PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Des vacances qui n'en sont pas ! Bétises et enquêtes à Comity Island ! [Ayane, Kaiki, Minamitsu & Tifa]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Tifa D. Lockhart

avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 09/12/2014
Localisation : A la recherche de Marluxia.
Humeur : Bonne comme d'habitude !

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
3/1000  (3/1000)
Expérience:
107/400  (107/400)

MessageSujet: Re: Des vacances qui n'en sont pas ! Bétises et enquêtes à Comity Island ! [Ayane, Kaiki, Minamitsu & Tifa]   Jeu 30 Mar - 23:56

Je fis feux des deux fuseaux. Ma supérieure n’avait eu guerre de honte à pulvériser le gorille mal léché qui gardait la porte. Alors lorsque le second, s’amusa à jouer les pseudo-machos je n’hésitai pas un seul instant. Mettant tout mon poids dans ma main droite, je lui décollais une volleyé qui venait de lui faire danser quelques dents. Je suivais alors ma camarade dans ce beau bâtiment.

Bon sang de banzai ! A chaque fois que Mina m’adressais la parole j’avais la boule au ventre. Etant ma supérieure hiérarchique et tenant compte du fait que j’avais légèrement déconné à notre rencontre, j’ai à chaque fois peur de me faire dézinguer lorsqu'elle m’adresse la parole. Mais cette fois c’est diffèrent ! Cette fois madame la sous-lieutenant a besoin de moi (Ok soyons honnête j’enrage un peu. Sous-lieutenant à son âge c’est un truc de fou)! On est tombées sur une hôtesse d’accueil qui joue les fortes têtes. Elle semble vraiment ne pas avoir peur et nous laisse entendre que ce n’est pas la première fois qu’elle se retrouve menacée, et certainement pas la dernière…
Je regarde tranquillement la scène, en jouissant intérieurement de voir Minamitsu devoir se contenir pour ne pas exploser. Je suis un peu mauvaise, parce que dans le fond elle est plutôt sympa. Elle peut être sacrément flippante, mais c’est somme toute, une personne sympa. N’empêche que je ne peux m’empêcher d’être fière de la voir patauger ainsi et finalement faire appel à moi.

- As-tu de l’argent sur toi ?

Je suis quand même assez blasée… J’aurais espéré la voir geindre et quémander mes capacités dans une situation tragique à la porte de la mort ou j’interviendrais dans un moment de gloire absolue pour la sauver… Non, ah ah ah non… c’est presque aussi flatteur, elle me demande du fric. Je me vois mal lui mentir. J’ai du fric sur moi, mais alors sincèrement je n’ai pas la moindre envie de céder à cette morue qui essaye clairement d’arrondir sa fin de mois.
Et finalement, j’ai une idée de génie ! C’est un tour que Squall et Liz m’avaient appris quand j’étais un peu plus jeune. Généralement je m’en sers en combat, comme d’une technique secrète mais je pense que y’a vraiment moyen de la faire flipper grave en la menaçant ainsi.
Je me recule légèrement soupirant grossièrement question de rajouter une tournure sans pitié à ma démarche.

- Il fait sacrément beau aujourd’hui vous ne trouvez pas ? Demandais-je innocemment aux yeux des deux femmes.

Nous étions dans une salle qui était illuminée par une grande baie vitrée. Mina semblait perdre encore plus patience. Parler bronzette ça l’enchante pas vraiment, et je vois bien que si je foire mon petit effet de scène, je risque bien de la mettre en rogne pour de bon, et de lui faire du vent pendant qu’ELLE se prélassera sur les plages de Comity. Je joins mes mains l’une à l’autre et me concentre. Je trace un gros carré dans les airs. Je suis totalement sérieuse mais je vois bien que les deux me prennent pour une folle… Et c’est alors qu’arrive ce que je prévoyais depuis le début. Un cube, un gros cube bien compact flotte au-dessus de ma main. Comme retenu par mon énergie intérieure. Enfin pas « comme »… Il est complètement retenu par mon aura ! Ce cube plutôt imposant à deux propriétés distinctes bien que plutôt contradictoire. Il brille intensément tel un puissant rayon de soleil, mais est aussi translucide. En fait dans cette violente lueur, on pouvait voir au travers si on parvenait à supporter la brillance de ma technique. Je me rapproche de la femme au comptoir qui semble d’abord surprise. Je balance ce cube sur le mur du fond. Il s’écrase au mur dans un énorme bruit sourd. L’impact à fait vibrer le bâtiment et on peut voir une fissure à l’endroit où mon cube s’est éclaté. Aussitôt je vois que la dame du comptoir ne rigole plus et ne semble plus faire la maline.
C’est la réaction que j’attendais. Dans le creux de ma main, et après avoir retracé un bloc dans les airs, je reforme ce même cube brillant, transparent et compact.

- Voyez vous-même madame. Je peux durcir la lumière et m’en servir à ma guise. Qu’elle soit naturelle ou artificielle. Voyez ce cube comme un bon gros bloc de roche.

En vrai c’est un peu plus compliqué que ça. Mais je ne vais pas me perdre dans des détails inutiles. Le but était de l’impressionner et je commençais enfin à obtenir des résultats probants. Même Mina semblait soudainement captivée par mon petit tour de passe-passe.

- Comme je vous le disais à l’instant il fait un temps magnifique aujourd’hui. Il ne faut pas le voir au sens propre du terme madame. En fait considérez plutôt ce constat météorologique comme l’affirmation que je suis en mode munitions illimitées. Lâchais-je avec un grand sourire.

Là encore, j’arrangeais l’histoire à ma sauce. Cette technique demandait beaucoup de concentration psychique. J’étais à même de le faire encore deux ou trois fois. Allez quatre en forçant bien… Mais je serais épuisée par la suite. Qu’importe, je voyais bien le regard de cette dame qui n’était plus le même. La pauvre venait de se décomposer. On avait beau la menacer souvent, ce n’est pas tout le monde qui avait dû faire mumuse avec des blocs de lumière durs comme la pierre devant elle !

- Z’êtes bien sûr que vous ne voulez pas nous indiquer la salle des archives ? Demandais-je avec le sourire le plus innocent que je savais faire.

Bingo. Elle se leva de son fauteuil de cuir, s’avança vers le porte clé du mur du fond et nous remis une petite clé rouillée sertie d’une breloque en guise de porte-clé. Elle nous indiqua la porte du fond ne me lâchant pas du regard. Je prenais mon temps pour la remercier bien gentiment et suivi aussitôt Mina qui avait arraché la clé de la main de la gardienne.
Je la sentais médusée, et c’était franchement réjouissant. Je voyais qu’elle n’avait guère aimé la méthode, mais elle préféra ne rien dire. Pour la simple et bonne raison qu’elle avait elle-même commencé à tenter la carte de la menace.
En fait je sentais un peu de jalousie. Je ne faisais pas trop la maline, car je savais que si elle le voulait elle pourrait me mettre une rouste dont je me souviendrais longtemps… Mais en mon for intérieur… Ah lala ! Je jubilais !

Après ce petit moment de gloire personnelle, je revenais au sérieux et pénétrai dans la salle des archives que nous convoitions. Et pour le coup je ne faisais plus vraiment la fière.
J’avais compris les paroles à demi-mots de ma supérieure. Elle n’exagérait en rien, elle comptait profiter de ces élections pour faire péter les sales dossiers des candidats. J’analysais son plan de manière peut-être un peu trop extrême mais je pressentais ses ambitions : elle désirait faire imploser ce système épouvantablement corrompu de l’intérieur. Tous les moyens seraient bons. D’une abstention générale durant les votes, à la manifestation de masse voire, si possible, à un soulèvement populaire pour que le peuple reprenne ces droits.
Dans une île où il n’aurait pas été étonnant d’acheter des êtres humains, je doutais clairement de parvenir à provoquer une révolution. L’horreur d’un monde où les petits sont exploités, achetés, utilisés à des fins parfois trop personnelles (j’avais d’ailleurs bien failli en faire les frais) et dont on se débarrassait après utilisation. En soi j’étais pour une refonte complète de ce système, mais il y avait quelque chose qui me gênais et qui me confortait hélas dans l’idée que nous n’y parviendrons pas : L’île était composé à plus de soixante pour-cents de gens aisés. Et quand je dis aisé, j’entendais par-là, des gens détenteurs d’une fortune que je ne posséderais jamais, même en cumulant mes soixante années de salaire au service de la noble cause…

Je pense que Minamistsu n’était pas bête. Elle savait pertinemment qu’elle ne viendrait pas à bout du pouvoir diabolique de l’argent. Je pense qu’elle espérait au moins parvenir à mettre sur le carreau les trois plus grosses fortunes de l’île. Les autres familles plus fortunées prendraient alors le relai à la tête de l’île, mais les choses ne pouvaient de toutes façon pas être pire...
Une fois que j’eus atteint cette conclusion dans ma réflexion sur les agissements de Mina, je ne pus m’empêcher de la respecter profondément. Sachant bien qu’elle ne pourrait venir à bout d’une corruption millénaire, elle luttait de toutes ces forces pour vaincre les inégalités et les injustices. Je n’y croyais que très peu, mais me plongeais alors dans les cartons pleins d’archives dans l’espoir de trouver le dossier compromettant. Celui-là même qui nous permettrait de donner, peut-être, un bon coup de jeune sur cette île qui était en fait bien plus que mal famée.

- Les petits voyous de quartiers ne sont rien comparés à ceux de cette ville… N’est-ce pas ?

Elle se contenta de lâcher un « mmh ». je voyais sa colère envers ce système et constatais sa rage qu’elle contenait. Une force de caractère pareille était plus que respectable. Je me sentais presque dommageable envers son courage et sa détermination.

- Allons-y ! Trouvons de quoi foutre un peu le bordel sur cette île de cinglés ! M’exclamais-je finalement  pour lui montrer mon sincère soutien.


Revenir en haut Aller en bas
Minamitsu murasa

avatar

Messages : 313
Date d'inscription : 12/03/2013
Age : 25
Localisation : East blue
Humeur : Tsunami!

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
24/1000  (24/1000)
Expérience:
180/400  (180/400)

MessageSujet: Re: Des vacances qui n'en sont pas ! Bétises et enquêtes à Comity Island ! [Ayane, Kaiki, Minamitsu & Tifa]   Jeu 6 Avr - 16:43

Je lui avais demandé de soudoyer ce fonctionnaire... Bien elle lui avait fait un tour qui valait son pesant d'or. Je ne pouvais pas la grondé vu qu'on pouvait enfin passer à autre chose.

Seulement j'aurais préféré l'avoir dans notre poche plutôt que de le faire bouger par la force. M'enfin la mal était fait et puis je n'avais plus à ronger mon frein. Tifa eu la délicatesse de remercier une personne qu'elle venait tout juste de menacer... Une fois la porte ouverte...Inutile de remercier quelqu'un d'aussi pourri, d'autant qu'on lui avait forcé la main, tant qu'à faire comme ça, je récupérais la clé sans aucune forme de courtoisie je lui arrachais donc la clé des mains.

Ca faisait deux heures que nous cherchions et aussi bien Tifa que moi commencions à désespérer. J'avais pour le coup une idée.

Je cherchais frénétiquement dans un livre rouge, à la couverture abimée par la poussière et le temps. Une chose que l'argent ne pouvait vaincre.

-On va leur montrer, que rien n'achète la justice, car elle est la même pour tous ceux qui s'y réfugient.

Tifa semblait ne pas comprendre et pour cause sans le document que j'avais sous les yeux c'était au mieux de la philosophie.

-Voilà de quoi faire plier ses abrutis.

Je lui tendais le livre à la page et à la ligne la plus importante.

-En s'incrivant à ses élections, ils en ont de fait accepté le règlement. Et nous allons jouer à leur petit jeu fait de manigance, de bruits de couloir, et meurtre! Nous allons tuer cette élection et prendre sa place.

Je fermais le livre. Puis j'adressais un regard bien veillant à ma collègue.

-C'est ici, Tifa, que je t'autorise à

Un peu surprise par mon manque de formalisme je continuais.

-Le pouvoir des familles de l'île ne tiens pas qu'à leur nombre de gorille et leur pognon, il y a également le soutien de certains de nos supérieurs. En clair emmerder ses gens, c'est contrarié certaines personnes haut placé, d'une manière ou d'une autre ont va nous punir, pas officiellement, mais une mission périlleuse, ennuyeuse, ou autre. De plus nous avons pris beaucoup de temps ici, certaines personnes doivent être au courant de ce qui ce passe ici. Quoi qu'il se passe prenez ce document et rendez-vous à la base. Je répète, Qu-Im-Por-te ce qui ce passe!

J'avais devant moi quelqu'un de déterminé et je savais qu'elle ferait le nécessaire.

Nous ressortions de la pièce après que je lui ai confié notre précieuse arme. A la sortie un homme de main d'on ne sait qui était à l'accueil.

Nous poursuivons sans nous préoccuper du bougre.

-Sous-lieutenant!

Je m'arrêtais, en faisant signe à Tifa de continuer.

-Quartier maître, vous aussi!

Tifa continua de marcher vers la sortie. L'homme disparu sous mes yeux. Je vis Tifa voler et s'écraser plus loin sur le sol. Elle se relevait, le coup avait été rapide mais pas suffisamment violent pour la mettre hors d'état.

En le voyant disparaître j'avais compris à quoi j'avais droit. Tifa se mit en garde.

-Quaîtier maître Lockhart! Sortez et faites venir du renfort.

Mon ordre réel était plutôt qu'elle suive le plan initial, donc qu'elle sorte et mette à l’abri le bouquin. Evidemment je ne pouvais pas le laisser comprendre notre véritable objectif.

Tifa commença à avancer prudemment vers la sortie pendant que l'homme la fixait du regard.

-LO... Dit-il fumant de rage.

Je me jetais de toute mes forces vers Tifa, qui ne comprenant pas mon attaque, ce mit en position de combat.


-KHAAAART!!!

Au dernier moment l'hommme ce mis entre elle et moi.

Malgré sa vitesse j'avais pu anticiper son mouvement, et j'avais pu le plaquer violemment au sol. J'utilisais mes jambes pour lui faire un arm lock.

En dépis de l'attaque surprise, Tifa garda son sang-froid, me fit un signe de la tête et se dirigea vers la sortie.

-Comme si j'allais laisser partir un membre de la famille de cet enflure alors que je l'ai sous les yeux.

...Ridicule.

Je me préparais à lui décrocher la mâchoire avec un coup de poing.

-Doigt gun. Mais cuisse relâcha la pression exercer sur son bras. Il se libéra, se mit rapidement debout.

-PIED OURA...

Il généra une lame de vent, en pivotant sur une jambe. Malheureusement pour lui s'était une nouvelle ouverture. Je fauchais sa jambe d'appui, la lame ainsi générer ratait sa cible. L'homme s'écrasa au sol.

Et sans une once de pitié je lui écrasais le cou avec mon pied, une dizaine de coup au niveau de la pomme d’Adam, lui enfonçant définitivement la chose. Obstruant ainsi ses voies respiratoires supérieures il allait mourir étouffé.

Si ses attaques étaient impressionnantes cela m'avait poussé à ne faire preuve d'aucune pitié, et sa haine envers le nom Lockhart l’avait laissé ouvert à mes attaques. Inutile de l'arrêté ou de l'interroger. Ce traître à la solde d'un de ses misérable avec soit quitter soit été éjectée de la marine. Et vu son comportement envers Tifa il y avait de bonnes raisons de le virer.

Alors que l'homme rampait au sol cherchant de l'air avec son bras tendu vers la sortie, je le retournais d'un coup de pied. Une fois sur le dos je cherchais sur l'homme une arme quelconque. Je sorti un pistolet de sa veste, et mis fin à ses jours.

Je mis ensuite à la poursuite de Tifa en espérant que celui-ci avait été envoyés en mission en solo.

Revenir en haut Aller en bas
Deishu Kaiki

avatar

Messages : 135
Date d'inscription : 23/05/2014

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
12/1000  (12/1000)
Expérience:
331/400  (331/400)

MessageSujet: Re: Des vacances qui n'en sont pas ! Bétises et enquêtes à Comity Island ! [Ayane, Kaiki, Minamitsu & Tifa]   Jeu 13 Avr - 17:23

Après une discussion passionnante avec le majordome de Schneider, j’ai donc eu le temps de préparer quelques affaires importantes  pour survivre en milieu hostile.

Je retournais alors discuter après le départ de Chô avec Schneider.

Nous parlâmes de tout et de rien, mais surtout de rien. Il me montra sa pire apparence après avoir trop bu, pleurant sans arrêt la mort de sa fille… En apparence, l’homme pouvait… Non, il se devait d’apparaître comme un politicien sans cœur. Cela était vrai pour tout être humain et plus particulièrement pour moi-même.

Après que le majordome ai emmené Schneider dans sa chambre, Irsiviel, la femme de Schneider, vint à ma rencontre.


-Merci d’être venu pour Schneider.

-Je ne l’ai pas fait pour lui… Mais content d’être utile.

-Fufu, vraiment, tu es quelqu’un de très gentil Kaiki.

-Voyons, vous savez très bien que ce n’est pas vrai.
Répondis-je simplement.

-Hmm, n’es-tu pas le premier à considérer ta condition comme normal ? Alors pourquoi essaierais-tu de me faire croire le contraire ? Prendre soin de ses amis n’est pas un défaut.


-Peut-être bien.

-Tu sais, si tu avais quelques années de moins et que ces évènements ne seraient pas arrivés, je pense que te marier avec Illya aurait été une bonne idée.


-Ha, Schneider m’aurait tué pour ça.


-Mais il l’aurait fait avec le sourire. Reprit-elle en souriant.

Cependant ses yeux étaient visiblement tristes. Je lui avais déjà dit mes condoléances et continuer de le faire aurait été impoli, alors je me contentais de me taire.
Elle m’accompagna jusqu’à la sortie de leur demeure, où je fis mes adieux.


-Merci de votre hospitalité et merci de prendre soin de Schneider, il est chanceux de vous avoir.

-Oh ? Tu fais des avances à une femme marié ? Je ne pensais pas que tu avais ce genre de fétiches…

-Arrêtez de me taquiner, mais prenez soin de vous. J’attends de bonnes nouvelles d’ici mon prochain passage sur Comity.

Ainsi, je quittais la demeure des Rotschild. Je me dirigeais vers un informateur de Schneider qui me fournit de la lecture.

Les nouvelles étaient mauvaises… J’étais... Kagetora était apparemment devenu homosexuel avant un suicide amoureux avec Rick Crésus… Les informations étaient vraiment très rapides sur cette île... Je me mis à prier pour ne plus jamais rencontrer Minamitsu… Elle était une personne avec qui je m'entendais bien, mais nous étions de personnalités opposé. Je récupérais ainsi d'autres informations, avant de me diriger vers un bateau de mercenaire qui n’attendait plus que moi pour quitter l’île en direction de calm belt…


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Ayane

avatar

Messages : 72
Date d'inscription : 24/05/2014
Age : 24

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
4/1000  (4/1000)
Expérience:
357/400  (357/400)

MessageSujet: Re: Des vacances qui n'en sont pas ! Bétises et enquêtes à Comity Island ! [Ayane, Kaiki, Minamitsu & Tifa]   Ven 12 Mai - 21:19

Le chemin du retour est court mais agréable. Je suis satisfaite des informations que j'ai acquises, mon contrat s'est déroulé de manière parfaite, mon employeur serait donc ravi aussi et je me ferai en plus de l'argent supplémentaire, pour ma propre cagnotte puisque ce n'était pas un contrat gouvernementale pour Hajinmon. Mieux encore, je me rapproche petit à petit de mon père, les indices laissent une trace plus ou moins nette. Le tournoi de Saint-Sanglant. Qu'allais-je pouvoir trouver là bas … des réponses j'espérais, une possibilité de me confronter à d'autres. Pour l'heure, je devais récupérer ma prime. Je remets mon sac sur mon épaule et me dirige vers la résidence de Schneider.

Je ne peux pas m'empêcher de grincer des dents en voyant simplement le majordome à l'entrée. Il me félicite, me paye et me tourne le dos. Renvoyée comme la vulgaire employée que je suis. Au vue de la tâche que je venais d'accomplir, il était préférable sans doute pour eux que je ne sois pas là longtemps mais tout de même. Mauvaise, j'empoche l'argent et m'en vais aussitôt. Je ne mettrais plus jamais un pied ici de toute façon.

Le blocus dans les ports est toujours en place, je le constate très vite en arrivant au port. Il est bondé de nobles mécontents, de commerçants pestants, de marins hurlants, chacun y allant de son argument pour démontrer à quel point c'est intolérable et cela leur fait perdre de l'argent. Quelques rares élus après fouille compète des navires et vérification des passagers peuvent partir mais tout cela est long. Je me décide tout de même à tenter ma chance. Aussi, je vais au bureau  des embarcations afin de me renseigner si des navires vont en direction de Saint-Sanglant.

Comme tout dans le port, je suis obligée de faire une longue queue, pénible, pleine de civils râleurs. Je prends mon mal en patience avec difficulté. J'ai commis un double meurtre sur cette île, il était tout de même important que je parte rapidement. Au bout de trois quart d'heure, j'arrive enfin au guichet.

— Bonjour, madame, désolée de vous importuner alors que vous avez déjà tant de travail. J'aimerai savoir si il y a des bateaux au départ pour Saint-Sanglant s'il vous plaît.

— Hé bien ! Il est agréable de voir que tout le monde ne perd pas ces manières ici ! Malheureusement pour vous mademoiselle, c'est complètement impossible.

Ma tête ébahie semble indiquer mon ignorance car elle complète ses informations.

— Vous êtes dans South Blue, m'explique-t-elle en montrant la zone sur une carte, vous souhaitez aller ici, dans North Blue. Mais comme vous pouvez le voir, il y a Red Line qui coupe en deux le globe. Si vous souhaitez y aller, ce sera en montgolfière.
— Oh, merci bien, et bon courage.

Je la salue et pars, déconfite. La montgolfière … j'ai déjà le mal de mer, qu'en sera-t-il pour un transport aérien. C'est peu rassuré que je me rassure vers les départs de ce moyen de transport inouï qu'elle m'avait indiqué. Après quelques discussion avec le navigateur, l'accord est scellé. Ce n'est pas sans appréhension que je pars vers Saint-Sanglant, non sans appréhension par rapport à mes maux de voyage.
fin du rp pour Ayane, direction le tournoi de saint sanglant !:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Des vacances qui n'en sont pas ! Bétises et enquêtes à Comity Island ! [Ayane, Kaiki, Minamitsu & Tifa]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Des vacances qui n'en sont pas ! Bétises et enquêtes à Comity Island ! [Ayane, Kaiki, Minamitsu & Tifa]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Personnages/avatars déjà pris
» Pourquoi les pommes sont-elles rondes ? (PV - Kallo Hone)
» Pourquoi les nègres sont-ils des xénophobes?
» ILS SONT DEVENUS FOUS! Est-ce que je mène une campagne contre Aristide au Forumh
» Ah bon ? Les Haïtiens sont des canibales !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: All Blues :: South Blue :: Comity Island-
Sauter vers: