PortailAccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Pour l'intérêt du Savoir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
AuteurMessage
Sand S.

avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 13/03/2013

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
2/1000  (2/1000)
Expérience:
28/400  (28/400)

MessageSujet: Re: Pour l'intérêt du Savoir   Ven 7 Fév - 23:04

Sand esquissa un sourire amusé. Il n'y avait là rien d'étonnant. Ce qui suivit, en revanche, le fut un peu plus.

Lorsqu'elle avait compris que Skän serait son adversaire, elle s'était attendue à ce qu'il vante ses mérites durant une éternité avant de passer à l'attaque, à un arsenal gigantesque et abusivement destructeur, ou du moins, à une espèce de guignol si aveuglé par la force que lui conféreraient ses armes et ses capacités qu'il en oublierait que la sérénité était primordiale pour évaluer le niveau de son ennemi.

Seulement, le soldat venait de changer.

Pour commencer, son allure.

Son uniforme, qui seyait si mal à son cou enfoncé dans ses épaules, son dos voûté et ses jambes arquées, lui allait subitement à merveille. A l'instar d'un jeune papillon qui naîtrait de sa chrysalide, le véritable Skän se déparait de son vêtement de polichinelle ridicule. Il s'était redressé, lentement, levant un menton volontaire et un visage aussi charmant que fier, en haut d'un corps sculpté comme celui d'un homme qui s'est entraîné à l'art du combat depuis sa plus tendre enfance. Sa mâchoire, juchée sur son cou mate, se décontractait, se relâchait, et un sourire sauvage vint esquisser le début d'une expression qu'il avait sans doute longtemps dissimulée.

Ensuite, et c'était là le plus marquant, ses yeux, avaient changé.

La lueur de susceptibilité colérique qui les faisait doucement scintiller s'était dissipée, pour ne pas dire envolée. A présent, le bleu de son iris s'était embrasé d'une puissance féroce et vorace, mais néanmoins entourée d'un halo de ruse qui avait tout lieu d'inquiéter même le plus stupide des inconscients.


- Quelle métamorphose, constata-t-elle avec une pointe d'admiration dans la voix.

Avec un geste désinvolte et un rire empreint d'une gentille moquerie, Skän porte sa main droite à sa tête et ébouriffa ses cheveux châtains aux multiples nuances.


- Avoue que tu n'avais pas prévu un retournement de cette ampleur, lui commanda-t-il.

Elle acquiesça, sans se déparer de son sourire. Il était vrai qu'elle n'aurait jamais pensé qu'un tel imbécile puisse se révéler être un homme aux manières autrement plus délicates et raffinées. Il était indéniable qu'il avait un don de comédien redoutable.


- Puisque nous devons tout reprendre à zéro, conclut-elle, accepterais-tu de me dire quel est ton nom ?

- Quelle vilaine insulte
, s'amusa-t-il.

Même sa voix s'était transformée. Elle avait pris des intonations plus graves, plus suaves.


- Ne te souviens-tu vraiment pas de moi ?

Sand sentit son corps tout entier se raidir de stupeur. Que signifiait cette mascarade ? Elle n'avait nullement le souvenir qu'ils se soient rencontrés auparavant, que ce soit dans son monde ou dans celui-ci. Non, tout ceci ne pouvait être au mieux, qu'une plaisanterie déplaisante, et au pire, une vilaine tentative pour la déstabiliser.

- C'est un refus de décliner ton identité ?

- Mais bien au contraire, ma chère Sand
, susurra-t-il.

Un frisson secoua violemment les épaules de la jeune fille et une grimace de dégoût lui tordit les lèvres. S'il disait vrai, elle était tout bonnement incapable de lui dire à quel endroit ils s'étaient en rencontrés. Cependant, il y avait une chose dont elle était certaine : elle ne l'avait jamais apprécié.


- Permets-moi de te dire que ce costume te va à ravir, la complimenta-t-il. Cependant, et j'en suis navré, mais ces fanfreluches que tu portais à Saulmanor te seyaient encore plus.

C'était à n'y rien comprendre. Tout à coup, rien qu'à cause de son changement de ton, qui était passé de menaçant à chaleureux, elle l'appréciait davantage. Comme si, malgré sa transformation, il y avait encore deux personnes en lui. Cette incompréhension lui chamboulait l'esprit, mais elle s'efforça de n'en rien laisser paraître. Cela ne ferait que donner un avantage à son adversaire s'il s'apercevait qu'il pouvait la manipuler avec plus de facilité. Aussi s'appliqua-t-elle à conserver son sang-froid, et elle entreprit de s'informer :

- Un aristocrate ? demanda-t-elle.

- Oui, répondit-il avec un hochement de tête approbateur, mais nous ne nous sommes pas rencontrés en tant que tel.

Aurait-elle appris son rang plus tard ? Combien de temps après qu'ils aient échangé leurs premiers mots ? Où l'avait-elle croisé ? Comment en étaient-ils arrivés à engager la conversation ? Qui avait fait le premier pas vers l'autre ?

- Souhaites-tu que je t'en dises plus ?

- Quelle question stupide
, siffla-t-elle.

Il rit doucement.

Puis contre toute attente, il détacha de sa taille la ceinture qui portait son épée et la jeta à l'autre bout de la pièce. Sand suivit son envol de son regard qui à présent, était teinté de ce rouge pâle que cause la frustration de l'incompréhension. Le fourreau décrit des cercles dans les airs, et il s'écrasa sur le sol avec un cri métallique et suppliant qui priait pour qu'on cesse de le maltraiter. La jeune fille se retourna vivement vers son indigne propriétaire et le transperça de ses yeux qui contenaient toute la méfiance du monde.


- Pour l'instant, il ne s'agit que d'une discussion, n'est-ce pas ? Nul besoin d'être armé, ajouta-t-il avec un sourire serein.

Sand ne lui faisait absolument pas confiance, mais elle devait admettre qu'il avait raison. Ils ne faisaient que parler, et elle n'avait sans doute pas intérêt à le contrarier si elle désirait en apprendre plus sur la nature de leur lien. Voilà pourquoi, à contre-coeur, elle daigna se séparer de Liberty qu'elle déposa délicatement sur le sol.

Devant cette preuve de plus ou moins bonne volonté, son adversaire consentit à lui donner une première explication :


- Tout d'abord, sache que je suis ici depuis plus de deux ans. J'ai mis dix mois entiers à trouver où tu étais partie et un moyen de t'y rejoindre. Lorsque je suis arrivé ici, j'ai mis mes capacités au service de cette reine pathétique, rien que pour garder un oeil sur toi de loin, et te rencontrer lorsque je jugerais que le moment serait venu.

Elle qui croyait que les choses seraient plus claires en voyant ses lèvres s'entrouvrir. Sand se trompait lourdement. Les paroles qu'il avait prononcé n'avaient fait que rendre la situation encore plus incompréhensible qu'elle ne l'était déjà.

- Un autre chemin ? s'étonna-t-elle.

- Exact. D'ailleurs, tu le connais. Simplement, tu étais trop préoccupée pour repérer le passage, et de toute manière, il est indétectable si on ne le cherche pas.

Un endroit qu'elle connaissait, et dans lequel elle était préoccupée lorsqu'elle s'y était rendue ? La cour du château du Marquis de Folnersi ? Le palais elfique ? La Cité des Abysses ? La cellule de Joy ? Ou alors...

Ses yeux s'écarquillèrent, plus grand encore qu'ils ne l'avaient jamais fait, et ils se parèrent d'un blanc livide qui ne pouvait exprimer qu'une stupéfaction gigantesque. Comment... comment était-ce possible ? Tatiana l'aurait-elle accueilli ? Savait-il qu'elle était là-bas ? Avait-il connaissance du lien qui les unissait ?


- Elle est merveilleuse.

Oui. Il savait.

Revenir en haut Aller en bas
Kannon-Shadow

avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 09/02/2013
Localisation : Jamais au même endroit

Feuille de personnage
Nom, Prénom, Âge, Faction,Berrys:
Niveau:
5/1000  (5/1000)
Expérience:
202/400  (202/400)

MessageSujet: Re: Pour l'intérêt du Savoir   Dim 9 Fév - 0:18

Le combat avait débuté à peine une minute plus tôt, et déjà Kannon éprouvait de la difficulté à se relever. C’est-à-dire que se prendre un ballon n’était jamais agréable, encore moins lorsque celui-ci devenait aussi dur que de la pierre. Il ne manquait jamais sa cible ? Alors il allait falloir que ce soit l’artiste martial qui évite les tirs. Seulement voila, il était souvent difficile de savoir si, l’homme à la culotte bouffante visait son adversaire, ou visait le mur, pour le prendre à revers.
Il allait falloir faire doublement attention. Une fois que le jeune homme aux cheveux bleus se remit sur ses jambes, il regarda son adversaire qui s’apprêtait déjà à lui faire une nouvelle démonstration de sa technique.

- Tu éprouves déjà des difficultés ? Ce n’est pourtant que le début !

Alors que la balle était à ses pieds, il tendit ses mains devant lui et ferma les yeux. Hélas se fut une très mauvaise surprise pour le garçon originaire de Lagays Greem. Dans les mains creuses du garde royal, se matérialisèrent deux nouveaux ballons, qu’il laissa tomber au sol. Trois ballons… Déjà qu’un seul était problématique, il allait falloir être encore plus prudent.
Le garde s’élança comme l’éclair, et frappa le premier ballon, qui fonça en plein visage de l’intrus. Le second ballon fut propulsé dans la seconde sur la droite du garçon.
Kannon s’abaissa pour éviter le premier tout en s’efforçant de garder le second dans sa ligne de mire. Choix judicieux : le ballon rebondit de manière improbable et se dirigea directement vers sa cible initiale. Il fit un saut vrillé pour éviter de justesse le second ballon. Ce même projectile fut repris de pleine volée et fut réexpédié vers le jeune artiste martial qui venait tout juste de se réceptionné au sol. Il fit à nouveau un bond pour esquiver le second ballon, qui passa sous le corps de la cible. Le premier ballon s’était arrêté,  et le second s’écrasa au mur et rebondit à nouveau de manière improbable, complètement à l’opposé du jeune intrus.

Kannon soupira et regarda son adversaire, avec un sourire légèrement malicieux, un sourire qui signifiait « Tu vois ? En faisant attention, il est possible de ne pas se faire toucher ! ». Mais ce sourire s’effaça instantanément, lorsque dans son angle mort, une balle arriva à toute vitesse et percuta je jeune homme aux cheveux bleus, en pleine figure de plein fouet. Il fut violement éjecté, fit une ou deux vrilles dans les airs et s’écrasa lourdement au sol, à la limite du K.O.

*C’est vrai…* pensa-t-il. * Il y avait un troisième ballon…*

Sans doute devait il être trop préoccupé à gérer les trajectoires des deux premiers. Quand avait-il lancé le troisième ? Il était vraiment difficile de lutter lorsque son adversaire maitrisait le terrain dans son intégralité. Le troisième coup était parti sans même que Kannon s‘en apperçoive. Bien trop concentré sur les deux premiers.
Tandis qu’il gisait au sol, l’arcade ouverte, pissant le sang, il repensa à ses deux compères : Sand et Nalliavi. Leurs adversaires respectifs leur réservaient-ils autant de surprises ?  C’était bien beau de penser à ses compagnons, mais encore fallait il pouvoir se sortir de cette drôle de situation.
Il se releva péniblement, très sonné par le missile précédant, le sang continuant de couler sur son visage.

* Je pourrais pas en encaisser beaucoup des comme ça… Si je réagis pas, je vais me faire défoncer… * pensait il en essayant de trouver la meilleure parade possible.

Dans le même temps son adversaire, avait récupéré les trois ballons, et prépara son nouvel assaut. L’intrus bondit alors sur le garde avec toute la hargne du monde. Le gardien, tira le premier ballon, en pleine face de son adversaire qui répliqua instantanément.

- Hyakushiki Kannon ! Hurla-t-il en balançant son bras, la paume de la main ouverte, vers l’ogive qui arrivait sur lui.

Le ballon qui avait été tiré avec une puissance déjà phénoménale reparti dans l’autre sens avec une vitesse bien supérieure à celle de départ. Un retour à l’envoyeur surpuissant, qui fit décoller le garde, qui s’envola pour s’écraser quelques mètres plus loin. Il n’avait pas encore transformé la balle en béton, mais vu la vitesse du projectile, il y avait fort à parier que le lanceur d’origine l’avait senti passé.

Les deux autres ballons se dématérialisèrent, sans doute le flux d’énergie du guerrier avait été complètement perturbé, après s’être reçu son propre ballon en pleine figure. Il se releva, se tenant le nez. Marmonnant quelque chose d’inaudible, avant de demander comment diable avait il réussi le prodige de renvoyer la balle avec encore plus de puissance. Rien n’obligeait le garçon aux cheveux bleus à répondre, il choisi donc de garder le silence et souffla un instant.

- Tss, ce n’est pas la première fois que l’on esquive mes balles, mais qu’on me les renvoies… Cela ne m’était jamais arrivé ! Grogna-t-il avec une mauvaise tête. « Je vais te montrer pourquoi je ne peux pas perdre dans cette salle ! »

Il enchaina quelques signe avec ses mains, comme le faisaient les ninjas autrefois et prononça une incantation .

- Kage Bunshin no jutsu !

Kannon ne put s’empêcher d’écarquiller les yeux. Il avait déjà vu de drôles de pouvoirs, mais jamais encore quelqu’un ne s’était dédoublé devant lui. Alors comment pouvait il réagir sachant que cinq clones de son adversaires venaient d’apparaitre au milieu d’une légère fumée ?
Sans dire quoi que ce soit, les cinq sosies se placèrent de manière à entourer l’intrus, en lui laissant quelques mètres de marge. Chacun d’eux, matérialisa un nouveau ballon, qui semblait être bien réel. Ils les posèrent au sol, avant de se passer le ballon au pied comme le feraient des footballeurs. Seulement les passes s’enchainaient dans un sens totalement aléatoire et avec une vitesse qui croissait petit à petit. Une vitesse qui devint rapidement ingérable pour la pauvre cible, qui n’arrivait plus à suivre les cinq ballons. Il en perdu d’abord un de vue, puis deux, jusqu’à ce qui finalement, il lui soit impossible de suivre les passes d’un seul et unique ballon.  

- Tu aurais mieux fait de te soumettre à l’autorité de notre grande reine ! Admire : la danse des ballons furieux ! Yosoku Fukanona Saikuron !

Et soudainement tout les ballons se dirigèrent vers Kannon. Chacun d’un tireur, ce qui rendit l’attaque inévitable tant les ballons étaient rapides et nombreux. Le jeune garçon fut très violement percuté au ventre, et s’écrasa au sol, le souffle coupé. Il ne pu se relever tout de suite. Il toussait en s’étouffant tellement le coup avait été violent. Sa vue se troublait, son organisme avait du mal à encaisser des coups si violents. Son arcade le faisait encore souffrir, et sa respiration difficile, l’empêchait de se relever. Son adversaire matérialisa de nouveaux ballons pour assener un coup de grâce fatal. Il commença ses passes avec ses clones, de manière à lancer sa technique. Voyant cela, Kannon se relava péniblement. Forcé de réagir, il devait trouver un moyen de neutraliser le vrai ballon qui lui fonçait dessus. Mais avant cela, il fallait encore être capable de la distinguer. Tandis que la cadence s’accélérait, il pensa à une manière d’utiliser le Hyakushiki, et qui lui permettrait peut être de prendre l’ascendant sur son adversaire. Il tendit les bras, s’abaissant sur ses appuis prêt à accueillir une nouvelle fois la technique, malgré la douleur encore persistante.

- Yosoku Fukanona Saikuron !

Les ballons partirent une nouvelle fois, à une vitesse hallucinante. Il n’eut presque pas le temps de voir partir les projectiles, mais eut le temps d’apercevoir les clones se mettre soudainement en position de tir. C’est le moment que le jeune homme choisit pour lancer sa parade. Il tourna sur lui-même en activant les pouvoir de la déesse. Les ballons arrivaient sur lui à toute vitesse, alors qu’il tournait sur lui-même comme le feraient les hélices d’un hélicoptère. C’est d’ailleurs ce qui l’inspira pour le nom de cette manière d’user du Hyakushiki.

- Hyakushiki Kannon ! Frappe Hélicoïdale !

Kannon intercepta à nouveau la trajectoire du véritable ballon, et le renvoya dans le décor avec une violence inouïe. Il pu ainsi voir d’où avait été propulsé le ballon et surtout de quel corps. Une fois que le ballon fut éjecté, le garçon aux cheveux bleus bondit sur le corps qui avait éjecté le vrai ballon et lui assena un coup de sa technique avec le plus de violence possible, ce qui propulsa à nouveau  son adversaire. Il s’écrasa au mur, lutant pour ne pas perdre connaissance. L’intrus en profita pour lui assener un ultime coup, la paume de la main tournée vers la terre, jaillissant avec fureur. Le corps de son adversaire se retrouva plaqué au sol. Quoi que plaqué n’était pas le mot exact, écrasé aurait était plus juste. Complètement inconscient, l’homme à la culotte bouffante était évanoui sur le sol.

Comme l’avait pensé Kannon, seul le vrai corps pouvait lancer le vrai ballon. Aucun de ses clones ne devait avoir la force nécessaire pour la propulser avec tant de vitesse. Les clones servaient de rampe de lancement pour les autres ballons qui n’étaient que des leurres. En interceptant la vraie balle il y avait fort à parier qu’il pourrait voir d’où celle-ci provenait, et d’ainsi deviner le véritable corps. Il lui suffisait ensuite de ne plus le lâcher pour l‘empêcher de réutiliser ses ballons.

Il regarda le garde au sol pour s‘assurer de son coma, et retourna vers la porte pour retrouver ses compagnons.


Revenir en haut Aller en bas
 
Pour l'intérêt du Savoir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 4 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4
 Sujets similaires
-
» Pour l'intérêt du Savoir
» Projet de campagne Blitzkrieg pour personnes intéressées et intéressantes ;)
» Pour les intéressés de Secret World
» L’Économie du Masisisme en Haiti (Marrant mais revelateur)
» Murs pour combat intérieur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 ::  :: All Blues :: North Blue :: Royaume de Luvneel-
Sauter vers: