PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Échec et Mat !?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Moclissie Ponathego

avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 23/10/2015

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
0/1000  (0/1000)
Expérience:
119/400  (119/400)

MessageSujet: Échec et Mat !?   Mer 4 Mai - 10:50

~~~~~~~~~~~~~~~~~~ DANS UN FUTUR LOINTAIN, QUELQUE PART DANS LE MONDE ... ~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

Parcourant mon corps avec mon sceptre à la recherche de grosses contusions voire même de blessures à guérir, ma vue se concentre plus particulièrement sur le champ de bataille à la recherche d'une certaine personne. Malheureusement, la fumée s'échappant des décombres m'obstrue la vue, me permettant d'analyser à peine dix pour cent de mon environnement autour de moi.
Je n'ai pas trop de chance aujourd'hui, après tout il est très rare sur un champ de bataille de s'en sortir avec juste quelques égratignures. Ceci étant je pourrais balayer tous ces décombres d'un simple revers de la main, mais je dois préserver mes réserves afin de me remettre un peu sur pied au cas où un événement imprévu viendrait changer le cours de cette bataille.
La chance sourit au vainqueur dit-on, mais aujourd'hui la chance n'est dans aucune des deux factions, on pourrait même se poser la question de savoir si l'être suprême créateur de la vie ne se cache pas le visage devant le triste tableau qui se présente devant lui pour ne pas blesser ses Enfants perdues dans la folie de la guerre.
Il est impossible de savoir comment toute cette bataille va se terminer, mais je m'en sors plutôt bien en comparaison de certains mes camarades de guerre, je suis toujours en vie et le paysage m'accorde un peu de repos. Finalement peut-être qu'IL tend la main à certains d'entre nous afin de changer le cours des événements.
J'ai dû abandonner le corps que je maintenais en vie il y a quelques minutes pour lui raconter mon histoire, je me suis rendu compte que je ne valais pas mieux qu'une pourriture pour le laisser dans un état pareil. J'ai donc abrégé ses souffrances afin de mieux préserver mon rétablissement. Je ne sais pas combien de temps il me reste à vivre avec tout ce spectacle macabre, mais quand je pense à tout ce que j'ai vécu jusque-là, je peux mourir le sourire aux lèvres en me disant :*Moclissie, tu as eu une vie remplie et merveilleuse à la fois*.

En y repensant j'ai le sentiment d'avoir commencé mon périple il n'y a pas si longtemps que ça alors que ça fait déjà un bon bout de temps que je parcours les mers. Ma première aventure était plutôt glaciale, je ne parle pas bien sûr de mon ressenti, mais rien que de penser à la température de l'île me donne encore des frissons. Sunny Grace, le premier fil conducteur de mon périple. Je m'en souviens comme si c'était hier.


¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤ DE NOS JOURS ¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤¤

J'avais accosté depuis quelques jours déjà à la recherche de mon objectif, mais il n'y avait rien à mettre sous la dent. Le comportement des gens ressemblait un peu à la température de l'île, je pourrais insinuer qu'ils étaient froids comme des glaçons, mais je ne m'attarderais pas sur les jeux de mots dérisoires. Où en étais-je déjà ? Ah oui la courtoisie, j'étais jeune et mon sens relationnel n'était pas très développé. Je ne savais pas poser les bonnes questions et je fonçais directement dans le tas si je puis dire. Je pense que les gens devaient me regarder avec un drôle de regard, mais j'étais assez inattentif sur ces choses-là que j'ai sûrement oublier tout ça. La seule personne assez aimable m'avait donné une seule voie à suivre en échange de quelques pièces. La Bibliothèque Royale. Jusque-ici tout va bien sauf qu'en plus d'avoir payé cette personne, j'ai dû également payer pour entrer dans cette fameuse bibliothèque. Seuls les habitants de l'île avaient la liberté d'y accéder sans aucun sou à donner.

En y réfléchissant de plus près, je me demande si leurs taxes n'incluaient pas les venues à cette fameuse bibliothèque. C'est à se demander si finalement je m'en suis très bien sorti financièrement.

J'avais franchi le seuil de cette fameuse bibliothèque et décida d'aller voir le personnel pour gagner un peu de temps. Je pense que cette journée n'était finalement pas mon jour de chance, j'avais à peine ouvert la bouche qu'on m'expliqua qu'il était impossible pour eux de m'aider et désigna du doigt un écriteau.

"Chers sujets, en raison des récents évènements qui nous ont tous touchés, le personnel est convié exclusivement à la remise en état des lieux.
Veuillez excuser notre impolitesse.
La famille royale"

Je ne sais pas ce qui s'est passé dans ce pays, mais je vais devoir me débrouiller seul. J'avais donc passé la journée entière à lire de vieux livres à la recherche d'information sur leur présence ici, mais aucun ouvrage ne m'aida dans ma recherche. Le temps défilait à une vitesse inimaginable à tel point qu'un des gardes pénétra dans l'enceinte en agitant une petite cloche signalant la fin de journée et donc la sortie immédiate des lieux.
J'étais sur le coup assez frustré de repartir sans avoir aucune information à me mettre sous la main. Je sortais de la bibliothèque lorsqu'une lueur aveuglante commença à me brûler les yeux.

*Soupir fortement* Mon dieu c'est vrai qu'en y repensant, cette journée était complètement maudite. J'étais tellement pris dans mes recherches que je n'avais plus pensé à calculer l'heure à laquelle je devais boire ma potion.

Heureusement, mes réflexes étaient toujours au top, et je n'avais pas pris plus de cinq secondes pour ingurgiter entièrement la solution. J'aurais attendu cinq secondes de plus et je pense que j'aurais été aveugle jusqu'à la fin de ma vie.

Sunny Grace une île d'une beauté exceptionnelle où se cache une facette bien dangereuse pour celui ou celle qui n'est pas préparé... Heureusement que les ouvrages sur Zero étaient bien riche d’information concernant le monde actuel, mais bon il ne suffit pas juste de lire pour s'en sortir, combiner à mes nombreuses connaissances en chimie j'avais pu mettre au point une sorte de remède temporaire qui permet à l'œil de créer un liquide lacrymal permettant d'atténuer la réflexion causée par les rayons du soleil se déposant sur le drap blanc glacé de Sunny Grace.

Après avoir respiré un bon bol d'air frais de ce pays me nettoyant à coup sûr et efficacement les bactéries de mes poumons, j'avais repris la route en direction de l'auberge où j'avais déposé mes affaires un peu plus tôt dans la journée. Il ne m'avait fallu qu'une petite dizaine de minutes pour rejoindre l'établissement, mais je n'avais pas perdu mon temps à errer tel un âne attendant sa carotte, pendant le trajet j'avais noté tout ce qui me paraissait assez louche afin d'acquérir le maximum d'information à leur sujet. Ma page était certes remplie qu'à moitié, mais j'avais noté instinctivement ce qui avait retenu mon attention. La pancarte de la bibliothèque.

L'inconvénient avec moi, c'est qu'il faut toujours que je mette mon nez là où il ne le faut pas, mais c'est dans ma nature et rien ni personne ne pourra m'en empêcher.

J'arrivais donc au seuil de la porte de l'auberge et à ma grande surprise, cette dernière si vide ce matin était pour je ne sais quelle raison bondée de la populace locale. Je m'étais approché du bar afin de réclamer mes clefs de chambre à l'aubergiste. Ce dernier était bien occupé à servir ses clients et me fit un signe de la main pour me signifier de patienter le temps qu'il finisse son devoir.
J'avais jeté un rapide coup d'œil sur l'attroupement des gens dans l'auberge et il ne m'avait fallu que quelques secondes pour comprendre qu'une partie d'échecs se déroulait depuis une petite heure et en laissant traîner mes oreilles un peu partout autour de moi j'avais pu comprendre que le challenger enchaînait les victoires à la pelle.
Je ne savais pas pourquoi, mais j'imaginais toujours les joueurs d'échec brun avec de grosses lunettes bien rondes, mais à mon étonnement ce ne fut pas le cas. Le personnage respirait la classe incarnée avec ses cheveux blonds ressortant de son bonnet. J'aurais pu m'attarder sur son allure vestimentaire, mais un objet captura fortement mon attention.

Un sage de mon île natale répétait toujours cette phrase : Tout vient à point à qui sait attendre !
Je ne sais pas si c'est un coup de pouce du destin, mais je ne peux nier l'évidence sur ce coup-ci.

Je m'écartai du comptoir et me dirigea vers cet inconnu qui arborait un sourire après avoir remporté une autre partie....

Revenir en haut Aller en bas
Chess

avatar

Messages : 41
Date d'inscription : 09/02/2013

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
9999/9999  (9999/9999)
Expérience:
9999/9999  (9999/9999)

MessageSujet: Re: Échec et Mat !?   Dim 17 Juil - 22:54

Après une mission réalisée avec succès, il est temps pour moi de prendre un peu de repos. Je retourne donc à Sunny Grace, mon île natale, les mains dans les poches et l’esprit serein. Enfin, presque. C’est pas comme si mon organisation allait me permettre de prendre des vacances. Le meurtre d’une princesse et hop ! Me revoilà sur les rails. Mais bon, soyons francs, je sais que je vais tirer au flanc, ne serait-ce qu’un peu. Donc après avoir enfin débarqué, je me dirige vers mon petit nid. La neige et le froid ambiant ne me posent aucun problème. Au contraire, c’est un réel plaisir de les retrouver. Rien a changé ici, les échoppes comme l’ambiance me font un bien fou ! Sans avoir à y penser, mes pieds me ramènent d’eux-mêmes à mon chez-moi. C’est une maisonnette qui ne compte que trois pièces : un séjour avec coin-cuisine, une salle de bain et une chambre. C’est une demeure modeste, mais elle me plaît comme ça, je m’y sens bien. Et puis, pour le temps que j’y passe, c’est bien suffisant. J’entre donc, et je suis immédiatement assailli par une odeur de renfermé. C’est pas vrai ça ! Chaque fois, je me dis qu’il faut que j’engage quelqu’un pour l’aérer au moins une fois par semaine et à chaque fois, j’oublie. Je me dirige alors rapidement vers les différentes fenêtres, ouvre les volets et laisse l’air frais s’engouffrer dans ma maison. Alors que la pièce reprend une odeur décente, je vais dans la salle de bain pour me décrotter un peu. Une rapide toilette, et je me sens comme un sou neuf. Je me regarde dans le miroir pour la première fois depuis un bon bout de temps. Pas de nouvelles cicatrices, sur le visage du moins. Par contre, je me suis bien laissé aller. Mes cheveux ont drôlement poussé, et j’ai une belle barbe. J’aurais dû m’en rendre compte puisque des mèches me tombent maintenant devant les yeux, mais bon, ce n’est pas le genre de choses auxquelles j’attache de l’importance habituellement. Et d’un autre côté, c’est pas plus mal. Mon organisation n’arrête pas de me dire que je ne suis pas assez discret. Avec cette coupe, la boucle d’oreille, que j’arbore fièrement d’habitude, est maintenant bien dissimulée. Je défie quiconque de la trouver sous cet amas de cheveux blond platine. Par contre la barbe, non, faut vraiment que je pense à la raser, même en mission. J’attrape mon coupe-chou, et entreprends un rasage précis, sans aucune bavure. Je me rince, relève rapidement le menton pour admirer mon travail et voir s’il ne reste plus de poils. Ça m’a l’air pas mal. Je recule ensuite de quelques pas, et observe le reste de mon corps. Ma carrure reste inchangée, et pourtant, j’en fais des efforts. Bon après, je n’ai pas vraiment à m’en plaindre non plus. Je suis assez costaud pour dissuader les petites frappes et faire tomber quelques midinettes de-ci de-là. Après cette rapide inspection, je me rends dans ma chambre pour récupérer quelques vêtements dans mon armoire. Je suis toujours assez surpris de voir que les vêtements qui restent ici sont d’un noir si profond. La mode à Sunny Grace est plutôt au blanc ou aux couleurs très pâles qui sont plutôt raccord avec la neige. Sûrement un reste de ma période rebelle. Un sourire se peint sur mon visage en repensant à cette époque. J’en ai fait baver à beaucoup de monde par ici. Pourtant, on ne m’en tient pas rigueur, et j’apprécie ça. Une fois apprêté, je décide de me détendre dans mon auberge favorite ! J’y suis toujours le bienvenu et c’est toujours un plaisir d’y aller. Sur la route, je croise quelques anciennes connaissances avec qui je discute quelques instants. Aegar a maintenant deux filles ! La petite dernière fait ses dents, mais sa mâchoire est déjà si puissante qu’elle a réduit l’anneau de dentition de sa sœur, Kili, en bouilli. Il rentrait avec un nouvel anneau quand je l’ai croisé. C’est fou ce que le temps passe ! De son côté, Sjoring a enfin été promu chef de la garde. Il me dit que son équipement lui va extrêmement bien, j’ai hâte de voir ça. Je lui propose de venir avec moi à l’auberge, malheureusement, il a déjà des plans pour la soirée. Tant pis.

J’entre dans ledit établissement, et suis accueilli avec chaleur comme d’habitude. Le barman ouvre grand ses bras, faisant presque tomber le verre qu’il nettoyait, et prononce mon nom de façon accueillante. Dans la même attitude amicale, j’écarte les bras à mon tour, penchant légèrement mon dos vers l’arrière, et esquisse un large sourire. En revanche, impossible de dire son nom, chaque fois il me le répète et chaque fois, je l’oublie… Le pauvre… Je commande un Everclear bien frais, et vais m’asseoir dans un coin tranquille à une grande table rectangulaire. Là, commence un autre de mes rituels. Quand je vous disais que j’allais tirer au flanc ! L’aubergiste apporte ma boisson et, en plus, un échiquier dont la forme rectangulaire est légèrement moins grande que la table. Mon organisation m’a appris à aimer ce jeu. Depuis, je m’amuse à détruire chacun de mes adversaires. Faut dire qu’ici, le niveau n’est pas très élevé. J’utilise toujours la même stratégie, un mat avec deux cavaliers et une reine. Parfois, je joue quelques autres pièces histoire de déstabiliser le joueur d’en face, mais rien de bien méchant. Et puis, les habitants prennent toujours leur défaite de bon cœur, allez savoir pourquoi… Je doute sincèrement que mon rire tonitruant y soit pour quelque chose donc bon…

Un verre, puis deux, puis trois… Une partie de gagnée, puis deux, puis trois… L’alcool commence à me monter à la tête comme l’euphorie de la victoire. Je ris de plus en plus fort, à gorge déployée. Je raconte des blagues de moins en moins drôles à la pelle et pourtant, les rires ne désemplissent pas. Voyez ? C’est ça que j’aime dans mon petit patelin !
Revenir en haut Aller en bas
http://shinsekai-dream.onepiece-forum.com
 
Échec et Mat !?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quelques enseignements tirés de l’échec d’un combat moral
» Nuage de Souris ♂ - La chute n'est pas un échec, l'échec c'est de rester là où l'on est tombé.
» [Activité] Partie d'échec géante !
» L'échec d'Haïti, c'est l'échec de tous.
» Yulian ✿ l'échec ce n'est pas de tomber, mais de rester là où tu es tombé.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: All Blues :: North Blue :: Royaume de Sunny Grace-
Sauter vers: