PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Un ange à la découverte de la liberté

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Artémis

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 03/10/2016
Humeur : ...

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
1/1000  (1/1000)
Expérience:
152/400  (152/400)

MessageSujet: Un ange à la découverte de la liberté   Lun 3 Oct - 23:12

Nom : Inconnu
Prénom : Artémis
Surnom(s) : Art
Âge : 17 ans
Taille : 1m70
Poids : 46 kg
Groupe : Civil (pour le moment x) )

Description physique :
Si on l'observe de loin, sans lui prêter vraiment attention, Artémis ressemble à n'importe quel jeune homme ordinaire. Cependant, si l'on s'intéresse un peu plus à lui, on remarque rapidement sa chevelure blonde et la pâleur de sa peau, jusque là rarement exposée au soleil et qui, associée à son maintien droit, lui donnent quelque allure de prince de conte de fée. De plus, il porte dans le dos une paire d'ailes blanches qui, pour l'instant trop petites, ne lui permettent pas de voler. Mais n'ayant pas terminé sa croissance, il reste une possibilité pour que le jeune homme puisse un jour s'élever dans les cieux. Cependant, ces ailes attirent l'attention dans les Blues, alors il lui arrive de les cacher sous ses habits. Repliées dans son dos, elles forment alors une protubérance au-dessus de ses omoplates, ce qui donne à Artémis une allure de bossu. Malgré ses traits fins, son visage à tendance à contraster avec son allure angélique. En effet, le jeune homme est marqué d'une cicatrice qui traverse horizontalement sa figure au niveau des yeux. Ceux-ci sont d'ailleurs entièrement blancs et mettent en général les gens vers qui Artémis est tourné assez mal à l'aise. Pour éviter cela, le jeune homme cache parfois ses yeux sous un bandeau de tissu, ce qui ne le dérange pas puisqu'il est complètement aveugle. Artémis se sent plus à l'aise dans des vêtements serrés, qui ne bruissent pas au moindre de ses mouvements. Il a tendance à privilégier les hauts au dos ouvert afin de garder ses ailes libres et rajoute une longue veste simplement posée sur ses épaules lorsqu'il souhaite les cacher. Lorsque cela n'est pas possible, il aménage deux ouvertures dans le dos du vêtement pour y passer ses ailes. Au niveau des couleurs, Artémis n'a aucune notion d'assortiment et cela donne parfois des tenues assez flashy, heureusement modérées par son ami Rolland. Mais même si son apparence peut être un peu tape à l'œil, le jeune homme n'a par ailleurs rien d'exceptionnel : sa stature est dans la norme et il n'est pas vraiment musclé, n'ayant jamais pratiqué d'activité sportive.

Description morale :
Artémis est quelqu'un d'avant tout silencieux. Cela ne tient pas au fait qu'il n'aime pas communiquer, mais plutôt qu'il n'en a pas acquis l'habitude. Ayant passé ses dix-sept années de vie enfermé et ses détenteurs ne lui parlant que peu, le jeune homme a du mal à s'exprimer. De plus, le fait d'être aveugle a développé son sens de l'audition, aussi aime-t-il autant ne pas faire de bruit car ceux-ci sont pour lui amplifiés et peuvent devenir douloureux. C'est pourquoi il a tendance lorsqu'il doit s'exprimer à parler seulement à voix basse. Son isolement a également entravé son apprentissage de la vie, ce qui fait qu'il est souvent un peu perdu face à la réalité et peut réagir de façon assez naïve. Il peine à comprendre le monde qui l'entoure et surtout les règles qui le régissent. A cause de cela, Artémis a tendance à être quelque peu flegmatique, simplement parce qu'il n'a jamais vraiment eu recours à ses émotions. Pas qu'il ne ressente rien, loin de là, seulement il ne sait pas s'exprimer et à tendance à tout garder en lui. De plus, sa position de prisonnier l'a maintenu dans la peur pendant si longtemps qu'il s'y est habitué, néanmoins il ne semble pas vraiment savoir se mettre en colère mais ne fait que plier devant celle des autres. De même, il peine à prendre des décisions parce qu'on ne lui a jamais demandé son avis pour quoi que ce soit. Le jeune homme est donc davantage un suiveur qu'un meneur, ayant même du mal à définir ce dont il a envie ou ce qu'il apprécie. Les notions abstraites ne sont pas son fort non plus mais il est attentif et toujours prêt à apprendre. Tout ceci a pour conséquence le fait qu'Artémis ne soit pas vraiment doué pour les relations humaines, et sa maladresse de compréhension peut le faire paraître comme insensible. Il a donc du mal à s'attacher aux gens parce qu'en général ceux-ci ne lui en accordent pas le temps. Néanmoins, une fois qu'il se prend d'affection pour quelqu'un, il serait prêt à beaucoup pour cette personne et ne penserait même pas à contester ses décisions, aussi ridicules soient-elles. En résumé, Artémis n'est pas un ange mais plutôt un petit mouton perdu et indubitablement fidèle !



RP de l'histoire :

Le monde se balançait doucement, paisiblement. Je sentais la présence chaude tout contre moi, qui me préservait de tout. C'était rassurant, et je savais que j'étais ici à l'abri, protégé par cette entité pourtant inconnue. Nous étions là, tranquillement, presque hors du temps.

- Il a les mêmes yeux que toi..., murmura-t-elle.
- Quoi ?!

Le balancement s'interrompit soudain et je me sentis emporté vers le haut.

- C'est impossible... Je suis désolé, je ne peux pas laisser cela être ainsi.
- Qu'est-ce que tu fais ?! Non !

Une grande douleur me traversa le visage et je hurlai. C'était comme un trait de feu qui coupait soudain ma figure en deux et je pleurai, pleurai de cette insupportable douleur.

***

Je me réveillai en hurlant et portai une main à mes yeux. Mes doigts caressèrent les lèvres de la cicatrice qui barrait mon visage et m'avait privé de la vue. Le corps agité de sanglots, choqué par mon rêve, j'avais l'impression de sentir encore la douleur alors que celle-ci avait disparu depuis longtemps. Je repris ma respiration, le corps encore recouvert d'un fin filet de sueur. Des frissons me traversèrent et je me recroquevillai sur moi-même. Quelque chose bruissa sous mon mouvement et je tendis la main vers le bas, examinant le lieu où je reposais. Quelques brins de paille plièrent sous mes doigts et après quelques instants je compris que je devais me tenir sur une sorte de litière. Une odeur de fumier en échappait et je me demandai depuis quand elle n'avait pas été changée. Ce parfum désagréable se mêlait à un relent de moisi tout aussi inconvenant et je me levai pour m'en éloigner. Mon corps était raide, fourbu, et je fis un pas avec difficulté, tâtant le sol avant d'y prendre appui. Mon pied nu m'indiquait une surface inégale et je déplaçai mon poids avec précaution, prêt à me rattraper d'une éventuelle chute. Je marchai sur une terre dure, froide et poussiéreuse. Tendant le bras, j'effleurai du bout des doigts l'une des parois et retirai ma main en vitesse sous la sensation spongieuse. Avec hésitation, je répétai mon geste. C'était froid et humide, libérant un peu d'eau sous la pression. Un peu plus loin, la surface était totalement dure, granuleuse et me laissait un peu de poussière sur la peau. Une paroi rocheuse à n'en pas douter, et il ne me fallut que quelques instants de plus pour trouver les joints entre les pierres. Rassuré, je posai cette fois sans hésitation ma paume contre le mur plus ou moins recouvert de mousse. Un petit bruit cristallin me fit sursauter et je me retournai, tendant l'oreille. J'attendis pendant ce qu'il me sembla être plusieurs minutes avant que le bruit ne se répète, résonnant à peine entre les murs. Je reconnus cette fois sans mal le son d'une gouttelette d'eau qui chutait et éclatait sur le sol et soupirai doucement en essayant de me calmer. Mon cœur battait vite, signe de mon affolement. Je repris doucement mon avancée, suivant le mur jusqu'à parvenir à un angle. Avec résignation, je songeai que je devais encore me trouver dans une pièce. Et à en juger par l'état des lieux, il devait s'agir une fois de plus d'un endroit duquel je n'étais pas censé sortir. Par précaution, sans vraiment d'espoir, je terminai le tour de la pièce. Trois murs un peu délabrés, mais cependant encore assez solides pour faire une geôle convenable, fermée sur le quatrième pan par des tiges de métal verticales. Je serrai un instant les mains autour des barreaux de ma cellule, frissonnant une nouvelle fois alors qu'un courant d'air se faufilait jusqu'à moi. J'inspirai un grand coup, mais seule l'odeur de moisi pénétra mes poumons. Alors lentement, je regagnai ma paillasse. Je me pelotonnai du mieux possible, serrant mes bras pour gagner le peu de chaleur que me refusait la tunique dont j'étais vêtu. Le tissu rêche me grattait la peau mais j'essayai de ne pas en tenir compte, pas plus que des bords élimés et des déchirures, notamment celle qui s'ouvrait en grand dans mon dos. Sans doute un arrangement pour permettre de passer mes ailes. Malgré le froid, j'étais reconnaissant pour ce détail. Je ne supportais pas la sensation d'enfermement lorsqu'un vêtement piégeait mes membres contre moi. Pour autant, je n'étendis pas mes ailes, les gardant précieusement repliées dans mon dos. Elles m'étaient inutiles en tant que telles, mais au moins les plumes faisaient une bonne isolation.

Je restai blotti dans cette position pendant un temps qui me sembla incroyablement long, seulement rythmé par les gouttelettes d'eau qui chutaient, imperturbables. Sans savoir comment, j'étais entré dans une demi-veille, un état de somnolence pas vraiment reposant au vu de ma posture, mais j'étais incapable de me rendormir. Ma fatigue m'avait peut-être fait sombrer une fois, mais désormais le froid m'empêchait de me détendre suffisamment pour me reposer. Les bruits de nombreux pas me tirèrent soudain de ma torpeur et je redressai la tête, tentant de comprendre le mélange des voix et de leur écho. Le vacarme était cependant incompréhensible et je dus prendre patience. Au bout d'un moment enfin, j'entendis le cliquetis d'une clé que l'on tourne dans une serrure et le grincement caractéristique des gonds d'une porte. Les bruits de pas se firent plus forts et s'unirent bientôt sur un même rythme, avant d'être de nouveau complètement mêlés.

- Tiens-toi tranquille, molaston !, hurla un homme. Essaye encore une fois de nous faire un coup pareil et je n'hésiterai pas à t'ouvrir le ventre pour en extirper les entrailles, compris ?!

Il n'y eut aucune réponse à part un faible grincement de dents, que je fus sans doute le seul à percevoir. Dans un silence tout relatif, les pas se firent encore plus proches, puis s'arrêtèrent devant ma cellule. Je comptai les respirations et pus ainsi distinguer cinq personnes. Puis il y eut un nouveau grincement de gonds, un bruit de chute et un cri accompagnés de rires, et enfin un claquement sonore et un autre bruit de clé.

- Tu vas rester là-dedans le temps qu'on décide de ton sort. Ne te fais pas de faux espoirs, gamin, le capitaine n'est pas près de te relâcher. Mais qui sait, tu pourrais encore nous être utile !
- Eh, l'autre s'est réveillé !, coupa une autre voix.

Il y eut du mouvement, et je compris que tous se retournaient vers moi.

- Qu'est-ce que t'as ?, me cria l'un d'eux. Regarde ailleurs, j'aime pas ça !
- Laisse, on ne va pas le garder longtemps., ricana un autre. Il y a déjà un acheteur qui s'est fait connaître à Canicular Pole.

Quelqu'un grogna, sans doute le premier homme à m'avoir parlé, mais il ne dit cependant rien de plus et les hommes repartirent comme ils étaient venus. Je n'avais pas esquissé le moindre geste et restai encore immobile, à la fois incertain de mon sort et pour autant rassuré d'avoir une indication s'y rapportant. Et après tout, je connaissais déjà mon futur : cela faisait maintenant plusieurs années que je changeais de mains et de lieux comme on échange une marchandise. J'avais déjà connu des cellules plus inconfortables que celle-ci, des lieux de rétention qui se balançaient en tous sens, des endroits qui prenaient l'eau, et je m'étais même retrouvé une fois parqué avec une cargaison de poulets. La seule question que je pouvais me poser concernait mon futur propriétaire. Serait-il assez aimable pour me traiter comme un humain, ou suffisamment froid pour ne voir en moi qu'un objet de collection ?

- Je déteste ces types !

Je portai mon attention sur la cellule d'en face et son locataire. La voix, assez jeune et masculine, était emprunte de colère. Le cœur battait vite, permettant sans doute l'énergie dont faisait preuve le jeune homme. Le souffle haché me laissait supposer qu'il était pourtant affaibli, peut-être pas autant que moi mais tout de même pas dans sa meilleure forme. Il parcourut sa cellule à pas vifs, saccadés, pendant plusieurs secondes avant de commencer enfin à se calmer. Pendant un moment il resta ensuite silencieux et immobile, avant de soudain prendre la parole.

- Je m'appelle Rolland, et toi ?

Le silence retomba et j'entendis l'autre bouger légèrement. Comme personne ne lui répondait, je finis par me pointer du doigt.

- Oui, toi., s'amusa-t-il.

Je restai silencieux. Alors que l'instant d'avant il était en colère, ce sentiment semblait avoir complètement disparu pour laisser place à un léger rire dans sa voix.

- Tu es muet ?, m'interrogea-t-il.

Je secouai la tête, puis réalisai que cette action ne prouvait rien.

- Artémis..., murmurai-je avec difficulté.

Ma voix était rauque, ma gorge sèche. Je passai ma langue sur mes lèvres pour essayer de les hydrater un peu.

- Ce n'est peut-être pas le meilleur endroit pour se rencontrer, mais enchanté, Artémis ! Ça fait longtemps que tu es là ?

Je n'en avais aucune idée.

- En fait, je me demandais si tu connaissais un peu les habitudes de ces types.

Sa voix était soudain devenue plus sérieuse. Mais malheureusement pour lui, je n'en savais rien non plus. Nos hôtes ne devaient pas être à proximité, sinon je les aurais entendus. Je me contentai de secouer une nouvelle fois la tête de droite à gauche.

- Tant pis..., soupira-t-il.

Il y eut un imperceptible bruit de froissement, puis Rolland fit quelques pas. De petits cliquètements se firent entendre puis de nouveau le grincement de gonds. Il avança de nouveau, puis l'instant d'après les mêmes sons se répétèrent, plus proches.

- Qu'est-ce que tu fais ?, chuchotai-je.
- Ça se voit, non ? Je t'aide à sortir.

… m'aider ? … sortir ?

- Pourquoi ?
- Comment ça pourquoi ?, s'amusa Rolland. Tu ne veux quand même pas rester enfermé ici et être vendu comme esclave ! Viens plutôt avec moi !
- … pourquoi ?
- Pour retrouver la liberté ! Tu n'en as pas envie ?

… liberté ? … envie ? J'étais complètement perdu. Qu'est-ce que ces mots signifiaient exactement ?

- Eh, tu...

Il marqua un temps de silence, mais je pouvais sentir son regard posé sur moi. Il venait sans doute de voir la cicatrice qui barrait mon visage, à moins que ce soit la présence d'ailes dans mon dos qui le perturbe.

- Tu vas bien ? Tu as l'air dans un sale état. Tu peux marcher ?

Je hochai légèrement la tête, quelque peu surpris qu'il ne fasse pas référence à mon physique mais à mon apparente fatigue.

- Sortons., me proposa-t-il de nouveau.

J'hésitai. D'aussi loin que je m'en souvienne, j'avais toujours vécu enfermé dans une pièce dont je n'avais pas le droit de sortir. Pour la première fois, il semblait que j'en avais la possibilité. Mais je risquais d'être puni si les hommes me retrouvaient. Et pourquoi m'en irais-je ? Que ferai-je une fois sorti ? D'ailleurs... que se trouvait-il à l'extérieur ? Après ma cellule il y avait un couloir, puis apparemment un escalier et une porte, mais au-delà ?

- Qu'y a-t-il... dehors ?, demandai-je doucement.
- Comment ça ?, s'exclama Rolland en riant cette fois franchement. Il y a tout dehors ! Et surtout ce qu'il n'y a pas ici. Tu n'as pas envie de voir le soleil, de sentir l'air frais ? Tu préfères rester enfermé dans le noir ?
- Qu'est-ce que c'est le noir ?

Cette fois mon vis-à-vis ne répondit pas tout de suite, semblant surpris de ma question. Il fit quelques pas pour se rapprocher encore, puis s'accroupit devant moi.

- Tu es aveugle., remarqua-t-il doucement, avant de reprendre d'une voix assurée. Eh bien, le noir ne te dérange peut-être pas, et je ne pourrai pas te montrer les toutes les couleurs de l'extérieur, mais je te promets plein de parfums, des odeurs que tu n'auras jamais senties avant et des plats que tu n'auras jamais goûtés, et plus de sons que tu pourrais en imaginer ! Tu n'es pas curieux ?

Je hochai maladroitement la tête, sentant étrangement mon cœur s'accélérer au fil de ses paroles. Je sursautai lorsque Rolland me prit la main, et il me tira légèrement pour m'aider à me lever. Je suivis le mouvement, me redressant avec toujours quelques hésitations, et sentant d'étranges frissons qui n'étaient plus dus au froid parcourir mon corps.

- Excité ?, m'interrogea Rolland. Surtout, ne lâche pas ma main.

Sans attendre ma réponse, il se retourna, m'entraînant avec lui vers la sortie. J'avançai au début craintivement, puis pris peu à peu de l'assurance, posant avec moins d'hésitation mes pieds sur le sol. Après tout, si Rolland passait devant moi cela signifiait forcément la présence d'un sol praticable.

- Escalier., m'apprit-il soudain.

Malgré l'avertissement, je trébuchai dans la première marche et tombai. Rolland me retint cependant, m'empêchant de faire une connaissance plus approfondie avec la roche. Il s'assura que je ne m'étais pas fait mal, puis nous reprîmes notre ascension. J'écoutai avec attention les bruits parvenant du haut mais ne perçus rien de dangereux. Rolland s'arrêta quelques instants sur le pallier puis poussa le battant. La porte grinça sinistrement mais heureusement l'espace suivant était désert. Mon camarade d'infortune prit même le temps de refermer derrière nous, m'expliquant à voix basse que cela nous permettrait de gagner quelques précieuses secondes. Je continuai de le suivre, ma main serrée dans la sienne, quelque peu inquiet à l'idée qu'il me lâche. Je n'avais aucune idée de l'endroit où je me trouvais, et le moindre son se répercutait en multiples échos qui perturbaient mes sens. J'avais sans arrêt l'impression que nous étions poursuivis et je mis un moment à comprendre que ce n'était que le bruit de nos propres pas qui me revenait. Je n'avais aucune idée des lieux que je traversais, j'étais complètement perdu. Je me laissais donc guider, sans rien pouvoir faire. Je suivais les directives de Rolland à la lettre, ne marquant plus la moindre hésitation lorsqu'il m'indiquait un obstacle, m'accroupissant ou m'immobilisant dès qu'il me le demandait. Il s'agissait en général seulement de prudence, et nous ne croisâmes qu'un seul groupe d'hommes, qui passa à quelques pas de notre cachette sans nous voir. Après qu'ils se soient éloignés, nous reprîmes notre chemin, pour nous figer de nouveau quelques instants plus tard.

- Nous y sommes presque., me chuchota Rolland. Il reste l'étape la plus difficile... Il y a une porte à six mètres devant nous, mais quand ces pirates m'ont amené, elle était gardée par deux types costauds. Si nous sortons simplement comme ça, ils vont nous tomber dessus.
- Donc ?
- Donc... ce n'est pas comme si nous avions plusieurs options. Nous sortons simplement comme ça et ils nous tombent dessus. Tu sais te battre ?

Je gardai le silence. Mon comparse était-il vraiment sérieux ? Se battre... J'avais déjà entendu des gens le faire, j'avais déjà eu à faire à des personnes violentes, mais jamais je n'avais tenté de riposter. Je n'avais pas la moindre chance de toute façon. J'étais la marchandise, le prisonnier, pas un combattant.

- Ce n'est pas grave, reste là pour l'instant alors., murmura Rolland. Je vais y aller le premier, tu n'auras qu'à courir quand je te le dirai, d'accord ?

J'ouvris la bouche pour lui répondre, mais il ne m'en laissa pas le temps et s'avança. Je me sentis trembler lorsque sa main lâcha la mienne, m'abandonnant dans ce monde inconnu. Je l'entendis alors prendre une grande inspiration, puis la porte grinça.

- Les prisonniers se sont échappés !, cria-t-il. Venez nous aider !

À l'extérieur, quelqu'un poussa une exclamation puis se précipita vers moi. J'essayai de me faire le plus petit possible, espérant que Rolland m'avait laissé à un endroit où l'on ne pouvait pas me voir. La porte grinça alors une nouvelle fois, différemment de la première, puis un étrange craquement se fit entendre. Quelqu'un hurla de douleur puis la porte se rouvrit brusquement.

- Mes doigts !, glapit un homme. Il m'a broyé les doigts !

La suite fut un mélange de cris, de bruits de coups puis de tintement de métal, qui résonnaient horriblement dans la pièce. Je plaçai mes mains sur mes oreilles, serrant les dents pour résister au vacarme qui envahissait mon cerveau.

- Maintenant !, beugla alors Rolland.

Bien dressé après à peine quelques minutes passés ensembles, je n'hésitai pas et me précipitai vers l'endroit où je pensai que se trouvait la porte. Mon bras gauche heurta le mur mais je réussis à franchir le seuil et continuai de courir. Le sol de pierre dure fut remplacé par une surface plus moelleuse, couverte d'herbe, et après quelques pas je m'immobilisai. Le vent se glissait entre les mèches de ma chevelure, les agitant doucement, et le soleil enrobait mon corps d'une douce chaleur. Des dizaines d'odeurs végétales envahissaient mes poumons, accompagnées du fort parfum de l'iode. Mais surtout, tous ces échos avaient disparu, remplacés par des centaines de petits bruits. Je me régalai pendant trois longues secondes des pépiements des oiseaux, du froissement des feuilles, des bourdonnements des insectes et des va-et-viens des vagues s'échouant sur une plage. J'aurais pu rester là, simplement à écouter le monde, mais les bruits de la bataille me ramenèrent à la réalité. Sans vraiment comprendre pourquoi, je me retournai. Que tout me paraissait clair maintenant que j'étais sorti ! Les respirations me permirent rapidement de repérer trois personnes, se tenant à peine à quelques mètres de moi. Les combattants échangeaient cris et insultes et je reconnus la voix de Rolland, parvenant ainsi à le distinguer des deux autres. J'essayai de comprendre ce qui se passait, de suivre les mouvements grâce aux sons de leurs pas, quand l'un d'eux vint vers moi.

- Cours !, s'époumona Rolland.

Ne sachant que faire, je me détournai une nouvelle fois, mais je n'avais fait que quelques pas lorsqu'une grosse main s'abattit sur mon épaule gauche. Une seconde s'empara de mon bras droit et l'homme me souleva, stoppant brutalement ma course.

- T'as de la chance que certains soient prêts à payer une fortune pour t'avoir, crois-moi !, gronda une voix grave juste au-dessus de mon oreille.

Le son était fort, beaucoup trop fort, et je donnai un grand coup de tête en arrière pour le chasser. Le pirate poussa un glapissement quand mon crâne choqua sa mâchoire, me sonnant également quelque peu. Je continuai cependant de me débattre, battant des jambes et me tortillant pour échapper à sa prise. L'un de mes talons tapa son genoux et l'homme me couvrit d'injures, avant de se mettre à me secouer en tous sens. Je m'agitai de plus belle puis dépliai soudainement mes ailes, dont l'os principal de chacune frappa ses coudes. Il y eut deux craquements secs et les larmes me montèrent aux yeux alors qu'un éclair de douleur envahissait mes membres. Je heurtai le sol tandis que le pirate hurlait sa souffrance. Je me relevai sans attendre et courus pour m'éloigner de lui, repliant mes ailes dans mon dos en réprimant des sanglots. J'entendis alors un bref hoquet surpris, puis le son d'un corps qui tombe. L'homme qui m'avait attaqué commença à crier, mais ses paroles s'interrompirent dans un gargouillement et il chuta à son tour.

- Artémis !, m'appela alors Rolland. Partons vite d'ici !

Il accourut vers moi et me poussa légèrement en avant pour que je me remette en route. Je recommençai à courir, cherchant sa main à tâtons pour ne pas le perdre. Sa paume était poisseuse et glissa une première fois entre mes doigts, puis je parvins à mieux l'agripper. Et nous courûmes, courûmes, pendant ce qui me sembla une éternité. J'étais épuisé, mes jambes tremblaient et je craignais qu'elles ne finissent par céder sous mon propre poids. Le tissu rêche de ma tunique m'irritait la peau à chaque mouvement et mon souffle court se bloquait dans ma poitrine. Ma gorge me brûlait, mes côtés étaient vrillés de sourdes douleurs et les plantes de mes pieds s'écorchaient sur des herbes coupantes. Je ne sus combien de temps encore nous avançâmes, quand enfin Rolland ralentit. Comprenant que nous étions à l'abri pour le moment, je me détendis enfin et m'effondrai. Mon camarade me rattrapa une nouvelle fois et m'aida à m'asseoir contre un arbre. Pendant un moment, nous restâmes silencieux, tentant chacun de retrouver notre souffle, puis Rolland éclata de rire.

- Ça c'est l'aventure, non ?!

Il se laissa tomber à côté de moi et je sursautai lorsqu'il m'ébouriffa les cheveux. Je ne savais pas trop quoi penser de ce que nous venions de vivre, mais la joie que je percevais dans sa voix me tira un léger sourire.

- Il ne nous reste plus qu'à savoir où nous sommes et nous pourrons rentrer chez nous !, poursuivit-il. Alors, qu'est-ce que tu penses de la liberté, Artémis ?

Mon sourire s'effaça. Était-ce donc ça la liberté dont il m'avait parlé ? Avoir peur, fuir, se battre et souffrir ? Cela ne m'apportait rien de plus que ma condition de détenu ! Et pourtant... pourtant... Tous ces sons magnifiques me laissaient croire que cela en valait le coup.

- Artémis ?
- Je ne sais pas..., répondis-je en sortant de mes pensées.
- Bien, qu'as-tu envie de faire maintenant alors ?

Encore cette notion d'envie...

- Tu as le choix, est-ce qu'il y a un endroit où tu veux aller ? Quelqu'un que tu veux voir ?
- Monsieur..., murmurai-je.
- Monsieur ?, rit Rolland.

Je hochai la tête.

- J'étais avec Monsieur avant...
- Avant de te retrouver dans ce trafic d'êtres humains ?

Je relevai la tête vers mon camarade.

- Je suis humain ?, demandai-je doucement. Je crois... je crois que les humains n'ont pas d'ailes.
- Oh là, ne fais pas cette tête ! Tu m'as tout l'air parfaitement humain, Artémis. Du moins il ne te manque rien pour l'être., me rassura Rolland. Parle-moi plutôt de ce monsieur... comment ?
- Juste Monsieur., souris-je.
- Hum... Et... Il habite où ?
- Je... Je ne sais pas..., soufflai-je en enfonçant ma tête entre mes bras. Je n'avais pas le droit de sortir de la chambre.

Il y eut un silence puis Rolland me tapota l'épaule.

- Bon courage !

Il se releva et je l'imitai avec difficulté.

- Pour ma part, je vais à Dawn., m'apprit-il. Qui sait, peut-être qu'on se reverra là-bas un jour ?

Il me laissait vraiment ? Maintenant ? Sans réfléchir, je tendis la main, attrapant son vêtement.

- Je peux venir ?

Rolland posa sa paume sur ma tête, sans répondre, se contentant de me tirer légèrement vers lui. Et c'est de cette manière que débuta mon périple, à la suite de l'inconnu qui m'avait offert la liberté, en quête de la compréhension de ce terme. (Un long périple)



Arme(s) :
Aucune pour le moment, cela viendra en cours de rp (quand j'aurai assez de berrys pour me le permettre T.T).


Technique(s) :
Lvl. 0 : Oreille absolue : étant aveugle, Artémis se fie davantage à ses autres sens, et son ouïe est particulièrement développée. Il se sert ainsi des sons qu'il entend pour se repérer dans l'espace et avoir une certaine vision de ce qui l'entoure, bien que de cette façon il ne puisse percevoir les objets silencieux. Pour repérer ceux-ci, le jeune homme utilise une variante du système d'écholocalisation des chauves-souris : il lui suffit pour cela d'un claquement de langue et d'écouter ensuite le son qui lui revient pour savoir où les ondes se sont réfléchies. D'autre part, en écoutant attentivement les signes vitaux d'une personne (sa respiration, son cœur), il est capable de percevoir en partie ses réactions et notamment de détecter si la personne est honnête ou est en train de mentir. Enfin pour terminer, Artémis est capable de mémoriser n'importe quel son, mais également de le reproduire.


Couleur : Chamois #D0C07A


Dernière édition par Artémis le Mer 19 Oct - 19:14, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jewelry Bonney

avatar

Messages : 207
Date d'inscription : 18/02/2014
Age : 24
Localisation : South Blue : Square Fall/ Bliss/ Kiguéritou

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
8/1000  (8/1000)
Expérience:
26/400  (26/400)

MessageSujet: Re: Un ange à la découverte de la liberté   Mar 4 Oct - 17:54

Bienvenue à toi Artémis !

Ton introduction est vraiment chouette ^^ le point de vue d'aveugle est inédit et d'autant plus perturbant que tu le mets à la première personne, c'est bien, c'est intéressant.

Je pense que ta fiche sera validée sans souci, l'écriture est belle, fluide, sans faute. Il te manque juste un détail, la présentation de toi dans la vraie vie ! On te demande pas ton CV hein, juste tes passions, tes loisirs, ce que tu fais, ton âge, etc. pour se faire une idée de toi Smile

Voilà, à bientôt sur les mers et n'hésite pas à nous dire si tu as besoin de quoique ce soit !

_________________
Ma renommée traversera les océans !



Revenir en haut Aller en bas
http://www.la-gazette-fantastique.blogspot.fr/
Deishu Kaiki

avatar

Messages : 135
Date d'inscription : 23/05/2014

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
12/1000  (12/1000)
Expérience:
331/400  (331/400)

MessageSujet: Re: Un ange à la découverte de la liberté   Mar 4 Oct - 18:58

Oho capable de sentir les mensonges? Je me demande si cela a un effet sur les personnes qui mentent comme ils respirent? Mais du coup si tu peux entendre la battements de coeur et la respiration, tu peux aussi ressentir plein de réaction et ça c'est cool.

Cela mis à part j'aime bien les personnages aveugles, c'est sympathique. Son histoire est un peu triste, ne rien connaitre et être aveugle, j'aime beaucoup.

BREF, bienvenue! Et après validation si tu veux un rp n'hésite pas à me mp, je te laisserais le choix entre deux de mes personnages~
Revenir en haut Aller en bas
Itachi Uchiwa

avatar

Messages : 866
Date d'inscription : 09/02/2013

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
21/1000  (21/1000)
Expérience:
238/400  (238/400)

MessageSujet: Re: Un ange à la découverte de la liberté   Mar 4 Oct - 20:04

Salut à toi Artemis et bienvenue parmi nous Smile

Ta fiche est vraiment super, comme l'ont dit mes deux camarades du dessus, j'ai beaucoup aimé les descriptions d'un aveugle que tu es parvenu à faire.

En ce qui me concerne je n'ai aucun problème pour valider ta fiche. Je vais juste te demander de te présenter avant de valider. Question qu'on sache un peu à qui on a à faire :p Non comme l' à dit Bonney on attend juste un minimum^^ Si tu es un garçon ou une fille, ton age, tes passions etc... Wink
Revenir en haut Aller en bas
Artémis

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 03/10/2016
Humeur : ...

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
1/1000  (1/1000)
Expérience:
152/400  (152/400)

MessageSujet: Re: Un ange à la découverte de la liberté   Mar 4 Oct - 22:04

Ah ah ! xD Désolée, désolée!  Bonney, Itachi, je dois avouer que vous me faites rire ! En fait je ne me suis pas présentée parce que ce personnage est un doublon, je voulais voir si vous alliez me reconnaître :p du coup, est-ce que cela va être le cas maintenant ? x)

Besoin d'un p'tit indice ?:
 

Enfin, je vais quand même aller mettre un petit post dans les présentations pour signaler ce nouveau personnage !

Mais vos commentaires me font bien plaisir ! ^^

Et Kaiki, un rp sera avec plaisir x) Je t'enverrai un mp pour discuter de ça dès que je serai validée !

Merci à vous !
Revenir en haut Aller en bas
Jewelry Bonney

avatar

Messages : 207
Date d'inscription : 18/02/2014
Age : 24
Localisation : South Blue : Square Fall/ Bliss/ Kiguéritou

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
8/1000  (8/1000)
Expérience:
26/400  (26/400)

MessageSujet: Re: Un ange à la découverte de la liberté   Mar 4 Oct - 22:11

C'est déjà toi Noémie ? XD

_________________
Ma renommée traversera les océans !



Revenir en haut Aller en bas
http://www.la-gazette-fantastique.blogspot.fr/
ebi akuma

avatar

Messages : 68
Date d'inscription : 30/01/2016

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
5/1000  (5/1000)
Expérience:
81/400  (81/400)

MessageSujet: Re: Un ange à la découverte de la liberté   Mar 4 Oct - 22:23

Hello
Si c'est Fa Mulan, j'avais reconnu son style. Je lui avais demandé par MP.

Vraiment j'suis trop fort  ! Je m'impressionne.
Qui d'autre est impressionné ?
Personne?
Ok , j'me tais.
a+
Revenir en haut Aller en bas
Artémis

avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 03/10/2016
Humeur : ...

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
1/1000  (1/1000)
Expérience:
152/400  (152/400)

MessageSujet: Re: Un ange à la découverte de la liberté   Mar 4 Oct - 22:29

Félicitations aux grands gagnants ! xDD
Revenir en haut Aller en bas
Itachi Uchiwa

avatar

Messages : 866
Date d'inscription : 09/02/2013

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
21/1000  (21/1000)
Expérience:
238/400  (238/400)

MessageSujet: Re: Un ange à la découverte de la liberté   Mer 5 Oct - 11:46

OOOOOH ! La vilaine xD

En plus c'est pas vrai j'ai pas insisté tant que ça pour One piece ! XD
Hein ? Si ? T'es sure ? Bon peut être un peu alors :p

En tout cas ravi de te voir a l'oeuvre avec ton second personnage ! Pour ma part je valide donc sans soucis.
Nul doute que tu ne tardera pas à avoir ta seconde validation Wink
Revenir en haut Aller en bas
Ino Yamanaka

avatar

Messages : 132
Date d'inscription : 04/06/2014
Age : 20
Localisation : Opertale / Leonne
Humeur : Entrain de penser à Bakura ~

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
2/1000  (2/1000)
Expérience:
59/400  (59/400)

MessageSujet: Re: Un ange à la découverte de la liberté   Mer 5 Oct - 21:09

J'aime beaucoup ton personnage ! J'ai hâte de le voir rp, en plus je suis de retour ^_^
Sinon re-bienvenue ^.^
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un ange à la découverte de la liberté   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un ange à la découverte de la liberté
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Ange gardien
» Une Danse avec l'Ange Démoniaque, Nyx Hela
» Reshiram l'ange céleste :P Je m'y crois
» Poussière d'ange.
» La longue histoire d'un Ange...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: Présentation des personnages :: Fiches acceptées-
Sauter vers: