PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Sur les Traces de la Déesse Kannon...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kannon-Shadow

avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 09/02/2013
Localisation : Jamais au même endroit

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
5/1000  (5/1000)
Expérience:
202/400  (202/400)

MessageSujet: Sur les Traces de la Déesse Kannon...   Mer 13 Mar - 2:27

Nom : Bryant
Prenom : Regal
Surnom Usuel: Kannon-Shadow
Age : 20 Ans
Groupe : Aventurier / Explorateur
Description Physique : Kannon Shadow, est un personnage assez grand et fin, d'environ 1M82. Il a des yeux qui changent de couleur en fonction du temps : Bleu, lors du beau temps, Gris lors de la pluie et et Vert lors du vent, cet attribut, en fascinait beaucoup. Un teint assez clair, peu bronzé, ses cheveux bleus asses longs lui donne un air un peu étourdi, mais il n'en reste pas moins très amical. Il possède deux tatouages dont il ignore la provenance : un sur le cœur qui était un idéogramme avec un sigle dont qu'il était difficile de définir. Le second sur l'omoplate, était un petit dragon dans une bulle de foudre. Il ne connaissait aucune signification concernant ces deux  tatouages, mais ceci était l'une de ses grandes questions: l'origine de ses dessins gravés à même la peau... Il portait d'ordinaire, un simple tee-shirt marron, et un bandeau orange autour du cou, lors du beau temps. Comme il pouvait, grâce à ses yeux, connaître d'avance le temps qu'il s'apprêtait à faire, il prévoyait si besoin est son manteau noir. Il portait un pantalon gris, et des chaussure en tissu noires et blanches. Il lui arrivait parfois de porter une veste de fourrure légère noire et sans manches. Il avait autour du cou une toute petite chaînette en or, avec un animal mythique en pendentif ainsi qu'un petite plaque où étaient gravé ses initiales : KS.

Caractère: S'il y a bien un adjectif qui pouvait qualifier Kannon-Shadow c'était bien celui de tenace. Il possède une volonté à toute épreuve et un mental d'acier, difficile de lui faire changer d'idée quand ce dernier en a une précise. Il connaît parfaitement ses convictions et ses désirs, et il n'a pas peur de tout mettre en œuvre pour les réaliser. Il  est également très difficile pour ses adversaires de le faire abandonner, c'est un garçon à la ténacité extraordinaire qui trouvait la force et le courage de se relever à chaque coup encaissé. Il a également un esprit très rêveur, passionné d'aventures en tout genre, le voyage et l'exploration l'appellent sans cesse. Tout ce qu'il voulait était découvrir, peut importe ce qu'il découvrait : les paysages, les animaux, la flore, il s'émerveille devant toute les choses qu'il n'avait jamais vues. Toutefois son caractère rêveur faisait de lui quelqu'un d'un peu naïf ,  il ne voyait pas le mal dans les gens et accordait assez rapidement sa confiance. Paradoxalement c'est quelqu'un de très difficilement manipulable, du fait de ses convictions. Sans arrêt en mouvement, c'est un homme avec beaucoup d'énergie à revendre. Très porté sur l'amitié, il fera toujours tout pour défendre ses amis de quelque manière que ce soit. Il possède une immense imagination, qui lui procure cette envie de découvrir. L'idée de l'inconnu était un trésor pour lui. Que pouvait-il y avoir de l'autre coté de la mer, quelles légendes ? quels trésors ? son imagination peut partir dans tout les sens, et aiguise sans répit son appétit pour l'aventure.

Histoire & RP test:  L'histoire de Kannon Shadow commence alors qu'il n'était qu'un nourrisson. C'est sur une petite île d'un archipel de North Blue, appelée Cargaria Islands, où il faisait bon vivre, le temps était d'ordinaire très agréable, et la température tout à fait correcte. Il n'y avait sur l' île seulement deux villages : Nasta, dont sa chapelle était mondialement connue pour y avoir abrité un grand héros du passé, et Arbiant un petit village côtier au sud de l'île. Les deux villages avaient de très bonnes relations et s'échangeaient les biens qu'ils produisaient : Arbiant était un village assez réputé pour sa pèche abondante. Chaque années avait lieu la grande foire au poisson, qui attirait des acheteurs de toutes les îles de North blue. Nasta, de son coté était un petit village agricole, où les habitants cultivaient toutes sortes de légumes et de fruits, il y avait également un éleveur, qui fournissait la viande dont avait besoin le village. Chaque années avait lieu les jeux de Calgaria, ou les deux villages s'affrontaient dans diverses épreuves de cuisines, de combat, et de minis-jeux en tout genres...
C'est à Nasta que l'histoire de Kannon-Shadow, débuta. Une nuit de printemps, un agriculteur du village, nommé Mils Bryant, parti à la cascade à l'est de l’île pour y pécher un poisson d'eau douce qui ne sortait que la nuit: le friand de Lune. Il traversa la petite forêt à l'aide de sa lanterne, et pénétra dans la clairière de la cascade. Il s'assit sur le bord du rivage, prépara sa canne, enfila un petit insecte appelé ver de Palu, très apprécié par le poisson nocturne, il posa son chapeau en peau de cerf sur la tête, respira lentement et commença son œuvre. C'était une affaire de silence et de patience. Près de six heures durant, alors que les premiers rayons du soleils filtraient derrière la colline, le pécheur ne bougea pas d'un centimètre, épreuve de mental et de patience, il le savait. Finalement, après toute une nuit d'attente, le bout de la canne en bois de cèdre de Mils, commença à bouger. Le flotteur en forme de petit oiseau, s'enfonça dans l'eau et en ressorti quasi-instantanément. Imperturbable l'homme ne bougea pas d'un poil, il continua à attendre, et peu à peu les mouvements de l'oiseau devenaient de plus en plus violent. Quand soudain, le flotteur s'enfonça sous l'eau, la canne se tordit de plus en plus. Le pécheur, qui avait reçu les enseignement de son défunt grand père, posa sa main sur un petit panier tressé de roseaux, qu'il avait lui même fabriqué, à l'intérieur  se trouvait une fleur blanche assez imposante. Il se leva très lentement et leva d'un coup très violent sa canne vers le ciel. Le poisson jailli hors de l'eau, et se retrouva a quelques mètres au dessus du de la surface, la difficulté principale pour parvenir à pécher ce poisson n'était pas la patience mais bien la technique. Un fois propulsé le poisson entama sa chute, Mils attrapa la petite cage en osier, à laquelle il avait attaché une petite corde, et la lança très rapidement sur le poisson. Si ce dernier se sentait menacé, il pouvait à tout moment rompre le fil de l'hameçon. C'est pour cela que l'homme avait tant attendu après avoir vu la canne bouger. Il devait sans se faire remarquer, éjecter le poisson hors de l'eau afin de le capturer. Son lancé était parfait, à la fois rapide et dynamique, le poisson ne contrôlant pas sa chute atterri dans le panier, Mils tira un coup sec sur la cordelette et la cage se ferma grâce à un loquet de fortune installé sur la petite prison d'osier. La cage tomba dans l'eau, et le pécheur tira le fil et ramena le butin sur le rivage. Le poisson ne se débattait pas, totalement endormi par la fleur qu'il avait préalablement placé. C'était une fleur dont le pollen possédait des propriétés hypnotiques très puissantes . Le pécheur ouvrit la cage, et admira son butin:

*Enfin ! La bataille aura été longue, mais le butin en vaut la peine !*
Il ramassa sa canne, mit la cage sous son bras, et quitta le petit étang que la cascade avait créé. C'est alors qu'il vit au abord de la foret qui entourait la clairière, une silhouette. Il s'approcha lentement, ressentant une aura très particulière.Il ne se sentait pas en danger, mais ressentait clairement la puissance de la personne qui se trouvait devant lui. Il l'observa lentement mais ne put voir son visage. Il portait une capuche qui cachait totalement sa face. Il portait dans ses bras un nouveau né. La silhouette s'approcha lentement du pécheur, ce dernier littéralement hypnotisé par ce personnage aux allures de fantôme, resta sur place. Une fois tout prêt de lui, l'étrange personne lui tendit l'enfant. Malgré sa stupéfaction il demanda à l'individu, son identité, aucune réponse. Après un bref instant de silence, Mils prit le nourrisson dans ses bras. Il y avait sur le drap enveloppant le bébé, une petite lettre. La silhouette jeta un dernier regard,  se retourna et disparu dans la brume du matin. Mils eu juste le temps de voir un bracelet que la personne portait, une sorte de gourmette en ficelle, avec des billes de bois accrochées dessus. Le pécheur ne sut quoi faire, venait-il d'adopter sans le vouloir ce bébé ? Trop de questions traversèrent son esprit. Il s'assit une minute et lu la lettre:
" Je ne sais à qui confierais-je la tache de faire de mon enfant un aventurier. Si seulement, mes erreurs ne m'avaient pas coûté ce prix de la séparation. Aujourd'hui, je ne peut qu'espérer... Le nom de cet enfant sera celui que vous lui donnerez. Sa véritable identité n'a pas besoin d'être connue. Sachez juste que ce garçon doit être connu sous le nom de Kannon-Shadow. Là encore je n'ai pas besoin de donner d'explications, je ne peux que remercier, celui à qui je confierais cette tache.
Il prendra un jour la mer. Quel qu’en soit la raison. Peut être alors... "
Le pécheur regarda le bébé, et vu qu'il possédait deux tatouages le premier représentant un dragon dans une bulle de foudre sur son omoplate et un symbole sur le cœur. Mils se gratta la tête et soupira...
*Je ne peux pas laisser un bambin seul ici... *
Il esquissa un léger sourire, en regardant le bébé dormir.
- Cet enfant doit être connu sous le Nom de kannon-Shadow ? C'est pas un nom ça... Il réfléchit un cour instant, avant d'ajouter : Je te baptiserais Regal. Kannon-Shadow sera ton surnom désormais !
La suite de l'histoire de Kannon-Shadow, se déroule en deux événements importants de sa vie: son entraînement et obtention du premier livre de la déesse. En voici le premier.
Première partie : 4 ans plus tard.
Kannon avait été adopté par Mils, et avait reçu une très bonne éducation dans le petit village de Nasta. Les habitants l'avaient accepté, et Kannon, s'était fait des amis. Il faut dire que l'éducation que son père lui avait donnée était relativement stricte. Il avait également tenté de lui apprendre quelques bases de l'agriculture, ce qui ne l'intéressait guère. Ce qu'il aimait, c'était se balader et explorer tout les recoins de sa petite île. Le problème c'est que l'île n'était pas très grande, elle faisait environ sept kilomètres de diamètre, et le seul village à proximité du sien, se trouvait à peine à quatre kilomètres de là. Même pour un enfant de quatre ans, l'île ne représentait aucun danger. Les deux villages se connaissaient bien, et se louaient une entente mutuelle. La faune de l'île n'était pas très développée, à part pour les poissons, dans la rivière qui traversait l'île, et quelques oiseaux parfois assez rares, les seuls animaux terrestres étaient les renards et les chevreuils. Bien que son père lui avait interdit, il commençait déjà à se balader sur l'île à l'âge de trois ans. Lorsqu'il rentrait le soir, c'était toujours le même rituel, le jeune enfant se prenait une gifle, de  son père, avec les mains abimées par l'agriculture, et sa carrure de colosse, Kannon redoutait ce moment à chaque fois. Mais l'envie de retourner explorer l'île redevenait incontrôlable le lendemain matin, si bien que malgré l'interdiction de son père de ne pas sortir du village sans lui, et la promesse d'une empreinte de main écarlate sur sa joue devenait une simple condition. Le jeune garçon partait découvrir l'île tant qu'il le pût: La cascade où il avait été adopté n'avait plus de secret pour lui. Il était au courant de la vérité depuis son plus jeune âge de compréhension, mais cela ne le gênait pas, il vivait heureux avec son père et cela lui convenait. Il connaissait également le sommet de la colline de l'île où il venait régulièrement pique-niquer avec ses deux amis : Manarill, une jeune fille du même âge que lui, blonde, avec le même goût prononcé pour l'aventure. Très amicale, sa passion était les animaux. Pas mal de personnes du village considérait que cet enfant avait un don: à peine plus âgée que Kannon, elle avait déjà dompté plusieurs renards de l'île. Bien qu'ils ne soit pas méchants, ces bêtes n'avait pas l'habitude de côtoyer les humains, mais pour elle, ça ne posait pas problème. L'un de ces renards l'accompagnait  partout d'ailleurs.  Une race de renard spéciale, dite "à crête d'ébène" avec un poil roux très vif, et une bande de poils marrons sur l'échine, la particularité de cette catégorie étaient leur longévité véritablement monstrueuse, là où leurs compères mourraient naturellement de vieillesse à 5 ans, ceux-là n'étaient qu'au début de leurs vie. Les renards à crête d'ébène, avait une longévité approximative de cinquante ans. Le renardeau avait été adopté quelques semaines plus tôt par la jeune fille qui l'avait trouvé seul dans les bois, elle l'avait d’ailleurs surnommé Flûte. Avec eux, un petit garçon, nommé Nova, brun, et avec une épaisse carrure pour son âge. Quoi de plus normal pour le fils du bûcheron ? Sa passion à lui était les inventions, le jeune garçon était très bricoleur. il aimait construire toute sorte de chose, en taillant le bois que récoltait son père, ou avec n'importe quel matériau qu'il pouvait trouver dans la forêt.
A eux trois, ils arpentèrent tout les chemins de l'île, si bien que dès leurs quatre ans, rien ne leurs était inconnu sur leur petit atoll. Un matin, comme à son habitude Kannon, parti de sa maison, il descendit l'escalier de sa chambre qui menait a la petite salle à manger et à la porte d'entrée. Son père l'arrêta net et lui fit signe de s'approcher. Kannon, arrêté dans son élan, se retourna et d'un pas lent, se dirigea vers son père. Le petit salon était orné de plantes et de meubles de bois qu'avait construit le menuisier du village, il vit alors un homme d'une soixantaine d'années assis sur le fauteuil.

- Regal, je me doute que tu pars encore sur l'île ? Il soupira, et secoua la tête. Peut importe... Je voudrais te présenter quelqu'un.
L'homme regarda Kannon, et le salua.
- Bonjour monsieur. Dit Kannon d'une voix incertaine.
- Ne soit pas gêné Regal, cet homme est un grand artiste Martial, qui a vogué sur Grandline ! Il est spécialement venu pour te voir.
Kannon était un peu intrigué. Pourquoi un grand Artiste Martial de Grandline serait venu exprès pour lui ?
- Bonjour Regal. Je me nomme Semias. J'ai longtemps vogué sur Grandline, mais je suis originaire de cette île. Ton père est un vieil ami... Dit il en se levant de son fauteuil .
Kannon, ne sut pas vraiment quoi répondre, il n'était pas timide d'ordinaire, mais quelque chose de particulier se dégageait de Semias.

- Écoute je ne vais pas y aller par quatre chemins. Ton père t'a déjà expliqué que tu as été adopté n'est ce pas ?
Kannon hocha la tête pour signifier un oui.
- Il y a une question que j'aimerais te poser. Tu insistes auprès de tes amis et de ton père pour que tout le monde t'appelle Kannon-Shadow. J'aimerais savoir pourquoi ?
Le jeune garçon, ne s'attendait pas à cette question. Mais son père posa sa main sur son épaule. Et lui fit un signe de la tête.
Kannon fit un pas en avant et pris la parole:

- Lorsque papa m'as recueilli, la personne qui m'a abandonné, à également donné une lettre, sur laquelle il était inscrit que je m'appelle Kannon-Shadow. Je ne sais pas qui est la personne qui m'a abandonné ce jour là. Mon père, ma mère ou quelqu'un d'autre je ne sais pas. Ma seule famille c'est mon père derrière moi. Je me moque de savoir qui sont mes vrais parents, puisqu'ils ne voulaient pas de moi.
Semias repris aussitôt :
- Alors pourquoi tient tu a ce que l'on t'appelle comme ça ?
Il y eu un brin d'hésitation avant la réponse de Kannon, mais il regarda finalement l'homme dans les yeux, et lui répondit:
- Allez savoir pourquoi. J'ai toujours été attaché a ce prénom. Je n'ai jamais pu m'en séparer.
L'artiste martial, souri, et déclara:
- C'est exactement la réponse que j'attendais ! Suis moi mon garçon.
- Suis le Regal, tu peux lui faire confiance.
C'est avec quelques doutes que le jeune garçon suivit le voyageur de Grandline. Mais comme son père lui avait dit qu'il pouvait lui faire confiance, il l'aurait suivi jusqu'au bout du monde. Il l'amena dans la clairière de la forêt, à la cascade, exactement là où il avait été adopté. Semias s'arrêta devant la cascade, et reprit la parole.
- Je ne sais pas qui sont tes parents, mais lorsque ton père m'as expliqué qu'il t'avait recueilli, je me suis senti obligé de revenir.
- Pourquoi ? s'interrogea Kannon.
- Comme tu le sais je suis un artiste martial. J'ai étudié pas mal de forme et de style de combat durant mes voyages. Parmi, tout ceux que j'ai vus, l'un d'entre eux m'a impressionné. C'est une technique ancestrale dont le nom provient selon la légende, de la déesse qui l'a inventé. Seuls quelques maîtres dans toute l'histoire du monde sont parvenus à maîtriser cette technique. Personnellement, je suis totalement incapable d'y avoir recours, malgré mes facultés. Le dernier à y être parvenu est mort il y a déjà quelques années. C'était un homme du nom de Nétéro.
*Mais pourquoi il me raconte tout ça ?* Se demanda Kannon complètement perdu.
Semias tourna sa tête et d'un léger sourire il demanda:
- Veut tu savoir le nom de cette technique ?
Regal resta perplexe mais acquiesça.
Semias se retourna complètement et dit d'une voix très sérieuse.

- Le Hyakushiki Kannon !
Kannon resta totalement ébahi par ce qu'il venait d'entendre. Son véritable nom était celui d'une technique mais également d'une déesse.
- Personnellement je ne crois pas au hasard, il n'y a pas de religion portée sur cette divinité. Je suis totalement incapable d'exécuter cette technique, mais je peux t'apprendre son fonctionnement. Toi qui porte à l'origine le nom de la déesse, tu peux y parvenir, j'en suis certain. Malgré que cette maîtrise soit extrêmement longue et intensive, je suis absolument certain que tu y parviendra. Veux-tu que je te l'apprenne ?
Kannon ressenti à ce moment précis, cette adrénaline, qu'il ressentait à chaque fois qu'il découvrait quelque chose.
- J'accepte et je suis prêt ! dit il d'une voix pleine d'assurance et de satisfaction.
- Dans ce cas commençons. Il enleva sa veste, et lui expliqua:
- Cette technique, n'est pas basée sur un art martial précis, c'est un simple mouvement que tu doit apprendre à exécuter rapidement et correctement.
Kannon suivit les explications, très consciencieusement, et observa le maître à l'œuvre.
Il se plaça face à la cascade, prit ses appuis correctement et ferma les yeux. Il plaça ses mains à l'envers l'une sur l'autre au niveau de son ventre, sa main gauche était dos au sol, et sa main droite dans le creux de sa main gauche, la paume vers le ciel. Il inspira lentement et expira de la même manière. Il forma un demi cercle lentement avec sa main droite, tandis que sa main gauche recula et arriva au niveau de ses côtes. Son bras droit recula également, et il leva légèrement son coude. La paume de sa main droite placée vers la cascade. Il ferma le poing, et tendit son bras, comme pour donner un coup de poing.

- Voila le mouvement. La seule chose que tu dois faire est de l'exécuter sans cesse. Une fois que tu maîtrisera à la perfection ce mouvement, tu devras le réaliser le plus rapidement possible. Tu peux choisir de porter le coup final, le poing fermé ou la paume vers la cible, cela ne change rien.
Kannon, reproduisit du mieux qu'il put le mouvement, mais fit quelques erreurs. Semias le reprit à chaque tentative ratée et l'entraîna tout le reste de la journée. Il rentrèrent ensemble le soir, et lui dit:
- Je resterais au village jusqu'à ce que tu maîtrise le mouvement. Tu pourras ensuite t'exercer seul.
Le jeune garçon resta silencieux, il avait beaucoup aimé s'entraîner avec Semias, et commençait déjà à l'apprécier. Il comptait d’ailleurs bien profiter de la présence de celui qu'il appelait désormais : Maître.
Trois semaines passèrent, et Kannon, maîtrisa enfin correctement le mouvement.

- Tu y est ! C'est exactement ça ! Dit-il d'un air satisfait. Il pris sa veste qu'il avait posé sur un rocher près de l'étang, l'enfila et se dirigea vers la foret.
- Où allez vous maître ?
- Le jour dont je te parlais est arrivé. Tu maîtrises le mouvement comme il faut, maintenant c'est un combat de patience et de volonté que tu vas livrer pour maitriser le Hyakushiki.
- Qu'est ce que ça veut dire ? Demanda t-il en ayant peur de la réponse.
- Je vais préparer mes affaires. Continue à t'entraîner, encore quelque heures, je ne partirais que demain matin.
Très respectueux, envers son maître, Kannon se tu, et continua donc son entraînement. En voyant cela, Semias, ne put s'empêcher d'être fier de son élève. Il savait que le jeune apprenti s'était attaché à lui. Maîtriser ses émotions, pour obéir à celui que l'on respecte, pour son âge, cela était déjà impressionnant, Semias le savait.
*Courage Kannon, la route est très longue pour maîtriser cette technique... N'abandonne pas.*
Semias parti, puis quelques heures après, Kannon rentra à son tour. Il passa la dernière soirée en compagnie de son maître. Le lendemain Semias prit le bateau navette qui passait tout les jours à Arbiant, il  serra la main de Mils et s'agenouilla, face à Kannon, posa sa main sur sa tête et lui dit :
- Je suis fier de toi, il faut maintenant que tu n'abandonnes pas, il te reste la partie la plus dure pour maîtriser le Hyakushiki. Tout les jours tu exécuteras le mouvement 5000 fois devant la cascade.
Kannon dégluti, d'un air inquiet.
- 5000 fois maître ?
- 5000. C'est énorme je sais, mais si tu maintiens ta concentration et ta volonté, tu maîtriseras le Hyakushiki.
Le jeune apprenti regarda son maître dans les yeux, et promis qu'il ferait 5000 fois ce mouvement, tout les jours.
Semias monta dans le bateau, et tourna la tête vers Kannon et son père. Il leurs fit un signe de la main, en levant l'index et le majeur vers le ciel. Le bateau quitta le port. Kannon fit tout son possible pour retenir ses larmes, mais n'y parvint pas, il courra vers l'extrémité du port,  les yeux pleins de larmes, il hurla:

- Merci pour tout maître !!! Je jure que j'exécuterais les 5000 mouvements tout les jours ! Et un jour je prendrais la mer, je découvrirais tout ce qu'il y a à voir dans ce monde, alors je vous retrouverais et vous montrerais ma maîtrise du Hyakushiki ! Je vous le promeeeeet !!!
Plein de larmes, Kannon observa le bateau partir loin à l'horizon. Semias, qui avait tout entendu, respira un grand coup, et se tourna vers Kannon. Il exécuta une dernière fois le mouvement devant son élève qui l'observa une dernière fois. Sans parvenir a stopper ses larmes, il vit son maître, tendre le bras comme il le fallait à la fin de cette technique, avec cette fois le poing serré mais le pouce levé vers le ciel. Comme une promesse, que l'Artiste martial attendrait de voir...
Les jours qui suivirent Kannon, exécuta les 5000 mouvements. Tout les jours, à 17h. Il se rendait à la cascade, et s'entraînait sous la pluie, la neige et la grêle, il résista. Littéralement épuisé à chaque session, il tomba dru, sur l'herbe, essoufflé, ne pensant qu'à son maître et à sa promesse. La première fois qu'il exécuta les 5000 mouvements, il se retrouva à bout de force, l'exercice lui prit plus de six heures. Tout les jours le rituel était le même, jusqu'à ce qu'il fut habitué à l'exercice. Au bout de trois années, l'exercice devenait beaucoup moins fatiguant, mais toujours aussi long. Il répétait exactement le mouvement que lui avait dicté son maître, au souffle près. Peut importe le temps que cela lui prenait, il finissait toujours en pleine nuit mais il s'en moquait, il continuait sérieusement.
Puis au bout de sept années d'entraînement intensif, il aperçu un changement. Le soleil se couchait d'ordinaire aux alentours de 20h 30. Comme un symbole, le jour de ces 11 ans, lorsqu'il fini son entraînement, le soleil était à peine en train de se coucher. Fier de sa progression, il redoubla de volonté; ce fut une véritable ascension. 4 ans plus tard, cet exercice lui prenait à peine deux heures. Lorsqu'il eu 18 ans. Il ne lui fallut plus qu'une heure pour enchaîner les 5000 mouvements. C'est à l'âge de 19 ans qu'il obtint la consécration. En une demi heure, l'entraînement été bouclé.
Kannon regarda ses mais, puis il sauta de rocher en rocher vers la cascade. Il se concentra et lança son poing devant la cascade. Le coup était si rapide, qu'un énorme bruit se fit entendre. Rien qu'avec l'air déplacé, la cascades scinda en deux, et reprit son cours. Kannon, comprit que son entraînement avait porté ses fruits, ses poings étaient devenus plus rapide que le son.
Il retourna sur le rivage, enfila son tee-shirt, et vu que son père l'observait à l'entrée de la clairière.

- Tiens qu'est ce que tu fait là Papa ? Demanda t'il.
- J'ai assisté à tes progrès. Maintenant que tu es au summum de tes capacités, je pense que le moment est bien choisi pour te donner ceci.
Deuxième partie.
Kannon d'un air étonné s'approcha de son père. Il aperçu qu'il tenait quelque chose dans sa main gauche, c'était un livre. La couverture était très douce, avec une femme aux mille mains sur le 4ème de couverture.
- Qu'est ce que c'est ?
- Il y a 15 ans lors de la veille du départ de Semias. Il m'a confié quelque chose pour toi: ce livre. Il m'a demandé de te le donner seulement lorsque tu aurais dix neuf ans, et seulement si tu suivrais ton entraînement correctement. Les conditions sont remplies... Ceci est à toi.
Kannon prit le livre, et s'assit sur l'herbe. Il y avait un message glissé entre la couverture et et la première page. Il prit le mot, le déplia et lu.
"Regal.
J'espère qu'un jour tu liras ce mot, mais ceci ne dépend que de toi. Ton père m'as assuré que tu n'obtiendras ce livre seulement si tu remplis mes conditions. Si tu en viens à lire ce message, sache donc que je suis fier de toi. Tu as donc 19 ans, et tu as continué à suivre cet entraînement rigoureux, je ne me doute pas que tu as du maîtriser ce mouvement à la perfection, mais sache que je ne t'ai pas tout dit a propos de cette technique. Il existe dans le monde des livres très rares nommés "livres de la déesse", chacun d'entre eux est fait de deux parties. Une première partie qui est toujours la même dans tous les livres, pour tout ceux qui ont achevé l'entraînement du mouvement de la prière, ce qui est donc ton cas. Et une seconde pour t'enseigner l'une des techniques de cet art. C'est précisément ce que je ne t'ai pas dit:  je m'explique.
Dans la première partie de chaque livre est expliqué la technique de base du Hyakushiki, qui est la récompense de tout ceux qui ont terminé cet entraînement,  la seconde partie est tout le temps différente. Elle t'enseignera une technique un peu plus avancée du Hyakushiki. Seule la déesse elle même, qui selon la légende aurait écrit ces ouvrages, a maîtrisé toutes les techniques du Hyakushiki.
Tu comprends maintenant d'où vient le nom complet de la technique du Hyakushiki Kannon. La technique de la déesse aux mille mains: Kannon.
Personne ne peut dire avec exactitude combien il existe de technique de cet art, car certains livres n'ont pas encore été retrouvés. Si tu veux tout savoir, on estime, au moment ou j'écris cette lettre, donc 15 ans en arrière, à 81 livres de Kannon retrouvés. Toi qui as promis de me retrouver et qui aime l'aventure, retrouver les livres et ainsi progresser dans ton art devrait te ravir.
Une dernière chose. je t'ai menti, Tu n'est pas le seul à maîtriser le Hyakushiki. Il existe des maîtres de cette discipline ou de simple utilisateurs, qui sont tout de même assez rares. Je suis moi même un utilisateur de cette technique. Je t'ai menti pour ne pas te dévoiler l'entendu du pouvoir trop tôt, de manière à voir si sans rien te dire tu accepterais de t'entraîner,  je ne me suis pas trompé apparemment.
En ce qui me concerne, j'ai recherché toute ma vie les ouvrages de Kannon, du temps où j'étais pirate. Je possède très exactement 6 ouvrages de la déesse, plus que 5 puisque je t'ai légué celui-ci, fais en bon usage...
Voici mon ultime défi que je te lance: pars sur les mers, voyage, et découvre, comme cela te plaît. Retrouve les livres de Kannon, et retrouve moi un jour. Nous nous affronterons en tant qu'utilisateurs du Hyakushiki. Si tu me bas, tu obtiendra les ouvrages que j'ai moi même amassés au cours de ma vie.
Bonne chance... Kannon-Shadow !"
Semias.

Kannon, la larme à l'oeil, esquissa un sourire. Il leva la tête et regarda le ciel.
*Je le ferais, je vais voyager sur toutes les mers. Jusqu'a Grand line, et même le nouveau monde. Je retrouverais les livres de Kannon, tout en découvrant toute sortes de choses. Et je vous retrouverais maître...*
Rares sont les fois où Kannon avait été aussi heureux. Il prit le livre et lu la première partie, il y était inscrit un rituel à exécuter pour maîtriser la technique de base. Il l'accompli  en livrant une partie de son sang et en méditant jusqu'à minuit.
Tout autour de lui une lumière apparu, et il entendit une voix de femme .

"La maîtrise est acquise. En échange de ces années d'entraînements, reçoit ce pouvoir jeune disciple."
Kannon senti son corps vibrer, puis chauffer. Il s'inquiéta mais la sensation se dissipa rapidement. Quand il se releva, la lumière avait disparue et la voix ne se faisait plus entendre. Néanmoins, Kannon ressentait un changement en lui. Il exécuta le mouvement de la prière et vu apparaître une sorte de statue de fumée géante derrière lui, elle représentait une femme, il comprit instantanément qu'il s'agissait de la déesse Kannon. Il fit alors un mouvement avec ses bras, la déesse derrière lui qu'il état le seul à pouvoir voir, exécuta le même mouvement, avec une puissance surhumaine. Il regarda la cascade, et donna un coup en direction de celle ci. La statue frappa la cascade d'une force encore plus phénoménale. L'eau de la cascade sous l'impact du coup, jaillit de tous les cotés... Malgré l'apparence de fumée de la statue, c'était bien un corps solide qui se tenait derrière lui.
C'était ce qu'indiquait le livre. La technique avait deux propriétés : d'abord seul l'utilisateur pouvait apercevoir la silhouette de fumée, ensuite, cette dernière exécuterait le même mouvement que l'utilisateur, avec beaucoup plus de force créant ainsi beaucoup plus de dégâts. Ce mouvement se dirigerait sur la cible que regarderait le manipulateur du Hyakushiki.
La première partie était très rapide, la seconde était déjà plus compliquée. La technique que ce livre représentait se nommait le Laser Zéro, une technique qui nécessitait un niveau de concentration littéralement hallucinant. C'était à priori une technique de destruction massive, une sorte de Laser électrique, très large en diamètre qui raserait tout sur son passage. Ceci étant, la technique avait deux contraintes. Une concentration hors du commun, et l'utilisation totale de l'énergie de l'utilisateur. Une ultime technique de dernier recours.

*Je pourrais m'entraîner à cette technique pendant mon voyage... je ne tiens plus en place, il faut que je prenne la mer !*
Kannon ferma le livre et rentra chez lui. Sans faire trop de bruit pour ne pas réveiller son père, il pensa alors qu'il devrait parler de son départ au chef de la maison.
C'est avec stupeur qu'il vit son père dans le salon, avec un sac à la main.

- Je me doute déjà de ce que tu vas me dire, j'ai eu 15 ans pour lire la lettre et ce maudit bouquin. Tout homme naît pour réaliser ses rêves. Alors je serais un mauvais père si je te condamnais a rester ici...
- Papa... répondit-il en souriant légèrement...
- Tu as déjà un billet pour la navette de demain. Elle fait les huit îles de notre petit archipel. Tu t'arrêteras là où tu veux pour débuter ton voyage,  je t'ai appris les bases d'un bon pécheur, tu auras de quoi te débrouiller... Il y a dans ce sac quelques affaires à toi, ainsi qu'un peu d'argent pour te débrouiller.
Kannon, ne su plus quoi dire, à mi-chemin entre la tristesse et la nostalgie, et la joie et l'impatience. Il remercia son père et prit le sac.
- Maintenant monte te coucher. Nous partirons à Arbiant dès demain matin.
- Mais... Et mes amis ? Manarill et Nova, je voudrais tout de même leurs dire au revoir...
Mils rigola.
- Oh, tu n'as pas à t'inquiéter, tu les verras, tu peux me faire confiance. Maintenant, monte te coucher, je ne suis pas gentil au point de laisser partir mon propre fils sans qu'il soit en pleine forme !
Kannon monta dans sa chambre et se coucha. Il mit du temps à s'endormir en pensant au lendemain, son imagination partait dans tous les sens, mais il finit par trouver le sommeil.
Le lendemain il fut réveillé par son père. Il s'habilla, descendit les escaliers, grignota un morceau de pain frais, se brossa les dents, et parti pour le village voisin accompagné de son père. Une fois là bas, ils attendirent l'arrivée du bateau, prévue pour 16h précise. Puis on vit au loin une petite navette apparaître. Elle accosta et on entendit dans les haut-parleurs du quai :
" Départ pour les îles de l'Archipel Calgaria prévu dans un quart d'heure !"
Kannon se retourna vers son père et le pris dans ces bras.
- Merci pour tout ! Je reviendrais une fois que j'aurais vu tout ce que je voulais voir et une fois que j'aurais retrouvé Semias !
- Prend le temps qu'il te faut mon fils. Écris moi de temps à autre ! Il accompagna ses paroles d'un petit clin d'œil rapide et complice envers son fils.
Kannon monta sur le bateau. qui était en train de lever l'ancre.

"Départ pour les îles de Calgaria !"
Mils salua son fils une dernière fois qui s'éloignait petit à petit... Puis seul le bateau resta à portée de vue.
* Bien ! Ça part de là ! Le début de l'aventure !*
Kannon entendit une voix qui disait :
- Tu serait donc parti sans nous dire au revoir ?
Kannon aurait reconnu cette voix entre mille. Il vit alors descendre son amie Manarill, suivie de Nova.
- Qu'est ce que vous faites là ? Je voulais vous dire au revoir, mais mon père m'a averti que je vous verrai avant mon départ.
- Oui c'est ton père qui nous as prévenu que tu partais . Comme quoi sans le vouloir, nous quittons tous le domicile familial le même jour !  Répondit Nova.
- Mais où allez vous ? Demanda Kannon avec beaucoup de perplexité.
- En ce qui me concerne je pars voyager, pour découvrir toutes les races d'animaux qui existent !
- Sa ne m'étonne pas de toi ! D’ailleurs tu n'as pas pris Flûte avec toi ? Demanda t-il avec perplexité.
- Tu crois vraiment que je serais partie sans lui ? Il dort sur la proue du bateau...
- Je vois... Et toi Nova que fais-tu ici ?
- Tu me connais, j'ai toujours aimé bricoler. Je vais tenter de réaliser mon rêve et de devenir un inventeur en tout genre, expert en construction de bateau !
- Oui en effet sa ne m'étonne pas ! Dit-il avec un grand sourire.
- Et toi tu pars donc explorer le monde, pour retrouver, ton maître c'est ça ?
- Vous êtes bien, informés ! Je pars naviguer en quête d'exploration et en quête des livres de la déesse.
- Ton père nous as expliqué. Tu compte partir sur Grand Line il parait ? Tu as un Log pose avec toi ?
- Un quoi ? Demanda t-il.
- J'en aurais mis ma main à couper ! Tu ne sais pas ce qu'est un Log Pose... C'est une sorte de boussole qui te guidera pour trouver les îles de Grandline. C'est un outil indispensable tu sais...
- Heureusement que vous êtes là pour me le dire... Je serais parti sans rien moi... Dit-il en se grattant la tête.
- J'ai gagné mon Pari Nova, tu me dois, 20 Berrys !
Nova s'approcha de Manarill, et lui donna de billets de 10 Berrys.
- Tiens... J'en reviens pas, perdre un pari la dessus... Tu serais vraiment parti sur Grandline sans Logpose !
- Vous avez parié sur un truc pareil ?! Dit-il en rigolant.
Les trois amis continuèrent à discuter, jusqu'à ce que le bateau atteint l'île sur laquelle Kannon, descendait.
- C'est ici qu'on se quitte les amis ! On se retrouvera sans doute sur Grand Line !
- Grandline c'est pas tout petit tu sais. Courage pour ton aventure !
- Sois prudent Kannon, on se reverra sur Grandline j'en suis certaine !
Les amis se saluèrent par de grands signes avec les bras, tandis qu'une nouvelle fois le bateau s'éloigna de la côte.
Kannon se retourna, et observa l'île sur laquelle il se trouvait. Il frissonna de plaisir, et se dit :

" Cette fois c'est parti !"

Fiche Technique
Hyakushiki Kannon : Frappe de la Déesse.
C'est la technique de base du Hyakushiki.

Lors de la phase du mouvement de prière (expliqué dans le RP Test) que le personnage peut réaliser extrêmement rapidement, une sorte de statue géante de fumée apparaît derrière lui.
Il est le seul à pouvoir voir cette silhouette, elle est totalement imperceptible (visuelle, oditive, olfactive, etc...) pour celui qui n'as pas accompli l'entrainement.
Elle réalise les même mouvement que lui, en y ajoutant immensément plus de force.
C'est également une technique de mi distance, car il suffit que Kannon regarde sa cible, et exécute un mouvement pour que la statue le touche. ( Portée max 7 - 8 mètres ). Sa consistance de fumée n'est donc que visuelle, les coups sont bien réels, le corps est donc solide.

C'est toutefois une technique avec un inconvénient.
Puis la technique est à la base une prière à la déesse aux milles mains Kannon. Ce qui signifie, que malgré la force monstrueuse des coups portés par la divinité, seuls ses bras sont utilisés. Aucun coup de pied, ne pourra être lancé par la statue. Même si l'invocateur exécute de violents coups de pieds.
Revenir en haut Aller en bas
Xanya Longtonry

avatar

Messages : 787
Date d'inscription : 09/02/2013
Localisation : Duty Island

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
4/1000  (4/1000)
Expérience:
232/400  (232/400)

MessageSujet: Re: Sur les Traces de la Déesse Kannon...   Mer 13 Mar - 11:19

Très belle fiche Kannon, tu pourrais juste séparer la description physique et la description morale s'il-te-plait, sinon aucun problème, moi je valide ^^
Revenir en haut Aller en bas
Itachi Uchiwa

avatar

Messages : 866
Date d'inscription : 09/02/2013

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
21/1000  (21/1000)
Expérience:
238/400  (238/400)

MessageSujet: Re: Sur les Traces de la Déesse Kannon...   Mer 13 Mar - 12:10

C'est rectifié Wink
Revenir en haut Aller en bas
Bloody Viper

avatar

Messages : 156
Date d'inscription : 09/02/2013
Age : 26
Localisation : Sur North Blue

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
10/1000  (10/1000)
Expérience:
360/400  (360/400)

MessageSujet: Re: Sur les Traces de la Déesse Kannon...   Mer 13 Mar - 19:16

J'aime énormément le but que tu as donné à ton personnage. Malgré sa longueur qui peut paraître interminable, on suit sans problème les progrès de Kannon-Shadow ^^ Bref, ça fait plaisir de relire cette très bonne fiche ^^

Acceptée bien évidemment Wink
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sur les Traces de la Déesse Kannon...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sur les Traces de la Déesse Kannon...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sur les Traces de la Déesse Kannon...
» Faire disparaitre des traces de feutre permanent
» Loominëi , la déesse du destin.
» Bastet? C'est pas le nom d'une déesse égyptienne ça ? [PV Bastet]
» Rilyntlar Div'Arght [Haute Prêtresse de la Déesse des Âmes]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Présentation des personnages :: Fiches acceptées-
Sauter vers: