PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Recoudre l'histoire d'un fil noir[Bloom]

Aller en bas 
AuteurMessage
Kiso Shiranui

avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 07/02/2015

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
0/1000  (0/1000)
Expérience:
224/400  (224/400)

MessageSujet: Recoudre l'histoire d'un fil noir[Bloom]   Mar 10 Mar - 21:58

J'étais déjà en mission, pas le temps de pleurer Bols. L'atmosphère n'était pas au chagrin, Bloom avait le parfum d'une terre accueillante et les couleurs de la réserve et de la chaleur. Son odeur était celle d'une ville où il faisait bon vivre, et sa couleur était la grise couleur de la pierre taillée qui passait du jaune au gris sous l'effet du climat chaud et humide, et le rouge pâle des toits celle de la chaleur du soleil qui frappait ardemment toits, crânes et couvre-chef.

C'est sur cette belle île que c'était établi un homme Edan Shepherd. Il est à la solde d'un homme ambitieux, je tairais le nom de ce cafard. Ce n'est pas lui qui m’intéresse, car sans pouvoir il est inoffensif. C'est dans ce gourbi que constitue le magnifique château de bloom. Mettez un diamant dans un endroit plein d’immondice ne rendra pas l'endroit plus brillant. Ici c'était l'inverse, le manque de dignité de ces gens rendait l'endroit... Je me rendis compte que je prenais de haut tous ces gens. J'avais peu être raison de penser qu'ils n'avaient pas peu de vertu, mais je reprochais souvent, trop souvent aux humains cette manie pour en faire autant.

Je respirais un coup, pour me concentrer, si seulement il avait envoyé quelqu'un d'autre... Cette île donne envie de s'y reposer si on ferme les yeux sur le comportement de ses dirigeants.

Quand on y pense, je n'étais pas encore à quai. Mais la ville était immense elle recouvrait une bonne partie de l'île, et surtout mon sang parlait curiosité et devoir... Je voulais poser les pieds sur cette île!

Je restais neutre d'un point de vue extérieur, mais je n'avais qu'une envie c'est d'y être.

À ma descente d'un navire, un guide m'attendait, le sergent Rashir Mapple originaire de bloom, était le meilleur guidé que l'on puisse trouver, en effet malgré son grade il a toujours voulu rester sur l'île. C'est peut-être des hommes comme lui qui donne à Bloom sa réputation d'île surprotéger. De ce que je savais de l'homme ce choix avait été guider par l'amour de son île et de son peuple. C'était le genre de chose que je respectais.

Je descendais du bateau, et profitais de cette nouvelle atmosphère.

J'étais donc sur bloom.

-Sergent Rashir Mapple pour vous servir!

-Merci pour l’accueil sergent Mapple. Dis-je d'un ton neutre.

Nous marchions jusqu'à une base très bien armée, et les effectifs étaient très impressionnants pour une île des blues. Les quartiers maîtres étaient 5 fois plus nombreux que la normale, le nombre de sergents et de sergents-chefs y était trois fois plus élevé que pour une base ordinaire. Ce renforcement d'effectif était surtout politique, mais ces choses ne me regardent pas. Une fois installé dans mes quartiers il me proposa de sortir pour connaître l'île.

-Qu'êtes-vous venue faire sur notre bonne île de bloom.

Je me penchais pour donner une pièce à un cul-de-jatte. L'homme était horriblement sale, même ses haillons avaient une couleur indescriptible, tant la crasse altérait son apparence. Son réceptacle en bois fabriqué à partir d'une caisse en bois le surélevais d'une bonne trentaine de centimètre. Et pourtant personne ne faisait rien contre ça.

-Vous ne devriez pas!

L'homme ôta sa capuche puante et se leva, mordit le berry et courut avant que le sergent le lui mette la main dessus.

-Vous n'êtes surement pas habitué. Mais c'est monnaie courante cette bande d'escrocs s'attaque au touriste qui ne connaisse pas leurs mœurs!

Je lui lançais un regard des plus glacials.

-C'est le prix.

Je devinais sa question.

-Le prix à payer pour ne pas voir ce genre d'énergumène me gâcher le paysage.

Je pouvais parfaitement l'arrêté mais cet homme n'avait rien fait de mal. Avant de prendre ma pièce... Mais là encore rien n'interdit de faire la manche, de plus je lui avais donné volontairement. La justice était donc de son côté... De plus si Mapple avait raison je le reverrais plus jamais.

-J'aimerais voir Bloom sur son plus beau jour.

-Je comprends.

Selon lui nous nous dirigions vers les quartiers historiques de Bloom.

Revenir en haut Aller en bas
Kiso Shiranui

avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 07/02/2015

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
0/1000  (0/1000)
Expérience:
224/400  (224/400)

MessageSujet: Re: Recoudre l'histoire d'un fil noir[Bloom]   Ven 3 Avr - 23:55

Comme je le pensais le quartier était réservé aux gens autorisés à s'y balader sinon comment expliquer l'absence des mendiants qui étaient pourtant nombreux au port.

-Il y a des endroits très prisé dans ce quartier, vous avez vu l'affluence qu'il y a là!

-C'est normal, c'est LE restaurant pour les habitués, les touristes, les gourmets et même ceux qui détestent les restaurants, il paraît que le chef a été formé sur le Baratie à East blue!

-N'est-ce pas facile d'usurper le titre de cuisinier du Baratie?

Bien entendu le talent du cuistot faisait foi pour lui.

-Il est vrai que ce talent et cette compétence doivent avoir une origine. Dis-je avec une pointe d'ironie.

-Ainsi c'est attiré par ses mets qu'ils accourent aussi nombreux. Tiens cet homme est particulièrement chic, qui est-ce?

-Méfier de ses gens bien habillé, c'est ce que me disait ma mère et sur ce point je peux vous assurer qu'elle n'a jamais eu tort. Ils ne sont pas sur le même océan que nous. Le nôtre est salé par nos humbles larmes, le leur est salé par la sueur de ceux qu'ils escroquent, lorsqu'il n'est pas fait du sang d’innocents.

Ces paroles me faisaient penser à quelqu'un. Me faisait-il confiance à ce point pour prononcer de telles paroles? Ou bien voulait-il me protéger au point qu'il n se souciait pas de ce qui pouvait advenir de sa personne? Tenir de tel propos sur des hommes aux bras longs pourrait lui coûter sa place au sein de cette garnison, après tout, les mutations sanctionnant les marines un peu trop rebelles étaient monnaie courante.

Le peuple ne soumet pas le peuple, seuls les soldats venu se planquer et les natifs qui veulent servir leur pays sont ici, du moins c'est la rumeur qui circule parmi les soldats les plus informés. Je ne dirais pas que les soldats de Bloom ont mauvaise réputation mais l'on sait que ce ne sont jamais les plus nobles qui s'y rendent volontairement... Pas d'action héroïque ici, juste la sécurité du nombre et des gradés si forts qu'il serait pure folie que de s'attaquer à cette île ou à un membre des classes supérieures.

-Tenez votre langue nous risquerions des ennuis s'ils nous entendent. Je cours vite mais il ne faut pas exagérer!

Il n'avait pas répondu à ma question. Dans ces moment-là, la capacité de déphasage me manquait justes 3 secondes de déphasage pour modifier ma question et donc sa réponse. Il avait dû penser que je m'intéressais en tant que femme à cet homme. Mais je ne voulais qu'une confirmation.

-Urashini Kenseï, cet homme c'est...

C'était maintenant au tour de Rashir d'appeler ma discrétion. Je lui demandais d'expliquer ses motifs, motifs que je connaissais, mais il me fallait feindre l'ignorance tout du long. Après tout contrairement à lui je n'avais eu aucun propos déplacé, j'avais juste dit un nom. Qu'est ce qui justifiait cela?

-Escroc et marchand d'armes, un ancien de chez nous paraît-il. Du jour au lendemain il a quitté son poste pour faire parler de lui, un lieutenant prometteur devenu un homme avide d'argent et de pouvoir.

C'était drôle de voir comment les rumeurs et les réputations naissaient. Un homme...c'est assez drôle, et qui plus avide de choses futiles?

C'est un homme qui occupe ses journées comme il peut depuis que le goût de la vie est aussi fade qu'un devoir éternel.
Je ne suis pas là pour faire cas de ses états d'âme, l'heure était aux affaires urgentes. Les débordements que connaissent les Blues doivent être jugulés de plus en plus de pirates tyrannisent les peuples des blues se croyant tout permit. Le commandement ne peut pas former et envoyer des gradés plus vite que les calamités n'apparaissent. Ainsi à défaut d'envoyer des gradés longs a formés et entrainé c'est la qualité générale des armées qui est remise en cause. Et notre solution a été trouvée dans les dossiers de renégats.

Sur terre comme en mer des tests d'équipements sont en cours, et de nouvelles escouades se forment. Les équipent au sol requièrent près de 2 mois d'entrainements intensifs pour leur pleine utilisation mais augmentent la mobilité et la capacité offensive des hommes, les équipements "tridimensionnels" équipés de lames ultras tranchantes pouvant sans peine coupée au travers de la chair comme si c'était du beurre. Il aurait été développé sur l'île Himeji réputé pour ses sabreurs.

La seconde solution fut plus difficile à trouver, renforcer la mobilité et la puissance de feu de chaque soldat à moindre frai semblait impossible, plus de navire, trop cher, de plus petit navire, pas assez puissant. Les pantins aquatiques étaient des marchandises rares, excepté sur Grand Ligne, avec 5 mois d'entrainements et des capacités jusqu'à ce que ce fumier vienne ici. Kenseï décida qu'il était temps de viser plus gros avec ce nouveau produit sur les blues.

Il avait été décidé que des hommes du grade de sergent seraient envoyé convaincre l'homme qui avait les clefs de la sécurité des blues la mission était importante mais le premier sergent envoyé avait eu quelques problèmes et se repose actuellement à Dustone Road. Qu'est-ce qui leur a fait croire que je serais plus efficace que mon prédécesseur? Vous saurez bientôt pourquoi...

Revenir en haut Aller en bas
Kiso Shiranui

avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 07/02/2015

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
0/1000  (0/1000)
Expérience:
224/400  (224/400)

MessageSujet: Re: Recoudre l'histoire d'un fil noir[Bloom]   Ven 8 Mai - 19:20

-C'est quand même étrange...

Le sergent Rashir soulevait un de ses sourcils étonné. Il observait le restaurant espérant y voir quelque chose, que je venais juste de remarquer.

-Oublier un instant le marchand d'armes, n'est-ce pas étrange qu'un bandit de ce calibre se balade tranquillement sur cette île surprotégée?

Je venais de soulever une question des plus gênantes. L'homme dégluti, avec un regard amer. Bien qu'il me regardait je sentis que cela ne m'était pas destiné. Il voulait s'énerver mais se retint, il voulut pleurer mais garda ses yeux au sec. Touché aux trésors des hommes est source d'ennui...

-Cela me fait pensé que ce trafiquant est très humain malgré l'immonde portrait que vous venez de dressé. Il aurait presque un air du coin, il suffit de regardé sa gestuelle... J'irais presque à dire, "que lui reprochez vous"?

-Il contribue à la ruine d'une terre qu'il connait pourtant, tout comme le mendiant qui vous a escroqué tout à l'heure il se laisse aller à l'ambiance générale. L'arrivée d'un dragon céleste a été un élément déclencheur certes mais...

Je m'attendais à voir de la haine dans son regard ou des regrets mais il n'en eu pas même une once. Non, il était indigné. Indigné que l'on touche à sa précieuse île.

-Depuis l'arrivée massive de soldat de la Marine, les choses sont plus faciles...Trop pour certains qui en profitent pour s'en mettre plein les poches. Bloom n'est pas qu'un roi c'est aussi un peuple, qui se soucie de moins en moins du futur.

-Sergent, nous ferions mieux d'y aller, je ne tiens pas à me faire remarquer à force de les observer.

J'en avais assez vu pour le moment, inutile de presser la chose.

-Le futur, ça me fait doucement sourire, que savez-vous du futur de Bloom? Rien. Et comme tout le monde vous ne pouvez que parier sur ce qu'il sera sergent Mapple. Sachez lâcher prise. Si Bloom disparaît disparaitrez-vous avec elle?

-Vous insinuez que je suis resté des décennies sur cette île pour rien? Que le temps que j'ai passé à servir mon peuple et mon île ne sont rien? Évidemment que je resterais jusqu'au bout!

-Je vous le dit Mapple vous perdez votre temps. Vous êtes en train de gâcher la seule chose qui vous appartient. Du temps. . Vous voulez que cette île change cela ne dépends que de ces habitants. Si l'île est pourrie il ne s'agit pas uniquement d'Urashini ou d'un tenruybito, il s'agit de tout les autres, que ferez vous pour les changer? Le mendiant et Kensei ont été plus sage que vous, ils disposent et usent de ce temps pour agir et avancer.

-Vos paroles ne sont pas dignes d'un soldat de la marine, ce que ces gens font de leur temps n'est pas digne d'un homme!

On entendit des applaudissement dans notre dos.

-En effet, c'est indigne, mais tellement pragmatique! C'est pour ça que je suis ici. Nous avons plus urgent que vos états d'âmes. Il faudra attendre votre tour, mes prédécesseurs ont voulu jouer les héros comme vous êtes tenté de le faire... L'avez-vous vu? Vous n'aurez pas le temps de comprendre que vous êtes mort, que vous aurez déjà un pied dans l'au-delà...

Je connaissais bien entendu l'identité de notre spectateur. Rashir réalisa une seconde après, qu'allait-il faire?

Mon collègue, se préparait à fuir ou à se battre. Seulement d'un geste de la main, ample, lent, dirigé vers le bas, je lui demandais de se détendre.

-C'est intéressant de voir une nouvelle arrivante aussi clairvoyante, sur la nature de Bloom. Le quartier est charmant, trop pour y être agressé sans motif...

Il posa un regard amusé sur le sergent Rashir.

-Mon ami est trop honnête, et vous en conviendrez est trop passionné. Il faut savoir lâcher prise parfois.

-Une personne tel que vous serait une femme d'affaire excellente. Avec le compliment que je viens de faire, je ne peux me permettre de passer à côté d'un tel talent.

Cela semblait trop beau pour être vrai n'est-ce pas? Détrompez-vous. Nous étions resté suffisamment pour attiré son attention. J'avais attendu qu'il soit lui même intrigué par les deux marines qui s'étaient arrêté devant son diner d'affaire. Les gens de cette espèce ne règle pas leur problème par procuration, du moins tant que cela est possible.
Il nous avait ensuite épié tranquillement notre conversation, visiblement j'avais un point de vue qui ne pouvait que le satisfaire.

Nous étions deux et il avait baissé sa garde. Nous étions suffisamment loin de ses hommes pour l'attaquer, le capturer et le forcer à nous fournir des armes en échange de sa vie.

-J'ai du temps mais pour le moment je le consommerais en me reposant à ma base. Je penses que vous êtes trop occupée pour vous payer le luxe de me prendre en chasse juste pour faire plus ample connaissance?

Un combat qui n'a pas été livrer est une victoire éclatante. Les sergents aveuglés par un sens de la justice, ne se rendent pas compte de ce qui les attends en affrontant un Shiranui de cet âge. Quand bien même ils le vaincraient, ce n'est que le dernier maillon de la chaîne.

-Je serais heureux de vous fixer un rendez-vous.

Une place forte venait de tomber entre mes mains... J'ouvrais en grand les portes de la négociation.

Il me fallait ses armes au plus vite. Un combat, de la torture, puis une longue négociation, autant négocier directement. Nous avions besoin de ses équipements au plus vite.

-Connaissez-vous la différence entre un fou et un héros?

Il voulu me répondre mais je ne lui en laissait pas le temps.

-Les deux sont aveugles et passionnés, le premier échoue alors que le second réussit. Kenseï a au moins le niveau d'un vice amiral inutile de caresser l'espoir de le vaincre.

Le haut commandement ne s'attendait pas à ce que les sergents réagissent aussi mal face au commerce ignoble que mène Kenseï sur l'île, n'importe qui aurait eu le réflexe de le mettre or d'état, sauf que...

Haki de l'observation, de l'armement, incision, déphasage...

L'homme connu sous le nom de Urashini Kenseï n'est autre qu'un ancien membre de mon clan,  qu'il a quitté il y longtemps de ça au moment ou il occupait la fonction de vice-amiral.

Revenir en haut Aller en bas
Kiso Shiranui

avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 07/02/2015

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
0/1000  (0/1000)
Expérience:
224/400  (224/400)

MessageSujet: Re: Recoudre l'histoire d'un fil noir[Bloom]   Mer 7 Oct - 1:45

J'avais une proposition plus qu'honnête pour Kenseï. Cet homme était plein de secret pour ses camarades. Aux yeux de la majorité des compagnons d'armes de Kenseï il était juste un Lieutenant à l'avenir prometteur, avec des gradés dans sa poche. En réalité, il avait un grade et une fonction bien plus élevés. Inspecter les bases en toute discrétion et traquer les incohérences que ce soit le budget, les stocks ou les dossiers des matelots rien ne pouvait lui échapper.

Un sang pur s'éloigne de sa famille pour s'enticher d'une humaine, quitte son poste et déshonore son nom... Normalement il aurait du être traquer par le clan et la marine, Bloom constitue une cachette efficace contre la marine, mais contre notre clan...

Le chef de notre clan a voulu le protéger, le vieux il exagère toujours quand il s'agit d'erreur de ses protégés. Après tout j'en sais quelque chose. Ce que Kenseï n'aura pas manquer de me faire remarquer.

-C'est donc ça que tu es venu me proposer en échange?

Je fermais les yeux, expirais lentement...

-Tu as du cran, avec ton air de digne représentante de la famille...

Il se leva lentement tel un vieillard, visiblement le corps raidi de colère.

-Tu penses réellement que jouer avec nos lois soient si faciles et que personne n'aurait remarqué?

-Suffit! Je l’interrompais de façon brutale.

-Tu n'es ni le premier, ni le dernier à me rappeler cela, l'histoire est une responsabilité pas un jouet. Mais tu le sais... Les lois sont de verre, quand vient frapper à notre l'injustice. Rentre, à la maison avec notre famille, soigne la et ma mission sera accompli.

Notre famille, je faisais référence à son enfance et à l'humaine dont il s'est épris, bien sûr ils étaient de sa famille et donc de la mienne également.

-Même si je rentrais... Ma femme et ma fille comment seront-ils traité? Avec mépris et suffisance?

-Si je n'avais pas fuis la réalité, je n'aurais pas enfreins les lois et je n'aurais mérité le mépris de quiconque. Ton retour n'aura qu'une signification, vous intégrer tout les trois à la famille. Que feront-ils quand toute l'île sera couverte de sang mêlés, de sang pur et d'humain? Mépriseront-ils leur propre enfants? Plus que quitter le clan, tourner le dos à sa famille est un crime grave...Te mépriser ouvertement ne leur sera pas pardonner.

Les bruits de couloir et les ragots sont ce qu'ils sont, on ne peut les éteindre que si nous sommes là. Au pire nous ne les entendons et ils finiront on jour par ce lasser.  

-Tu cherches plus que les armes n'est-ce pas?

Oui je voulais ramener les gens de ma famille.

-Je serais tenté de retourner sur Yamato, si cela changeait le destin de ma fille. Je dépense des fortunes pour repousser son inexorable fin. "Cela ne lui donnera qu'un mois de plus" que disent les médecins, mais chaque jour de ce mois était un jour de plus.

-L'amour t'aveugle ma parole?!

J'avais ouïe dire que l'amour rendait idiot mais comment un génie de l'inspection, l'homme qui trouve l'aiguille dans la motte de foin à pu passer à côté de cela?

-Que veux-tu dire?

-C'est de empoisonnement, surement un rival de ta mafia foireuse, tes médecins sont corrompus, cela ce voit, il m'a fallu moins d'une journée d'investigation pour voir que tes médecins sont des charlatans.

Leur discours sont rondement menés, si bien que j'ai du moi même me faire passé pour malade avant de m'apercevoir de l'escroquerie. Un père au chevet de sa seule fille fait une proie bien facile pour un bon orateur.

-Elle n'est pas malade?!

Son visage se rida d'une bien vilaine façon sous l'effet de la rage et du soulagement, un peu comme si un roi des mers était à la fois heureux et affamé.

-Si, elle l'est à force d'absorber le poison, mais notre chef de famille à été clair...Tu se absout de toutes tes erreurs quand tu reviendra?

Il semblait choqué...

-Tué ses bandits ne nous sera d'aucune utilité, le coupable doit être évident si tu y réfléchis un peu. Maintenant  le plus important c'est ta fille n'est-ce pas? Et si je te parlais de la méthode du fil noir?

Kenseï, revins s’asseoir dans le fauteuil. Et me fixa comme si je détenais la panacée...

Je ne pouvais plus en l'état user d'une technique que j'avais malencontreusement inventé dans mes jeunes années, cependant un Shiranui de sa force pourrait s'en servir pour une chose aussi banale qu'un empoisonnement.
L'usage même de cette technique est interdite, dangereuse pour le pratiquant au point de ronger jusqu'à la racine même de son sang, provoquant une perte partielle ou totale de ses qualités de Shiranui.

Manipuler l'histoire et changer la fin en une fin heureuse et chantante, ce beau geste à un coup... que l'on paye que l'on veuille où non. Tout dépendrais du moment de l'empoisonnement.

-L'histoire elle même ne se souviendra pas de  ses deux années de sursit... Alors ne soit pas trop choqué si elle ne s'en souvient pas. Deux ans contre une vie cela me semble raisonnable.

La méthode ne poserait pas de problèmes vu le peu de contact qu'avait la petite fille avec d'autres personnes.

Kenseï me lança un regard ambivalent encore une fois, entre la réprobation et la gratitude. Je ramenais sur le bateau qui m'avait emmené sur Bloom avec des armes de contrebande; mais également trois membres de ma famille dont une jeune fille de 12 ans qui en paraissait 2 de moins.

Cette mission était accompli et venait le temps de se tourner vers une nouvelle mission.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Recoudre l'histoire d'un fil noir[Bloom]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Recoudre l'histoire d'un fil noir[Bloom]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Recoudre l'histoire d'un fil noir[Bloom]
» L'ombre , l'elfe noir assasin.
» L'histoire sans fin
» L'Histoire de Harold Charles, un pauvre haïtien devenu riche
» L'OEIL NOIR

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: All Blues :: West Blue :: Royaume de Blooms-
Sauter vers: