve j'étais si bien...Je ne voulais pas ouvrir mes yeux, j'avais l'impression d'être dans les bras de quelqu'un, ma tête était posé sur quelque chose de dur mais tout autant confortable. J'ouvris petit à petit mes yeux, la première chose que je vis fût un bras, oui voilà un bras. Un oeil puis le deuxième, je sortais de ma transe ne sachant pas du tout où j'étais et comment.  Je releva doucement ma tête jusqu'à voir une araignée,  sur le coup je n'avais pas vu qu'elle était morte et donc inoffensive...

- AHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH ! Criais-je en me relevant de façon brutale.

Mais je percuta quelque chose, ou plutôt quelqu'un. Quel est l'imbécile qui...oh !

- Rah ! Fais attention bon sang ! S'énerva mon occulte préféré.

Je venais de me cogner contre sa tête, je me massa l'arrière du crâne avant de le regarder avec un sourire montrant ma joie de le voir. Je l'observa quelques instants, il semblait fatigué à vue d’œil, que lui ai-t-il arrivé ?? Et surtout qu'est ce que je faisais sur lui...?

- Pardon je ne t'avais pas vu.

- Tss, la belle cendrillon a enfin décidé de se réveiller ?

- Comment ça ? demandais-je perplexe ne comprenant rien du tout.

- Tu ne te souviens pas ?

- Mais me souvenir de quoi ?

- Ohhh ma pauvre chérie déclara-t-il en mettant sa main sur son cœur pour rendre l'instant encore plus tragique, mais surtout ironique. Tu ne te souviens pas t'être fait mordre par une riquiqui araignée ? Quelle tragédie.

- Arrête de te foutre de moi ! fis-je agacée.  

- Mais j'aime ça héhé. Dit-il limite en me poussant loin de lui.

Je détourna mon regard de lui avant qu'il ne se lèche les lèvres, pfff. Bon ce n'est pas tout ça, mais où suis-je ? Il a du faire des bêtises pendant que j'étais dans le coma, un instant. Si je m'étais vraiment fait mordre, j'aurai dû être malade voire mourir et ne pas me réveiller. Mais ce n'est pas le cas ici, je me sens parfaitement bien même ! M'aurais-t-il...?? Je tourne la tête doucement vers lui, m'aurait-t-il vraiment sauvée ? Moi la chieuse de service comme il adorait m'appeler ?? Pas croyable...Je remarquai que je ne faisais que de le fixer depuis tout à l'heure, il finit par le remarquer.

- T'as un problème ? dit-il durement.

- Oh euh...je voulais te demander un truc.

- Hum ?

- Est-ce que c'est toi qui m'a sauvé ? Je ne me souviens pas de ce qui s'est produit.

Il fronça les sourcils, ahhh c'est pas bon quand il fait ça ! Il me dévisagea quelques instants et détourna le regard en croisant ses bras.


- Tch, ouais. Mais j'étais obligé quelque part, enfin tu vois quoi.

Yay! C'était la réponse que je voulais entendre ! Cela me rendait folle de joie, mon cœur battait vite. Je me levais rapidement et courra limite dans ses bras, je lui murmurais de manière séduisante :

- Marchi Baku d'amour ♥

Il grogna et me fit dégager loin de lui. Monsieur est de mauvaise humeur j'ai l'impression, mais passons, il semblait décider à quitter cette pièce. Il m'avait raconté très brièvement ce qui m'étais arrivée, je suis contente il s'est occupée de moi! Il me fit sortir de ma rêverie ;

- Maintenant que tu es réveillée et redevenue une chieuse de service, tu vas pouvoir m'aider à terminer ce que je veux terminer. Mais avant toute chose, prends ceci.

Il me tendit un pistolet, c'était l'un de ceux qu'il avait volé dans la cabane qu'on avait emprunté. J'hésitais vraiment à le prendre...

- Pourquoi me donnes-tu ça ?

- Idiote, pour tuer évidemment.

- Je ne sais pas m'en servir. renchéris-je. En réalité je sais très bien m'en servir, je ne voulais juste pas à avoir l'utiliser.

- Menteuse. Je hais les menteuses alors tu prends ça et v.i.t.e.

Effrayée je pris l'arme dans mes mains et je le rangea sous ma jupe à l'abri. Juste avant de sortir de notre cachette, Bakura me dicta quelques instructions.

- Primo, si je t'ai donné cette arme, c'est pour te défendre, car j'en ai ras les nouilles de devoir te secourir. Secundo, les gardes me cherchent avec leurs bestioles, ils savent que nous sommes dans le secteur alors il faut partir d'ici le plus loin possible. Alors tu me suis et aucun faux pas, pigé ?

J'hochais la tête faiblement, avalant chacune de ses paroles comme un délicieux plat. En même temps avec une telle voix sexy, qui m’envoûte à chaque fois, impossible de résister! Nous sortions discrètement de la salle avant de retourner dans les sombres couloirs, vivement qu'on s'en aille de cette île parce qu'elle est flippante >w<"
Heureusement j'ai gardé la carte que j'avais prise dans un labo, et contre toute attente on était plus si loin de notre but ! Enfin, le but de Bakura. Je ne suis qu'un pion qui le suit partout dans cette histoire. Mais bon, tant que je suis avec lui et qu'il me protège ça ne me dérange pas plus que ça. Nous marchions silencieusement dans le couloir, essayant de ne pas nous faire repérer. Sauf que cette paix ne dura pas, quelques gardes s'approchèrent de nous :


- Les voilà ! Arrêtez-les !

Oh non ! Les ennuis recommencent, ne sachant pas quoi faire, je me cachais derrière Bakura qui lui semblait tout à fait prêt à attaquer nos poursuivants. Son sourire de psychopathe aux lèvres, il se dirigeait droit vers les gardes qui se ruèrent vers lui avec leurs armes. Sans doute des armes paralysantes ou soporifiques, servant habituellement pour les araignées. Bakura s'arrêta net et tira précisément à droite et à gauche. Je me demandais pourquoi il faisait ça, jusqu'à ce que je vois que les tuyeaux dans laquelle il avait tiré, se percent. La vapeur sortant de ceux-ci, formait une couche de fumée rendait la vision plus difficile. C'est durant ce genre de moment que mon pirate faisait des carnages monstrueux. Il se remit à courir vers les gardes qui mettaient leurs mains au niveau des yeux pour se protéger de la vapeur sortant fortement des tuyeaux. Je ne voyais pas la scène mais les gémissement venant des gardes m'indiquait qu'ils souffraient, beaucoup. Un d'eux avait sa tête par terre qui roulait comme une boule, quelle horreur. Après son mini carnage terminée, j'ai l'habitude maintenant, nous reprenions notre route. Bientôt les choses se compliquèrent, grâce à une petite fenêtre, nous pouvions voir à quoi ressemblait la salle principale. Elle était immense et parsemé de machines en tout genre, ce fut presque un monde futuriste. Il y avait pleins de gens, des araignées et les otages! Mais surtout, la salle de contrôle se situait un peu plus en hauteur, c'est ce que Bakura regardait en priorité. Problème, c'est comment faire pour arriver là-bas ?? La salle est remplit de gardes armés.

- Qu'est ce qu'on fait maintenant ? demandais-je.

- On bute tous le monde.

Il dit ça sérieusement en plus ! Il se leva et continua son chemin, il était vraiment déterminé à tuer tous le monde. Mais ils étaient trop nombreux pour lui ! Je ne connais certes pas toute la puissance de Bakura, mais c'était beaucoup trop pour une seule personne. Même un type de sa trempe. Je soufflais, y aller tête baissée ne servirait à rien. Réfléchit Ino, trouve une solution...Je regardais au-dessus de moi et je vis une bouche d'aération, et celle-ci semblait partir vers la salle des contrôles. Mais c'était à vérifier. Si on passe dedans et qu'on suit le tuyeau, il nous amènera directement là-bas! Je fis part de mon plan à Bakura, lui expliquant chaque détails.

- Il est con ton plan, on bute personne. fit-il déçut de ne pas faire de massacre.

- Il n'y a pas que les meurtres dans la vie! T'as pas autre chose en tête que le sang et l'horreur ?

- Pfff.

Quel cas celui-là! Bon, malgré son mécontentement c'était la seule option, il finit par me porter sur ses épaules et grâce à la hauteur que je prenais, je pus ouvrir la bouche d'aération pour m'y glisser à l'intérieur. la vache c'est étroit à l'intérieur! On a de la chance de pas être gros ! J'entendis marmonner Bakura derrière moi de l'inutiité de ce plan, et le fait que cet endroit soit si cloitré ne rendait pas la traversée facile. On rampait comme des limaces, en essayant de faire le moins de bruit possible car chaque mouvement un peu trop fort pouvait signaler notre présence aux gardes en dessous de nous. Mais avec l'occulte qui me stressait derrière, c'était franchement pas évident ! Toute personne claustrophobe serait morte dans ce tunnel. Soudain en dessous de nous se trouvait des vitres, on pouvait voir ce qui s'y cachait, bientôt on se trouverait au-dessus de la salle qui nous relierait à la salle des machines, on avait passé le plus gros morceau, maintenant il s'agissait de ne plus se faire répérer. Et je doutais de cet objectif. Tout c'était bien passé, jusqu'à ce que je m'arrête brusquement car j'avais vu un garde passer non loin de notre position, il avait faillit me répérer, moi une blonde coincée dans le tuyeau ! Seulement, Bakura étant trop près de moi, m'étais rentré dans les fesses...

- T'arrêtes pas comme ça !

- Il m'a touché les fesses...fis-je en transe, perdue dans des pensées érotiques.

- Ino ! grogna-t-il.

- Hein ?  oui quoi ?

- Bouge ton cul de là !


- Oh pardon!

N'ait pas de pensées salaces maintenant Ino, noooon ! Heureusement le garde n'avait rien entendu, il était bien trop loin désormais. Pour l'instant on était sauvés, soudain un drôle de bruit nous sortit de ce silence éternel...

Bulupbulupbulup...


- C'est quoi cette merde encore ?!

Euh..oh non mon escargophone ! Je l'ai prit avec moi comme une bécasse en pensant que se serait utile! Bien au contraire, cette chose va nous faire repérér, enfin l'escargophone en lui-même n'est pas si bruyant mais avec les tuyeaux cela fait résonner les ondes et surtout les plaintes de Bakura qui n'était pas le pro de la discrétion...

- C'est mon escargophone....oh c'est peut-être ma maman ??

- On s'en fout ! Eteint-le ou je te le fais bouffer !

- Oui minute papillon...!!!

Bon sang, où-est-il ?? Ah trouvé ! Je l'éteignis rapidement, et poussa un soupir de satisfaction, qui se termina aussi vite qu'il était apparut. Puisqu'en bas se trouvait deux gardes nous dévisageant, ils arrivaient à nous voir depuis la paroie vitrée:

- Ah bah voilà ! Stupide femme bruyante !

- Comment ça stupide femme bruyante ?! C'est toi le gueulard ici espèce de goujat !

- Moi un gueulard ?! Cette mauvaise foi !

- Mais c'est toi la mauvaise foi ici !!

Les gardes en dessous de nous, nous dévisageaient étrangement en nous entendant crier dans les tuyaux. Ils avaient l'impression de regarder une vielle dispute de couple. Le gars leva un doigt et essaya d'attirer notre attention.

- Mm excusez-moi...?

Personne ne l'écoutait.

- T'es qu'un psychopathe égoiste de toute façon ! Ne pensant qu'à toi-même !!

- ET TOI T'AS MERE T'AS RATE A LA NAISSANCE !  

- PARDON ?! grondais-je.

- EXCUSEZ-MOI ?

- QUOI/ QUOI ?!

- Ah euh..en fait...

- TA GUEULE/ TA GUEULE !

C'était dit ça.

- Bon j'en étais où ? Ah oui donc je disais...

- Je ne peux pas te pardonner une telle insulte !

- C'est pas une insulte mais la vérité ! Blonde inutile.

- TAIS TOI AVEC TES VIEUX CHEVEUX BLANCS !

- T'AS UN PROBLEME AVEC MES CHEVEUX ?!

- NON AUCUN !

- SI !

Les gardes ayant marre de nous crièrent :

- ILS SONT Là FEUU !

Ils dégainèrent leurs armes et tiraient sur nous, qu'est-ce qu'on fait maintenant ?! J'étais en total panique!! A cause de notre dispute de gamin, on avait pas fait attention autour de nous. Bakura me poussa devant pour qu'on évite les balles et me fit sortir de ma panique interne. C'est vrai pourquoi je panique ? Je suis avec lui, il a sûrement un plan en tête pour nous sortir de là. J'espèrais juste qu'il n'y aurait pas de blessé dans notre côté! L'occulte frappa dans une trappe au dessus de nous et me fit sortir tout en évitant les balles qui transperçaient les tuyeaux pour essayer de nous toucher. Maintenant on était encore plus en hauteur, mais pas plus en sécurite, les gardes affluaient vers nous pour essayer de nous avoir! Je remarquai même Sting et cette peste d'Alizée qui nous scrutait de loin derrière des vitres.

- Bakura qu'est-ce-qu'on fait maintenant ? lui demandais-je.

Il ne répondit pas toute suite, mais il analysa son environnement précisément. Soudain il me prit dans ses bras et il sauta dans le vide. Il atterit avec moi derrière des machines, j'avais criée à ce moment-là, lui demandant c'était quoi son problème?! Mais avec du recul je me rendis compte que les gardes avaient du mal à nous viser maintenant. Ils allaient devoir s'approcher davantage pour espérer nous avoir, il sortit son arme et sa rapière. Il se retourna pour me faire face :

- Restes ici et tu ne bouges pas compris ?

Il va pas y aller tout seul ?! C'était de la folie...!

- Mais...!

- C'est un ordre, je ne veux pas d'un boulet dans mes pattes. Et si tu continues de te plaindre, c'est sur toi que je vais tirer ! me dit-il avec un regard froid comme un glacier.

Je baissais mon regard. Il a raison. Faut que j'arrête de me plaindre tous le temps que je sois enfin utile. Si je lui prouve ma bonne foi, peut-être il saura enfin m'accepter? Je ne peux plus me comporter comme une gamine, que se soit avec lui ou d'autres...Je pensais surtout à mon père que j'avais laissée...sous mes yeux...


" On est pas du même monde toi et moi. " Pourquoi cette phrase de Bakura refaisait surface dans ma tête ? C'était pas le moment d'y penser...que voulait-il me dire par là ? Je suis si confuse...Soudain dans ma tête s'était prise d'une soudaine audace. Je relevais ma tête et je sortis mon pistolet de ma jupe et je regardais Bakura droit dans les yeux :

- Je ne serais plus jamais un boulet pour toi ! Maintenant on va aller botter leur cul que je puisse sortir de cet endroit merdique ! Et te prouver une bonne fois pour toute que tu ne m'as jamais vu sous mon vrai visage saleté de psychopathe sexy !!

Je le poussais de mon chemin, qui lui était bouche-bée de ma soudaine audace...je n'en revenais même pas moi-même que j'avais dit de telle mots. A vrai dire je ne m'étais pas reconnu là, c'était si surprenant de ma part. Peu importe, il fallait que j'assure maintenant que j'ai dis ça, Bakura se mit à côté de moi et marmonna :

- On en reparlera plus tard de ton insolence, mais pour l'heure on va s'amuser un peu héhé ~

Il ricana avec sa fameuse tête de tueur, pas sûre que j'ai la même motivation que lui, mais je ferais tout pour l'aider, tout en regardant mon pistolet dans les mains. Serait-je prête à tuer?

--------------------------------------------------------------------
---------------------------------------------------------------------

Dans la salle de contrôle avec Sting et Alizée.

- Sting que faisons-nous ? Vont-ils réussir à passer nos gardes ? demanda la jeune fille.

- Ils en sont capables, surtout avec cet enfoiré d'albinos. Nous n'avons pas de temps à perdre ici, Grand-père nous attends déjà sur le bateau qui doit nous mener sur GrandLine.

- Oui, mais si nous partons maintenant, nous allons laisser la base en plan. Elle fronça le soucils.

Sting mit ses mains sur ses épaules et la regarda droit dans les yeux.

- Grand-père n'a plus besoin de cet base, nous avons déjà tout ce qu'il nous faut et elles sont entre nos mains Alizée! Nous pouvons partir tranquillement, mais ces deux-là savent notre petit complot, nous devons les arrêter. Tu penses à la même chose que moi ?

- Ne me dis pas...! Tu vas lâcher l'expérience 4000 ?!

- Exactement. Et ce merdeux de Bakura en bavera de m'avoir craché dessus ! Libère toutes les araignées, même l'expérience 4000. Je ne veux pas qu'ils s'en sortent vivant tu m'as compris ? Déclenche-le dans 5min et rejoins-nous à l'extérieur.

Elle hocha la tête et se mit au travail, Sting sortit par une pièce secrète avec ses plus fidèles partisans. Laissant seule Alizée au commande et prête à libérer toutes les araignées et la fameuse expérience 4000, qui était une chose très dangereuse.

Revenir en haut Aller en bas
Cavendish Thomas

avatar

Messages : 2
Date d'inscription : 26/01/2017
Localisation : Leonne
Humeur : Noble

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
1/1000  (1/1000)
Expérience:
87/400  (87/400)

MessageSujet: Re: Le bon, la blonde et le psychopathe ( Cavendish, Ino and Bakura )    Dim 29 Jan - 19:19

Me revoilà de retour après une longue absence, j'espère que ça vous plaira car je n'ai pas écrit depuis longtemps Smile




Tout était si flou autour de moi, je ne percevais plus rien, ne ressentais plus rien. Ma dernière image fut celle de cet effroyable pirate sanguinaire. Dire que j’avais imaginé une mort plus belle, mourir à cause d’une femme par exemple. Et non de ce salaud de Bakura ! Mes yeux se refermèrent pour sûrement une éternité…
Moi Cavendish Thomas, prince de Rommel venait de mourir sous les yeux de ma belle Ino-chan. Je ne pourrai jamais l’épouser comme je l’entendais. Je me sentais tomber sur le sol et toute mes pensées devinrent sombres. Après une éternité, je me sentais soudain revivre comme si la vie me donnait une seconde chance, je regardais autour de moi et soudain j’hurla :


- JE SUIS EN VIE ! …MAIS POURQUOI ?

J’avais beau me remémorer la scène, mais Bakura m’avait pourtant bel et bien tué et en plein cœur. Mais une seule phrase de sa part me laissait pantois, « Tu as de la chance d’être Hakuba ». Qu’est-ce que ça voulait dire ? Cette mystérieuse phrase aurait été la clé de ma survie ? Grr moi la grand Cavendish méritait plus de respect et surtout de réponse ! Ce sale pirate va me le payer ! Je me relevai et aperçu le sang qui coulait de ma poitrine, il n’avait donc pas visé mon cœur, s’il avait voulu le viser, il l’aurait fait j’en suis sûr. Mais l’entaille était plutôt profonde, je ne m’en sortirai pas si l’hémorragie de ne s’arrêtait pas. Pire ma Ino-chan était-elle encore avec Bakura ? Je ne voudrai pas la voir morte non plus, bien que je ne sache pourquoi, il ne lui fera pas de mal, au contraire. Soudain des bruits de pas s’approchaient, une femme ainsi que d’autres hommes plutôt amochés s’agenouillèrent à mes côtés :

- Monsieur vous allez-bien ? demanda l’un d’eux.

La jolie demoiselle commença à me soigner

- Mais que faites-vous jolie demoiselle ? Et puis qui êtes-vous ? Vous semblez être des prisonniers…

Ils hochèrent la tête, leurs vêtements et leurs conditions physiques me donnait déjà la réponse. Mais comment avaient-il réussi à s’échapper ?

- Je ne sais pas ce qui se passe ici, mais une drôle d’alarme s’est mis à sonner, toutes les cages des prisonniers se sont ouvertes ainsi que celles des araignées. Mais les sorties ainsi que les axes principaux de la base ont été fermés.

J’écoutais plus ou moins attentivement ce qu’elle me disait bien que ce soit difficile vu la douleur que me procurait cette blessure. Après quelques minutes, la jolie demoiselle avait fini de me soigner et de me mettre des bandages.


- Merci ma douce…je me nomme Cavendish Thomas, prince de Rommel. Je lui baisais sa main délicatement. Si je comprends toute cette mascarade, nous sommes coincés avec des tonnes d’araignées ?
Un homme à côté de moi hocha la tête et ajouta :

- C’est cela. D’autres prisonniers cherchent à trouver une sortie et nous essayons de libérer tout le monde. Mais dites-moi Cavendish, vous ne semblez être ni prisonnier, ni avec les gens de cette base. Pourquoi êtes-vous ici ? Il demanda.

- Je suis venu ici avec deux de mes amis pour mettre un terme à tout ceci. Bien sûr le mot ami n’allait pas envers cette ordure d’occulte mais à ma tendre Ino-chan. Mais je me suis fait attaquer, et je ne sais pas où ils se trouvent en ce moment-même.

Je me relevai et me pencha contre le mur, l’homme ne semblait pas vraiment convaincu par le fait que j’ai été attaqué, je n’ai pas précisé par qui et comment évidemment. Je commença à me relever mais les prisonniers m’empêchèrent d’aller plus loin, mais je devais retrouver Ino-chan au plus vite !

- Je vous remercie infiniment pour votre aide précieuse, mais je dois retrouver mes amis dans cette base.

- C’est bien trop dangereux… ! Et vos amis sont probablement morts sans être de mauvais augure… !


- Non pas eux. Fis-je avec un léger sourire aux lèvres et j'avais un compte à régler avec le porc-epic.

Ma blessure avait arrêté de saigner, je devais me rendre dans un hôpital sous peu mais peu importe, ma danseuse avant tout. Je poursuivais ma route, je ne sût combien de temps j’étais resté évanoui, je suivais mon instinct et les chercha immédiatement. C’est vrai que j’entendais enfin cette alarme bruyante, j’entendais beaucoup de gens crier et des bruits de monstres féroces. En gros, la panique générale. Mais grâce à ma beauté gracieuse je tenais le coup dans ce monde de brute ! Je me rapprochai d’un balcon et à cause de sa vue panoramique, je constatais le triste désastre. Je soupirai et continuais mon chemin, mon dieu j’imaginais le pire, s’ils étaient morts ? Ma pauvre Ino…toi va mourir sous les feux de l’enfer le play-boy !
Je descendais des escaliers et un peu plus bas, j’aperçu une femme à la chevelure rougeâtre, c’était cette jolie fille…euh…Alizée voilà ! Mais c’était une ennemie que faisait-elle ici ? Mes yeux s’ouvrirent comme des soucoupes, jusqu’à ce que je comprenne vraiment la situation ici. Alizée avait pris Ino en otage, couteau sous la gorge, sous les yeux impuissants de Bakura qui ne réagissait pas. Cette Alizée semblait vraiment prête à passer à l’acte, je n’allai pas rester sans rien faire ! Je dégainai Durandal, difficilement mais je réussis et fonça sur la femme ennemie :


- JE VAIS TE SAUVER INO-CHAN ! Criais-je héroïquement.

Je couru droit sur la femme et lui donna un coup d’épée dans le dos aussi vif que l’éclair et celle-ci lâcha la danseuse. Ino tomba sur le sol et s’écria surprise en me voyant :

- Cavendish ?! Tu…tu ...es en vie !


Elle semblait contente de me voir mais très choquée, en revanche l’occulte était tout aussi surpris qu’Ino mais peut-être dans le mauvais sens. Alizée était au sol sans vie.

- Je suis revenu d’entre les morts pour sauver ma douce ! Fis-je fièrement en rangeant Durandal. Ino sauta sur moi de soulagement, ah je voudrais mourir encore une fois pour vivre ce bonheur absolu.

- Mais…comment…pourquoi… ?

- Contente de voir que tu es contente de me voir ! Pas comme certains…Je lançai un regard noir à l’occulte qui grogna et détourna le regard. Je m’avançais vers lui et lui dit droit dans les yeux : On va parler d’homme à homme tous les deux.

- Retourne dans ta tombe. Répliqua-t-il sèchement.

- Dis-moi plutôt pourquoi tu ne m’as pas tué quand tu en avais l’occasion ! Je sais que tu as fait exprès de m’épargner pour une bien étrange raison !

Bakura me tourna le dos et m’ignora complètement, marchant plus loin.


- Héeeee arrête de m’ignorer quand on parle sérieusement !


Ino-chan me rejoignit avec un faible sourire et me remercia de l’avoir sauvé, je rougissais en héro, j’étais si heureux d’être en vie. Je lui pris la main et lui demanda ce qu’il s’était passé, elle m’expliqua qu’après mon pseudo décès, elle et Bakura avait continué d’explorer la base. Ma pauvre bichette s’était fait mordre par une araignée et l’occulte lui avait sauvé la vie. Chose bien difficile à croire mais bon, je ne me posais pas plus de question à ce sujet. Puis, elle se mit à me dire qu’Alizée avait entamé un combat avec eux, libérant toutes les araignées dans la base, c’était l’anarchie. Mais même si j’étais de tout cœur avec eux, ma blessure était loin d’être guérie.

- Bakura est toujours décidé à détruire la base ? demandais-je.

- Oui, on allait se diriger vers la salle principale, il cherche le système d’autodestruction de la base.


- Ino-chan...vient on s'en va tous les deux et on le laisse...Il est fou!

- Jamais! fit-elle sèchement.

- C'est pour ton bien...


Elle haussa les sourcils, elle devait juste le suivre tel un sbire. Quel crétin ce porc épic ! Pourtant, je le sentais nous regarder discrètement, il s'intéressait à notre conversation. Soupirant, je marchais derrière eux, bien que l’occulte ne m’avait rien dit depuis le début de nos retrouvailles. Je finirai par savoir ce qu’il me veut ce chacal ! Soudain il s’arrêta de marcher devant une grosse porte, il se retourna vers Ino, comme pour montrer que je n’étais plus le bienvenu ici :

- La salle qu’on cherche doit se trouver derrière, mais à mon avis les araignées doivent pulluler.

- Comment on traverse alors ?! S’inquiéta la jeune fille.

- On balance Cavendish en appât.

Il ricana et me regarda enfin pour me dire ça !

- Ne t’en fais pas Ino-chan ! Ton prince est là pour te protéger désormais !

- Tu seras enfin utile. Il pouffa me laissant passer.

Je marmonnais à son égard bien des choses interdites, et passa devant pour ouvrir la porte, sous le regard désespéré de la blonde et le sourire narquois de l’albinos.  Au moins l’équipe était reformée pour de bon !

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le bon, la blonde et le psychopathe ( Cavendish, Ino and Bakura )    

Revenir en haut Aller en bas
 
Le bon, la blonde et le psychopathe ( Cavendish, Ino and Bakura )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» PV ♦ Ouais, bah j'ai pas envie d'avoir une pimbêche blonde dans mon groupe.
» Arrivée d'un Seigneur ébouriffé et d'une blonde Dame
» [Quête] Tueur psychopathe à Delirium City
» Une boucle blonde et une paire de lunettes
» Oxanna Prescott • tales of a curious blonde woman

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: All Blues :: East Blue :: Leonne-
Sauter vers: