PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le rendez vous des Psychopathes... Sunny Grace, la contrée aux yeux fermés ! [Sephiroth & Bakura]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Sephiroth
Capitaine Pirate
avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 04/10/2013
Localisation : De retour sur les mers !

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
9/1000  (9/1000)
Expérience:
159/400  (159/400)

MessageSujet: Le rendez vous des Psychopathes... Sunny Grace, la contrée aux yeux fermés ! [Sephiroth & Bakura]   Ven 30 Jan - 20:26

L’équipage avait passé deux jours et deux nuits sans dormir, ni même manger. Il fallait dire que le spectacle de la mort de leur capitaine, avait eu de quoi couper leur appétit ! Sephiroth, s’approcha du pont tandis que les ouvriers manœuvraient une arrivée clandestine, avec dextérité pour ne pas briser la coque du vaisseau. Une fois à une proximité suffisante, le pirate bondit par la proue, et se réceptionna impeccablement sur le duvet blanc glacial de Sunny Grace.
Il ne donna pas un mot, ni même un ordre à l’équipage qu’il avait séquestré, leur lançant simplement un geste de la main, plein de dédain. Un petit revers qui ne signifiait qu’une chose, un départ autorisé. Le démon n’avait plus besoin d’eux.
Le froid n’était pas glacial que cela, il pouvait aisément comparer le cadre à celui de Valgivre, bien plus hostile et glacial. Ici, la température ne descendait pas sous les moins dix, là où sur la première île hivernale qu’il avait visité, les températures atteignaient des profondeurs extrêmes.
Toutefois, il y avait sur cette île une légende, une légende que le pirate connaissait bien. Une princesse, des centaines d’années plus tôt, avait perdue la vue face à cette neige lumineuse. Le reflet du soleil, si intense sur ce tapis blanc, lui avait littéralement brulé la rétine, et la pauvre perdit alors son sens de la vue. Depuis ce jour, c’est toute sa descendance qui, comme une malédiction, souffre de la cécité.
Au moins, le démon put admettre, que la légende avait de quoi être vraie. La lumière de la neige, en quelque sorte, avait de quoi épuiser les globes oculaires. C’est ainsi que le pirate avança, le plus vite possible, en plissant les paupières à leur maximum. Il était très dur de garder les yeux grands ouverts, car qu’il s’agisse des rayons de l’astre solaire ou des reflets de la neige, la lumière était plus que jamais présente.

Il continua son chemin aléatoirement, jusqu’à atteindre un petit village de probables chasseurs. Il pénétra dans une maison ou le toit fumait, signifiant ainsi une habitation vivante. Il entra sans toquer, et trouva une femme aux fourneaux, et ses deux petites filles, qui lisaient un livre. Prit de stupeur elle recula d’un pas, garantissant sa pauvreté. Le visage du pirate lui faisait peur, elle avait senti aussitôt qu’il ne s’agissait pas d’une visite impromptue et amicale.

- Ou se trouve la capitale ? Demanda-t-il.

- La capitale ? Vous voulez dire Grace Garden ? Enchaîna la femme, en reprenant son souffle.

- Tu dois mieux savoir le nom que moi, tu habites ici. Alors ?

- C’est… C’est à un quarantaine de kilomètres au nord… Vous devez traverser le col pour y aller…

Il sortit de la maison, et libéra six chiens d’une clôture voisine. Les chiens grognèrent à voir un inconnu leur ouvrir ainsi la porte. Il les regarda droit dans les yeux, chacun, comme pour les défier du regard, et naturellement, son air impitoyable eut raison de tout les grognements. Les bêtes s’assirent, prêtes à obéir à cette aura maléfique si particulière. Le pirate observa à sa droite et à sa gauche pour trouver ce qu’il convoitait. Il s’approcha d’une balustrade, où se trouvait garé, un traîneau de bois, léger et propre. Il sangla les chiens, aux liens du traîneau et leur ordonna d’avancer. Le bois démarra, tracté par la puissance de ces braves chiens durement entraînés à ce genre d’épreuves. Il traversa le village, sur son moyen de transport, qu’il n’avait encore jamais essayé. Et observa les panneaux d’indications. La capitale était indiquée par une flèche droite, directement sur le chemin qui sortait de la bourgade.
Il s’aventura aussitôt dans une forêt, bien décidé à gagner rapidement la ville de la princesse Grace. Là bas se trouvait la forteresse royale, un endroit où il espérait pouvoir trouver un moyen de locomotion sur le long terme…


Revenir en haut Aller en bas
Bakura Ryô

avatar

Messages : 123
Date d'inscription : 25/03/2014
Age : 19
Localisation : Quelque part dans les ténèbres ~
Humeur : Sadique

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
8/1000  (8/1000)
Expérience:
367/400  (367/400)

MessageSujet: Re: Le rendez vous des Psychopathes... Sunny Grace, la contrée aux yeux fermés ! [Sephiroth & Bakura]   Dim 1 Fév - 21:39

Sunny grace. Une île hivernale connut pour la légende de la princesse aveugle, Bakura ne savait pas si il fallait croire une telle connerie. Il en avait déjà entendu parler il y a des années en arrière, mais il avait toujours trouvé cette histoire débile. Son bateau s'accosta près du rivage, il y a pas à dire, là où il avait atterrit il n'y avait absolument rien. Seulement une petite forêt enneigée.

- Forcément, il fallait que je tombes du mauvais côté, Tss.

Il enfonça un pied dans la neige, elle était assez profonde à cet endroit, marcher à pied serait difficile. Heureusement son cheval était toujours là pour lui servir, il grimpa dessus et alla dans la forêt. La raison pour laquelle il était venu ici, était pour trouver le trésor de l'île. Il ne savait pas ce que c'était, mais d'après ses recherches dans son antre, il s'agirait d'un objet plutôt puissant. Du moins il l'espérait, mais pour cela, il fallait trouver le trésor. Cela faisait un bon moment qu'il n'avait pas vu de neige, l'hiver était bien la seule saison qu'il aimait. Il faisait froid, le temps était généralement maussade, et les gens étaient déprimés. Sauf que sur cette île, c'était le contraire, il faisait tout de même froid, mais le soleil était à son paroxysme ! Pour l'instant, les arbres de la mini forêt, l'empêchait d'être gêné par la lumière. Sa monture, haute sur pattes, arrivait facilement à marcher dans la neige, ce qui ne serait pas aisé pour tout le monde. Il n'avait que son trench coat à fourrure noire pour se protéger du froid, enfin le froid ne le déstabilisait jamais, ainsi qu'une paire de gant pour éviter de se blesser les mains lorsqu'il tenait les rênes du cheval. Il atteignit bientôt la fin des bois, lorsqu'il en sortit une lumière aveuglante lui frappa le visage. Il se tourna de l'autre sens pour éviter ce maudit soleil qu'il détestait tant ! Il ne semblait pas être prêt à arriver sur la moindre ville à l'horizon. Mais bon, il lui fallait une direction à prendre, mais par où chercher le trésor ?

* Trésor de la famille royale...c'est un royaume, donc ils ont forcéments un château, et ce château est forcément dans la capitale. Bon j'ai ma route. Mais elle est où cette foutue capitale ? *

Il réfléchit un instant puis son anneau se mit à vibrer sous sa veste, une de ces aiguilles indiqua le nord, il esquissa un sourire victorieux et s'élança en direction de là où l'aiguille pointait. Le problème était cette lumière aveuglante dont il était particulièrement sensible, ça lui piquait les yeux, lui qui n'était pas copain avec la lumière de base, là c'était le pompon. Le soleil était de face, il n'avait pas d'autre choix, il allait faire confiance à son animal.


- Guide moi à la capitale...murmura t-il dans l'oreille du cheval.

Sa voix douce et mystérieuse, semblait avoir fait réagit la bête, elle s'élança aussitôt. Pendant sa chevauché, l'occulte avait les yeux fermés, il ne les ouvraient que de temps en temps pour voir si il ne s'éloignait pas de son but. Après des minutes et des minutes de galop, une ville sous la neige apparut. Bakura mit sa capuche par précaution et cacha son anneau, un panneau givré annonça " Grace Garden ", c'était bien mais il ne savait pas si c'était la capitale de l'île. Les gens dans les rues semblaient simples et menait une vie tranquille, des personnes bavardaient entres elles, debout sur leurs attelage de chiens de traîneau. D'ailleurs lorsqu’il passa à côté de l'un de ses attelages, les chiens aboyaient comme pas possible. Les maîtres ne comprenait pas ce que leurs bêtes avaient tout à coup, Bakura se contenta de ricaner. A chaque fois qu'un animal le croisait, ils avaient une attitude plutôt défensive et agressive, ils sentaient son aura inhumaine et malfaisante. L'esprit de l'anneau poursuivit sa route, au loin il aperçu le château de la famille royale. Bon, il avait finalement trouvé ! Il n'allait pas y allez toute suite, cette nuit il irait en repérage, il devait trouver un endroit où passé son séjour en toute sécurité. Sur sa droite se tenait une auberge, parfait se dit-il. Il attacha son cheval sur le côté et rentra à l'intérieur. L'endroit était chaleureux avec une immense cheminée au milieu de l’accueil, des gens faisaient la queue pour avoir un renseignement ou une chambre. Bien entendu Bakura bousculait tous le monde sur son passage, il n'avait pas la patience d'attendre. Quelques mécontentements résonnèrent, il leur lança un regard noir signifiant qu'ils devraient s'arrêter avant que ça ne finisse mal. Arrivé au guichet, ses yeux sanglants fixaient la guichetière, celle-ci gloussa et demanda timidement :

- Vous désirez ?

- Je veux la meilleure chambre de ce bahut, et vite.

- Très...très bien, je vais regardez les réservations, un instant je vous prie.

Elle chercha dans ses dossiers sous l’œil impatient du pirate sanguinaire, des gens derrière murmuraient des paroles inaudibles, sans doute choqué par tant d'impolitesse. La femme releva la tête vers son client et lui dit d'un air désolé :

- Je suis profondément désolé Monsieur, mais notre meilleur suite est déjà prise.

- Comment ça ?! J'exige ma chambre maintenant ! hurla t-il irrité comme un gamin capricieux.

- S'il vous plaît nous avons d'autres chambres...

- Dépêche toi de me la donner, ou je fous ta cervelle dans la cheminée, guichetière inutile.

- Toute..toute suite Monsieur !

Sa voix retentit dans tout le hall principal, les curieux regardaient la scène. Dont un en particulier, il venait d'entrer dans le bâtiment. Ses longs cheveux blancs et son regard de meurtrier, faisait penser à Bakura mais en un peu plus âgé. Il se dirigeait justement vers l'occulte qui râlait et la guichetière apeurée.

Revenir en haut Aller en bas
Sephiroth
Capitaine Pirate
avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 04/10/2013
Localisation : De retour sur les mers !

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
9/1000  (9/1000)
Expérience:
159/400  (159/400)

MessageSujet: Re: Le rendez vous des Psychopathes... Sunny Grace, la contrée aux yeux fermés ! [Sephiroth & Bakura]   Mar 3 Fév - 2:52

Les chiens allaient vite finalement. Ils étaient dressés pour ça c’est vrai, au moins cela permettait au pirate de se déplacer rapidement. Il atteint le col en deux heures, et entama la redescente, tracté avec toujours la même ardeur par les chiens.
Au final la distance qui le séparait de la capitale fut dévorée par la vitesse de son moyen de transport. Il arriva aux alentours de quelques habitations, le soleil se couchait lentement, rendant la neige moins agressive pour les yeux, et le démon argenté atteignait enfin un panneau où il était écrit, au travers des gerçures du froid « Grace Garden , Capitale de Sunny Grace ».
Il y était, il ne lui manquait plus qu’à trouver un endroit pour la nuit, et il n’allait pas se gêner pour s’offrir une chambre des plus luxueuses. Quoi que le mot « offrir », n’était pas très bien choisi. Il n’avait pas l’habitude de payer pour se loger, et cette méthode lui convenait encore parfaitement.
Il déambula dans les rues, sa veste ouverte et le haut de son torse à découvert par ce froid glacial. Heureusement pour lui, il supportait très bien ce genre de températures extrêmes. La nature lui avait offert de formidables capacités d’endurance et de robustesse pour les climats les plus arides, et les plus glacials comme Valgivre, par exemple…

Il trouva une auberge, après avoir profité un minimum des rues propres et correctement pavées. Une auberge qui semblait offrir une certaine ambiance et un certain luxe à la fois. Il entra dans le hall, et vit quelques tables prises. Le rez-de-chaussée était visiblement une sorte de salle de repos, un endroit où se trouvait un comptoir pour le bar et un pour la réception des clients venus pour les chambres. C’est là que se dirigea le pirate. Tout le monde l’avait regardé pénétrer dans l’établissement, dans un silence presque respectueux, mais qui signifiait plus la peur qu’une autre forme de sentiment.
Seul le garçon au comptoir, un jeune homme d’une vingtaine d’années tout au plus, ne l’avait que brièvement regardé. Il affichait un air hautain et supérieur, une grosse touffe blanche, et un drôle d’anneau pendu autour de son cou, sous sa veste.
Il ne lui prêta aucune attention, il se remit à ses affaires avec la réceptionniste pour probablement obtenir une chambre. Cela sans compter l’intervention du démon, qui ne fit preuve d’aucune politesse.

- Une chambre. Et pas un taudis.

La dame le regarda. Il lui faisait peur, mais la pauvre était prise dans des mailles d’un filet bien complexe. Qu’il s’agisse du démon argenté ou du garçon à l’anneau bizarre, la femme n’était pas tranquille. Les deux semblaient dégager une aura maléfique, une aura qui avait de quoi glacer le sang de toutes les personnes présentes.
Face à cette situation, la réceptionniste essaya d’user de tout son professionnalisme pour répondre favorablement aux attentes de ces deux clients effrayants.

- Je m’excuse monsieur… Mais… Ce jeune homme était là avant vous, je m’en occupe et je suis à vous tout de…

- Et bien ce jeune homme aura la politesse de laisser passer ses aînés avant lui. Ajouta-t-il en coupant.

Sephiroth se moquait complètement de qui il pouvait être. Il n’avait aucune gène, et ce n’était pas aujourd’hui qu’il allait commencer. En face de lui le gamin tout ébouriffé, le regardait avec un air qui changea du tout au tout lorsque le démon d’argent imposa sa volonté.
Il l’avait d’abord observé s’approcher sans rien dire. Il avait même laissé la réceptionniste répondre sans intervenir face au comportement impoli du nouvel arrivant. Mais il n’allait certainement pas se laisser faire face à se comportement des plus déplacés.

- Pour qui tu te prends vieux con ? Casse toi d’ici.

Tout le monde s’était arrêté, comme si le temps s’était figé. Les gens qui lisaient le journal dans les fauteuils du salon, observaient la scène. Les enfants qui jouaient, s’étaient immobilisés, la réceptionniste les regarda avec des yeux crépitant, et le cœur battant la chamade. Sephiroth tourna la tête vers lui lentement. Ils se regardèrent droit dans les yeux, sans que l’un ne lâche prise. Cet échange droit dans les pupilles, avaient de quoi tuer des cardiaques. La tension avait très clairement augmenté, le poids de la scène, se sentait très clairement.
Au terme de cet échange visuel intense, Sephiroth se mit à sourire et lâcha un rire singulier. La garçon ne le quittait pas du regard, tandis que le démon le quitta du regard pour revenir à la femme qui s’occupait de la réception.

- Bon, votre plus belle suite, ça vient ?

Le garçon qui l’avait défié du regard, écarquilla les yeux. Sephiroth venait très clairement de le dédaigner, et pire encore, de se moquer de lui. Il n’avait pas prit les menaces du jeune homme au sérieux un seul instant. Il ne se sentait absolument pas menacé malgré la pression que son vis-à-vis avait soumis.

- Tu te fous de ma gueule espèce de connard ?! Je vais te trouer !

A cette parole, Sephiroth se retourna en un éclair, laissant trainer son épaule droite pour la laisser être happée par la force centrifuge de son geste. Il serra le poing, et l’envoya se loger en pleine figure du jeune garçon. Il décolla du sol, et s’écrasa sur le plancher quelques mètres plus loin, après un prodigieux vol plané. La réceptionniste lâcha un cri d’effroi, elle se crispa de tout son long, sans bouger, ni respirer.
Le démon d’argent se tourna vers elle, et lui prit des mains, les clés qu’elle avait prises au clou, une seconde plus tôt. Il regarde brièvement le numéro affiché. Il s’agissait du quatre cent deux. Le quatrième étage donc. Il se dirigea vers le couloir qui donnait l’accès aux chambres. Tout en avançant et tournant le dos au salon, il lâcha une dernière phrase, destinée au jeune homme qu’il venait de frapper.

- La prochaine fois tu apprendras à respecter tes aînés. Tu as de là chance que je me sois déjà fait la main avant d’arriver ici. Je t’aurais arraché les dents les unes après les autres sinon.

Il continua son avancée dans le couloir noir et disparut de la pièce, laissant tout les témoins sous le choc, et sa victime bien plus enragée que blessée.


A ma partenaire:
 

Revenir en haut Aller en bas
Bakura Ryô

avatar

Messages : 123
Date d'inscription : 25/03/2014
Age : 19
Localisation : Quelque part dans les ténèbres ~
Humeur : Sadique

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
8/1000  (8/1000)
Expérience:
367/400  (367/400)

MessageSujet: Re: Le rendez vous des Psychopathes... Sunny Grace, la contrée aux yeux fermés ! [Sephiroth & Bakura]   Mer 4 Fév - 21:15

Bakura attendait impatiemment sa chambre, jusqu'à ce qu'il ressente une drôle de présence dans le hall. Il jeta un bref regard et vit un grand homme aux cheveux blancs s'approcher. Il n'y prêta pas attention et se concentra sur la guichetière inutile, seulement le grand gaillard s'imposa directement sans aucune politesse :

- Une chambre. Et pas un taudis.

Bakura le regarda de bas en haut, pour voir qui osait lui prendre sa place, il faisait au moins une tête de plus que lui, bizarrement ce mec qui lui disait quelque chose...La réceptionniste lui répondit :

- Je m’excuse monsieur… Mais… Ce jeune homme était là avant vous, je m’en occupe et je suis à vous tout de…

- Et bien ce jeune homme aura la politesse de laisser passer ses aînés avant lui.

L'occulte écarquilla les yeux, pour qui il prenait ce vieillard, il commença à lui dire ses quatre vérités, un duel de regard meurtrier s'en suivit. Mais le plus grand des deux blancs-becs, se retourna pour avoir la plus belle suite. Bakura sentait la rage lui monter, il finit par l'insulter, malheureusement pour lui le plus grand lui frappa à la tête. Il fût envoyé un peu plus loin, il ne l'avait pas loupé, les gens autour étaient tous sur le choc et retenaient leurs respiration.

- La prochaine fois tu apprendras à respecter tes aînés. Tu as de là chance que je me sois déjà fait la main avant d’arriver ici. Je t’aurais arraché les dents les unes après les autres sinon.

Le garçon disparut dans le couloir, avec la clé de la chambre que voulait le pirate albinos. Encore par terre, une des personnes présente alla l'aider :

- Tout va bien monsieur ? demanda un employé.

Bakura ouvrit ses yeux, ils étaient d'un rouge éclatant, il était en colère. Il venait de se faire humilier par cet homme qui se croyait tout permis. Il tourna sa tête vers le gentil homme qui voulait l'aider, comme réponse il le prit et le jeta sur le comptoir où était la guichetière, celui-ci s'écrasa derrière avec la femme. Il s'élança comme un prédateur en quête de vengeance vers l'homme qui avait osé le frapper, il courut tête baissé sur lui et le poussa lourdement. Sephiroth se fit propulser dans le mur, une fois qu'il était à terre et qu'il reprit la clé laissé tombé par terre, Bakura posa son pied sur sa gorge pour pas qu'il se relève, et dit d'un ton menaçant :

- Grand con, la prochaine fois que tu...Ohhh. Il remarqua enfin qui il y avait sous son pied. Mais ne serait-ce pas le grand Sephiroth ? Héhéhé. Dit-il sarcastiquement. J'ai beaucoup entendu parler de toi, c'est vraiment con ce qui t'es arrivé, ahlalala, tu as de la chance que je respecte ta manière de tuer les gens sinon tu serais déjà mort.

Bakura sentait que son adversaire s’énervait de plus en plus sous son pied, après tout il se foutait de sa gueule, et ce n'était pas une chose conseillé avec ce démon. Bakura souriait sournoisement, il était le roi de la provocation, et il ne s'attaquait pas forcément aux plus faibles. Mettre en rogne des grands comme Sephi, ça excitait son côté psychotique. Il enfonça un peu plus son pied dans la gorge du pirate :

- Bon c'est pas tout ça, mais moi je vais allez dans MA suite.

Il allait s'en aller mais il regarda d'un manière bien différente que jusqu'à présente, avec son regard de psychopathe sanguinaire :

- Oh et d'ailleurs, la prochaine fois que je te vois, je te tue.

Sur ce, il poussa le pirate légendaire un peu plus loin. L'occulte repartit triomphant avec sa clé dans la main, il regarda le numéro qui s'agissait de 402.

* C'est où ça 402 bordel ? *

Son anneau commençait à remuer dangereusement, il sentit une aura très mauvaise derrière lui. Il donna un coup d’œil derrière lui et vit un Sephiroth en furie qui courait droit sur lui ! Ne pouvant pas l'arrêter car il avait trop de vitesse, Bakura partit au hasard sur la droite, en évitant l'autre fou furieux qui le pourchassait. Il l'avait bien énervé et il en était fier, après tout il l'avait mérité. Leur course poursuite se faisait dans les couloirs de l'auberge, poussant les personnes sur le passage avec méchanceté. Il entendait des injures venant du démon argenté qui semblait être très en colère. Au bout de quelques minutes, Bakura regardait derrière lui et ne vit..personne.

- Tss, bon débarras.

Il croyait qu'il avait été plus rapide mais pas du tout, les deux s'étaient tout simplement perdu dans les immenses couloirs de l'auberge. Bakura se vantait mentalement de sa victoire, il allait enfin avoir sa chambre ! Et il avait gagné contre Sephiroth en plus, ça c'était une belle récompense ! Il souriait fièrement dans les couloirs jusqu'à tomber sur les toilettes de l'auberge.

- Putain, mais elle est où cette chambre ?!

Le mauvais sens de l'orientation le retour, il fouilla absolument partout dans l'étage où il était. Il ne se rendait même pas compte qu'il était au troisième étage et non au quatrième, tout ce bordel pour en arriver à ne pas retrouver une fichue chambre. Qui plus est, une suite !

- Il est vraiment mal foutu ce merdier, tous les jours les gens doivent se perdre c'est pas possible autrement. Marmonna t-il mécontent.

Il traversa un autre couloir où il y avait une grande fenêtre qui donnait une vue sur la ville et aussi sur une partie du toit, mais lorsqu'il observa en direction du toit, il reconnut une silhouette familière. C'était Sephi, qui cherchait son chemin, car il était visiblement perdu. Le pirate albinos ricana de sa stupidité sans même regarder d'abords le sienne mais passons, mais Sephiroth remarqua aussitôt l'occulte à la fenêtre. Il était entrain de le narguer, en lui montrant la clé qu'il avait entre les doigts. Le démon argenté commença à courir vers la fenêtre dans une rage folle, voyant qu'il revenait dans sa direction, Bakura s'en alla ailleurs. Il entendit le bruit de la fenêtre se brisée, Sephiroth s'était carrément jeté sur la fenêtre avec toute sa force et sa détermination.

- Reviens là morveux !

Mais une fois que le démon était de nouveau dans le couloir, il perdit sa victime de vue encore une fois. Il partit dans la direction opposée à Bakura, qui était enfin au quatrième étage. Il regarda les numéros, puis arriva enfin au 402 ! Il ricana victorieux d'avoir semé l'autre " enfoiré de pirate ":


- Tss, l'autre normal il me pique ma clé, il se croit chez sa mère ou quoi ? Bouffon. Grogna t-il en entrant.

Il vérifia dans le couloir si il ne l'avait pas suivit, il n'était pas là. Il referma à clé et profita de sa chambre de luxe, qui fallait admettre valait le coup d'être prise. La suite était plutôt grande, un grand lit qu'il n'utiliserait sans doute pas car il dort très peu, un grand salon avec une belle télévision avec son canapé de cuir. Une très belle cheminée qui réchauffait la pièce, un mini bar et même un jacuzzi privé. Il attendit " sagement " le soir pour qu'il puisse passer à l'action, tout en surveillant la porte si jamais Sephiroth venait à se pointer, et si c'était le cas, il l’accueillerait à bras ouverts...

Note à mon camarade :
 

Revenir en haut Aller en bas
Sephiroth
Capitaine Pirate
avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 04/10/2013
Localisation : De retour sur les mers !

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
9/1000  (9/1000)
Expérience:
159/400  (159/400)

MessageSujet: Re: Le rendez vous des Psychopathes... Sunny Grace, la contrée aux yeux fermés ! [Sephiroth & Bakura]   Ven 6 Fév - 13:25

Effectivement, la victime paraissait plus enragée que blessée. Sephiroth n’eut le temps de faire quelques pas seulement, avant de sentir une présence s’approcher à toute vitesse. Il entama un mouvement pour se retourner et voir le jeune homme qu’il avait frappé. A peine eut il fait un quart de sa manœuvre qu’il sentit un poing se déposer sur ses cotes. Un poing qui n’était pas la pour frapper mais pour propulser. Le démon d’argent fut éjecté sur le mur où il s’écrasa violemment. Le garçon avait de la force, ce n’était pas n’importe qui. Et surtout il n’avait pas froid aux yeux. Peut-être ignorait il à qui il avait à faire. Il se décolla du mur et tomba sur le dos par terre, laissant échapper la clé qu’il tenait dans ses mains.

Le garçon albinos s’approcha lentement, avec une certaine satisfaction. Le démon d’argent l’observa d’une pupille qu’il avait orienté dans son sens. Il ramassa la clé, et écrasa la solide gorge du pirate de sa botte lourde.


- Grand con, la prochaine fois que tu...Ohhh. Mais ne serait-ce pas le grand Sephiroth ? Héhéhé. J'ai beaucoup entendu parler de toi, c'est vraiment con ce qui t'es arrivé, ahlalala, tu as de la chance que je respecte ta manière de tuer les gens sinon tu serais déjà mort.

Si. Il savait qui il était. De deux choses l’une : soit il était fou, soit il était sur de sa force. Et à en juger sur son comportement, il était un peu des deux. Il continua à écraser la gorge du pirate qui le regardait silencieusement, bouillonnant. Cette altercation ne pouvait plus se terminer autrement que dans le sang.
Finalement après avoir savouré, le fait de piétiner une légende des mers, le jeune garçon se retira, non sans porter une ultime menace à sa victime. Il promettait de le tuer à la prochaine rencontre. Sephiroth, qui n’était pourtant pas dans la situation la plus commode, ni même confortable, ne put s’empêcher de lâcher un tout léger sourire carnassier. Finalement, le garçon était plus fou qu’autre chose. Lorsque ce dernier leva le pied, il se retourna et prit les escaliers pour monter aux étages supérieurs.
Il ne fallut qu’une poignée de secondes pour que le démon argenté, ne se relève et se lance directement sur son agresseur. Son agresseur qui semblait l’avoir senti arriver, d’une manière ou d’une autre, se mit à courir dans une direction.
Finalement, tel une vieille scène de théâtre, une course poursuite démarra. Si la scène rappelait tant le théâtre, c’est que la situation avait du comique. Sephiroth le poursuivit dans tout les sens possible, mais une fois n’était pas coutume… L’orientation n’était pas son fort. Il ouvrit plusieurs portes dans lesquelles il pensait pouvoir retrouver ça cible.
En réalité, il ouvrit respectivement des portes de toilettes, de local à balais, et même une trappe d’aération.

Il se retrouva rapidement par un miracle improbable sur le toit d’en face qui se trouvait être, toujours une partie de l’hôtel. En fait, la structure de l’établissement formait un bloc carré, ouvert en son centre par une cour intérieure. Un joli petit bijou architectural que le pirate déchu s’empressa de démolir. Il aperçut sa proie, en face de lui dans l’aile pile en face de là où il se trouvait. Le narguant, faisant tournoyer sa clé avec son index.
Sans réfléchir, le démon bondit en brisant la vitre, et traversa toute la cour dans les airs, de son bond majestueux. Il atterrit sur une autre vitre, qui éclata à l’impact du grand pirate. Voyant ce petit numéro, le garçon fila au plus vite. Ce n’était pas qu’il avait peur, mais probablement qu’il voulait conserver la clé de la chambre qu’il avait commandé. Il fut récompensé, car jamais plus le démon d’argent ne put le retrouver.

Ayant probablement entendu le grabuge, et après avoir été témoin de la scène, la réceptionniste, contacta une groupe de forces armées probablement venues du château. Ils retrouvèrent le démon dans un couloir de l’hôtel, et lui lancèrent une sommation. Malheureusement pour eux, le psychopathe était en rogne. Pire encore, ses pulsions meurtrières reprenaient le dessus. Il fonça dans le tas et d’un coup d’épée fit sauter toutes les têtes des trois corps. Il en écrasa une de sa botte, qui éclata, laissant apparaître des morceaux de crâne éparpillés dans la moelle osseuse des cervicales écrasées et dans le cerveau de la victime.
Il aperçut alors sur la blouse de l’un d’entre eux, une insigne dorée, qui représentait les armoiries de la famille royale. Il l’arracha du corps inerte, et réfléchit un moment. Puis après quelques secondes silencieuses, il se mit à sourire.

* C’est ton jour de chance, avorton. J’ai trouvé un hôtel qui me convient bien mieux… * pensa-t-il en faisant référence au jeune qu’il cherchait depuis près d’une demi heure.

Il se dirigea vers les escaliers, et atteignit le hall d‘entrée. Tout le monde le regardait d’un air qui signifiait à la fois la peur et la suspicion. Mais personne ne prit le risque de dire quelque chose. C’est donc le démon d’argent qui brisa le silence afin d’obtenir l’information qu’il désirait.

- Le château de la famille royale ? C’est par ou ?

La réceptionniste, tremblante et terrorisée, rassembla son courage pour lui fournir les explications. Ni merci, ni au revoir, il sortit de l’hôtel, reprenant la rue qui lui avait permit d’atteindre ce lieu. Il s’appliqua à suivre au mieux les indications de la femme, mais se perdit dès la première intersection. Il s’enfonça dans des rues sombres, croisant quelques fortes têtes, qui eurent vite fait de la perdre, après s’être ouvertement moqué du pirate.

- Cette catin de réceptionniste m’as indiqué n’importe quoi… grogna-t-il s’enfonçant un peu plus dans des rues qui n’avaient rien à voir avec la direction qu’il cherchait.

Evidemment. Après une journée si tumultueuse, un peu de mauvaise foi ne ferait pas de mal. Mais finalement, après un très long moment de recherche, tellement long que la lune commençait à apparaître, il se retrouva sur une grande avenue, au bout de laquelle se trouvait un grand et beau château. Il sourit, et emboîta le pas vers ce qu’il cherchait.


Revenir en haut Aller en bas
Bakura Ryô

avatar

Messages : 123
Date d'inscription : 25/03/2014
Age : 19
Localisation : Quelque part dans les ténèbres ~
Humeur : Sadique

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
8/1000  (8/1000)
Expérience:
367/400  (367/400)

MessageSujet: Re: Le rendez vous des Psychopathes... Sunny Grace, la contrée aux yeux fermés ! [Sephiroth & Bakura]   Mar 17 Fév - 14:19

Le soir tomba vite, depuis sa chambre Bakura regardait par la fenêtre la lune monter doucement dans le ciel. Il était temps de passer à l'action, il avait fait les quatre cents pas dans sa suite en attendant impatiemment la nuit tombée. Maintenant c'était l'heure, le château était droit devant, là il ne pourrait pas se tromper de chemin au moins ! Vu qu'il avait la flemme de descendre en bas au risque de se perdre de nouveau, il ouvrit sa fenêtre et sauta sur le toit d'une maison un peu plus loin. Il courait de toit en toit, en étant le plus discret possible dans la sombre nuit, tel un monstre nocturne. Arrivé devant le château, deux gardes se tenaient devant entrain de discuter pour faire passer le temps. Bakura arriva vers eux, il passa devant les deux gardes sans même leur adresser un regard. Les gardes se regardèrent choqués du mec qui venait de passer sans même s'arrêter et qui venait d'entrez sans permission. L'un l'intercepta :

- Non mais vous faites quoi là ?

- Je passe, un problème avec ça ?

- Vous avez une autorisation de rentrer ici ?

- Nan, mais là vlà ton autorisation.

Il lui mit un coup de boule ce qui fit tomber le premier garde par terre, et lui planta sa rapière dans le front. Le second garde arriva et essaya de lui mettre un coup d'épée, il esquiva et échangea quelques coups avec. Il finit par le tué aussi, tous faibles pensait-il. Après le meurtre facile, il continua son chemin, le château était assez sombre, il y avait des bougies accrochés au mur pour éclairer les pièces la nuit.
La pièce dans laquelle il débarqua était immense, c'était le hall d'entrée, la pièce et sans doute toutes les autres étaient bleues et blanches. Trois chemins s'offraient à lui, un à droite, un à gauche et un en haut où il fallait emprunter des escaliers. Il emprunta celui du haut au hasard, à vrai dire il ne savait pas vraiment ce qu'il cherchait, autant y aller au pif et buter tout ce qui l'empêcherait de chercher ses infos. Il faisait très froid dans le bâtiment, lorsqu'il soufflait de la fumée sortait de sa bouche, l'ambiance ici semblait être figé dans le temps. Au bout de quelques minutes dans un interminable couloir, il rencontra une troupe de garde qui faisait leur ronde habituelle. Ne pouvant se cacher, il leur fit face, le garde tout devant l'interpella :


- Hé vous, que faites vous ici ?

- Comment êtes-vous rentré ? Rajouta un autre garde.

- La porte était ouverte, je suis rentré.

- Des gardes étaient devant la porte, ils ne vous aurait jamais laisser passer !

- Pas de ma faute si ils crèvent durant leur boulot, faut changer de personnel ici, ils sont incompétents héhéhé.

Les gardes s'interrogèrent du regard, ils ne comprenaient pas de quoi il parlait. Et au vue du regard sadique de l'occulte ce n'était pas bon pour eux, pendant que les gardes parlaient entre eux, il jeta un coup d’œil au dessus d'eux. Un magnifique lustre qui devait peser son poids, planait au dessus accroché par un cordon. Une idée machiavélique lui traversa l'esprit, il allait s'amuser un peu. Un des gardes s'avança vers lui :

- Monsieur, sans autorisation écrite, ou badge, vous ne pouvez pas rester ici.

Sans le savoir, le garde avait signé son arrêt de mort, Bakura lança un sourire de psychopathe dans sa direction avant de lancer rapidement sa rapière en l'air. Elle s'envola en direction du cordon qui retenait le lustre, celui-ci se coupa et fit tomber le lourd objet sur les gardes qui n'avait rien vu venir, tellement ça c'était passé vite. Le lustre s'écrasa contre les gardes qui étaient tous écrasés, ce qui fit un boucan énorme par la même occasion.

- HAHAHAHAHA ! Rigola t-il en voyant ses victimes agonisantes sous le lustre. Bande de cons, ne jamais se mettre à travers mon chemin si vous tenez à la vie !

Il passa son chemin en shootant dans la tête d'un des gardes, il ramassa son arme et poursuivit sa route dans les sombres couloirs du château de Sunny Grace. Il ne s'était même pas rendu compte tout le brouhaha qu'il avait fait et qui avait du s'entendre dans tout le château. A plusieurs reprises, il se cacha des gardes qui couraient à la recherche de l'individu qui avait fait tout ce bazar et tué des gardes. Bakura débarqua dans une pièce ressemblante à la bibliothèque du château, enfin une pièce intéressante ! Là au moins, il pourrait savoir ce qu'il cherche. Bien sûr, la pièce était plus que grande, rien qu'à voir la grandeur, il commençait déjà à bouillonner intérieurement. Lui et les bibliothèques ce n'était pas son truc, en revanche son double était un vrai rat de bibliothèque. Il allait enfin servir à quelque chose...sans doute.

* Hé le môme, toi qui est un pro de là-dedans, aide moi ! *

* Tout dépend de ce que tu recherches...Ouah ! Elle est magnifique cette bibliothèque !  s'extasia t-il.

* C'est pas le moment de s'extasier devant une pièce avec des putain de bouquins ! Trouve une idée et vite Yadonushi !* s'énerva Bakura.

* Bon d'accord d'accord, hum, c'est vrai que c'est immense, on va mettre des heures à trouver un bouquin...oh je sais ! Ton anneau ! Utilise le, étonnant que tu ne l'ais pas encore fait. *

Il fallait admettre que c'était une idée efficace, et Bakura s'étonna lui-même de pas avoir penser à son objet directement.

* Héhé, t'inquiètes j'y avais déjà pensé. Je voulais savoir si t'était pas abruti, c'est tout. *

* Bien sûr...*

Bakura se concentra et utilisa son anneau pour trouver ce qu'il cherche, et comme par magie, quelques bouquins tombèrent sur le sol. Il les prit et commença à feuilleter les pages des ouvrages, tous parlaient d'une chose en particulier : Une baguette de glace. Bakura souriait narquoisement, une arme hein ? Il allait pouvoir congeler ses adversaires avec ça, ça lui plaisait ! Il ne regrettait pas d'être venu, il y trouvait son compte au final. Mais aucun des livres ne disaient clairement où cette arme se trouvait, ils parlaient juste que seul les membres de la famille royale, connaisse le secret. L'occulte ferma le livre, il allait rendre une petite visite à la princesse des lieux. Elle devrait connaître la position de l'arme, et si elle coopère, peut-être qu'elle survivra. Mais avec Bakura, rien n'était sûr, mais bon il était de bonne humeur tout à coup.

- HAHAHAHAHA ! J'ai enfin trouvé ce que je cherche et il sera à MOIIIIIIIIIIIIIII ! Hurla t-il tel un malade mental, ne se souciant qu'il alertait les environs. Les gardes savaient d'ores et déjà qu'il s'agissait d'un psychopathe maintenant.

* Chuuut, pas si fort Yami ! Ils vont te repérer !*

- Ah oui merde, bon tant pis, si ils viennent, ils mourront héhéhéhé.

Fier et heureux d'avoir trouvé ce qu'il cherchait, il quitta la pièce aussitôt. Maintenant, il fallait chercher la princesse. Il renvoya Ryou au fond de l'anneau et il continua son chemin. Par déduction, la famille devait dormir dans la plus haute tour, en essayant de pas se perdre, il grimpa le plus haut possible. Pendant ce temps, l'un des gardes qui avait été écrasé sous le lustre avait survécu et parlé d'un individu à tête blanche, les gardes commencèrent leur recherche. Seulement, il y en avait un autre de grand personnage à tête blanche, qui se baladait dans le château.

Revenir en haut Aller en bas
Sephiroth
Capitaine Pirate
avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 04/10/2013
Localisation : De retour sur les mers !

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
9/1000  (9/1000)
Expérience:
159/400  (159/400)

MessageSujet: Re: Le rendez vous des Psychopathes... Sunny Grace, la contrée aux yeux fermés ! [Sephiroth & Bakura]   Lun 2 Mar - 19:35

La cour était grande et correctement aménagée. De beaux jardins qui résistait au froid tempétueux de l’hiver. Des haies propres, dont la surface était découpé au millimètre. Des fleurs, qui semblaient-il, supportaient le froid, des arbres fins qui dominaient la cour de leur longueur. De quoi émerveiller un botaniste, ou n’importe quel amateur de jardin.
Sephiroth s’approcha de la porte de bois massive, et poussa un premier pan. Semblable à des majestueuses portes de sanctuaire ou cathédrale. De l’intérieur, la salle semblait sans fin. Longue et large, de quoi abriter facilement une majeure partie de la population en cas d’intempérie. Difficile de s’orienter face à cet immense espace conçu de pierre et de vide. Le pirate avança donc droit devant lui sans trop se poser de questions, et après avoir traversé la salle, prit un escalier qui le mena directement à un dédale de portes. Une multitudes de directions, toutes jalonnées de portes closes d’un style très ancien. A en voir ce lacis de possibilités, le démon d’argent eu le tournis. L’orientation n’était pas son fort, et cette fois-ci il avait à faire à un réseau de mur de pierre infernal.

La meilleure solution, à son sens tout du moins, était de les ouvrir les une après les autres. Tombants sur des réserves de toutes sortes : nourriture, armes, broderies et autres breloques sans intérêt. Puis ce fut au tour des chambres. Toutes vides, s’habillant de literies souples et de commodes spacieuses. Des tapis calquant les armoiries du seigneur local, et des rideaux brodés à la main, qui partaient du plafond pour caresser le sol à l’extrémité du tissu. Enfin, une cheminée de pierre souvent nettoyée mais dont la pellicule de cendre trahissait l’utilisation récente.
Pourtant à aucun moment il ne trouva une âme vivante dans ce château. Cette partie était peut-être inhabitée. Il y avait néanmoins une différence entre être inhabitée et être déserte. Le plus ennuyeux, était que rien ne semblait s’approcher de ce que cherchait le pirate. Généralement les salles du trésor étaient les mieux protégées, et cette absence de vie, laissait clairement apparaitre qu’il n’y était pas du tout. C’est en partant de ce constat, que le démon d’argent traversa l’intégralité du couloir sans prendre la peine de continuer sa fouille. Après une bonne dizaine de minutes, et probablement plus d’une aile traversée, il croisa le chemin d’une troupe qui semblait sur le qui vive. L’un d’entre eux semblait blessé. Du sang sur ses vêtements et son armure, le pas boitant et le souffle difficile.

Sephiroth s’avançait vers eux, sans se soucier de quoi que ce soit, imperturbable, continuant son chemin sans réfléchir aux forces de l’ordre. Ils se retournèrent apercevant la longue chevelure de ce diable sanglant.

- Des cheveux blancs tu disait ? Je crois qu’on tient notre homme.

- Non… Ce… Ce n’est pas lui… admit difficilement celui qui semblait blessé.

Il s’agissait tout de même d’un intrus qui n’avait rien à faire ici. Les protecteurs s’avancèrent donc pour intercepter l’homme déambulant dans ce couloir infini.
De son coté, le pirate n’attendait qu’une occasion comme celle là pour obtenir des indications. Il posa la main sur son sabre et se lança directement sur les quatre bonhommes qui s’approchaient. Il trancha la tête d’un, avant d’empêcher un second de dégainer en lui posant la main sur le fourreau. Il planta aussitôt son index et son majeur dans les yeux de son adversaire, plongeant définitivement dans le noir son assaillant, et lui trancha la gorge aussitôt. Il ne restait plus que deux gardes : l’estropié et un bretteur qui tenait son épée de ses deux mains. Une très lourde lame qui avait de quoi faire de lourds dégâts, mais qui était dure à manier.
Il s’approcha et pris de vitesse le garde, lui tranchant une main qui tomba au sol. Un hurlement puis plus rien. La lame du pirate transperçant la gorge du garde royal, absorba toute forme de son qui pouvait produire l’homme de son vivant.
Mettant à terre toute l’équipe, Sephiroth s’approcha du blessé, qui reculé lentement.

- Ta blessure t’a sauvé la vie. Ou est la salle du trésor ?

- Qui êtes vous ? Tu es avec l’autre type aux cheveux blancs, c’est ça ? Questionna-t-il.

« L’autre type aux cheveux blancs »… Naturellement, l’image du gamin insolent de l’auberge lui revint en tête. Peut-être était il là lui aussi. Finalement, cela ne lui importait guère. Il n’avait qu’un but, et c’était ce qui lui importait le plus. La présence du jeune homme n’était qu’un détail. Un détail qu’il prendrait plaisir de rayer, si son chemin l’orientait vers lui.

- Si je n’avais pas un minimum besoin de toi tu serais mort pour ne pas m’avoir répondu. Ou est la salle du trésor ?

Il conserva un silence héroïque bien que dangereux. Cet élan de courage fit sourire le pirate qui s’approcha de lui. Il lui saisit violement la main droite et lui plia le petit doigt à l’envers. L’homme hurla de douleur, sentant rompre le cartilage, puis l’os. Il respira de nombreuses fois reprenant son souffle difficilement.

- Il te reste neuf doigts, soit neuf chances de me répondre. Au dixième coup, c’est ta tête que je retourne. Ou est la salle du trésor ?

- Je... Je ne dirais rien !

Qu’à cela ne tienne. Sephiroth aimait les fortes têtes. Courageux le bougre, il venait de perdre son annulaire droit. Criant à s’en arracher les cordes vocales, il fit preuve d’une volonté qui plaisait au pirate, qui continua alors son petit jeu de fractures. Le supplicié ne put tenir le coup jusqu’au bout, mais sortit de cette infernale partie avec les honneurs. Sept doigts fracturés avant de craquer mentalement. Il expliqua le chemin au pirate, qui le força à se lever pour qu’il le guide.
Après une dizaine de minutes à descendre un capharnaüm d’escaliers, le pirate et l’otage arrivèrent devant une solide porte de bois. Grande et massive, comme une salle du trésor le supposait.

- Voilà… Vous… Vous y êtes.

Sans réfléchir, Sephiroth épargna la vie de son compagnon d’un moment, et poussa les portes de la salle. A sa stupeur, il ne trouva pas la moindre pièce d’or. En revanche il y avait un autre type de métal : de l’acier. En masse. Sous formes d’armures et d’épées, toutes portées par des soldats d’une armée entière assise à de très longues tables. Le guide avait rusé. Il ne l’avait pas guidé jusqu’à la salle du trésor, mais jusqu’au cœur du château. La ou tout les soldats de l’armée étaient en train de prendre leur souper.

- Fumier… Lâcha le démon en se retournant vers son prisonnier.

- Je suis un chevalier du royaume de Sunny Grace. Plutôt mourir que de t’offrir gain de cause, ordure !


Revenir en haut Aller en bas
Bakura Ryô

avatar

Messages : 123
Date d'inscription : 25/03/2014
Age : 19
Localisation : Quelque part dans les ténèbres ~
Humeur : Sadique

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
8/1000  (8/1000)
Expérience:
367/400  (367/400)

MessageSujet: Re: Le rendez vous des Psychopathes... Sunny Grace, la contrée aux yeux fermés ! [Sephiroth & Bakura]   Dim 8 Mar - 15:35

Suite à son escapade dans la bibliothèque, qu'il avait mit 5 minutes à trouver la sortie, il sortit en claquant la porte derrière lui. Il faisait exprès de faire du bruit pour vérifier une hypothèse, depuis tout à l'heure il faisait beaucoup de bruit et aucun soldat n'était venu. Il se passait quelque chose de louche selon lui, soit il manquait réellement de personnel ou soit ils étaient occupés autre part. Il optait plutôt pour la deuxième option, ça lui paraissait un peu plus censé. Il continua son chemin, il devait trouver l'actuelle la princesse de Sunny Grace, voire même ses parents, mais elle seule suffisait. Et dans sa tête c'était l'image d'une petite fille fragile et naïve comme tout, il n'aurait aucun mal à lui faire cracher le morceau. Il s'arrêta dans ses pensées lorsqu'il entendit des bruits de pas qui couraient dans sa direction, il ferma les yeux un instant, et rien qu'au son il perçut qu'ils étaient cinq et assez bien équipé. Par prudence, il se faufila derrière une des nombreuses portes, il colla sa joue contre celle-ci et entendit les gardes parlez dans leur course :

- Apparemment ils l'ont eu ! L'un de nos compagnons à réussit à la piéger !

- Notre plan a donc fonctionné, allons lui corriger la face à ce criminel ! hurla un autre heureux et déterminé.

Lorsque la voix des hommes s'étaient estompés, Bakura sortit de sa cachette et fronça les sourcils. Jusqu'ici il n'y avait que lui seul qui avait foutu le bordel, a moins qu'un autre énergumène, avait lui aussi causé des soucis ? Au moins il avait sa réponse, les gardes étaient bien occupés à autre chose, ce qui laisserait le champ libre pour ses recherches. Par chance il retrouva les escaliers menant aux chambres les plus importantes, les quartiers royaux, là où devait se trouver la princesse. Il commença à sourire sadiquement, en réfléchissant à quelles tortures il allait lui infliger à cette pauvre petite. Mais dès lors, qu'il était en haut de l'escalier, il sût que cette partie était un peu plus protégée, normal en même temps, il allait devoir se la jouer silencieux. Il arriva à un tournant où des gardes surveillait une grande porte bleutée, sûrement derrière cette porte se trouvait la chambre qu'il cherchait. Seulement, pleins de gardes y étaient disposés, l'un d'eux dormait à moitié d'ailleurs, il se faisait frapper par ses collègues au vu de sa fainéantise passagère. Deux gardes étaient devant l'immense porte, deux autres en face au niveau d'une fenêtre tout aussi grande, et à l'autre bout du couloir il y en avait deux autres. Gros silence, Bakura allait passer à l'attaque lorsqu'un escargophone sonna depuis la poche de l'un des gardes devant la porte : 

- Mochi mochi ?

- Oui c'est moi, on a réussit à intercepter le fauteur de trouble, il est encerclé ! Vous pouvez prévenir sa Majesté que l'affaire est réglé.

- Bien joué ! La défense de Sunny Grace est la meilleure aha !

A cette entente, des gardes s'exclamèrent de joie. Au même moment Bakura s'avança vers eux, voulant stopper leur moment de fierté. Le garde à l'escargophone, se mit à regarder l'occulte qui s'avançait sans même prendre le temps de se planquer ou réfléchir à une stratégie. Tandis que les gardes ne savaient pas quoi faire en voyant arrivé l'intrus. Ils pensaient tous l'avoir eût, mais ils s'étaient trompés.

- Vous..vous êtes sûr de l'avoir attrapé...? Balbutia le garde en voyant la mine prédatrice de l'albinos.

- Bien sûr, il est coincé ici dans notre salle de repos. Pourquoi ? C'était bien un albinos assez grand ?

- Bien justement, je crois qu'il est devant nous, peut-être qu'ils sont deux dans l'affaire ! GARDES A l'ATTAQUE !

Il laissa tomber l'escargophone, le laissant ouvert, l'autre garde entendait tout au bout du fil. Les chevaliers de Sunny Grace, se ruèrent tous sur Bakura, six gardes s'était pas mal contre une seule personne. Mais cette personne n'était pas n'importe qui non plus, il allait devoir la jouer rusé pour essayer de tous les avoir. Surtout que ceux d'en haut était plus fort pour protéger la famille royale. Il s'était foutu dans la panade tout seul mais c'était le seul moyen pour passer, le premier garde arriva en essayant de couper son adversaire, il échangea quelques coups d'épées avec l'occulte. Bientôt un deuxième arriva, il avait deux fois plus de coups à contrer. Il réussit néanmoins à en choper un, et le mettre devant lui, l'autre garde ne fit pas attention car ça c'était passé trop vite et donna un coup à son allié sans le vouloir. Il balança le blessé sur celui qui lui avait du mal, pour l'instant il s'était débarrassé de deux gardes momentanément, deux autres arrivèrent à la charge. Il faillit se prendre un coup, il recula de quelques pas, il toucha avec son dos ce qui ressemblait à une vieille statue. Il décida de jouer avec le décor pour tirer à son avantage. Il fit tomber la statue vers les deux gardes, ils esquivèrent mais avec les débris, un nuage de poussière recouvrit toute la pièce. Les chevaliers toussèrent, mais ils restaient sur leur gardes. Sans le voir, un des gardes périt silencieusement en se faisant trancher la tête, deux guerriers en moins, il en restait quatre. La poussière disparue et ils virent le criminel accoudé contre un mur.

- Le voilà, il est coincé nous le tenons !

Ils s'approchèrent avec leurs épées et certains avec leurs boucliers, l'albinos recula et attendit que les gardes avaient toute l'attention sur lui. Mais un seul des quatre était un peu en retrait...

- Rends toi, on te tient, tu ne peux plus fuir. Ta stratégie futile n'a servit à rien, tu t'es piégés toi-même.

Le garçon lui rendit un sourire, ce qui étonnait les gardes, lorsque l'albinos se mit à parler, il y avait quelque chose de différent :

- Non, c'est Yami qui vous a eu ! fit-il avec un clin d’œil.

Ils ne comprenaient rien à ce qu'il disait, lorsque le second garde derrière eux planta son épée dans le dos d'un autre de ses collègues. Il ramassa une deuxième épée et il eut le temps d'en tuer un autre. Il n'en restait plus qu'un, il était coincé entre un traître et le criminel devenu bizarre. Le garde remarqua que son " allié " portait une mystérieuse breloque dorée autour de son cou. Et que sous son casque, il avait une aura très différente. Ryou lui donna un coup de pied dans les jambes pour le faire tomber, et le le traître l'acheva, enfin on savait que ce n'était pas un traître mais bien notre psychopathe. Une fois tout ce beau monde par terre, il put quitter le corps qu'il avait emprunter. Ryou reprit l'anneau autour de son cou et laissa sa place à Bakura qui l'envoya retourner aux tréfonds de l'anneau comme "remerciement", il aimait bien se servir de Ryou pour concrétiser ses projets sournois.

- Je préfère ce corps là héhéhé. Tss, quel bande de chieurs.

Il souffla un instant, mais il ne remarqua pas qu'un des gardes au sol n'était pas tout à fait mort, celui-ci sortit un poignard de sa poche et la planta directement dans le cœur de Bakura. Pensant qu'il l'avait tué, il commença à crier victoire, mais il vit que l'albinos était toujours debout ses yeux cachés par ses cheveux blancs avec le poignard qui pendait toujours. D'un seul coup, Bakura releva la tête avec une tête de tueur et s'avança dangereusement vers son adversaire qui prenait peur qu'un mort vivant lui fasse face.

- FILS DE..

- P-pourqqqquoi il m'mmeurt pas ?!!!

Le pirate se rua dessus en le démembrant de tout les côtés, ta tête, les yeux, les bras, le ventre. Après sa mini crise passagère et ses mains pleins de sang, il retira le poignard et je le jeta par terre en gémissant :

- Arg...ça fait mal quand même. dit-il en essayant de stopper le sang qui coulait de sa poitrine.

La cicatrice mettrait quelques heures à se boucher grâce à son anneau, il avait un gros trou au niveau du cœur sous son tee-shirt troué aussi. Mais maintenant il devait allez voir la princesse, qui sait ce qu'il allait encore affronter comme épreuve. Surtout qu'il ne passerait pas inaperçu avec tout ce sang sur lui.

Revenir en haut Aller en bas
Sephiroth
Capitaine Pirate
avatar

Messages : 59
Date d'inscription : 04/10/2013
Localisation : De retour sur les mers !

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
9/1000  (9/1000)
Expérience:
159/400  (159/400)

MessageSujet: Re: Le rendez vous des Psychopathes... Sunny Grace, la contrée aux yeux fermés ! [Sephiroth & Bakura]   Mer 11 Mar - 14:18

Un piège qu’il n’avait absolument pas vu arriver. Et la pire des situations en marche. Le démon argenté, seul face à une armée entière. Il avait beau être fort et jouer les bretteurs digne de ce nom, il ne viendrait pas à bout de tout une armée. Son ancien lui, le Sephiroth qu’il était avant son amnésie, lui aurait pu.
Tandis que son faux guide, serviteur d’une loyauté implacable, avertissait de vive voix ses confrères, le pirate dégaina son épée prêt à s’opposer aux troupes de Sunny Grace. Présomptueux ou suicidaire ? Peut-être même les deux. Il bondit dans les airs, et trancha l’épais cordage qui maintenait le lustre à bougies. Ce dernier s’écrasa sur trois pauvres soldats, empalés par le poids de la ferraille anciennement suspendue.

Il retomba au milieu d’un cercle de soldats qui dégainèrent leurs épées de fer glacial. Il tournoya sur lui-même et tel un danseur venu des enfers, trancha les cinq ou six gardiens de la paix qui l’encerclaient, faisant jaillir un cercle de sang, dans un feu d‘artifice de souffrance. Il se fraya un chemin à ras de terre, ou en bondissant au dessus des têtes qu’il trancha à chacun de ses passages. En une vingtaine de secondes, une dizaines d’hommes gisaient déjà au sol, morts pour la plupart, agonisant pour les quelques rares robustes qui supportaient les douloureuses blessures de Pandemonium.
Seulement, la situation était délicate. Toute l’armée ne devait pas manger dans cette salle, mais les quelques deux cent hommes, à vue d’œil, regroupés dans cette grande salle, finirent par neutraliser la férocité de cet opposant farouche.

Attaché à une poutre, quelques hématomes qui se résorbaient déjà, le pirate observa ce qui suivait. La famille royale venait d’être averti de cette intrusion, et les autres gardes semblaient surpris par la nouvelle.

- Vous êtes sur de l’avoir attrapé ? Entendit le prisonnier.

Il y avait visiblement un autre fauteur de troubles dans le château. Décidément, ce n’était pas la journée de Sunny Grace, il fallait bien le croire. En revanche c’était bien plus celle du démon argenté qui eut la bonne nouvelle de s’apercevoir que les gardes étaient plus doués au combat qu’à la conception des nœuds. Un prisonnier qui n’était pas fermement tenu par ses liens, n’était pas vraiment un prisonnier. En un mouvement de bras, il obtiendrait la liberté. Mais les gardes étaient toujours aussi nombreux. La fuite n’allait pas être simple.
Il observa l’ensemble de cette grande salle et trouva une porte dans le fond qui n’était pas gardée. Il y avait toutefois deux bons hommes qui surveillaient de près le pirate. Tout allait donc se jouer en un éclair.

Il leva le bras vivement, et dégaina de son mouvement libre, son sabre. Il trancha le reste de la corde et s’émancipa de ce « poteau-geôlier ». Les deux surveillants réagirent, et c’est toute la clique en armure qui se révolta. Sephiroth perça la cuirasse du premier garde, et l’envoya vers ses congénères afin de gagner quelques précieuses secondes. Il se rua vers la porte du fond, qu’il verrouilla comme il faut. Il se dirigea vers l’autre porte qu’il y avait dans cette petite pièce, et se jeta dans le couloir à toute vitesse.
L’armée ne le suivait pas, probablement entravée par l’épaisse porte fermée. Il fonça sans regarder derrière vers l’autre bout du couloir qui n’en finissait plus. Puis enfin, à l’ultime extrémité de son chemin, il tomba sur une très grande porte ornée de multiples serrures et de chaines solides. La porte mesurait près de cinq ou six mètres de hauteur, et au simple toucher du bois, le démon conclu une épaisseur anormale pour une simple porte.

- Ça sent très bon tout ça…

Une pièce gardée par une porte aussi solide était forcement annonciatrice de belles découvertes. Le démon se recula, et balança quelques salves tranchantes. Qui n’eurent pour effet que de balafrer cet œuvre d’art de bois massif. Voyant que ces efforts ne lui apportaient rien, il se recula de quelques petits mètres, et posa un genou à terre. La lame droite, la pointe au sol. Il ferma les yeux et accumula une concentration digne de son rang de sabreur. Une sérénité exemplaire semblait alors envahir le couloir, malgré l’aura chaotique que dégageait l’odieux. Le silence, la concentration et les talents de bretteur mêlés dans un corps robuste et une expertise du sabre en main, firent que la préparation semblait proche de la perfection.
Il ouvrit soudainement les yeux, et effectuant une rotation sur lui-même, il fendit l’air d’une manière presque théâtrale, laissant parler les affaires tranchantes de sa technique et la qualité du fil de sa lame.

- Tora no Tsume !

Du fer jaillit une lumière bleu cyan, et s’écrasa sur la solide porte en creusant le bois. Un bruit aussi vif que strident fendit l’air et offrit un son puissant et détonant au contact de cette défense de grume. Explosive fut la réaction, et les quelques arceaux de métal constituant l’ensemble de la serrurerie, furent réduit à un état proche de quelques loques pendantes.

Il rangea sa précieuse alliée dans son fourreau et s’avança près de la porte qui céda à la poussée du pirate et s’ouvrit lentement. Un grincement farouche retentit dans tout le couloir, ne laissant malgré tout guère de place au doute.
Une fois à l’intérieur la pénombre semblait victorieuse, il était difficile d’y voir clair et de s’orienter convenablement. Mais plus il progressait dans cette obscurité, plus ses pupilles s’habituaient à ce contexte ténébreux, laissant ainsi ce noir froid inutile.
Mieux encore, lorsque ses yeux purent distinguer les composants de cette salle et offrir une certaine clarté à cette obscurité maléfique, il s’aperçut qu’il venait enfin de trouver ce qu’il convoitait.
Une salle pleinement remplie d’un trésor aussi précieux que gigantesque. Des pièces par milliers de milliers, des joyaux de toutes sortes, des calices d’or, des pendentifs sertis et autres sabres, sceptres et ornements.
Enfin, il trouvait ce qu’il était venu chercher.  


Revenir en haut Aller en bas
Bakura Ryô

avatar

Messages : 123
Date d'inscription : 25/03/2014
Age : 19
Localisation : Quelque part dans les ténèbres ~
Humeur : Sadique

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
8/1000  (8/1000)
Expérience:
367/400  (367/400)

MessageSujet: Re: Le rendez vous des Psychopathes... Sunny Grace, la contrée aux yeux fermés ! [Sephiroth & Bakura]   Ven 20 Mar - 16:16

Après s'être débarrassé des gardes devant la porte, il devait poursuivre son chemin qui menait à des escaliers qui allait sans doute l'emmener jusqu'aux plus hautes tours du château. Bien que son récent combat avait laissé quelques séquelles, il ne devait pas laisser trop de sang couler de son torse, sinon le corps qu'il empruntait à Ryou ne tiendrait pas. Mais il était pressé, trouver cette famille royale était sa priorité, il en rêvait de cette baguette de glace, le fait de pouvoir congeler tout ce qui voulait le faisait frémir d'impatience. Avec sa dégaine de mi-vampire, mi-mort-vivant et le sang qu'il laissait tomber derrière lui, ne passerait pas inaperçu. Raison de plus pour se dépêcher, car ce n'était pas prévu dans ses plans de se faire blesser bêtement par un stupide garde inutile. Même son double lui avait proposé son aide, mais rien à faire, sa fierté avant tout, il l'envoya même au fond de l'anneau pour être tranquille. C'était étrangement calme, on sentait que cette tranquillité était du au fait, que les chambres de la famille royale étaient proches, plus étonnant encore, c'était qu'il n'y avait pas de gardes. Ah moins, qu'ils étaient tous en bas avec le deuxième emmerdeur du jour, ou alors ils étaient tous morts. Soudain , une des portes s'ouvrit, un des gardes parlait avec une femme blonde à la longue robe bleue et blanche. Bakura s'était caché derrières des armures de décoration, et écoutait la conversation, ce qui était plutôt dur car il avait du mal à se retenir de tousser à cause de son hémorragie.

* Héhéhé, jackpot, la reine est de sortie *

C'était bel et bien la reine de Sunny Grace, qui semblait affolée, sans doute dû aux intrusions des deux albinos.  

- Il faut retrouver ses deux criminels, aucun des deux n'a été capturé et abattu, c'est inadmissible ! En plus, le roi est en voyage d'affaire, je veux que se soit réglé avant son retour !  gronda t-elle.

- Toutes nos excuses ma reine, nous allons les attraper et ils paieront pour leurs crimes. Nous allons être plus prudent et renforcer les effectifs pour vous protéger.

Bakura voulait profiter de cette occasion pour s'attaquer à la reine, mais la douleur qu'il ressentait était plus forte à ce moment, l'anneau était entrain de faire son boulot. Il préféra attendre, et puis comme ça, la princesse serait encore plus vulnérable seule. Au même instant, une goutte de sang tomba sur le sol, la reine s'arrêta brusquement de bouger, sous le regard incrédule du garde.

- Que se passe t-il ?

- J'ai cru entendre un bruit, continuons, il faut que l'on aille voir l'état des lieux.

Et ils disparurent du long couloir, laissant le champ libre à l'occulte qui ne revenait pas que la reine avait entendu un si petit bruit. Mais il se souvint de la légende de Sunny Grace, à propos de la cécité de la famille royale et de leur ouïe phénoménal. Cette légende semblait vraie, bien qu'il n'avait pas l'impression qu'elle était aveugle. Il poursuivit furtivement telle une ombre dans la nuit, son chemin, et il tomba finalement sur la chambre de la princesse. Il appuya sur la poignet délicatement et ouvrit la porte tout en silence. La petite princesse qui devait avoir l'âge de 13-14 ans, dormait dans son lit blanc. Enfin, depuis que Bakura avait ouvert la porte, elle s'était brusquement redressée, en disant :

- Mère, est-ce vous ?

Il n'y avait pas de bruit, juste le courant d'air venant d'une fenêtre à proximité d'elle qui lui glaça le sang. Elle ne laissait jamais les fenêtres ouvertes, sinon elle mourrait de froid. Elle s'empressa de fermer sa fenêtre, mais la porte de sa chambre claqua. Ce qui la fit sursauter de nouveau, elle entendit enfin des petits bruits de pas, lents et mystérieux. Ce qui rendait l'atmosphère encore plus glauque, elle recula instinctivement et s'accrocha à un meuble derrière elle tout en essayant de savoir ce qu'il se passait ici. Les pas se rapprochaient de plus en plus, elle réussit enfin à entendre la personne respirer. Et au son de la respiration, la personne était blessée selon elle. Puis, les bruits de pas avait cessé, le calme était revenu bizarrement. Elle osa s'avancer, car oui elle ne voyait rien, elle était aveugle, elle savait parfaitement utiliser son ouïe. Elle mit ses bras en avant et tenta de toucher ce qui perturbait son sommeil depuis tout à l'heure, et lorsqu'elle toucha enfin la source d'ennuie, elle tripota le torse de la personne, elle remarqua qu'il n'y avait pas de poitrine et que la structure n'était pas féminine. Elle avait donc à faire à un homme, qui était bien blessé comme elle le pensait car elle avait touché une substance étrange sur le torse qu'elle sentit, elle reconnut immédiatement le sang.
Tout à coup, une main agrippa fermement son poignet et l'intrus se mit furieusement à parler :


- Tu es audacieuse pour une sale gamine.

- Je vous entends enfin, que me vaut l'honneur de cette visite monsieur l'étranger ? dit-elle avec un calme légendaire.

Comme réponse, Bakura plaqua la tête de la petite fille contre un mur en l'enfonçant le plus possible. Il lui murmura froidement :

- Ton trésor.

- Lâchez-moi, vous me faites mal.

- Continue de geindre et je te ferais encore plus mal. Maintenant tu me réponds et vite, j'ai pas que ça à faire.

La princesse ne semblait pas vouloir répondre, mais plus l'occulte la serrait plus elle voulait lui dire.

- Le trésor est en bas du château...des tas de bijoux vous y attendent et...

- Je m'en fous de ça ! coupa Bakura visiblement un peu énervé. Je veux ta putain de baguette de glace !

- Ma baguette...? Comment êtes-vous au courant ?

- C'est simple, j'ai ouvert un bouquin et je l'ai lu.

- Oh je vois.

Gros silence.

- Bon tu vas me le dire ?! s'impatienta l'occulte.

- Je refuse ! C'est un héritage sacré pour notre famille, vous n'avez pas le droit de vous en emparer !

- Je vais me gêner tiens. Si tu me le dis pas, je vais réduire en miette ta petite maman chérie, que tu aiiiiiiiiiiiiimes tant, hahahaha !

- NON !

Réaction immédiate de la jeune fille, Bakura avait vu juste sur ce point. Les petites princesses dans son genre tenait bien à leur famille, surtout à leur mère. Son calme de tout à l'heure disparaissait petit à petit, surtout avec le son du rire du psychopathe qui faisait froid dans le dos. Elle allait dire quelque chose, lorsque des gardes entrèrent dans la chambre :

- Il est là ! Il menace la princesse !

Les gardes n'avaient fait que suivre les traces de sang, ce qui avait mené jusqu'ici. Bakura se retourna vivement, il ne pouvait pas encore se battre totalement, sa grosse blessure n'était pas tout à faite rebouchée, et si il recommençait à se battre maintenant ça risquait de s'ouvrir à nouveau. Il prit la princesse comme un sac à patate et détruit la vitre pour s'enfuir sur les plus hauts toits enneigées. La petite fille appela sa mère au secours, impuissante devant ça.

- Vite faut le rattraper ! Il a kidnappé la princesse ! s'écria un autre garde.

Maintenant que Bakura était sur les toits, il cherchait un moyen de descendre rapidement et sans se casser la figure. Il arriva au bout du toit, les gardes le poursuivait dans ses singeries, mais maintenant c'était soit il saute soit il combattait les gardes. Alors avec une petite fille sur le dos c'était pas facile, il préféra sauter pour atterrir dans un gros tas de neige en contrebas. Bien sûr, avec un tel saut, la petite fille avait dû crier de tout ses poumons, réveillant le quartier par la même occasion. Mais plus le temps, il siffla pour appeler sa monture et il disparut dans la sombre forêt avec la princesse, prêt à lui faire cracher le morceau, quitte à lui faire des choses horribles, et personne ne pourrait la sauver désormais.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le rendez vous des Psychopathes... Sunny Grace, la contrée aux yeux fermés ! [Sephiroth & Bakura]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le rendez vous des Psychopathes... Sunny Grace, la contrée aux yeux fermés ! [Sephiroth & Bakura]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le rendez vous des Psychopathes... Sunny Grace, la contrée aux yeux fermés ! [Sephiroth & Bakura]
» Un rendez-vous sanglant. [Faith]
» [Terminé] Premier rendez vous avec Samus
» rendez-vous a 2 setaka et elbastino
» Rendez-vous commercial

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: All Blues :: North Blue :: Royaume de Sunny Grace-
Sauter vers: