PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La déficiente en quête de reconnaissance

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fa Mulan

avatar

Messages : 47
Date d'inscription : 21/02/2016
Age : 21
Localisation : Quelque part sur North Blue
Humeur : Détachée mais curieuse

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
4/1000  (4/1000)
Expérience:
1/400  (1/400)

MessageSujet: La déficiente en quête de reconnaissance   Dim 21 Fév - 19:34

Nom : Fa
Prénom : Mulan
Surnom(s) : ''Princesse'' ; Song (''force'' en chinois)
Âge : 18 ans
Taille : 1m58
Poids : 45 kg
Groupe : Civil (pour l'instant tout du moins)

Description physique :
Comme tous les habitants de Republic Island, Mulan possède une chevelure d'un noir de jais. Enfant, elle portait les cheveux longs et les laissait souvent libres, ou les attachait en tresse ou en chignon lors de ses entraînements. Par la suite, elle les coupa afin de ressembler davantage à l'homme qu'elle aspire à être. Afin de coller à cette image, la jeune fille porte souvent des vêtements amples ou quelques pièces d'armures afin de cacher ses quelques formes. Cet accoutrement la fait paraître encore plus frêle qu'elle ne l'est, bien qu'elle soit en réalité plus forte que l'on puisse le supposer. En effet, elle a suivi depuis sa plus tendre enfance un entraînement rigoureux aux quatre formes d'arts martiaux caractéristiques de chacune des quatre factions de son île, développant ainsi sa musculature, son agilité et son équilibre. Cependant, Mulan joue sur son apparence pour se faire sous-estimer par ses adversaires. Elle ne se met pas en valeur, ayant décidé de rejeter toute féminité et préférant jouer sur la discrétion. Ainsi, elle adopte des armes de petite taille ou qu'elle peut camoufler et transporter sans qu'elles soient vues. Malgré ses précautions, son visage reste cependant fin et elle cache parfois une partie de ses traits sous un masque de tissu. Seuls ses yeux restent alors visibles, des yeux sombres et attentifs, observant le monde avec curiosité.

Description morale :
Ayant suivi une éducation stricte tournée vers la réussite, Mulan se sent investie du devoir de devenir plus forte afin de satisfaire ses parents. Tous ses efforts sont réalisés dans ce but, quitte à ce qu'elle rejette ses propres sentiments s'ils viennent entraver ses projets. Plaçant en priorité l'efficacité, Mulan n'en est pas pour autant précipitée et préfère réfléchir calmement à la meilleure solution plutôt que de se lancer à corps perdu dans l'action. Elle sait cependant agir et réagir avec vivacité lorsqu'il est temps. Elle n'hésite pas non plus à consacrer de longues heures à s'entraîner car elle considère cela essentiel à sa progression, bien que celle-ci soit plus rapide que la normale grâce à son don pour le mimétisme. Capable d'enfouir en elle ses émotions, révélant alors un visage impassible, elle peut aussi quand elle se sent à l'aise se laisser aller à de grands élans d'affection ou de joie, et en quelques occasions elle peut montrer des accès de colère lui donnant alors un air froid et distant. Ayant d'elle-même choisie la voie qu'elle suit, elle refuse de se plaindre malgré le sentiment de solitude qui l'envahit parfois. Elle a également du mal à se lier aux autres, non pas qu'elle ne réussisse pas à s'entendre avec eux, mais plutôt parce qu'elle veut accomplir les choses par elle-même et non pas se reposer sur une force autre que la sienne. De plus, elle garde au fond d'elle la peur d'être trahie, et refuse de s'engager afin de ne pas être blessée. Considérant qu'elle ne peut prévoir ce qui va lui arriver, Mulan fait en sorte de partager chaque instant de répit entre entraînement et repos. Comme un chat, elle a appris à s'endormir en un instant mais reste dans un état de sommeil léger lui permettant de se réveiller et d'agir en un instant.

Musique d'ambiance:
 

RP de l'histoire :
C'était une journée comme les autres sur Republic Island. La brise marine apportait l'odeur du sel jusqu'à l'intérieur des terres de cette île de taille pourtant plutôt importante, perdue quelque part dans North Blue. Au sein de la nation du feu, une petite fille courait dans les couloirs d'une grande demeure. Âgée de six ans, elle se précipitait, n'ayant même pas pris le temps de se changer au milieu de son entraînement au dojo. Ses pieds nus battaient les nattes du couloir et sa longue chevelure noire flottait dans son dos, agitée par sa course. Tournant au coin du couloir, Mulan aperçut enfin le bureau de sa mère. Ralentissant, elle prit quelques instants pour retrouver son souffle et replacer quelques unes de ses mèches en désordre. Relevant le menton, elle essaya de prendre un air digne et se rapprocha du bureau. Concentrée sur ses manières, la fillette sursauta lorsqu'un homme inconnu surgit à l'autre bout du couloir, les bras chargés de rouleaux de papier et de livres. Elle hésita un instant, puis le voyant pénétrer dans le bureau de sa mère, elle se précipita à sa suite.

- Qui êtes-vous ?, demanda-t-elle d'un ton assuré. Vous n'avez pas le droit d'être ici !

L'homme se retourna avec surprise, laissant malencontreusement tomber l'un de ses documents. Les yeux de la petite fille se posèrent aussitôt sur les pages, observant avec curiosité les signes étranges qui s'y étalaient. Ceux-ci furent cependant rapidement dérobés à sa vue alors que l'homme ramassait le livre et le refermait d'un geste sec.

- Mulan !

La fillette afficha un grand sourire en entendant la voix dans son dos, reconnaissant sa mère qu'elle n'avait pas vu depuis plusieurs mois. Elle se retourna avec joie et allait se précipiter vers la femme en uniforme blanc, mais fut retenue par son regard dur.

- Ne t'avais-je pas interdit de rentrer dans cette pièce ?
- Mais...
- Silence ! Dépêche-toi de sortir, j'ai du travail.

L'enfant baissa la tête, puis quitta à pas lents le bureau, faisant de son mieux pour retenir les larmes qui perlaient au coin de ses yeux. Elle qui avait été si impatiente de revoir sa mère venait de se faire rejeter une fois de plus. Jetant discrètement un regard par dessus son épaule, elle ne fut même pas surprise de constater que la femme s'était déjà désintéressée d'elle pour se pencher sur les manuscrits. Son collègue de la marine se rapprocha de la porte coulissante et fit signe à Mulan de se dépêcher. La petite accéléra son allure et il lui pointa l'un des côtés du couloir d'un geste péremptoire. Obéissante, elle tourna, et il referma le panneau derrière elle. L'enfant fit quelques pas supplémentaires, puis s'arrêta pour essuyer ses larmes dans ses manches. Relevant le visage, elle se rendit alors compte qu'elle n'était pas partie du bon côté et se retourna, passant lentement devant le bureau en essayant de faire le moins de bruit possible pour ne pas attirer l'attention et se faire réprimander une nouvelle fois.

- … vu les ponéglyphes, Li., grommelait le marine.
- Ce n'est qu'une enfant, elle n'a aucune idée de ce dont il s'agit.
- Mais...
- Trêve de bavardage, lieutenant. Nous sommes tous deux responsables de cette bévue mais je vous assure que celle-ci n'aura aucune répercussion. Remettons-nous...

Mulan s'éloigna du bureau et poursuivit silencieusement sa route vers l'extrémité du couloir. Dès qu'elle en eut franchi l'angle, elle repartit en courant vers le dojo, quelque peu apeurée. Elle savait déjà que sa mère n'avait pas une très haute estime d'elle, mais la savoir si contrariée alors que Mulan avait juste été pressée de la revoir était difficile à supporter pour une si petite fille. Serrant ses bras autour de son corps, l'enfant résista à l'envie de se rouler en boule dans un coin et de ne plus en bouger, alors qu'une pauvre question résonnait dans sa tête.

*Dis... Pourquoi tu ne m'aimes pas, maman ?*

***

Quelques instants plus tard, Mulan enchaînait avec compétence les mouvements de l'art martial propre à sa faction. Ses pieds nus foulaient les nattes du dojo sur le même rythme que ceux des élèves l'entourant. Ses coups, qui partaient avec précision et vivacité, semblaient parvenir à lui vider l'esprit, retenant loin d'elle le rejet qu'elle ressentait de la part de sa mère. Concentrée sur sa tâche, elle enchaînait les mouvements, son regard restant alerte et parcourant le reste de la salle, observant les hommes et les femmes l'entourant. Ceux qui suivaient l'entraînement de son père reconnaissaient déjà en elle une grande combattante, mais pourtant elle se sentait toujours rabaissée, sentant les regards hautains et emplis de pitié qui pesaient sur elle. Parce que si Mulan était le seul et unique enfant de la grandement estimée famille Fa, elle possédait une rare tare qui lui portait autant préjudice qu'au reste de sa famille. Car contrairement à ses parents, elle n'était pas capable de maîtriser le feu. Alors elle s'entraînait d'arrache-pied, des heures et des heures durant malgré son jeune âge, essayant d'impressionner son père mais ne recevant que dédain. Mais après tout, elle n'avait que six ans, la plupart des enfants découvraient certes leur don avant, mais certains étaient plus tardifs, et Mulan faisait sûrement partie de ceux-là...

Un gong résonna dans la cour de la demeure et les élèves cessèrent leur entraînement en soupirant. Les séances du maître Fa Zhou étaient longues et fatigantes, et nombreux étaient ceux qui abandonnaient en cours de route. Mais ceux qui poursuivaient l'apprentissage jusqu'à son terme étaient reconnus dans toute la nation du feu et étaient sûrs d'obtenir des postes de qualité au sein de la société. Effectuant quelques derniers étirements pour prévenir de toute courbature, Mulan observa les élèves quitter la surface de combat, s'inclinant bien bas avant de se détourner pour gagner la cour. La petite finit par les imiter, enfilant une paire de sandales avant de sortir sur les larges pavés de pierre. Une garçon d'une dizaine d'années s'approcha aussitôt d'elle et un sourire s'afficha sur les lèvres des deux enfants.

- Shang !, s'exclama Mulan en se précipitant vers lui pour le serrer dans ses petits bras.
- Doucement !, s'amusa-t-il. Qu'est-ce qui te prend aujourd'hui ? Tu pars au milieu de l'entraînement, puis tu me fais une grande démonstration d'affection ? Ai-je fait quelque chose pour mériter cela ?
- Tu es mon ami., répondit la fillette en le relâchant. Alors j'ai le droit, non ?
- D'accord, princesse ! Alors, raconte-moi tout, qu'est-ce qui t'arrive ?

La petite hésita, son sourire laissant place à une moue peinée alors qu'elle repensait à sa mère. Les affaires de sa famille ne concernait aucunement Shang, et ce dernier n'était pas en mesure de changer quoi que se soit au problème. Pleurnicher sur le comportement dont sa mère faisait preuve envers elle n'allait pas non plus aider Mulan à se faire mieux voir, aussi elle secoua la tête pour chasser une nouvelle fois sa peine. Le regard qu'elle releva ensuite sur son ami avait retrouvé son espièglerie et sa curiosité.

- Dis, tu sais ce que c'est toi, les poné... les poné...
- Les poneys ?, s'étonna le garçon.
- Mais non ! Les poné... glyphes... ?
- Euh... Non. Je n'en ai jamais entendu parler. C'est l'écriture des poneys ?

Mulan fronça les sourcils, se demandant si son ami se moquait d'elle, mais il se contenta de pencher la tête.

- C'est quelque chose d'important ?

La petite hésita, puis secoua la tête. Après tout, sa mère lui avait bien laissé comprendre qu'elle ne devait pas se mêler de cela.

***
*
***

Les jours se suivaient, répétitifs, et Mulan continuait de progresser dans sa maîtrise de l'art martial de la nation du feu. Néanmoins, elle ne présentait toujours aucun signe du don pour la maîtrise du feu. Et un midi, après la fin de la séance d'entraînement du matin, son père la rejoignit dans la cour.

- Cela fait trop longtemps, Mulan., déclara-t-il d'un ton dur. Tu n'es pas le fils que j'espérais, mais au moins priais-je pour te voir digne successeur de notre nom, ce qui ne semble pas non plus être le cas. Puisque tu ne sembles pas avoir été choisie par le feu, peut-être l'as-tu été par l'un des trois autres éléments. Nous partirons cet après-midi et nous irons rendre visite aux trois autres factions. Avec un peu de chance, l'une d'elle saura trouver un quelconque don en toi afin que tu ne restes pas le fardeau sombre de la famille Fa...

La fin de sa phrase disparut dans un soupir montrant qu'il n'avait guère d'espoir, semblant donner là une dernière chance à sa fille. Du haut de ses six ans, celle-ci fit de son mieux pour rester impassible et hocha la tête. Puis dès qu'il se fut détourné, elle se précipita dans sa chambre pour faire son sac, chipa un morceau de pain à la cuisine et retourna dans la cour.

Quelques heures plus tard, ils étaient partis.

***
*
***

La demeure des Fa était plongée dans la pénombre du contre-jour, mais Mulan pouvait pourtant reconnaître le moindre détail. Son cœur accéléra quelque peu, puis se calma, alors qu'elle se rapprochait peu à peu de la bâtisse. Cela faisait trois ans qu'elle avait quitté cet endroit, trois ans qu'elle avait passé parmi les autres factions à tenter de maîtriser leur art. La première année, elle l'avait passé au royaume de la terre. La fillette avait suivi l'entraînement intensif des soldats, parcouru les vastes plaines à cheval ; avait appris les bases de l'escrime ainsi que celle de l'art martial de la terre : la force, mais n'avait pas manifesté la moindre maîtrise. L'année suivante, elle l'avait passée dans l'une des tribus de l'eau ; avait appris les rudiments de la pêche, de la navigation, et la confection de quelques onguents pour soigner brûlures et coupures ; avait travaillé la base de l'art martial de l'eau : la souplesse de détourner et rendre les coups, mais n'avait pas manifesté la moindre maîtrise. La dernière année enfin, elle s'était rendue tour à tour dans les quatre temples de l'air, avait parcouru les pics acérés et vertigineux, appris l'histoire des temps anciens de Republic Island et découvert l'existence, ou plutôt l'absence, d'un siècle de leur passé, communément appelé le Siècle Oublié ; et avait éveillé son esprit durant la méditation ; avait répété la base de l'art martial de l'air : l'équilibre, mais n'avait pas manifesté la moindre maîtrise. À présent elle rentrait chez elle, avec la certitude que jamais elle ne maîtriserait le moindre élément. Son père chevauchait un peu au devant d'elle, mais Mulan voyait à sa posture qu'une fois de plus, elle l'avait profondément déçu.

- Ne remets plus les pieds au dojo, Mulan., fut sa seule déclaration.

A peine furent-ils arrivés à la grande demeure que Zhou disparut à l'intérieur, abandonnant dans la cour sa fille au cœur lourd. Alors qu'elle entreprenait avec quelques difficultés de récupérer ses paquetages fixés à l'arrière de la selle de sa monture, quelqu'un se plaça derrière elle et les détacha à sa place. Mulan se retourna, se retrouvant face à un adolescent qu'elle eut un peu de mal à reconnaître. Ses cheveux sombres avaient poussé, maintenant retenus à l'arrière de sa tête en un chignon plat, son visage avait perdu les rondeurs de l'enfance et, surtout, le garçon avait grandi d'une bonne quinzaine de centimètres.

- Bon retour, princesse., l'accueillit Shang avec un grand sourire. J'espère que tu n'es pas trop fatiguée, parce que j'attends que tu me racontes ton voyage initiatique dans ses moindres détails !

Une moue amusée apparut sur le visage de la fillette de neuf ans, et elle saisit les rênes de son cheval pour le mener à l'écurie.

- Dans ce cas j'espère que tu t'es préparé à passer plusieurs nuits blanches., rétorqua-t-elle alors qu'il s'empressait de la suivre. Prends garde à ce que ton entraînement n'en pâtisse pas !
- Nulle crainte, princesse, j'ai moi aussi progressé durant ton absence. Mais dis-moi, quel élément maîtrises-tu donc ?
- … Aucun., répondit Mulan après un court instant de silence. Il faut croire que je resterais toujours l'élément déficient de cette famille...
- Je vois..., murmura-t-il, avant de lui donner une tape sur l'épaule sans se départir de son air réjoui. Il faudra trouver autre chose alors !

La fillette acquiesça et, après avoir ôté le harnachement de sa monture, l'avoir étrillée et enfermée dans un box, Shang et elle prirent la direction de sa chambre. Pendant une grande partie de la nuit, elle lui raconta des extraits de son voyage, heureuse de trouver une oreille attentive et une présence réconfortante, jusqu'à ce qu'ils finissent tous deux par tomber de sommeil.

Cette nuit-là, Mulan rêva d'autre chose, qu'elle trouvait des solutions pour compenser sa déficience. Dans la clairvoyance de certains rêves, elle réalisa qu'elle était peut-être la seule fille de maître sans maîtrise, mais qu'elle n'était pas la seule de l'île sans maîtrise. Cette nuit-là, elle pensa science, comprenant que même sans maîtrise, les humains étaient parvenus à apprivoiser le feu. Cette nuit-là, elle perçut qu'une autre voie s'ouvrait à elle.

***
*
***

Pendant l'année suivante, Mulan entreprit de mettre à bien les bases de sa voie de secours. Laissant de côté les maîtrises qu'elle ne parvenait à obtenir, sans pour autant en délaisser son entraînement aux arts martiaux, la fillette commença à s'intéresser aux armes et aux subterfuges. Bien sûr elle n'était qu'une enfant, et son choix se porta naturellement sur les outils de petite taille, légers et maniables. Un simple briquet vint ainsi remplacer sa maîtrise du feu, et puisqu'elle ne pouvait mouvoir la terre, elle sut qu'il était à elle de se déplacer et elle se mit à l'escalade.

Durant toutes ses expérimentations, Mulan préférait rester seule, loin des moqueries dont ceux qui avaient un don feraient preuve à son égard en la voyant s'obstiner de la sorte. Seul Shang avait obtenu sa permission de rester près d'elle, la soutenant et acceptant d'opposer sa maîtrise à ses nouveaux jouets. En contrepartie, la fillette continuait de lui raconter ses aventures, bien qu'elle se rendit un jour compte qu'elle lui en taisait toujours une partie, celle concernant ce qu'elle avait appris chez les nomades de l'air. Mais après tout, comment aurait-elle pu lui raconter une histoire incomplète ? Ce n'était tout de même pas de sa faute si près d'un siècle de leur passé avait disparu des mémoires, mais également de toutes les archives... Tout ce qu'elle avait elle-même pu apprendre des moines étaient que ces fragments du passé étaient disséminés de par le monde sous la forme de ponéglyphes. Ce mot avait aussitôt rappelé à Mulan les quelques bribes de conversation surprises dans le bureau de sa mère, éveillant son intérêt. Ainsi, l'histoire n'était pas perdue, puisque sa mère et ses collègues de la marine étudiaient ces ponéglyphes. Pour la première fois, la petite comprit à quel point le travail de Fa Li était important. Et dangereux. Car après tout, les moines ne l'avaient-ils pas prévenu que ces études étaient interdites ? Et si eux-même étudiaient discrètement les quelques inscriptions encore lisibles sur les murs de leurs temples, elle avait reçu la consigne stricte de ne jamais en parler. Elle se rappelait encore en tremblant la menace de maître Tenzin. Pourtant, l'homme n'avait pas laissé entendre qu'il lui arriverait le moindre mal. Non. Il avait mis entre ses mains la survie non pas seulement des quelques rares nomades osant braver l'interdit, mais celle de toute la faction de l'air. C'était un lourd poids pour une si petite fille, et inconsciemment elle avait enfoui au fond d'elle tout ce qui pourrait risquer de lui faire aborder le sujet. Alors elle avait effacé de son récit toute l'histoire de Republic Island.

***
*
***

Le matin était doux, présageant une bonne journée. Déjà au dojo, Mulan répétait les enchaînements qu'elle avait appris des autres factions avant que l'entraînement du jour ne commence. Peu à peu, les élèves de son père pénétrèrent dans la salle, s'inclinant avec respect devant la zone de combat avant d'y prendre pied. Shang se rapprocha de la fillette, et elle leva vers lui des yeux attentifs. Il avait encore grandi durant cette dernière année, et gagné en force et en carrure. Petit à petit, il ressemblait davantage à un homme, et depuis quelques temps Mulan avait observé un changement dans les sentiments qu'elle éprouvait à son égard. Ils étaient toujours très proches, comme ils l'avaient toujours été, mais la fillette de dix ans se rendait de temps en temps compte qu'elle l'observait plus que de raison ou qu'elle pensait à lui dans des moments tout à fait incongrus qui lui octroyaient quelque gêne. Lorsque l'adolescent prenait sa main dans la sienne ou lui effleurait le bras, elle sentait une étrange chaleur l'envahir, non désagréable mais quelque peu perturbante. Durant les premiers temps, elle avait naïvement cru avoir enfin découvert sa maîtrise du feu, mais elle avait rapidement compris qu'il n'en était rien et que cette sensation avait une toute autre origine. Désormais, elle continuait de l'observer, cherchant dans son comportement quelque trace d'une affection réciproque à la sienne. Et en quelques occasions, elle avait vu le garçon se troubler, semblant hésiter entre sourire et aborder une mine plus sérieuse en l'observant, sans savoir que lui-même était épié.

- Bonjour, princesse. Tu sembles bien pensive ce matin.

Mulan sortit de ses réflexions et esquissa un sourire, avant de hocher la tête et de se détourner. Elle s'en voulut aussitôt mais n'eut pas davantage de temps pour ressasser sa pensée car le gong de la cour retentit et tous les élèves se mirent en mouvement. Par groupe de deux, ils commencèrent des affrontements jusqu'à ce que l'un des deux adversaires s'écroulent, ceux toujours sur pied enchaînant directement sur un autre combat. Malgré son jeune âge, Mulan restait dans la compétition, incorporant les bases qu'elle avait apprises des autres factions dans ses mouvements afin d'esquiver les coups et de détourner la force de ses adversaires. Son endurance finit cependant par lui faire défaut et elle céda sa place pour aller se reposer un instant au bord de l'aire d'entraînement.

Quelques minutes plus tard, un homme pénétra dans la salle, laissant échapper un court sifflement admiratif en voyant les combattants. Mulan l'observa quelques instants mais l'homme lui était totalement étranger et ne semblait pas non plus être venu afin de devenir élève. De toute façon, il était visiblement trop âgé pour espérer être accepté par quelque école que ce soit.

- Quelle agitation !, s'exclama-t-il. Le dojo de maître Fa est-il toujours aussi exaltant ? Continuez ainsi, jeunes gens ! Ah, cela donne envie de fouler ces tatamis !

La fillette se releva et s'approcha de lui avant de s'incliner respectueusement.

- Je suis Fa Mulan., s'annonça-t-elle poliment. Souhaitez-vous expérimenter la force de notre dojo ? Si tel est le cas, je serais ravie d'être votre adversaire.

Une étincelle s'alluma dans le regard de l'homme, qui hésita un instant, puis décrocha un grand sourire à l'enfant.

- Je me nomme Yao Cheng., déclara-t-il en s'inclinant à son tour. J'accepte humblement votre proposition, Fa Mulan.

Polis et curieux, les autres élèves s'écartèrent pour faire place aux combattants. Tous deux se firent face, sur leurs gardes. Mulan observait son adversaire, de son regard perçant à sa posture assurée. L'homme était bien ancré au sol et il semblait qu'il allait être dur pour la petite fille de le faire chuter. Néanmoins, elle savait qu'elle ne progresserait jamais sans essayer, qu'elle serait à tout jamais la tare de la famille si elle reculait et fuyait les adversaires prometteurs. Mettant de côté les pressions qui risquaient d'entraver ses mouvements, elle se focalisa sur le combat. Sans prévenir, elle s'avança soudain et lança un grand coup de pied en avant, que l'homme bloqua sans mal avant de répliquer d'un coup de poing. Mulan ramena vivement sa jambe en position pour assurer sa stabilité, et écarta dans un même temps la frappe d'un mouvement rotatif du bras typique des nomades de l'air, avant d'asséner un coup de la paume contre le torse de l'homme. Il y eut un court instant de flottement pendant lequel l'homme surpris observa l'enfant qui avait percé si facilement sa garde, puis il haussa un sourcil.

- Évidemment avec quelques années de plus, ce coup aurait été plus efficace., commenta-t-il.

A ces mots, la fillette bondit en arrière pour se mettre hors de portée. Son visage était calme, presque serein, alors qu'en vérité elle ne pouvait s'empêcher de grommeler intérieurement. Bien sûr, son coup manquait de force, elle en était consciente, et sans maîtrise pour compenser ce défaut, il était parfaitement inutile. Néanmoins la maîtrise du feu n'était pas utilisée en salle par les élèves par mesure de sécurité, et un tel geste pouvait donc être assimilé à un K.O... du moins si maîtrise il y aurait eu. Mais en l'absence de connaissance de son opposant à son sujet, Mulan pouvait jouer sur ce point pour lui faire croire qu'elle était une digne adversaire. L'homme s'avança rapidement, ses pieds semblant à peine effleurer le sol, et envoya plusieurs coups de poing. La fillette tourna, esquivant le premier, mais le deuxième la frappa de plein fouet. Elle eut juste le temps de lever ses avant-bras pour se protéger avant que le coup ne s'abatte avec puissance. L'enfant fut soulevée de terre et projetée à plusieurs mètres, où elle tomba dans un bruit sourd.

- Mulan !, s'écria Shang en se précipitant vers elle.

Avec effort, la petite leva une main tremblante pour lui faire signe de ne pas intervenir, et il s'immobilisa avec un air inquiet. Soufflant lentement, Mulan essaya de mettre de côté la douleur lancinante de ses avant-bras et se releva lentement. Serrant les dents, elle releva le visage vers son adversaire, qui l'observait avec un sourire appréciateur.

- Oh, tu tiens encore debout ? Félicitations, on dirait que tu n'es pas une gamine ordinaire, Fa Mulan.

Était-ce une insulte ou un compliment ? Elle ne chercha pas à le savoir et se remit en garde, prête à poursuivre. Malgré la douleur, elle n'avait pas peur. Après tout, il s'agissait d'une confrontation officielle et surveillée, alors sa vie n'était pas en danger. Mais elle était vexée. Vexée d'avoir été envoyée valser d'un seul coup alors qu'elle-même n'avait pas été capable seulement de faire bouger l'homme. Force contre force, elle n'avait aucune chance, aussi modifia-t-elle légèrement sa position, décidant de laisser de côté la vivacité du feu pour la souplesse de l'eau. Lorsque l'homme attaqua une nouvelle fois, elle dévia en douceur ses coups vers l'extérieur. Ils enchaînèrent plusieurs échanges, et Mulan se rendit compte qu'elle reconnaissait la trajectoire des attaques que son adversaire commençait à peine à esquisser. Profitant d'un nouveau mouvement, elle dévia une fois de plus les bras de l'homme avant de frapper rapidement vers le haut pour heurter la gorge de son adversaire. Par réflexe, ce dernier recula et tendit le bras. Mulan n'eut que le temps d'écarquiller les yeux avant de voir le feu se précipiter vers elle. Se jetant devant elle, Shang dissipa les flammes avant de lancer d'une voix forte :

- Fin du duel ! Le combattant Yao Cheng est vainqueur !

Mulan serra les poings. À l'abri derrière Shang, elle ne pouvait que foudroyer les larges épaules qui l'avaient protégée. Une fois de plus, elle ne pouvait que se rendre compte de sa faiblesse. Elle fit un effort considérable pour s'avancer de nouveau face à son adversaire et le saluer malgré le goût amer de la défaite. L'homme s'inclina lui aussi avec respect, avant de l'observer d'un œil curieux. Il ne dit cependant pas un mot sur le combat mais sursauta presque en se rappelant soudainement quelque chose.

- J'ai rendez-vous avec maître Fa !, s'exclama-t-il en quittant précipitamment la salle.

Mulan le regarda s'éloigner, puis quand il eut disparu de sa vue, elle se retourna vers les élèves l'entourant.

- Eh bien ?, les interrogea-t-elle. Qu'attendez-vous pour vous remettre au travail ?

***

Cela ne faisait qu'un quart d'heure que Mulan avait terminé son duel contre l'étranger, lorsque la porte du dojo menant à la demeure coulissa brusquement. Se retournant, elle avisa l'air furieux de son père, suivi par l'étranger à l'air perplexe.

- Jusqu'à quand vas-tu continuer à me déshonorer !, hurla Fa Zhou.

Mulan ouvrit la bouche pour s'expliquer, mais il leva la main et, dans sa colère, projeta un flot de feu sur sa fille. La petite leva les bras devant son visage et se retourna, poussant un cri de douleur lorsque les flammes frappèrent son dos. Elle s'écroula sur le sol alors que les élèves se précipitaient vers elle, mais le maître les arrêta d'un seul mot.

- Stop !, ordonna-t-il avant de balayer d'un air sombre les visages surpris de ses élèves. Je t'avais interdit de revenir, Mulan. Et il en sera de même pour ceux qui tenteront de l'aider.

Ses disciples baissèrent la tête, détournant le regard du petit corps qui s'agitait sous la morsure des flammes, essayant d'ignorer les cris de détresse et de douleur. Se tordant sur le sol pour essayer d'éteindre les flammes, Mulan assistait avec horreur à cette scène, voyant un à un ses compagnons d'entraînement l'abandonner à son sort.

- Sh... Shang..., murmura-t-elle en tendant la main vers son ami.

Mais celui-ci resta immobile, la dévisageant froidement. Pourquoi avait-il l'air de si mauvaise humeur ? S'il souffrait de la voir ainsi, pourquoi ne venait-il pas l'aider ?

- Pauvre, pauvre petite pathétique Mulan., souffla-t-il. Moi qui espérais qu'en me rapprochant de toi j'obtiendrais les faveurs de maître Fa, tu auras été jusqu'au bout d'une inutilité totale.

Les yeux déjà pleurant de douleur, Mulan eut pourtant en cet instant l'impression que les flammes qui dévoraient son dos n'étaient rien comparé au déchirement de son cœur. Réunissant ses dernières forces, la petite se redressa, vacillante, et courut vers l'extérieur. Elle déboucha dans la cour, la vision floue à cause de ses larmes et de la chaleur qui l'entourait. Elle avisa cependant l'abreuvoir des chevaux et, dans un ultime effort, s'y laissa tomber. Les flammes s'éteignirent dans un nuage de fumée alors que l'enfant continuait de hurler, incapable de se taire. En elle, l'écho de ses cris résonnait, tourbillonnait et s'enflait, formant un unique mot qui ne cessait de se répéter.

*Pourquoi... ? Pourquoi... ? Pourquoi... ?!*

Puis elle perdit connaissance.

***

Lorsqu'elle se réveilla plusieurs heures plus tard, Mulan était toujours allongée dans l'abreuvoir, son regard tourné vers le ciel. Elle resta un instant immobile, incapable d'accepter ce qui s'était produit, mais la douleur dans son dos était on ne peut plus réelle. Lentement, gémissant sous le supplice que lui infligeait chaque mouvement, elle s'extirpa de l'abreuvoir et se traîna jusqu'à sa chambre. Son lit l'attirait, prometteur de repos et de douceur, mais elle l'ignora et ouvrit sa commode d'une main tremblante. Elle y récupéra l'un des baumes qu'elle avait réalisés lorsqu'elle se trouvait dans la tribu de l'eau et arracha le bouchon de liège d'un coup de dents. La fillette n'eut pas de difficulté à retirer ses vêtements en lambeaux, découvrant les plaies à vif de son dos. Tant bien que mal, elle barbouilla les brûlures avec l'onguent, hurlant à chaque fois qu'elle tendait un bras en arrière. Épuisée, à bout de souffle, elle s'allongea enfin sur son lit et sombra dans une veille douloureuse.

***
*
***

Cela faisait quelques jours maintenant, et Mulan commençait difficilement à se remettre de la violence qu'elle avait subi. La douleur s'était quelque peu atténuée, mais la petite fille avait constaté que de grandes zébrures roses sombre et rouges ornaient désormais sa peau. Ses mouvements étaient toujours limités, surtout en ce qui concernait la partie supérieure de son corps et elle ne sortait que peu de sa chambre, s'aventurant à peine jusqu'à la cuisine pour récupérer de quoi manger. Elle était encore incapable de poser le moindre tissu sur son dos sensible et restait cloîtrée dans sa pièce, à penser. Elle passait parfois de longues heures, immobile devant son miroir, observant les marques qui rehaussaient la pâleur de sa peau pour y trouver un sens. Une partie de sa chevelure avait également brûlé, mais heureusement son cou et son visage avait été épargnés. Isolée, avec personne pour s'inquiéter d'elle, Mulan se demandait ce qu'elle avait fait de mal. Malgré tous ses efforts, elle restait une tare dont sa famille ne voulait pas. Elle avait pourtant fait de son mieux pour se montrer digne d'être leur héritière, mais cela ne suffisait pas. Elle n'était ni un maître, ni un homme.

*Ni un homme...*

Cette pensée resta quelques instants dans son esprit alors qu'elle contemplait son reflet et une idée stupide s'implanta peu à peu en elle. Elle ne pouvait devenir un maître. Mais peut-être pouvait-elle devenir un homme. Lentement, elle se leva, et récupéra sur son bureau le couteau dont elle se servait pour manger. Revenant devant la glace, elle caressa doucement sa douce chevelure, puis la saisit à pleine main et commença à trancher les mèches. Peu à peu, celles-ci s'accumulèrent sur le sol, jusqu'à ce qu'enfin Mulan soit satisfaite de ses cheveux courts et ébouriffés.

*Père, mère... Peu importent les obstacles. Peu importe que je ne possède pas la moindre maîtrise. Peu importe que vous ayez rejeté la fille que j'ai été. Peu importent les douleurs et les souffrances. Puisque je ne peux compter sur personne, je ne compterai que sur moi. Plus jamais une telle situation ne se reproduira, j'en fais le serment. A partir d'aujourd'hui, je serai un fils qui vous rendra fier.*

***
*
***

- C'est un garçon !

L'annonce du médecin résonna dans la pièce, bientôt suivie par les voix exaltées des parents. Assise à l'extérieur de la pièce, le dos appuyé contre la paroi, Mulan perçut enfin le premier cri du bébé. Le premier cri de son petit-frère. Elle ferma un instant les yeux, le cœur tambourinant dans sa poitrine. Elle avait presque onze ans maintenant, et durant ces neuf derniers mois, elle avait fait de son mieux pour devenir l'héritier de la maisonnée. Puisque le dojo lui avait été interdit, elle s'était entraînée seule de son côté, apprenant à mêler les différents arts martiaux qu'elle avait appris dans une toute nouvelle danse plutôt que de les séparer trop spécifiquement. Durant ces neuf mois, elle s'était entraînée à lancer des armes de jet discrètement dérobées dans la réserve de son père et avait poursuivi ses sessions d'escalade. Depuis neuf mois, elle bricolait, étudiant les mécanismes des armes qu'elle démontait et remontait. Depuis neuf mois, elle avait rejeté toute féminité pour se concentrer sur son but. Et là, en l'espace de quelques instants, un nouveau-né de rien du tout avait balayé tous ses efforts sans rien faire. Désormais, elle n'était plus l'héritière de la famille Fa.

***
*
***

Marchant doucement dans la cour, Mulan surveillait Wei qui courait encore un peu maladroitement sur ses petites jambes. Il venait d'avoir deux ans, et malgré la sensation qu'il lui prenait le peu de place qu'elle avait possédé, Mulan s'était attaché au petit garçon et prenait au sérieux son rôle de grand-frère. Ses entraînements s'étaient vu restreints alors qu'elle craignait que le petit ne se blesse avec ses armes, et elle gardait toujours un œil attentif posé sur lui. Il poussa soudain un cri émerveillé et surpris, et l'adolescente de treize ans se rapprocha de lui avec curiosité.

- Brille !, s'exclama-t-il avec ravissement.

Mulan se pencha vers lui, le regardant avec perplexité, quand il leva la main, créant une petite étincelle qui tomba à ses pieds. L'adolescente se figea, observant un instant Wei qui s'amusait, avec la sensation qu'il se tenait si loin d'elle. Pendant deux ans, elle avait secrètement espéré que le garçon serait aussi dépourvu de maîtrise qu'elle, mais ce à quoi elle assistait maintenant, les débuts du petit en tant que maître du feu, balayait ses derniers espoirs. Lentement, elle se redressa, puis se força à sourire à l'enfant.

- Et si tu allais montrer ça à papa ?

Le petit applaudit avec joie, puis se détourna et repartit en courant gauchement vers la demeure. Mulan le suivit à distance, vérifiant qu'il rejoignait bien Zhou et ne disparaisse pas à la vue d'un adulte, puis elle se précipita dans sa chambre. Elle tira vivement le battant derrière elle, puis se laissa glisser au sol et se prit la tête dans les mains.

*Plus rien...*, songea-t-elle. *Il n'y a plus rien... Je n'ai plus ma place ici.*

Alors, calmement, elle prit sa décision. En quelques instants, elle avait emballé ses quelques affaires, puis elle se glissa par la fenêtre. Elle s'éloigna en courant, se retournant une dernière fois lorsqu'elle parvint aux limites de la propriété.

*Père, mère... Je reviendrai. Lorsque je serai devenue quelqu'un dont vous pourrez être fiers, je reviendrai.*

Et elle partit, tout d'abord sans but puis cherchant une solution pour survivre et progresser.

***
*
***

Après avoir erré plusieurs jours et arrivant au terme de ses provisions, Mulan avait choisi sa route. Puisque son père était un puissant combattant, elle deviendrait forte elle aussi. Et puisque sa mère étudiait les ponéglyphes, elle allait apprendre ce qu'elle pouvait en savoir elle aussi. Ainsi un jour, son père la respecterait. Ainsi un jour, sa mère l'accepterait. Continuant de se faire passer pour un garçon, Mulan gagna alors l'un des temples de l'air. L'ascension était difficile et elle s'effondra presque au pied des portes de la forteresse de pierre. Quelques moines se précipitèrent vers elle et l'invitèrent à l'intérieur, où ils lui offrirent à boire et à manger pour qu'elle recouvre ses forces. Lorsque maître Tenzin, attiré par l'annonce d'un visiteur, pénétra dans la salle, Mulan se jeta à ses pieds et le supplia de la prendre comme disciple.

- Doucement, mon enfant., s'amusa-t-il. Relève-toi. Et si tu commençais par nous dire ton nom ?

Mulan se redressa et croisa le regard de l'homme, qui cependant ne la reconnut pas. Elle hésita un instant, puis secoua la tête. Mulan était un prénom féminin, et elle était un homme. Fa était le nom de ses parents, nom qu'elle n'osait plus prononcer de peur de salir davantage sa famille.

- Je n'ai pas de nom., finit-elle par répondre.

Le moine haussa un sourcil, mais n'insista pas et l'invita contre la promesse de ne pas leur attirer d'ennui à partager leurs activités.

Pendant les cinq années qui suivirent, Mulan forgea son corps dans l'air moins oxygéné des montagnes, développant son équilibre et son habileté à se déplacer à pas sûr sur les chemins étroits et les pentes abruptes, continuant son apprentissage de l'art martial de l'air. Son intérêt pour les chants anciens et son ardeur au combat lui valurent au bout de quelques temps le nom de Song, qu'elle adopta. Elle gagna la confiance de Tenzin, qui lui enseigna tout ce qu'il savait de la langue des ponéglyphes. Pas grand chose en vérité. Les quelques symboles encore lisibles sur les murs des temples étaient pour la plupart isolés et il était impossible d'en déduire la moindre phrase compréhensible. Néanmoins, la jeune fille acquit les bases de ce langage oublié et eut le temps de mémoriser chacun des symboles qu'elle contemplait parfois des jours durant. Régulièrement, elle quittait également le temple pour rejoindre un groupe de civils qui avaient développés un art afin de pouvoir se défendre contre les maîtres. Les Egalitaristes, comme ils se nommaient eux-même, s'entraînaient en secret à l'art du blocage du chi afin de priver momentanément leurs adversaires de leur don en cas de combat. Ayant étudié les différentes maîtrises, Song se révéla étonnamment douée dans ce domaine, mais s'éloigna dès que les Egalitaristes commencèrent à faire entendre leurs revendications.

Enfin, l'année de ses dix-huit ans, après une longue discussion avec maître Tenzin, Song prit la décision de partir. Elle n'était pas assez orgueilleuse pour prétendre tout savoir des arts de Republic Island, mais sa curiosité la poussait à aller voir ce qu'elle pourrait apprendre d'autre, au-delà des mers. Si elle souhaitait devenir plus forte, il lui fallait trouver de valeureux adversaires qui lui permettraient de s'améliorer. Et quelque part dans ce vaste monde se trouvaient de grandes stèles qui attendaient d'être lues.



Arme(s) :
Song se bat principalement au corps à corps grâce aux quatre techniques d'arts martiaux qu'elle à appris, bien qu'elle soit loin de maîtriser chacun à la perfection. Ces différentes techniques sont les suivantes :
eau = tai chi
terre = Hongai style of kung-fu
feu = northern shaolin kung-fu
air = ba gua
Concernant les armes, elle préfère celles de petites tailles, légères et discrètes, principalement les armes de jet. Elle n'a cependant aucune affection particulière pour l'une d'entre elle, considérant qu'il ne s'agit toujours que d'objets et que ceux-ci doivent simplement lui être utiles.
Song aime également inventer ou réinventer des objets déjà existants pour les utiliser à sa manière. Elle a ainsi monté un petit appareil composé d'un morceau de silex et d'une pièce de métal qu'elle peut serrer entre ses dents afin de produire une étincelle. Associé à de l'huile qu'elle lance au préalable sur sa cible, elle peut ainsi feindre d'être capable de cracher du feu.

Technique(s) :
Mimétisme : au cours des entraînements de son père, qui refusait le plus souvent de lui adresser la parole, Song a appris à l'observer et à l'imiter. Sa curiosité et son attention lui permettent ainsi de repérer les tics de langage et de gestuelle des autres, et de les répéter afin d'attirer de façon inconsciente leur empathie. Bien sûr, cela ne signifie pas qu'elle se retrouve capable de mouvements au-delà des capacités de son corps, elle aura beau tenter d'imiter un contorsionniste, si sa souplesse n'est pas suffisante elle n'y parviendra pas. De même, elle ne parviendra pas à soulever un poids plus lourd qu'elle simplement en tentant d'imiter quelqu'un de costaud. En ce qui concerne les attaques, Song ne peut de même pas les répéter à la perfection au premier essai. Actuellement, tout au plus est-il en son pouvoir de remarquer les cibles de son adversaire afin d'augmenter ses esquives.

Projection astrale : en entrant en méditation, Song se découvre le pouvoir de séparer son âme de son corps. Dans cet état fantomatique, elle est invisible et imperceptible par les vivants, et seuls les plus sensibles d'entre eux parviennent à vaguement détecter une présence, comme un sixième sens. Durant cette période, Song peut également voler et passer à travers la matière, si bien qu'elle est dans l'incapacité d'agir avec quelque objet que ce soit ou de communiquer. D'autre part, pendant son ''absence'', son corps reste vide, incapable de se défendre et est donc à la merci du premier venu. Pour quitter son état de fantôme, Song doit impérativement retourner dans son corps, sans quoi elle reste coincée entre le monde physique et le monde psychique. Dans ce lieu entre-deux, elle se retrouve capable de voir les esprits qui s'y trouvent et d'interagir avec eux. Lorsqu'elle est dans le monde physique, elle perd cependant cette capacité et est tout aussi inconsciente des esprits que les personnes ne réalisant même pas leur existence.

Couleur : #FEA347


Dernière édition par Fa Mulan le Mer 29 Mar - 10:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Ulquiorra Schieffer

avatar

Messages : 131
Date d'inscription : 01/04/2013
Age : 21
Localisation : Sur la glaciale North Blue
Humeur : Exécrable le matin et fracassante le soir !

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
8/1000  (8/1000)
Expérience:
344/400  (344/400)

MessageSujet: Re: La déficiente en quête de reconnaissance   Mer 24 Fév - 6:54

C'est d'la marde. Wesh c'est d'la marde. En plus c'tellement de la marde dégueu qu'les scatophiles en boufferaient même pas ! Ptdr. Chuis trop laul !

Maaaaaaais noooooon je plaisaaaaaaante ! Tu le sais bien, que j'ai beaucoup aimé ce déroulement de la vie de Song où l'on voit l'évolution de ses rapports avec ses parents, entre autres. D'ailleurs ces deux-là c'est vraiment des... des méchants ! Et c'est pas très gentil d'être méchant ! è.é
Il semble d'ailleurs que Song n'ait pas eu de chance quant aux liens qu'elle a tissés avec les gens... Shang en tout premier rang ! Enfin d'un côté, ce dernier ne pensait pas se servir d'elle dès le début quand même si ? A six ans, je doute qu'il ait pu avoir ce genre de procédé manipulateur, mais si c'est le cas c'est qu'il est vraiment, vraiment, un vrai méchant ! Et encore une fois, c'est pas très gentil d'être méchant ! è.é

Ce que j'aime bien aussi dans ta fiche c'est que tu as su admirablement mêler l'univers de Mulan et celui d'Avatar. Tu l'as si bien fait qu'à la première lecture je ne m'en suis même pas rendu compte en fait, alors que tu m'avais prévenu ! O.O la maîtrise des éléments colle parfaitement à Mulan et je ne peux que déplorer le fait qu'elle soit PAS DOUEE et qu'elle n'en maîtrise AUCUN ! Ok je me calme, en même temps c'est aussi ce qui fait le titre de ta fiche, et de façon plus pertinente l'essence de Song qui a toujours recherché - et recherche toujours - la reconnaissance de ses parents.
Bon malgré tout, ces années d'entraînement ont fait d'elle une véritable combattante, ce qui n'est pas étonnant. C'est Mulan après tout ! Moi je n'attends qu'une chose dans tes RP, c'est de la voir chanter maintenant ! Non mais sérieux, c'est le personnage parfait pour une song-fic ! OwO xD

Au passage, d'où vient le petit appareil composé d'un morceau de silex et d'une pièce en métal ? Je le trouve trop cool ! *o*

Voilà c'est tout pour le moment ! On se retrouve sur les mers, femme qui se déguise en homme et qui ferait mieux de passer en Thaïlande pour parfaire sa couverture ! Very Happy (non ne le fais pas... s'il te plaît...)
Revenir en haut Aller en bas
Fa Mulan

avatar

Messages : 47
Date d'inscription : 21/02/2016
Age : 21
Localisation : Quelque part sur North Blue
Humeur : Détachée mais curieuse

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
4/1000  (4/1000)
Expérience:
1/400  (1/400)

MessageSujet: Re: La déficiente en quête de reconnaissance   Mer 24 Fév - 17:55

Je ferai comme si je n'avais pas lu ce premier paragraphe... --"

Mais sinon, merci !

Et pour répondre à tes questions :
1) Il est vrai que je ne l'ai dit qu'une fois dans le texte, mais Shang a quatre ans de plus que Mulan, ce qui lui en fait donc dix et non six au début.
2) Effectivement comme tu l'as dit, Mulan n'est pas douée et ne maîtrise aucun élément, et je n'ai pas l'intention de changer cela. Elle restera pour toujours et à jamais sans développer un quelconque don dans ce domaine.
3) Pour les chansons, on verra...
4) Au départ, ce petit appareil vient de mon imagination, mais je me suis rendue compte il y a maintenant quelques mois que je n'étais pas la première à l'inventer xD Tu peux donc le voir utilisé par Adlet dans l'anime Rokka no Yuusha.

Voilà, et puisque la Thaïlande n'existe pas (encore?) sur SSD, tu es sauvé pour cette fois, mais surveilles tes paroles ! :p
Revenir en haut Aller en bas
Itachi Uchiwa

avatar

Messages : 866
Date d'inscription : 09/02/2013

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
21/1000  (21/1000)
Expérience:
238/400  (238/400)

MessageSujet: Re: La déficiente en quête de reconnaissance   Jeu 25 Fév - 1:09

Alors déja excuse moi d'avoir été aussi long a répondre !

Maintenant ça va être assez simple, j'ai adoré XD Déja Mulan, rien que ça c'est top. Tu as repris Fa Zhou et Shang, qui est une fine ordure (je l'avais d'ailleurs pas du tout vu venir ça oO). Ensuite c'est Ulqui qui me l'a confirmé mais il me semblait bien que c'était une forme de Cross Over avec Avatar et c'est super bien trouvé mais aussi très très bien exploité !
Maintenant j'ai hâte de voir ce que tu vas nous concocter sur les mers Wink En tout cas tu as toute mon approbation !
Fiche validée pour moi Wink
Revenir en haut Aller en bas
Fa Mulan

avatar

Messages : 47
Date d'inscription : 21/02/2016
Age : 21
Localisation : Quelque part sur North Blue
Humeur : Détachée mais curieuse

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
4/1000  (4/1000)
Expérience:
1/400  (1/400)

MessageSujet: Re: La déficiente en quête de reconnaissance   Jeu 25 Fév - 16:27

T'inquiètes, tu n'as même pas à t'excuser, j'étais juste impatiente de savoir si ce que j'avais imaginé convenait.

Et on dirait que c'est le cas ! ^o^ ça me fait vraiment plaisir !

Et oui, j'avoue que je me suis amusée pour Shang, et tant mieux si ça a surpris, ça veut dire que j'ai réussi à écrire les choses comme je le souhaitais ! ^o^

Merci pour tous ces compliments, j'ai hâte de commencer les rp ! Mais il faut que j'attende une deuxième validation, c'est bien ça ?

En tout cas, j'ai déjà quelques questions auxquelles j'aurai besoin que tu répondes avant même de commencer les rp, donc je t'enverrai certainement un mp lorsque ma fiche totalement validée ^^ et non, je n'ai pas fini de te causer des problèmes :p

Encore une fois merci, et à bientôt sur les mers ! ^o^
Revenir en haut Aller en bas
Xanya Longtonry

avatar

Messages : 787
Date d'inscription : 09/02/2013
Localisation : Duty Island

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
4/1000  (4/1000)
Expérience:
232/400  (232/400)

MessageSujet: Re: La déficiente en quête de reconnaissance   Dim 28 Fév - 14:40

Tu as effectivement besoin d'une deuxième validation pour que ta fiche sois acceptée. Et clairement tu as ma validation sans aucun problème !

Après tous les jolis commentaires que tu as eu, je peux difficilement dire quoi que ce soit sans que ce soit redondant donc je vais faire court :
T'as géré l'alliance Mulan, Avatar et One Piece avec brio ! Je suis fan de ces trois univers donc ça ne pouvait que me plaire ! Au début, j'ai cru que tu adaptais l'histoire de Zuko à Mulan, mais je me suis bien trompée ! Ton développement est bien plus avancé et j'aime beaucoup le rendu final !
La pauvre Mulan n'a vraiment pas eu de chance mais ça la rend forcément super intéressante, j'ai hâte de la voir évoluer en RP !
J'ai un seul regret : j'aurais beaucoup aimé qu'elle maîtrise au moins un des quatre éléments (l'eau de préférence *_____*) !

Bref, j'ai adoré comme tout le monde et tu peux dès maintenant commencer ton aventure =D

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Fa Mulan

avatar

Messages : 47
Date d'inscription : 21/02/2016
Age : 21
Localisation : Quelque part sur North Blue
Humeur : Détachée mais curieuse

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
4/1000  (4/1000)
Expérience:
1/400  (1/400)

MessageSujet: Re: La déficiente en quête de reconnaissance   Dim 28 Fév - 15:27

Certes, la maîtrise d'un élément aurait été d'une grande aide à Mulan, même si son père aurait certainement tout de même été déçu s'il avait s'agit d'un autre que du feu. Cependant, c'est avant tout l'absence de maîtrise qui fait de Mulan ce qu'elle est et définit la voie qu'elle emprunte ^^

En tout cas, merci beaucoup ! ^o^ Je vais faire de mon mieux !
Revenir en haut Aller en bas
Fa Mulan

avatar

Messages : 47
Date d'inscription : 21/02/2016
Age : 21
Localisation : Quelque part sur North Blue
Humeur : Détachée mais curieuse

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
4/1000  (4/1000)
Expérience:
1/400  (1/400)

MessageSujet: Re: La déficiente en quête de reconnaissance   Mer 29 Mar - 10:46

EDIT

Nouvelle technique pour Mulan, la Projection astrale.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La déficiente en quête de reconnaissance   

Revenir en haut Aller en bas
 
La déficiente en quête de reconnaissance
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Details sur la mort de Durocher Bertin: Att. Traduction déficiente de GOOGLE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Présentation des personnages :: Fiches acceptées-
Sauter vers: