PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 New York

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Youmu konpaku

avatar

Messages : 79
Date d'inscription : 26/03/2013
Humeur : je peux te trancher?

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
4/1000  (4/1000)
Expérience:
165/400  (165/400)

MessageSujet: New York   Ven 13 Nov - 0:26

Nota:
 

L'île cité de New York, à quelques kilomètres depuis les eaux l'on peut apercevoir de titanesque gratte ciel. Loin d'être comme les autres grandes îles urbaines, l'île et la ville ne pouvait pas être distingué. Je pus m'en apercevoir lors de l'accostage, les rivages sont eux mêmes des blocs de bétons aménagés en port. C'était à ce demander si la ville ne flottait pas.

Si j'avais une légère impression de déjà vu à cause de Sakoutpasishèr l'endroit avait une particularité ses habitants. Normalement les locaux se distinguent des étrangers assez facilement, ici c'était un amas étrange de visage, de tenue, et même de langues insolites. Si je devais m'attarder sur eux, je dirais qu'ils ressemblent à tout le monde, ou plutôt que tout le monde semble new yorkais.

Je sortis de ma poche un plan de la ville. J'essayais de faire correspondre ce que je voyais et la carte entre mes mains. Après un moment planté au milieu des passants je me décidais à demander mon chemin, ce qui devait être une balade de santé se transforma en calvaire.

Je tentais ma chance près d'un long bras qui vendait des montres, celui-ci s'arrêta et lorsqu'il comprit que je cherchais mon chemin et non pas une montre il changea de vis-à-vis. J'essayais avec d'autre passant mais sans succès. J'avais essuyer de nombreux échec et changer de méthode ne pouvait que m'aider.

J'arpentais les rues en espérant voir ce que j'étais venu chercher un immense dojo. Le dojo des foots, un célèbre clan de ninja avait immigré sur cette il y a des siècles de cela. Célèbre pour leur exploit notamment l’assassinat en plein jour du Mizukage sur une île de je ne me rappelais plus le nom. Mais un assassina en plein jour d'une personne extrêmement bien garder était soit un miracle soit un exploit selon que l'on soit chanceux ou talentueux.

Dans cette île urbaine tout les business étaient permis et florissants. Le clan c'est alors tourner officiellement vers le self défense pour citoyen moyen. Le maître du dojo Hamato sensei était un ami de mon père, et s'était là le principal intérêt de mon passage sur l'île. Saurait-il m'enseigner cette technique dont m'a longuement parlé Ryu?

Fatigué de marcher en vain dans une ville surpeuplé, je m'arrêtais à une sorte d'auberge spécialisé dans la fabrication de galette gargantuesque, agrémenté par des olives, du fromage, de la sauce tomate... Des ingrédients aussi nombreux que divers. Apparemment ils appelaient ça Pizza?! Le plat était si réputé que l'endroit où l'on en fabriquait prenais le nom de Pizzeria.

Je passais la porte, dont le carillon automatique signala ma présence au tenancier. Je restais sur le pas de la porte marquer par un tapis vert de qualité médiocre. Alors que je m'attendais à ce qu'on viennent me chercher, pour me trouver une table, l'homme au comptoir me fit signe d'approcher.

L'établissement était très lumineux, les tables étaient bien disposé, et le bois non traité donnait l'impression d'un établissement à l'ancien ce démarquant du mobilier de plastique et d'aluminium que j'avais pu voir jusqu'ici.

L'homme à l'accent très marqué s'excusa et me dit qu'il n'avait plus rien en réserve ses derniers clients ayant tout mangé.

Ayant perdu mon temps et même mon appétit je m'apprêtait à repartir quand l'un des clients m'aborda.

Un? Homme-tortue? Sa peau était verte mais non écailleuse, elle semblait luire à cause une crème ou d'une sorte de sécrétion. Si j'étais vêtu légèrement pour être à mon aise au combat, lui se contentait d'un bandeau masquant quelque peu son visage et d'une ceinture à laquelle était accroché deux Saï. Il n'était pas pour autant nu, sa carapace, ou du moins son plastron protégeait ses parties intime et recouvrait tout le torse remontant jusqu'au niveau des épaules. Et l'indice qui me disait sans être spécialiste de l'espèce qu'il s'agissait d'une tortue...Une carapace dont les bords étaient visible, avec de large écaille.

—Encore une qui n’apprécie pas notre présence? On était là les premiers! Alors dégage! dit-il d'un ton très agressif.

Je n'avais pas de temps à perdre, j'avais quelqu'un à trouver, aussi je tournais les talons. De toute façon j'avais surement une maîtrise supérieure à la sienne des armes qu'il arborait fièrement.

Je l'interpellais juste avant de sortir lui demande à tout hasard si il connaissait le clan des foots. Vu son attitude il devait être un de ses civils entrainer contre une somme d'argent lui faisant croire à sa toute puissance.

—Elle m'appeler comment?! L'homme se rua vers moi. Nous sortions au même moment nos saï. Nous fûmes arrêter dans notre élan par un homme de la même espèce.

—Raphaël stop! L'homme était bien plus qu'un simple disciple, il avait des qualités certaines au combat. Son camarade et moi avions été coupés dans notre élan à une vitesse incroyable. Il avait coincé ses ninjato dans nos de tel manière que le moindre mouvement nous contraignaient à les lâcher.

—Je suis Léonardo, et le reptile que vous affronté est mon frère Raphael. Et si la zootaxie, bien qu'erronée d'un point de vue phylogénique permet de nous classer dans la famille des reptiles, nous préférons le terme tortue ninja.

A mes yeux ses deux "tortues ninja" se ressemblaient comme deux gouttes d'eau si ce n'est la couleur de leurs vêtement, qui se résume par un bandana et une ceinture. Raphael à la ceinture rouge était un type agressif, et de toute évidence Donatello à la ceinture bleu était un peu plus calme.

Je reposais donc ma question sur leur connaissance du clan foot. Et là ils furent deux à m'attaquer j'aurais été submerger si ce n'était l'intervention...D'une troisième tortue? Cette fois-ci l'orange était sa couleur.

—Oï, je vous parie une pizza chacun qu'elle parlait de club de foot. Cette petite me rappelle April, pas vous?

—Tu en es sûr? Elle porte des saï et sais se battre. La digestion des pizza t'abalourdit mon bon Michelangelo.

—Qu'est ce que tu racontes les pizza c'est pas lourd, la preuve j'ai une ligne de taupe modèle.

—C'est pas les pizzas qui sont lourdes c'est tes blagues. Pour faire simple il dit que les pizza rendent cons...

De mon côté je soupirais ses étranges créatures se disputait maintenant sur les propriétés des pizzas. Je profitais alors pour retourner à mes occupations. Malgré ma discrétion absolu, et le fait que leur yeux blancs soient occupés ailleurs un silence empli la pièce au moment où je touchais la porte.

—J'en ai pas fini avec toi!

Pourquoi est-ce que cette question les rendaient agressifs? Il y avait-il une sorte de guerre de clans ici? Dans ce cas, abattre l'ennemi de nos alliés m'assurait une certaine reconnaissance. Je me remis en garde prête à en découdre.

Une étrange bleu parcourue mon corps en un instant. Puis de l'ombre sorti un nouveau protagoniste. Un nouveau reptile aux "habits" violet, seule et unique démarcation par rapport à ses confrères.

Il déclara très vite que la lumière bleu venait d'un appareil qu'il avait inventé, un analyseur spectral. Il avait donc déterminé que je n'étais pas de l'île avec son gadget. Il me demanda alors sans détour si j'étais un allié d'un certains Shreider.

Je ne connaissais pas cet individu et je préférais rester sur mes gardes avec ses individus aussi douteux que dangereux. Je me contentais alors de dire.

—J'ai rendez-vous avec mon fiancé. Nous nous sommes donner rendez-vous devant un lieu remarquable, le dojo étant un lieu remarquer. Seulement quand j'ai demander mon chemin quelqu'un m'a parlé des foots, et je me suis perdu. Si vous ne voulez pas m'aider c'est un fait mais m'agresser gratuitement en est un autre.

Je voulais en savoir plus sur eux sans dévoiler mon alignement. Peine perdu, les hommes-tortues étaient vraisemblablement des ninjas très entrainés.

—Tu mens au moins partiellement. La seul information de valeur est que tu cherches un dojo, n'est-ce pas?

Je ne réagit pas pour ne pas me trahir d'avantage.

—Vu ton calme olympien j'ai visé juste. Une autre information vraie, est le fait que tu ne soit pas d'ici, d'autant que ce que tu cherches n'existe pas... Qui es-tu et que cherches tu?

Une décision rapide et efficace s'imposait, combattre ou fuir. L'honneur m'empêchait de fuir, mais échouer dans ma mission salissait l'honneur du clan, fuir entachait mon honneur de ninja. L’important était le clan.

J'éclatais la vitre pour crée une sortie en urgence. Je pu aisément m'extraire de la taverne pour atterir sur le trottoir. Mauvaise nouvelle... un homme-rat se tenait maintenant devant moi.

—Mademoiselle Chô. Je n'oublie jamais un visage.

De quoi parlait-il, je ne l'avais jamais vu auparavant, tout du moins pas sous cette forme.

—Calmez-vous tout les 5. Je suis Splinter disciple de Hamato Yoshi.

---------------------------------------Ellipse----------------------------------------------------

J'avais été entrainer par Splinter dans les entrailles de la ville: "les égouts". Le logement que j'imaginais être un dojo, était un dédale de pièce, lié à des canalisations sèches. Il avait dérouté certaines canalisations pour créer dans ce lieu des espaces vivables chacun disposant d'au moins un "cube" sec. Les espaces assécher étaient en réalité dans lieu construit pour contenir l'eau en cas de saturation du réseau. Malgré l'ingéniosité de l'homme-rat cette information ne me rassurait pas.

Maître Splinter comme l'appelait ses disciples les tortues ninja, me narrait l'histoire de Hamato Yoshi. Je compris alors qu'une expérience qui avait mal tourné les avait soustrait à leur condition d'animaux de compagnie pour en faire des hommes-bêtes. Il me révéla par ailleurs un des secrets de l'île.

Les foots étaient à la base chargé de détruire l'île et non de s'y installer. La structure et l'organisation les avait fait abandonné le projet. Jusqu'à ce qu'ils découvrent, un point faible. Une sorte de contre poids, du quintellage comme dirait un marin expérimenté. L'île reposait sur un socle d'une matière avec une excellente flottabilité, des couches de cette matière avait été sur-utilisé lors de la construction de New York de façon à rendre l'ensemble insubmersible.

Contre partie énorme du dit matériaux était sa résistance au contrainte, autrement dit il était extrêmement cassant. Un point ou la pression était trop grande et le plateau de matière casserait comme la coquille qu'un œuf.

Pour assurer une bonne répartition du poids on avait lesté le tout. Plaçant des colonnes de plombs immergées à des points précis de l'île. Il suffisait ajouter ou de retirer des palet de plombs pour modifier l'équilibre de la structure, pour assurer sa viabilité ou pour la détruire.

Le reste est une histoire de vote et de démocratie. Le clan reposait sur un système démocratique pour choisir d'accomplir une mission. Une salle spécialement dédié aux votes était le lieu de débat houleux; salle qu'on appelait alors la jacobinière. D'après Leonardo le plus lettrés des tortues ce nom étrange venait d'un club, dont les membres étaient de fervent adepte de démocratie et avait choisit un ancien lieu de culte appeler le couvent des jacobins.

Bien que bavard je préférais éviter d'écouter d'avantage la tortue bleu. Sans quoi j'aurais la tête remplie de référence faisant de moi une vrai New yorkaise en moins de 24H.

La suite du destin du maître Hamato, ami et allié de mon père était une histoire de justice. Un avocat, feudiste spécialiste relations féodales des clans et organisations clandestines de son état avait été appelé pour dénouer le problème du clan qui n'avait pas été réglé par un vote.

Fallait-il ou pas honorer le contrat et détruire l'île qui était devenue leur maison. Hamato était pour alors qu'un certains Sneider était pour. Splinter m'expliqua brièvement que l'usucapion permit de trancher la question et la tête de Hamato sensei. Étant le plus reconnue parmi ses pairs il occupait de façon non officiel le fauteuil de chef, ainsi en cas de litige insoluble la décision revenait à... Sneider. L'île étant encore debout et Hamato étant décédé la suite du récit se devine aisément.

Malgré le bon accueil dans leur demeure, je n'arrivais pas à me sentir à l'aise. Ne pouvait me le cacher, habiter dans les égouts d'une cité cité était tout simple imbuvable. Je savais faire preuve d'adaptation, c'est le cœur même du ninjutsu, cependant... Les odeurs étaient omniprésente.

Mon salut viens une nouvelle fois de la tortue au bandeau violet. Donatello, était intelligent et astucieux.

—Cette boîte de métal, est un habitat modulable je l'ai baptisé Xénodoque, il analyse ton style vestimentaire et module l’intérieur pour offrir un habitat confortable et adapté à son utilisateur.

Mon regard lui fit comprendre que je n'étais pas un cobaye pour un quelconque appareil bricoler entre deux parts de pizza.

—Ne t'en fait pas April l'a déjà testé et approuver.

J'exigeais cependant qu'il m'accompagne dans son invention. Je fus surprise du résultat... Je m'attendait soit à un terrarium soit à une maison au style zen. Au lieu de sa un habitat un confort et aux matériaux luxueux.

-Parfaitement le style du musée sur les cités oubliées, il m'a même filer un péplum adapté à ma carapace. Ce que tu vois là est l'analyse du dernier lieu que j'ai visité, j'espère néanmoins qu'il te convient, le style antique grec est absolument génial mais ce n'est que mon opinion. Il semblait en effet fan de l'endroit, en tout cas ça machine fonctionnait très bien, et chance incroyable il n'avait pas mauvais goût.

Il venait d'offrir le havre de paix dont je voulais après toute mes péripéties.

Après qu'il soit parti, j’entendis la porte du Xénodoque s'ouvrir. Plonger dans mon bain d'eau chaude, je sorti en toute hâte ramassant mes armes, pour faire comprendre à l'intrus ma position quant à sa visite impromptue. Quand j'arrivais dans la grande salle. Une part de pizza m'attendais... Une boucanière, avec des épices du piment, des bigorneaux et des légumes cuit au feu de bois.

Malgré leur apparence particulière, et un premier contact tumultueux, je ne pus m'empêcher de penser que les disciples de maître Hamato avaient plus d'une corde à leur arc collant avec l'image de guerrier complet que je me faisais de leur maître. Des hommes-tortues...

Il ne me restait qu'une chose à faire me concentrer sur mon objectif, la formation du clan foot. Splinter m'avait laisser entendre qu'il me testerait pour savoir si j'étais prête pour ses enseignements. Restait à voir ce qu'il allait me demander.
Revenir en haut Aller en bas
 
New York
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» attentats du 11 septembre 2001 à New York : la Mossad Connexion
» New York Islanders
» benji, york de 14 ans (canisenior)
» BIJOU FEMELLE YORK 7 ANS EN FA ASSO COEUR SUR PATTES
» bidouille york de 4 mois 1/ 2 (77)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Events :: SSD Tournament :: SSD Tournament 2015 :: Quart de Finale #03 : Ayane VS Youmu Kompaku-
Sauter vers: