PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Naissance d'une rebelle!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Erza Scarlett

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 10/08/2015
Age : 19
Localisation : Bordeciel

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
0/0  (0/0)
Expérience:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Naissance d'une rebelle!   Dim 20 Déc - 2:57

Nom ~ Scarlet
Prénom ~ Erza
Surnom ~ Titania/La Rebelle
Âge ~ 19 ans
Faction ~ Pirate

Description physique ~ Dotée grande taille, elle la renforce en portant des talons lui permettant de regarder n'importe qui de haut. Elle aime arborer des armures et tenues de civiles attirantes. Sa chevelure rouge est parfois comparée au sang du point de vue de ceux qui la craignent, tandis que ceux qui l'admiraient la surnommaient la flamme. Ses yeux sont ambrés et parsemés d'éclats jaunes et rouge. L'un de ses yeux est cependant plus terne et foncé.
Concernant son armure, son pouvoir de mage lui venant du royaume de Fiore lu permet de changer d'armure, mais elle porte davantage l'armure qu'elle a volé d'une certaine guilde, une armure noire et flamme incluant une cape, lui permettant de ne pas faire de bruit lors de déplacements.
Spoiler:
 

Elle porte toujours sur elle sa dague antique forgée dans de l'argent. Elle possède aussi un sabre puissant. Elle a une forte résistance au feu, car c'était une ancienne mage de feu dans son royaume. En revanche, elle ne supporte pas le froid même minime. Elle se bat avec une grande rapidité, et joue dans la furtivité et la fourberie, elle était d'ailleurs perçue comme impitoyable lorsqu'il s'agissait de mettre au tapis les personnes l'importunant. On ne sait jamais si elle va faire preuve d'une extrème bonté, ou si elle ne cherche pas à savoir, tuant alors sans scrupule ceux qui la cherchent.

Description morale ~ Erza possède un caractère bien à elle, assez lunatique sur les bords. Elle peut se montrer amicale en fonction de ce qu'elle peut obtenir, et l'instant d'après, elle n'hésite pas à torturer celui ou celle qui a cru bon de lui faire confiance. Elle agit surtout de manière égoïste et cruelle. Les seuls sentiments qu'ils lui restent ne sont que haine et vengeance. Elle se sert de n'importe qui à des fins personnelles. Son avarice et son avidité de pouvoir la poussent à voir les autres comme des moins que rien, et déteste trouver plus fort qu'elle. Elle conserve toutefois un sens de l'honneur, seulement pour ceux qui le mérite.
En général elle est froide et solitaire, rares sont les occasions pour elle de s'associer aux autres, mais si elle le fait, c'est pour obtenir quelque chose. De nature impulsive, elle s'énerve facilement, en allant jusqu'as hausser le ton et dégainer son arme. Elle n'est pas vraiment la personne la plus patiente qui soit.

~ Histoire ~
Autant vous le dire directement, je n'éprouve que très peu de sentiments depuis que j'ai dû quitter le Royaume de Fiore, et ainsi ma guilde. Je suis retournée avec ma famille sur un autre continent, dans un village vieux comme le monde où une mage de feu comme moi s'ennuie à mourir.
J'ai pour habitude de partir en exploration aux alentours avec ma grande soeur Aleera, la seule personne de ma famille que j'aime et pour laquelle j'ai un minimum de respect. Cette nuit là pour une fois, je pars sans elle. J'arpente les rues sur mon cheval gris argent à la crinière noire, ma capuche me couvrant le haut du visage. Quand j'arrive à la lisière de la ville, j'entends des gardes discuter. Curieuse, je m'arrête et les écoute, cachée dans les ombres d'une vieille biquoque. Apparemment j'arrivais au beau milieu d'une conversation pour le moins interréssante.

"Tu as déjà entendu parler d'un art nécromancien toi? Il y a un certain mage qui arrivé en ville il y a longtemps à qui on doit une fière chandelle! Il a capturé l'âme d'un dragon avec sa propre épée!
-Comment on pourrais le savoir si ce qu'il dit est vrai? Ce dragon, quelqu'un a-t-il vu son cadavre? Et puis avec une épée c'est un peu inatendu.
-Ah oui t'as raison... Mais peu importe, ce dragon était le dernier à vivre sur nos terres, s'il n'était pas mort, on l'aurait su crois moi! Il devait être le plus faible si ça se trouve..."

Pff, ces gardes sont à peine capables de défendre une ville contre des loups, et ils osent remettre en question les pouvoirs d'un dragon? Je ne comprendrais jamais pourquoi les gens se sont mis à detèster ces êtres surpuissants. Ils étaient nos alliés, maintenant ils sont nos ennemis, intelligent tient. Je me remis en route discrètement, et m'engagea dans la forêt. Je ne sais pas dans quelle direction je vais mais peu importe, je vais sans doute croiser quelques animaux et les ramener pour nourrir ma "famille", une sorte de famille qui me rejette on se demande pourquoi. Peut-être parce que je suis mage et pas eux? Nul ne le sait. A force de ruminer en pestant intérieurement, un cri lointain et effrayant me tira de mes sombres pensées. J'enlevais ma capuche immédiatement en relevant la tête. Ce cri me faisait froid dans le dos. Impertinente, j'ordonnais à mon cheval de marchait plus vite, en essayant de mémoriser le côté d'où venait ce cri. Je l'entendis une deuxième fois, me permettant enfin de prendre une seule et même direction, vers le nord. Cette fois, je mis mon cheval au galop, parcourant la forêt à grande vitesse. Je tremblais d'impatiente d'arriver à la source du cri inconnu. C'était peut être un fauve ou une bestiole comme ça.

Les arbres se faisaient moins nombreux, et la neige se mettait à tomber. J'arrivais alors au pied d'une montagne enneigée, et en levant la tête, découvrit un chemin que mon cheval ne pouvait malheureusement prendre. Je descendis, et emprunta ce chemin où je glissais de nombreuse fois. Maudite neige! Il faisait de plus en plus froid en plus, et ça, c'était l'horreur pour moi. J'eu alors la brillante idée d'activer le pouvoir de mon armure, en tant que mage de feu, je l'avais enchantée afin qu'elle s'entoure de flammes. Je marchais maintenant sur la neige fondue qui devenait de la boue. Quel plaisir. C'était pas mieux. A force de maudire intérieurement de cette saleté de neige fondue, je ne fis pas attention où j'allais, et j'étais visiblement arrivée tout en haut de la montagne. Je relevais la tête pour découvir les aurores boréales bleues qui illuminait le ciel, et remarquais de ce fait une silhouette sombre qui faisait tâche sur le bleu. Je pensais à un aigle, ou un faucon, mais à mesure qu'elle se rapprochait, je distinguais deux ailes de chauve souris. Le même cri de tout à l'heure retentit plus fort, et plus effroyable encore. Un dragon! Je dégainais alors ma lame à dents. Le dragon atterit dans un bruit sourd sur une sorte de mur de pierre en face, sur lequel étaient inscrites des écritures complètement incompréhensibles.

Spoiler:
 

Je ne pouvais pas atteindre le dragon noir d'où il était, j'étais dans une position inférieure, complétement cuite, et lorsque je le vis inspirer en relevant la tête, je me préparais à être brûlée ou gelée, sans pouvoir rien faire, mais lorsque je cru voir ma vie s'arrêter là, je fus surprise de le voir pousser un rugissement inégalable, une sorte de cri reptilien et aigu. Un dragon sans pouvoirs? C'était fort probable, il n'aurait pas hésité à me tuer sur le champ sinon. Je décida alors de lui lancer un éclair enflammé en plein le museau, puisqu'apparement c'était moi qui possédait des pouvoirs, autant lui montrer qui j'étais! Le dragon grogna en secouant la tête et me fixa de ses yeux violets, qui semblaient vides étrangement. De rage, il s'élança dans les airs et disparut derrière la montagne. Déçue, je lui criais alors à pleins poumons:

"C'est tout?! Pour un dragon c'est TOUT ce que tu peux faire? Me hurler dessus?!"

Mauvaise idée de ma part encore une fois, la provocation c'était bien mon pire défault. Car le silence pesant fut rompu par le battement d'aile du dragon qui sortit de nulle part des ombres de la nuit, et l'instant d'après, je me retrouvais suspendue dans le vide, tenue par une jambe. Ce dragon était en train de me trinblaler comme un oiseau qui tient sa proie. Le sang descendait à ma tête, et le vent me claquait aux oreilles, j'étais ridicule, accrochée à une des griffes du dragon. Je tenais toujours ma lame, et me redressais avec difficulté pour tenter de blesser le monstre. Je lui coupais la chair de sa patte, sans qu'une trace de sang gicla, mais plutôt un liquide visqueux verdârtre. Beurk j'en ai sur moi! Le dragon me lacha quand même, et voilà une autre mauvaise idée! Je tombais droit vers le sol! Heureusement, j'étais juste au dessus de la forêt, j'essayais tant bien que mal de m'accrocher aux branches, me heurtant le dos sur l'une d'elles, pour finir suspendue par les bras à une branche assez basse, mais pas assez pour pouvoir amortir ma chute.
J'entendis un vombrissement proche, et constata que le dragon noir aux ailes et aux ventre violet s'était posé. Il me regardait d'un air moqueur et superieur.

"Tu vois que je suis bien plus intelligent que toi, pauvre humaine que tu es!"

Alors là je restais sans voix. Il parlait? Mais jamais dans les livres que j'ai pu lire sur les dragons il était mentionné qu'un dragon pouvait parler! Sa voix caverneuse et sifflante me bourdonnait dans la tête. Je me décidais à lui répondre avec autant d'arrogance que ses propres paroles.

"Allez vas-y! Tue moi! De toute façon je mourrais de ma chute dans tous les cas!

-Ce serait bien désavantageux pour moi que tu tombes."

Le dragon se plaça juste en dessous de là où j'étais, et tendit une aile au dessus du sol, comme pour m'empêcher de m'écraser par terre. Ah il voulait peut être me tuer au sol ce dragon dissident! La branche bien trop faible craqua, et je finissais ma chute impressionnante en glissant le long de l'aile déchirée. Je me relevais en titubant et pointa mon arme sur mon adversaire qui faisait bien trois mètres de plus que moi. Il se tourna pour me face, et me regarda de haut.

"Alors tu penses pouvoir me tuer?"

Je ne le laissais pas finir de parler car je lançais mon attaque en plein son poitrail violet, lui entaillant avec difficulté la chair. Ma lame était recouverte de ce même liquide poisseux de couleur vert sombre. Je constatais écoeurée qu'il s'agissait d'une sorte de sang putride. Le dragon se mis à mon niveau et me fixa d'une manière arrogante.

"Tu sembles perturbée... Serait-ce mon apparence pour le moins... Zombifiée qui te met dans cet état?"

Les écailles du dragons étaient en lambeaux et semblaient aussi visqueuses que son sang. On pouvait distinguer les os de son cou à certains endroits, et ses pattes étaient complètement osseuses. Quand il ouvrait la gueule pour me parler, une sorte de bave filandreuse en recouvrait tout l'intérieur. Malgré sa repoussante apparence, je ne reculais pas, je ne voulais pas lui faire ce plaisir. Puisque sa tête était à mon niveau, je bondis sur son crâne et tenta de percer les écailles noires du reptile ailé. Je m'accrochais à l'une de ses cornes en continuant de le frapper pendant qu'il secouait sa tête pour se débarrasser de moi en grognant. Il finit par me jeter contre le tronc d'un arbre. Sonnée, je me relevais en m'appuyant contre le tronc. Pourquoi ce dragon ne m'attaquait pas en retour?

"Qui est-tu, et pourquoi tu ne te bats pas?

-Je suis Vulfeynaus, ce qui veut dire dans ma langue, sombre fléau de souffrance, mais depuis ma mort, enfin, celle de mon âme, on m'appel Feynzol, fléau zombie.

-C'est bien ce que je pensais, tu es un dragon zombifié, même si je ne sais pas comment. Ton âme à été capturée hein? Je crois savoir de quoi tu parles. Et laisse moi deviner, tu veux que je te la rende? Je suis une mage de feu, pas nécromancienne, alors oublie ça.

-Je n'ai pas dit ça, cesse de croire que tu sais tout, malingren*.

-Mais quelle sorte de langue tu parles?!

-Je faisais partie d'un clan de dragons autrefois, dans un lointain pays, nous étions peu nombreux. C'est une langue ancienne que personne ne connait, à part moi ici. Ne cherche pas à savoir, aucun autre dragon n'en a connaissance. Nous étions les seuls à avoir échappé aux massacres qu'ont fait tes semblables. Il fallait bien que nous parlions dans une langue que personne ne comprendrait.

-Hum. Original. Mais ne crois pas que "mes semblables" sont tous pareil. Je n'ai jamais voulu la mort des dragons, j'ai leur ai toujours voué un culte. Sinon, dis moi ce que tu attends que je fasse, si ce n'est reprendre ta pauvre âme. Le dragon me parut satisfait de mes dernières paroles.

-Il semblerait que j'ai trouvé un serviteur...

-Ne te méprends pas, c'est seulement parce que j'ai toujours respecté et admiré les dragons. Les mortels ne devraient pas vous sous estimer.

-C'est pourtant ce que tu as fais. Je ressentais une pointe d'amertume dans sa voix.

-Je suis comme ça avec n'importe qui. Tu ne possèdes pas de pouvoir parce que tu es mort et je l'ai tout de suite remarqué, mais je te defiais c'est tout. Alors dis moi, que veux tu?

-Je veux faire payer aux mortels leur arrogance. Je veux aussi que tu me venges, et tue celui qui à oser me priver de mon âme. Il a cru m'anéantir, mais il m'as seulement envoyer dans les ténèbres entre la vie et la mort, me privant de mes pouvoirs comme tu l'as constaté. Il possède aussi un certain sabre, qui a été souillé de mon sang draconique, il a donc désormais un certain pouvoir. Si tu fais ce que je te propose, il sera à toi, car il ne peut appartenir qu'a la personne qui tue son propriétaire.

-Il n'y a que lui que je dois tuer? C'est faisable. Ma remarque parut amuser Feyzol.

-Une fois que tu l'aura tué, récupère sa bague, car c'est là qu'est enfermée mon âme. Je ne peux certes pas la récuperer, mais si la bague est détruite, elle le sera aussi, et je vais errer à jamais dans les ombres.

-Une bonne chose pour moi. Car si tu ne dis que des mensonges et que ce sois disant sabre puissant n'est rien du tout, je te conjure que je détruis cette bague. J'avais prononcé mes paroles avec mépris. Feynzol l'avait remarqué car un grondement se fit entendre, et il me montra ses crocs visqueux.

-Nous verrons ça en tant voulu. La nuit suivante, fais en sorte qu'il meure!" Il s'envola dans le ciel qui devenait plus clair à mesure que le jour se levait et disparut subitment dans les ombres.

Un dragon zombie hein, pas étonnant que je ne l'ai pas vu venir la première fois, il est entre la mort et la vie, à moité rongé par les ombres. Pauvre vieux. J'éprouvais de la peine pour ce dragon, même s'il avait failli me tuer et m'avait transporter comme un vulgaire cadavre dans les airs, je ne pouvais pas lui en vouloir. Et puis, je préfererais être du côté des dragons que de celui des ingras humais.

Je me décidais alors de rentrer, mon cheval à surement dû être terrorisé par Feynzol alors, il est peut être rentré tout seul. Je devais me dépêcher, personne ne doit savoir que je suis partie. Arrivée à ma maison, j'entrais par la porte de derrière sans faire de bruit, mais ma mère m'attendait. Assise à table, elle me regardait durement. Je tentais de l'ignorer, mais elle se leva et m'envoya en pleine figure sa vieille tasse. Bien que vide, elle était à moitié brisée, et me lacéra la peau de la bouche jusqu'a la machoire. Je tombais au sol dans un cri de rage, et avant qu'elle ne s'approche de moi je sorti ma dague et tendit le bras pour l'empêcher de m'approcher.

"Comment oses-tu me menacer!

-Et toi comment oses-tu me balancer en pleine gueule ta foutue tasse cassée!"

Je ne baissa pas ma garde, et sorti en trombe dehors. Espèce de tarée... Je sens qu'il n'y aura pas qu'une seule victime ce soir... J'étais à la fois sous le choc, et énervée. Au point où je ne ressentais même pas la douleur de ma peau lacérée. Les villageois qui commençaient à sortir de leurs maisons me lorgnait avec attention. Je les fixais en fronçant les yeux et en crachant du sang au sol, ce qui les poussaient à détourner leurs regards consternés.

J'avais passé la moitié de ma journée à dormir dans les écuries des chevaux en attendant la nuit, c'était moins dérangeant que ces furies de parents. Ils m'avaient toujours considérée comme une moins que rien d'ailleurs. Je ne les avaient jamais aimés, et eux non plus.

La nuit commençait tout juste à tomber. Je me mis à la recherche de ce nécromancien qui possédait deux choses que je convoitais, guidée par un dragon qui était sénsé être mon ennemi, mais qui en faite devenait mon allié, enfin pour ma part. Je savais exactement qui était ma cible, il était reconnaissable, habillé de noir avec un symbole crâne au dos de sa cape, difficile de ne pas le rater. Bien que je n'y avais jamais fait attention, les gardes avaient que trop attisé ma curiosité personnelle. Je savais maintenant que depuis des années, ce type avait fait l'exploit de capturer l'âme d'un dragon plus fort que lui. On se demande comment. Il ne l'avait pas fait seul, ça paraissait impossible.

J'avais revêtis mon armure de l'ombre, ma tête était entièrement couverte de ma capuche et de mon foulard autour du bas visage, collé sur ma plaie encore à vif. J'aperçue enfin ma cible! Je distinguais très clairement son sabre caché sous sa cape à cette enflure. J'attendis qu'il soit seul, et me faufilais derrière lui. Arrivée assez proche, je sortis ma lame, et lui tranchais la gorge d'un seul coup. Le sang se mit à dégouliner tout du long de sa robe noire, et il s'étranglait dans son propre sang. Il tomba au sol, et se retourna pour me regarder horrifié.

"Salue les ténèbres seul mon vieux, oh et, tu n'as pas tué complétement le dragon, pauvre imbécile, il y a une différence entre capturer une âme, et transpercer un coeur. Feyzol te damne!"

Je ne sais pas s'il m'avait compris, ou même pris le temps de me croire folle, mais peu importe. Au passage, je pris soin de ramasser son sabre, et lui arracha du doigt sa bague. Une belle bague en argent ornée d'une sorte de pierre noire aux reflets bleus, on aurait dit une gemme spirituelle.
Alors c'est là qu'est enfermée l'âme du pauvre dragon déchu... Je mis au doigt cette magnifique bague, et m'apprêtait à partir, sabre à la main retourner voir Feynzol, mais je tombais nez à nez avec un garde, qui me regardait, médusé. Sans réfléchir je lui sauta dessus et planta mon sabre dans son coeur. C'est avec stupéfaction que je vis la lame transpercer l'armure entière sans se casser, et paralyser ma pauvre victime dès l'instant où elle s'était plantée dans son coeur. Ses yeux se convulsèrent, et puis plus rien. Il était mort rapidement. Je n'avais pas eu le choix, il devait mourir, c'était un temoin. Le seul problème, c'était que les bruits d'agonie de l'autre nécromancien n'avaient pas alerté qu'un seul garde, mais tout un troupeau. Ils arrivèrent un par un en face de moi, et se précipitèrent aussitôt pour me tuer comme des bourrins.

J'en égorgeais un, tranchait la tête d'un deuxième, mais ils étaient trop nombreux, j'esquivais rapidemment leurs armes et couru dans une direction opposée. Ils étaient une dizaine à mes trousses et les gens s'écartaient au passage en criant comme des cochons malades. Une autre dizaine de gardes sortie de nulle part de chaque côté des rues, j'étais faite comme un rat. Au milieu de tous avec leurs armes pointées dans ma direction. Non! Ca ne pouvait pas être fini!
Et j'avais raison. J'avais honoré ma part du marché avec Feynzol, j'avais tuer son bourreau, et le dragon devait l'avoir senti d'une certaine manière car soudain, son cri terrifiant retentit dans les ténèbres de la nuit et l'instant d'après, il apparut, assombrissant le ciel de ses ailes immenses, tel un fantôme, un revenant. Les villageois tout comme les gardes hurlèrent de surprise et de peur. Ces derniers leur crièrent de se mettre à l'abri. Ils étaient maintenant occupé à tirer des flèches sur Feynzol, m'oubliant complètement. Car ces idiots ne pensaient qu'a leur gloire, je ne comprenais d'ailleurs pas pourquoi tuer un dragon c'était la chose la plus respectée. Parce que les dragons leurs sont supérieurs peut être?
Feynzol s'était posé, et avait attrapé l'un des gardes dans son immense gueule, le secouant de droite à gauche et l'envoyant sur les autres. Ils en tua plusieurs comme ça, il en écrasait certain de ses pattes osseuses, il en envoyait voler loin dans les airs. les soldats restant tentaient tant bien que mal de le tuer, mais ils ne faisaient que l'affaiblir. Le dragon pesta contre eux:

"Nivok hinskaal! La mort vous appelle!"

D'un seul coup d'aile il les repoussa tous. Je pris pars au combat en les poignardant tant qu'ils étaient au sol, tranchant la tête de certains sans aucun scrupule. Certains gardes abandonnèrent en implorant la pitié, mais moi je n'en avais pas pour eux. Feynzol était en difficulté, entouré de gardes décidés à le tuer une bonne fois pour toute. Lorsque l'un deux essaya de lui tirer dessus avec une arbalète munie de carreaux dévastateurs, je lanca ma dague en plein son cou, faisant jaillir le sang. Je ressentais une certaine jubilitation en constatant les dégâts, puis j'en poursuivis un autre et lui transperça le crâne. Lorsqu'il tomba, je remarquais en face de moi mon père, qui possédait lui aussi une épée. Il s'approcha de moi et me lança froidement:

"Où est Aleera, sale traîtresse!

-Comment je pourrais le savoir!"

Mais il ne m'écoutait déjà plus et s'élança vers moi. J'esquivais le coup en sautant au dessus de lui et lorsque je fus retombée, je me retourna en lui donnant un coup de sabre horizontal, tranchant sa colone vertébrale. Il tomba au sol, paralysé, la respiration coupée par le choc. Je m'accroupis à côté de lui et lui glissa d'une voix froide:

"Toute mes excuses, mais c'est toi qui à attaqué le premier, mon cher père."

Je le laissa là, dans ses propres ténèbres et avança au milieu des cadavres la tête haute. En entrant dans ma maison, je me mis à fouiller la chambre de ma soeur, si elle n'était plus là, elle a bien dû m'en faire part! En cherchant dans son coffre, caché dans une partie du mur, j'y découvris une note, m'informant qu'elle était partie en mer, en direction de l'ouest. Je ressortis alors dehors pour prendre mon cheval, mais qui n'était plus dans l'écurie. J'eu alors une certaine idée.
Je vis Feynzol se poser en face de moi dans un bruit sourd.

"Tu as plus que respecter ta parole, Kriid. Tu m'as aidé en tuant les tiens.

-Oui en effet, mais ce n'est pas un problème ça, vois tu, n'importe qui peut périr de ma main. En revanche, tu as une dette envers moi. Le dragon me regarda de son air calme.

-Un dragon ne retourne pas de faveur à un simple humain sache le, mais toi, je te trouve honorable, tu est bornée, tu as eu l'audace de vouloir te battre contre moi, et tu as tué pas mal de ces pitoyables joor en ma faveur... Très bien, que veux tu?

-Je veux que tu me conduises à l'ouest au dessus de la mer, jusqu'à ce que j'aperçoive un bateau, je dois retrouver ma soeur. Des grondements successifs se firent entendre du dragon, comme s'il riait de mes paroles. Je fronça les sourcils en faisant une moue d'énervement.

-Tu as plus que de l'audace à ce que je vois. Aucun mortel ne peut voler sur le dos d'un dragon aussi longtemps que ça lui chante. Tu devra te debrouiller seule pour traverser la mer. Peut être même que tu perira, noyée, mais je peux seulement te conduire à la ville la plus proche de la mer, et comme ça, tu voles un bateau, et tu pars rejoindre ta soeur. C'est tout ce que je peux t'accorder."

Mouais, j'avais espéré marcher sur le soleil là. Bon c'est déjà bien, on va faire avec. Je grimpa alors au niveau des épaules du dragon zombie et m'accrocha à l'une de ses épines dorsales. Berk, ses écailles putrides se froissaient sous ma main, elles étaient comme cadavériques. Feynzol décolla tellement vite que je fus plaquée complétement contre ses écailles visqueuses. Je frissonnais d'effroi, mais en contre partie j'avais une belle vue sur le monde. Il volait assez rapidement, ce qui ne me laissait pas le temps d'apprécier cette première et dernière expérience. Nous arrivions alors très vite au port d'une autre ville. Il n'y avait personne, même en pleine nuit, aucun garde ne surveillait les alentours, une ville fantôme un peu. Le dragon s'arrêta au dessus d'un bâteau de taille moyenne et donna un coup d'épaule pour me faire glisser. Je tombais alors dans le bâteau vide de pas très au haut, et encore heureux. Feynzol lui, se posa à côté.

"Tu aurais pu me laisser le temps de descendre une fois posé au sol!

-De quoi te plains tu, j'aurais pu t'attraper par une jambe et t'y balancer, un peu comme la première fois.

Il l'avait dit d'une manière tellement blasée... Je préférais me taire. Ce dragon à moitié mort se fout de moi! On aurait dit qu'il prenait plaisir à me taquiner pour bien me faire comprendre qu'il était "supérieur". Ca je l'avais compris qu'il l'était, il voulait pas non plus que je me prosterne quand même!
Je mis alors les voiles pour partir, Feynzol était toujours là à me regarder faire. Il était pensif.

"Qu'est que tu attends dragon? De me voir couler?

-Tu aurais pu détruire la bague, et tu ne m'aurais plus revu, mais tu t'es rangée de mon côté.

-Qu'est que tu imagines... Que je suis ton esclave?

-Non, seulement une honorable alliée à vrai dire. Je haussais les sourcil d'étonnement. C'était la meilleure ça, un dragon me considérant comme alliée! Si un jour tu as besoin d'aide, tu n'as qu'as prononcer mon nom et je viendrais.

-C'est vrai? Ca me semblait improblable pourtant.

-Et non! Qu'est que tu crois, je ne vis que dans les ténèbres, je suis mort, alors tu devras te débrouiller. Ca ne devrait pas être compliqué hum? Je râlais discrétement en marmonnant, en espérant qu'il ne m'entende pas. Alors au revoir, qahnaarin, pruzah guur!"

Je le vis s'envoler dans les airs bien trop vite, et disparaître dans les ombres de la nuit comme à la première fois.  J'esquissais un sourire, ce dragon allait me manquer. Je n'avais même pas eu le temps de le remercier pour son aide. Mais pas d'attachement, je devais me concentrer sur ma soeur.

"Je te retrouverais Aleera."

Avec un peu de chance, je parviendrais à trouver d'autres pays où personne ne saura qui je suis, car maintenant j'étais devenue une meurtrière, mais je risquais bien de recommencer, le métier d'assassin, ça me plaît.

Fiche technique: Généralement elle utilise son arme à dents acérées et son sabre assez rapidement.
Spoiler:
 
Niveau 0: Grâce à son pouvoir de mage, elle lance des éclairs enflammés, et son armure peut prendre feu temporairement.

Pour ceux qui veulent savoir la traduction des mots du dragons
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Xanya Longtonry

avatar

Messages : 787
Date d'inscription : 09/02/2013
Localisation : Duty Island

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
4/1000  (4/1000)
Expérience:
232/400  (232/400)

MessageSujet: Re: Naissance d'une rebelle!   Dim 20 Déc - 10:11

Eh bah ! Sacrée fiche et sacré personnage ! Erza est effectivement impitoyable, je me demande si elle s'adoucira un jour ! Bref personnellement, je valide sans problème =D
Plus qu'à attendre qu'un admin ou un modo valide aussi ta fiche et tu pourras commencer tes aventures !

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Itachi Uchiwa

avatar

Messages : 866
Date d'inscription : 09/02/2013

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
21/1000  (21/1000)
Expérience:
238/400  (238/400)

MessageSujet: Re: Naissance d'une rebelle!   Lun 11 Jan - 15:00

Je te dois bien des excuses d avoir été aussi long ! Les fêtes, Noël et tout ça...
Bref ! Ta fiche est impeccable ! Je l accepté sans aucun soucis ! Il faudra juste que je fasse un Topic concetnant les dragons car certains s en sont déjà servi, or il y a une particularité les concernant... Je te conseille de lire "les origines du mal" dans la faction Chess pour mieux comprendre.

Mais en attendant sois là bienvenue sur les mers Wink
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Naissance d'une rebelle!   

Revenir en haut Aller en bas
 
Naissance d'une rebelle!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'histoire d'une rebelle, perturbée par une vie douloureuse. - Essalia Dreawan.
» Selenore Seeran : Padawan rebelle ou futur sith ?
» Alice Lucy Wilson. ~Être rebelle c'est refuser l'idée que le monde est figé.~ {Terminée}
» Une collation rebelle [Pv : Cissneï]
» Rp avec une rebelle

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Présentation des personnages :: Fiches acceptées-
Sauter vers: